Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'univers de Sylvie Germain

 | 
Alain Goulet

Résumés

Texte intégral

1Bruno Blanckeman

2Aux côtés de/à côté de Sylvie Germain : une singularité située
Que nous dit l’œuvre de Sylvie Germain de la littérature de notre temps ? Avec quelles autres œuvres et autour de quels enjeux culturels et historiques entre-t-elle en résonance ? Comment ces œuvres rendent-elles possibles une défense et illustration de la littérature française au présent ? Le propos de cet article est de situer Sylvie Germain dans le paysage littéraire de son temps en établissant des échos et des recoupements avec un certain nombre d’autres démarches, de façon à montrer comment, à l’encontre des lieux communs qui affirment le contraire, il est en ce tournant de XXIe siècle une littérature vivante et exigeante qui séduit de nombreux lecteurs.

3Situating Sylvie Germain
What does SG’s work tell us about the literature of our time ? Which other writers can she be compared to, and what are the cultural and historical issues that she addresses ? How do such works make possible a defence and illustration of contemporary French literature ? This article situates SG in the literary landscape of her time, identifying echos and overlaps with a number of other works, and demonstrating, despite the commonly-held view to the contrary, that there is in fact a flourishing yet demanding literature which is attracting a considerable following at the beginning of the 21st century.

 

4Anne Roche

5Le rapport à la bibliothèque
Dans les trois œuvres qu’elle a publiées dans la collection « L’un et l’autre » de Gallimard, Sylvie Germain, comme c’est la règle du jeu de la collection, fait une large part aux citations et allusions culturelles les plus diverses. Mais cette imprégnation par la bibliothèque n’enlève rien à l’originalité de l’écriture, bien au contraire. On se propose de montrer comment, au travers de citations de poètes tchèques (La Pleurante des rues de Prague), d’allusions bibliques ou mythologiques (Céphalophores) et de réflexions sur l’art du roman (Les Personnages), l’auteur élabore une mythologie personnelle au même titre que dans ses œuvres de fiction.

6Originality and literary allusion
The three works Sylvie German has published in Gallimard’s “L’un l’autre” series follow the pattern of that collection in making extensive use of quotation and wider cultural allusion, yet without losing anything of their originality. She combines references to Czech poets and stories from the Bible and Greek mythology with reflections on the art of the novel, to build a personal mythology comparable to that found in her fictional works.

 

7Gérard Poulouin

8Des voix singulières à Prague
Dans un récit, La Pleurante des rues de Prague, et deux romans, Immensités et Éclats de sel, Sylvie Germain évoque Prague, cité d’art et d’histoire, capitale d’un pays confronté aux tragédies du XXe siècle, occupé par les nazis, puis soumis aux Soviétiques, retrouvant la liberté avec la révolution de velours. Des voix singulières se font entendre à Prague. On en a retenu trois : celle de la communauté juive, présente à Prague depuis des siècles ; celle de la poésie, révélatrice de « l’âme tchèque » ; celle de la dissidence, dénonciatrice des pratiques et de l’idéologie du parti dominant après 1948, en quête de valeurs spirituelles. Attentive à ce qui est advenu à Prague lors du XXe siècle, Sylvie Germain revient sur les drames qu’a connus l’Europe, et assume des interrogations philosophiques.

9Voices from Prague
In the trilogy constituted by La Pleurante des rues de Prague and the two novels Immensités and Éclats de sel, Sylvie Germain explores Prague as a city of art and history, the capital of a country that lived through the tragedies of the 20th century, represented by Nazi occupation and then Soviet rule, before achieving freedom in the Velvet Revolution. Several distinct voices can be heard in Prague. Three have been selected : those of the centuries-old Jewish community ; of the poets as revealing the Czech soul ; and of the dissidents, who denounce the ideology and practices of the party that dominated national life after 1948, and who search for spiritual values. Sylvie Germain analyses Prague’s experience of the 20th century and revisits the eventful history of Europe in a spirit of philosophical questioning.

 

10Marie-Hélène Boblet

11Implication éthique et politique d’Immensités à Magnus
Les romans de Sylvie Germain, depuis les années 1990, prennent pour lieu et temps de la fiction l’Europe centrale et l’Allemagne, et l’histoire contemporaine de la seconde guerre mondiale à la chute du mur de Berlin. Or, la réflexion sur les tours et détours de l’Histoire et de la politique n’occupe pas la romancière, dont la méditation demeure éthique. Pourtant, la question de la philia dans la cité est posée, jusque dans le titre Chanson des mal-aimants. Dans quelle mesure le roman germanien propose-t-il un monde où vivre ensemble ferait sens et lien, un monde commun où l’affectivité et l’imagination auraient reconquis leurs droits ?

12Ethics and politics, from Immensités to Magnus
Sylvie Germain’s novels since the 1990s have mostly been set in Central Europe (including Germany), between the Second World War and the fall of the Berlin Wall. Yet her concern is not primarily with the twists and turns of history and politics, but with ethical issues. At the same time she poses the Aristotelian question of the place of philia in the life of the city, as is clear from a title like Chanson des mal-aimants. To what extent does she hold out the prospect of a “common world” to live in and a “common sense” based on imagination and affectivity ?

 

13Sandra Travers de Faultrier

14« Être aimé à vide »
La parole à l’œuvre dans les essais Les Échos du silence (1996), Céphalophores (1997), et Les Personnages (2004) est celle d’un sujet traversé par l’Histoire et les histoires. Un sujet qui accueille des voix d’outre-temps conjuguées, sans souci de hiérarchie ou de chronologie, un sujet traversé par le mouvement d’appel et de réponse dont est nourrie l’œuvre de Jean-Louis Chrétien avec laquelle nous cheminons pour faire apparaître la singularité de Sylvie Germain, à savoir sa tentative de prendre en charge l’humanité en disant le lien qui unit et fait surgir le réel dans sa force transfigurée par l’œuvre.

15Unconditional love
The word that makes itself heard in Les Échos du silence, Céphalophores and Les Personnages is that of a subject traversed by History and individual histories. This subject is open to voices from the timeless past, voices that come together without concern for hierarchy or chronology. It is characterized by a movement of call and response similar to that studied by the philosopher Jean-Louis Chrétien. Chrétien’s work will be examined here in order to highlight a distinctive quality of Sylvie Germain, namely her assumption of responsibility for humanity, through her emphasis on the bond of love which, transfigured in the creative work, unites and calls reality into being.

 

16Toby Garfitt

17Sylvie Germain et Emmanuel Levinas
Sylvie Germain doit beaucoup à Emmanuel Levinas dont elle a suivi les cours à la Sorbonne. Le thème du visage de l’Autre est au centre de sa thèse, et sa méditation sur le mal, la compassion et le silence de Dieu reste proche de celle du philosophe, avec toutefois une coloration nettement trinitaire. Enfin, son style rend hommage à la poétique levinassienne.

18Sylvie Germain and Emmanuel Levinas
Sylvie Germain owes much to Emmanuel Levinas, whose lectures she attended at the Sorbonne. The theme of the face of the Other is at the centre of her thesis, and her meditation on evil, compassion and the silence of God remains close to that of the philosopher, though with a distinctly Trinitarian colouring. Even her style can be seen to some extent as a tribute to the poetics, and the poetic practice, of Levinas.

 

19Aliette Armel

20Référents bibliques dans l’œuvre de Sylvie Germain. Le silence, l’ange et le vent
L’œuvre de Sylvie Germain est constamment placée sous le signe de la Bible dont la lecture accompagne la vie de l’auteur de manière aussi indissociable que l’écriture. Ses deux premiers romans – Le Livre des Nuits et Nuit-d’Ambre – racontent l’histoire, aux résonances épiques et mythiques, de la famille Péniel, qui porte le nom du lieu où Jacob lutta avec l’ange. Magnus, évoque le « son de fin silence » émis par le vent léger où le prophète Élie perçoit le souffle de Dieu. Les figures, épisodes et symboles bibliques nourrissent ses fictions tout autant que ses essais, sans faire peser un poids dogmatique sur ces œuvres à l’écriture poétique. Job, Tobie, les Rois mages, les anges, les prophètes Élie et Ézéchiel, ouvrent les livres de Sylvie Germain sur cette dimension sacrée qui porte son existence et transcende celle de ses personnages : ils les conduisent au-delà des terreurs ordinaires et des tourments de la guerre et du mal dans l’attente et parfois la prescience de ce lieu où Dieu ne serait plus absent.

21Biblical echoes in the work of Sylvie Germain : silence, wind, and angels
The work of SG is placed under the sign of the Bible, the reading of which is as important to her own life as writing itself. Her first two novels, Le Livre des Nuits and Nuit-d’Ambre, tell the story of the Peniel family, which shares its name with the place where Jacob struggled with the angel. Magnus refers to the “still small voice” (literally “sound of fine silence”) in which the prophet Elijah discerned the voice of God. The characters, episodes and symbols of the Bible inform both the novels and the essays of SG, but in an entirely undogmatic manner. The figures of Job, Tobias, the Magi, the angels and the prophets give her books that spiritual dimension which is so important to her and which illuminates her characters, leading them through the ordinary terrors of life such as war and evil, and beyond, towards a future where God will no longer be absent.

 

22Isabelle de le Court

23Sylvie Germain et la peinture. Analyse visuelle, évocation et imaginaire
Si l’œuvre de Sylvie Germain recèle des allusions directes à des œuvres d’art, le choix de ces dernières ne doit rien au hasard. De son essai consacré à Vermeer à Tobie des marais, ou dans les interludes rythmant la structure de L’Enfant Méduse, l’auteur encourage le lecteur à procéder à une analyse artistique du clair-obscur, renforçant ainsi la lutte entre ombre et lumière qui caractérise ses écrits.

24Sylvie Germain and painting : Visual Analysis, Evocation and the Imaginary
In her work, Sylvie Germain directly alludes to various art masterpieces of art. In her essay on Vermeer and the novels Tobie des marais and L’Enfant Méduse, she develops an artistic analysis of the play of light and shadow, which corresponds to the metaphysical presentation of human experience.

 

25Valérie Michelet Jacquod

26Les mots dans les romans de Sylvie Germain
L’irruption du Mal se traduit souvent par la destruction du langage chez Sylvie Germain. Les mots se disloquent dans un cri primordial, lancé contre un Dieu qui se tait, quand ils ne sont pas simplement ravalés. À partir de ce point zéro de chaque destinée, où le sens de la vie est ébranlé, le personnage devra accomplir un long chemin pour reconquérir ses mots. C’est ce parcours, qui articule le cri en écrit, ou la parole en logos, qu’explore la romancière et que nous nous proposons de mettre en évidence à travers les expériences de la lecture, de l’écriture, du chant, de la prière, qui aboutissent à un silence plein de mots.

27Words in the novels of Sylvie Germain
The sudden appearance of evil often results in the destruction of language in Sylvie Germain’s novels. Words are dislocated in a primal cry, addressed to a God who remains silent, or else they are simply choked back. At this zero point, the character in question faces a long journey in order to reconquer his or her words. This process of articulating the cry in writing will be observed through a series of experiments in reading, in writing, in song, and in prayer, which all lead to a silence that is full of words.

 

28Lætitia Logié-Masquelier

29Cris et pépiements dans l’œuvre de Sylvie Germain
Virevoltante, frémissante et lyrique, l’écriture germanienne figure d’emblée comme une écriture bruissante ; mais si cela crie, si cela pépie, si cela chantonne à travers les lignes des romans de Sylvie Germain, ce n’est pas simplement pour caresser et charmer l’oreille du lecteur ; c’est d’abord et surtout pour apprivoiser cette oreille, lui apprendre à écouter, à savourer le silence derrière lequel s’éploie l’infime murmure de Dieu. Cette étude se propose de retracer le parcours sensible d’éveil à l’écoute que dessine l’œuvre germanienne.

30Birdsong in the work of Sylvie Germain
Sylvie Germain’s lyrical language, palpitating and thrilling, comes across straight away as something audible, if discreetly so. But if there are various forms of birdsong (cries, chirping, twittering) and other vocal melody in her novels, it is not just to caress and charm the reader’s ear. First and foremost, she seeks to train the ear, to teach it to listen carefully, to relish the silence behind which there unfurls the imperceptible murmur of God. This study aims to draw out the process of gradual awakening to sensory attentiveness traced by Sylvie Germain’s work.

 

31Pierre Cahné

32La saisie du temps dans l’œuvre de Sylvie Germain. Les formes en -ant
L’écriture de Sylvie Germain est, semble-t-il, marquée par une densité hors du commun des adjectifs verbaux, des participes présents et des gérondifs. Cette forte densité peut être interprétée au plus près de la saisie du temps de ces formes : l’idée de flux et de présence au monde, dans l’horizon des analyses augustiniennes du temps, telles qu’elles ont été reprises par Husserl.

33Verbal markers of time in the work of Sylvie Germain : continuous forms (-ant endings)
Sylvie Germain’s writing is characterized by a fondness for forms in-ant : true present participles, verbal adjectives, and gerunds. This may best be understood in terms of a real sensitivity to the temporal implications of these forms, conveying as they do the ideas of flux and presence (presentness, openness to the world), in keeping with Augustine’s analyses of time as reappropriated by Husserl.

 

34Cécile Narjoux

35« Quelle est cette main ? » ou l’énonciation paradoxale dans Les Personnages de Sylvie Germain
Telle est l’ambiguïté énonciative des Personnages que jamais l’auteur n’y parle en son nom propre, mettant en pratique le rêve mallarméen de « la disparition élocutoire du poète ». La romancière n’a pas cherché à y masquer la subjectivité de son point de vue, seulement le « je » qui la porte. Sa visée paradoxale pourrait bien être celle de Magdiel dans le récit éponyme qui clôt Les Personnages : « Figurer dans le texte, mais sans jamais y montrer son visage ni y prendre la parole. » Nous étudions comment les choix énonciatifs de Sylvie Germain dans Les Personnages non seulement étayent cette visée, mais encore permettent de définir « l’écrivante » qu’est Sylvie Germain dans la posture énonciative du sujet lyrique moderne.

36“What is this hand ?” Paradox and the lyrical subject in Les Personnages
The narrative voice in Les Personnages is always ambiguous. The author never speaks in her own voice (cf. Mallarmé’s “disparition élocutoire du poète”), but what she is masking is less the subjectivity of her point of view than the “je” which conveys it, along the lines of the maxim in the tale attributed to Magdiel which closes the volume : “To figure in the text, without ever showing one’s face or actually speaking.” How do Sylvie Germain’s narrative strategies in Les Personnages enable her to achieve this, and how do they define her position as an “écrivante” in terms of the modern lyrical subject ?

 

37Milène Moris-Stefkovic

38L’écriture de l’effacement dans les romans de Sylvie Germain
Le thème de l’effacement ou l’art de marquer la perte s’impose davantage après le cycle baroque des Nuits. Il s’agit d’observer la mise en scène de « personnages minimes » relégués en marge de la société et les techniques narratives permettant de figurer le retrait du sujet, du narrateur, voire du texte, qui mime sa propre disparition dans un mouvement de dés-écriture. Nous verrons comment ce concept d’effacement littéraire prend la dimension d’une expérience spirituelle (l’« oubli de soi ») et trouve son prolongement dans la conception mystique d’un Dieu qui fait don du monde à l’homme avant de se retirer.

39Writing erasure in the novels of Sylvie Germain
The motif of erasure or loss comes to the fore after the baroque cycle of Le Livre des Nuits and Nuit-d’Ambre. This paper analyses the use Sylvie Germain makes of minor characters, defined by marginality. It attempts to study the narrative techniques which depict the disappearance of the person, the author, even the text itself (questioned even as it disappears). This concept of literary erasure leads to a mystical experience and ultimately to the idea of a God who gives the world to mankind as a gift before then withdrawing.

 

40Laurent Demanze

41Sylvie Germain : les plis du baroque
L’œuvre de Sylvie Germain décrit un monde en mouvement et en métamorphose. Les êtres y changent continuellement d’aspect, dans une exubérance de la langue et des formes qui a partie liée au baroque. Mais c’est un baroque anachronique, qui multiplie les fantômes et les êtres en peine, pour dire par des voies obliques une écriture de la crypte.

42Sylvie Germain : The folds of the baroque
Sylvie Germain’s novels describe a world in movement and undergoing metamorphosis. In this world, human beings are always changing, in an exuberance of style and forms which recalls the baroque. Yet this form of the baroque is anachronistic, emphasizing ghosts and human suffering, and its folds reveal the existence of a hidden crypt.

 

43Évelyne Thoizet

44Des éclats de miroir au miroir du livre
Il s’agit de montrer comment le motif du miroir dont les multiples éclats sont dispersés dans l’œuvre romanesque de Sylvie Germain forme un dispositif particulier de connaissance du monde et de soi-même, qui est cependant sans cesse mis en échec ; car le personnage risque de se perdre dans les multiples reflets que lui renvoient les miroirs du monde. Mais il peut aussi, grâce aux miroirs, commencer un voyage de retour vers son âme unique. C’est finalement le miroir augustinien du ciel qui permettra de s’interroger sur le statut du livre-miroir dans les romans et essais de Sylvie Germain.

45From broken mirrors to the book as a mirror
In the works of Sylvie Germain, the theme of mirrors — whose shards can be found scattered all through her novels — structures one’s knowledge of oneself and of the world in a characteristic way. This structuring process, however, is constantly thwarted. Indeed, Sylvie Germain’s characters always run the risk of being engulfed in the multitudinous reflections shown to them by the world’s mirrors. Yet thanks to these mirrors they can also start on the journey back to the recovery of their own unified souls. In the end, the Augustinian mirror of the heavens will be the key to exploring the status of the book-as-mirror in both the essays and the novels.

 

46Hélène Chareyron

47Voyages aux pays des pères
Au-delà des représentations mythiques de l’image du père, Sylvie Germain présente des figures paternelles complexes. Aux pays des pères, la parole se cherche, s’abstient, se fait cri ou silence. Sans cesse interrogée, elle témoigne d’un cheminement, d’une quête, qui nous conduit d’un archaïsme paternel à une paternité « oblique » produite par la rencontre du père et de l’enfant dont l’adoption et la réconciliation dessinent le cœur.

48Journeys to the land of fathers
Beyond mythical representations of the image of the father, Sylvie Germain presents us with complex father-figures. In the land of fathers, speech hesitates, abstains, emerges as cry or silence. Constantly questioned, it bears witness to a process of becoming, a quest, which leads us from the archaic heritage to an “oblique” fatherhood generated by the encounter of father and child, where adoption and reconciliation are central.

 

49Mariska Koopman-Thurlings

50Pour une poétique de la mémoire
Les questions de la mémoire, du souvenir et de l’oubli préoccupent aujourd’hui la pensée occidentale, comme en témoignent les grandes vagues de commémoration et les multiples publications portant sur la mémoire, culturelle en particulier. À une époque où la globalisation, les migrations et l’abolition des frontières posent le problème de la transmission d’une culture nationale et lancent nations et individus dans une quête identitaire, le mémoriel tend à éclipser l’histoire officielle de la nation.
Au premier abord, les œuvres de Sylvie Germain semblent se dérouler à l’écart des grands sujets de notre époque. Cependant, l’omniprésence de la thématique de la mémoire, l’enchevêtrement des faits de l’Histoire et des destins particuliers, le travail d’écriture pour lutter contre l’oubli et préserver les liens sacrés de nos traditions culturelles inscrivent les œuvres de Sylvie Germain au cœur des grands débats actuels.

51For a poetics of memory
The questions of memory, remembrance and forgetting dominate current thinking in the West, as can be seen from the felt need for commemorations and the mass of publications on memory, particularly cultural memory. At a time when globalisation, migration and the abolition of frontiers have drawn attention to the problems of establishing a national identity, commemorations tend to overshadow official national histories. At first sight, Sylvie Germain may seem to ignore these major issues. However, the prominence of memory in her work, the concern for tradition, the fear of forgetting/being forgotten, and the way she weaves together historical fact and personal destiny, combine to situate her at the heart of the current debate.

 

52Alain Goulet

53Cryptes et fantômes : à la source des fictions de Sylvie Germain
Cette communication établit l’importance de la théorie psychanalytique de la crypte et du fantôme (Nicolas Abraham et Maria Torok) pour éclairer la création romanesque de Sylvie Germain et les particularités de la conduite de ses principaux personnages, cryptophores. Leurs cryptes y sont souvent de nature transgénérationnelle : ainsi la saga du Livre des Nuits et de Nuit-d’Ambre se trouve être l’histoire d’un cri immémorial condensant les douleurs d’ancêtres et relayé de génération en génération jusqu’à Nuit-d’Ambre qui en est l’héritier. Des fantômes se lèvent de ces cryptes, contraignant les personnages à agir et à parler. Par ailleurs, ces cryptes sont parfois thématisées et figurées dans l’œuvre sous diverses formes (valise, malle, four…).

54Crypts and ghosts : At the source of Sylvie Germain’s novels
Abraham and Torok’s psychoanalytic theory of the crypt and the ghost is used here to explain Sylvie Germain’s novelistic technique and the distinctive features of her cryptophoric characters. Their inner crypts are often haunted by transgenerational ghosts, as in the saga of Le Livre des Nuits and Nuit-d’Ambre which follows the transmission down the generations of an age-old cry or scream, from the ancestors, whose traumatic pain it represents, to the last in the chain, Nuit-d’Ambre himself. Psychic ghosts (phantoms) rise out of these inner crypts, compelling the characters to speak and act in certain ways. The crypt may also be thematised in the form of an object such as a trunk, a suitcase or an oven.

 

55Isabelle Dotan

56Les échappées tragiques de la douleur
L’œuvre de Sylvie Germain est peuplée de personnages acculés par la douleur. La plupart de ces personnages cherchent et découvrent des issues bienheureuses, mais d’autres ne trouvent que des évasions funestes, des échappées qui ne sont pas des solutions, mais se présentent comme les conséquences malheureuses et fatales d’une douleur insurmontable. Ces personnages éperdus se lancent dans une fuite ou se retranchent dans un isolement volontaire, sombrent dans la folie ou encore se laissent séduire par la mort.

57Tragic issues
Sylvie Germain’s novels are full of characters pursued by pain. Most achieve some measure of deliverance, but for others their insurmountable suffering drives them only into disastrous forms of escape, rather than constructive solutions. These distraught characters simply take flight, retreat into voluntary exile, or sink into madness or even death.

 

58Bénédicte Lanot

59Reconstruire, dit-elle. Les représentations du désir et du manque (étude comparée du Ravissement de Lol V. Stein et de Magnus)
La comparaison entre Le Ravissement de Lol V. Stein et Magnus vise à découvrir la mutation des représentations du désir et du manque dans la culture occidentale entre les années 1960 et les années 2000. Le monde de Marguerite Duras propose un modèle de fusion dans l’Un ; il conteste le sujet, comme force et liberté de connaître, et apparaît marqué par un nihilisme qui tient autant à l’héritage de la seconde guerre mondiale qu’à la culture psychanalytique de l’époque. L’écriture de Sylvie Germain, au contraire, refuse que le tragique de l’Histoire résume à lui seul le sens de l’existence. Son roman célèbre la multiplicité des voix et des êtres, à comprendre comme une nouvelle transcendance. Il s’écrit non seulement sous le signe de l’espérance mais encore sous celui de la reconstruction du sujet.

60Rebuild, she said
A comparison between Le Ravissement de Lol. V. Stein and Magnus will show how the representation of desire and lack in Western culture has evolved between the 1960s and the present. The world of Marguerite Duras offers a model of fusion into Oneness, denying the subject the freedom to know. Its nihilism is derived both from the legacy of the Second World War and from the psychoanalytical culture of the 1960s. Sylvie Germain, on the other hand, repudiates the idea that the tragedy of History is all there is to the meaning of existence. Her novel celebrates the multiplicity of voices and beings as representing a new transcendence. It is placed under the sign of hope and of the rebuilding of the subject.

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540