Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysages extérieurs et monde intérieur dans l'œuvre de Barbey d'Aurevilly

 | 
Jacques-Henry Bornecque

Conclusion

Texte intégral

1La recherche des modèles dont Barbey d’Aurevilly s’est inspiré pour créer ses personnages, ne détruit en rien notre admiration pour le Connétable des Lettres. S’il a pu penser à tel roman de Walter Scott, à telle signification proposée par Balzac ou à telle femme qu’il a aimée, il n’en reste pas moins qu’il fallait être Barbey d’Aurevilly pour écrire des chefs-d’œuvre comme L’Ensorcelée ou Un Prêtre marié. La genèse des romans aurevillyens propose une liste d’influences auxquelles Barbey n’a pas échappé. Mais elle met aussi et surtout en évidence la puissante originalité de l’auteur. D’un côté nous avons des esquisses, des pinceaux, des boîtes de couleur et, de l’autre un magnifique tableau où l’on devine la main du Maître dans chaque détail. La même originalité se dégage de l’étude des traits caractéristiques qui rapprochent les héroïnes aurevillyennes les unes des autres. S’il est posible de mettre en évidence la parenté étroite qui unit les personnages féminins entre eux, on ne peut accuser Barbey de se répéter. En écrivant chacun de ses romans, il reste fidèle, bien entendu, aux idées qui lui sont chères mais chacune de ses créations est originale. Bérangère de Gesvres, Yseult de Scudemor, Vellini, Hermangarde, Madame de Ferjol, Lasthénie, Calixte, Aimée de Spens et Jeanne de Feuardent évoquent en nous des personnages bien différents. Une puissante originalité caractérise en effet l’œuvre de Barbey d’Aurevilly. Thérèse Raquin disparaît peu à peu de notre esprit, mais comment oublier Vellini ? La Clarisse Harlowe de Richardson ne nous intéresse guère alors que Calixte Sombreval nous passionne. La profonde originalité de l’œuvre du Connétable l’a privé d’une postérité littéraire. Il n’a pas eu de successeur ou d’imitateur car les individualités qu’il a créées étaient trop fortes pour que l’on puisse songer à les refaire. L’originalité de Barbey d’Aurevilly explique également les difficultés qu’il dut surmonter pour imposer ses romans. Il ne se réclamait d’aucune école, et aucune école ne pouvait l’adopter. C’est pourquoi Barbey fut si longtemps ignoré et ne connut la gloire que tard, « too late ». C’est aussi la raison pour laquelle on ne peut le présenter ni comme un romantique, ni comme un réaliste, ni comme régionaliste. Jules Barbey d’Aurevilly est l’un de ces auteurs qui occupent une place à part non seulement dans l’histoire de la littérature, mais dans celle des sentiments.

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter