Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et témoignage

 | 
Claire Perrin

Préface

Georges Vigarello

Texte intégral

1Ce livre vient à point. Son projet le confirme : il confronte le corps et le témoignage à un moment de notre histoire où nombre d’indices corporels n’ont jamais été aussi scientifiquement établis, alors que nombre d’entre eux, également, n’ont jamais été aussi ambigus, à un moment surtout où le corps apparaît comme un objet total, dès lors complexe, pour la culture où il semble « triompher ».

2Il faut mesurer d’abord les effets majeurs de « témoignage » obtenus à partir d’une précision croissante des marques, des traces, des indices et traits corporels. Un large spectre de pratiques sociales en est bouleversé : des démarches médicales aux démarches judiciaires ou aux démarches sécuritaires. Le gain n’est pas seulement celui de l’exactitude, il est aussi celui de la culture sinon de la morale : une lente révision des normes et des jugements.

3L’entrée dans les pratiques de police scientifique, par exemple, celles recourant dès la fin du XIXe siècle aux empreintes digitales ou à l’anthropométrie n’a pas seulement permis de mieux confondre délinquants ou accusés, elle a aussi permis de s’éloigner des repères ombrageux et confus quêtant dans les formes des visages les éléments de crainte et de soupçon. Une révolution s’affirme ici, dont la conséquence est majeure pour le témoignage comme pour le corps. Elle transforme de part en part la vision d’un « corps » suspect : détecter l’identité dans le banal plus que dans le sauvage, « traquer » les indices dans les photographies anodines, dans les empreintes, les portraits-robots, ceux de faussaires cultivant l’ordinaire, plus que dans les « figures ignobles » ou les profils repoussants. Tâche décisive qui révise l’image de la suspicion comme celle du danger, même si, au bout du compte, elle accentue la menace prêtée à l’anonyme : celle du proche, celle du voisin. Même si, au bout du compte, les renseignements qu’elle accumule doivent être « surveillés » dans leur utilisation. La précision est efficace, elle est aussi culturelle, ne l’oublions pas.

  • 1 L’article 222-33 du nouveau Code pénal précise que : « Le fait de harceler autrui en usant d’ordres (...)
  • 2 Libération, 4 avril 1995.
  • 3 « J’étais angoissée, je ne trouvais plus le sommeil, je n’avais plus le goût à rien », interview d’ (...)

4Tout pourtant ne saurait se limiter ici à la précision. Le livre dirigé par Claire Perrin montre avec clarté qu’une exigence grandissante d’intégrité à l’égard du corps, un plus grand respect envers lui par exemple, n’a pas toujours pour conséquence l’accroissement du chiffre, bien au contraire. Non que le témoignage ait à abandonner une logique du corps. Non qu’il ait à balbutier ou à se « brouiller ». Mais cette logique n’est plus celle du chiffre : elle a à s’inventer totalement ailleurs. Les actes de violence en sont parmi les illustrations les plus marquantes. La volonté de les déceler toujours plus largement ne fait-elle pas émerger une violence dont le versant corporel est toujours moins visible ? L’exemple du harcèlement sexuel est à cet égard central, révélant une difficulté inédite à dire et à légaliser, rappelant combien l’égalité nouvelle peut repousser les premiers seuils d’atteinte jusqu’aux nuances quasi subjectives des comportements et des civilités : une vigilance sur les différences « exacerbées par les progrès du sentiment égalitaire ». Le nouveau délit sur le harcèlement sexuel arrêté dans le code pénal de 1992 par l’article 222-231, ne fait à vrai dire que prolonger l’exigence ancienne d’échelonnement de gravité : il devient un premier degré d’agression, un repère imprécis pourtant « laissant au juge le soin d’arbitrer entre le rien et le délit »2. Problème d’autant plus sensible que l’agression elle-même est ressentie aujourd’hui plus vivement, provoquant des troubles physiques ou psychiques chez la victime, alors que manquent les mots pour la définir3. Problème d’autant plus sensible encore que la notion même de harcèlement « témoigne » d’un regard plus attentif porté aux victimes. D’où cet impératif de repérer des conséquences éventuellement corporelles pour un acte qui, apparemment, l’est peu. D’où le défi d’un témoignage butant sur la définition de l’acte comme sur celle de ses conséquences, alors même que sa prise en compte est le signe d’un accroissement de respect comme celui d’une plus grande attention donnée à l’espace du corps.

5Reste que pour mesurer l’enjeu de ces nouveaux débats, il faut aussi mesurer à quel point la notion de corps s’est rapprochée de celle de « sujet » : évoquer le corps ne se limite plus aujourd’hui à évoquer l’organique ; mobiliser le corps tendrait à mobiliser des zones obscures et profondes de soi ; une identité précise et sédimentée où l’emporte le psychique et l’expression. La conscience corporelle révélerait brusquement une épaisseur et une vérité. L’individu, et lui seul, est d’ailleurs aujourd’hui plus qu’auparavant comptable de ses manières d’être, de ses « images » : il « est son apparence », et il l’est même exclusivement, dit-on plus que jamais, toujours plus identifié à ce qu’il manifeste quasi physiquement, comme à ce qu’il dit. « Dire le corps » par exemple c’est dire le moi autant qu’affirmer une identité : une mémoire et une vérité.

6Le corps existe, alors, là même où on ne le voyait pas, là même où on ne l’attendait pas : ses traces ont « explosé », où les expressions et les mots sont tout aussi importants que les plis et les peaux. Il est toujours plus impérieux dès lors de confronter corps et témoignage, toujours plus complexe aussi.

Notes

1 L’article 222-33 du nouveau Code pénal précise que : « Le fait de harceler autrui en usant d’ordres, de menaces ou de contraintes, dans le but d’obtenir des faveurs de nature sexuelle, par une personne abusant de l’autorité que lui confèrent ses fonctions, est puni d’un an d’emprisonnement et de 100 000 francs d’amende ».

2 Libération, 4 avril 1995.

3 « J’étais angoissée, je ne trouvais plus le sommeil, je n’avais plus le goût à rien », interview d’une victime dans S. Cromer, Le Harcèlement sexuel en France, la levée d’un tabou, 1985-1990, Paris, La documentation française, 1995, p. 78.

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540