Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysages extérieurs et monde intérieur dans l'œuvre de Barbey d'Aurevilly

 | 
Jacques-Henry Bornecque

Les personnages féminins dans l'œuvre de Barbey d'Aurevilly

II. Origine sociale des héroïnes de Barbey d’Aurevilly

Texte intégral

  • 1 Une vieille maîtresse, Pléiade I, pp. 215 et 214.

1Lorsque l’on étudie en détail les romans de Barbey d’Aurevilly, il est curieux de remarquer que ses héroïnes appartiennent soit à l’aristocratie, soit au petit peuple des campagnes. Le jeune Barbey, enthousiasmé par la brillante société parisienne, ne manqua pas de choisir ses premiers modèles parmi les habitués du Faubourg Saint-Germain. Ainsi sommes-nous invités à observer le jeu de Bérangère de Gesvres, cette cruelle coquette, qui détourne le séduisant Raimbaud de Maulévrier de sa passion pour la belle et tendre Caroline d’Anglure. Une Vieille maîtresse est un autre témoignage de sa prédilection pour les dames de l’aristocratie parisienne. Avec quel amour évoque-t-il la marquise de Fiers, cette vieille patricienne au « corps de fer forgé au feu du plaisir » et à l’esprit leste, spirituel, « brillant et coupant comme le diamant »1 ! Avec quel plaisir retrace-t-il la jeunesse de la marquise et l’habileté avec laquelle elle a asservi son mari : Barbey se grise de noms propres. « Elle s’appelait Hermine d’Ast, marquise de Fiers ». Elle avait épousé « le marquis de Fiers, écuyer cavalcadour de Marie-Antoinette et très lancé dans la coterie des Polignac ». Sa fille fut mariée à l’un des descendants des Polastron. Comme les Larochejaquelein et les Crillon, Armand de Polastron avait d’abord refusé par honneur monarchique, de servir Bonaparte ».

  • 2 Préface de L’Amour impossible.

2A cette peinture des nobles de la capitale a succédé celle des nobles de province. Une Vieille maîtresse annonce la nouvelle attitude de Barbey. Si le roman commence à Paris il se termine à Carteret, en Normandie. Barbey a changé « furieusement » son champ d’observation. Il a quitté « ce monde des marquises de Gesvres et des Raimbaud de Maulévrier, où non seulement l’amour est impossible, mais le roman ! Mais la tragédie ! Et même la comédie bien plus triste encore !...2. Barbey devient le chantre de la Normandie. Les femmes de l’aristocratie de province remplacent celles du Faubourg Saint-Germain. Barbey avait grandi dans les salons de Valognes et dans ceux de la région de Saint- Sauveur-le-Vicomte. N’est-il pas né dans le bel hôtel du Chevalier de Montressel où sa mère n’avait pu se résoudre à ne pas venir jouer son habituelle partie de whist ? Ainsi aux Bérangère de Gesvres et aux Caroline d’Anglure, succèdent les Jacqueline Marie- Louise d’Olonde et les Touffedelys, ces dames de Touffreville qui, « vieilles comme des carpes », lui ont donné des pralines lorsqu’il était petit, à Valognes. C’est dans leur salon que Barbe Pétronille de Percy raconte l’enlèvement de Des Touches.

  • 3 L’Ensorcelée, Pléiade I, p. 617.

3L’une de ces nobles de province, Jeanne de Feuardent, vit au milieu des paysans que Barbey a introduits dans ses romans en déplaçant son champ d’observation de Paris à la Normandie. Elle a épousé maître Thomas Le Hardouey mais elle est restée digne de ses ancêtres. « Il fallait la voir revenant du marché de Créance, sur son cheval bai, un cheval entier, violent comme la poudre, toute seule ma foi ! comme un homme ; son fouet de cuir noir orné de houppes de soie rouge à la main, avec son justaucorps de drap bleu et sa jupe de cheval ouverte sur le côté et fixée par une ligne de boutons d’argent »3 !

  • 4 Un prêtre marié, Pléiade I, p. 1.011.

4Malgré son mariage, Jeanne serait digne de vivre aux côtés de l’aristocratie de son pays. Il en est de même pour Calixte Sombreval, en dépit de sa naissance. Son père n’exagère pas lorsqu’il déclare à Néel de Néhou : « Il semble que vous et elle soyez de la même race : vous, un gentilhomme de sang presque royal, elle, de naissance une paysanne : mais il y a des individualités qui valent des races, parce qu’elles sont faites pour en fonder »4 !

  • 5 Memoranda, p. 536, Bateau Ivre, Paris, 1947.
  • 6 L’Ensorcelée, Pléiade I, p. 48.
  • 7 Une vieille maîtresse, Pléiade I, p. 233.
  • 8 Memoranda, p. 451, Bateau Ivre, Paris 1947.
  • 9 L’Ensorcelée, Pléiade I, p. 654.
  • 10 Une Histoire sans nom, Pléiade 1, page 287 sq.

5Si l’on excepte Bonine et Charline Bas-Hamet, les femmes du peuple que dépeint Barbey sont servantes, comme Agathe et Barbe Causseron, ou ouvrières à domicile comme Nônon Cocouan et la Malgaigne. Charline et Bonine Bas-Hamet tiennent une auberge. Elles doivent beaucoup à ces femmes que Barbey avait revues, en 1864, au hameau du Bas-Hamet et qui, pour fêter la venue de leur ancien hôte, « voulaient égorger les volailles, couper des grillades » et arracher « leurs tignasses parce que la mer n’était dans le temps ni des crevettes ni des homards »5. Il faut distinguer, parmi les servantes que Barbey a introduites dans ses romans, celles des villes, Laurette et Oliva, et celles des campagnes, Barbe Causseron et Agathe. Laurette est simplement esquissée. « C’est une grande fille, faite à peindre, à l’air hardi et sournois tout ensemble »6. Le portrait d’Oliva, la soubrette de Vellini, est plus complet. Elle a le menton « royal », la taille « de déesse », les bras nus, une robe de soie et des cheveux « d’un rouge flamboyant, largement tordus sous un peigne d’écaillé blonde »7. Pourquoi Barbey s’intéresse-t-il à ces soubrettes ? Tout d’abord parce qu’il ne néglige jamais de contempler les servantes des femmes qui le reçoivent. Il admire ainsi, chez Ap..., « une fille suivante découplée, grande, vigoureuse, un sein qui se moque du corset, une fermeté de formes hardies et jeunes, avec une fraîcheur écarlate sur la matité de l’ivoire, des yeux bleus et d’un bleu si profond qu’ils semblent noirs, et des cheveux noirs avec des reflets bleus. Un type de beauté comme il est rare d’en voir chez les filles du peuple »8 ! De plus, dans Une Vieille maîtresse, Oliva joue un rôle bien déterminé. Elle accroît l’impatience du lecteur et l’intérêt qu’il prend à la lecture du roman, car il se demande quelle est cette Vellini qui garde à son service une si belle soubrette. Ne craint-elle donc pas la comparaison ? Barbe Causseron et Agathe n’ont aucunement ce rôle à jouer. Barbe Causseron est dessinée avec beaucoup de pittoresque. La servante du curé de Caillemer a le teint jaune, le bec pincé et c des reins de manche à balai »9. Agathe Thousard, elle, a son franc parler. Elle déteste « le trou de marmotte » dans lequel Madame de Ferjol est venue vivre. Grâce à Agathe, qui rappelle Jeanne Roussel, la vieille servante des Barbey, notre auteur atténue la dureté extrême de Madame de Ferjol. Sans Agathe, le lecteur supporterait difficilement le martyre de Lasthénie. Alors que Madame de Ferjol demeure implacable, Agathe, « âme tendre que les années n’avaient pas durcie »10, tente au moins de comprendre Lasthénie et d’adoucir son malheur. Barbey lui fait jouer également un autre rôle : celui d’annoncer au lecteur le destin qui va anéantir Lasthénie. Comme la vieille servante croit aux sorts et aux maléfices, nous sourions tout d’abord de la façon dont elle explique le mal de Lasthénie. Puis, peu à peu, ses superstitions détruisent notre assurance. Nous commençons à penser qu’elle a peut-être raison. Aussi le malheur qui va lentement tuer Lasthénie ne nous surprend-il pas.

  • 11 Un Prêtre marié, Pléiade I, pp. 904-906.
  • 12 Ibid.

6Parmi les ouvrières à domicile que dépeint Barbey, La Malgaigne joue d’une façon plus évidente, le rôle d’Agathe. Elle annonce le destin et toutes ses prédictions s’accomplissent. Lorsque le nouveau maître du Quesnay va prendre possession de ses biens, il rencontre sa vieille nourrice et lui avoue : « La chose a eu lieu comme tu l’avais vue, la Malgaigne »11 ! Lors même des études de Jean Sombreval, la Malgaigne lui avait en effet déclaré : « Tu maçonnes sur ton dos un édifice qui n’écrasera pas tes ennemis »12 ! Sous le porche de l’église de Taillepied, elle précisa sa prophétie en lisant dans de l’eau charmée les principaux événements de la vie de son Jeanotin et notamment son acquisition du Quesnay. Alors que Néel, Calixte et son père se promènent, dans la vieille barque de bois vermoulu sur l’étang du Quesnay, la Malgaigne renouvelle sa prophétie de la mort de Sombreval et elle ne se trompe pas. Grâce à « son étonnante sagacité », elle annonce et souligne l’accomplissement inexorable du destin. Comme Méphistophélès brise sans pitié tous les espoirs de Faust et de Marguerite d’échapper à leur sort, la Malgaigne anéantit toute perspective d’un avenir meilleur et rappelle que la triste destinée de Sombreval doit s’accomplir. Cette voyante confère au roman de Barbey l’intérêt dramatique d’une tragédie classique. Le sort s’acharne sur Sombreval comme il tue inexorablement Phèdre. Nous nous passionnons pour les efforts du père de Calixte tout en sachant très bien qu’ils seront, tôt ou tard, anéantis. La Malgaigne exprime si bien ce qui est écrit de toute éternité qu’elle semble parfois surnaturelle. Elle ressemble de façon étonnante aux Parques qui présidaient au destin des Anciens. Lorsque Néel revient de Coutances où il a accompagné Sombreval, parti implorer le pardon de l’évêque, la Malgaigne demande au jeune homme de découvrir à Calixte l’hypocrisie de l’ancien prêtre. Elle ne convainc pas Néel et finit par s’en aller, « solennelle comme un avertissement de Dieu ».

  • 13 Lettres à Trébutien, 18 décembre 1853, Vol. II, p 419. Bernouard Paris 1927.
  • 14 Un Prêtre marié, Pléiade I, p. 1.067.

7De la même façon que Barbey d’Aurevilly s’est attaché à peindre des servantes, des ouvrières à la journée et des fileuses, il a également glissé dans Le Prêtre marié, un portrait de mendiante. Barbey a toujours déploré que l’habitude se perdît de donner l’aumône en grand seigneur. Le nom de mendiant n’était pas une injure pour lui, mais un titre. Il eut longtemps le projet d’écrire un roman qu’il aurait intitulé : « Les mémoires d’un vieux mendiant »13. De façon curieuse, le portrait de Julie La Gamase est très antipathique — C’est un vil reptile qui récolte tout le mal que les paysans peuvent dire de Sombreval pour le recracher comme du venin. Mais Barbey lui donne une force exceptionnelle. Elle est la seule personne dont les insultes touchent Sombreval. Pour celui-ci « l’ignominieuse mendiante était l’Injure vivante et abhorrée, la seule injure qui le trouvât sensible, ce grand endurci, trompé et forgé dans le mépris des orgueilleux »14.

  • 15 Une Vieille maîtresse, Pléiade I, p. 269.

8Une héroïne de Barbey n’appartient ni au femmes du peuple ni à celles de l’aristocratie. Il s’agit de Vellini, la courtisane. Mais ce n’est point une courtisane quelconque ! Elle est « fille adultérine d’une duchesse réfugiée en Espagne et d’un toréador. On nommait même la duchesse — c’était une Cadaval — Aveïro »15. Vellini peut donc être fière de son hérédité, d’autant plus qu’au spectacle de son amant éventré à dix pas d’elle par un taureau, la duchesse, sa mère, ne montra pas la moindre émotion ! La courtisane que Barbey a peinte est digne de son imagination ! Ce n’est pas une dame Jeanne Poisson baptisée, pour la circonstance, marquise de Pompadour ! Non, Vellini a du sang de Toréador dans les veines ! Elle est doublement noble. Elle a hérité d’une part de la noblesse que lui confère la naissance de sa mère et, d’autre part, de celle de son père, car les qualités du cœur remplacent parfois celles dont on est privé par sa naissance.

  • 16 Une Vieille maîtresse, Pléiade I, p. 207.
  • 17 Disjecta Membra, fac-similé du Musée de Saint-Sauveur-le-Vicomte.

9Barbey ne se serait certainement pas intéressé à la marquise de Pompadour car les femmes de bourgeois sont absolument bannies de ses romans. Comme au premiers temps de la société française, le monde des héroïnes aurevillyennes ne comprend que deux classes : la noblesse et les paysans. Point de bourgeois. On connaît la haine que Barbey nourrissait à l’égard du bourgeois. Il n’en parle qu’une fois dans ses romans. Après avoir remarqué qu’Hermangarde obéissait sans répondre à Madame de Fiers et à Madame d’Artelles, Barbey ajoute : « C’est l’avantage des filles comme il faut sur les filles qui ne le sont pas. Les enfants trop aimés des bourgeois murmurent toujours »16. On lit, d’autre part, dans les Disjecta Membra : « Ce n’est pas moi qui ai fait une injure de ce mot de Bourgeois, ce sont eux-mêmes. Ils sont cupides, exploitateurs, badauds, moraux, sans religion, badauds et bêtes — amphatiquement bêtes — est-il rien de plus grotesquement odieux ?... Ils ont mérité jusqu’au mépris de Louis-Philippe, le dessous des dessous... »17. N’était le style, on pourrait attribuer ce morceau de bravoure à Flaubert. Cette comparaison de Barbey d’Aurevilly à un autre « Grand Normand », nous fait comprendre, une fois de plus, toute son individualité. Barbey et Flaubert exècrent le bourgeois et pourtant leurs attitudes sont diamétralement opposées. L’un est obsédé par la bourgeoisie. Il la peint pour la critiquer, certes, mais il l’étudié sans cesse. Il compose Madame Bovary et Bouvard et Pécuchet. L’autre, en seigneur, l’ignore. Lorsque l’on est Monsieur Barbey d’Aurevilly, l’on ne s’abaisse pas à examiner ce que l’on déteste. Passons donc sous silence ces gens à la fois moraux et sans religion. L’une des raisons qui explique peut-être le dégoût qu’éprouvait Barbey à la vue d’un bourgeois est que celui-ci cherche le plus souvent à passer inaperçu, à se conformer à un type. Point d’extravagances vestimentaires chez lui ! Point de formules qui cinglent et ridiculisent à jamais l’adversaire ! Mais une pondération et une prudence qui lui assurent la considération de ceux qu’il fréquente. Bref, le bourgeois représente le contraire de tout ce que Barbey aime.

  • 18 L’Ensorcelée, Pléiade I, pp. 604-605.
  • 19 Ibid.
  • 20 Lettres à Trébutien, 29 mai 1850, vol. i, p. 180, Blaizot, Paris, 1908.
  • 21 Ibid., 27 février 1855, Vol. III, p. 211, Bernouard, Paris, 1927.

10Malgré ce goût pour les individualités nettement marquées, Barbey affectionne particulièrement deux types humains : les commères et les vieilles filles. Avec quelle sympathie n’évoque-t-il pas les commérages de Nônon Cocouan et ceux de Barbe Causseron ! C’est Nônon qui dévoile la première à Jeanne de Feuardent l’identité du prêtre inconnu, au capuchon noir. « ... Attendez ! Comment qu’il s’appelle ? L’abbé de la Croix-Gingan, ou Engan, c’est un nom quasiment comme ça... »18. La brave couturière avait déclaré à Jeanne : « Je sais qui c’est ma chère dame avec, précise Barbey, cet air ineffable et particulier aux commères ». « Et ceci n’est point une injure, ajoute-t-il, car les commères, après tout, sont des poétesses au petit pied qui aiment les récits, les secrets dévoilés, les exagérations mensongères, aliment éternel de toute poésie, ce sont les matrones de l’invention humaine qui pétrissent à leur manière, les réalités de l’Histoire »19. Lorsqu’il arrive à Barbey de vitupérer contre les ragots du monde et contre les commères, il se reprend bien vite pour préciser : « Les commères (que pourtant je ne hais pas) »20. Comment l’ancienne chroniqueuse de « La Mode » pouvait-elle médire de ses consœurs ? N’avoue-t-il pas lui-même : « ... je raffole des détails de famille. Je suis très vieille femme du Faubourg Saint-Germain par ce côté, aristocratie mise à part »21. De plus, comment Barbey voulait-il se documenter sur la chouannerie ? En délaissant les livres d’histoire pour recueillir les témoignages des vieilles personnes. Cela lui donnait une occasion de plus d’imiter Walter Scott, ce qu’il n’oubliait jamais lorsqu’il s’intéressait à l’histoire de la Normandie.

  • 22 Lettres à Trébutien, 18 février 1852, Vol. I, Bernouard, Paris, 1927.
  • 23 L’Ensorcelée, Pléiade I, pp. 600-601.
  • 24 Ibid.
  • 25 Lettres à Trébutien, Vol. iii, p. 128, Bernouard, Paris 1927.
  • 26 Le Chevalier Des Touches, Pléiade I, p. 784, Lemerre, Paris 1948.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid., Pléiade, p. 770.

11La vieille fille, autre type humain, a passionné Barbey d’Aurevilly. N’oublions pas que Balzac, l’un des grands maîtres de Barbey, a publié, en 1837, un roman La Vieille fille et que Barbey, lui-même, voulait composer un ouvrage qui aurait eu le même titre. Il l’annonce à Trébutien, le 18 février 1852. Après avoir rappelé qu’il voulait écrire « deux romans chouans, — un roman normand (historique — au Moyen-Age), une comédie politique — Alberoni — » et un « Essai sur le mysticisme chrétien (dédié à l’abbé d’Aurevilly) », il ajoute : « Pour le Pays, mon Traité de la Princesse et Les Favoris — Pour la Revue de Paris, un tout petit roman, une intaille, intitulé La Vieille Fille. Ceci m’a été demandé par la mystérieuse Puissance de ma vie et je veux que ce soit une perle blanche, tombée de l’agrafe du manteau des Vierges Martyres, et suavement teintée en tombant, de l’outremer d’un ciel chrétien »22. Si pareil ouvrage ne fut jamais publié, les vieilles filles ne sont pas, cependant, exclues du monde des héroïnes aurevillyennes. Nônon Cocouan et Aimée de Spens en témoignent. Barbey s’attendrit sur Nônon. Deux raisons sont proposées pour expliquer son célibat avancé. Elle a inspiré l’amour sans le partager, ou, si elle l’a éprouvé, c’était pour quelqu’un de plus haut placé qu’elle « ne pouvait avoir comme dit l’expression populaire avec tant de mélancolie »23. Deux motifs aussi nobles l’un que l’autre ! Barbey exclut absolument toute raison qui pourrait nous amener à déconsidérer son héroïne. De même, lorsqu’il explique qu’ « elle aimait les prêtres, non seulement dans leur ministère, mais dans leurs personnes »24, il précise immédiatement, que tout cela n’est qu’enfantillage et petitesse. Enfin, il avoue lui-même « sa sympathie très vive pour les vieilles filles dévotes, espèce de femmes envers lesquelles on a toujours été d’une injustice aussi superficielle que révoltante »25. Mais Nônon joue un rôle secondaire dans L’Ensorcelée. Barbey ne fait qu’esquisser son portrait. Toute différente est son attitude à l’égard d’Aimée de Spens, dans Le Chevalier Des Touches. Il avait écrit à Trébutien le 7 novembre 1854 : « La vieille fille de mon nouveau roman sera faite avec l’éther du ciel bleu et la lumière l’éclairera à plein visage et à pleine poitrine. Je veux mettre là-dedans toutes les forces de ma pensée »26. Aussi comprenons-nous les pages enthousiastes qu’il accorde à son héroïne dans Le Chevalier Des Touches. Il n’hésite pas à déclarer qu’elle a été « la beauté unique de son temps »27. Les Chouans qui fréquentaient le château des Touffedelys célébraient sa merveilleuse beauté. Lorsque Mademoiselle de Percy commence son récit, Aimée, certes, a vieilli. Mais le temps ne l’a pas enlaidie. Toute ce qui était splendide en elle, autrefois, est devenu touchant et désarmant. L’abbé de Percy a ce joli mot : « Autrefois elle faisait des victimes ; à présent, elle ne fait plus que des captifs »28. On la devine très sensible et très réservée. Ne serait-ce que pour cette céleste de Barbey dont elle est l’un des modèles, la baronne de Bouglon doit être absoute de ses sombres intrigues auprès d’un Barbey âge.

Notes

1 Une vieille maîtresse, Pléiade I, pp. 215 et 214.

2 Préface de L’Amour impossible.

3 L’Ensorcelée, Pléiade I, p. 617.

4 Un prêtre marié, Pléiade I, p. 1.011.

5 Memoranda, p. 536, Bateau Ivre, Paris, 1947.

6 L’Ensorcelée, Pléiade I, p. 48.

7 Une vieille maîtresse, Pléiade I, p. 233.

8 Memoranda, p. 451, Bateau Ivre, Paris 1947.

9 L’Ensorcelée, Pléiade I, p. 654.

10 Une Histoire sans nom, Pléiade 1, page 287 sq.

11 Un Prêtre marié, Pléiade I, pp. 904-906.

12 Ibid.

13 Lettres à Trébutien, 18 décembre 1853, Vol. II, p 419. Bernouard Paris 1927.

14 Un Prêtre marié, Pléiade I, p. 1.067.

15 Une Vieille maîtresse, Pléiade I, p. 269.

16 Une Vieille maîtresse, Pléiade I, p. 207.

17 Disjecta Membra, fac-similé du Musée de Saint-Sauveur-le-Vicomte.

18 L’Ensorcelée, Pléiade I, pp. 604-605.

19 Ibid.

20 Lettres à Trébutien, 29 mai 1850, vol. i, p. 180, Blaizot, Paris, 1908.

21 Ibid., 27 février 1855, Vol. III, p. 211, Bernouard, Paris, 1927.

22 Lettres à Trébutien, 18 février 1852, Vol. I, Bernouard, Paris, 1927.

23 L’Ensorcelée, Pléiade I, pp. 600-601.

24 Ibid.

25 Lettres à Trébutien, Vol. iii, p. 128, Bernouard, Paris 1927.

26 Le Chevalier Des Touches, Pléiade I, p. 784, Lemerre, Paris 1948.

27 Ibid.

28 Ibid., Pléiade, p. 770.

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter