Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Freinet, 70 ans après

 | 
Henri Peyronie

Le réseau télématique « Freinet » (1985-1994)

Christian Derrien

Texte intégral

1L’étude qui est présentée ici est l’aboutissement d’un travail de recherche menée à partir du terrain scolaire. Il y a dix ans, je commençais avec ma classe, des enfants de six et sept ans, l’expérience des réseaux télématiques. Ce travail n’a pas été réalisé avec une approche strictement pédagogique. Je me suis placé résolument dans une logique organisationnelle et communicationnelle, afin de comprendre les spécificités d’une organisation en réseau d’un groupe de classes utilisant des outils électroniques de communication à distance.

Fondements éducatifs

2En France, une des démarches pédagogiques originales en matière de technologie éducative a été celle de Freinet et de son mouvement pédagogique, l’ICEM (l’Institut Coopératif de l’École Moderne). L’imprimerie à l’école a marqué l’histoire de l’Éducation en France. Il nous semble important d’aller voir et de comprendre les nouvelles pistes pédagogiques empruntées par ce mouvement face à l’arrivée des nouvelles technologies de l’information. La dernière décennie a été particulièrement importante pour ce courant pédagogique, dans la mesure où sont devenus accessibles des outils comme l’ordinateur, le photocopieur, la télématique et le télécopieur. Techniques pouvant domestiquer l’écrit et surtout le diffuser rapidement, elles ont été très vite adaptées et utilisées à des fins éducatives. D’une certaine façon, nous pourrions dire qu’il y a continuité dans le projet global de communication, mais nous verrons tout au long de l’étude de cette expérience qu’il y a quelque chose de l’ordre d’un changement d’échelle, très directement liée à la matérialité de l’information diffusée : le passage de l’encre à l’électron, en la rendant plus maniable et accélérant considérablement les échanges interclasses et interindividuels.

3Les pratiques de ces classes s’inspirent largement des conceptions pédagogiques de Célestin Freinet, pédagogue de la première moitié du siècle (1896-1966). Fondateur de l’Institut Coopératif de l’École Moderne, il a influencé, avec ce mouvement, la pédagogie actuelle à partir de trois grands axes :

  • le tâtonnement expérimental,

  • l’expression libre,

  • la communication.

4Dans ce cadre, la démarche de l’enseignant, à partir du besoin naturel de l’enfant de marquer son environnement, consiste à l’aider à s’informer, à s’exprimer et à communiquer à travers les différents codes avec lesquels fonctionne son milieu. Les savoirs se construiront grâce à cette interaction avec l’entourage, l’important pour l’éducateur restant de créer les conditions optimales pour ces apprentissages. Cette pédagogie nécessitera des outils pour parvenir à ses fins ; les manuels scolaires seront à remplacer par autre chose. En cela, elle sera une pédagogie résolument technologique. Freinet innovera ainsi profondément avec l’introduction de l’imprimerie dans le milieu scolaire.

5Ainsi, dans cette logique de l’appropriation technologique, l’arrivée du micro-ordinateur « familial » sur le marché a très vite interpellé les enseignants de la pédagogie Freinet. La baisse considérable des prix et le lancement d’opérations d’envergure telle que le plan « Informatique Pour Tous » (120 000 ordinateurs distribués dans les écoles en 1985) auront pour effet de faciliter la « mutation technologique ». L’imprimerie cédera la place au couple micro-ordinateur/imprimante, transformant la pratique du journal scolaire ; puis le modem permettra de brancher la machine sur le réseau téléphonique transformant la correspondance par voie postale en communication télématique. Le développement de la télématique en France au début des années 1980, avec notamment la généralisation du Minitel, va conduire les enseignants les plus « techniciens » de ce mouvement pédagogique à explorer les nouvelles possibilités de transmission de l’information en réseau.

6C’est dans cet esprit d’échanges entre plusieurs classes que très rapidement le « style » de communication à distance a été trouvé et adapté à la nouvelle technique du serveur télématique. En ce qui concerne l’historique du réseau qui nous intéresse ici, il faut savoir que l’expérience démarra durant l’année scolaire 1985-1986 avec une douzaine d’enseignants et leurs classes. L’étude nous a montré que ce nombre continuera d’augmenter pour fluctuer autour de quatre-vingts. Au bout du compte, durant les dix années d’observation, ce seront près de trois cents classes qui tenteront l’aventure télématique sur ce réseau.

Schéma du réseau général bipolaire

7Une analyse chronologique plus fine des événements nous a montré que la notion de réseau avait pris naissance très tôt, dès les premiers moments de « l’époque postale » dans les échanges à plusieurs classes, Célestin Freinet incitant à la constitution de groupes d’échanges de journaux rassemblant entre six et huit écoles. Mais nous avons vu que l’informatisation du dispositif d’échange a permis de constituer un système beaucoup plus vaste qu’on a appelé par commodité « le réseau Freinet ». Il correspond à un ensemble de près de cent classes qui sont rassemblées sur un serveur télématique national, accessible par un simple Minitel. Mais, plus généralement, c’est un réseau multimédia, dont la communication interne entre les diverses classes est assurée par différents supports : journaux papier postaux, télécopies, messages télématiques, cassettes audio et vidéo… le tout organisé par la télématique.

8Parallèlement, les enseignants se sont regroupés à titre personnel, sur le même serveur, en « réseau-profs », permettant la gestion à distance de l’ensemble. Ce qui conduit à une structure du réseau général de type bipolaire. A chaque boîte aux lettres attribuée à une classe correspond (en théorie) une boîte aux lettres appartenant à un enseignant.

9Devant l’importance d’une telle structure de communication (environ 1 500 messages échangés par classe sur une année scolaire, soit un traitement de vingt à trente messages par semaine, et autant entre les enseignants), de nouveaux problèmes se posent et des changements s’opèrent tant sur le plan de l’organisation que sur celui du rapport à l’information et aux membres mêmes du réseau. Il est important de souligner quelques facteurs significatifs qui semblent se dégager de la nouvelle forme de circulation de l’information :

  • une rapidité de transmission nettement plus importante qu’auparavant, notamment par rapport à la correspondance postale classique ;

  • la possibilité d’une communication « multipoints » (une même information transmise à plusieurs destinataires simultanément) ;

  • et du même coup un accroissement considérable de la quantité d’informations à traiter.

10Parallèlement, les éléments les plus marquants de la nouvelle situation pédagogique sont notamment :

  • un nouveau rapport à l’espace provoqué par une ouverture importante de la classe sur un environnement large ;

  • un nouveau rapport au temps dû à une instantanéité dans la circulation des messages ;

  • et, conséquence des deux premiers, des modifications relationnelles résultant de la multipolarisation des contacts.

Le profil des classes émettrices

11Nous allons voir à présent quelques caractéristiques socio-géographiques d’un groupe d’une centaine de classes ayant participé aux activités de ce réseau durant la période 1986-1992.

Répartition des classes en fonction des niveaux et selon le critère rural / urbain

Répartition des classes en fonction des niveaux et selon le critère rural / urbain

12Nous voyons dans le tableau présenté qu’une grande proportion des classes émettrices est constituée de classes primaires (78,8 %). Cependant, la proportion des classes secondaires n’est pas négligeable (10,6 %). Nous voyons apparaître une forte dimension rurale à près de 70 % de l’ensemble de la population des classes émettrices. Un autre phénomène à noter est la forte présence des classes uniques qui représentent près du quart de l’ensemble des classes.

  • 1 P. Guhiot (dir.), Pratiques et Difficultés de la correspondance télématique au second degré, INRP, (...)

13Il ne suffit pas qu’une classe soit inscrite sur le réseau pour en conclure qu’elle a une activité de communication avec ce réseau. L’étude plus précise de l’activité réelle de ces classes nous révèle une activité d’émission très faible des classes du secondaire sur la messagerie collective (3,9 % de la totalité des messages, alors qu’elles représentent 11 % de l’ensemble des classes présentes). Le dépouillement des listes nous montrera dans la suite de l’étude que ces classes du secondaire se regrouperont sur une liste spécifique. Par ailleurs, plusieurs études réalisées autour de la question de l’utilisation de la télématique dans les établissements secondaires mettent en avant les difficultés spécifiques liées à l’organisation interne de ces établissements (accès aux outils techniques de communication, difficulté du travail en équipe, etc.)1.

14Parallèlement, nous observons une activité d’émission élevée des écoles rurales (76,2 % de l’ensemble des messages) et plus particulièrement des classes uniques (36,6 % des messages émis alors qu’elles ne représentent que 23 % de la population des classes). Le profil global de ce réseau est donc composé aux deux tiers d’écoles primaires rurales et la dynamique de communication de l’ensemble est largement portée par elles, les classes uniques y jouant un rôle très important.

L’organisation en « listes »

15Ce qui est fondamental à connaître pour la compréhension du fonctionnement de ce réseau télématique, c’est qu’un ensemble de boîtes aux lettres peuvent demander à être groupées sur une liste afin de pouvoir communiquer aisément en petits groupes sur un thème par exemple. Ces regroupements en listes sont nombreux, souvent éphémères, afin de répondre à un besoin ponctuel d’organisation. Voici par exemple le recensement des listes dans l’espace « classes » sur le serveur ACTI durant la période 1987-1991.

Inventaire des listes thématiques sur l’espace classes du serveur ACTI (1987-1991)

Code

Date de création

Thème

Nombre de classes

PETHI

87-88

action humanitaire Éthiopie

5

PLOGO

87-88

recherches informatiques en logo

7

PTEMP

87-88

relevé des températures

12

PDEVI

88-89

échanges de devinettes

7

PGUYA

88-89

informations sur une classe de Guyane

1

PETIT

88-89

liste des petits (CP-CE1)

14

PJOUR

88-89

échange de journaux

24

PTRAV

88-89

travaux des champs

18

PCOCO

88-89

échange d’un journal audio sur cassette

10

GRANDS

88-89

échanges entre classes de grands (CE-CM)

20

PBATO

88-89

mesure de l’ombre d’un bâton de 1 m

12

PMETE

88-89

relevé des températures

17

PAMIS

89-90

liste de classes amies

20

PCLA2

89-90

réseau des classes 2nd degré

17

PJOUR

89-90

échange de journaux

13

PCLUJ

89-90

aide à la Roumanie

5

PHARI

90-91

course de plants de haricots

12

PMINI

90-91

échanges entre classes maternelles

9

Les pratiques pédagogiques

Les magazines et la messagerie

16Les activités de communication télématique des classes s’organisent autour de deux types d’informations :

  • les messages, qui induisent l’activité la plus importante en temps de lecture mais aussi en quantité d’informations produites,

  • les magazines d’information produits par des classes.

17C’est en quelque sorte le journal scolaire accessible « en ligne », interrogeable de tout lieu, en tout temps. Certaines activités très suivies sur la messagerie ont en effet été relayées à plusieurs occasions dans la partie magazine du serveur, par exemple : le suivi du voyage du bateau scientifique La Calypso (le père d’un des enfants du réseau était mécanicien à bord et transmettait les informations à la classe).

18Il y a eu également de nombreuses réalisations de tableaux collectifs : les passages des oiseaux migrateurs relevés par différentes classes dans toute la France, la floraison des lilas, les relevés météo à plusieurs classes, l’opération de solidarité envers la Roumanie (bulletins d’informations sur les événements), etc.

Informations paraissant sur l’expédition de la Calypso dans le journal télématique

Tableaux collectifs sur les thèmes du passage d’oiseaux migrateurs, de la floraison des lilas et des relevés météo

Les thèmes de la messagerie/répartition

19Le tableau qui suit nous donne des indications précises sur les types d’informations circulant sur la messagerie des classes.

Le quotidien-fax

  • 2 Opération menée en association avec Opus-Alcatel, Réseau-J et l’ICEM.

20Une des innovations les plus marquantes de cette période a été l’émergence d’une nouvelle forme de journal : le quotidien-fax. En 1989, grâce à l’opération « La télécopie à l’école »2, initiée par le secteur télématique de l’ICEM, nous avons pu faire une première expérimentation de l’introduction du télécopieur en milieu scolaire.

21Cette opération s’est déroulée dans le cadre du réseau de classes déjà structuré par l’outil télématique étudié précédemment. L’expérimentation a ainsi concerné une cinquantaine de classes dispersées sur l’ensemble du territoire français. Face au nouvel appareil, ma première réaction « pédagogique » d’enseignant d’une classe où l’on apprend à lire et à écrire (6-7 ans) a été de mettre en place une situation de correspondance « bipolaire classique » avec une autre classe du réseau également équipée d’un télécopieur. C’est ainsi que, quelques jours après l’arrivée du nouvel appareil, une correspondance « classe à classe » a démarré entre le CP-CE1 de Ploërdut (centre Bretagne) et le CP-CE1 de Pollionnay (près de Lyon). Très peu de temps après sont nés Pollionnay-infos et Ploërdut-infos, quotidiens des deux classes en correspondance, sous la forme d’une feuille au format A4. Au même moment, il y a eu apparition de plusieurs quotidiens dans d’autres classes du réseau. Évidemment, un sous-réseau de quotidiens s’est créé pour s’échanger les documents. Les échanges entre les deux classes de Ploërdut et Pollionnay ont été très importants (360 documents échangés sur 45 jours de classe), soit :

  • 280 lettres individuelles,

  • 60 quotidiens (150 textes d’enfants),

  • 20 documents divers.

22Les premiers effets observés, sans qu’une recherche particulière ait été menée, se traduisent dans les écrits des enfants. Ce qui était frappant, c’était de voir en fin d’année les interactions entre les écrits du journal quotidien et ceux des lettres (enfants de 6 et 7 ans). Les mois qui suivront ouvriront de nouvelles pistes illustrées de manière anonyme dans la liste précédente sous la rubrique « documents divers ». Nous noterons plus particulièrement l’émergence d’un usage particulièrement original : la circulation de la documentation.

23Deux expérimentations importantes par télécopie auront cours à cette époque : le service de documentation proposé par les enfants de l’école d’Aizenay (Vendée) et celui du Centre de documentation pédagogique de Vendée. Les échanges internationaux seront expérimentés par plusieurs classes des différents niveaux primaire et secondaire. Ces échanges s’organiseront d’ailleurs rapidement par le fait même que plusieurs de ces écoles ou établissements avaient déjà des relations avec l’étranger.

24Depuis l’arrivée des nouveaux outils de communication électroniques et l’organisation des écoles en structures réticulaires, nous assistons à de nombreuses « ramifications » et interconnexions avec l’étranger. Plusieurs écoles ou établissements se trouvent simultanément sur plusieurs serveurs proposant une connexion avec des réseaux télématiques internationaux (Sésame, Edutel, Internet). Les tendances actuelles que nous observons laissent présager une extension de ces connexions transnationales.

L’évolution de l’espace de « télé-communications » de l’école de Ploërdut

25Nous pouvons observer sur les cartes de la page suivante, l’évolution de l’espace de « télé-communications » de l’école de Ploërdut et cette nette tendance aux relations internationales.

Cartes de l’évolution de l’espace de « télé-communications » de l’école de Ploërdut

***

26Nous avons parlé précédemment d’ouverture du réseau vers de nouveaux horizons. De nombreux domaines sont à nouveau en expérimentation ou en passe de l’être. Citons notamment les arbres de connaissance, qui reposent sur le principe des brevets imaginés par Célestin Freinet, mais qui sont traités cette fois par la technique informatique gérant en temps réel les compétences d’une communauté. Certaines écoles du réseau l’expérimentent en relation avec la population du quartier.

27D’autre part, les premières expériences sur Internet commencent à voir le jour. Les classes « Freinet » investissent progressivement cet espace avec leur style spécifique. Pour conclure, nous signalerons un projet d’échanges internationaux sur les « Contes et Légendes » mené par un réseau d’écoles en Bretagne s’appuyant sur l’expérience du réseau Freinet, mais appliqué cette fois dans une dynamique de territoire.

28Par ailleurs la vie du réseau a donné naissance à une nouvelle structure qui a en quelque sorte acquis son autonomie : les Centres de Recherches des Petites Structures et de la Communication (les CREPSC), issus largement du mouvement des écoles rurales.

Notes

1 P. Guhiot (dir.), Pratiques et Difficultés de la correspondance télématique au second degré, INRP, 1991.

2 Opération menée en association avec Opus-Alcatel, Réseau-J et l’ICEM.

Table des illustrations

Légende Schéma du réseau général bipolaire
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Répartition des classes en fonction des niveaux et selon le critère rural / urbain
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10523/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Informations paraissant sur l’expédition de la Calypso dans le journal télématique
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10523/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Tableaux collectifs sur les thèmes du passage d’oiseaux migrateurs, de la floraison des lilas et des relevés météo
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10523/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10523/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Cartes de l’évolution de l’espace de « télé-communications » de l’école de Ploërdut
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10523/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 262k

Auteur

Centre d’animation pédagogique Le Faouet (Bretagne)

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540