Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et témoignage

 | 
Claire Perrin

Témoigner du corps

De vivre à dire son expérience corporelle en activité physique : la médiation des entretiens

Daniel Lecharpentier

Texte intégral

C’est un sujet qui vit des expériences corporelles

1Toute activité physique est faite de sensations, perceptions, états émotionnels, connaissances, contractions musculaires, phénomènes physiologiques et biochimiques. Si le corps reste un défi pour les robots, c’est qu’il ne peut être réduit à une machine biocybernétique, aussi sophistiquée soit-elle. Le robot agit et produit une performance. Le sujet vit, ressent, éprouve à travers son corps l’activité physique. Il s’agit d’une réelle « expérience corporelle ».

2Les matchs, les grandes rencontres sportives, les reportages télévisés nous placent en position de témoin oculaire de ces prestations physiques. Peut-on « dire » cette expérience ? Que peut en saisir un observateur extérieur dans la position de témoin oculaire ? Que peut en dire l’acteur quand il se place en position de témoin de sa propre expérience ? Quelle part de l’expérience peut être partagée entre l’acteur et le destinataire du témoignage ?

3Le récit d’un événement sportif consiste le plus souvent en clichés, ou donne lieu à une dramaturgie destinée à faire vibrer les supporters. Le risque est important de prêter des actions, des buts, des intentions, des processus qui ne sont pas ceux des acteurs eux-mêmes. Les verbalisations spontanées, en cours ou post-activité, sont, dans la majorité des cas d’une extrême indigence et renvoient aux problèmes rencontrés par les démarches introspectives du début du siècle.

4Depuis les années 1990, de nouveaux courants de recherches liés à des théories de l’action ont pour ambition de redonner une place au sujet dans l’analyse de son activité. Ils s’appuient sur l’idée d’une possibilité d’accès à sa propre activité. Cependant, l’accès à cette activité par le sujet n’est pas médiate. Elle nécessite la présence d’un interviewer-médiateur qui utilise la verbalisation de l’action.

  • 1 Dornier et Carraud 2001.

5L’explicitation de l’action nécessite l’élaboration (au travers d’une prise de conscience) d’un lien entre les savoirs procéduraux qui sont mobilisés dans la réalisation d’un savoir-faire (en particulier d’une activité corporelle complexe, à caractère sportif artistique ou autre) et les savoirs déclaratifs qui permettent d’exprimer les gestes réalisés, les sensations perçues, et d’en donner ainsi accès à autrui. Ces verbalisations de l’expérience peuvent s’appuyer sur des traces de cette même expérience, revisualisée par exemple. Ainsi l’acteur possède à la fois un regard intérieur et un regard extérieur par rapport à son expérience corporelle. S’il s’agit « d’un récit autobiographiquement certifié d’un événement passé… »1 qui fonctionne sur l’autodésignation inséparable de l’attestation de la réalité : « j’y étais », nous ne nous trouvons pas dans la situation princeps de témoignage ordinaire, celui de la vie courante, définie par Renaud Dulong. Toutefois, nous pouvons nous interroger sur la valeur de témoignage de ces entretiens. Quelle est la fonction du récit dans ces entretiens ? Quelle est la nature de l’expérience qu’ils mettent en mots ?

  • 2 Dulong 2004.

6D’autre part, le témoignage ne peut être réduit au récit des événements. Comme le souligne R. Dulong2, le témoin vit l’événement avec son corps, lequel inscrit les souvenirs (parfois refoulés) au niveau de la sensorialité. Nous rencontrons des interrogations similaires au cours des entretiens, interrogations liées à l’implication du corps perçu et sensible dans l’expérience corporelle. Que peut-on dire de ce corps perceptif et sensible ? Que peut-on lui faire dire ? Qu’en est-il de l’accréditation du témoignage par le destinataire ? Ouvre-t-il la possibilité d’un monde partagé ?

7Notre propos sera de déterminer la capacité à faire le récit de son expérience corporelle, la nature de l’expérience traduite par les verbalisations provoquées au cours des entretiens d’explicitation de l’action et d’autoconfrontation. Nous nous attacherons à déterminer la valeur des témoignages ainsi produits et la capacité d’un « monde partagé » à propos de ces expériences. Ceci devrait nous permettre de réintroduire la problématique du corps dans les témoignages.

Témoigner de son expérience corporelle n’est pas rationaliser l’action

  • 3 Von Cranach et Harré 1982.
  • 4 Theureau 2000, 171-211.
  • 5 Ibid., 183.

8L’autoconfrontation est une méthode de recherche qui met les sujets en face des enregistrements de leurs propres actions. Utilisée en anthropologie, en thérapie, en analyse de l’enseignement, elle sert à former des professionnels, à documenter la recherche, à accroître les connaissances. S’inspirant des travaux de Von Cranach3, en analyse du travail, elle a fait l’objet de réflexions et systématisations fécondes. Nous nous attacherons à son utilisation par Theureau. Selon Theureau4, l’activité de travail est un « tout dynamique ». Incorporée et située, elle « met en jeu toute l’expérience de l’acteur et des acteurs en société ». Pour ces raisons, il est nécessaire de rompre avec le paradigme de l’homme comme système de traitement de l’information. En s’appuyant sur les théories constructivistes de Varela, l’activité peut-être envisagée comme construction de l’acteur en interaction avec les caractéristiques de la situation qui sont pertinentes pour lui, (couplage structurel de l’acteur avec la situation). Ceci a pour conséquence que « la description de l’activité et de la situation, pour être pertinente, doit être effectuée du point de vue de la dynamique interne de l’acteur »5. Pour cela, Theureau s’appuie sur un objet théorique : le cours d’action, un observatoire du cours d’action destiné à définir les outils et les conditions de recueil de données et une théorie « sémio-logique » qui fournit le cadre interprétatif de l’activité. Ce dispositif permettra de construire les « structures significatives fondamentales du cours d’action », ce qui revient en fait pour l’acteur en une interprétation en première personne (dans une situation d’interlocution avec un observateur attentif) de son activité.

9La question se pose alors de savoir ce que peut dire l’acteur de son activité. Une première réduction est opérée par le choix du cours d’action car c’est :

  • 6 Ibid., 184.

ce qui dans cette activité est pré-réflexif, c’est-à-dire montrable, racontable et commentable à tout instant par l’acteur-interlocuteur6.

  • 7 Ibid., 186.

10Ce parti pris situe l’approche dans une perspective cognitive. La méthodologie de recueils des données « l’observatoire du cours d’action », utilise des verbalisations provoquées des acteurs en activité et des verbalisations en autoconfrontation avec les enregistrements de leurs comportements. Les acteurs parlent donc de leur activité à partir d’images de leurs actions. Nous sommes dans une « situation de rappel situé »7, médié par l’image, image en position d’observateur extérieur. Dans une expérience qui situait l’entretien un mois après un entretien d’explicitation de l’action, (une verbalisation avait donc eu lieu post-exercice), les sujets « se découvraient » différents de ce qu’ils avaient « vécus » : « je ne me voyais pas comme çà, je pensais être mieux placé ». Le témoin, qui devient témoin oculaire, modifie en partie son premier témoignage. Faut-il pour autant mettre en doute l’un ou l’autre des témoignages ? Il s’agit en fait de deux situations différentes. Dans le premier entretien, le sujet, acteur-témoin, évoque le vécu de la situation ; ce qu’il a perçu de son action. Dans le second, il réactualise ses données dans une position plus distanciée, à partir d’une image qui est le reflet d’un regard extérieur. Que se passerait-il si nous avions filmé en position subjective (en caméra embarquée par exemple). Nous devons donc être très attentifs aux conditions de production de récits d’expériences.

11Nous avons pu mesurer toute la difficulté à mener de tels entretiens. En effet, placé devant les images de sa prestation, l’acteur entre d’emblée dans un travail de justification et rationalisation. C’est une différence fondamentale avec la situation princeps du témoignage par un témoin oculaire. Le sujet est dans la situation d’acteur-témoin, que l’on retrouve dans de nombreux témoignages : la première expérience sexuelle, les pénitents, les témoins de l’holocauste, etc. Dans notre situation d’entretien, la recherche d’accréditation organise le témoignage dans la mesure où le sujet anticipe les attentes et jugements des destinataires.

12Des précautions s’imposent : la situation d’autoconfrontation est présentée comme un exercice contraignant destiné à seulement « expliciter » l’activité. Des conditions de l’entretien sont clairement définies. Le cadrage permet d’établir un rapport de confiance nécessaire à la sincérité du commentaire. Dans la conduite même de l’entretien ; l’interviewer par ses relances amène l’acteur à revivre, décrire, commenter l’activité filmée, en insistant sur ce qui a été ressenti, perçu, pensé au cours de cette activité. Le sujet doit se situer en deçà de toute rationalisation. Une analyse approfondie des entretiens, notamment des relances de l’interviewer, est nécessaire, pour accréditer la sincérité du récit ainsi produit (« et là qu’est-ce qui se passe ? », « À ce moment-là tu penses à quelque chose de précis ? », « là, tu fais quoi ? »). Il s’agit bien d’avoir accès à ce qu’il a fait ou pensé au moment où il l’a fait. L’acteur est dans une position d’extériorité-intériorité, où il doit suspendre tout cadre interprétatif. Ce type de situation fait appel à l’idée d’un monde partagé. C’est une des caractéristiques des témoignages qui a posé tant problème aux témoins de l’holocauste : « personne ne pourra nous croire ».

13Les travaux actuels (Saury, Sève, Theureau) se situent en secteur professionnel et visent une meilleure compréhension de l’action des opérateurs à des fins d’amélioration de la formation ou des systèmes d’aides. En fait, il s’agit d’avoir accès au niveau pré-réflexif de l’activité. L’entretien n’a pour objet que de recueillir les données pour documenter ce qui est montrable, racontable et commentable par l’acteur lui-même. Ces données devant être les plus autonomes possibles vis-à-vis de la théorie du cours d’action qui servira à l’interprétation. Nous atteignons l’expérience au sens de la philosophie des sciences, c’est-à-dire toute procédure par laquelle une hypothèse ou une théorie scientifique est confrontée avec des faits, telle que la définit P. Engel dans l’Encyclopædia Universalis (version 6). La notion d’expérience ouvre la possibilité de construction de connaissances à partir de l’empirisme. L’acteur rapporte ses cognitions mobilisées dans l’action. L’expérience corporelle ainsi décrite est réduite aux cognitions.

La position de parole incarnée

  • 8 Vermersch 1990, 124.

14Une des questions à l’origine du travail de P. Vermersch se formule ainsi : peut-on aider des personnes en formation à tirer la leçon de leur expérience ? Tirer la leçon d’une expérience, c’est : « nécessairement expliciter ce qui la constitue, de manière à en prendre conscience et en faire un objet de réflexion pour une action future »8. Expliciter l’expérience est un enjeu important pour la psychologie C’est en effet réintroduire la méthode introspective qui n’a pas résisté à de nombreuses condamnations de la psychologie objective (objectiviste) et recourir à l’analyse phénoménologique longtemps reléguée à la seule réflexion philosophique.

  • 9 Vermersch 1999, 9.

15Ces deux aspects de la démarche de Vermersch sont propres à interroger le témoignage. En effet, expliciter son expérience, c’est postuler que le sujet peut-être le témoin de sa propre expérience, qu’il y a une possibilité d’accès et une validité à dire son expérience pour atteindre le niveau d’analyse phénoménologique de son activité c’est-à-dire « ce dont le sujet peut faire l’expérience »9.

16Pour atteindre un premier niveau d’analyse de l’expérience, il est possible de s’appuyer sur ce que Vermersch appellent les « textes-témoignages », c’est-à-dire les récits, descriptions, transcriptions de séance clinique, matériaux auto-biographiques. C’est ainsi que nous avons amené des sujets à « dire » leur expérience de nage en piscine en utilisant des questions ouvertes. On est vite confronté aux limites de telles pratiques :

  • 10 Ibid., 4.

la spontanéité d’un témoignage n’est que le signe de sa sincérité pas le critère unique de la valeur de ce qui est formulé, de sa précision, de son caractère plus ou moins complet10.

  • 11 Dulong, 1968.

17Autrement dit, en reprenant les composantes du témoignage rapportées par Dulong11, l’énoncé en première personne (je me dis qu’il faut que je m’allonge ; je ressens du bien-être ; j’ai une impression de glisse ; j’essaie de trouver un point d’appui etc.) atteste de l’autodésignation et l’attestation de réalité. La forme active, l’affirmatif, et l’aspect factuel répondent à la nécessité de

  • 12 Ibid.

l’assertion (affirmer que) de la réalité factuelle (fait) de l’événement rapporté associé à la certification (authentifier) de cette déclaration par l’expérience de son auteur12.

18Toutefois, nous ne pouvons attester de l’importance de l’événement rapporté par l’auteur : l’expérience clinique nous impose de considérer que ce qui est « exprimé » en premier est le plus accessible, pas nécessairement tenu comme le plus important. Nous nous trouvons dans une situation de parole sur l’expérience, utilisant l’instrospection.

19Entre les critiques, voire le rejet de l’introspection désignée comme méthode non scientifique, et l’illusion d’un accès direct à la description phénoménologique, une place existe pour une démarche qui définit les conditions et les critères d’émergence de la verbalisation non pas sur mais de l’expérience, ce que Vermersch appelle « la position de parole ». Cette posture, aura pour fonction de vérifier s’il s’agit bien « d’un moment réel incarné par un sujet réel, un vécu singulier », s’il s’agit d’une description en deçà de tout jugement et si elle apporte l’information nécessaire. En effet, une chose est de vivre une expérience, une autre de l’étudier. Le vécu pour Vermersch n’est pas d’entrée de jeu accessible, conscientisé, il est pour une part implicite, mais il est conscientisable. Il faut donc une opération qui permette l’accès à la conscience réfléchie.

  • 13 Vermersch 1997, 14.
  • 14 Ibid., 15.

20C’est l’activité de « réfléchissement » c’est-à-dire « passage du vécu en acte à la représentation de ce vécu »13, ce qui implique un changement de la direction de l’attention, une suspension du pourquoi, qui conduirait à une compréhension et non à une description de l’expérience, et une centration sur le comment propre à mobiliser l’évocation de l’action. Ceci nécessite une médiation, une aide. C’est ainsi que Vermersch a proposé l’entretien d’explicitation de l’action. L’interviewer guide le sujet vers le réfléchissement de son activité, le met dans une situation « d’évocation de son vécu de façon à ce qu’elle puisse s’exprimer à partir d’une position de parole incarnée »14.

En quoi consiste cette « position de parole incarnée » ?

21En activité physique, (mais est-ce le cas de l’activité physique seulement), on distingue généralement le temps de l’agir et le temps du retour réflexif sur l’action. On s’appuie, le plus souvent, sur le postulat d’une relative continuité entre la mise en mots et la mise en acte. Or, lors de la verbalisation de l’action les mots manquent pour traduire l’expérience. Le sujet met des mots sur le contenu représentationnel des expériences (les perceptions, les actions, les opérations), en questionnant toujours leur adéquation pour traduire la réalité factuelle :

« Je me sens rentrer dans l’eau et glisser, je ne sais pas si c’est vraiment pousser, mais j’avance en glissant vraiment dans l’eau » ; « j’appuie, je le sens que j’envoie de l’eau, enfin je me propulse par rapport à l’eau ».

22Il traduit une impuissance, voire une gêne à dire les propriétés qualitatives, à exprimer le contenu phénoménal de l’expérience :

Après je trouve qu’il fallait mettre beaucoup de mot sur ce qu’on ressentait, et c’était pas forcément facile de mettre des mots sur le ressenti parce que je sais pas, je… Je savais pas forcément quoi dire quand on me demandait là, qu’est ce que tu ressens, et ça me gênait même un peu, j’aime pas trop, j’aimais pas trop.

  • 15 Elle emprunte à l’idée d’action incarnée de Varela, Thompson et Rosch : « par le mot incarnée nous (...)

23Dans les entretiens d’explicitation de l’action, le corps prend le relais : le corps exprime au sens d’exprimer : faire sortir en pressant. Nous avons filmé les situations d’entretien d’explicitation de l’action et d’autoconfrontation. Nous pouvons repérer les esquisses de gestes, les schématisations, qui accentuent, ponctuent, illustrent le discours, les battements de paupières, les regards dans le vague, qui accréditent l’activité d’évocation. Le corps n’est pas seulement la vérification du processus évocatoire lui-même. Il est aussi la parole échangée. Cette position de parole incarnée signifie que le sujet est présent en pensée au vécu de la situation, que cette pensée est reliée au caractère concret de la situation, mais plus encore qu’elle la rend inséparable du corps, ne peut consister en un regard extérieur au corps15. On mesure l’intérêt de ce propos pour notre axe d’étude corps et présence du témoin.

24Les manifestations corporelles au cours de l’évocation ont fonction de certification de la déclaration par l’expérience de l’acteur. Elles vont cependant au delà, dans la mesure où des esquisses de gestes, des mouvements, suppléent les failles, les manques du discours. Ils sont aussi des marqueurs, des ponctuations de ce même discours. Ainsi on ne peut faire l’économie d’une analyse interactive système verbal/système gestuel dans l’accès à l’expérience corporelle.

25Cette pratique d’entretien touche l’expérience envisagée du point de vue de la connaissance médiate « inférée à partir des données sensorielles ». Cette connaissance sensible, incarnée, incorporée pourrait présenter une autonomie par rapport aux processus de la pensée, elle se différencie de la connaissance conceptuelle. L’expérience subjective repose sur le postulat d’une « information phénoménale ». Par analogie avec l’expérience des couleurs avancée par Jackson, l’expérience corporelle permettrait d’apprendre quelque chose de nouveau, ce quelque chose qui dépasse la seule information rationnelle sur les rapports du corps à l’activité physique. Ceci nous renvoie, au seul plan des phénomènes bien entendus, à la sensorialité, la corporéité vécue, à cette mémoire corporelle dont témoignent les rescapés des camps nazis. Il y a une sorte de paradoxe à vouloir dire ce qui se situe au plan du vécu corporel et dont le récit ne pourra être qu’une réélaboration.

Le récit de l’expérience corporelle

La verbalisation de l’action comme « action située »

  • 16 Nous nous appuierons sur les définitions du témoignage données par Dulong 1998 et Engel 2001, 24-28

26Nous avons retenu la définition du témoignage selon Dulong. Rappelons qu’il est, en première approximation, considéré comme « un récit autobiographiquement certifié d’un événement passé »16. Il satisfait à l’autodésignation inséparable de l’attestation de réalité « j’y étais » et son objet peut être tenu pour un événement important et significatif. La verbalisation de l’action, s’écarte de la situation princeps définie par l’auteur. Cependant, la verbalisation de l’expérience, comme le témoignage, renvoie à des événements passés (en activité physique nous ne vivons pas deux fois la même expérience). Ils n’échappent pas aux effets de rappel. Se pose la question de la constitution et de la fonction des traces.

  • 17 Riff et al. 2000.

27Dans l’entretien d’autoconfrontation, les traces replacent le sujet dans le contexte du cours d’action. Mais se regarder en train d’agir n’est pas la même chose qu’agir. Il faut éviter que le sujet ne se place dans une situation de spectateur de sa propre activité. Von Cranach attire notre vigilance sur la distinction à opérer entre les cognitions qui ont eu lieu pendant l’action passée et celle qui ne serait que des interprétations au moment de l’interview. Il faut donc amener le sujet à évoquer ses cognitions dans l’action, et situer très précisément ces cognitions dans les enregistrements vidéos. L’attention doit être orientée vers l’activité passée. L’interviewer recentre constamment le propos sur l’expérience passée. Le temps présent du récit n’est pas seulement souvenir, évocation du passé, mais mises en actes partiels et partiaux. Il n’est pas réactualisation mais ré-élaboration. Ainsi les entretiens peuvent être considérés comme activité située17. La notion d’action située est empruntée à Suchman :

  • 18 Suchman 1987, 50.

J’introduis l’expression action située pour souligner que tout cours d’action dépend de façon essentielle de ses circonstances sociales et matérielles18.

28Quelle est l’autonomie de cette activité par rapport à celle qui est relatée ? Nous ne pouvons affirmer pour autant que ce qui est dit de l’expérience va au-delà de l’assertion de la réalité factuelle. En fait, dans ces entretiens, le témoin reconstruit les faits par strates successives à la manière de l’archéologue. C’est un constat qui interroge nécessairement les témoignages.

La position particulière du « récepteur » dans la verbalisation de l’expérience corporelle

29Tout témoignage suppose une demande d’accréditation par un récepteur (« croyez-moi ») qui ouvre l’alternative de la confiance et de la suspicion, selon Dulong, (Dulong, 1968).

30Dans l’entretien d’explicitation, l’interlocuteur, aide à l’explicitation, à la prise de conscience de l’acte effectué. L’entretien est à envisager

  • 19 Vermersch 1998, 3.

comme une technique de médiation permettant au sujet d’accéder à sa propre expérience, de la présentifier et d’en construire une description plus ou moins fragmentée19.

31L’évocation de l’action amène le sujet à « réfléchir » non pas sur son activité mais à réfléchir son activité, dans le sens de réfléchissement bien mis en évidence par Piaget dans ses études sur la prise de conscience. Ce réfléchissement est rendu possible par l’adressage du message à un interlocuteur, médiateur, qui n’a pas pour seule fonction d’entendre le témoignage, mais de participer à son élaboration.

32Entendue ainsi, la verbalisation de l’expérience corporelle interroge la confiance que l’on prête à la parole d’autrui. Il s’agit d’une co-construction dans une situation d’interlocution, qui nécessite l’élaboration d’un contrat de communication extrêmement clair. Dire sa propre activité, c’est dépasser l’implicite, qui s’exprime dans les imprécisions, les flous, les généralités auxquels le discours renvoie, dire c’est prendre conscience. L’activité réfléchissante qui permet cette prise de conscience, impose d’interrompre le cours habituel de la pensée, un temps de suspension, puis une modification de la direction habituelle de la pensée, elle doit être orientée vers l’intérieur et enfin un changement du mode d’attention, il faut laisser venir, accueillir les évocations liées à l’activité qu’il rapporte. Il s’agit là d’une attitude contre intuitive, qui repose, pour une part, sur le savoir-faire du médiateur-interviewer. La notion de sens commun est mise à mal dans cette situation. On ne peut souscrire à l’idée d’un monde partagé qui préexisterait et serait la condition de l’écoute et de la compréhension de l’expérience. Ce monde est à partager, c’est-à-dire qu’il s’élabore dans une compréhension mutuelle, non par la confiance accordée à l’acteur, mais par le travail de conscientisation.

Jusqu’où peut-on mettre en mots l’expérience corporelle ?

33« Les expériences » ce sont aussi du point de vue de la philosophie de l’esprit des états mentaux. Ce retour sur le vécu, recentre sur des contenus subjectifs et qualitatifs. Dans cette perspective, vivre des expériences corporelles c’est s’ouvrir à la qualité phénoménale de l’éprouvé corporel dans les activités physiques. Le témoignage de sa propre expérience corporelle renvoie alors au sujet qui vit ces expériences. À ce niveau-là, si tant est que nous acceptions l’idée de « qualia », se pose la question non seulement de la possibilité d’un monde partagé, mais de la volonté même de partager ces états subjectifs :

« moi le ressenti, j’suis pas à l’aise avec, j’vois pas comment en parler » ; « c’est différent de ce qu’on fait comme pratique quoi… ». « l’expérience ressentie c’est personnel… » ; « je pense qu’on n’a pas forcément quelque chose à dire et qu’on ne peut pas nous forcer.

34Avec ces mots-là, E. exprime sa réticence à partager un vécu qui lui est propre, qui est de l’ordre de la sphère privée, et la difficulté à mettre en mot des états subjectifs. Butée de la langue et limite du lien social, il y a une part de l’expérience qui renvoie à l’intention de dire, ne pas dire, ou à la simple possibilité de trouver des mots, voire un média pour dire.

Conclusion

35Ainsi, l’entretien d’explicitation de l’action et l’entretien d’auto-confrontation sont des outils relativement fiables, pour permettre l’accès à sa propre expérience corporelle en présence d’autrui. Ils nécessitent une pratique bien contrôlée et qui s’apprend. Toutefois ils ne livrent que certains aspects de l’expérience, les plus accessibles, les plus facilement partageables.

36Vivre une expérience corporelle, est de l’ordre de l’intime et du sensible et s’inscrit dans une mémoire corporelle. Si les entretiens d’autoconfrontation et d’explicitation de l’action ont valeur de témoignage, ils butent sur la capacité à mettre en mots cette expérience, sur les limites du récit donc, et sur l’intention de témoigner de l’acteur-témoin. Le témoin oculaire, ne fait pas qu’assister à un événement, il vit une expérience. Ces dispositifs pour « dire » son expérience, posent des questions importantes concernant l’accréditation du témoignage et la possibilité de monde partagé.

37L’hypothèse d’une saisie immédiate de l’expérience corporelle reposant sur l’empathie telle que la rapporte Lipps dans l’exemple de l’acrobate sur son fil et du public qui l’accompagne dans ses mouvements, illustre bien la dimension fondamentale du corps du témoin dans ce type de témoignage. Cette sorte de participation émotionnelle qui mobilise le système tonique selon Wallon, montre que le témoin dans ces situations n’est pas un témoin passif. Il rapporte ce que la vue du spectacle mobilise au plan de sa propre expérience et non pas de l’expérience de l’acteur. D’où la nécessité de mettre en doute le récit, de le questionner, de le confronter. Cette dimension tonique émotionnelle, qui montre l’intense participation corporelle dans l’expérience vécue par le témoin, impose de porter attention au corps du témoin dans les témoignages. Pour autant, ceci ne peut nous amener à évoquer un prétendu langage du corps. C’est dans le récit même, envisagé dans ses multiples dimensions verbales et non verbales, comme système de significations qu’il faut s’orienter.

38Si être témoin, c’est au-delà d’assister à un événement, vivre une expérience, à forte charge émotionnelle, le plus souvent, ce que les entretiens d’explicitation de l’action et d’auto-confrontation nous apprennent pourra se révéler fort utile.

Bibliographie

Références bibliographiques

Dornier C. et Carraud V. (dir.) (2001), Le Témoignage, dossier de présentation du projet ACI – Réseau des MSH, Caen, MRSH (dactyl.).

Dulong R. (1998), Le Témoin oculaire : les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, Éditions de l’EHESS.

Engel P. (sd), « expérience » in Encyclopédia Universalis, Cédérom, version 6.

Engel P. (2001), « Remarques sur l’épistémologie du témoignage », texte de présentation du colloque fondateur du projet Le Témoignage, Caen, MRSH, p. 24-28 (dactyl.).

Riff J., Perez S., Grison B. et Guerin J. (2000), Journée de travail modélisation de l’expérience individuelle et collective, CNAM.

Suchman L. (1987), Plans and Situated Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Theureau J. (2000), « Anthropologie cognitive et analyse des compétences », in L’Analyse de la singularité de l’action, J.-M. Barbier et al. (dir.), Paris, PUF, p. 171-211.

Von Cranach M. et Harré R. (éd.) (1982), The Analysis of Action. Record Theorical and Empirical Advances, Cambridge – Paris, Cambridge University Press – Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Varela F., Thompson E. et Rosch E. (1993), L’Inscription corporelle de l’esprit, Paris, Seuil.

Vermersch P. (1989), « Expliciter l’expérience », Éducation permanente, 100-101, p. 123-132.

Vermersch P. (1997), « La référence à l’expérience subjective », Alter, 5, p. 121-136.

Vermersch P. (1998), « Détacher l’explicitation de la technique d’entretien », Expliciter, n° 25, p. 1-15.

Vermersch P. (1999), « Pour une psychologie phénoménologique », Psychologie Française, 44 (1), p. 7-18.

Notes

1 Dornier et Carraud 2001.

2 Dulong 2004.

3 Von Cranach et Harré 1982.

4 Theureau 2000, 171-211.

5 Ibid., 183.

6 Ibid., 184.

7 Ibid., 186.

8 Vermersch 1990, 124.

9 Vermersch 1999, 9.

10 Ibid., 4.

11 Dulong, 1968.

12 Ibid.

13 Vermersch 1997, 14.

14 Ibid., 15.

15 Elle emprunte à l’idée d’action incarnée de Varela, Thompson et Rosch : « par le mot incarnée nous voulons souligner deux points : tout d’abord, la cognition dépend des types d’expérience qui découlent du fait d’avoir un corps doté de diverses capacités sensori-motrices ; en second lieu, ces capacités individuelles sensori-motrices s’inscrivent elles-mêmes dans un contexte biologique, psychologique et culturel plus large. », Varela, Thompson et Rosch 1993, 234.

16 Nous nous appuierons sur les définitions du témoignage données par Dulong 1998 et Engel 2001, 24-28.

17 Riff et al. 2000.

18 Suchman 1987, 50.

19 Vermersch 1998, 3.

Auteur

CRAPS EA 2131, Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540