Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Composition de la Eyrbyggja Saga

 | 
Jean-Pierre Mabire

I. Genèse des sagas

Texte intégral

Theories en presence

1Après avoir esquissé le cadre des événements de la Eyrbyggja, nous allons aborder la grande question touchant à la genèse des sagas. L'étude de cette question éclairera les problèmes se rapportant à la composition proprement dite de notre saga.

2Deux théories sont en présence : la première, connue sous son nom allemand de Freiprosatheorie, est la plus ancienne. Elle a été défendue par les grands noms de l'école allemande, Andreas Heusler et Hans Kuhn, ainsi que par l'éminent savant et folkloriste norvégien Kunt Liestøl, qui a cependant été beaucoup plus nuancé dans ses affirmations. La seconde, connue sous le nom de Buchpro-satheorie, ou Kunstprosatheorie, a été soutenue par l'école islandaise, dont les membres les plus illustres sont Sigurdur Nordal et Ein. Ól. Sveinsson, ainsi que par le grand spécialiste de Leipzig, Walter Baetke.

  • 1 Ein.Ol.Sveinsson: Dating the Icelandic Sagas, Viking Society, Londres 1958.

3Qu'il me soit permis ici d'exposer brièvement l'essentiel de ces deux théories. Pour ce faire je reprendrai la remarquable argumentation d'Ein. Ól. Sveinsson dans son livre « Dating the Icelandic Sagas »1. Celui-ci critique le caractère doctrinal et rigide que les savants allemands ont donné à ce qui n'était primitivement qu'une hypothèse de travail, hypothèse qu'ils ont rapidement transformée en « Lehre », doctrine à partir de laquelle ils expliquent la genèse de la plupart des sagas islandaises. Ils font toutefois exception pour quelques-unes des plus grandes, auxquelles ils reconnaissent un caractère plus littéraire.

4Leur théorie est présentée par Sveinsson sous l'aspect de trois postulats, indépendants les uns des autres :

  1. Les sources des sagas étaient des récits oraux, formant un tout cohérent. Ces récits se transmettaient sous une forme figée (dans leur matière comme dans leur style).
  2. Ces récits oraux étaient appris par cœur, mot pour mot, par un conteur qui les tenait d'un autre, et ainsi de suite.
  3. Un jour ils étaient couchés sur le vélin par un scribe consciencieux, dans la forme exacte dans laquelle le dernier conteur les avait racontés. Ainsi donc, pour les partisans de cette théorie, les différences entre la saga écrite et la « saga orale » ne sont pas plus grandes que les différences qui pourraient exister entre deux conteurs racontant la même histoire.

5Ein. Ól. Sveinsson se refuse à croire qu'une saga puisse avoir comme source unique un récit oral qui ne connaisse aucune variante. Cela semble l'évidence même, tout au moins en ce qui concerne les sagas qui n'ont pas pour source unique un complexe de strophes scaldiques ; ces dernières, en effet, peuvent, grâce à leur structure métrique rigide se prêter à une transmission orale fidèle, comme le montrent les exemples de la Kormáks saga et de la Gunnlaugs saga ormstunga, qui reposent entièrement sur les poèmes des scaldes Kormákr et Gunnlaugr-Langue-de-Serpent.

6Sveinsson considère également comme improbable le fait que chaque récit oral puisse être figé dans sa forme et appris par cœur mot pour mot. Il montre qu'il existe de longs récits, comme les « Märchen », dont la matière est préservée et transmise oralement, bien qu'ils ne soient pas pour autant appris par cœur. Il ajoute qu'il tient pour douteux que des textes en prose puissent avoir été jamais préservés oralement mot pour mot, à moins qu'il n'y ait eu une classe distincte de la société dont le seul rôle fût de les réciter, après les avoir appris systématiquement pendant un certain nombre d'années. Il assure qu'une telle classe n'existait pas dans la société islandaise de l'époque.

7S'il est permis d'adhérer entièrement aux critiques de Sveinsson, sa dernière remarque attire cependant quelques réflexions : en Islande ont vécu, après la « söguöld », des hommes qui ont contribué grandement à la transmission orale des sagas, et qui ont même fait leur gagne-pain de leur récitation. L'Íslendings θáttr sögufróda (Cf. Thule 17) nous en donne un exemple : l'anecdote suivante se déroule à la cour du roi de Norvège, Haraldr harđráđi (le-Sévère), au milieu du xie siècle.

  • 2 « Utferdar saga Haralds harđráđa ».

8Un jeune Islandais dont nous ignorons le nom débarque sur les côtes de Norvège et se rend à la cour du roi Haraldr pour y parfaire son éducation et y chercher fortune. Il propose ses services au roi qui lui demande ce qu'il sait faire. Le jeune homme lui déclare qu'il est assez versé dans l'art de conter les sagas, comme nous l'indique son surnom, « sögufróđr ». Il donne immédiatement au roi un échantillon de son talent ; le roi, intéressé, le prie de distraire chaque soir la cour par ses récits. L'islandais s'exécute avec plaisir et ses sagas connaissent un grand succès. Cependant, à l'approche des fêtes de Jól, son répertoire vient à s'épuiser. A ce moment, le roi le convoque et lui confie la lourde tâche de distraire la cour pendant les douze veillées de la fête de Jól. L'Islandais, fort embarrassé, avoue à Haraldr qu'il ne lui reste plus qu'une seule saga à raconter, et cette saga est celle du roi en personne2. Le roi insiste pour qu'il la raconte ; le jeune homme se lance alors dans l'aventure, au risque de déplaire à ce monarque tout-puissant. La saga d'Haraldr est bien accueillie et remporte un grand succès auprès de toute la cour. Le souverain, étonné par l'exactitude des faits, demande au jeune homme de qui il tient cette histoire. Ce dernier avoue qu'il l'a apprise à l'Alθing, de la bouche même d'Halldórr Snorrason, un des fils du héros de la Eyrbyggja, qui avait été un des fidèles compagnons de Haraldr et l'avait suivi dans ses expéditions en Méditerranée. Chaque année, Halldôrr lui avait raconté une partie de l'histoire d'Haraldr ; le jeune homme avait écouté attentivement et s'était souvenu. Le roi Haraldr le récompensa richement, et le jeune Islandais s'en retourna dans son pays.

9Cette brève anecdote nous montre donc que les sagas se transmettaient bien oralement, mais certainement pas sous une forme figée et dans un style immuable, comme le prétend la théorie de la prose dite « libre ». Elle nous révèle aussi que certains Islandais étaient fort appréciés à l'étranger (surtout à la cour de Norvège) pour leur art de conter les sagas. Le terme « sögumadr » qui trahit l'activité professionnelle de ces personnages, en est une preuve supplémentaire.

10Cette petite digression, néanmoins fort instructive pour la suite de cette étude, nous a pour un temps éloignés de l'examen de la théorie de la prose libre.

11Le troisième postulat constitue la pierre d'achoppement réelle de cette théorie : il est en effet difficile de croire que le scribe qui a couché sur le vélin la saga au cours du xiiie siècle, ait suivi mot pour mot le récit oral, tout comme s'il écrivait sous la dictée.

12Comme l'affirme à juste titre Sveinsson, ceci est contraire aux lois de nature. En effet, quel moine lettré, sûr de son art, ne serait pas tenté d'enjoliver un tant soit peu le récit oral en y ajoutant quelques effets de style de son cru ou en supprimant certains passages qui lui déplaisent ? Ce dernier postulat est d'ailleurs fort révélateur, car il nous montre quelle importance minime les partisans de cette théorie attribuent à l' « auteur », qu'ils rabaissent au rang de scribe.

  • 3 Sigurđur Nordal : Hrafnkatla, Reykjavík 1940. Entre-temps les spécialistes sont revenus à un plus (...)

13La deuxième théorie n'en est pas vraiment une, puisque ses partisans ne s'appuient que sur quelque chose de concret, d'existant, à savoir les sagas dans leur forme écrite, exclusivement, se refusant à considérer une hypothétique forme orale. En conséquence, ceux-ci accordent une grande importance à l'auteur de la saga, qui, pour eux, est parfois même plus qu'un « compositeur » talentueux, et devient un véritable créateur, doué d'un sens littéraire sûr et maître de son art. L'étude de la saga de Hrafnkell3, faite par Sigurđur Nordal, qui en a montré le caractère grandement fictif, a apporté beaucoup d'eau à leur moulin.

14Actuellement les spécialistes qui se penchent sur cette question sont parvenus à un moyen terme : ils reconnaissent que les sagas ont pour source principale une active tradition orale qui s'est perpétuée depuis la soguöld jusqu'à l'époque de leur rédaction au cours du xiiie siècle ; mais d'autre part, ils se refusent à croire que l'homme qui a transmis ces chefs-d'œuvre à la postérité en les couchant sur le vélin, n'ait été qu'un modeste scribe, fidèle uniquement à la lettre, au détriment de l'esprit. Ce pourrait être à la rigueur le cas pour les sagas les plus mal construites, contenant de nombreuses inconséquences, mais il est impossible d'imaginer que des joyaux littéraires comme la Njála et l'Eigla n'aient pas été l'œuvre de grands artistes, capables de dominer leur sujet et d'ordonner leur matière pour créer un tout harmonieux et vivant.

Notes

1 Ein.Ol.Sveinsson: Dating the Icelandic Sagas, Viking Society, Londres 1958.

2 « Utferdar saga Haralds harđráđa ».

3 Sigurđur Nordal : Hrafnkatla, Reykjavík 1940. Entre-temps les spécialistes sont revenus à un plus juste milieu et ne dénient plus à la Hrafnkatla toute vérité historique. Voir : P. Halleux, Aspects Litté-raires de la saga de Hrafnkell, Paris, 1963.

© Presses universitaires de Caen, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter