Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement du territoire

 | 
Armand Frémont
, 
Sylvain Allemand
, 
Édith Heurgon

Témoignages

La ville nouvelle du Vaudreuil, trente ans après

Pierre Troude

Texte intégral

1À travers cette contribution, je veux répondre à l’invitation qui m’a été faite de dresser un bilan de la ville nouvelle du Vaudreuil dont j’ai dirigé l’établissement public aménageur (de 1975 à 1982). Ville nouvelle où j’ai conservé ma résidence familiale jusqu’en 1990, avant de rejoindre Granville en entrant au Conseil municipal, pendant trois mandats successifs.

2Les zones d’ombre ne sauraient estomper les zones de lumière, et les réussites, comme les échecs, doivent apparaître dans ce bilan. Qu’il me soit donc permis, au préalable, d’exprimer un double sentiment :

3- un sentiment de gratitude vis-à-vis des organisateurs de ce colloque, qui ont eu le souci d’inscrire la ville nouvelle – la seule construite en Normandie – au titre des « grands chantiers » de l’aménagement du territoire ;

4- un sentiment de reconnaissance personnelle vis-à-vis des « pères spirituels » de cette ville nouvelle, présents à ce colloque et dont je veux vaincre la modestie :

  • Jean-Eudes Roullier, le secrétaire général du Groupe central des villes nouvelles (cinq en couronne parisienne contre quatre en province, il est bon de le rappeler). Sans son soutien, sans son engagement personnel auprès des ministères et des préfets, le Vaudreuil – ville nouvelle – n’aurait pas survécu à la période « morose » des années 1978-1980, lors de la mise en cause d’une ambition que beaucoup, en Haute-Normandie, ne partageaient plus… à cette époque !

  • Jean-François Gay, agrégé de géographie, le Havrais, qui, pendant tant d’années, a inspiré et programmé les réflexions du schéma d’aménagement de la Basse-Seine, pour participer ensuite à la mise en œuvre effective, dans le cadre de la Mission Basse-Seine, de la cellule Environnement de l’établissement public, tout en animant avec talent et pugnacité la revue Études normandes, éditée et renouvelée pendant des décennies.

5Avant de formuler les critiques, je propose un bref recul dans le temps, afin de mieux cerner les erreurs commises – certes peu décelables à l’époque – et pour rappeler des ambitions légitimes de cette même époque.

6Je rappelle, en premier lieu, le motif déterminant qui a justifié la mise en place de ces neuf villes nouvelles : réduire la pression subie par les villes existantes, tout au long des Trente Glorieuses en raison d’une croissance démographique qui se maintenait… depuis les années de l’immédiat d’après-guerre. Au schéma d’aménagement de l’Île-de-France qui prévoit, à Mantes-Sud, une sixième ville nouvelle, s’ajoutant aux cinq déjà programmées, répond le schéma d’aménagement de la Basse-Seine confronté aux arbitrages et aux choix nécessaires pour organiser l’espace urbain d’un « Grand Rouen » condamné à partir des années 1945-1965 à la perspective, dans les vingt années à venir, du million d’habitants.

7« Accueillir Paris sans le subir », telle est la « potion magique » qui permet aux Hauts-Normands, sous l’impulsion de leur préfet Pierre Chaussade, de porter la contradiction au schéma parisien, de faire annuler le projet Mantes-Sud, et de proposer, au Vaudreuil, à 20 km en amont de Rouen une ville nouvelle, destinée à accueillir de 60 à 80 000 habitants, avant l’an 2000. Certes, au moment même de sa naissance officielle « à Vaudreuil », annoncée par le ministre M. Marcellin en juillet 1967, les premiers signes d’affaiblissement des taux de natalité apparaissent. Mais, personne, à Paris, ni dans les ministères, ni à l’INSEE, n’y prend garde. Aucun signal de précaution, aucun appel à la prudence, ni à la remise en cause, même partielle, des projections démographiques retenues pour la fin du siècle par le simple prolongement des taux de naissance des Trente Glorieuses. C’est pourquoi, à Rouen comme à Paris, la mise en application du schéma Basse-Seine ne fait l’objet d’aucune réserve. La Mission d’études Basse-Seine s’installe à Rouen puis, à partir de 1972, sur le site même du Vaudreuil, dans le département de l’Eure, en limite de la commune de Lery, à mi-distance entre Louviers et les écluses de Poses et à proximité immédiate de l’Eure, non loin de son confluent avec la Seine.

8En 1975, au moment de ma prise de fonctions, le Groupe central me confie une double mission :

  • dissiper en premier lieu les « réserves » exprimées non pas à Rouen, mais à Évreux, au sein du Conseil général, en écho aux doléances des élus municipaux des cinq communes situées sur le site de la ville nouvelle, ainsi que de celles du député et des élus de la ville voisine de Louviers, tous inquiets de l’implantation, à leur porte mais hors de leur territoire, d’emplois nouveaux ;

  • ne pas faire une « ville au rabais », ce qui exige de mettre en œuvre, sans plus attendre le germe d’une ville, cette centralité appelée à devenir « cœur de ville », en la dotant des logements, des équipements publics structurants, indispensables pour accueillir les nouveaux résidents. Les emplois nouveaux seront en revanche reçus sur des sites périphériques et en premier lieu notamment aux abords de Louviers idéalement desservis par l’autoroute de Normandie.

9Maintes et maintes fois, je ferai donc auprès des préfets et des élus le rappel que, grâce à l’appui incessant du Groupe central, les dotations et subventions de l’État en faveur de la ville nouvelle sont attribuées « hors enveloppe », avant la répartition des crédits de l’État qui s’effectuait dans le cadre de la « conférence administrative régionale ». Les crédits « ville nouvelle » sont donc « en sus » et non en soustraction des crédits délégués par l’État à la Région et aux collectivités en place. De surcroît, ces crédits « ville nouvelle » non seulement bénéficient à celle-ci, mais sont également attribués aux cinq communes périphériques. Ces dernières, pendant plusieurs années, recevront au titre de « compensations » souvent réclamées avec vigueur, d’imposants équipements, en matière de voirie et d’assainissement, notamment.

Fig. 1 – Le Vaudreuil dans la Basse-Seine

Fig. 1 – Le Vaudreuil dans la Basse-Seine

Fig. 2 – Schéma d’aménagement du grand Rouen

Fig. 2 – Schéma d’aménagement du grand Rouen

10En bref, les années 1975-1980 sont consacrées à l’exécution de ces deux missions. La méfiance se dissipe, localement, ce qui permet de passer le cap de cette période « maussade » et de mener de front, année après année, le triptyque « emplois, logements, équipement » mais avec un recalage des objectifs et la réduction des perspectives résidentielles : 25 000 habitants constituant désormais une prévision raisonnable, pour la dernière décennie.

Avec le recul du temps, quatre erreurs décelables

11Ce rappel fait, venons-en aux critiques, mais aussi aux réussites de la ville nouvelle. Les erreurs sont au nombre de quatre, tout comme les réussites.

12Première erreur, à mon sens, que j’exprime avec mon expérience ultérieure de dix-huit années de mandat municipal à Granville : la singularité du choix juridique constituée au Vaudreuil par la création, sur le site, d’une entité communale nouvelle, « l’ensemble urbain », dont la territorialité intrinsèque résulte de l’écartèlement des limites communales des cinq collectivités déjà existantes sur le site. Certes, l’espace était quasi dépourvu d’habitants, ce qui était de nature à justifier cet écartèlement. Mais la dépossession des Communes concernées allait nourrir, avec l’aigreur liée à la défense du « chez-soi », la campagne et les exigences des « compensations » que je viens d’évoquer…

13À la réflexion – « l’ensemble urbain » constituant le seul « cas d’école » – la superposition des compétences, réalisée pour les huit autres villes nouvelles dans le cadre des syndicats communautaires d’aménagement (SCA), m’apparaît préférable à la juxtaposition des compétences, provoquée par la mise en place au Vaudreuil de la nouvelle collectivité territoriale. En Normandie, autant, voire plus qu’ailleurs, la dépossession de son bien ne reçoit pas facilement l’assentiment ! De surcroît, le Conseil municipal de la nouvelle entité n’a pu, à l’évidence, se forger ses convictions et prendre en mains son destin que par un appel renouvelé aux dotations d’un État, créateur de la nouvelle entité communale, aux dépens de ses voisins. En bref, une « pesanteur sociologique », source de conflits lents à dissiper et qui auraient, à mon sens, pu être évités par le maintien des structures communales en place déléguant de façon progressive à un SCA les compétences liées à l’essor de la ville nouvelle.

14Deuxième erreur, exprimée toujours avec le recul du temps, sur le choix topographique de l’implantation du germe de ville, retenant des terrains, certes vierges de toute occupation, mais situés en partie basse au bord de l’Eure, et non pas sur le dénivelé des pentes qui ourlent les lisières du massif de la forêt de Bord dont la crête domine les méandres de l’Eure puis la courbe de la Seine.

15Conséquence immédiate de ces choix d’espaces plats, au bord de l’Eure : la présence à très faible profondeur d’une nappe phréatique, excellente pour l’utilisation des pompes à chaleur eau/eau, permettant de doter les équipements publics, tels qu’une piscine, mais… très contraignante pour réaliser les fondations d’immeubles, même sur de faibles niveaux. En bref, dominés par la crête naturelle de la forêt de Bord, les espaces cultivés, sis en lisière sud et est, auraient permis un étagement urbanistique plus propice à la diversification des quartiers et des modes résidentiels de vie.

16Troisième erreur : la centralité, l’ambition de réaliser en première phase un « germe de ville », un « cœur de ville », alors que, dans les autres villes nouvelles, l’urbanisation se fait quartier par quartier, avant de nouer les fils des entités existantes pour réaliser, ensuite, la nécessaire centralité d’une urbanisation menée à son terme.

17Que d’articles dans la presse, que de professions de foi et de manifestes ont précédé la concrétisation, sur le terrain, du « germe de ville » et de son maillage rectangulaire. Choix audacieux, ambition légitime prônée par des architectes-urbanistes, avec foi et talent, et partagée par mon prédécesseur, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, comme par moi-même, transpercé que j’étais par la rigueur du raisonnement, mais, hélas, confrontée à l’implacable leçon des faits liés – il faut le rappeler – à l’affaissement démographique : la nouvelle décennie permettait aux résidents de faire désormais sur le site choix d’habitat et non plus de retenir la « maison de ville » pour solution immédiate de leur implantation.

18La quatrième et ultime erreur renforce le constat de l’échec de la centralité. Dans ce « cœur de ville » des raisons financières – le recours « hors enveloppe » aux crédits HLM – et sociales – loger en priorité les non-pourvus – conduisent à la forte dominante d’un habitat collectif, réalisé à 90 %, grâce aux dotations HLM. L’originalité des « maisons de ville », desservies par une hiérarchisation sur deux niveaux des voies d’accès, et par un lacis de rues piétonnes dominant des « coulées vertes », loin de constituer l’attractivité d’une « ville à la campagne », a provoqué une ségrégation des clientèles et une très préoccupante absence de mixité.

19En bref, l’ambition qualitative d’un « germe de ville » n’a pas répondu à la cohérence du schéma de développement, voulu par ses concepteurs. Force est de tirer la leçon des faits. Puissent les aménageurs d’aujourd’hui réfléchir aux impératifs de la mixité sociale en vue d’obtenir une répartition, aussi harmonieuse que possible, des modes d’habitat afin de provoquer une attractivité auprès de clientèles diversifiées. C’est la seule solution, à mon sens, pour aboutir à cette communauté d’esprit… et d’intérêt, au sentiment d’appartenance à « sa » ville.

… mais aussi quatre réussites

20Après ce constat, sévère mais aussi objectif que possible, des erreurs commises, j’en viens aux réussites de la ville nouvelle que j’incite le lecteur à aller visiter… en prenant la sortie « Louviers – Val-de-Reuil » de l’autoroute de Normandie.

21Première réussite, essentielle à mes yeux : la réalisation, dès 1975, des « parcs industriels ». Réussite quantitative : plus de 5 000 emplois ont ainsi été créés, depuis la décision de la DATAR (et de Jérôme Monod en personne) d’implanter à Incarville, aux portes de Louviers, les laboratoires de l’Institut Pasteur consacrés à la production de vaccins. Au fil des années, la filière pharmaceutique « haut de gamme » a prospéré avec les implantations successives de Janssen, Glaxo, Upjohn, Pharmitalia pour aboutir en 1996 au lancement d’un « Pharmaparc », véritable campus voué à l’implantation de fournisseurs de l’industrie pharmaceutique tels que les entreprises Valois et Glaxo. Ce Pharmaparc est administré par un syndicat intercommunal associant les deux communes, le Vaudreuil et Val-de-Reuil.

22Mais d’autres implantations sont à citer, notamment, dès 1982, le transfert d’Issy-les-Moulineaux sur la ville nouvelle du laboratoire d’expérimentation de la Défense nationale consacré aux modèles, à échelle réduite, pour les carènes et les profils d’hélice, de proues et de poupes. Deux bassins d’essais ont été creusés, sur place, l’un circulaire, le second longitudinal, sur 800 mètres. Au niveau européen, ce bassin d’essais s’inscrit déjà au meilleur rang.

23Réussite qualitative, ensuite, que l’on peut constater dès l’origine également. Elle résulte de la formule, imaginée et mise en œuvre dès 1974 à Incarville par l’équipe de l’établissement public, formule homologuée par un cahier des charges type déposé au ministère de l’Équipement : la clause principale du parc industriel étant le maintien de 50 % des superficies en espaces verts, et l’entretien de ces superficies non pas par la collectivité, mais par une Association syndicale des industriels implantés. Les autres parcs industriels de la ville nouvelle, à Saint-Pierre-du-Vauvray et aux Portes du Vaudreuil, ont eu les mêmes caractéristiques.

24Deuxième réussite : la qualité des équipements publics, insérés dans le germe de ville : le collège Alphonse-Allais, mis en service dès l’arrivée des premiers résidents, en 1976 ; le Foyer des jeunes travailleurs, à proximité immédiate et qui reçoit dès son ouverture les réfugiés cambodgiens, pris en charge par France Terre d’asile ; la piscine, bassin couvert de 50 mètres bénéficiant de l’efficace démonstration de la pompe à chaleur eau/eau ; la gare SNCF, desservie par un pont lancé sur l’Eure et qui, dix ans plus tard, connaît la quatrième fréquentation en voyageurs des gares de Haute-Normandie ; l’espace pénitentiaire, dont les installations de formation et de pratique des sports sont citées en exemple. Enfin, la remarquable transformation des Sablières, au pied de la Côte des Deux Amants permettant l’aménagement progressif d’une base de plein air, avec bassin olympique pour la voile, sous toutes allures de vent, une traille aménagée pour l’initiation au ski nautique et la création d’un golf public de dix-huit trous. Résultat : une fréquentation, l’été, de milliers de pratiquants venus de l’Eure comme de Seine-Maritime et d’Île-de-France.

25Troisième réussite : la maîtrise foncière du site, assurée, avant, pendant et après l’essor de la ville nouvelle par les interventions de l’établissement public de la Basse-Seine dont l’originalité et l’efficacité des opérations, exclusivement foncières, sont à inscrire à l’actif du schéma Basse-Seine, et de ses pères créateurs : Pierre Chaussade et Pierre Poinsignon. Sur le site du Vaudreuil, la procédure de la « zone d’aménagement différée », conduite sur 4 200 ha avant la mise en place de l’établissement public, a démontré toute son efficacité : en amont, pour annihiler toute spéculation, en aval, pour permettre la rétrocession des terrains, à l’issue du délai de préemption, et leur remise sur le marché foncier.

26Quatrième réussite : la ville nouvelle s’est donné un nom « Val-de-Reuil », parce que l’histoire a contribué à la notoriété de ses terrains d’emprise. Ce n’est pas légende que de rappeler que le roi Dagobert y chassa, que le roi saint Louis vint y rendre justice et que la rivalité des deux reines, Brunehaut et Frédégonde, eut pour champ clos la « voie Blanche », désormais l’axe nord-sud traversant la ville nouvelle de Lery au Vaudreuil.

27Ainsi, pétrie d’histoire et d’une toponymie, de ses rues et de ses voies d’accès qui y font référence, la ville nouvelle change d’image. Il convient désormais de confirmer l’audace de ses concepteurs, mais en modifiant sa modernité. L’urbanisme de « dalle » a vécu. L’urbanisme de classe également. Il ne s’agit pas d’un « défi manqué », ni d’une invention de « technocrates », mais, désormais d’une vraie ville nouvelle, remarquablement équipée et dont les habitants éprouvent – trente ans après – la fierté d’y résider.

28Pour conclure, j’exprime ma fierté d’avoir participé, huit années durant, à son essor, et ma joie d’y avoir vécu, en famille, pendant quinze ans.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le Vaudreuil dans la Basse-Seine
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 2 – Schéma d’aménagement du grand Rouen
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 433k

Auteur

Inspecteur général honoraire de l’équipement, ancien maire-adjoint de Granville chargé des affaires économiques et maritimes, il a travaillé sur le projet d’aménagement de la ville nouvelle du Vaudreuil.

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540