Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement du territoire

 | 
Armand Frémont
, 
Sylvain Allemand
, 
Édith Heurgon

Témoignages

La biomasse en Normandie : d’une approche rurale à une problématique urbaine

Serge Defaye

Texte intégral

1Plus de trente-cinq ans après mon arrivée à l’Association normande d’économie rurale appliquée (ANERA), en 1978, comme chargé d’études en économie et sociologie rurale, deux souvenirs émergent :

  • la découverte du bocage normand, que l’on appelle parfois forêt linéaire, paysage jardiné entretenu avec soin par une population laborieuse et dure à la tâche, qui quelques années plus tard allait lâcher prise ;

  • le traumatisme de l’exode pour les ruraux, immigrés de l’intérieur, quittant leur village de la Manche ou du Calvados pour s’embaucher dans les usines (ou le bâtiment) de l’agglomération caennaise.

2Sociologue, observateur de ce bouleversement du monde rural, parfois voulu mais le plus souvent subi, et bien incapable de l’influencer, j’ai décidé (après une expérience de formation d’adultes ruraux passionnante avec Armand Frémont) de n’être pas seulement observateur, mais de tenter d’être aussi acteur du changement, à contrecourant des orientations modernistes et productivistes dominantes depuis le début des années soixante. Pour cela, j’ai pris un angle d’action très particulier : la valorisation énergétique et agronomique des sous-produits et déchets agricoles, et plus tard forestiers. Cette démarche s’inscrivait dans la perspective qualifiée alors par Jacques Poly, directeur général de l’INRA, d’agriculture « plus économe et plus autonome ».

3Dans l’intervalle des chocs pétroliers de 1973 et 1979, le monde politique, l’opinion publique et les professionnels de tous horizons étaient saisis par la psychose de la pénurie d’énergies fossiles et de la flambée des prix. La contestation de la centrale nucléaire de Flamanville et du passage des lignes à haute tension au-dessus des communes rurales de la Manche allait bon train.

4Marchésieux, avec son maire agriculteur Léon Ourry, deviendra le terrain d’expérimentation de deux opérations de production d’énergie à partir de biomasses agricoles. Expériences très (trop) médiatisées qui reçurent des milliers de visiteurs… jusqu’au congrès des économistes ruraux en 1981, entre les deux tours de la présidentielle. Marchésieux comptait alors 80 fermes d’élevage laitier (toutes chauffées aux bûches). L’affourragement était basé sur la prairie permanente avec du maïs d’ensilage en complément du foin pendant la période de stabulation. Les fumiers de bovins constituaient le mode de fertilisation prédominant. Les agriculteurs de Marchésieux furent passionnés par le « gaz de fumier » et le « petit bois » (branches d’élagage broyées et brûlées dans une chaudière à alimentation automatique). Après tout, il suffisait de remonter trente ans en arrière, avant l’arrivée de la « lumière » et du tracteur à la campagne, pour retrouver une économie d’autosuffisance fondée sur le tout renouvelable, aussi bien pour les usages professionnels que domestiques (matériaux, énergie…).

Succès d’opinion / échec pratique

5Trois facteurs ont mis à mal le projet collectif engagé dans l’enthousiasme par les agriculteurs de Marchésieux, à la charnière des années 1970-1980 :

  • la taille des opérations d’abord. L’échelle n’était pas adaptée à la complexité des technologies et à la rentabilité des investissements à consentir, et ce, bien qu’une partie des travaux ait été réalisée en autoconstruction. Small is beautiful disait-on alors en réaction contre le gigantisme des centrales nucléaires et des raffineries de pétrole. La production / distribution de biogaz ou de chaleur à l’échelle domestique ou d’un bâtiment public communal s’est avérée techniquement et économiquement beaucoup plus délicate qu’envisagée par des économistes / sociologues ou des agronomes qui manquaient cruellement de compétence en énergétique ou en mécanique des fluides. Des réalisations de taille modeste sont envisageables, mais dans le cadre de programmes régionaux intégrés, avec beaucoup de moyens humains et financiers… et du temps. C’est une illusion de croire à la propagation en tache d’huile d’une opération exemplaire, par simple effet d’imitation !

  • les quotas laitiers ensuite. La crise de surproduction laitière et les contingentements qui en ont résulté ont traumatisé les éleveurs de l’Ouest, conforté les uns dans une logique productiviste (agrandissement des surfaces à tout va et course aux rendements) et découragé les autres (les plus vieux ou sans successeur) qui ont baissé les bras. À Marchésieux, vingt-cinq ans plus tard, ne subsistent que douze fermes d’élevage : on ne regarde pas l’avenir et on n’appréhende pas la gestion de l’espace de la même façon à quatre-vingts sur des fermes de 15 à 20 ha, ou à une dizaine à la tête de cheptels et de surfaces bien plus importants ;

  • le contre-choc pétrolier de 1986, enfin. La guerre des prix entre producteurs et consommateurs a abouti à une division par 2,5 des coûts d’approvisionnement en pétrole brut et à un effondrement du prix du fioul domestique et du gaz naturel pendant une quinzaine d’années. L’alternative (artisanale et locale de surcroît) au fossile et au fissile devenait une chimère, à partir du moment où les investissements et la maintenance (y compris par de la main-d’œuvre familiale) devenaient prohibitifs, comparés aux gains sur l’achat de combustible commercial ou d’électricité.

6Marchésieux n’a pas été suivi d’effets, du moins en Normandie, mais a été riche d’enseignements.

La traversée du désert (1986-2000)

7L’équipe de Biomasse Normandie, constituée en 1983, a entamé alors une longue traversée du désert (avec bien des difficultés mais le soutien indéfectible de l’ADEME et de la région Basse-Normandie qu’il convient ici de remercier) et a finalement réorienté l’axe de ses travaux en direction… des villes !

8La perspective stratégique à long terme demeurait le renforcement du poids des territoires et de la population rurale en tant que producteur/distributeur d’énergie et bien sûr comme utilisateur prioritaire de ces ressources locales. Mais le détour par les agglomérations urbaines qui concentrent 80 % de la population, donc des besoins (du pouvoir de décision, des moyens financiers…), devenait incontournable.

9Après une première tentative d’innovation technologique (mise au point d’un prototype de chaudière automatique au bois) pour essayer de surmonter les difficultés rencontrées, Biomasse Normandie est allée voir par-delà les frontières ce que faisaient nos voisins, en particulier autrichiens. Un peu comme les « bocains » qui regardent par-dessus la haie avant d’agir ! Là-bas, les pratiques étaient fort différentes des nôtres : les Autrichiens faisaient ce que nous avions rêvé de faire, dans un contexte énergétique et économique similaire, mais dans un cadre géopolitique très singulier, caractérisé par le maintien de l’équilibre ville/campagne et la revendication par les élites et la population d’une citoyenneté écologiste intransigeante. Au début des années 1990, le directeur de la Chambre d’agriculture et de sylviculture de Styrie publiait par exemple un ouvrage sur Le rôle de l’agriculture et de la forêt dans la lutte contre l’effet de serre, avant le sommet de la Terre de Rio (1992), à un moment où en France les milieux spécialisés découvraient le sujet.

10Depuis vingt ans en Autriche, des centaines de chaufferies bois associées à des réseaux de chaleur communaux desservent les habitants des petites villes et des bourgs ruraux. À cela, il convient d’ajouter une collecte sélective des déchets organiques et non organiques associée à un traitement biologique (méthanisation, compostage), une diffusion massive du solaire thermique, des systèmes de récupération d’eau de pluie…

11Confrontée aux difficultés de diffusion des énergies renouvelables en milieu rural, mais stimulée par l’exemple autrichien, Biomasse Normandie a pris un virage radical (mais circonstanciel) au début des années 1990 (peut-être mal compris à l’époque par nos premiers soutiens), en concentrant ses efforts sur l’étude et la mise en œuvre :

  • de chaufferies bois de forte puissance associées à des réseaux de chaleur dans des villes moyennes ;

  • d’unités semi-industrielles de traitement des biomasses humides urbaines (boues d’épuration, fraction organique des ordures ménagères, déchets verts, bois d’élagage et de rebut…).

12Pragmatiques, nous constations que les débouchés (et une partie des ressources) se trouvaient dans les villes et que la biomasse ne devait pas s’enfermer dans le périmètre étroit de circuits courts bouclés sur eux-mêmes.

Années 2000 : nouvelle dynamique énergétique et environnementale

13Soulignons d’abord que l’accueil des élus urbains, à un moindre degré de leurs services techniques (pour ne rien dire des gestionnaires de logements collectifs et d’équipements publics), a été d’emblée plutôt ouvert, ce qui conduira dix ans plus tard au succès de solutions qui auront mis finalement trente ans à s’imposer.

14La dynamique apparue à la fin des années 1990 s’est accélérée au tournant des années 2000. Elle s’explique de plusieurs façons :

  1. Après une longue phase déprimée, le prix du pétrole et des matières premières s’est orienté à la hausse à partir de 2000, avec une forte accélération entre 2004 et 2006. Dans le domaine de l’énergie, c’est le prix directeur du baril de pétrole qui fixe la règle du jeu.

  2. En Normandie, les élus en charge des petites villes sont souvent des êtres hybrides, tournés vers la métropole régionale et la modernité mais parallèlement profondément attachés à l’arrière-pays rural. Peut-être la chaufferie bois à alimentation automatique est-elle apparue comme un compromis entre ces deux cultures, alors qu’elle était perçue comme un retour en arrière par des maires ruraux. Cette appréciation vaut aussi pour des filières biologiques, comme le traitement des déchets organiques par méthanisation/compostage.

  3. Dans les villes moyennes, la taille critique des projets (300 à 500 équivalents logements) et l’externalisation du mode de gestion (délégation de service public systématiquement proposée) en garantissant le résultat ont permis aux élus locaux d’adopter une solution sans risque, à retombées multiples (maîtrise des charges de chauffage, mobilisation d’une ressource locale, création d’emplois…).

  4. Les questions environnementales globales (effet de serre) et locales (entretien des espaces boisés, recyclage des déchets…), totalement ignorées quinze ans plus tôt, ont surgi à la une de l’actualité. Comme le transport collectif dans les grandes agglomérations, l’utilisation de la biomasse constitue une déclinaison de cette problématique, bien adaptée à une région où urbanité et ruralité coexistent dans le fond culturel commun.

15Une dizaine de chaufferies bois et de réseaux de chaleur ont ainsi été créés dans les villes bas-normandes entre 2000 et 2005. Une dizaine d’autres projets verront le jour sous deux ans avec un essaimage vers la Haute-Normandie. En Basse-Normandie, la citadelle de Guillaume le Conquérant résiste, mais elle est cernée par deux réalisations à Bayeux, une à Vire, Falaise, Lisieux (bientôt à Aunay-sur-Odon, Hérouville-Saint-Clair, Thury-Harcourt…).

16Une entreprise régionale d’approvisionnement en combustibles bois (Biocombustibles SA) a été créée au milieu des années 1990. Elle regroupe une quarantaine d’actionnaires (scieurs, collecteurs de déchets, associations d’insertion…). Après un démarrage assez lent, cette entreprise collecte et distribue désormais près de 200 000 tonnes de bois par an et étend son champ d’intervention vers la Haute-Normandie et la Picardie.

17Par ailleurs, des ouvrages et équipements de traitement biologique de déchets verts, de boues d’épuration… se multiplient.

Quel impact sur l’aménagement de l’espace et les relations ville/campagne ?

18En premier lieu, soulignons que les projets ont changé d’échelle, mais n’ont pas été délocalisés à proprement parler. On ne quitte pas le bocage en allant de Marchésieux à Coutances. La banalisation des réalisations dans les petites villes, qui relève peut-être d’un compromis modernité / ruralité, a un effet d’entraînement stimulant sur les bourgs environnants. Ceux-ci se déclarent intéressés par des solutions qu’ils avaient boudées précédemment. Le maillage du territoire par des plates-formes de conditionnement/stockage de bois et de compostage des déchets organiques est source d’activités et d’emplois directs et induits, équitablement répartis dans l’ensemble de l’espace bas-normand. Les ruraux au sens large, habitants des petites villes compris, s’approprient la problématique de l’environnement qui a été longtemps l’apanage, au moins idéologique, « des urbains déracinés ».

19Notre fenêtre de tir paraîtra étroite à certains. Elle ne bouleversera pas les évolutions majeures, positives ou négatives, qui ont affecté la société rurale normande depuis quarante ans. L’utilisation rationnelle et raisonnée de la biomasse agricole et forestière ne fera pas revenir dans leurs villages les 15 à 20 000 ruraux bas-normands qui les ont quittés entre 1960 et 1985, chiffre correspondant approximativement aux emplois détruits dans l’industrie et le bâtiment au cours des quinze ans qui ont suivi. Mais cela va plutôt dans le bon sens, à contre-courant de l’exploitation forcenée des ressources non renouvelables, de la destruction/abandon des écosystèmes forestiers et bocagers, des pollutions généralisées des milieux terrestres et aquatiques… Peut-être cela contribuera-t-il aussi à contrarier (retarder ?) la concentration urbaine et la désertification des territoires ruraux (qui n’affecte, hélas, pas que la Basse-Normandie), car ces phénomènes contiennent en leur sein les bombes à retardement que nous ont léguées les mauvais apôtres des « Trente Glorieuses ».

Auteur

Président du Comité interprofessionnel du bois énergie (CIBE), consultant en énergie renouvelable

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540