Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinq études sur Célestin Freinet

 | 
Alain Vergnioux

Préface

La pédagogie Freinet constitue-t-elle une « théorie » pédagogique ? Alain Vergnioux continuateur de Marc-André Bloch et d’Olivier Reboul

Henri Peyronie

Texte intégral

  • 1 Freinet, 70 ans après. Une pédagogie du travail et de la dédicace ? (Actes du colloque de Caen, 23 (...)

1Les Presses universitaires de Caen ont publié en 1998 l’ouvrage collectif Freinet, 70 ans après. Une pédagogie du travail et de la dédicace ?1. Ce livre était issu d’un colloque organisé à l’Université de Caen Basse-Normandie, à l’occasion du centenaire de la naissance de Célestin Freinet. Les PUC publient aujourd’hui un nouvel ouvrage concernant la pédagogie Freinet : Cinq études sur Célestin Freinet. L’auteur en est Alain Vergnioux, professeur de Sciences de l’éducation à l’Université de Caen, spécialiste de philosophie de l’éducation, l’un des coauteurs du livre de 1998.

2Cette préface se propose de « situer » la contribution qu’apporte Alain Vergnioux avec ces Cinq études sur Célestin Freinet, et de caractériser l’originalité de sa position de recherche.

  • Puisqu’il s’agit d’un écrit de type universitaire, il s’agira – d’abord – de situer cette contribution en analysant la manière dont les écrits universitaires qui concernent la pédagogie Freinet se sont positionnés par rapport aux écrits de Célestin Freinet, et par rapport aux écrits issus du mouvement de l’École moderne ; en observant, aussi, comment les écrits universitaires ont été reçus par Célestin Freinet lui-même, et par les militants de l’Institut coopératif de l’École moderne (ICEM).

  • Il s’agira ensuite de situer cette contribution par rapport aux différents modèles théoriques qui orientent et structurent ces travaux universitaires. Dans son introduction, Alain Vergnioux esquisse lui-même un recensement des « grilles théoriques et méthodologiques [à partir desquelles] sont menées les recherches ». Il fait le constat de leur diversité : la linguistique, l’histoire des idées, la sociologie des professions, la didactique, la pédagogie institutionnelle, la philosophie… Dans cette préface, on s’efforcera de repérer le positionnement de ces Cinq études sur Célestin Freinet, car Alain Vergnioux n’a pas pris le parti de la facilité dans ces approches successives, et préciser son projet – dans son orientation et dans ses limites – n’est peut-être pas inutile.

  • Il s’agira, enfin, de caractériser l’orientation du travail d’Alain Vergnioux parmi les approches « philosophiques » d’énoncés, de dispositifs et de pratiques « pédagogiques ». Lui-même n’affirme pas qu’il s’inscrit dans une démarche de type philosophique : probablement parce qu’une telle affirmation est beaucoup trop imprécise au regard de la diversité des approches qui peuvent, plus ou moins légitimement, se réclamer de la philosophie. Il préfère définir sa méthode :

Notre attitude méthodologique consistera à nous situer dans l’immanence des discours, la matérialité de leurs énoncés. Les observer, repérer les termes, leurs usages, leurs récurrences, les organiser selon des séries. Essayer de caractériser les configurations dans lesquelles termes et énoncés s’enchaînent et s’articulent, se hiérarchisent, s’organisent en des systèmes.

3Au fil des textes, Alain Vergnioux inscrit ce projet dans la filiation de plusieurs auteurs : Émile Durkheim, Michel Foucault, Olivier Reboul et Daniel Hameline, en particulier. Il indique ainsi, solidement, ses orientations. Mais puisque nous qualifions de « philosophique » son attitude méthodologique, il nous faudra faire un second travail de mise en situation, en caractérisant cette position philosophique et en la comparant à d’autres.

  • 2 Seulement quinze numéros ont été réalisés entre octobre 1959 et juillet 1962.
  • 3 M. -A. Bloch, « Libres réflexions d’un lecteur et ami », Techniques de vie, no 2, décembre 1959, p. (...)
  • 4 M. -A. Bloch, Philosophie de l’éducation nouvelle, Paris, PUF, 1948, 2e édition, revue, en 1968.

4En 1959, Célestin Freinet et Paul Le Bohec créèrent la revue Techniques de vie, dont le sous-titre : Les fondements philosophiques des techniques Freinet, disait clairement l’ambition philosophique. En faisant référence à cette revue éphémère2, on pourrait dire que la position d’Alain Vergnioux est d’abord dans la filiation de l’approche que défendait le philosophe Marc-André Bloch dans le deuxième numéro de Techniques de vie, en 19593. Dans la continuité de son ouvrage de 1948, Philosophie de l’éducation nouvelle – un texte essentiel pour la saisie des bases philosophiques du courant pédagogique de l’Éducation nouvelle4 –, Marc-André Bloch observait avec les militants de l’École moderne que l’originalité profonde de Freinet venait de sa démarche qui va « de la pratique à la théorie », et il affirmait qu’il fallait concevoir un travail d’approfondissement philosophique sur les techniques Freinet, d’une part comme une réflexion sur les principes qui sous-tendent – explicitement ou implicitement – ces techniques, d’autre part comme une réflexion délibérément inscrite dans l’héritage de la philosophie du mouvement d’Éducation nouvelle. Mais, ce faisant, il définissait une position intellectuelle qui, globalement, tournait alors le dos à celle de Célestin Freinet, davantage tenté – à cette époque de sa vie – par une sorte d’anthropologie métaphysique se référant beaucoup à l’inspiration cosmique de Pierre Teilhard de Chardin.

5Mais nous dirons que le travail d’Alain Vergnioux se situe également, et plus directement, dans un autre courant de philosophie de l’éducation plus récent : celui d’Olivier Reboul et de son travail sur le langage de l’éducation.

6L’orientation du travail philosophique d’Alain Vergnioux sur les textes de Freinet et sur ceux de son mouvement est une orientation qui n’est ni pratiquée ni revendiquée par les praticiens-chercheurs de ce mouvement : nous sommes persuadé, cependant, que c’est une position légitime.

Le mouvement Freinet et l’Université, l’enseignement primaire et l’enseignement supérieur, instituteurs et professeurs : la position inconfortable des écrits universitaires sur la pédagogie Freinet

7Les écrits concernant Freinet et le mouvement Freinet ont plusieurs origines. La plupart sont issus du « mouvement » lui-même :

  • d’un côté, il s’agit d’écrits individuels, de la part de compagnons de route de Freinet (Michel Barré, Paul Le Bohec…) ou de la part de figures historiques du mouvement appartenant à des générations plus récentes (nous en citerons plusieurs au cours de cette préface) ;

  • d’un autre côté, il s’agit de publications collectives de militants du mouvement, et la signature porte alors le plus souvent la mention « Collectif Pédagogie Freinet », ou bien « Collectif ICEM » (Institut coopératif de l’École moderne).

8Mais au cours de ces vingt dernières années des publications que l’on identifiera comme « de statut universitaire » sont venues enrichir le champ de la pédagogie Freinet : en particulier avec les deux colloques tenus à l’Université de Bordeaux II (en 1987 puis en 1990), par des enseignants-chercheurs universitaires et par des praticiens-chercheurs de l’ICEM, colloques auxquels Alain Vergnioux se réfère plusieurs fois dans son texte.

  • 5 Le nom de Pierre Yvin est attaché au courant autogestionnaire et à la commission « enfance inadapté (...)

9Pourtant, dans l’histoire, les relations entre les militants des « techniques Freinet », d’une part, et les universitaires d’autre part, ont le plus souvent été difficiles. Cela était vrai à l’époque de Célestin Freinet et de ses compagnons de route. Cela est encore vrai plus récemment ; ainsi cette réaction de Pierre Yvin, une figure de l’ICEM5, au livre publié en 1996 par Patrick Boumard – professeur d’Université – sur Freinet :

  • 6 P. Yvin, présentation du livre Célestin Freinet, de P. Boumard [Paris, PUF, 1996], dans le bulletin(...)

En raison de mon militantisme du passé, j’éprouve toujours des réticences à l’égard des livres d’universitaires, et à plus forte raison quand ils parlent de Freinet6.

Pourquoi cette défiance ?

10La coupure sociale et culturelle entre le monde scolaire du primaire et celui du secondaire/supérieur est aussi vieille que ces deux ordres d’enseignement : d’un côté les instituteurs, pédagogues, titulaires d’un « Brevet élémentaire » qui ne les autorise pas aux études universitaires, chargés d’alphabétiser et de préparer aux contraintes de la société industrielle les enfants du peuple ; de l’autre les professeurs, spécialisés dans une culture, chargés de former les enfants des groupes sociaux nantis, qui succéderont probablement à leurs parents dans leurs positions sociales favorisées. La Première Guerre mondiale a fortement secoué cette situation : la naissance du mouvement impulsé par Célestin Freinet, avec son ambition d’une école populaire (prolétarienne), en est un signe dans le monde des instituteurs ; l’action des Compagnons de l’Université nouvelle en est un autre signe, du côté des professeurs et de l’Université. Mais il faudra attendre encore au moins une vingtaine d’années au-delà de la Deuxième Guerre mondiale pour que cet état des choses change vraiment et qu’en particulier l’accès à l’enseignement secondaire se démocratise. Et pendant tout ce temps, la coupure symbolique entre les instituteurs et les professeurs, avec sa charge de mépris culturel et social, est un des ressorts essentiels du rapport de domination des seconds sur les premiers dans le champ scolaire, en même temps que l’un des ressorts du refus idéologique de la démocratisation de l’enseignement.

11On comprend donc la défiance des instituteurs français vis-à-vis de l’Université et de ses professeurs, et plus encore celle des militants Freinet puisque, plus que d’autres, ceux-ci voulaient construire une école populaire.

  • 7 C. Freinet, « La force morale de notre groupe », L’Éducateur prolétarien, no 1, octobre 1932, p. 1- (...)
  • 8 Cf. H. Peyronie, « De “l’Éducation nouvelle” aux “Sciences de l’éducation”, des postures variées ma (...)

12On comprend encore plus cette méfiance pour ce qui concerne les militants Freinet de la génération des fondateurs : car leur route croise celle d’universitaires qui s’intéressent à la question de l’école, qui s’investissent en faveur de l’Éducation nouvelle et qui ont des positions progressistes. Mais Célestin Freinet et ses camarades se trouvent plus en rivalité qu’en coopération avec eux. Dans l’éditorial du premier numéro de L’Éducateur prolétarien (la revue que Freinet et les siens se donnent en 1932), Freinet fait ainsi une critique politiquement radicale du congrès de la Ligue pour l’Éducation nouvelle, qui se tient à Nice, en 1932, sous la présidence de Paul Langevin7. Et, jusqu’à la fin des années trente, les universitaires progressistes qui constituent les figures de proue du Groupe français d’Éducation nouvelle, s’expriment beaucoup plus comme des hommes de sciences que comme des militants, et leurs positions idéologiques sur l’éducation se situent dans une sorte de compromis avec les orientations, humanistes et spiritualistes, fondatrices de la Ligue et de la revue Pour l’ère nouvelle8. C’est aussi le gouvernement de la Libération qui confie la réflexion sur les affaires scolaires à des intellectuels universitaires communistes, Langevin, puis Wallon, et non à des instituteurs progressistes et militants pédagogiques, comme Freinet. C’est Wallon qui critique fermement le livre de Freinet Essai de psychologie sensible, avec l’autorité de son statut. Et, pire encore, c’est le parti communiste qui fait intervenir quelques-uns uns de ses intellectuels directement contre Freinet, dans le processus qui de 1947 à 1953 aboutit à la rupture entre l’ICEM et ce parti. Cela laissa des traces intellectuelles et affectives importantes, car les méthodes politiques des années cinquante n’étaient pas tendres.

13Ces relations conflictuelles perdureront une quinzaine d’années encore avec le parti communiste, et avec le Groupe français d’Éducation nouvelle, le mouvement pédagogique le plus proche du parti communiste, dont Gaston Mialaret – un des fondateurs des Sciences de l’éducation en France – fut un moment le président, à la suite d’Henri Wallon. Les militants Freinet de la première génération se sont donc opposés au monde scolaire académique conservateur ; et ils ont dû affronter encore plus directement les universitaires les plus proches d’eux idéologiquement : les universitaires communistes !

14Il faut aussi mentionner la crise des années soixante entre l’ICEM et sa branche parisienne qui évolue vers « la pédagogie institutionnelle » ; là encore des universitaires du secteur de la psychiatrie et du secteur de la psychosociologie, qui sont liés à Jean et Fernand Oury, sont aux côtés de ceux qui vont créer le courant de la pédagogie institutionnelle en rupture, alors, avec l’ICEM. Dans les années soixante-dix il y aura un courant de pédagogie institutionnelle prolixe et « bruyant » dans les Sciences de l’éducation universitaires françaises (avec Michel Lobrot, René Lourau d’une part, Jacques Pain d’autre part). Alors que les quelques universitaires proches de la tradition Freinet (Jean Vial, Guy Avanzini) sont plus discrets : il faudra attendre une quinzaine d’années pour que ce courant se renforce et s’affiche vraiment, avec des universitaires d’une nouvelle génération : nous l’avons rappelé plus haut, le premier colloque de Bordeaux, principalement organisé par Pierre Clanché, en collaboration avec Jacques Testanière, date de 1987.

Entre le mouvement Freinet et l’Université, des collaborations anciennes et contemporaines cependant

  • 9 Sur les liens entre Jean Vial et Freinet, on pourra lire l’article de L. Bruliard : « Jean Vial et (...)

15La mémoire collective de l’ICEM a gardé le souvenir de ces conflits-là. Pourtant, des collaborations positives avec des universitaires eurent lieu dès les années soixante : des collaborations qui furent parfois très publiques, comme celle des quinze numéros de la revue Techniques de vie, entre 1959 et 1962. Mais aussi des convergences plus discrètes. Par exemple avec Jean Vial, professeur à l’Université de Caen, qui fut l’inspirateur au ministère de l’Éducation nationale des options pédagogiques des « classes de transition » créées dans les collèges français en 1963 pour accueillir les élèves en difficulté scolaire ; des options si proches de celles de Freinet que, dans les dernières années de sa vie, celui-ci impliqua fortement des militants de l’ICEM dans la formation des maîtres de ces classes9. Jean Vial qui fut aussi à l’origine du « Groupe de formation recherche » pour des instituteurs Freinet au début des années soixante-dix, à l’Université de Caen. Collaboration avec Guy Avanzini, également, dans la filiation de la société pédagogique « Binet-Simon » à Lyon, qui s’est ouverte à « l’imprimerie à l’école » dès 1928… Avec Louis Legrand, encore, qui dialogua régulièrement avec les responsables de l’ICEM et qui fut, par exemple, leur interlocuteur le plus régulier dans la revue Techniques de vie, où il écrivit à quatre reprises.

16Depuis une vingtaine d’années d’autres universitaires d’une génération plus proche, en particulier dans la discipline des Sciences de l’éducation, s’intéressent à la pédagogie et au mouvement Freinet et certains de leurs travaux portent sur des objets qui relèvent de cette pédagogie et de ce mouvement. S’ils le font, c’est d’abord parce qu’ils partagent les valeurs de cette pédagogie : l’ambition d’une école populaire, les principes d’une pédagogie du travail et d’une pédagogie coopérative, les principes qui sous-tendent les techniques d’expression libre. Eux-mêmes ont pu faire des études longues grâce à la démocratisation de l’accès à l’enseignement secondaire des années cinquante et soixante. Souvent leur réseau de sociabilité personnel croise celui de l’ICEM : ils ont un compagnon ou une compagne instituteur Freinet ; souvent ils ont des enfants qui sont élèves dans une classe Freinet ; ou bien encore ils ont des liens d’amitié avec des instituteurs de l’ICEM (qu’ils ont parfois rencontré à l’université, souvent ailleurs : dans les anciennes écoles normales d’instituteurs, dans la vie syndicale, dans le mouvement social…) ; quelques-uns ont été instituteurs et proches du mouvement Freinet avant de devenir professeurs (Jean Vial en fut l’archétype) ; quelques-uns, encore, sont fils ou fille d’instituteurs Freinet.

17Ces enseignants-chercheurs universitaires ne sont donc pas les héritiers des universitaires auxquels se sont heurtés Freinet et ses compagnons de route cinquante ans plus tôt.

18Et puis, rappelons qu’à partir de 1979, les jeunes instituteurs ont dû être titulaires d’un diplôme universitaire de niveau « Bac + 2 », et que depuis 1990 les futurs professeurs des écoles doivent être titulaires d’une licence (Bac + 3), pour entrer dans un Institut universitaire de formation des maîtres. Faire des études universitaires, ce n’est donc plus trahir le corps des instituteurs – comme cela pouvait l’être au début du siècle –, c’est, au contraire, remplir la condition nécessaire pour y être admis.

19Il existe donc, désormais, de nombreux croisements et de nombreuses collaborations entre les militants de l’ICEM et les universitaires :

  • dans des instances universitaires : colloques de Bordeaux en 1987 et 1990, de Caen en 1996, de Rennes la même année ; soutenances de thèses de doctorat de praticiens-chercheurs « Freinet » ; publications communes entre enseignants-chercheurs universitaires et praticiens-chercheurs du mouvement… ;

  • dans des instances de l’ICEM : le Salon annuel des apprentissages, à Nantes, sous l’impulsion d’André Mathieu et de Jean Le Gal ; les congrès de l’ICEM ; les stages de formation régionaux ; les publications de ce mouvement…

Une typologie des recherches de type universitaire sur la pédagogie et le mouvement Freinet

20Pour bien saisir l’intérêt du travail réalisé par Alain Vergnioux dans ces cinq études, il faut maintenant bien identifier quelle est sa « position de recherche » et situer celle-ci par rapport à d’autres positions de recherche de type universitaire sur la pédagogie et le mouvement Freinet.

21Les travaux de recherche de type universitaire, menés par des enseignants-chercheurs des universités francophones, ou bien réalisés à l’occasion de thèses de doctorat par des praticiens-chercheurs issus de l’ICEM, portent rarement sur le contenu des écrits pédagogiques de Freinet : ils sont caractérisés par d’autres types d’objets et d’ancrages.

  • 10 F. Bock, Enjeux politiques et Débats pédagogiques. La formation du mouvement Freinet, 1920-1940, th (...)
  • 11 J. Testanière, Les Enfants des milieux populaires et l’école. Une pédagogie populaire est-elle poss (...)

22Une série importante de travaux porte sur l’histoire du mouvement et cherche à saisir, dans leur contexte social, culturel et politique, le devenir du mouvement à tel ou tel moment : que nous dit le fonctionnement des institutions de l’ICEM ? Que nous disent les textes de travail et de communication du mouvement sur les évolutions et les ruptures dans l’histoire du mouvement ? La thèse de l’historienne Fabienne Bock10 cherchait ainsi à éclairer les conditions d’émergence et d’affirmation du mouvement, de sa naissance à la Deuxième Guerre mondiale, en insistant sur les éléments politiques et sociaux du contexte historique. La thèse d’État de Jacques Testanière interrogeait le sens politique de la pédagogie Freinet dans les années cinquante11.

  • 12 L. Bruliard, Transformation du système scolaire et innovation de la pédagogie Freinet : l’exemple d (...)

23La thèse de Luc Bruliard réalisait une approche socio-historique d’un pan de l’histoire du mouvement de « l’École moderne-Pédagogie Freinet » : l’histoire de la Commission de l’enseignement spécialisé, depuis sa création – après la Libération – jusqu’à son extinction en 1993, en interrogeant les dimensions organisationnelles, institutionnelles, idéologiques et pédagogiques de cette commission12.

  • 13 M. Barré, Célestin Freinet, un éducateur pour notre temps, Mouhans-Sartoux, Publications de l’École (...)
  • 14 L. Bruliard et G. Schlemminger, Le Mouvement Freinet des origines aux années quatrevingt, Paris, L’ (...)

24Notons que les travaux historiques sur le mouvement Freinet ne sont pas seulement, loin de là, des travaux universitaires, les travaux réalisés par des militants de l’ICEM sont nombreux et importants : l’ouvrage en 1996 de Michel Barré est une référence13. La même année Luc Bruliard et Gérald Schlemminger tentèrent de nouer les apports universitaires et des sources issues du mouvement dans une contribution à l’histoire du mouvement14. Il faut évoquer, aussi, les nombreux articles d’Henri Portier, dénicheur d’archives et observateur attentif de la tradition libertaire chez Freinet et dans son mouvement.

  • 15 On peut lire, en particulier, de P. Clanché : L’Enfant écrivain. Génétique et symbolique du texte l (...)

25Une autre série importante de travaux de type universitaire porte sur des pratiques d’enseignement et d’éducation, saisies par des observations in situ, par l’analyse de productions d’élèves ou encore par des entretiens d’explicitation avec les enseignants. Les travaux de Pierre Clanché, mobilisant des outils de la linguistique pour cerner les processus de production des textes libres par les enfants, sont exemplaires de cette position de recherche15.

  • 16 J. Le Gal, Savoir écrire nos mots, thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Caen, 1979, sous la (...)

26C’est l’option la plus souvent choisie par les praticiens-chercheurs de l’ICEM qui se sont engagés dans un travail de recherche dans le cadre d’une thèse de doctorat. Jean Le Gal avait ouvert la voie il y a 25 ans, avec une thèse sur les difficultés orthographiques parmi ses élèves d’une classe de perfectionnement16. Au cours de ces dernières années, plusieurs thèses – ayant cette orientation – ont été soutenues, par exemple :

    • 17 Cette thèse a été soutenue en 1994 à l’Université Victor Segalen, Bordeaux II, sous la direction de (...)

    la thèse de Gérald Schlemminger sur l’enseignement des langues vivantes en pédagogie Freinet17 ;

    • 18 C. Derrien, Le Réseau télématique « Freinet ». Dynamique communicationnelle de classes en innovatio (...)

    la thèse de Christian Derrien sur l’introduction de l’usage des réseaux télématiques dans des classes fonctionnant sur des principes proches de ceux de l’ICEM18 ;

    • 19 M. Boncourt, La Poésie à l’école élémentaire, l’indispensable superflu, thèse de doctorat de l’Univ (...)

    la thèse de Martine Boncourt sur l’expression poétique dans une classe Freinet du Bas-Rhin et sur sa fonction « subversive »19 ;

    • 20 S. Connac, Discussions à visée philosophique et classes coopératives en Zone d’éducation prioritair (...)

    la thèse de Sylvain Connac sur les pratiques de « la discussion à visée philosophique » dans des classes d’une Zone d’éducation prioritaire, proches des pratiques de la pédagogie institutionnelle20 ;

    • 21 A. Mathieu, De la théorie démocratique à son essai d’application dans une École Freinet, thèse de d (...)

    la thèse d’André Mathieu, qui tente de confronter l’ambition – pédagogique et politique – résumée dans la formule de Freinet : « On prépare la démocratie de demain par la démocratie à l’école » avec les représentations et les pratiques des acteurs d’une école primaire publique « ouverte », dans laquelle la majorité des instituteurs/professeurs se réfère à la pédagogie Freinet21.

  • 22 Madeleine Freinet vient même de publier un volume de correspondance entre Élise et Célestin Freinet (...)

27Le travail d’Alain Vergnioux, quant à lui, est un travail sur les textes : des textes de Célestin Freinet, essentiellement, mais aussi des textes d’Élise Freinet et des textes postérieurs issus du mouvement de l’École moderne. Il ne faut pas oublier, en effet, que les textes de la pédagogie Freinet ne se limitent pas aux six ou sept livres bien connus, réédités aux éditions du Seuil, en 1994, par Madeleine Freinet : on a recensé plus de 1700 articles de Célestin Freinet lui-même22.

  • 23 G. Piaton, La Pensée pédagogique de Célestin Freinet, Toulouse, Privat (Nouvelle recherche), 1974.

28Il faut probablement remonter à une trentaine d’années, avec la thèse et le livre de Georges Piaton23, pour rencontrer un travail centré de manière aussi systématique sur les écrits de Freinet et de son mouvement. Mais le travail de Georges Piaton relevait du genre de « l’histoire des idées pédagogiques » ; et la pratique de l’histoire des idées pédagogiques n’est pas sans rappeler la posture des érudits envers le patrimoine historique : il s’agit de préserver, de conserver, de transmettre un bien vis-à-vis duquel on a une attitude de respect, voire de révérence. Face au foisonnement – souvent désordonné – des textes de Freinet, nous allons le voir, la position d’Alain Vergnioux est autre.

Quel traitement philosophique des textes pédagogiques ?

  • 24 M. Fabre, « Qu’est-ce que la philosophie de l’éducation ? », in Éducation et Philosophie. Approches (...)

29On peut emprunter à Michel Fabre les grandes lignes d’un repérage des différentes options de la philosophie de l’éducation24 :

    • 25 M. Debesse et G. Mialaret, Traité des sciences pédagogiques, t. II, Histoire de la pédagogie, Paris (...)

    La philosophie de l’éducation comme histoire des idées pédagogiques : cette position a longtemps nourri l’approche universitaire académique de la pédagogie et elle a fait les beaux jours de la formation des maîtres autrefois. Dans le Traité des sciences pédagogiques, contemporain de la création de la discipline universitaire des Sciences de l’éducation en France, « l’histoire de la pédagogie » constituait, à elle seule, l’un des sept volumes de cet imposant ouvrage collectif25. Quand l’histoire des idées rencontre l’histoire des pratiques pédagogiques, des exercices scolaires ou des institutions éducatives, ce champ est alors partagé avec les historiens.

  • La philosophie de l’éducation comme réflexion axiologique sur les valeurs et sur le sens de l’éducation : c’est le second champ d’investigation que les Sciences de l’éducation ont réservée d’emblée à la philosophie, un peu comme si l’on pouvait espérer « isoler » la sphère des valeurs, à l’écart des faits analysables – quant à eux – par les approches scientifiques. Comme si l’une des difficultés essentielles dans l’étude du champ éducatif n’était pas l’intrication permanente entre ce qui paraît de l’ordre du fait et des situations et ce qui paraît de l’ordre des valeurs. Dès le Traité des sciences pédagogiques, Raphaël Lévêque (professeur de philosophie à l’Université de Caen, à la même époque que Marc-André Bloch) et Francine Best (professeur de philosophie, directrice d’École normale, et future directrice de l’Institut national de la recherche pédagogique) indiquaient la double tâche de la philosophie de l’éducation conçue comme réflexion axiologique :

  • 26 M. Debesse et G. Mialaret, Traité des sciences pédagogiques, t. I, Introduction, Paris, PUF, 1969, (...)

d’élucider des problèmes, d’éclairer des antinomies qui résident au cœur de l’acte d’éduquer (culture et nature ; liberté et conditionnement, etc.), mais aussi de rechercher les conditions de possibilité de l’éducation, donc d’affirmer un certain nombre de principes au-delà desquels l’analyse ne peut remonter et sans lesquels l’éducation ne peut être26.

    • 27 O. Reboul, Le Langage de l’éducation, Paris, PUF, 1984.
    • 28 Comme il le fait, par exemple, à propos du statut des apprentissages scientifiques et techniques da (...)
    • 29 Comme il le fait, par exemple, à propos de la notion d’« éducation populaire » dans le texte « Écol (...)
    • 30 Comme il le fait dans les textes « La notion d’expérience » et « Autonomie ou liberté ? ».

    La philosophie de l’éducation comme travail épistémologique sur les discours et sur les pratiques : amorcée par la tradition précédente, cette pratique s’est renouvelée au contact de divers courants de la philosophie et des sciences humaines contemporaines. C’est là que se situent les Cinq études sur Célestin Freinet présentées ici, proches en cela du projet d’Olivier Reboul dans Le Langage de l’éducation27. Mais Alain Vergnioux enrichit sa pratique d’analyse des discours de nouvelles approches, issues de l’épistémologie critique de Michel Foucault (auquel il emprunte le concept de « multiplicités discursives »28), et d’approches issues de la pragmatique du langage (Jean-Paul Bronckart et François Rastier) avec le souci de traiter les discours dans leur organisation interne et dans leur contexte29 ; ou encore il enrichit cette analyse en recourant à un outil informatique d’analyse textuelle30.

30Sur des notions clefs de la tradition pédagogique issue de Célestin Freinet : sur l’idée de pédagogie populaire, sur la technique du texte libre, sur la notion d’expérience, sur la question des apprentissages scientifiques et techniques, enfin sur la question de « l’autonomie » ou de la « liberté » de l’enfant, Alain Vergnioux propose donc ici une relecture de textes de Freinet et de textes issus de son mouvement et leur pose des questions proprement théoriques – en particulier celle-ci : la pédagogie Freinet constitue-t-elle une « théorie » pédagogique, à quel titre et à quelles conditions ? On le voit, le propos est ambitieux et ne va pas sans risques.

Notes

1 Freinet, 70 ans après. Une pédagogie du travail et de la dédicace ? (Actes du colloque de Caen, 23 octobre 1996), H. Peyronie (dir.), Caen, PUC, 1998, 2e édition, revue et augmentée, en 2000.

2 Seulement quinze numéros ont été réalisés entre octobre 1959 et juillet 1962.

3 M. -A. Bloch, « Libres réflexions d’un lecteur et ami », Techniques de vie, no 2, décembre 1959, p. 6-8. Marc-André Bloch était professeur de philosophie à la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Caen.

4 M. -A. Bloch, Philosophie de l’éducation nouvelle, Paris, PUF, 1948, 2e édition, revue, en 1968.

5 Le nom de Pierre Yvin est attaché au courant autogestionnaire et à la commission « enfance inadaptée » des années soixante et soixante-dix de l’ICEM. Ainsi, il a coordonné la publication intitulée Vers l’autogestion – Quelques expériences de prise en charge coopérative chez les inadaptés, no 7 de la série « Documents de l’ICEM », à Cannes en 1971. Il a également publié De la coopération à l’autogestion, no 26 des « Éditions ICEM », à Saint-Nazaire en 2001.

6 P. Yvin, présentation du livre Célestin Freinet, de P. Boumard [Paris, PUF, 1996], dans le bulletin Amis de Freinet et de son mouvement, no 68, décembre 1997, p. 69. Notons, cependant, que la publication Vers l’autogestion…, coordonnée par P. Yvin en 1971, avait été préfacée par l’universitaire Jean Vial, alors professeur de Sciences de l’éducation à l’Université de Caen ; cette apparente contradiction est une bonne illustration des rapports paradoxaux souvent entretenus entre les militants Freinet et le monde universitaire.

7 C. Freinet, « La force morale de notre groupe », L’Éducateur prolétarien, no 1, octobre 1932, p. 1-9. De larges extraits de ce texte ont été republiés dans Le Télémaque, no 7-8, octobre 1996, p. 121-126. L’ensemble de ce premier numéro de L’Éducateur prolétarien a été republié sous forme de fac-similé, à l’occasion du 46e congrès international de l’ICEM à Bordeaux, en 2002.

8 Cf. H. Peyronie, « De “l’Éducation nouvelle” aux “Sciences de l’éducation”, des postures variées mais enchevêtrées, des circulations complexes », et « La revue Pour l’ère nouvelle témoin de la mosaïque de l’Éducation nouvelle ? », Les Sciences de l’éducation – Pour l’ère nouvelle, vol. 35, no 4, 2002, p. 7-13 et p. 85-91.

9 Sur les liens entre Jean Vial et Freinet, on pourra lire l’article de L. Bruliard : « Jean Vial et Célestin Freinet : les convergences de destins obliques », Les Sciences de l’éducation – Pour l’ère nouvelle, vol. 31, no 5, 1998, p. 65-83.

10 F. Bock, Enjeux politiques et Débats pédagogiques. La formation du mouvement Freinet, 1920-1940, thèse de doctorat, Université Denis Diderot, Paris VII, 1989.

11 J. Testanière, Les Enfants des milieux populaires et l’école. Une pédagogie populaire est-elle possible ?, thèse de doctorat d’État (non publiée), Université René Descartes, Paris V, 1981, 2 vol.

12 L. Bruliard, Transformation du système scolaire et innovation de la pédagogie Freinet : l’exemple de la Commission de l’enseignement spécialisé de l’Institut coopératif de l’École moderne (1945-1993), thèse de doctorat, Université Victor Segalen, Bordeaux II, 2002, sous la direction de J. Testanière.

13 M. Barré, Célestin Freinet, un éducateur pour notre temps, Mouhans-Sartoux, Publications de l’École moderne française, 1995.

14 L. Bruliard et G. Schlemminger, Le Mouvement Freinet des origines aux années quatrevingt, Paris, L’Harmattan, 1996.

15 On peut lire, en particulier, de P. Clanché : L’Enfant écrivain. Génétique et symbolique du texte libre, Paris, Le Centurion, 1988 ; ou : « Utilité et réception du texte libre dans la classe. Vérité, humour, effet “plic-ploc” », Les Sciences de l’éducation – Pour l’ère nouvelle, no 4, 1998, p. 5-39.

16 J. Le Gal, Savoir écrire nos mots, thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Caen, 1979, sous la direction de J. Vial.

17 Cette thèse a été soutenue en 1994 à l’Université Victor Segalen, Bordeaux II, sous la direction de P. Clanché. Elle a donné lieu à la publication d’un livre : La Pédagogie Freinet et l’enseignement des langues vivantes. Approche historique, systématique et théorique, Berne – Paris, Peter Lang, 1996.

18 C. Derrien, Le Réseau télématique « Freinet ». Dynamique communicationnelle de classes en innovation. 1985-1994, Université de Caen, 1995, sous la direction de J. Guglielmi.

19 M. Boncourt, La Poésie à l’école élémentaire, l’indispensable superflu, thèse de doctorat de l’Université de Rouen, 2001, sous la direction de J. Houssaye.

20 S. Connac, Discussions à visée philosophique et classes coopératives en Zone d’éducation prioritaire, thèse de doctorat de l’Université Paul Valéry, Montpellier III, 2004, sous la direction de M. Tozzi.

21 A. Mathieu, De la théorie démocratique à son essai d’application dans une École Freinet, thèse de doctorat, Université Victor Segalen, Bordeaux II, 2004, sous la direction de P. Clanché.

22 Madeleine Freinet vient même de publier un volume de correspondance entre Élise et Célestin Freinet pendant la période d’internement de celui-ci : ce volume compte 780 pages de correspondance ! : Élise et Célestin Freinet. Correspondance 21 mars 1940-28 octobre 1941, M. Freinet (éd.), Paris, PUF, 2004.

23 G. Piaton, La Pensée pédagogique de Célestin Freinet, Toulouse, Privat (Nouvelle recherche), 1974.

24 M. Fabre, « Qu’est-ce que la philosophie de l’éducation ? », in Éducation et Philosophie. Approches contemporaines, J. Houssaye (dir.), Paris, ESF, 1999.

25 M. Debesse et G. Mialaret, Traité des sciences pédagogiques, t. II, Histoire de la pédagogie, Paris, PUF, 1971.

26 M. Debesse et G. Mialaret, Traité des sciences pédagogiques, t. I, Introduction, Paris, PUF, 1969, p. 97.

27 O. Reboul, Le Langage de l’éducation, Paris, PUF, 1984.

28 Comme il le fait, par exemple, à propos du statut des apprentissages scientifiques et techniques dans les écrits de Freinet et de son mouvement (texte : « Les apprentissages scientifiques et techniques ») ou bien dans l’étude sur « Le texte libre ».

29 Comme il le fait, par exemple, à propos de la notion d’« éducation populaire » dans le texte « École populaire, pédagogie populaire ».

30 Comme il le fait dans les textes « La notion d’expérience » et « Autonomie ou liberté ? ».

Auteur

Professeur de Sciences de l’éducation à l’Université de Caen Basse-Normandie, CERSE

© Presses universitaires de Caen, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540