Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Normands en Méditerranée aux xie-xiie siècles

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

3e partie : les Normands et la culture

Les épitaphes et la littérature funéraire de langue latine dans l’Italie normande (1085-1189)

Monique Dosdat

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’Occident des XIe et XIIe siècles, la littérature funéraire de langue latine est représentée essentiellement par les épitaphes, les plaintes (planctus) et les éloges funèbres. Ces trois genres, qui ont pour but commun de sauvegarder de l’oubli la mémoire d’un défunt, concernent le plus souvent un éminent personnage : roi, prince, grand seigneur, saint abbé, dignitaire de l’Église, ou encore guerrier valeureux ; mais semblables dans l’intention, ils diffèrent dans la forme, chacun suivant des règles de composition à vrai dire assez peu contraignantes1. La longueur du morceau, par exemple, est laissée à l’inspiration de l’auteur : une épitaphe classique compte de huit à douze vers, mais on en voit de six, quatre et même deux vers2. Le nombre de couplets d’un planctus est variable3. La longueur des éloges funèbres n’a souvent pas grand-chose à voir avec l’importance ou la notoriété du défunt qui les a inspirés4. En outre, les éloges funèbres, insérés la plupart du temps dans un t...

Auteur

Bibliothèque municipale de Caen

© Presses universitaires de Caen, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540