Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysages extérieurs et monde intérieur dans l'œuvre de Barbey d'Aurevilly

 | 
Jacques-Henry Bornecque

Les personnages féminins dans l'œuvre de Barbey d'Aurevilly

I. Où Barbey d’Aurevilly a-t-il puisé son inspiration ?

Texte intégral

  • 1 Lettres intimes, Lettre à P. Bourget, 19 décembre 1877, Edouard Joseph, Paris, 1921.
  • 2 « Du dandysme et de G. Brummel », Memoranda, p. 234, Lemerre, Paris, 1887.
  • 3 Un prêtre marié, Pléiade I, 909. Les termes soulignés par Barbey sont ici en majuscules.

1La personnalité de chacune des héroïnes aurevillyennes est si forte que, dès que l’auteur nous les présente, nous sommes intrigué et fasciné. Nous sommes fasciné car une forte personnalité exerce toujours un attrait considérable. Nous sommes intrigués car, tout en devinant le grand rôle qu’a dû jouer l’imagination de Barbey d’Aurevilly dans la création de ses personnages féminins, nous nous demandons quels ont pu être les modèles dont il s’est inspiré. Si certaines de ses héroïnes, comme les dames de Ferjol, semblent presque entièrement inventées, d’autres ne le sont pas. Barbey a largement puisé dans la réalité. Il la connaît bien car, dans un salon, ou en promenade, Barbey observe continuellement et particulièrement les femmes. Il le déclare à Paul Bourget le 19 décembre 1877, à l’âge de soixante-neuf ans, lorsqu’il écrit : « Moi, je ne me mire plus, quoique j’aie toujours une petite glace à la main, comme Sardanapale, qui me sert à regarder, par-dessus mon épaules, les femmes placées derrière moi, pour les surprendre (puisque je n’ai pas l’air de les regarder) dans leur Vérité »1. A Caen, en 1856, il remarque une lavandière qui « portait une masse de linges mouillés, roulés en globe, sous un de ses magnifiques bras ruisselants, aussi écarlates que ses lèvres moulées pour boire, non pas dans une coupe, mais à la bonde d’un tonneau »2. Neuf ans après, il s’en souvient encore. L’une des servantes des Herpin, dans Un Prêtre marié a le « chignon dénoué » et les bras « rouges comme l’écarlate... »3. De même, les riches couleurs et les formes épanoouies de Bernardine de Lieusaint n’ont-elles pas été observées chez telle ou telle jeune paysanne normande, dont la beauté singulière a frappé l’imagination de Barbey ?

  • 4 Jean Gautier, « Barbey d’Aurevilly », ses amours, son romantisme, p. 25, P. Téqui, 1961.
  • 5 Lettres à Trébutien, Tome II, p. 304, Bernouard, Paris 1927.
  • 6 Cf. R.L. Boyon, Barbey d’Aurevilly amoureux et dupe.

2Aux observations dues au hasard, il faut ajouter celles que Barbey faisait auprès de ses intimes. Au nombre de ceux-ci figurent beaucoup de femmes. Aux yeux de notre auteur, les plus importantes furent Louise Cautru des Costils, Eugénie de Guérin et la baronne de Bouglon. Il connut et aima Louise à Caen. « Elle », c’est le nom qu’il lui donnera dans ses « Memoranda », avait la chair translucide, le teint délicatement rosé, des yeux gris-vert aux reflets changeants selon l’intensité de la lumière »4. Barbey ne l’oublia jamais. Dès qu’il se trouvait seul, ses pensées l’emportaient vers Louise et il maudissait la vie qui les séparait. Barbey rencontra Eugénie de Guérin pour la première fois, le 8 octobre 1838. Il fut frappé à la fois par la laideur, par la profondeur et par la mysticité de la jeune fille. Mais Barbey et Eugénie se brouillèrent deux ans après la mort de Maurice de Guérin. Eugénie quitta Paris et Barbey l’oublia quelque peu. Plus tard, il devait regretter amèrement cette légèreté lorsqu’il comprit mieux la qualité de cette âme, et surtout lorsqu’il apprit qu’elle était morte en priant pour lui. Barbey vit la baronne de Bouglon pour la première fois, en 1851, dans le salon de la baronne Almaury de Maistre. Il fut alors émerveillé par la beauté et la douceur de la baronne et, pour se rendre digne d’épouser un jour celle qu’il appelait l’Ange Blanc, il abandonna maîtresses et alcool. Il n’eut pas de termes assez forts et assez délicats pour chanter son bonheur. Le 14 mars 1853, il écrit à Trébutien que tout ce qu’il a d’âme, de passion, de préoccupation, d’avenir humain, « tourne et repose sur une seule tête, fine et délicate comme celle d’une madone de missel »5. L’influence de la baronne de Bouglon fut d’abord heureuse sur Barbey. Tout à son bonheur et à ses idées de mariage, il voulut écrire pour payer ses dettes et devenir digne de la baronne. Il composa alors deux de ses chefs-d’œuvre : Le Chevalier Des Touches et Un Prêtre marié. Mais la réalité déçut les espérances de Barbey. Le mariage ne se fit pas et la tendresse rancit, jusqu’à ce que de sordides questions d’intérêts, provoquées par Madame de Bouglon, la ternissent tout à fait6. Louise des Costils, Eugénie de Guérin et la baronne de Bouglon ne furent pas les seules femmes que Barbey connut, aima ou désira. Il eut également, entre autres, une liaison avec la marquise Armance du Vallon qu’il délaissa pendant quelque temps pour la belle, blonde et mystérieuse Paulette.

  • 7 Memoranda, p. 343, Bateau Ivre, Paris, 1947.
  • 8 L’Amour impossible, Pl. I, 46.

3Pour créer certaines de ses héroïnes, Barbey ne s’est souvenu que d’une de ces femmes. Il en est ainsi pour Bérangère de Gesvres et pour Vellini. Le modèle de Bérangère de Gesvres est, en effet, la « marchesa », Armance du Vallon. Barbey le déclare lui-même dans son Mémorandum du 22 juillet 1838 : « J’espère mener à bien cette nouvelle. (L’Amour impossible intitulé tout d’abord Madame de Gesvres) mais où et comment la publier ? Je le voudrais, ne fût-ce que pour jouir de la surprise de la Marchesa, mon modèle »7. Les détails que Barbey donne dans ses Memoranda, de la parure de la marquise du Vallon, sont ceux-là mêmes qu’il prête à Madame de Gesvres. Elle se coiffe de la même façon que la Marchesa. Ses cheveux tombent tantôt en « flots crêpés très clair des deux côtés du visage », tantôt ils sont « tressés durement le long des joues », ou enfin, ils sont « partagés en bandeaux »8. Elle aime porter, comme Madame du Vallon, une émeraude sur le front.

  • 9 Lettres à Trébutien, I, 301, Blaizot, Paris, 1908.
  • 10 Ibid., 26 juillet 1843,1, p. 85, Bernouard, Paris 1927.
  • 11 Figaro Littéraire, 17 décembre 1960. Premières pages — jusqu’alors inconnues — du « Journal » de B (...)
  • 12 Une vieille maîtresse, Pléiade I, p. 326.
  • 13 Lettres à Trébutien, I, 422, Bernouard, Paris, 1927.

4La Vellini d’Une Vieille maîtresse a également été créée alors que Barbey pensait à un modèle précis. Trébutien l’avait pressenti et Barbey lui répondit : « Vous avez bien deviné pour Vellini, c’était même Vellini qu’elle s’appelait. Je n’ai presque rien inventé du tout... seulement cela s’est brisé — cela a été long, mais cela s’est brisé comme les sucriers qu’elle me jetait à la tête »9. La tâche de Trébutien n’avait pas été difficile car il devait se souvenir d’une lettre du 26 juillet 1843 dans laquelle Barbey écrivait : « Sur ce, mon cher Trébutien, je ferme ma lettre en vous souhaitant le bonjour pour m’occuper d’une Muchacha qui fait les plus grandes folies à mon coude pendant que je vous écris ces gravités. C’est ma maîtresse... d’espagnol. Elle est de Malaga, brune, dorée, parfumée comme le vin de son pays. Mais elle est un peu moins douce et jouerait volontiers du Chuchillo. Je me croirai incomplet tout le temps que je n’aurai pas reçu un coup de Chuchillo de cette toute petite main-là »10. Une telle confidence avait dû frapper l’esprit du pauvre Trébutien qui n’était pas heureux en amour... S’il semble exact que Vellini, la maîtresse de Barbey, soit l’unique modèle de la Vellini d’Une Vieille maîtresse, il ne faut pas oublier, cependant, que Barbey eut, pendant un certain temps, une voisine espagnole11 dont il s’est peut-être souvenu, de même il n’a pas oublié la coiffure de la femme de Maurice de Guérin en écrivant : « Je ne vis d’elle (Vellini) tout d’abord que sa coiffure, — une de ces coiffures qui m’avaient le plus affolé, quand je l’aimais. C’était ce qu’on appelle une Grecque, du nom des femmes qui l’ont inventée. Seulement, au lieu de l’aiguille d’or des filles de Zanthe, elle avait passé à travers la torsade lustrée de ses cheveux noirs un poignard nud, sans autre ornement que l’éclat de son pur acier »12. Ce n’est pas par hasard que Barbey a retenu cette coiffure. Il voyait dans cette torsade traversée d’un poignard, un symbole de meurtre. Quelle autre coiffure aurait-il pu donner à une impétueuse Espagnole qui n’hésitait pas à jouer du chuchillo ! Trébutien avait été surpris par l’étrange coiffure que Barbey lui avait signalée, aussi celui-ci, dans une lettre du 18 décembre 1853, précisa-t-il ses remarques : « C’est bien aussi de la femme de Guérin dont vous me parliez plus bas, et le mot poignard est pris non au figuré, mais au propre. Cette coiffure était indienne. Une torsade à la Grecque sur le sommet de la tête et un petit poignard, aigu comme une langue de couleuvre, fixant la torsade et la traversant. Cette arme et ce symbole de meurtre au-dessus de deux yeux doux comme ceux d’une tourterelle bleue des bords du Gange étaient d’un charme singulier »13.

  • 14 Memoranda, p. 250, Bateau Ivre, Paris, 1947.
  • 15 Une histoire sans nom, Pléiade II, p. 278.
  • 16 Memoranda, p. 206, Bateau Ivre, Paris, 1947.

5Cette coiffure attribuée à Vellini, et que Barbey avait observée chez Madame de Guérin, nous annonce déjà la façon dont il crée la plupart de ses personnages féminins. Il emprunte tel ou tel trait caractéristique à des femmes qu’il a connues, ou rencontrées, pour brosser un seul portrait. Les yeux de Lasthénie sont gris-vert, comme ceux de Louise des Costils. La « taille d’épi » de cette même Lasthénie est celle que Barbey attribuait à Paula (ou Paulette). Il écrit ainsi, à propos d’une femme qui l’a arrêté pour lui parler de Paulette : « Cette femme était petite, mais n’avait pas la taille d’Epi Mur de celle dont on parlait »14. Il précise d’autre part, lorsqu’il s’extasie sur la langueur de Lasthénie : « Je n’ai connu qu’une seule personne de ce charme alangui et jamais je ne l’oublierai... C’était une céleste boiteuse »15. N’est-ce pas là le souvenir de la charmante boiteuse qu’il a rencontrée chez Valentino ?16.

  • 17 Memoranda, p. 118, Bateau Ivre, Paris, 1947.
  • 18 Une vieille maîtresse, Pléiade I, p. 219.
  • 19 Memoranda, p. 453, Bateau Ivre, Paris, 1947.
  • 20 Ibid., p. 270.
  • 21 Une vieille maîtresse, Pl. I, p. 432.

6Dans Une Vieille Maîtresse, Barbey remarque que Hermangarde est simple dans sa mise « comme toutes les femmes d’un caractère élevé ». Il semble bien que Louise des Costils lui ait inspiré cette réflexion. Il note en effet, le 29 décembre 1836, après l’avoir revue : « Elle m’a paru remarquablement belle et d’ailleurs était mise comme j’aime, en noir avec un cachemire blanc — tout simplement, mais noblement aussi »17. Hermangarde, « au teint pétri de lait et de lumière »18 ne rappelle-t-elle pas, non plus, la Paulette « d’ouate satinée et albatréenne »19 que Barbey a connue ? En plus de cette même blancheur qu’il leur accorde, il les présente toutes deux comme des sphinx. Paulette est un « blond sphinx trop aimé »20, car elle ne s’est jamais confiée à Barbey, et Hermangarde un « sphinx de félicité muette qui jamais ne disait son dernier mot »21.

  • 22 Etudes Normandes, p. 254, n° 84, Rouen, 1957.
  • 23 Ibid.

7Aimée de Spens, dans Le Chevalier Des Touches, connaît des aventures, ou des mésaventures, que vécurent Mademoiselle d’Ouessay et une certaine Muguette. De plus, nombre de ses qualités sont celles de l’Ange Blanc ou d’Eugénie de Guérin. Pour expliquer la rougeur qui monte au visage d’Aimée, lorsque l’on parle devant elle de Des Touches, Barbey écrit que, chaque fois qu’elle entend le nom du chevalier, elle se souvient du soir où elle dut se déshabiller devant sa fenêtre, sous les yeux des Bleus, pour leur faire croire qu’elle était seul et sauver ainsi Des Touches. Barbey d’Aurevilly semble ici s’inspirer d’une mésaventure de Mademoiselle d’Ouessay. En effet, « pendant la Révolution, mademoiselle d’Ouessay, qui l’habitait (l’hôtel Ernault de Chantore à Valognes), y cachait des prêtres réfractaires, ce qui motiva une surveillance. Or, un soir, la patrouille des gardes nationaux y aurait aperçu par l’imposte d’une cuisine, au rez-de-chaussée, la bonne vieille fille qui se déshabillait pour prendre son bain »22. Barbey a pu également penser, pour cet épisode, « au sacrifice réel, — celui de sa virginité — consenti par Muguette (l’une des nombreuses femmes qui servirent d’émissaires aux Chouans) pour faire évader trois chouans du Mont Saint-Michel »23. Pour créer ce personnage d’Aimée de Spens, Barbey s’est également inspiré de l’Ange Blanc. Aimée lui doit la pureté virginale que Barbey d’Aurevilly avait cru trouver en Madame de Bouglon, « femme idéale » à laquelle il accordera longtemps toutes les qualités. Lorsqu’il vient à parler de sa « Fiancée » à Trébutien, il la présente avec vénération, comme une « vierge-veuve ». C’est l’expression même qu’il emploie pour désigner Aimée de Spens.

  • 24 Memoranda, p. 353, Bateau Ivre, Paris, 1947.
  • 25 Un prêtre marié, Pl. I, pp. 920-21.
  • 26 Memoranda, p. 278, Bateau Ivre, Paris, 1947.
  • 27 Ibid., pp. 33-34.
  • 28 Un prêtre marié, Pléiade I, p. 1.011.
  • 29 G. Duhamelet « La vie et la mort d’Eugénie de Guérin », p. 201, Bloud et Gay, Paris, 1926.
  • 30 Lettres à Trébutien, p. 245, tome II, Bernouard, Paris, 1927.
  • 31 Un prêtre marié, Pléiade I, p. 1.035.
  • 32 Lettres à Trébutien, 19 avril 1853, tome II, Bernouard, Paris, 1927.
  • 33 Un prêtre marié, Pléiade I, p. 951.
  • 34 Lettres à Trébutien, p. 202, tome IV, Bernouard, Paris, 1927.

8Calixte Sombreval, enfin, dans Un prêtre marié, rappelle plusieurs femmes que Barbey a aimées. Clémence de Syrène qu’il avait « silencieusement adorée à Caen », en 1830, était « d’une pâleur de soufre »24. Le visage de Calixte est d’une pâleur « surnaturelle », auprès de laquelle « les pâleurs de la colère de Néel n’étaient que des roses lavées par les pluies »25. Certains propos religieux de Calixte ont certainement été empruntés à Eugénie de Guérin. Barbey note dans son Memoranda du 7 avril 1838, qu’Eugénie s’écria devant son frère : « Ah ! pourquoi ne crois-tu pas ? Ah ! que je voudrais que tu crusses ! »26. C’est ce que Calixte souhaite, à chaque instant, pour son père. A la lecture du journal d’Eugénie, Barbey remarque : « ... je (lui) trouve trop de Dieu dans le sein. Si cette fille-là avait souffert de passions REELLES, si elle s’était ouvert l’intelligence par le monde comme elle l’a fait par les choses, que ne serait-elle pas, tandis qu’elle n’est qu’une admirable dévote »27. Ce regret est à la fois celui de Jean Sombreval et celui de Néel de Néhou. Sombreval aurait aimé que Néel épousât Calixte car il pensait que « l’amour heureux aurait une influence sur le plexus nerveux de cette enfant, victime d’une sensibilité morbide »28. Après la mort de Maurice de Guérin, en 1839, Barbey écrit à Eugénie : « Je ne prie pas ». Elle l’adjure de penser à la mort, au ciel où est Maurice, à Dieu en qui, seul, ils peuvent retrouver le frère disparu »29. Barbey d’Aurevilly s’est certainement souvenu des conseils que lui prodiguait l’âme religieuse d’Eugénie de Guérin lorsqu’il a peint cette autre religieuse qu’est la carmélite Calixte, d’autant plus que le « Prêtre marié » fut composé au moment où Trébutien et Barbey lisaient et rassemblaient les écrits d’Eugénie pour les publier. Enfin, le personnage de Calixte Sombreval a été influencé par l’Ange Blanc, Barbey écrit ainsi à Trébutien à propos de la baronne de Bouglon : « la main qui agite ma vie de cette tringle dévorante comme un rideau et incombustible à la fois, est une petite main de MYSTIQUE aux doigts pointus et déliés, faits pour le chapelet et la palme de martyre »30. C’est une expression que nous retrouvons dans la description de Calixte. Lorsque Néel de Néhou lui avoue qu’il a voulu mourir devant elle Barbey remarque : « Elle (Calixte) resta muette un instant, ses belles mains pâles, faites pour porter la palme verte des martyrs, collées à ce visage qu’il (Néel) cherchait à voir à travers ses mains »31. D’autres termes se retrouvent également pour peindre à la fois la beauté de Calixte et celle de la baronne de Bouglon. De même qu’il compare le cou de sa « Fiancée » à celui d’Anne de Boleyn32, il remarque que « le col de cygne » de Calixte « avait la beauté fatale et mortelle de celui d’Anne de Boleyn »33. Le mot « ange » est aussi employé pour désigner à la fois la baronne de Bouglon et Calixte. Barbey précise même que Néel appelait Calixte l’ « Ange Blanc ». Il a rappelé lui-même que la baronne de Bouglon était l’un des modèles de Calixte lorsqu’il déclara à Trébutien, le 2 août 1856 : « Dès que mon CHATEAU DES SOUFFLETS — auquel je n’ai point travaillé pendant le séjour de l’ANGE BLANC ici — je prenais de la couleur pour ma Calixte sur son front... — sera terminé et vendu, je pars pour les Landes, ne devant en revenir qu’avec ces dames pour le Carnaval »34.

  • 35 Figaro Littéraire, 17 décembre 1960. Premières pages jusqu’alors inconnues, du « Journal de Barbey (...)
  • 36 Memoranda, p. 71, Bateau Ivre, Paris, 1947.
  • 37 L’Ensorcelée, Pléiade I, p. 635.
  • 38 Ibid.

9En plus des femmes qu’il a observées, Barbey a également été influencé par certains chefs-d’œuvre de la peinture et de la sculpture. N’oublions pas en effet qu’il a déclaré : « C’était là mon métier (la sculpture) et non pas d’être écrivailleur comme je suis ou vais être « coram populo » incessamment »35. Aussi n’est-il pas surprenant de lire que la vicomtesse A... possède un cou « superbe de grosseur, DE FORCE SCULPTEE et de blancheur bleuâtre »36. Pour évoquer avec précision ce qu’était la beauté de la Clotte, lorsqu’elle participait aux bacchanales des sultans de Haut-Mesnil, Barbey affirme qu’elle était alors « une créature sculptée dans la chair purpurine des filles normandes »37. Mais dans L’Ensorcelée, la Clotte n’est plus qu’une vieille femme. Barbey se demande comment exprimer l’âge de son héroïne, ainsi que la noblesse qui se lit sur son visage. Il pense alors à Michel- Ange et compare le visage sillonné de rides de la Clotte à celui d’un « bronze florentin qu’aurait fouillé Michel-Ange »38.

  • 39 Memoranda, p. 265, Bateau Ivre, Paris, 1947
  • 40 Memoranda, p. 265, Bateau Ivre, Paris, 1947
  • 41 Lettres à Trébutien, I, 259, Bernouard, Paris, 1927.
  • 42 Le Chevalier des Touches, Pléiade I, p. 784.
  • 43 Cf. photographie n° 44 présentée par J.P. Seguin « Barbey d’Aurevilly ». Documents iconographiques (...)
  • 44 Une vieille maîtresse, Pléiade I, p. 223.
  • 45 Ibid.
  • 46 L’amour impossible, Pléiade I, p. 54.
  • 47 Ibid.
  • 48 Ibid, Pléiade I, pp. 46-47.
  • 49 Ce qui ne meurt pas, Pléiade II, p. 398.
  • 50 Antonio Moro, Portrait de Marie Tudor, Musée du Prado, Madrid.
  • 51 Une vieille maîtresse, Pléiade I, p. 413.

10La peinture, autre art plastique, permet aussi de comprendre l’œuvre de Barbey d’Aurevilly. Certes, il ne possédait pas en peinture, les connaissances précises dont il faisait preuve en littérature. Il a même déclaré qu’il n’avait pas « la moindre appréciation des Beaux Arts »39, qu’il était un « Ostrogoth » dans ce domaine40. Mais, une fois de plus, Barbey exagère. Ses « transpositions d’art » des Memoranda rédigés à Caen, en 1856, témoignent, au contraire, d’une grande sensibilité. Un Ostrogoth en peinture n’aurait pas écrit les pages admirables où il s’extasie sur la beauté du Saint-Sébastien de Van Dyck, sur celle d’un portrait attribué au Guide et sur le visage céleste d’une Vierge de Memling. Les Sensations d’art, publiées en 1886, ne démentent pas ces pages. Elles sont d’un véritable artiste. En fait, Barbey connaissait et goûtait assez la peinture pour s’en souvenir lorsqu’il écrivait à Trébutien ou lorsqu’il créait ses personnages. Le 11 mai 1846, il affirme : « GERMAINE, la lente GERMAINE qui est restée si longtemps accroupie sous ses cheveux pendants et la tête dans ses mains, comme les femmes du DELUGE de MARTYN, paraîtra immédiatement après VELLINI »41. Dans Le Chevalier Des Touches, Aimée de Spens, possède « un beau front à la Monna Lisa »42. Une reproduction de la Joconde décorait même la chambre de Barbey, comme le révèle une photographie présentée par M. J.-P. Seguin43. La palette de notre auteur est celle des peintres qu’il a aimés. Comme Zurbaran, il fuit la demi-teinte. Les blancs et les noirs, les gris et les pourpres, les noirs et les orangés se juxtaposent et s’opposent. Il se souvient du vermillon-rouge de Rubens en peignant les lèvres de Madame de Mendoze. On lit en effet : « Issue d’une antique famille du Beaujolais dans laquelle un des nombreux bâtards de Philippe-le-Bon était entré, on reconnaissait au liquide cinabre de sa bouche les ramifications lointaines de ce sang flamand qui moula pour la volupté la lèvre inférieure de la lymphatique race allemande et qui depuis coula sur la palette de Rubens »44. Mais Barbey affectionne également les nuances et les couleurs qui se fondent. La même Madame de Mendoze offre « un flottant de lueurs qu’on ne saurait rendre que par un mot intraduisible, le mot anglais ETHEREAL » (2). La nitescence de son teint évoque « une fantaisie de Raphaël, tracé avec quelques merveilleux fusains sur du papier de soie couleur de chair »45. En plus des couleurs, Barbey se souvient de contours, de formes et de poses. Après avoir longuement présenté Bérangère de Gesvres, il ajoute : « Madame de Gesvres avait beaucoup trop d’esprit pour avoir de l’imagination et son corps ne languissait pas plus que les torses de Rubens »46. Cette comparaison vient donner la touche finale au portrait de Bérangère de Gesvres. C’est la signature du maître et elle nous donne la clef du tableau. Certes le portrait de Bérangère est celui d’Armance du Vallon. Mais il n’est pas toujours fidèle. Barbey pensait aux superbes femmes de Rubens lorsqu’il remarquait que son héroïne, sous une délicatesse des lignes, cachait « des organes puissants et une vitalité profonde »47. La comparaison se précise lorsqu’il parle de « l’ampleur des lignes », de « la plénitude », de l’« uberté des contours » et « des joues voluptueusement arrondies »48 de Bérangère. Il semble également qu’un ou plusieurs tableaux aient influencé ce portrait d’Yseult de Scudémor : « Elle s’arrêta, sans tourner la tête, les cils baissés et de cette impérissable noblesse dans l’attitude qu’elle ne perdait jamais, roulant toujours entre ses doigts effilés la fleur d’héliotrope qui les imprégnait de ses parfums »49. Seuls, l’attitude d’Yseult et quelques détails sont notés. Pourtant, nous nous imaginons fort bien la scène. Elle nous est en effet familière, car l’attitude d’Yseult est celle que des peintres, comme Antonio Moro50, ont donnée aux princesses et aux reines qui leur demandaient des portraits. Enfin, Barbey commence une « transposition d’art » lorsqu’il écrit : « ...ils (Hermangarde et Ryno) s’étaient placés sur le lit de repos... dans l’attitude voluptueuse et mystique que le peintre a donnée au groupe de Francesca de Rimini et de Paolo, quand ils passèrent devant l’œil du Dante, dans une vapeur mélancolique »51. Ary Scheffer et Ingres ont, en effet, peint la célèbre scène où Dante voit, dans les Enfers, Francesca de Rimini et son beau-frère Paolo Malatesta. Le tableau de Scheffer fut exposé au salon de 1835 alors que celui d’Ingres ne fut révélé au public qu’en 1855. La première édition d’Une Vieille Maîtresse est de 1851. Barbey pensait donc certainement au tableau de Scheffer.

  • 52 Lettres à Trébutien, 31 Octobre 1851, II, 197. Edition Bernouard, Paris, 1927.
  • 53 Littérature étrangère, p. 53, Lemerre, Paris, 1890.
  • 54 Anecdote citée par R. Martin. Childe Harold. Montaigne, Paris, 1949.
  • 55 J. de La Varende, p. 12, Bulletin n° 1 des « Amis de La Varende », 36, rue du Bac, Paris VIIe, Jan (...)
  • 56 Lettres à Trébutien, p. 99, vol. iv, Bernouard, Paris, 1927.
  • 57 Littérature étrangère, p. 315, Lemerre, Paris, 1890.
  • 58 Un prêtre marié, Pléiade I, p. 991.
  • 59 La Fiancée d’Abydos, p. 15, Plancher, Paris, 1816.
  • 60 Un prêtre marié, Pléiade I, p. 951.

11A cette influence de la peinture, il faut ajouter celle de la littérature. Barbey d’Aurevilly a beaucoup lu, comme en témoignent sa volumineuse œuvre critique, ses Memoranda, sa Correspondance avec Trébutien et les Disjecta Membra. Nombreuses, ses lectures furent aussi très variées. Le début du xixe siècle a connu de nombreuses éditions ou rééditions de Mémoires célèbres. Barbey n’hésita pas à lire les dix volumes des Mémoires de Mademoiselle de Montpensier. Il nous confie même, dans ses Memoranda, qu’il lisait au bain. Il ne s’est d’ailleurs pas arrêté à la seule littérature française. Lope de Vega, Dante, Goethe et Shakespeare ne lui étaient pas étrangers. Son parallèle entre Goethe et Diderot est resté célèbre. Il le conduit parfois à des jugements faux, comme il fournit aussi des remarques de génie. On sourit, on s’indigne et l’on admire à la lecture de Goethe et Diderot. Il en est d’ailleurs de même pour toute son œuvre. Parmi les ouvrages que Barbey aimait et qui l’ont influencé, il faut accorder une attention particulière aux écrits de Byron et à ceux de Walter Scott. Il s’est passionné pour leurs œuvres. N’a-t-il pas déclaré que Byron avait « empoisonné ses dix premières années de jeunesse »52 et que Walter Scott était « un immense conteur » ?53. Quel puissant attrait devait exercer la personnalité de Byron sur Barbey ! Byron était très beau et il menait une vie de grand seigneur, tout ce dont Barbey croyait être privé. Sa mère l’avait, en effet, persuadé qu’il était laid. Il en souffrit jusqu’à sa mort, tout comme il regretta son manque de fortune qui l’astreignait parfois à adoucir ses critiques pour le « Pays » et qui l’empêcha d’épouser l’Ange Blanc. Il fut sans doute séduit par les anecdotes que l’on racontait sur Byron. Ne disait-on pas que, lorsque sa mère faisait voler la vaisselle, Byron « muet de rage, la brisait entre ses dents »54 ? Barbey devait aimer aussi le tempérament sensuel de Byron. A huit ans, celui-ci aimait déjà caresser les cheveux de Mary Duff, comme le jeune Barbey « aima d’amour un buste de terre cuite au beau corsage »55. Barbey s’identifia à Byron. Le 25 mars 1856, il écrit à Trébutien : « Je vais maintenant finir mon CHATEAU comme Byron a écrit son « DON JUAN », — il en faisait quelques vers tous les jours, j’en tracerai quelques lignes et que je puisse réussir comme lui ! »56. Il ne vit rien de scandaleux ni de diabolique dans l’œuvre de Byron. Frappé, au contraire, par la pureté de certaines héroïnes de l’auteur anglais, Barbey affirme : « Byron est peut-être le plus grand poète des sentiments désintéressés et chastes »57. Aussi les Célestes de Barbey ont-elles été influencées par les personnages féminins de Byron. Lorsque Néel avoue son amour à Calixte, celle-ci s’illumine de rougeur : « Du pied à ses cheveux blonds relevés jusqu’aux attaches de son cou, ce n’était partout qu’une nuance céleste »58. Byron avait écrit dans La Fiancée d’Abydos : « Qui n’a pas éprouvé combien les mots sont insuffisants pour peindre même faiblement une seule étincelle du rayon céleste de la beauté ? »59. De même l’allusion à la Niobé de l’Antiquité se retrouve aussi souvent sous la plume de Byron que sous celle de Barbey. Enfin, « Calixte, mieux que l’Edith d’Harold, (et comme Leïla) pouvait s’appeler AU COL DE CYGNE »60.

  • 61 Lettres à Trébutien, 1er février 1857, Vol. iv, p. 273, Bernouard, Paris, 1927.
  • 62 Lettres à Trébutien, p. 110, vol. iii, Bernouard, Paris, 1927.
  • 63 La Fiancée de Lammermoor, p. 186. Œuvres de W. Scott VII, Fume. Paris, 1851.
  • 64 La Fiancée de Lammermoor, p. 180, Furne, 1851.
  • 65 Guy Mannering, pp. 41-42, Furne, 1851.

12Quant à Walter Scott, Barbey n’hésite pas à l’appeler « mon ami »61. Lorsque l’on sait que Barbey n’accordait que très rarement le titre « d’ami » aux personnes qui l’approchaient, l’on comprend que le compliment est flatteur ! Il est indéniable que Barbey ait voulu imiter Scott. Lorsqu’il prépare Le Chevalier Des Touches il déclare à Trébutien, le 13 septembre 1854 : « Ce que je cherche dans cette Etude, c’est la Réalité, une réalité à faire pâlir celle de Walter Scott ! »62. Les prophéties de la sorcière Alix, dans La Fiancée de Lammermoor, rappellent étrangement celles de la Malgaigne. Lorsque Néel eut achevé sa promenade sur l’étang du Quesnoy, en compagnie de Jean Sombreval et de Calixte, il rattrapa la vieille Malgaigne qui leur avait annoncé tant de malheurs. Elle renouvela alors ses déclarations en affirmant au jeune homme que sa mort était prochaine et que lui, Néel de Néhou, le fils du vicomte Ephrem de Néhou, ne devait pas aller au Quesnoy, chez Jean Sombreval qui n’était qu’un paysan. La vieille Alix dit de même au jeune Ravenswood : « Vous ne pouvez, vous ne devez rien avoir de commun avec eux (les Ashton) »63. Le portrait physique de cette vieille femme rappelle également celui de La Clotte et celui de La Malgaigne. Pauvre, aveugle, paralytique, comme Clotilde Mauduit, elle a aussi la taille imposante et l’air supérieur de la Grande Malgaigne. Un autre personnage de La fiancée de Lammermoor a dû influencer Barbey. Il s’agit de Lucie Ashton. Comme Calixte, ne fait-elle pas la charité dans le village et ne ressemble-t-elle pas à « un ange descendu du ciel qui n’avait rien de commun avec les simples mortels parmi lesquels il daignait habiter ? »64. Enfin, Meg Merrilies, la bohémienne, de Guy Mannering, file la laine comme la Clotte et comme la Malgaigne. Or, un symbole se cache derrière cette activité. Meg Merrilies dit, en effet, devant sa laine, en parlant du jeune Ellangowan : « Voilà un peloton, mais non d’un seul bout. De belles années, soixante-dix mesures. Mais le fil est rompu trois fois. L’enfant le renouera-t-il trois fois ? Il ne sera pas malheureux s’il y parvient »65. Barbey, pour qui tout est symbole, a certainement retenu l’explication de Meg Merrilies. La Clotte et la Malgaigne filent, comme La Parque d’ailleurs et, lorsque le fil se rompt, l’homme meurt.

13Mérimée, Alfred de Vigny, George Sand et Balzac ont égalelement influencé Barbey d’Aurevilly. Celui-ci se fait l’écho de l’engouement romantique pour l’Espagne et de la Carmen de Mérimée, lorsqu’il rédige Une Vieille Maîtresse. Un autre goût romantique explique l’attitude finale d’Hermangarde. Après avoir découvert que Ryno était revenu à Vellini, Hermangarde recommence à vivre « sans se plaindre, les lèvres fermées par un sourire résigné et une épée enfoncée jusqu’à la garde dans le sein, comme la Mater Dolorosa du Stabat ». Cette attitude rappelle le stoïcisme de Vigny que Barbey aimait beaucoup. Il admirait les vers de La Mort du Loup pour la « virilité » de leurs idées et pour la simplicité de leur expression.

  • 66 Lettres à Trébutien, p. 221, vol. i, Bernouard, Paris 1927.
  • 67 L’Amour impossible, Pléiade I, p. 75.
  • 68 Lélia, p. 201. Garnier, Paris, 1960.

14Il n’a jamais décerné beaucoup d’éloges à George Sand, car il détestait les Bas-Bleus, mais il semble, cependant, que Lélia l’ait inspiré quand il décida de peindre sa liaison avec Armance du Vallon, dans L’Amour impossible. Barbey a certainement voulu écrire une œuvre qui fût une autre Lélia. Ne déclare-t-il pas à Trébutien, le 14 mai 1841, que L’Amour impossible est « une espèce de mauvaise plaisanterie écrite pour les porteuses de manches plates » ? N’avait-il pas eu, non plus, le désir de jouer un bon tour à George Sand, en publiant Une Vieille maîtresse sous le nom d’Armance du Vallon ? Il avait confié ce projet à Trébutien, le 22 février 1845. « Je vais vous dire un secret. C’est la conspiration des Poudres. Il s’agit de faire sauter, dès le début, la réputation de George Sand. (Ecoutez ! écoutez ! Hear ! Hear !). Vous allez voir bientôt paraître dans le Constitutionnel un roman par feuilletons, signé tout au long du nom charmant, euphonique, harmonieux, idéal et vrai, du vrai nom de celle qui posa dans L’Amour impossible, sous le nom de Bérangère de Gesvres. Ce nom, vous le savez, le voici, mais cachez ma lettre, brûlez-là de vos propres mains : La Marquise Armance du Vallon. Ce roman qu’elle signe (Hear ! écoutez) est ………………………………………. ....de moi !..............................................66. « Ce roman, déclare-t-il quelques lignes plus bas, que j’écris avec la belle main de la marquise a pour titre : Une Vieille Maîtresse ». Dans L’Amour impossible, Bérangère est, comme Lélia, incapable d’aimer et comme Lélia, elle se joue de celui qui veut être son amant. Aux discours les plus passionnés de Raimbaud, elle répond « en agitant ses belles boucles brunes sur ses joues pâles avec l’air de l’incrédulité la plus positive et en lui rappelant le langage qu’il avait parlé pendant si longtemps »67. De même, Lélia avoue : « Je l’enivrais malignement de caresses douces et chastes. Je jouais avec lui comme un vautour avec sa proie. Tantôt, je le faisais souffrir et je jouissais de son mal ; tantôt je le rendais heureux avec de légères concessions »68. D’autre part, lorsque Barbey dépeint la naissance de Camille à la sensualité, son héroïne est bien proche de la Pulchérie qui, jeune encore, sent l’éveil de ses sens en regardant sa sœur endormie.

  • 69 La Duchesse de Langeais, p. 159, Pléiade, Gallimard, Paris, 1952.
  • 70 Ibid., p. 166.
  • 71 Cité par les « Cahiers aurevillyens ». N° de décembre 1936, p. 18. Imprimerie « Ouest-Eclair » - R (...)
  • 72 Séraphita, p. 86, tome XXI. Œuvres complètes de Balzac, G. Le Prat, Paris, 1956 - 1962.

15Si L’Amour impossible présente quelques analogies avec Lélia, il n’est pas, non plus, sans rappeler la Duchesse de Langeais de Balzac. La duchesse était, comme Bérangère, « une coquette aimable, séduisante jusqu’à la fin de la fête, du bal, de la soirée ; puis, le rideau tombé, elle se retrouvait seule, froide, insouciante, et néanmoins revivait le lendemain pour d’autres émotions superficielles »69. De plus, elle décide de s’attacher Monsieur de Montriveau par pure coquetterie, comme Madame de Gesvres le fait avec Raimbaud. Balzac écrit : « Ce fut une fantaisie, pur caprice de duchesse »70. Il n’est pas étonnant de rencontrer cette influence de Balzac dans l’œuvre de Barbey. Ce dernier considérait Balzac comme un génie et il le plaçait au-dessus de Byron et de Walter Scott. En plus d’un « grand poète » d’un « faiseur dans le sens antique du mot » d’un « vrai génie de création et de découverte », Barbey d’Aurevilly admirait en Balzac « un penseur d’une force et d’une variété infinies »71. Notre auteur a été séduit par la pensée politique et religieuse de Balzac. Or celui-ci était un disciple de Swedenborg. Certes, il ne connaissait que superficiellement le philosophe suédois. Mais il présenta néanmoins ses principales idées dans Séraphita. Nous lisons dans ce roman : « Après avoir mathématiquement établi que l’homme vit éternellement en des sphères, soit inférieures, soit supérieures, Swedenborg appelle Esprits Angéliques les êtres qui, dans ce monde, sont préparés pour le ciel, où ils deviennent des Anges. Selon lui, Dieu n’a pas créé d’Anges spécialement, il n’en existe point qui n’ait été homme sur la terre. La terre est ainsi la pépinière du ciel »72. Il semble que le sens donné par Swedenborg au mot « ange » est celui que Barbey sous-entend lorsqu’il nomme Madame de Bouglon « Ange Blanc » et lorsqu’il compare Calixte Sombreval à un ange.

  • 73 Lettres à Trébutien, p. 40, vol. ii, Blaizot, Paris, 1908.
  • 74 Lettres portugaises. (Le Pays, 1er février 1854).

16Barbey d’Aurevilly puise donc son inspiration dans la réalité, ou dans son imagination. Mais aussitôt qu’une héroïne se présente à ses yeux, son portrait se modifie sous l’influence de telle ou telle réminiscence. Sa « mémoire infernale » lui restitue immédiatement une impression ressentie devant un tableau ou à la lecture d’un roman. Une forme et un contour qu’il a aimés chez Rubens ou chez Léonard de Vinci, lui permettent de préciser un portrait. Une situation et un symbole qu’il a remarqués viennent augmenter l’intérêt dramatique de ses romans. Mais, là encore, Barbey d’Aurevilly n’est pas plus l’esclave de ses souvenirs qu’il ne l’est des modèles observés dans la réalité. Sa verve et son imagination transfigurent tout. Le portrait de Madame de Gesvres est celui de la marquise du Vallon, certes, mais il est idéalisé. Barbey le reconnaît lui-même dans une lettre à Trébutien, le 22 juin 185373. Vellini ressemble fort à l’idée qu’il se fait de la Portugaise, « la femme de ce pays où le soleil et la dévotion font bouillir ces têtes virginales sous leurs frais et chastes bandeaux de lin et les préparent aux incendies intérieurs et aux ravissements de l’extase »74.

17La magie du style et l’esprit qui transfigurent chaque sujet que Barbey étudie, le différencient de Walter Scott. L’un raconte et ne semble pas plus s’intéresser que le lecteur à ses histoires qui sont longues et ennuyeuses. L’autre, au contraire, est sans cesse présent derrière ses personnages. On le sent exécrer Julie la Gamase lorsqu’il nous la présente comme « un véritable et immonde escargot humain ». On devine sa sensualité lorsqu’il décrit dans L’Amour impossible « le dos vaste et nu » de Bérangère. C’est cette différence essentielle que ne souligne pas l’expression « Walter Scott normand » que l’on emploie habituellement pour désigner Barbey d’Aurevilly.

Notes

1 Lettres intimes, Lettre à P. Bourget, 19 décembre 1877, Edouard Joseph, Paris, 1921.

2 « Du dandysme et de G. Brummel », Memoranda, p. 234, Lemerre, Paris, 1887.

3 Un prêtre marié, Pléiade I, 909. Les termes soulignés par Barbey sont ici en majuscules.

4 Jean Gautier, « Barbey d’Aurevilly », ses amours, son romantisme, p. 25, P. Téqui, 1961.

5 Lettres à Trébutien, Tome II, p. 304, Bernouard, Paris 1927.

6 Cf. R.L. Boyon, Barbey d’Aurevilly amoureux et dupe.

7 Memoranda, p. 343, Bateau Ivre, Paris, 1947.

8 L’Amour impossible, Pl. I, 46.

9 Lettres à Trébutien, I, 301, Blaizot, Paris, 1908.

10 Ibid., 26 juillet 1843,1, p. 85, Bernouard, Paris 1927.

11 Figaro Littéraire, 17 décembre 1960. Premières pages — jusqu’alors inconnues — du « Journal » de Barbey d’Aurevilly, par Jacques Henry Bornecque.

12 Une vieille maîtresse, Pléiade I, p. 326.

13 Lettres à Trébutien, I, 422, Bernouard, Paris, 1927.

14 Memoranda, p. 250, Bateau Ivre, Paris, 1947.

15 Une histoire sans nom, Pléiade II, p. 278.

16 Memoranda, p. 206, Bateau Ivre, Paris, 1947.

17 Memoranda, p. 118, Bateau Ivre, Paris, 1947.

18 Une vieille maîtresse, Pléiade I, p. 219.

19 Memoranda, p. 453, Bateau Ivre, Paris, 1947.

20 Ibid., p. 270.

21 Une vieille maîtresse, Pl. I, p. 432.

22 Etudes Normandes, p. 254, n° 84, Rouen, 1957.

23 Ibid.

24 Memoranda, p. 353, Bateau Ivre, Paris, 1947.

25 Un prêtre marié, Pl. I, pp. 920-21.

26 Memoranda, p. 278, Bateau Ivre, Paris, 1947.

27 Ibid., pp. 33-34.

28 Un prêtre marié, Pléiade I, p. 1.011.

29 G. Duhamelet « La vie et la mort d’Eugénie de Guérin », p. 201, Bloud et Gay, Paris, 1926.

30 Lettres à Trébutien, p. 245, tome II, Bernouard, Paris, 1927.

31 Un prêtre marié, Pléiade I, p. 1.035.

32 Lettres à Trébutien, 19 avril 1853, tome II, Bernouard, Paris, 1927.

33 Un prêtre marié, Pléiade I, p. 951.

34 Lettres à Trébutien, p. 202, tome IV, Bernouard, Paris, 1927.

35 Figaro Littéraire, 17 décembre 1960. Premières pages jusqu’alors inconnues, du « Journal de Barbey d’Aurevilly », par Jacques-Henry Bornecque.

36 Memoranda, p. 71, Bateau Ivre, Paris, 1947.

37 L’Ensorcelée, Pléiade I, p. 635.

38 Ibid.

39 Memoranda, p. 265, Bateau Ivre, Paris, 1947

40 Memoranda, p. 265, Bateau Ivre, Paris, 1947

41 Lettres à Trébutien, I, 259, Bernouard, Paris, 1927.

42 Le Chevalier des Touches, Pléiade I, p. 784.

43 Cf. photographie n° 44 présentée par J.P. Seguin « Barbey d’Aurevilly ». Documents iconographiques, Cailler, Genève, 1961.

44 Une vieille maîtresse, Pléiade I, p. 223.

45 Ibid.

46 L’amour impossible, Pléiade I, p. 54.

47 Ibid.

48 Ibid, Pléiade I, pp. 46-47.

49 Ce qui ne meurt pas, Pléiade II, p. 398.

50 Antonio Moro, Portrait de Marie Tudor, Musée du Prado, Madrid.

51 Une vieille maîtresse, Pléiade I, p. 413.

52 Lettres à Trébutien, 31 Octobre 1851, II, 197. Edition Bernouard, Paris, 1927.

53 Littérature étrangère, p. 53, Lemerre, Paris, 1890.

54 Anecdote citée par R. Martin. Childe Harold. Montaigne, Paris, 1949.

55 J. de La Varende, p. 12, Bulletin n° 1 des « Amis de La Varende », 36, rue du Bac, Paris VIIe, Janvier 1963.

56 Lettres à Trébutien, p. 99, vol. iv, Bernouard, Paris, 1927.

57 Littérature étrangère, p. 315, Lemerre, Paris, 1890.

58 Un prêtre marié, Pléiade I, p. 991.

59 La Fiancée d’Abydos, p. 15, Plancher, Paris, 1816.

60 Un prêtre marié, Pléiade I, p. 951.

61 Lettres à Trébutien, 1er février 1857, Vol. iv, p. 273, Bernouard, Paris, 1927.

62 Lettres à Trébutien, p. 110, vol. iii, Bernouard, Paris, 1927.

63 La Fiancée de Lammermoor, p. 186. Œuvres de W. Scott VII, Fume. Paris, 1851.

64 La Fiancée de Lammermoor, p. 180, Furne, 1851.

65 Guy Mannering, pp. 41-42, Furne, 1851.

66 Lettres à Trébutien, p. 221, vol. i, Bernouard, Paris 1927.

67 L’Amour impossible, Pléiade I, p. 75.

68 Lélia, p. 201. Garnier, Paris, 1960.

69 La Duchesse de Langeais, p. 159, Pléiade, Gallimard, Paris, 1952.

70 Ibid., p. 166.

71 Cité par les « Cahiers aurevillyens ». N° de décembre 1936, p. 18. Imprimerie « Ouest-Eclair » - Rennes.

72 Séraphita, p. 86, tome XXI. Œuvres complètes de Balzac, G. Le Prat, Paris, 1956 - 1962.

73 Lettres à Trébutien, p. 40, vol. ii, Blaizot, Paris, 1908.

74 Lettres portugaises. (Le Pays, 1er février 1854).

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter