Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Corps et témoignage

 | 
Claire Perrin

Témoigner du corps

Le corps des Indiens : le témoignage des voyageurs français

Cristina da Rosa Bustamante

Testo integrale

Tout homme peut se transformer en ethnographe et aller partager sur place l’existence d’une société qui l’intéresse.
Lévi-Strauss, Race et Histoire

  • 1 Pour une histoire romancée récente de la conquête de la France Antarctique voir Rouge Brésil de Jea (...)

1Aux premiers temps de la colonisation du Brésil, les Français ont joué un rôle important pour l’histoire du pays récemment découvert, car durant tout le XVIe siècle, Portugais et Français se sont affrontés pour la maîtrise du littoral brésilien. En effet, pendant cinq ans, entre 1555 et 1560, l’orgueilleuse forteresse du Fort Coligny, sur l’un des îlots de la baie de Guanabara (Rio de Janeiro), sera la marque des pouvoirs français – leur France Antarctique – sur un territoire que les Portugais n’occupaient que de manière fragile et discontinue1. En 1560, les Portugais ont pris la forteresse française et ont dominé la ville de Rio de Janeiro, sans pour autant pouvoir mettre fin aux prétentions colonialistes françaises par rapport aux terres brésiliennes. Près de 30 ans plus tard, en 1594, sous le règne d’Henri IV, Riffault partira en direction du Nord du Brésil tentant de s’emparer du Maranhão, état brésilien dont la capitale porte jusqu’à présent le souvenir des activités françaises car elle a le nom d’un roi français : Saint Louis (hommage à Louis IX). L’entreprise de Riffault a échoué, mais il a laissé sur place un gentilhomme, le sieur Des Vaux, qui a établi de bonnes relations avec les Indiens. Ces relations ont permis, plus tard, en juillet 1613, à un capitaine huguenot, le sieur de la Ravardière, de s’installer dans les Îles de Maranhão, ce que les Français considéraient comme la France Équinoxiale.

2Parmi ces premiers voyageurs, il y en a quelques-uns qui ont laissé des écrits, des récits de voyage, dans lesquels ils donnent leur vision du pays et de ses habitants. Ces témoignages ont une inestimable valeur historique et ethnologique. Ils fournissent également des éléments intéressants pour une étude de la fascination qu’a exercée le corps des Indiens sur ces premiers témoins européens et de la façon dont ces voyageurs ont vu et interprété le rapport tout à fait différent que les Indiens avaient avec leur corps.

Témoignage des voyageurs

3Dans l’ensemble des récits que les voyageurs ont faits, trois auteurs se distinguent par l’abondance et la qualité des observations qu’ils ont laissées dans leurs livres. Il s’agit de :

4– André Thevet, prêtre franciscain et cosmographe du roi, habitué aux grands voyages. Il a écrit Les Singularités de la France Antarctique, publié en 1557. Thevet avait accompagné pendant 2 mois (du 10 novembre 1555 au 30 janvier 1556) l’expédition de Villegagnon, à Rio de Janeiro, au Brésil. Il était aumônier de la nouvelle « France Antarctique » ; il devait assurer la catéchisation des Indiens et observer toutes les singularités du pays afin d’en faire le rapport le plus complet possible, destiné surtout au roi et à la reine. Remarquons le statut très officiel qu’aura son rapport : un aumônier, prêtre, cosmographe qui raconte au couple royal ; la production et la réception du témoignage seront, de par leur haut statut officiel, devant le peuple français, des garants de vérité. Thevet annonce son objectif dans la préface de son livre :

  • 2 Thevet 1981, 2.

C’est à savoir la situation et disposition des lieux, en quelque climat, la temperature de l’air, les meurs et la façon de vivre des habitants, la forme et propriete des animaux terrestres, et marins : ensemble d’arbres, arbrisseaux, avec leurs fruits, minéraux et pierreries : le tout représente vivement au naturel par portrait le plus exquis, qu’il m’a esté possible2.

5– Jean de Léry, religieux protestant, publie son livre Voyage fait en terre du Brésil en 1578, vingt ans après son retour en France. Il a accompagné le voyage des protestants qui étaient venus aider Villegagnon dans la tâche d’évangélisation des nouvelles terres découvertes. Il y est resté près de 10 mois (du 30 mars 1557 au 4 janvier 1558). Il a dédié son ouvrage au fils de Gaspar de Coligny, une des premières victimes des guerres de religion.

6Jean de Léry, lui aussi, laisse claire son intention d’enregistrer les faits, objectivement, avec l’intention explicite de témoigner pour la postérité :

  • 3 Léry 1994, 47.

Comme donc mon intention est de perpetuer icy la souvenance d’un voyage fait expressément en Amerique pour establir le pur service de Dieu, tant entre les François qui s’y estoiyent retirez que parmi les Sauvages habitans en ce pays-la, aussi ay-je estimé estre mon devoir de faire entendre à la posterité combien la louange de celuy qui en fut la cause et le motif doit estre à jamais recommandable3.

7 Yves d’Évreux, père capucin, est allé à l’État du Maranhão, dans le nord du Brésil, au moment de la deuxième tentative de colonisation française du pays, ce qu’ils appelaient la France Équinoxiale. Il y a vécu deux ans, en 1613 et 1614. Il a écrit Voyage au Nord du Brésil, en 1615, mais ce livre a été censuré et la vente interdite. François de Rasilly, qui avait conservé une copie du manuscrit d’Yves d’Évreux, a offert les fragments du livre au roi Louis XIII, en 1618. Cet exemplaire a été conservé à la bibliothèque royale – aujourd’hui Bibliothèque nationale de France – jusqu’à 1864, quand Ferdinand Denis l’a publié.

  • 4 En 1614, paraît Histoire de la Mission des Pères Capucins en l’Isle de Maragnon et terres circonvoi (...)

8Yves d’Évreux propose la lecture de son œuvre à la lumière de celle du père Claude d’Abbeville, son supérieur, et dans le but de compléter la vérité de celui-ci4 :

  • 5 D’Évreux 1985, 29.

Ami Lecteur, vous serez averti que je ne ferai aucune répétition des choses que le Révérend Père Claude a écrites en son Histoire. J’ajouterai seulement ce que l’expérience m’a donné de plus qu’à lui, qui n’a été que quatre mois en Maragnan, et moi deux ans entiers : vous constaterez cette vérité quand vous réunirez nos deux écrits ensemble, d’autant que l’addition que je ferai supposera ce qu’il aura écrit sur la même matière5.

9Il s’agit, dans les ouvrages des trois auteurs présentés, de témoignage dans le sens originel du terme, car les trois voyageurs français sont revenus de loin, du Brésil, pour raconter à leurs contemporains et compatriotes, à leur communauté d’origine, la vérité sur le Brésil. Les trois écrivains montrent leur volonté ferme de raconter aux lecteurs les événements, exactement comment ils les ont vus, vécus et entendus au Nouveau Monde. Ils transmettent aux gens les connaissances nouvelles et le savoir nouveau qu’ils avaient appris et, pour atteindre leurs objectifs ils affirmeront qu’ils vont témoigner sur les faits observés avec la plus grande fidélité. Le public qui reçoit le message transmis, acceptera leur témoignage comme véridique, car il s’agit de témoins qui, grâce à leur statut élevé et spécial d’aumônier, de père capucin, d’évangélisateur sont censés ne pas mentir, qui ont une crédibilité garantie dans la société. Leur récit de voyage ne laisse aucune place à la fiction, à l’invention ; il se veut une fidèle reproduction de la vérité.

10Ce sont leurs témoignages par rapport aux Indiens toupinambá qui seront révélateurs de leur grande et notable ouverture à l’altérité et la différence de l’Autre rencontré au Brésil.

Le corps des Indiens

11Dans les descriptions qui se trouvent dans les œuvres citées, celle du corps de l’Indien est particulièrement intéressante. Les témoignages accordent une grande importance aux peintures que les Indiens font sur leur corps et à l’usage de plumes de diverses couleurs, aussi bien à l’occasion des différentes cérémonies que dans la vie quotidienne. Ainsi, Jean de Léry décrit le corps du « sauvage » de la manière suivante :

  • 6 Léry 1994, 226-227.

Si maintenant en premier lieu, […] vous voulez representer un Sauvage, imaginez en vostre entendement un homme nud, bien formé et proportionné de ses membres, ayant tout le poil qui croist sur luy arraché, les cheveux tondus, de la façon que j’ay dit, les levres et joues fendues, et os pointus, ou des pierres vertes comme enchassées en icelles, les oreilles percées avec des pendans dans les trous, le corps peinturé, les cuisses et jambes noircies de ceste teinture qu’ils font du fruict Genipat sus mentionné : des gresse Coquille de mer, qu’ils appellent Vignol, tels que je vous les ay deschiffrez, pendus au col : vous le verrez comme il est ordinairement en son pays […] Pour la seconde contemplation d’un sauvage, luy ayant osté toutes les susdites fanfares de dessus, après l’avoir frotté de gomme glutineuse, couvrez luy tout le corps, les bras et les jambes de petites plumes hachées menues, comme de la bourre teinte en rouge, et lors il sera beau fils6.

12Ce mélange de couleurs et de plumes sur la peau des Indiens, sera confirmé par André Thevet qui y ajoute l’idée de leur utilisation dans des occasions spécifiques, telles que « massacre, solennité ou visite » :

  • 7 Thevet 1981, 59-60.

Il ressemble de grãdeur et de couleur à la pesche de ce païs : du ius duquel ils font certaine teinture, dont ils teignent aucunefois tout leur corps. La maniere de cette teinture est telle. […] Puis quãd ils ont vouloir de faire quelque massacre ou qu’ils se veulent visiter les vns les autre, & faire quelque autre solennité, ils se mouïllent tout le corps de ceste liqueur : & tant plus qu’elle se deseiche sur eux, & acquiert couleur viue. Ceste couleur est quasi indicible, entre noire & azurée, n’estant iamais en son vray naturel, iusques à ce au’elle aye demeuré l’espace de deux iours sus le corpz, & qu’elle soit aucunement seichée. […] Les autres au lieu de ce bois mettront force petites plumes de toutes couleurs, de maniere que vous en verrez rouges, comme fine escarlatte : les autres d’autres couleurs : & autour de leurs testes portent de grands pennaches beaux à merueilles. Voyla de leur Genipat7.

  • 8 D’Évreux 1985, 46.

13Yves d’Évreux, lui aussi, témoigne de ces plumages et de cette variété de couleurs présentes sur les corps : « Ils [les Indiens] préparent leurs plumasseries, tant pour la tête, les bras et les reins, que pour leurs armes »8, en y ajoutant une occasion que Thevet n’a pas nommée ; à savoir, le deuil ou les enterrements :

  • 9 Ibid., 274.

Pour un deuil, hommes et femmes se peignaient au suc de génipa, les femmes se coupaient les cheveux, et les hommes, habituellement rasés sur le sommet du crâne, les laissaient pousser9.

14Quand on lit ces témoignages, on imagine les Indiens comme de grands oiseaux, colorés et emplumés, marchant sur la terre, en pleine liberté. Cela ne nous étonne pas, vu l’importance et l’omniprésence des oiseaux dans les paysages américains. Ce qui nous étonne, par contre, c’est la vision des voyageurs qui associent les Indiens aux oiseaux.

15Léry, dans le chapitre où il décrit les oiseaux, nous montre vingt-deux espèces avec une variété de dix-sept tonalités de couleurs différentes, sans parler des abeilles, des papillons, des tú (bicho-de-pé) et des moustiques. André Thevet nous décrit onze espèces et ajoute que dans les forêts, il y a une infinité de perroquets différents. Yves d’Évreux écrit qu’« il y a une milliasse d’oisillons » avec « diverses couleurs, jaunes, violets, tannelés et de mille autres façons », décrivant en détail onze espèces. En continuant les investigations, nous nous apercevons que la présence des oiseaux a été bien remarquée aussi par d’autres voyageurs. Claude d’Abbeville, par exemple, dans son livre Histoire de la mission des pères capucins dans l’île de Maragnan et terres circonvoisines, décrit 68 espèces d’oiseaux différents.

Corps-oiseau : tentatives d’explication par les témoins

16Le premier choc, causé par la vision du corps nu et bien proportionné du « sauvage », s’exposant en opposition au corps vêtu et caché des Européens, a exercé une fascination dans l’imagination des voyageurs. Ils ont associé la nudité de ce corps bien formé à une forme de liberté, naturelle et sans pêché :

La nature, ayant dénié aux corps des Indiens les vêtements, les a récompensés d’un singulier privilège, les formant beaux et bien faits […] en leur donnant une pleine liberté, comme aux oiseaux de l’air et aux bêtes des forêts, sans le tracas de mangeries et plaideries de par-deça, qui n’est pas l’une des moindres affliction qui balancent les commodités que nous pensons avoir en ce monde ancien.

17Ils ont décrit un corps libre, peinturé et emplumé, en renvoyant aux oiseaux et aux animaux, en pleine liberté.

  • 10 Léry 1994, 220.

S’estans frottez d’une certaine gomme, qu’ils ont propre à cela, ils s’en couvrent, emplumassent, et chamarrent le corps, le bras et les jambes : tellement qu’en cest estat ils semblent avoir du poil folet, comme les pigeons, et autres oyseaux nouvellement esclos10.

18Les voyageurs décrivent comment, dans les différentes cérémonies, les Indiens ornaient leur corps à la manière des oiseaux. Il s’agit généralement de trois grands moments dans la vie des communautés indiennes : guerre, mort et mariage.

Les guerres

19Pour les guerres, les Indiens, bien évidemment, voulaient être les plus forts, les plus effrayants et les plus malins. C’est sur le corps qu’ils projettent les marques de leur « vaillance » et de leur « cruauté ». Ils utilisent le plumage de deux oiseaux censés posséder les caractéristiques et qualités importantes dans un combat.

  • 11 Léry 1994, 184.

20Yves d’Évreux témoigne de l’admiration que les indigènes avaient pour les oiseaux forts et agressifs. Il associe ces oiseaux brésiliens à un type d’oiseau qu’il connaît de l’Europe : à savoir, l’aigle, tout en se rendant compte qui ces oiseaux brésiliens ne sont pas les mêmes (aigles) que ceux du Vieux Monde. Il s’agit probablement d’un oiseau de proie qui s’appelle au Brésil arpia. Evreux le présente de la façon suivante : « Ces aigles ne sont pas, par l’envergure, aussi grands que ceux du Vieux Monde, mais ils sont bien plus furieux, hardis et forts, attaquant librement les hommes »11. Par sa forme et sa description, on lit que ces « aigles » :

  • 12 Ibid.

Tirent la couleur grise, l’œil vif et cruel, une huppe forte de dressée sur le sommet de la tête, leurs plumes grosses par le tuyau et longues comme celles d’un coq d’Inde. Les Tapinambos s’en servent spécialement pour empenner leurs flèches. Elles ont ceci de spécial et particulier que si les Sauvages les mettent avec d’autres plumes, telles que plumes d’aras et de semblables gros oiseaux, ces plumes d’aigles les rongent et les mangent ; aussi ils les mettent à part, et ils se gardent bien, pour la même raison, de les poser sur leurs flèches avec une autre sorte de plume12.

21Les armes des Indiens étaient considérées comme une partie, une rallonge du corps du guerrier, car elles accompagneront l’Indien pendant toute sa vie. Dès la naissance, l’enfant reçoit les armes :

  • 13 Ibid., 431.

Si c’est masle il [le père] luy fera une petite espée de bois, un petit arc et de petites flesches empennées de plumes de Perroquets : puis mettant le tout auprez de l’enfant, en le baisant, avec une face riante, lui dira, Mon fils, quand tu seras venu en aage, à fin que tu te venge de tes ennemis, sois adextre aux armes, fort, vaillant et bien aguerri. Touchant les noms, le pere de celuy que je vis naistre le nomma Orapacen, c’est-à-dire, l’arc et la corde13.

22Le « sauvage » est toujours muni de son arc et sa corde. Quand ils mouraient, leurs armes étaient enterrées avec eux, pour continuer à les accompagner.

  • 14 D’Évreux 1985, 127.

Alors on va faire sa fosse, creuse et ronde, en forme de puits convenablement large. Là il est apporté et assis sur ses talons, selon la coutume qu’ils ont de s’asseoir, et on de dévale doucement au fond, arrangeant autour de lui la farine, l’eau, la chair ou le poisson, et ce à sa main droite, afin qu’il en puisse prendre commodément ; de l’autre côté ils mettent ses haches, serpes, arcs et flèches14.

23Ainsi, au moment d’une guerre, les flèches, les massues et les autres outils guerriers, sont décorés de la même façon que leurs maîtres ; ils forment un tout indissociable. C’est dans ce but que les armes, extension du corps indien, étaient décorées du plumage de l’aigle :

  • 15 Léry 1994, 184-185.

L’aigle demeure le maître et le roi, non par égalité de force mais plutôt par subtilité et légèreté de vol, car l’aigle s’élève haut quand il veut combattre les grands oiseaux, et descendant à plomb sur eux, il les abat et terrasse, leur fendant la tête à coups de bec. Tous les oiseaux les craignent, perdent la voix à leur cri et se tapissent en les voyant voler15.

24Sur leurs corps, les Indiens mettaient des plumages de façon à ce qu’ils ressemblent à une autruche. La plume de l’autruche est semblable à celle du héron et de l’épervier. Elle était utilisée, d’un côté, afin d’inciter les hommes à faire la guerre et à être victorieux ; de l’autre, à être rusés, car c’est l’autruche qui vient hardiment contre celui qui la poursuit quand elle se sent la plus forte ; mais si elle se sent la plus faible, levant ses ailes pour s’emballer du vent, elle s’enfuit en jetant de ses pattes le sable et les pierres vers son ennemi :

  • 16 Ibid., 46. C’est nous qui soulignons.

Pour la tête, ils se font une perruque de plumes d’oisillons rouges, jaunes, pers et violets, qu’ils attachent à leurs cheveux avec une espèce de gomme, et ils appliquent sur leur front de grandes plumes d’ara et d’oiseaux rouges, jaunes et pers, à la façon d’une mitre qu’ils lient par-derrière la tête. À leurs bras, ils mettent des bracelets de plumes de diverses couleurs, tissés avec du fil de coton. Sur les reins, ils ont une rondache faite de plus de queue d’autruche, qu’ils suspendent avec deux cordons de coton teints en rouge croisés dans le dos. Tant et si bien que vous diriez, à les voir emplumés sur la tête, le bras et les reins, que ce sont des autruches qui n’auraient de plumes qu’en ces trois parties de leur corps16.

25Ainsi, quand l’Indien s’empare des plumes des autruches, il désire avoir les mêmes astuces qu’elles. Jean de Léry fait une description bien intéressante des Indiens brésiliens, vêtus pour aller à la guerre :

  • 17 Léry 1994, 223. C’est nous qui soulignons.

Que si outre […], nos Brésiliens vont en guerre, ou […] ils tuent solennellement un prisonnier pour le manger : se voulans lors mieux parer et faire plus braves, ils se vestent de robes, bonnets bracelets, et autres paremens de plumes vertes, rouges, bleues, et d’autres diverses couleurs, naturelles, naives et d’excellente beauté. […] Ils font de mesme artifice, les garnitures de leurs espées et massues. Pour la fin de leurs equippages, recouvrans de leurs voisins de grandes plumes d’autruches de couleurs grises, accommodans tous les tyaux serrez d’un costé, et le reste qui s’esparpille en rond en façon d’un petit pavillon, ou d’une rose, ils en font un grand pennache, qu’ils appellent Araroye : lequel estant lié sur leurs reins avec une corde de cotton, l’estroit devers la chair, et le large en dehors, quand ils en sont enharnachez, vous diriez qu’ils portent une mue à tenir les poulets dessous, attachée sur leurs fesses17.

26La narration d’André Thevet, elle aussi, est significative :

  • 18 Thevet 1981, 47.

Davantage s’y trouuent plusieurs oyseaux de diuerses sortes & plumages, aucuns aussi rouges, que fine escarlatte : les autres blancs, cendrez, & mouchetez, comme vn emerillon. Et de ces plumes les Sauuages du païs font pennaches de plusieurs sortes, desquelles se couurent, ou pour ornement, ou pour beauté, quand ils vont en guerre, ou quils font quelque massacre de leurs ennemis : les autres en font robes & bonnets à leur mode18.

  • 19 C’est intéressant d’observer que les auteurs, principalement Jean de Léry, au lieu de dire que les (...)

27Les « sauvages » imitaient non seulement la perfection des plumes et des couleurs des oiseaux de leur pays ; mais encore ils copiaient leurs gestes et leurs chants19.

La mort

28La mort était symbolisée par un oiseau, appelé ivuraê, qui a la voix pénétrante et le chant piteux, le plumage gris cendré et qui crie plus souvent la nuit que le jour. Il ressemble à la chouette, que les Indiens croyaient être un messager de leurs parents morts :

  • 20 Léry 1994, 287.

Nos pauvres Toüoupinambaoults l’entendant aussi crier plus souvent de nuict que de jour, on ceste resverie imprimée en leur cerveau, que leurs parents et amis trespassez en signe de bonne adventure, et surtout pour les accourager à se porter vaillamment en guerre contre leurs ennemis, leur envoyent ces oyseaux20.

29Au moment de l’enterrement de leurs morts, les Indiens se peignaient en noir et reproduisaient des sons assourdissants, pour montrer la douleur causée par la perte du parent.

30Jean de Léry écrit :

  • 21 d’Évreux 1985, 126.

Aussitôt que la pauvre créature a rendu l’esprit, vous entendez des hurlements, cris et lamentations composés d’une musique si diverse de voix fortes, aiguës, basses, enfantines et autres, qu’il est impossible que le cœur n’en soit attendri, quoique vous sachiez que ces douleurs et ces pleurs sortent d’un cœur purement naturel, sans nulle considération du bien ou du mal que peut encourir l’esprit sorti de ce corps mort21.

31André Thevet, lui aussi, parle de cet oiseau, de la croyance que ces oiseaux transmettent les nouvelles et les messages des morts et de la façon dont les Indiens se comportent au moment de l’enterrement.

  • 22 Thevet 1981, 82.

Donc entre ces Sauvages, si aucun père de famille vient à décéder, ses femmes, ses proches parents et amis mèneront un deuil merveilleux […]. Vous les entendrez faire tel bruit et harmonie comme de chiens et chats […]. Les enfants du trépassé au bout d’un mois inviteront leurs amis, pour faire quelque fête et solennité à son honneur. Et là s’assembleront peinturés de diverses couleurs, de plumages, et autre équipage à leur mode, faisant mille passe-temps et cérémonies. Je ferai en cet endroit mention de certains oiseaux à ce propos, ayant semblable cri et voix qu’un hibou de ce pays, tirat sur le piteux : lesquels ces Sauvages ont en si grande reverence, qu’on ne les oserait toucher, disant que par ce chant piteux ces oiseaux pleurent la mort de leurs amis : qui leur en fait avoir souvenance22.

Le mariage

32Par la description de Jean de Léry, nous pouvons observer comment jeunes Indiens, à l’âge de se marier faisaient le spectacle pour séduire la jeune Indienne qui devra choisir son futur mari. Ils sont toujours emplumé, dansent et s’exhibent, comme un « défilé » de candidats potentiels devant un public féminin qui choisira le plus beau prétendant. Les femmes les observent et restent toujours à côté, sans participer de leur danse :

  • 23 Araroye signifie le dos ou la queue de l’oiseau.
  • 24 Léry 1994, 253.

Encor les jeunes hommes à marier ont cela de particulier, qu’avec chacun un de ces grans pennaches qu’ils nomment Araroye23, lié sur leurs reins, et quelques fois le Maraca en la main et les fruicts sec sonnans comme coquilles d’escargots, liez et arrengez à l’entour de leurs jambes, ils ne font presque autre chose toutes les nuicts qu’en tel equippage aller et venir, sautans et dansans de maison en maison : […] Mais il faut noter en cest endroit, qu’en toutes les danses de nos sauvages, soit qu’ils se suyvent l’un de l’autre, qu’ils sont disposez en rond, que les femmes ny les filles, n’estant jamais meslées parmi les hommes, si elles veulent danser, cela se fera à part elles24.

33Les Indiens, observateurs de la nature, se décoraient avec des plumes et de la peinture pour attirer l’attention de la femme. C’est intéressant d’observer que dans le règne des oiseaux, c’est le plumage des mâles, chez la plupart d’eux, qui est le plus brillant, le plus coloré et le plus varié. De même, chez les Indiens, ce sont les hommes qui se peignaient et s’emplumaient pour devenir beaux et être choisis par les filles, auxquelles était réservé le droit de choisir celui qui leur plaisait.

Conclusion

  • 25 Ria Lemaire cite Renaud Dulong en avant-propos de cet ouvrage.

34Traditionnellement, le récit de voyage est considéré comme un acte de mémoire : une écriture-témoin, qui fixe à postériori une expérience de mobilité et de découverte d’un monde inconnu et d’événements inédits, dont elle revendique être la trace narrative, véridique, récapitulant un itinéraire accompli d’observation. Ce récit se présente comme un document objectif, vrai et véritable et au XVIe siècle, rédigé par des témoins dignes de fois, grâce à leur statut particulier ; il était considéré comme un garant de vérité. Les trois œuvres étudiées, dans leur ensemble, apparaissent comme le reflet direct des expériences personnelles des écrivains cités. Ces voyageurs avaient la volonté ferme de témoigner de l’univers lointain, découvert au Nouveau Monde et l’intention de donner un rapport totalement fidèle aux faits observés. Ils sont allés sur place, ont vu et sont revenus pour témoigner de ce qu’ils ont vu à leur communauté d’origine. La crédibilité qu’ils avaient dans la société, grâce au statut élevé que celle-ci leur avait conférée, a permis l’acceptation du message transmis, fait important basé sur la conviction qu’il n’y a pas de témoignage sans partage de la vérité25. Pour qu’il y ait le partage de vérité, il faut tout d’abord s’assurer de la crédibilité du témoin.

35Devant la difficulté de la communication, faite à travers de truchements car les voyageurs ne connaissaient pas bien la langue des Indiens, c’est le corps des Indiens, associé aux couleurs et aux plumes des oiseaux, qui a attiré l’attention du voyageur qui y a concentré son expérience de l’altérité.

  • 26 Léry 1994, 351.

Car outre le passe-temps qu’il y avoit de les voir sauter, siffler, et si dextrement et diligeamment manier en rond et en passade, encor faisoit-il merveilleusement bon voir non seulement tant de flesches, avec leurs grands empennons de plumes rouges, bleuës, vertes, incarnates et d’autres couleurs, voler en l’air parmi les rayons du soleil qui les faisoit estinceler : mais aussi tant de robbes, bonnets, bracelets et autres bagages faits aussi de ces plumes naturelles et naifves, dont les sauvages estoyent vestus26.

36Les voyageurs ont fait de leurs récits non seulement un dire qui atteste des expériences, des savoirs et des pratiques de l’Autre, mais encore un témoignage sur leur façon de voir l’Autre, l’Inconnu, avec toutes les différences, les excentricités, l’exotisme d’un monde inconnu. Les discours qui caractérisent ces différences, montrent que les voyageurs étaient vraiment impressionnés par la variété des espèces d’oiseaux qu’ils ne connaissaient pas. La diversité d’oiseaux et de couleurs les a fascinés, mais ce qui les a fascinés plus encore, c’est qu’ils ont vu dans le corps des Indiens la marque impressionnante de la présence des oiseaux. Il est intéressant de constater que le corps indien, à travers les marques qu’il portait, parlait/témoignait et que la communauté indienne – et plus tard les voyageurs-témoins – reconnaissaient ces signes, ces témoignages du corps indien, sans qu’on ait besoin de les expliquer par des paroles.

Bibliografia

Références bibliographiques

Crespin J. (1887), Histoire des Martyrs, Toulouse, Société des livres religieux.

D’Abbeville C. (1945), História da Missão dos Padres Capuchinhos na Ilha do Maranhão e terras circunvizinhas ; em que se trata das singularidades admiráveis e dos costumes estranhos dos índios habitantes do país, S. Milliet (trad.), São Paulo, Livraria Martins Editora.

D’Évreux Y. (1985), Voyage au nord du Brésil, Paris, Payot.

Léry J. de [1557] (1994), Histoire d’un voyage fait en terre du Brésil, Paris, Livre de Poche.

Thevet A. (1981), Les Singularités de la France Antarctique, Paris, Éditions du temps.

Note

1 Pour une histoire romancée récente de la conquête de la France Antarctique voir Rouge Brésil de Jean-Christophe Ruffin, Prix Goncourt 2001.

2 Thevet 1981, 2.

3 Léry 1994, 47.

4 En 1614, paraît Histoire de la Mission des Pères Capucins en l’Isle de Maragnon et terres circonvoisines où est traicté des singularitez admirables & des mœurs merveilleuses des Indiens habitants de ce pays…, récit complet du voyage à Maragnan du Révérend Père Claude d’Abbeville, missionnaire envoyé prêcher la foi dans la France Équinoxiale (1613-1615).

5 D’Évreux 1985, 29.

6 Léry 1994, 226-227.

7 Thevet 1981, 59-60.

8 D’Évreux 1985, 46.

9 Ibid., 274.

10 Léry 1994, 220.

11 Léry 1994, 184.

12 Ibid.

13 Ibid., 431.

14 D’Évreux 1985, 127.

15 Léry 1994, 184-185.

16 Ibid., 46. C’est nous qui soulignons.

17 Léry 1994, 223. C’est nous qui soulignons.

18 Thevet 1981, 47.

19 C’est intéressant d’observer que les auteurs, principalement Jean de Léry, au lieu de dire que les Indiens marchent, disent plutôt que les Indiens « sautent », comme des oiseaux.

20 Léry 1994, 287.

21 d’Évreux 1985, 126.

22 Thevet 1981, 82.

23 Araroye signifie le dos ou la queue de l’oiseau.

24 Léry 1994, 253.

25 Ria Lemaire cite Renaud Dulong en avant-propos de cet ouvrage.

26 Léry 1994, 351.

Autore

Université Fédérale de Viçosa (Brésil) – Université de Poitiers, CRLA/UMR 8132

© Presses universitaires de Caen, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540