Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chevaux : de l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires

 | 
Éric Leroy du Cardonnoy
, 
Céline Vial

L’imaginaire du cheval à travers l’histoire et les arts

Danser avec les chevaux

L’histoire du carrousel : ballets et jeux équestres dans les cours européennes à l’époque baroque

Dancing with Horses. The History of the Carrousel: Equestrian Ballets and Games in the European Courts in the Baroque Period

Marie-Louise von Plessen

Résumé

La représentation d’un carrousel marquait l’apogée des festivités d’une cour absolutiste. Les souverains européens s’y affrontaient dans des spectacles équestres à grands frais, avec des balletti a cavalli, afin d’affirmer leur pouvoir et de diffuser leur gloire et leur splendeur à travers les cours européennes.
Dans ces exercices équestres représentés publiquement et faisant référence aux festivités équestres de l’Antiquité, le monarque et la noblesse donnaient la preuve de leur hardiesse, de leur adresse à cheval comme l’exigeait la guerre en tant que pratique aristocratique par excellence. Les descriptions des triomphes romains influencèrent fortement les entrées royales à la Renaissance et à l’époque baroque mais aussi les carrousels avec cavaliers, soldats à pied et musiciens, leurs costumes et leur équipement. Au XVIIe siècle, les courses de bague ou les joutes de tête « à la turc » maintinrent les cavaliers en forme physique pour la guerre. En 1776, Marie-Antoinette fit installer comme nouveau divertissement à la cour un manège dans les jardins du Grand Trianon. Les courtisans, désormais inaptes à la guerre mais installés confortablement sur des chevaux de bois, frappaient des bagues attachées à des lanternes en papier (jeu de bague à la chinoise) ; ainsi, des cérémonies équestres de haute voltige se transformèrent en chevaux tournant mécaniquement autour d’un pivot. La conséquence en fut que les carrousels survécurent après le déclin de la culture de cour à partir du XIXe siècle dans les manèges des foires populaires.

The presentation of a carrousel at the court of an absolute monarch was the culminating feature of a festive occasion. European sovereigns competed to perform equestrian shows at great expense, using balletti a cavalli to assert their power, to proclaim their glory and splendour throughout the courts of Europe.
In these publicly presented horse riding exercises, monarchs and nobility displayed the boldness and skillfulness on horseback necessary in war, an aristocratic exercise par excellence and one which was a reference to the equestrian festivities of Antiquity. Descriptions of Roman triumphal parades strongly influenced royal entries during the Renaissance and the Baroque period as well as the carrousels performed with horse riders, foot soldiers and musicians, their costumes and their equipment. In the 17th century, competitions of ring- or Turk’s-head jousting kept the horsemen physically fit for warfare. In 1776, as a new entertainment at court, Queen Marie-Antoinette had a manège installed in the gardens of the Grand Trianon at Versailles. Courtiers, no longer fit enough to go to war but comfortably seated on wooden horses, hit rings attached to Chinese paper lanterns (jeu de bague à la chinoise); in this way, high-level equestrian celebrations were transformed into horses turning mechanically around a pivot. The outcome was that carrousels have survived (following the decline of court culture in the 19th century) in the form of popular roundabouts at public fairs.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Notre usage moderne du terme carrousel relève d’une grande tradition, celle des festivités dans les cours européennes du XVIe au XIXe siècle. De nos jours, nous ne le rapportons plus qu’aux chevaux de bois tournant mélancoliquement au ralenti autour d’un pivot fixe sur les manèges des fêtes foraines de notre enfance. C’est tout ce qui reste d’un remarquable héritage culturel qui, depuis les temps les plus reculés, a ainsi relié les arts équestres aux spectacles de théâtre et de musique.

Cette représentation publique du pouvoir, lors de cortèges, au vocabulaire mythique et allégorique issu de l’Antiquité, a servi aux souverains de l’Ancien Régime à faire passer des messages de propagande politique. Ces divertissements ont mis à l’épreuve leur maîtrise du pouvoir, autrement dit l’art de gouverner.

La présentation d’un carrousel à la cour faisait partie de l’apogée des festivités dans les cours européennes des XVIIe et XVIIIe siècles. Suivant une chorégraphie élaborée, les so...

Auteur

Historienne et sociologue, commissaire d’expositions internationales, conseillère universitaire, sénateur au Parlement européen de la culture, cavalière

 

Marie-Louise von Plessen est une historienne et sociologue allemande, commissaire d’expositions internationales, conseillère universitaire, sénateur au Parlement européen de la culture et cavalière. Ses recherches portent sur l’histoire de l’intégration européenne, l’histoire nationale comparée et la montée des nationalismes. Elle a notamment été commissaire des expositions Marianne und Germania (Martin-Gropius-Bau à Berlin et Petit Palais à Paris, 1997), Idee Europa : Entwürfe zum Ewigen Frieden (Deutsches Historisches Museum à Berlin, 2003), Prinz Eugen von Savoyen – Feldherr, Philosoph und Kunstfreund (Schloss Belvedere à Vienne, 2010) et dernièrement Der Rhein : Eine europäische Flussbiografie (Bundeskunsthalle à Bonn, 2016).

© Presses universitaires de Caen, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540