Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Composition de la Eyrbyggja Saga

 | 
Jean-Pierre Mabire

IV. L'auteur de la saga

Texte intégral

1Avant d'étudier la composition proprement dite de la saga, il serait intéressant de nous pencher sur la personnalité de son auteur. Ainsi, nous saurons mieux discerner par la suite le but qu'il a poursuivi dans l'agencement de la matière de la Eyrb.

2L'auteur, dont nous ignorons le nom, est un homme d'une grande culture qui a lu un nombre important de manuscrits avant de rédiger sa saga. Il a très certainement reçu son éducation au monastère augustinien qui se trouvait alors à Helgafell. Il ne fait aucun doute que cet homme était originaire de la région, sinon comment aurait-il pu décrire avec une telle précision les lieux où se déroulent les événements de la saga. L'auteur connaissait chaque pouce de terrain de la Presqu'île-du-Mont-des-Neiges, et l'on n'a pu jusqu'à, maintenant déceler quelque erreur dans ses descriptions et son récit.

3Il appartenait certainement à la haute société islandaise, comme plusieurs anecdotes, trahissant son mépris ironique envers les esclaves peureux et stupides, semblent le confirmer.

4Il est probable que, malgré l'éducation religieuse qu'il avait reçue, l'auteur n'était pas lui-même un clerc. Son œuvre ne contient en effet aucune pieuse réflexion, et de temps en temps, il laisse même percer une pointe d'ironie envers les serviteurs zélés de l'Eglise : lorsque les valets qui portent la dépouille mortelle de Θórgunna arrivent à Skálholt et offrent les présents que Θórgunna avait légués à cette église, l'auteur remarque avec un soupçon de malice que les religieux acceptent ces présents avec joie.

5A un autre endroit, il note que ces églises avaient été construites par les gođar parce que les religieux avaient promis que seraient accueillis au royaume des ceux tous ceux qui pourraient prendre place à l'intérieur de ces édifices, puis il ajoute avec une pointe d'humour qu'il n'y avait pas encore à cette époque de prêtres pour dire la messe !

6En outre, il ne montre aucune indignation lorsque Björn austrœni considère avec mépris son frère et sa sœur qui ont abandonné la foi de leurs pères.

7D'autre part, lorsqu'il s'agit de se débarrasser des revenants de Fródá, on a recours à un tribunal improvisé qui siège devant la porte (duradómr), et ce n'est que pour plus de sûreté que l'on fait appel à un prêtre, aimablement prêté par Snorri qui veut l'employer à une tâche utile.

8L'auteur de la Eyrb. est également un admirable connaisseur de la nature humaine. L'étude qu'il nous propose du caractère de Snorri est un modèle, d'objectivité. L'auteur n'a aucune indulgence envers ce grand homme, et même lorsque Snorri est parvenu au sommet de sa gloire, il n'hésite pas à nous le présenter sous un jour peu favorable. Avec une égale maîtrise, il nous brosse un portrait des principaux acteurs de cette saga : son évocation de ce vieux pingre dé Θóró1fr-le-Boiteux reste dans toutes les mémoires ; la description qu'il fait du calme et flegmatique Θórarinn et de sa douce femme Audr forme un contraste avec celle de Geirridr, mère de Θórarinn, qui a hérité beaucoup de l'humeur acariâtre de son père Θórólfr. Une extrême objectivité est de rigueur chez les auteurs des sagas. Le nôtre ne faut point à cette règle d'or, si l'on fait abstraction de son émouvant éloge funèbre du godi Arnkell au chapitre 37.

9L'auteur est également un narrateur de talent qui sait donner vie à son récit en y ajoutant de nombreux dialogues. Il possède l'art de passionner ses lecteurs, de faire naître cette « sagaskemmtun » (plaisir d'entendre raconter les sagas) qui a toujours été si hautement appréciée des Islandais. Comme nous le verrons plus loin, l'auteur n'hésite pas à choisir parmi l'abondante matière qu'il avait à sa disposition pour satisfaire les goûts de son public : au compte rendu réaliste des événements, il mêle des épisodes fantastiques, comme celui des événements merveilleux de Fróđá, ou de beaux poèmes d'amour, comme ceux que le vaillant Björn a composés en hommage à sa bien-aimée, Θurídr.

10En guise de conclusion, résumons donc ce que nous savons de l'auteur : celui-ci appartient à la noblesse islandaise, il est originaire de la région d'Helgafell où il a probablement reçu son éducation dans le monastère augustinien qui s'y trouvait à l'époque. Néanmoins, il est peu probable qu'il soit lui-même un membre du clergé. On peut penser que, dans la composition de sa saga, il a été secondé par les moines d'Helgafell qui ont rassemblé pour lui la matière de la Eyrbyggja. Si nous retenons comme période probable de composition de la Eyrb. les années autour de 1220, comme notre essai de datation semble nous y autoriser, alors le nom d'un personnage célèbre s'offre à nous comme auteur possible de la saga : il s'agit de Θórđr Sturluson, frère du grand Snorri, et descendant de l'illustre gođi Snorri, héros de notre saga. Θórđr vécut de 1165 à 1237 et, à l'époque considérée pour la rédaction de la Eyrb., il régnait en maître sur la Presqu'île-du-Mont-des-Neiges. C'était un homme rempli de bon sens, prévoyant, pacifique et plein de bienveillance, mais qui savait défendre ses intérêts. Entre lui et le goði Snorri on peut déceler de profondes affinités spirituelles. Nous n'insisterons pas à nouveau sur les qualités artistiques de l'auteur, car nous nous proposons d'y revenir lors de l'étude de la composition de cette saga.

© Presses universitaires de Caen, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter