Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et témoignage

 | 
Claire Perrin

Témoigner du corps

Récits d’un corps à corps : témoigner de sa première relation sexuelle

Didier Le Gall

Texte intégral

  • 1 Tisseron 2001, 52.

1Notre « désir d’extimité », ce « mouvement qui pousse chacun à mettre en avant une partie de sa vie intime »1, nous prédispose plus qu’hier à évoquer nos expériences intimes. En raison du climat de permissivité actuel, rien ne semble s’opposer en effet à ce que nous fassions part de nos ébats les plus privés. N’y sommes-nous d’ailleurs pas incités à une époque où le plaisir sexuel devient découverte de soi, voire affirmation de soi ? Sans doute, mais évoquer est-il témoigner ?

2Concrètement, de quoi parle-t-on lorsque l’on prétend rendre compte d’un corps à corps intime dont on a été l’acteur ? L’état émotionnel que présuppose un tel rapport permet-il seulement de témoigner de soi, de l’autre, du corps à corps, de ce qui a été éprouvé ? Parler d’une expérience sexuelle, notamment de sa « première relation sexuelle », n’est-ce pas avant tout témoigner d’une émotion – étymologiquement, ce qui fait bouger ?

  • 2 Potel 1991.
  • 3 Levinson 1997, 228-229.
  • 4 Bozon 2001a, 13.

3La vie amoureuse et sexuelle s’expérimente certes désormais dans une société marquée par le déclin des institutions religieuses2 et de ses compléments laïcs (tel le mariage) qui encadraient la vie privée et fournissaient des « prescriptions et des interdits tout à fait explicites de la régulation sociale des comportements sexuels »3. De là à dire que l’initiation amoureuse et sexuelle s’effectuerait désormais en l’absence de tout repère, il y a un pas, que nous ne franchirons pas. Certes, du fait de « l’affaiblissement de l’armature institutionnelle de la vie privée »4, la socialisation à la sexualité s’opère moins en référence à des normes et valeurs dominantes s’imposant à tous ; elle est plus vécue comme une expérience personnelle.

  • 5 Bozon 2001b, 185.

Dans les sociétés contemporaines, qui ont élaboré un domaine de l’intimité et des sentiments personnels, la sexualité, dont la procréation n’est plus qu’un aspect, est devenue une des expériences fondamentales de la construction de la subjectivité et du rapport à soi-même5.

4Cependant, même si les contextes successifs dits de « libération sexuelle », puis de « sexualité à risque », nous ont offert une palette lexicale plus riche pour parler de sexualité, sommes-nous pour autant plus aptes à évoquer cet « abandon », quand on sait que ces corps à corps sont, plus que jamais peut-être, guidés par la recherche du plaisir et de la jouissance ?

  • 6 Le Gall et Le Van 2003.

5C’est ce que nous nous sommes proposés de voir en demandant à plusieurs promotions d’étudiants inscrits en licence de sociologie à l’université de Caen Basse-Normandie de relater leur première relation sexuelle6.

Témoigner par écrit : l’épreuve de la « mise en mots »

  • 7 Le texte d’invite, d’une page environ, précisait l’objectif global de l’enquête et indiquait commen (...)
  • 8 Le Gall et Le Van 1999a.

6Soucieux de limiter les biais inhérents aux relations de face à face, tout particulièrement sur ce thème, nous avons opté pour une méthode visant à recueillir des récits écrits à partir d’un même texte de sollicitation. Concrètement, nous les informions qu’ils seraient sollicités, lors du cours de la semaine suivante, pour participer à une enquête portant sur un aspect intime de leur vie. Le jour venu, nous leur donnions un dossier comprenant le texte d’invite7, accompagné de quelques feuilles blanches. Dès lors qu’ils avaient terminé, il ne leur restait plus qu’à mettre ce dossier sous enveloppe, puis à déposer celle-ci dans l’urne prévue à cet effet avant de sortir. Étudiants et étudiantes bénéficiaient ainsi d’une relative liberté pour relater leur premier rapport sexuel. Mais relative seulement : le temps accordé était limité à deux heures, et la rédaction, certes individuelle, se déroulait dans un cadre « collectif » au sein de l’université. Si cette procédure n’a pas rencontré d’hostilité particulière, il est cependant probable que la grande majorité des étudiants n’était guère prédisposée à faire le récit de son premier rapport sexuel, mais s’y est résolue un peu contrainte8.

  • 9 Il est possible qu’en raison de l’hétérosexisme actuel (cf. Borillo 2000), certain(e)s étudiant(e)s (...)

7Après avoir sollicité cinq promotions d’étudiants inscrits en licence de sociologie, nous avons recueilli 190 récits exploitables. Cependant, 16 filles et 3 garçons n’avaient pas vécu cette expérience intime. Ils ont relaté, comme le prévoyait la procédure, un de leurs flirts. Le corpus ici analysé est donc constitué de 171 récits écrits d’étudiants ayant « perdu » leur virginité, dont celui d’un garçon avec un partenaire du même sexe9 ; récit que nous n’avons pas retenu ici.

8Ces récits sont le produit d’étudiants de sociologie sollicités dans un cadre universitaire par des enseignants-chercheurs de sociologie. S’impose dès lors au moins une question : la tentation de « faire sociologique » ou, à tout le moins, de satisfaire à la forme « dissertation », n’intervient-elle pas au niveau de la narration ?

  • 10 Bidart 1997.

9Il semble que non, et il est probable que ce soit lié au caractère spécifique et quelque peu inattendu de « l’épreuve ». Certes, le début de quelques rares récits s’apparente vaguement à ce qui pourrait être l’introduction d’un devoir classique, ou utilise des termes susceptibles de faire scientifique : « plusieurs paramètres interviennent », voire annonce la structure du développement envisagé. Mais l’académisme est en la circonstance d’un bien faible secours. Ainsi un étudiant s’engageant dans cette dernière voie est-il rapidement conduit à reconnaître qu’il n’a « pas d’idée de plan en la matière ». Il se replie alors sur ce qui lui semble ici aller de soi : « Le récit sera donc fait dans un ordre chronologique ». En fait, la tentation de satisfaire en début de récit à une forme académique traduit surtout un certain désarroi : même de manière anonyme, comment en effet commencer à parler de soi, en l’occurrence ici amorcer un écrit sur une expérience personnelle pour le moins intime, sachant que les destinataires, des chercheurs, ne sont pas prédestinés à être des confidents10, et que sa propre discipline d’appartenance prédispose plutôt à se départir de ses émotions, de ses opinions, de ses préjugés ?

  • 11 Héritier 1994.

10Quand elle existe, la tentation de « faire sociologique » ne résiste guère longtemps. Le style narratif l’emporte en effet rapidement sur l’académisme. D’ailleurs, sur l’ensemble des 170 récits, seule une étudiante fait une allusion à un ouvrage de référence11. Reconnaissant que le « choix » de son premier partenaire sexuel n’était sans doute pas totalement détaché de sa rivalité avec sa sœur aînée – il s’agit d’un « ex » de celle-ci –, elle écrit :

Et là, je suis sûre que cela venait du fait que ma sœur et lui se connaissaient, mais pas dans le sens qu’elle était ma sœur et la notion d’inceste que Freud nous énonce, mais dans le fait des « deux sœurs ».

  • 12 Pour un récit recourant à l’humour, cf. Le Gall 1997.

11Si la distanciation que permet l’académisme n’est guère prisée, celle qu’offre l’humour l’est en revanche un peu plus, tout particulièrement chez les garçons12. Doit-on pour autant analyser ces récits recourant à l’humour comme des stratégies d’évitement ? Ne sont-ils pas tout au contraire une des voies possibles pour évoquer des émotions indicibles, des situations qu’une certaine pudeur contraint à taire ou qu’un manque d’aisance littéraire ne permet guère de restituer ? Autrement dit, le recours à la forme humoristique n’est-il pas justement ce qui permet de ne pas se dérober ? Nous sommes ici tentés de le croire car ce genre littéraire « autorise » les évocations grivoises et l’emploi de mots plus crus qui, à n’en pas douter, facilitent la narration. Dans le langage ordinaire, nous ne disposons pas en effet, comme le relève M. Bozon, de mots qui nous permettent de nommer les actes physiques de la sexualité.

  • 13 Bozon 1999, 5.

Ceci est en partie lié au caractère récent de l’autonomisation de la sphère de la sexualité par rapport à d’autres sphères de la vie humaine. Les registres sémantiques possibles sont d’une part le registre argotique (pipe), évoquant une transgression, voire une spécialité de prostitution, d’autre part le langage technique de la sexologie (fellation)13.

12L’humour apparaît dès lors, non comme un refus de se soumettre à l’exercice, mais bien plutôt comme un moyen d’y parvenir.

L’idéal de la première fois : une norme implicitement partagée

13De la lecture de l’ensemble des récits, émerge en filigrane l’idée qu’il existe un modèle idéal du premier rapport sexuel. Bien sûr, c’est plutôt celui qui, physiquement, se passe bien, c’est-à-dire n’est pas trop douloureux pour les filles et n’aboutit pas, en raison de l’émotion, à une absence d’érection pour les garçons. Mais si le « techniquement réussi » a son importance pour les garçons, bien que parfois « laborieux », ce qui compte avant tout, c’est que ce moment inaugural de l’entrée dans la sexualité adulte s’inscrive dans une relation amoureuse pleinement vécue ; autrement dit, que ce premier rapport intervienne au terme d’une relation faite de confiance, de complicité, ce qui, pour les filles, leur donne au moins la garantie d’avoir un partenaire délicat, prévenant :

Mes sentiments à son égard étaient tels que je savais que ce serait lui […]. J’ai eu la chance d’avoir pour mon premier partenaire quelqu’un de patient, à qui je pouvais faire part de mes appréhensions. Notre première fois fut très douce, car lui-même craignait de me faire mal. Il a su faire monter le désir en moi jusqu’à ce que je me sente vraiment prête. Je ne saurais dire combien de temps cela a duré, mais j’ai vraiment le sentiment d’avoir eu les préliminaires les plus longs de mon existence, et cela fut, je pense, la raison pour laquelle cela s’est tout de même bien passé.

  • 14 Bozon et Heilborn 1996, 49.

14À l’évidence, celles pour qui cette expérience s’est déroulée conformément à ce scénario, notamment quand elles ont le sentiment de « l’avoir attendue », ont un jugement extrêmement positif de leur première fois, et ce moment intime apparaît d’autant plus beau que la relation elle-même et ses suites ont été optimales. On le sait, l’appréciation rétrospective portée sur l’activité sexuelle est aussi en étroit rapport avec certains facteurs, dont « l’histoire et le devenir de la relation »14. Le souvenir que l’on en a est alors « reconstruit » à l’aune des moments heureux qu’il a inaugurés. Et si d’aventure « cela n’a pas été terrible », dès lors que la relation amoureuse se poursuit au-delà de ce moment intime, ce premier rapport n’apparaît jamais vraiment comme un véritable « désastre ». Tout d’abord, parce que ce qui compte, c’est que ce soit avec « lui », celui qu’on a choisi ; ensuite, parce que l’affection réciproque que l’on se porte permet plus facilement de « dépasser », de relativiser ce moment « douloureux ».

15Rares sont celles qui sont encore avec leur premier partenaire. Mais que cette relation ait pris fin n’est pas en soi un problème ; l’important, c’est de « l’avoir décidée », de « s’être sentie prête », et surtout qu’elle ait eu pour cadre une relation amoureuse qui lui donne sens et ne s’arrête pas à cet échange corporel.

Il était doux, beau, grand, âgé, tous ces facteurs, à 17 ans, m’ont enivrée. J’avais vraiment, au fond de moi, pris cette décision : c’était lui qui me ferait l’amour le premier […]. Mais à aucun moment je n’avais fantasmé sur l’idée que l’on formait un couple pour la vie. La distance ne nous permettait pas de nous voir beaucoup. Et cela s’est terminé comme ça, mais je ne regrette pas. Je garde d’Hakim une saine image et j’ai presque envie de le remercier pour m’avoir fait ce cadeau.

16En bref, non pas « l’amour pour toujours », mais une « histoire d’amour », une histoire dans laquelle prend logiquement place cette expérience.

17Ce modèle idéal ne semble pas spécifiquement féminin. En effet, les récits masculins dont nous disposons nous incitent à penser que, comme les filles, les garçons cherchent plutôt à faire coïncider expérience amoureuse et expérience sexuelle :

En quelques mois, je tombais amoureux d’elle parce que je la trouvais mignonne, gentille, intelligente et qu’on avait l’un et l’autre beaucoup de points communs […]. Je sentais que notre complicité était de plus en plus forte […]. Nous avons donc commencé notre vie de couple sur une attirance vraiment sentimentale qui ne pouvait qu’augmenter notre confiance mutuelle. Puis au fil des mois, nos « flirts » devenaient de plus en plus intenses et nous osions de plus en plus nous dévoiler […]. Notre première relation sexuelle était donc basée sur une réelle confiance parce que nous étions sûrs l’un de l’autre […]. Je ne saurais dissocier mon premier rapport sexuel de ma vie amoureuse.

18Pour bon nombre de garçons et de filles, que leur partenaire soit ou non expérimenté, l’amour apparaît comme un « ingrédient » nécessaire afin d’entrer dans la sexualité adulte, ce que tend d’ailleurs à confirmer le récit de celles et ceux qui n’étaient pas amoureux de leur premier partenaire.

19Pour les filles, c’est le cas de celles, peu nombreuses en regard de notre corpus, qui se sentant coupables d’être allées trop loin, n’osent pas dire non le moment venu :

C’est difficile de dire à quelqu’un qu’on l’estime beaucoup, mais qu’on ne l’aime pas, que vous n’avez pas beaucoup de désir. Sachant que je ne l’aimais pas, je n’aurais peut-être pas dû franchir le pas. Il est vrai que je m’étais dit que je confierais ma sexualité à quelqu’un que j’aimerais vraiment.

20En revanche, le cas de celles qui se « sentent » contraintes par les « règles du jeu » implicites d’un groupe de pairs, dont elles sont presque toujours les plus jeunes, semble un peu moins rare. Implicitement évalué à l’aune de l’idéal de la première fois, ce rapport apparaît alors presque toujours désastreux (cf. encadré ci-dessous).

  • 15 Bozon et Heilborn 1996, 52.
  • 16 Ibid.

21Les garçons expriment moins fréquemment que les filles le regret de ne pas avoir aimé la première fois. Ce constat n’est sans doute pas sans lien avec la manière dont l’homme et la femme abordent la sexualité adulte : « L’un vit son initiation sexuelle quand l’autre aspire à une relation totale »15. Autrement dit, si les garçons s’efforcent comme les filles de faire en sorte que ce premier rapport ait lieu dans le cadre d’une relation amoureuse, il n’en reste pas moins qu’un premier rapport peu satisfaisant avec une partenaire que l’on n’aime guère, susciterait chez eux moins de déception. Pour faire image, disons que les garçons « s’en consoleraient » par le fait d’avoir au moins surmonté ce moment redouté, cette « expérience dont l’individu masculin doit sortir confirmé »16.

« Tout ça pour pouvoir dire aux copines : je ne suis plus vierge ! »

« X n’a pas arrêté de me « saouler » de paroles. Je voyais son jeu et lui faisais remarquer qu’il ne m’intéressait pas […]. Là j’ai subi un bourrage de crâne de la part de mes amies, du style : « Allez, vas-y, tu n’as pas de petit copain en ce moment, etc. » Je dois préciser que mes amies étaient plus âgées que moi, et que je ne me sentais pas toujours à l’aise avec elles quand elles me racontaient leurs histoires de « fesses », étant donné que je n’avais rien à raconter […]. Tout cela m’a amenée à accepter ses avances, sans aucun désir, sans aucun sentiment […]. Nous sommes allés chez un de ses amis, et sommes directement passés à l’ouvrage. Je parle d’ouvrage car pour moi, il n’y avait aucun sentiment amoureux, aucun désir […]. Tout ça pour pouvoir dire aux copines : « Je ne suis plus vierge ! » Le souvenir que j’en garde est que c’est le plus mauvais rapport sexuel que j’ai jamais eu jusqu’à aujourd’hui […]. Autour de moi, être vierge à 18 ans faisait rigoler, et bien maintenant, je pense qu’une personne doit se donner quand elle le désire et sans faire attention à son âge ou aux dires des autres. »

22Même si on peut déceler une légère différence entre récits masculins et féminins, les attentes à l’égard de l’entrée dans la sexualité adulte sont relativement exigeantes et, à tout le moins, ne sauraient se réduire à un simple échange corporel. Comme le relève A. Giami à propos de la sexualité en général,

  • 17 Giami 1996, 30.

au cours des années 70, on a voulu croire que la sexualité pouvait être vécue extérieurement à soi, aux émotions, aux sentiments, et à la relation elle-même. On se rend compte qu’il n’en est rien. Aujourd’hui, il existe une norme dominante. Les grandes enquêtes sur la sexualité des français le montrent, les magazines féminins le confirment : c’est l’apprentissage du couple communiquant, de l’épanouissement sexuel en son sein avec une procréation contrôlée17.

23Si certes garçons et filles n’escomptent pas d’emblée, sauf exception, pouvoir s’épanouir sexuellement dès ce premier rapport – d’ailleurs une étudiante termine son récit en ces termes :

En fait, je pense que la première relation sexuelle n’est jamais vraiment géniale du point de vue de l’acte […]. Après, j’ai connu d’autres relations sexuelles avec d’autres garçons où j’ai pu développer ma sexualité.

24Il n’en reste pas moins qu’il doit satisfaire à certaines conditions : l’avoir décidé, être prêt et en confiance dans le cadre d’une « histoire d’amour » où l’authenticité des sentiments et la complicité mutuelle autorisent une intimité partagée toujours « plus poussée », scénario dont l’aboutissement, diversement décliné néanmoins, s’exprime fréquemment en ces termes : « Puis la relation s’est passée tout naturellement ». Ce « naturel » socialement constitué semble ici en étroite correspondance avec ce qui apparaît désormais, en regard de la liberté dont jouissent garçons et filles, comme la forme « normale » de l’entrée des jeunes dans la sexualité adulte. Le sentiment d’avoir « raté » ce « passage » est alors sans doute d’autant plus grand, qu’en dehors des rapports extorqués, il n’appartient à priori qu’à soi de décider de ce moment inaugural.

L’euphémisation des pratiques corporelles

25La grande majorité de ces récits présentent néanmoins une particularité : ils ne s’attardent guère sur l’acte lui-même. Les circonstances de la rencontre, l’évolution des sentiments, les premiers attouchements et leur progression sont souvent précisément décrits. Dans les récits féminins, des sujets tels que « l’angoisse », la « peur d’avoir mal », le fait de « ne pas se sentir prête », la « nécessité de se faire confiance » sont fréquemment évoqués. Inquiétudes et hésitations que l’on retrouve dans les écrits masculins en ces termes : la peur « d’être nul », « d’être ridicule », « de ne pas assurer ». Autant de thèmes récurrents qui priment sans conteste sur les techniques corporelles.

26L’euphémisation des techniques sexuelles concerne aussi bien les filles que les garçons, même si chez ces derniers, la moindre emphase mise sur les sentiments et les émotions semble parfois un peu moins les occulter. Ainsi par exemple, l’emploi du préservatif, moment souvent redouté, donne rarement lieu à une description corporelle précise. Récits masculins et féminins se caractérisent donc bien par une euphémisation des pratiques sexuelles. Et pour certains, il serait plus adéquat de parler d’occultation.

27Quelques-uns semblent en effet dans l’impossibilité de pouvoir relater ce premier rapport. Celui-ci est alors tout simplement escamoté. L’évocation de ce moment intime se réduit dans ce cas, comme chez cette étudiante, à ces quelques mots : « Nous nous sommes allongés. Nous avons commencé par nous caresser, puis l’acte est arrivé ».

28Cette réticence à évoquer l’intime semble, pour nous français, « naturelle ». Autrement dit, aller au-delà, ce serait verser dans l’exhibitionnisme. Cette retenue au niveau du discours est pourtant fondamentalement culturelle. En témoigne l’analyse comparée de l’initiation amoureuse réalisée entre la France et le Brésil par M. Bozon et M.-L. Heilborn. On ne retrouve pas en effet au Brésil cette réticence à dire :

  • 18 Bozon et Heilborn 1996, 54.

Lorsqu’il y a activité sexuelle, les récits (ceux des hommes comme ceux des femmes) fournissent des détails tout à fait concrets, ce qui contraste fortement avec le caractère très indirect et métaphorique des évocations de la sexualité dans les récits français18.

La force de l’évidence : une invitation à ne pas dire ?

29La retenue au niveau du discours est certes fondamentalement culturelle. Cependant, il nous semble nécessaire pour l’expliquer pleinement, de prendre aussi en compte une autre dimension qui, paradoxalement, nous a été suggérée par le récit d’une étudiante qui n’a pas eu de premier rapport sexuel complet, et que nous avons « rangé » dans la catégorie… « flirt ». Or ce récit présente la particularité de faire partie de ceux qui occultent le moins les détails d’une intimité partagée.

30La moindre euphémisation des échanges corporels que l’on trouve dans ce récit peut surprendre, puisqu’il n’y a pas eu rapport sexuel complet. Mais ce phénomène ne s’explique-t-il pas pour partie justement en raison de cette absence ? En effet, dès lors qu’un rapport sexuel désiré, notamment le premier, n’aboutit pas à ce que la représentation commune en attend, ne se sent-on pas un peu plus sommé d’en préciser le « contenu » ? Nous sommes assez tentés de le penser. On serait de ce fait d’autant moins prédisposé à rendre compte d’un rapport sexuel par le détail que son « terme » est conforme à ce que la représentation sociale commune met sous l’expression « activité sexuelle », à savoir un « rapport sexuel complet ».

31Si la résistance à objectiver les pratiques sexuelles constitue bien une spécificité culturelle, sinon occidentale, du moins française, il est aussi probable que les étudiants aient été d’autant moins incités à restituer plus concrètement le contenu de ce rapport inaugural que celui-ci s’apparentait assez bien à la vision commune que l’on en a. Or, bon nombre de nos étudiants ayant connu une première expérience somme toute relativement « conforme », nous sommes en droit de penser que le registre de l’évidence est venu potentialiser la « réticence à dire », socialement et culturellement construite.

32Ce récit montre aussi que le clivage que nous avons opéré entre « flirt » et « rapport sexuel complet » mérite discussion. Pour cette étudiante, il n’y a pas d’ambiguïté. S’il est clair qu’elle n’a pas eu de premier rapport sexuel complet (« relation sexuelle inachevée »), il n’en reste pas moins que, pour elle, « ces » expériences correspondent à « sa » première fois. Et cela aussi et surtout parce qu’il s’agit d’une relation amoureuse qui compte beaucoup pour elle : « Je place ce jeune homme comme étant mon grand amour, voire même mon unique ».

Quand la première fois n’est pas le premier rapport sexuel complet

  • 19 Le Gall et Le Van 1999b.

33À la lumière de ce cas en marge de notre corpus, force est d’admettre qu’il y a premier rapport sexuel et… premier rapport sexuel. Si pour certains, ce premier rapport correspond assez bien à notre définition, mais aussi sans doute à l’image que chacun s’en fait, notamment ici la majorité de nos étudiants19, pour d’autres, il existe des « jeux sexuels », des « échanges corporels » sans pénétration qui sont « symbolisés », voire revendiqués comme « première fois ». Cela tout particulièrement lorsque le narrateur est pleinement amoureux de son partenaire.

34Ainsi est-ce le cas de cette étudiante qui choisit de nous raconter une expérience qui a été, selon ses propres termes, un « fiasco », plutôt que d’évoquer son premier rapport sexuel complet (cf. encadré ci-dessous), à propos duquel elle écrit : « il n’y a pas vraiment grand-chose à dire ». Le contenu sentimental, tout particulièrement chez les filles, semble tout aussi déterminant que l’acte physique lui-même.

« C’est la première fois que je voulais réussir, et c’est celle-là que je n’ai pas réussie »

« Nous avions tout planifié : le jour, l’heure, l’endroit, et cela a tout gâché. Évidemment, j’étais folle amoureuse de lui, et même la plus petite caresse faisait monter en moi des rugissements de désir […]. Cela a été très fastidieux : à force de vouloir que tout soit parfait, cela a été le fiasco total. Évidemment, il y a eu du plaisir, de l’émotion, de l’attente ; mais au moment où nous étions prêts tous les deux, les choses se sont compliquées. J’étais vierge et la pénétration a été très difficile. Il a fallu y aller plusieurs fois pour y arriver. Malheureusement pour lui, après quelques vaines tentatives, il n’avait plus d’érection, et heureusement pour moi, cela s’est arrêté là, j’avais très mal […].
Par la suite, j’ai eu d’autres expériences sexuelles qui m’ont comblé, mais c’est la première fois que je voulais réussir, et c’est celle-là que je n’ai pas réussie. Elle avait beaucoup d’importance à mes yeux. Toute ma vie je regretterai ce moment parce que j’y tenais et aussi parce que c’était mon premier amour, celui qui ne vous quitte jamais […].
Vous avez peut-être compris pourquoi j’ai décidé de vous parler de cette expérience " ratée " au lieu de ma première expérience " complète " sur laquelle il n’y a pas vraiment grand-chose à dire. C’était la revanche de la première, un coup de tête. »

35Toujours dans la même perspective, mais à l’inverse, une autre étudiante relate son premier rapport sexuel complet ; mais n’éprouvant « aucun sentiment d’ordre affectif » pour son partenaire, elle termine son récit en ces termes :

Je préfère considérer que ma première « relation sexuelle » n’est pas celle qui s’est produite en premier, mais bien plutôt celle qui résulte d’une attirance affective, sans arrière-pensée.

36De la même manière, une autre encore, guère plus amoureuse de son partenaire, écrit : « Ma première relation sexuelle était bel et bien la première, mais sur le plan physique ». Puis elle clôt son récit en contestant quasiment le fait que puisse être considéré comme « première fois » un rapport sexuel complet non inscrit dans une relation amoureuse :

Ma véritable première fois [donc pas celle qu’elle relate], je ne l’ai eue que l’année dernière avec quelqu’un que j’aime profondément et qui me fait bien sentir que je compte beaucoup pour lui. Pour moi, ce terme de « première fois » est ambigu : je pense qu’il faut distinguer, en tout cas dans mon histoire, la première relation physique et la première relation sexuelle entraînant désir et plaisir.

37Finalement, si pour la majorité de nos étudiants le premier rapport sexuel complet inaugure bien l’entrée dans la sexualité adulte, ce n’est pas toujours le cas. Deux scénarios sont alors possibles :

  • Certains estiment que les échanges corporels sans pénétration – souvent liés à un « échec » quelle qu’en soit la raison – qu’ils ont eus avec un (e) partenaire dont ils étaient très amoureux, marque cette étape ;

  • D’autres en revanche se refusent à considérer comme première fois leur premier rapport sexuel complet justement parce qu’il ne s’agissait que d’un rapport physique, autrement dit d’un rapport détaché de tout investissement affectif.

38Ces deux modalités apparemment opposées renvoient cependant à la même interprétation : la première fois n’est pas réductible au premier rapport avec pénétration. Constat que vient aussi de faire aux États-Unis, L.M. Carpenter, à partir d’une population non spécifiquement estudiantine âgée de 18 à 35 ans.

  • 20 Carpenter 2001, 127.

Although uniformly agreeing that virginity loss could occur through first coïtus, most respondents claimed that other kinds of genital sex could also sometimes result in virginity loss20.

39Si l’amour sans pénétration peut être considéré comme « sa » première fois, on dénie parfois aussi, pour la même raison, que la pénétration sans amour puisse l’être. Ce qui n’est pas sans faire écho à ce que notait A. Giami :

  • 21 Giami 1996, 24.

Si l’on adopte une vision large de la sexualité, qui inclut l’activité fantasmatique, les émotions et les sentiments, les normes et les valeurs, les relations interpersonnelles et les conduites, la distinction entre vie sentimentale et vie sexuelle n’a pas de raison d’être. Ces deux dimensions sont fortement intriquées l’une à l’autre21.

40Notons encore qu’il est aussi parfois, pour certains certes peu nombreux, délicat de dater avec précision leur premier rapport sexuel, tout simplement parce que celui-ci a été précédé d’échanges corporels très intimes qui, s’ils n’ont pas abouti pour diverses raisons à la pénétration, ont contribué à rendre plus flou le moment de ce premier rapport sexuel complet. Ainsi une étudiante écrit-elle :

Pour moi, il n’y a pas eu qu’une première fois, on s’y est repris à plusieurs fois, à plusieurs jours d’intervalle.

  • 22 Lagrange et Lhomond 1997.

41Et bien sûr, il faudrait ajouter à ces premiers rapports sexuels complets non reconnus, voire contestés en tant que première fois, ceux qui ont eu lieu sous la contrainte ; un phénomène plus répandu qu’on ne le croit généralement22.

  • 23 Pour l’un de ces récits, cf. Le Gall 1997.
  • 24 Neyrand 1996, 52.

42Aussi n’est-il guère surprenant, en raison de son ampleur, de retrouver ici des premières fois relevant de ce registre, et de constater que les étudiantes victimes de cette agression évoquent leur « seconde fois », plutôt que leur « première »23, qui n’est autre qu’un viol : un rapport où la victime n’apparaît que « comme corps à consommer, simple support d’une pratique masturbatoire »24. Dès lors que des violences sexuelles ont précédé le premier rapport librement consenti, comme pour cette étudiante victime d’un inceste de 6 à 9 ans (cf. annexe), que peut-on de fait attendre de ce moment intime ? Reste que s’il s’inscrit dans le cadre d’une relation amoureuse faite de tendresse, de complicité et que son partenaire fait preuve de compréhension, il peut permettre d’entrevoir autrement son propre devenir :

Je ne pense pas que cette relation sexuelle fut un échec car elle m’a beaucoup aidée par la suite, même si je n’y ai pas pris grand plaisir.

Conclusion

43Ces récits relatant la première relation sexuelle de garçons et filles dont l’avenir était de se retrouver quelques années plus tard en licence de sociologie à l’université de Caen Basse-Normandie montrent que le rituel de la défloration durant la nuit de noces pour les filles et celui du recours à une professionnelle pour les garçons appartiennent bien à une époque révolue. Ils ne décrivent cependant pas le passage à la sexualité adulte comme une simple formalité dont on s’acquitterait le moment venu, comme aurait pu le faire accroire la représentation commune que nous avons de la libération des mœurs des années 1960-1970.

  • 25 Gagnon et Simon 1973.

44Ces récits laissent entrevoir une forme « normale » ou, au sens de J. Gagnon et W. Simon25, un « script » d’entrée dans la sexualité adulte relativement structuré et exigeant : après la rencontre, le premier baiser amorce un flirt de plus en plus « poussé » (baisers, caresses génitales) durant une période allant de quelques jours à plusieurs mois, dont le coït est l’aboutissement :

  • 26 Bozon et Giami 1999, 71.

Ce processus d’apprentissage progressif du corps, des réactions et des sentiments de l’autre, ainsi que de ses propres perceptions, différenciées selon le genre26,

45s’accompagne d’échanges verbaux intenses qui instaurent un climat de confiance, une complicité, préalables nécessaires au passage à l’acte. Mais ce premier rapport n’est véritablement validé comme « première fois » que si l’histoire d’amour qui en constitue le cadre le « déborde », et donc que d’autres rapports déjà plus aguerris lui succèdent, l’ajustement progressif des corps prédisposant alors à la découverte du plaisir sexuel. Maladresses, absence de plaisir, peur de ne pas être à la hauteur ou d’avoir mal sont dès lors vite relativisées, et parfois même « embellies » à l’aune des rapports suivants.

46Faire le récit de son premier rapport sexuel, c’est avant tout évoquer une émotion, qui n’est cependant pas totalement dégagée des cadres sociaux qui nous « façonnent ». Ainsi peut-on comprendre que, dans le climat actuel d’exigence relationnelle, certaines étudiantes puissent privilégier comme « marqueur » d’entrée dans la sexualité adulte, un autre rapport émotionnellement fort et pleinement vécu que celui durant lequel elles ont perdu leur virginité. Cependant, retenir ce qui a compté, c’est en l’occurrence ici tenter d’oublier que le premier rapport sexuel complet ne s’est pas déroulé conformément au « script » d’entrée dans la sexualité adulte. Ce qui témoigne, si besoin était, que la libération des mœurs a bien transformé le rapport à la virginité, mais n’a pas pour autant banalisé la première rencontre des corps.

  • 27 Dulong 1998.
  • 28 Bozon 1995.

47Chacun de ces récits ne constitue pas, au sens que Renaud Dulong27 donne à ce terme, un témoignage. Toutefois, dans la perspective sociologique qui est la nôtre et, plus particulièrement en regard de notre objectif : mettre en relief les conditions d’avènement et de réalisation du premier rapport sexuel de jeunes culturellement bien dotés, sachant que nous souhaitions éviter la situation duelle de l’entretien semi-directif, ces récits « témoignent » d’un événement personnel vécu. L’activité sexuelle étant par définition un « inobservable »28, les chercheurs en sciences sociales n’ont en effet d’autres moyens que d’amener les personnes sollicitées à se remémorer, puis à faire part de leurs propres expériences intimes. Il convient seulement, dans le cas présent, de ne pas perdre de vue, tout d’abord, les conditions d’obtention du matériau : il s’agit de récits individuels écrits dans un cadre collectif sur la base d’un texte d’invite, et ensuite, de ne pas nier leur spécificité. Chacun de ces récits apparaît en effet comme un acte de communication destiné à une équipe de recherche ; or, contraints par la pauvreté du vocabulaire, mais aussi les règles de la bienséance, leurs auteurs privilégient la dimension affective aux dépens de l’acte physique. Par ailleurs, chacune des expériences intimes qu’ils relatent est inéluctablement une « reconstruction » ; il est donc probable que celle-ci ne puisse totalement s’affranchir du devenir de la relation qui a permis qu’advienne ce premier rapport.

48Quoi qu’il en soit, et malgré leurs particularités, ces récits, dans le domaine qui est le nôtre, font « office » de témoignage.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bidart C. (1997), « Parler de l’intime : les relations de confidence », Mana, Revue de sociologie et d’anthropologie, n° 3, Approches sociologiques de l’intime, D. Le Gall (dir.), p. 19-55.

Borillo D. (2000), L’Homophobie, Paris, PUF (Que sais-je ?).

Bozon M. (1995), « Observer l’inobservable : la description et l’analyse de l’activité sexuelle », Sexualité et Sida. Recherches en sciences sociales, Paris, ANRS, p. 39-56.

Bozon M. (1999), « Les significations sociales des actes sexuels », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 128, Sur la sexualité, p. 3-23.

Bozon M. (2001a), « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les expressions de la sexualité », Sociétés contemporaines, n° 41-42, Les cadres sociaux de la sexualité, p. 11-40.

Bozon M. (2001b), « Sexualité et genre », in Masculin-Féminin : questions pour les sciences de l’homme, J. Laufer, C. Marry et M. Maruani (dir.), Paris, PUF, chap. 8, p. 169-186.

Bozon M. et Giami A. (1999), « Les scripts sexuels ou la mise en forme du désir », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 128, Sur la sexualité, p. 68-72.

Bozon M. et Heilborn M.-L. (1996), « Les caresses et les mots. Initiations amoureuses à Rio de Janeiro et à Paris », Terrain. Carnets du patrimoine ethnologique, n° 27, L’Amour, p. 37-58.

Carpenter L.M. (2001), « The Ambiguity of “Having Sex” : The Subjective Experience of Virginity Loss in United States », The Journal of Sex Research, vol. 38, n° 2, p. 127-139.

Dulong R. (1998), Le Témoin oculaire : les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, Éditions de l’EHESS.

Gagnon J. et Simon W. (1973), Sexual Conduct. The Social Sources of Human Sexuality, Chicago, Aldine.

Giami A. (1996), « Pour une éducation sexualisée », Informations sociales, n° 55, p. 24-30.

Héritier F. (1994), Les Deux Sœurs et leur mère : Anthropologie de l’inceste, Paris, Odile Jacob.

Lagrange H. et Lhomond B. (éd.) (1997), L’Entrée dans la sexualité. Le comportement des jeunes dans le contexte du sida, Paris, La Découverte (Recherches).

Le Gall D. (1997), « La première fois. L’entrée dans la sexualité adulte d’étudiants de sociologie », Mana, Revue de sociologie et d’anthropologie, n° 3, Approches sociologiques de l’intime, D. Le Gall (dir.), p. 219-269.

Le Gall D. (2001), « Recompositions homoparentales féminines », in La Pluriparentalité, D. Le Gall et Y. Bettahar (dir.), Paris, PUF, (Sociologie d’aujourd’hui), p. 203-242.

Le Gall D. et Le Van C. (1999a), « Le premier rapport sexuel. De l’idéal au désastre », Dialogue, n° 146, p. 25-35.

Le Gall D. et Le Van C. (1999b), « Le premier rapport sexuel. Les mots pour ne pas le dire », Bastidiana, n° 27-28, p. 121-139.

Le Gall D. et Le Van C. (2003), « La première fois. Récits intimes », Sociologie et Sociétés, vol. XXXV, n° 2, p. 35-57.

Levinson S. (1997), « L’organisation temporelle des premières relations sexuelles », in L’Entrée dans la sexualité : le comportement des jeunes dans le contexte du sida, H. Lagrange et B. Lhomond (dir.), Paris, La Découverte (Recherches), p. 227-254.

Mossuz-Lavau J. (2002), La Vie sexuelle en France, Paris, Éditions de La Martinière.

Neyrand G. (1996), « Amour ou consommation : l’ambivalence du sexe », Panoramiques, n° 25, La Famille malgré tout, G. Neyrand (dir.), p. 50-57.

Potel J. (1991), « Identités catholiques et comportements religieux », in Les Français sont-ils encore catholiques ?, G. Michelat et al. (dir.), Paris, Le Cerf, p. 49-127.

Tisseron S. (2001), L’Intimité surexposée, Paris, Ramsay.

Annexes

Annexe

Je préfère ne pas vous parler de mon premier véritable rapport…

« On a vraiment pris le temps avant de se connaître. Je l’aimais énormément, mais la relation ne s’est pas exactement passée comme je l’imaginais. Je crois que je n’étais pas prête. Mon copain n’est aucunement en cause, il a même été très compréhensif. Le problème venait de mon enfance. J’ai été violée de l’âge de 6 ans jusqu’à 9 ans par un parent très proche. Je pense que ces faits n’étaient pas encore acceptés. C’est pourquoi je n’étais pas prête. Mon copain l’a très bien compris lorsque je lui ai expliqué et m’a rassurée. Maintenant que j’ai replacé la situation dans son contexte, je vais vous expliquer plus en détail.

Je sais que j’avais envie d’avoir une relation sexuelle avec lui. On était dans ma chambre à discuter. C’est lui qui a pris l’initiative de commencer à me caresser. On était alors assis sur mon lit. C’était en plein après-midi de mai, il faisait chaud.

Il m’a alors déshabillée et s’est allongé sur moi. Il me parlait doucement et me caressait. Jusque-là, tout allait bien. Il m’a demandé si je voulais qu’on fasse l’amour, mais je n’ai rien répondu. Mes gestes lui ont fait comprendre que j’acceptais. Il a sorti un préservatif que je lui ai mis. On était assez maladroits, mais on en riait. C’était également sa “véritable” première fois. Notre manque d’expérience à tous deux était risible. On a pris ce rapport sexuel, non pas à la légère, comme quelque chose de pas important, au contraire, mais moi, je savais que je n’étais plus vierge, que je n’avais rien à perdre. Je préfère ne pas vous parler de mon véritable premier rapport car ce n’est jamais agréable de décrire un viol fait par un homme d’environ 40 ans sur une fillette de 6 ans. De plus, mon témoignage fausserait toute votre enquête car je pense qu’il serait une exception.

J’aimais réellement très fort ce copain et aujourd’hui encore, je suis très heureuse que la première fois (par amour) se soit faite avec lui, même si le rapport en lui-même n’a pas été très agréable pour moi. Lorsqu’il a commencé à vouloir me pénétrer, j’ai eu un moment de refus : je l’ai repoussé. Petit à petit, il a su me convaincre et m’aider à vaincre ma peur, mes sentiments refoulés. Je me suis laissée aller mais il a bien senti que ça n’avait pas marché. Il m’a alors demandé ce qui se passait et je me suis mise à pleurer : je lui ai raconté mon enfance en lui disant que j’étais désolée. Il a très bien compris et était énervé contre cette personne que lui-même connaissait. Il a dit qu’il voulait me venger, tout en sachant très bien que cela était impossible. Cette expérience, et surtout l’attitude de mon copain, m’a aidée à déculpabiliser. Il m’a comprise, m’a rassurée, ne m’a pas tout à fait “débloquée”, mais m’a fait franchir une étape importante vers l’acceptation de mon passé.

Il a ensuite déménagé, deux mois plus tard. On s’est écrit pendant plus de cinq ans et je crois que l’on ne s’est jamais oubliés. J’ai longtemps souhaité faire ma vie avec lui. Je n’ai plus eu de véritables relations sexuelles avec pénétration jusqu’à 18 ans car je n’avais pas rencontré l’homme qu’il me fallait. Je ne pourrais pas coucher avec quelqu’un sans l’aimer vraiment. Je faisais un blocage.

La première relation sexuelle n’a pas eu pour moi beaucoup d’importance dans notre relation car je savais que ma “première fois” était déjà gâchée. Ce que je garde de notre relation est plus la complicité, l’entente, les rires, l’amour, que l’acte en lui-même. Je ne pense pas que cette relation sexuelle fut un échec car elle m’a beaucoup aidée par la suite, même si je n’y ai pas pris un grand plaisir. Je pense que je devais passer par là et que dans ces circonstances, elle ne pouvait être agréable.

Je n’ai pas eu cet espoir qu’ont beaucoup d’adolescentes d’une première fois idéale et paradisiaque comme le montrent les films. J’avais déjà eu ma première fois et je pensais qu’elle était plus proche de l’enfer que du paradis. Je ne me faisais pas d’illusions. Maintenant, je sais que ce n’est pas l’enfer, c’est souvent plus proche du paradis, ou du moins du plaisir. Cependant, il a fallu longtemps pour m’en convaincre et pour oser réessayer. »

Notes

1 Tisseron 2001, 52.

2 Potel 1991.

3 Levinson 1997, 228-229.

4 Bozon 2001a, 13.

5 Bozon 2001b, 185.

6 Le Gall et Le Van 2003.

7 Le texte d’invite, d’une page environ, précisait l’objectif global de l’enquête et indiquait comment procéder pour que l’anonymat soit parfaitement respecté. La consigne principale était libellée de la manière suivante : « Racontez le vécu de votre première relation sexuelle ». Pour le texte de sollicitation et le détail de la procédure, cf. Le Gall 1997.

8 Le Gall et Le Van 1999a.

9 Il est possible qu’en raison de l’hétérosexisme actuel (cf. Borillo 2000), certain(e)s étudiant(e)s homosexuel (le) s ne se soient pas autorisés à évoquer leur premier rapport. Il se peut aussi, comme nous avons pu le voir par ailleurs (Le Gall, 2001), et comme l’évoque aussi une enquête récente (Mossuz-Lavau 2002) que certain(e)s homosexuel(le)s ou bisexuel(le)s aient eu de fait un premier rapport hétérosexuel.

10 Bidart 1997.

11 Héritier 1994.

12 Pour un récit recourant à l’humour, cf. Le Gall 1997.

13 Bozon 1999, 5.

14 Bozon et Heilborn 1996, 49.

15 Bozon et Heilborn 1996, 52.

16 Ibid.

17 Giami 1996, 30.

18 Bozon et Heilborn 1996, 54.

19 Le Gall et Le Van 1999b.

20 Carpenter 2001, 127.

21 Giami 1996, 24.

22 Lagrange et Lhomond 1997.

23 Pour l’un de ces récits, cf. Le Gall 1997.

24 Neyrand 1996, 52.

25 Gagnon et Simon 1973.

26 Bozon et Giami 1999, 71.

27 Dulong 1998.

28 Bozon 1995.

Auteur

LASAR, Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540