Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La Composition de la Eyrbyggja Saga

 | 
Jean-Pierre Mabire

II. L'âge de la Eyrbyggja

Volltext

1En raison de l'absence de tout point de repère précis dans la datation de la Eyrb., le manuscrit original nous faisant défaut, il est nécessaire d'examiner brièvement les questions que soulève la tradition manuscrite de cette saga. En effet, la date approximative de la rédaction du premier manuscrit de la Eyrbyggja qui soit parvenu entre nos mains nous donnera un « terminus ante quem » provisoire.

A) Les manuscrits

2La Eyrbyggja nous a été transmise dans cinq manuscrits sur vélin, le premier remontant à 1280 environ, et dans vingt-trois copies manuscrites, rédigées beaucoup plus tard, de 1640 à 1702. La richesse de la tradition manuscrite (une telle richesse n'est atteinte ou dépassée que par la Njála, l'Eigla, la Laxdœla et la Grettla) nous prouve que la Eyrbyggja compte parmi les sagas les plus appréciées des Islandais.

3D'ordinaire, les spécialistes classent ces manuscrits en trois groupes :

  1. Un premier groupe est représenté par un manuscrit sur vélin rédigé aux environs de 1400, la Vatnsbyrna (V), longtemps conservée à Vatnshorn. Ce manuscrit est le seul dans lequel la Eyrb. nous soit transmise intégralement. Outre cette saga, il contient la Laxdœla et la Vatnsdœla. Appartenant à la célèbre collection d'Arni Magnússon, il fut malheureusement détruit dans l'incendie qui, en 1728, ravagea la ville de Copenhague. Par bonheur, deux copies de la Eyrb. avaient déjà été faites, l'une était l'œuvre d' Ásgeirr Jónsson et d'Arni Magnússon lui-même (V1), et l'autre avait été rédigée par Ketill Jörundarson, de Hvammi (V2). C'est sur ce manuscrit, ou du moins sur les copies qui en subsistent, que sont fondées toutes les éditions critiques de cette saga, dont notre édition de référence ; celle-ci est l'œuvre d'Ein. Ól. Sveinsson, dans la remarquable collection « Islenzk Fornrit » qui s'est fixé pour tâche de transmettre à la postérité les trésors de la littérature des sagas.
  2. Le deuxième groupe (B), dont le principal représentant est le Codex, datant du xive siècle, conservé dans la célèbre bibliothèque de Wolfenbüttel (W), comprend également un manuscrit sur parchemin (309), ainsi que le plus ancien manuscrit existant actuellement de notre saga, qui remonte à 1280 environ, mais dont deux feuillets seulement offrent le texte de la Eyrbyggja (162).
  3. Le troisième groupe est principalement représenté par le fragment (M) de la Eyrb., que la Melabók, rédigée au début du xve siècle, nous a transmis. Outre la Eyrbyggja, ce manuscrit contient la Flóamanna saga, la Vatnsdœla, ainsi qu'une version de la Landnámabók et des listes généalogiques.

4* Les sigles entre parenthèses sont ceux employés par Ein. Ól.Sveinsson dans son édition critique de la Eyrb. et dans son livre « Dating the Icelandic Sagas ».

5Toutes les copies sur papier de la Eyrb. se fondent sur ces cinq manuscrits sur vélin, de sorte qu'il est inutile de les examiner de plus près. Malgré l'apparente clarté de la tradition manuscrite, des difficultés surgissent lors de l'analyse de l'authenticité et de la qualité de ces manuscrits, car, la Vatnshyrna exceptée, tous les manuscrits sur vélin ne contiennent que des fragments de la Eyrbyggja.

B) Essai de la datation de la Eyrbyggja1

  • 1 Dans notre essai de datation de la Eyrb., nous suivons l'excellent exposé de U. Schnall « Handschr (...)

6Après ce bref exposé de la tradition manuscrite de la Eyrb., nous allons essayer de fixer avec plus de précision la date de la composition de cette saga.

7Cette question de la datation est une des plus délicates qui se posent dans l'étude des sagas. Il est bien entendu impossible d'utiliser la biographie de l'auteur dans notre essai de datation, car les sagas nous sont parvenues anonymes. Nous sommes donc réduits à chercher les indices permettant une datation à l'intérieur de la saga elle-même. Cette méthode a conduit quelquefois aux résultats les plus surprenants : Finnur Jónsson place l'origine de la saga avant 1200, Hugo Gering, en revanche, la situe un peu avant 1273. Une telle divergence dans les conclusions tient d'une part aux imperfections des méthodes employées, et d'autre part au fait que les sagas ne sont parvenues jusqu'à nous que sous la forme de copies considérablement plus récentes. Finalement, il n'est pas dénué d'intérêt de savoir lequel, parmi les différents « stades d'évolution » de la saga, chaque spécialiste considère comme la « version définitive ». Finnur Jónsson, par exemple, est contraint, pour avoir placé si tôt sa « version définitive » de la Eyrb., d'en exclure des chapitres entiers qu'il tient pour des interpolations.

1° Allusions a des événements historiques

8Les différents indices contenus dans notre saga qui peuvent contribuer à un essai de datation sont tout d'abord les allusions à des événements historiques qui se sont déroulés à l'époque de la rédaction définitive de la saga. Néanmoins, il ne faut pas oublier que ces allusions peuvent, dans presque tous les cas, être des additions à la rédaction originale. L'absence du chapitre 65, qui contient justement une de ces allusions, dans le manuscrit le plus ancien (162), doit nous inciter à une prudence d'autant plus grande dans nos conclusions.

9Comme nous l'avons déjà fait remarquer, le manuscrit le plus ancien que nous possédons de la Eyrbyggja remonte à 1280 environ, et peut-être même à une époque plus reculée (Jón Helgason le place un peu après 1250). On peut donc considérer l'année 1280 comme notre « terminus ante quem » provisoire.

10Examinons maintenant l'allusion contenue dans le chapitre 65 (IF, IV, P. 183) :

« ...Guđný Bödvarsdóttir, móđir θeira Sturlusona, Snorra, Θórđar ok Sighvats... »
(Guđný, fille de Bođvarr, mère des fils de Sturla, Snorri, Θórđr et Sighvatr...)

11Il s'agit bien entendu des fils célèbres de Hvamm-Sturla, le plus connu d'entre eux étant le grand historien Snorri Sturluson, qui pouvait s'enorguellir de compter parmi ses ancêtres deux des plus grands personnages de la söguöld, le gođi Snorri et le scalde Egill Skallagrimsson.

12S'il est impossible de savoir par l'étude du contexte ou par la formulation de la phrase si Guđný vivait encore à l'époque où ces lignes ont été écrites (elle mourut en 1221), il est cependant permis de penser que les fils de Sturla devaient déjà avoir atteint une certaine notoriété pour que l'auteur nous les présentât comme des personnages connus de tout le monde. Cette phrase ne peut donc avoir été écrite avant 1200, car auparavant, ceux-ci n'étaient pas encore parvenus à un tel degré de célébrité ; donc, si, comme nous l'avons précisé ci-dessus, il ne s'agit pas d'une addition d'un autre rédacteur, nous pouvons fixer le « terminus a quo » vers 1200. Une autre allusion fort révélatrice a été relevée pour la première fois par Guđbrandur Vigfússon. Elle est contenue dans deux petites phrases :

« Til hofsins skyldu allir menn tolla gjalda ok vera skyldir hofgođanum til allra ferđa, sem nú eru Oingmenn höfđingjum... »
(IF, chap. 4, p. 9)
(Tous les hommes devaient payer un impôt au temple et devaient accompagner le « hofgođi » dans tous ses voyages, comme, de nos jours, les ressortissants d'un θing y sont astreints envers leur chef).
« Θeir fœrđu θá θingit inn í nesit, θar sem er... ».
(IF, chap. 10, p. 18)
(Ils transférèrent alors le θing à l'intérieure de la Presqu'île, là où il se trouve encore aujourd'hui).

13Ces deux petites phrases nous montrent que la saga a dû être écrite avant 1264, date qui marque la fin de l'Etat libre d'Islande. Elles nous décrivent en effet des institutions encore en vigueur dans l'Islande d'alors, institutions qui disparurent lorsque l'Islande passa sous la domination du roi de Norvège, Hákon Hákonarson. Ainsi donc, grâce à ces indications historiques, il est possible de situer plus précisément la date de composition de la saga entre 1200 et 1264.

Rapports avec les autres ouvrages litteraires de l'epoque (voir tableau à la fin de l'ouvrage).

14Un autre moyen de dater la Eyrb. nous est fourni par l'examen des rapports entre les différentes sagas, bien que, fort souvent, il soit malaisé de déterminer avec certitude laquelle de deux sagas précédait l'autre, si l'une avait eu une influence sur l'autre, ou bien si toutes deux puisaient à une même source.

15La Eyrb. s'appuie souvent sur la tradition orale, comme nous le verrons plus loin. Mais il est beaucoup plus difficile de déterminer quelles sources écrites étaient à la disposition de l'auteur.

a) La Landnámabók.

16L'auteur de la Eyrb. a très certainement connu un écrit d'Ari Oorgilsson inn fródi, père de la littérature islandaise, auquel il se réfère au chapitre 7 :

« Θórólfr Mostrarskegg... fekk θeirar konu, er Unnr hét ; segja sumir, at hon vaeri dóttir Θorsteins rauđs, en Ari Θorgilsson inn fróđi telr hana eigi međ hans börnum ».
(IF, chap. 7, p. 12)
(Θórólfr Mostrarskegg... épousa une femme qui s'appelait Unnr ; certains disent qu'elle était la fille de Θorsteinn le Rouge, mais Ari ne la range pas au nombre de ses enfants).

17L'Islendingabók ne cite parmi les enfants de Θorsteinn-le-Rouge que sa fille Óskr. Cette remarque se réfère probablement à l'ancienne version de la Ldnb. que les spécialistes allemands désignent du nom de « Ältere Landnámabók », version malheureusement perdue. Ari a certainement contribué à l'élaboration de ce livre. L'authenticité du passage cité n'a encore jamais été mise en doute.

b) Heiđarviga et Laxdœla.

18Il est beaucoup plus délicat de porter un jugement définitif sur le passage dans lequel la Eyrb. nous renvoie expressément à deux autres sagas, à savoir la Heiđ. et la Laxd. Comme nous l'avons déjà laissé entendre, la Eyrb. présente des correspondances avec la Heid., surtout avec la première partie de cette saga, qui est l'histoire de Víga-Styrr, beau-père de Snorri. Toutefois, au chapitre 65 de la Eyrb., Snorri n'est pas cité en rapport avec Víga-Styrr, mais avec Bardi, héros de la deuxième partie de la Heiđ. :

« Hann kemr ok viđ Heiđarvíga sögu ok veitti mest manna Barđa eptir Heiđarvíg, annarr en Guđmundr inn ríki ».
(IF, ch. 65, p. 180)
(Il apparaît également dans la « Heiđarvíga saga », où il est, avec Guđmundir-le-Puissant, le plus ardent défenseur de Barđi après le combat sur la Lande).

19La Heiđ., du moins la deuxième partie de cette saga, est probablement la plus ancienne Islendinga saga et a dû être couchée sur le vélin vers 1200, de sorte que l'allusion qui s'y rapporte ne nous apprend rien de nouveau pour notre essai de datation, à supposer d'ailleurs que cette allusion soit authentique. Les correspondances entre la Eyrb. et la première partie de la Heiđ. peuvent être laissées de côté, car la tradition manuscrite de la Heiđ. est si défectueuse qu'il est impossible de conclure quoi que ce soit sur l'âge et la forme de cette première partie.

20La Laxd. est également citée dans le chapitre 65 de la Eyrb. :

« Harm (Snorri) kemr viđ Laxdœla sögu, sem mörgum er kunnigt ; hann var inn mesti vinr Guđrúnar Ósvífrsdóttur ok sona hennar ».
(IF, chap. 65, p. 180)
(Il apparaît également dans la Laxdœla saga, comme le savent beaucoup de gens ; il fut le plus fidèle ami de Guđrún, fille de Ósvífr, et de ses enfants).

21Si la Laxd., comme l'affirme Ein. Ól. Sveinsson, a été écrite un peu après 1240, la Eyrb., à cause de la remarque « sem mörgum er kunnigt », ne peut avoir été écrite qu'après 1240, probablement entre 1245 et 1250.

22Mais il est extrêmement douteux que ces allusions à la Heiđ. et à la Laxd. soient authentiques. Les défenseurs de leur authenticité ont toujours mis en avant le fait que l'auteur de la Eyrbyggja insistait fort peu sur les événements qui étaient racontés dans d'autres sagas. L'amitié de Snorri et de Guđrún Ósvífrsdóttir, par exemple, est l'événement marquant des vingt dernières années de la vie de Snorri. Celui-ci en effet échangea en 1007 son domaine d'Helgafell contre celui de Gudrún à Saelingsdalstunga, au fond du Hvammsfjord. L'auteur de la Eyrb. expédie ces vingt dernières années en un seul chapitre. Pour expliquer ce silence tout relatif, certains savants ont avancé l'hypothèse qu'une partie de la saga avait été perdue. Il ne faut cependant pas oublier que l'auteur de la Eyrb. n'a jamais voulu écrire une biographie du gođi Snorri, mais une chronique des habitants de la Presqu'île du Mont des Neiges. Les « Hráfnsmál » du scalde Θormóđr Tréfilsson qui constituent la source principale de la biographie de Snorri ne décrivent d'ailleurs ses hauts faits que jusqu'en 1016.

  • 2 Eyrb. saga, IF, IV, Introduction, p. XLVII
  • 3 Mogk, Gesch. d. norw.-isl. Literatur, Strasbourg 1904 (2* éd.), p.752.

23Ein. Ól. Sveinsson2 et Eugen Mogk3 considèrent en revanche ces deux phrases comme non authentiques. Leur intercalation provoque une césure marquée dans le cours du récit aussi bien que dans le mouvement syntaxique du paragraphe. L'enchaînement normal des deux phrases, « Snorri gođi bjó i Tungu... θeir er óvinir hans váru » et « En er Snorri tók at eldask... öfundarmenn hans », est brusquement interrompu par les deux courtes références à la Heiđ. et à la Laxd. On peut donc penser avec Sveinsson et Mogk que ces deux allusions sont des additions d'un rédacteur postérieur.

24Ainsi, la Eyrb. serait plus ancienne que la Laxd., et pourrait donc avoir été écrite avant 1240 ; il est toutefois impossible de déceler quelque trace d'une influence de la Eyrb. sur la Laxd.

c) La Gísla.

  • 4 R. Heller, Gísla saga Súrssonar und Laxdœla saga, in: Festschrift W. Baetke, 1966, p.181 sq.

25Il est tout aussi délicat de porter un jugement définitif sur les rapports de la Eyrb. et de la Gísla. Rolf Heller4 a certes démontré d'une façon convaincante que la Gísla est plus ancienne que la Laxd., mais la question est de savoir si elle est plus ancienne que la Eyrb., ou bien si cette dernière la précède dans le temps.

  • 5 Dans la Gísla, par exemple, Snorri n'est pas cité dans cette scène.

26Les correspondances dans le récit, lorsque Θórdís, mère de Snorri, apprend la nouvelle de la mort de son frère Gísli, sont, malgré quelques divergences minimes5, si grandes que l'on peut penser à un emprunt, surtout lorsque l'on considère le parallélisme quasi littéral des deux phrases suivantes :

« En mun eigi vel fagnat Gíslabana, ef grautr er görr oggefinn ? »
(Gísla, IF VI, chap. 37, p. 116)
(Ne fera-t-on pas bon accueil au meurtrier de Gísli en lui préparant et en lui offrant de la bouillie ?)
« En Θórdís segir, at θá var vel fagnat, ef grautr er gefinn Gíslabana ».
(Eyrb., IF IV, chap. 13, p. 24)
(Mais Θórdís dit que c'était faire bon accueil que d'offrir de de la bouillie au meurtrier de Gísli).

27Il n'est cependant pas exclu que les deux sagas soient indépendantes l'une de l'autre et puisent à une tradition orale commune, d'autant plus que ces deux phrases ont gardé une forme allitérative (en « g ») qui a pu permettre une transmission orale assez fidèle.

d) Grettla et Njála.

28Grettir Ásmundarson n'est cité qu'une seule fois dans la Eyrb., à l'intérieur d'une généalogie (IF IV, chap. 62, p. 168), Njáll ne l'est pas du tout. Cela ne signifie pas que l'auteur de la Eyrb. ignore les événements que la Grettla rapporte aux chapitres 49, 51 et 58, ou la noble conduite de Snorri lors de la poursuite en justice après le meurtre de Njáll et de ses enfants, brûlés vifs dans leur maison. L'auteur connaît certainement les grands événements de la Njála, comme nous le prouve l'allusion faite dans le chapitre 47 de la Eyrb. à la conduite héroïque de Gunnarr de Hlidarendi, héros de la première partie de la Njála, qui succomba sous le nombre, victime de la vengeance de sa femme, la perfide Hallgerdr. Toutefois, il n'a pu connaître ces deux sagas dans leur version définitive, car celles-ci appartiennent à la fin du xiiie siècle ; d'autre part, comme on a pu le démontrer, elles utilisent elles-mêmes la Eyrb. comme source.

e) Autres sagas.

29Il est impossible, dans le cadre restreint de cette étude, de rechercher les divers rapports éventuels entre la Eyrb. et les autres sagas ; toutefois, nous reviendrons plus loin, lors de l'étude des sources, sur les rapports de la Eyrb. avec la Bjarnar saga hitdœla-kappa et la Eiríks saga rauda. Comme les personnages principaux de la plus grande partie des sagas islandaises appartiennent à quelques grandes familles, il est inévitable qu'il y ait des interactions entre les diverses sagas, sans que pour autant une analyse précise puisse déceler un emprunt de l'une ou de l'autre. Il est vain, par exemple, d'essayer de démontrer que la Kristni saga, dans laquelle nous est décrite l'action énergique de Snorri lors de l'adoption du christianisme par l'Alθing en l'an 999, a été une source de la Eyrbyggja ou vice-versa, ou bien encore que toutes les deux étaient indépendantes l'une de l'autre. Il est impossible de donner l'avantage à aucune de ces trois hypothèses, car la Kristni saga, tout comme la Eyrb., appartient à la première moitié du xiiie siècle.

f) Rédactions récentes de la Landnámabók.

30Il est clair d'autre part que les rédacteurs plus récents de la Ldnb. ont puisé nombre d'informations dans la Eyrb. Ce fut probablement le cas de Styrmir Karason († 1245) et très certainement celui de Sturla Θórdarson († 1284) et d'Haukr Erlendsson († 1334).

31Certes, Sturla ne nomme pas expressément la Eyrb., cependant, il la suit dans l'exposition de cas juridiques et dans les généalogies, en partie infidèle ainsi à la tradition que nous transmettent la Hauks-bók et la Melabók.

32D'autre part, dans la Hauksbók, on peut lire au chapitre 67 :

« Um θat orti Θórarinn Máhlíđingavisur eptir θví sem segir í Eyrbyggja sógu ».
(A cette occasion, Θórarinn composa les vísur de la Pente aux Mouettes, d'après ce qui est dit dans la Eyrbyggja).

33Enfin, la Eyrb. semble avoir exercé une influence réduite sur la rédaction la plus récente, celle de la Melabók.

3° Etudes du style et de la langue

34L'ultime moyen qui reste à notre disposition pour dater les sagas est celui de l'analyse de leur langue et de leur style. Néanmoins, dans les conclusions que nous pourrons tirer de cette analyse, la plus grande prudence est de règle. Le cas suivant nous en donnera un exemple : au cours des dernières années, le grand spécialiste suédois Peter Hallberg a tenté, en utilisant des méthodes statistiques, d'établir une chronologie des sagas ; mais ses tentatives sont loin de rencontrer une approbation générale.

  • 6 P. Hallberg, Om spraakliga författarkriterier... ANF 80, 1965 (p. 157 sqq).

35A titre d'exemple, voici l'analyse de deux synonymes faite par Hallberg6 : « hitta (sk) », dénomination ancienne pour « rencontrer », employée dans la très archaïque Heiđ. dans 84,5 % des cas, recule au cours des ans devant son synonyme « finna (sk) » ; la très récente Finnboga saga n'emploie plus « hitta (sk) » que dans 2,4 % des cas. Comme dans la Eyrb., le rapport hitta (sk)-finna (sk) est de 1/30 (ce qui correspond à l'emploi de « hitta (sk) » dans 3,2 % seulement des cas), Hallberg pense pouvoir placer la Eyrbyggja dans la deuxième partie du xiiie siècle. Il propose comme auteur Sturla Θórdarson. La Laxd. doit, avec un rapport de 58,3 %, être sensiblement plus ancienne.

36La tentative d'Hallberg attire cependant quelques remarques :

  1. Des analyses comme celle que nous venons de décrire ne peuvent s'appuyer que sur les manuscrits de la saga qui sont parvenus jusqu'à nous. Des interventions éventuelles de copistes, voulant remettre la saga « au goût du jour » ou bien lui donner un caractère archaïque, peuvent donc dans ce cas être beaucoup moins secondaires que Hallberg ne veut le penser.
  2. Le choix que l'auteur fait entre deux synonymes est également une question de goût et d'usage personnels.
  3. Cette méthode statistique peut d'ailleurs conduire à des résultats divergents : alors que Hallberg7 pense qu' Óláfr Θórdarson est l'auteur de la Laxdœla, Marina Meier8, après une analyse semblable, voit plutôt l'auteur dans le frère d'Óláfr, Sturla.
  4. Ces résultats sont quelquefois en contradiction avec ceux obtenus par d'autres analyses statistiques : d'après l'étude faite par Hallberg du rapport « hitta (sk)/finna (sk) », la chronologie serait : Gísla saga, Laxdœla saga, Eyrbyggja saga, tandis que, d'après le pourcentage de dialogue, méthode qui doit également permettre de fixer l'âge d'une saga, on parvient à une chronologie : Eyrbyggja, Gísla, Laxdœla. Ainsi, la saga qui, selon une méthode, est la plus ancienne, serait selon l'autre, la plus récente.

37Ainsi donc, à la fin de notre essai de datation, nous aboutissons à ces deux dates limites : la Eyrb. n'a pu être écrite avant 1200 et n'a pas pu l'être après 1240, si l'on considère qu'elle est antérieure à la Laxd. Comme ces deux dates sont des dates extrêmes, on peut donc, sans de trop grands risques d'erreur, « resserrer les deux branches de la fourchette » et placer la composition de la Eyrb entre 1210 et 1230.

  • 9 A. Heusler, Die altgermanische Dichtung, Potsdam 1943 (2e éd.), pp.212, 217

38C'est exactement la période dans laquelle Heusler9 situe larédaction de cette saga ; en effet, ce dernier pense que la Eyrb. appartient à la première période des Islendinga Sögur, à côté de l'Eigla. Il serait toutefois hasardeux de vouloir avancer une date de composition plus précise, en raison de l'insuffisance de nos moyens d'investigation et du caractère lacunaire de la tradition manuscrite.

Anmerkungen

1 Dans notre essai de datation de la Eyrb., nous suivons l'excellent exposé de U. Schnall « Handschriftliche Überlieferung und Datierung der Eyrbyggja saga », composé pour le « Cours Supérieur » du Prof. Dr. W. Lange au cours du semestre d'été 1968.

2 Eyrb. saga, IF, IV, Introduction, p. XLVII

3 Mogk, Gesch. d. norw.-isl. Literatur, Strasbourg 1904 (2* éd.), p.752.

4 R. Heller, Gísla saga Súrssonar und Laxdœla saga, in: Festschrift W. Baetke, 1966, p.181 sq.

5 Dans la Gísla, par exemple, Snorri n'est pas cité dans cette scène.

6 P. Hallberg, Om spraakliga författarkriterier... ANF 80, 1965 (p. 157 sqq).

7 P. Hallberg, Óláfr órdarson hvítaskáld, Knytlinga saga och Laxdœla saga... 1963 (Stud. Isl. 22).

8 M. Meier, Til spørgsmaalet om Laxdœlas forfatter, in MoM 1965, p.45 sqq.

9 A. Heusler, Die altgermanische Dichtung, Potsdam 1943 (2e éd.), pp.212, 217

© Presses universitaires de Caen, 1971

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Kaufen