Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chevaux : de l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires

 | 
Éric Leroy du Cardonnoy
, 
Céline Vial

La transition et ses enjeux

Les réformes institutionnelles provoquées par de nouveaux usages du cheval à la fin du XXe siècle

25 ans d’observation des acteurs

The 20th Century Institutional Reforms Caused by the New Uses of Horses. 25 Years of Observation of Those Involved

Emmanuelle Bour-Poitrinal

Résumé

Acteurs institutionnels, professionnels, bénévoles et amateurs s’observent, se défient ou s’associent dans le monde du cheval où la dimension affective est très présente. Les institutions elles-mêmes n’échappent pas à l’influence de l’imaginaire du cheval qu’elles nourrissent alors qu’elles tentent de le dompter dans la poursuite d’un intérêt général plus objectif.
Dernière institution forte de l’État pour la filière hippique, le Service des haras a exercé, dans la seconde moitié du XXe siècle, un pouvoir réglementaire et économique, éclairé par le progrès technique, encouragé par les bons résultats obtenus dans le développement des courses et de l’équitation.
À partir des années 1970, avec les fruits du développement des marchés de l’équitation et de l’innovation technique, souffle un vent de liberté entrepreneuriale. Les usages connaissent une évolution progressive, répondant à une demande renouvelée de nos concitoyens. À la fin du XXe siècle, sous l’influence du marché commun, de la fin des monopoles, de la régionalisation, les institutions hippiques sont profondément réformées.
Les nouveaux usages du cheval qui expriment des valeurs « civilisatrices » prennent progressivement place dans un paysage institutionnel en reconstruction. Alors que les valeurs héritées du cheval de guerre, comme le goût du challenge, trouvent leur prolongement dans le sport et les courses.
Les territoires comme la Basse-Normandie, où le cheval est un réel enjeu de développement, assument l’ambivalence du cheval dans notre imaginaire.

Institutional and professional bodies, volunteers and enthusiasts are watching, challenging, or associating with, one another in the equestrian world where the emotional dimension is very strong. The institutions themselves are influenced by traditional conceptions of the horse, despite their attempts to control them in order to adopt an objective strategy in the public interest.
The French National Studs (Service des haras), the last important State institution for the equestrian industry, enjoyed, during the second half of the 20th century, a regulatory and economic power supported by technical improvements and encouraged by the excellent results of developments in horse racing and riding activities.
From the 1970s, with the benefit of developing markets for riding activities and innovations in technology, a wind of entrepreneurial freedom swept over the equestrian world. During this period, practices gradually evolved in response to a renewed demand by our fellow citizens. At the end of the 20th century, influenced by the Common Market, by the ending of monopolies, by regionalisation, the equestrian institutions underwent radical reforms.
In an institutional system under reconstruction, new uses of the horse are emerging, expressing “civilizing” values. On the other hand, values inherited from a former dominant image, the “war horse”, for example the taste for challenge, are found nowadays at equestrian sports and the races.
Territories such as Lower Normandy, where equestrian activity is still a major development issue, accept and support the ambivalence of the horse in our collective imagination.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le cheval et l’État : deux cents ans de continuité de 1806 à 2000

Cinq siècles de pouvoir régalien sur la filière, prolongés par un accord gagnant-gagnant avec les courses, ou plus précisément avec le jeu, ont donné au paysage institutionnel une stabilité frappante jusqu’à la fin du XXe siècle. Le Service des haras, des courses et de l’équitation a exercé dans la seconde moitié du siècle un pouvoir réglementaire et économique, assez paternaliste, éclairé par le progrès technique, encouragé par les bons résultats obtenus dans le développement des activités hippiques.

Du centaure guerrier au centaure civilisateur1

Après la Seconde Guerre mondiale, le cheval de guerre est définitivement hors d’usage, le cheval de trait va être très vite dépassé. Il faut donner un nouveau sens aux haras nationaux2 que certains verraient bien prendre en charge la reproduction animale, toutes espèces domestiques confondues… Refusant cette voie, les haras nationaux ne solidifieront leur position qu’avec l’arr...

Auteur

Ancienne directrice générale des Haras nationaux et de France Galop
Membre du Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux (CGAAER)
Membre du collège de l’Autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL)

 

Emmanuelle Bour-Poitrinal a été sous-directrice du haras national de Saint-Lô, puis de Compiègne, puis directrice des haras nationaux des Bréviaires et de Compiègne ainsi que directrice générale de l’établissement public les Haras nationaux de 2002 à 2007, puis directrice générale de France Galop. Ingénieure du génie rural, des eaux et des forêts, elle est membre du Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux (CGAAER) au ministère de l’Agriculture. Elle siège au collège de l’Autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL). Elle a par ailleurs participé à l’ouvrage coordonné par Claude Roy, Les triples A de la bio-économie : efficacité, sobriété et diversité de la croissance verte (Paris, L’Harmattan, 2012).

© Presses universitaires de Caen, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540