Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement du territoire

 | 
Armand Frémont
, 
Sylvain Allemand
, 
Édith Heurgon

Témoignage

Cinquante ans d’aménagement du territoire universitaire, regard rétrospectif

Armand Frémont

Texte intégral

1L’université, avec la recherche, est devenue maintenant une des composantes essentielles de l’aménagement du territoire. Dans les derniers Contrats de plan État-Région, les investissements qui lui sont consacrés tiennent le deuxième rang, juste derrière les grandes infrastructures de transport. Il n’en fut pas toujours ainsi. Un long chemin a été parcouru depuis la Seconde Guerre mondiale pour arriver à un tel résultat, et il semble loin d’être parvenu à son terme. Pour en donner un aperçu, plutôt qu’une analyse historique déjà plusieurs fois esquissée, je préfère, en sept séquences, présenter un témoignage et un commentaire fondés sur mon expérience personnelle, puisque les choix et les hasards d’une carrière m’ont conduit à rester pendant quelque cinquante années un acteur ou un témoin de cette évolution.

1951-1953 : l’université de Caen rue Caponière : le dénuement après la guerre

2Le 7 juillet 1944, dans les derniers jours de la bataille de Caen, clef de voûte de la bataille de Normandie, l’université de Caen brûle. Elle était installée dans un immeuble de la rue Pasteur, tout près du centre de la ville, trois bâtiments classiques donnant sur une cour, un ensemble de l’importance d’un grand lycée sans majesté particulière. Elle est réduite en cendres, rien ne pouvant être sauvé. Caen, ville martyre, assez modeste chef-lieu de département de 54 000 habitants avant la guerre, va-t-elle perdre son université et les fonctions qui lui sont liées ? La question est posée et elle relève déjà de l’aménagement du territoire universitaire. Caen est une des très vieilles universités françaises, mais non cependant la plus ancienne. Elle fut créée pendant la guerre de Cent Ans, en 1432, sous l’autorité du roi anglais Henri VI et du régent, le duc de Bedford, dans une certaine mesure contre la Sorbonne créée quelque deux siècles plus tôt. Après 1432, il fallut attendre encore une dizaine d’années la bulle du Pape qui devait consacrer la présence de l’université en Normandie… Les péripéties de cette fondation symbolisent bien ce qui allait devenir une constante du territoire universitaire en France : la prééminence historique de Paris, la modestie des implantations en province, particulièrement dans l’ouest et le centre de la France. En 1944, lorsqu’elle succombe, l’université de Caen est une toute petite université. Elle ne comptait que 800 étudiants avant la guerre. Elle arrivait tout juste avant celle de Besançon, la plus modeste. Mais les grandes universités de province de l’époque, comme Bordeaux ou Toulouse, ne dépassaient guère les 2 000 à 5 000 étudiants, alors que Paris en comptait plus de 30 000 sur un total de 80 000.

Fig. 1 – L’université de Caen en 1939 (700 étudiants)

Fig. 1 – L’université de Caen en 1939 (700 étudiants)

Fig. 2 – L’université de Caen en flammes, 7 juillet 1944

Fig. 2 – L’université de Caen en flammes, 7 juillet 1944

3On comprend mieux ainsi que la question ait pu réellement se poser de savoir s’il fallait ou non reconstruire l’université de Caen après sa destruction en 1944. Sans l’avoir particulièrement étudiée, j’imagine, avec l’éclairage de mes expériences ultérieures, ce que fut la controverse entre réalistes et utopistes. Les réalistes, probablement dans l’administration ministérielle, devaient trouver là une bonne occasion de simplifier la carte universitaire, d’éliminer une université de seconde ou même de troisième zone, de concentrer l’effort sur l’essentiel et le meilleur, c’est-à-dire sur Paris, particulièrement en période de difficultés budgétaires. Les utopistes, portés par les espoirs de la Libération, imaginaient ce qu’une université renaissante pouvait apporter à une vaste région, d’autant que l’académie de Caen s’étendait alors sur sept départements sans aucune autre implantation universitaire (les actuelles régions de Basse et de Haute-Normandie ainsi que le département de la Sarthe). Sous l’impulsion d’un grand recteur, qui avait été préfet de la Libération à Caen, Pierre Daure, les utopistes l’emportèrent. Derrière cette question s’en profilait une autre, toujours actuelle… Une conception très élitiste de l’université s’accommode bien de la concentration des établissements d’enseignement supérieur. Pour former des médecins, des juristes et quelques professeurs, les ingénieurs étant réservés aux grandes écoles, point n’est besoin en effet du grand nombre, surtout dans une société normande composée alors de paysans et d’ouvriers sans qualification particulière et sans forte exigence d’éducation. Au contraire, les utopistes percevaient dans la croissance universitaire des promesses de démocratisation et de développement économique.

4La première pierre de la nouvelle université de Caen fut posée en 1953 et l’inauguration eut lieu très solennellement en 1957, symbolisant la renaissance de la ville. En attendant, les étudiants étaient accueillis dans les locaux de l’École normale d’instituteurs rue Caponière. Ils étaient alors au nombre de 1 400, soit plus qu’avant la guerre. Époque héroïque, pittoresque, chaleureuse et très inconfortable, où tous s’entassaient dans les bâtiments improvisés d’une ville en ruines. C’est ici que je fis mes premières armes d’étudiant de géographie entre 1953 et 1956, sans rien voir des enjeux, tel Fabrice à Waterloo.

1960-1984 : l’université de Caen renaissante, ou la croissance sans développement

5Entre 1960 et 1984, je suivis à l’université de Caen le cursus classique d’enseignant, d’assistant à professeur. Je fus même pendant quelques années, à partir de 1975, vice-président de l’université et membre du Comité économique et social de Basse-Normandie (CES). J’enseignais la géographie et l’aménagement du territoire. En 1981, je présidais les Assises régionales de la recherche. J’étais très engagé dans la vie de la cité.

Fig. 3 – Le campus de l’université de Caen dans les années 1960

Fig. 3 – Le campus de l’université de Caen dans les années 1960

6La croissance des effectifs étudiants était le phénomène majeur de cette époque. La nouvelle université avait été ambitieusement conçue par Pierre Daure et ses collaborateurs pour environ 10 000 étudiants tout au plus. Elle en comptait autour de 15 000 dans les années soixante-dix, en attendant le double dans les années quatre-vingt-dix. De ce point de vue, les utopistes ne s’étaient pas trompés. En parallèle s’effectuait une large démocratisation de l’enseignement supérieur où l’on voyait apparaître, en plus d’un recrutement classique, des enfants de paysans du Bocage ou quelques fils ou filles d’ouvriers. Cette croissance était à la mesure d’un mouvement général en France où le nombre total des étudiants passait de 300 000 en 1960 à 850 000 en 1970 et à 1 180 000 en 1980, les deux tiers d’entre eux se trouvant au sein des universités.

7L’université de Caen renaissante innovait au moins dans un domaine. Elle était construite sur un campus, ce qui était entièrement nouveau, en France tout au moins, dans les années cinquante. Conçue par l’architecte Henry Bernard, un peu à l’écart de la ville sur un terrain de 32 ha, derrière le château, sur les hauteurs du Gaillon, elle tranchait avec les vieilles installations étriquées de centre-ville par ses larges pelouses, ses perspectives monumentales, son style résolument moderne, ses bâtiments répartis dans la nature derrière une esplanade principale. Par son Phénix, elle symbolisait la renaissance de la ville. Les Caennais en étaient fiers. On sait que ce « style campus », pour le meilleur et aussi pour le pire, devait se diffuser partout en France au cours des années 1960 et 1970, dans les nouvelles universités et dans les extensions d’établissements anciens : Rouen – Mont-Saint-Aignan, Nantes, Rennes-Villejean, Bordeaux-Talence, Grenoble – Saint-Martin-d’Hères, Paris-Orsay ou Nanterre, etc.

8Une deuxième grande innovation dans l’aménagement du territoire universitaire, à une autre échelle, devait intervenir au cours de cette période correspondant à peu près aux premières années de la DATAR et à la présidence du général de Gaulle. La carte universitaire fut complétée par la fondation de nouvelles académies et de nouvelles universités, au moins une par région. L’espace de recrutement de Caen fut ainsi réduit par la création des universités de Rouen (1966) et du Mans (1970) qui faisaient suite à des centres universitaires dépendant de Caen. Mieux même, sous la pression de la croissance des effectifs et celle des élus locaux, des départements d’IUT ou de nouveaux centres universitaires étaient installés à Cherbourg, à Laval, en attendant Saint-Lô et Alençon qui déjà se manifestaient. Ainsi s’imposait, ici comme ailleurs en France, officiellement ou spontanément, la conception d’un maillage serré du territoire universitaire, à raison d’une implantation par département et d’au moins une université par région.

9Un troisième type d’innovation devait en grande partie échouer, au cours de cette période tout au moins. Nos utopistes de l’université renaissante avaient rêvé de formations et de recherches qui seraient étroitement liées au développement régional. Ainsi étaient prévus et furent créés à Caen un Institut du lait et de la viande, un Centre d’études et de recherches sur le littoral, un Bureau d’études régionales, un Centre d’archéologie médiévale, deux écoles d’ingénieurs en physique et en chimie associées à l’université… En dépit de ces innovations, ce furent toujours les grandes disciplines classiques qui continuèrent d’imposer leurs exigences et, dans une large mesure, leur conservatisme, tant en lettres, qu’en sciences et en droit. Et il fallut attendre bien longtemps pour que Caen fût doté d’un CHU. On peut reconnaître trois causes principales à cet échec : l’opposition des étudiants « gauchistes » qui tinrent longtemps le pavé sur le campus, l’indifférence des élus et des entreprises qui allaient chercher ailleurs leurs cadres, l’incompréhension d’une partie du corps enseignant dont le miroir se trouvait à Paris, si ce n’est la résidence. Entre une université restée très classique et une région de tradition conservatrice, en profondeur l’amalgame se fit mal.

10On ne doit pas négliger enfin l’importance de la coupure de 1968, prolongée dans les années soixante-dix, particulièrement vive à Caen entre des forces sociales très antagonistes (étudiants d’origine rurale, ouvriers des usines décentralisées, bourgeoisie citadine, corps professoral très divisé…). Avant, tout semble sourire à cette université renaissante, jeune, dynamique, au sein d’une région en pleine mutation et dans les illusions d’une croissance rapide et comme sans problème… Après, même les réalisations des années antérieures sont l’objet de critiques, souvent pertinentes : un campus coupé de la ville malgré la proximité (mais il y a bien pire ailleurs) ; de nouvelles constructions insuffisantes et de médiocre qualité (l’université initialement prévue n’est toujours pas vraiment achevée) ; une diffusion régionale des implantations qui prête à discussion par sa dispersion sans doute excessive ; une incompréhension persistante entre l’université et la ville ou la région, du moins entre les acteurs qui les animent. Cependant, dans le courant des années soixante-dix, des élus régionaux, notamment dans l’entourage du président d’Ornano, découvrent l’intérêt de la science comme levier de développement et suscitent l’attention et l’approche de chimistes et de physiciens, mais en ignorant le reste de l’université, notamment les lettres et sciences humaines et sociales.

1982-1984 : le CNRS entre les exigences scientifiques et territoriales

11En 1982, je fus appelé à la Direction centrale du CNRS à Paris comme directeur scientifique pour les sciences humaines et sociales (SHS) aux côtés de Maurice Godelier. Je devais rester encore deux ans en résidence à Caen, me transformant en « turboprof », inverse il est vrai. Au cours de ces brèves et riches années CNRS, j’effectuai de nouveaux apprentissages.

12Premier enseignement : la carte de la science française. Les scientifiques ne s’en étaient guère souciés jusqu’alors, malgré quelques solides études comme la thèse de Madeleine Brocard, et en dépit de la pression exercée par les gouvernements depuis les années soixante-dix ainsi que par certaines villes ou régions. Elle était et elle reste très centralisée, par son administration comme par ses implantations. La cause se trouve probablement en référence à l’époque où la recherche scientifique a été mise en place dans ses structures actuelles (entre les deux guerres mondiales, avant toute idée d’aménagement régional) ainsi que dans la prééminence de la physique fondamentale, longtemps dominante au CNRS, exigeante en instrumentation lourde et en crédits. La concentration principale des chercheurs se situe à Paris et à Orsay – Gif-sur-Yvette. Un second pôle important se trouve dans la région Rhône-Alpes, plus particulièrement à Grenoble. On peut ajouter de solides ancrages dans les grandes villes de la périphérie de l’Hexagone : Lille, Nancy, Strasbourg, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, et plus récemment Nantes et Rennes. Ailleurs, la présence de la recherche, et plus particulièrement des équipes CNRS, est réputée faible, voire nulle, notamment dans l’ouest et le centre de la France. La carte des circonscriptions du CNRS, très inégales, est à la mesure de cette concentration. Les chiffres de 2001 ne démentent pas une analyse qui reste donc d’actualité : 31 000 chercheurs des établissements publics en Île-de-France sur un total de 85 000 (36,5 %) ; 74 000 sur 174 000 (42,5 %) en comptant la recherche en entreprise.

13Deuxième enseignement : selon les disciplines, la concentration géographique est très inégale. Dans les sciences dures, elle est très forte en physique ou en mathématiques et de moins en moins sensible en chimie, en sciences de la vie, en sciences physiques pour l’ingénieur (SPI). Mais c’est en sciences humaines et sociales que les records sont atteints avec des concentrations parisiennes dépassant les 50 %, notamment en sociologie, en archéologie, en anthropologie… Certes, si l’on considère chaque enseignant d’université comme un chercheur, les proportions sont bien moindres. Mais le fait est qu’outre la concentration des chercheurs CNRS, la notoriété intellectuelle se trouve bien à Paris, dans de grandes institutions tels l’École normale supérieure, Sciences Po, l’EHESS, le Collège de France, la Sorbonne, ainsi que dans les médias où se forme l’opinion publique et où s’opèrent les relations avec la classe politique. Face au « village parisien », la province, à quelques exceptions près, ne fait pas le poids.

14Troisième enseignement : un conflit latent est ainsi ouvert entre chercheurs et aménageurs depuis que le gouvernement exerce une pression continue pour décentraliser une partie de la recherche scientifique en province, c’est-à-dire depuis les années soixante-dix. L’incitation s’opère de diverses manières : la décision autoritaire (par exemple celle d’implanter à Caen à la fin des années soixante-dix le GANIL, Grand accélérateur national à ions lourds, contre l’avis de la plus grande partie des scientifiques) ; l’établissement d’objectifs chiffrés (faisant baisser la proportion de chercheurs en Île-de-France, le plus près possible des 20 %) ; la promotion de projets cofinancés avec les collectivités territoriales (dans les Contrats de plan État-Région ou maintenant dans les pôles de compétitivité ou les Pôles de recherche et d’enseignement supérieur, PRES). Deux conceptions s’opposent sur ce terrain miné. Pour les aménageurs et les régionalistes, en tête desquels pendant longtemps la DATAR, la recherche doit être mieux répartie sur le territoire national, elle constitue un élément déterminant de l’innovation et du développement régional, elle peut en outre offrir aux chercheurs dans les grandes villes de l’Hexagone des conditions de vie, de travail, et des possibilités d’investissement bien meilleures que dans une métropole congestionnée. A contrario, les chercheurs les plus reconnus considèrent qu’il n’est de bonne recherche, la seule qui compte, que là où se trouvent d’autres chercheurs de qualité, des équipements et des laboratoires en conséquence, des relations internationales aisées et reconnues, des possibilités de s’insérer dans des réseaux scientifiques. Pour les uns, c’est un gaspillage de vouloir construire la recherche dans « les champs de betteraves » (une formule qui n’est pas sans témoigner quelque suffisance de leur part). Pour les autres, les possibilités ouvertes par de nouvelles implantations représentent une chance (parfois de pure opportunité et à faible valeur ajoutée). La question reste d’actualité, même si de réels progrès ont été accomplis depuis vingt ans en matière de recherche dans la plupart des principales villes de province.

1985-1989 : le cas grenoblois

15Au début de 1985, j’ai été nommé recteur de l’académie de Grenoble où je restai jusqu’au printemps 1989. Je quittai alors Caen et Paris. Outre l’agrément du cadre de vie et l’animation administrative et pédagogique d’une vaste académie, je trouvais à Grenoble l’occasion d’une nouvelle réflexion (et action) sur l’enseignement supérieur et la recherche : le cas grenoblois.

16Grenoble est la seule ville française de cette importance où le développement économique a été établi, depuis la Seconde Guerre mondiale particulièrement, sur le triptyque « enseignement supérieur (notamment scientifique) – recherche fondamentale et appliquée – industries de pointe ». Le contraste avec les villes de l’ouest de la France, par exemple avec Caen, était saisissant, tant du point de vue des réalisations que du dynamisme et surtout de la culture et des mentalités.

17Deux grands établissements d’enseignement supérieur dominaient et dominent encore le paysage universitaire grenoblois : l’université Joseph Fourier et l’Institut national polytechnique de Grenoble (INPG), une fédération de sept écoles d’ingénieurs (maintenant neuf). Les universités Pierre Mendès France (sciences sociales) et Stendhal (littéraire) étaient et restent également de très bonne tenue.

18Dans le domaine de la recherche, centrée sur la physique fondamentale, les événements se succédaient à la fin des années 1980 comme ils se succèdent encore maintenant : trentième anniversaire du CENG (Centre d’études nucléaires de Grenoble), centre du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) ; vingtième anniversaire de l’Institut Laue-Langevin, centre de recherche fondamentale en physique ; implantation du synchrotron (ESRF) ; développement du LETI (Laboratoire d’électronique et de technologie de l’informatique), dépendant du CEA… Il convient d’ajouter les nombreux laboratoires universitaires, ceux du CNRS, par exemple dans le domaine pionnier de la glaciologie, ou ceux de la ZIRST (zone pour l’innovation et les réalisations scientifiques et techniques) de Meylan… Au total, une communauté de l’ordre de 10 000 chercheurs scientifiques s’affaire dans l’agglomération grenobloise à cette époque.

19Enfin, des établissements industriels de premier plan travaillent plus ou moins intimement en symbiose avec la recherche scientifique la plus orientée vers les nouvelles technologies : Merlin-Gerin (devenu Schneider Electric), Hewlett-Packard, Caterpillar, Rhodia (chimie), STMicroelectronics, Neyrpic, Thomson (devenu Thales), Becton Dickinson, etc. Certes, des restructurations, des suppressions d’emplois, des disparitions d’entreprises ont bien eu lieu ici comme ailleurs, mais toujours la dynamique de l’ensemble l’a finalement emporté sur la crise de quelques-uns. Maintenant, à l’aube du XXIe siècle, alors qu’une certaine sclérose pouvait être crainte, une relance grenobloise s’opère à nouveau. Après l’hydroélectricité de la fin du XIXe siècle et les industries afférentes, après la physique nucléaire qui suivit la Seconde Guerre mondiale, le triptyque grenoblois rebondit maintenant sur l’électronique, la microélectronique, les nanotechnologies. Les développements autour du LETI et la création du centre de recherche de Crolles dans la vallée du Grésivaudan (plus de 1 000 emplois directs) en sont les plus éclatantes manifestations. Malgré ses difficultés, où l’on retrouve souvent les mêmes problèmes qu’à Caen ou à Paris, le cas grenoblois mérite d’être présenté comme un modèle, un modèle rare, quasi exceptionnel dans le contexte hexagonal.

20Pourquoi donc Grenoble ? Et comment ? Une première explication consiste à souligner le rôle d’un homme : Louis Néel, prix Nobel de physique, arrivé à Grenoble par hasard, et qui a mis en place le système grenoblois dans les années 1950 et 1960 en profitant du programme d’équipement nucléaire alors développé en France et en associant étroitement les efforts de l’université, du CNRS et du CEA, en liaison étroite avec les entreprises. Tous les témoins de l’époque s’accordent avec déférence sur son action considérée comme capitale. Mais il faut ajouter que le terreau scientifique était favorable, que d’autres personnalités d’envergure ont précédé ou accompagné Louis Néel, que d’autres encore lui ont succédé, et qu’à partir d’Hubert Dubedout, le maire des années 1960 et 1970, la classe politique n’a cessé d’appuyer les initiatives universitaires, scientifiques, industrielles… Le facteur « humain », individuel ou collectif, apparaît ainsi déterminant.

Fig. 4 – Le campus rénové de Saint-Martin d’Hères et son tramway – Grenoble

Fig. 4 – Le campus rénové de Saint-Martin d’Hères et son tramway – Grenoble

(Ville, Architecture, Université. Réalisations du schéma Université 2000, Paris, Ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, 1998, p. 72)

21Faut-il aller encore plus loin dans l’explication ? Les interrelations entre les hommes et les institutions, plus encore que le triptyque en lui-même, font la force de Grenoble. Interrelations très libres qui n’ont de sens que dans le projet réussi. Loin de confiner leurs réseaux à Grenoble et à son proche environnement, les Grenoblois les ont très largement ouverts, à l’Hexagone d’abord, en tirant parti au maximum de toutes les opportunités et financements nationaux, mais aussi maintenant à la région Rhône-Alpes et surtout à des relations internationales avec des laboratoires de toute la planète, en premier lieu nord-américains. Grenoble, ville de province, est le contraire d’une ville provinciale. Ses succès en définitive s’inscrivent dans une culture originale où se combinent la science, la liberté, le sport… Les Grenoblois sont presque tous des néo-Grenoblois, très loin des pesanteurs bourgeoises et rurales, très loin aussi des rigidités centralisées. Leur culture combine quelques grands mythes du passé qui leur sont propres (la Révolution française avant les autres, Stendhal, la montagne, l’énergie, la houille blanche…) et des valeurs contemporaines (la liberté, le progrès, la science, la nature, le sport…). Ce sont en quelque sorte, si l’on ose dire, des selfmade men dans une self-made city.

22J’avoue garder un souvenir ébloui des quatre années passées à Grenoble. J’y vis certes bien des manquements dans la précipitation des réalisations, la pollution, la ville abrupte, les quartiers difficiles, l’étalement mal maîtrisé, l’encombrement de la circulation, une tendance à la résolution des problèmes par la fuite en avant… Je visitai aussi quelques classiques de l’aménagement, le polygone scientifique, le campus de Saint-Martin-d’Hères, la ZIRST de Meylan, le tramway alors en projet dans la ville et sur le campus… Surtout, entre les hauteurs de Belledonne, de la Chartreuse et du Vercors, dans ce carrefour alpin des routes et des fleuves, je renforçai ma conviction que le développement était possible, envers et contre tout. Petite ville, Grenoble comptait tout juste 30 000 habitants au temps de Stendhal. L’agglomération grenobloise dépasse maintenant les 400 000 personnes très largement.

1989-1991 : la DPDU, le plan Université 2000

23Au printemps 1989, je quittai Grenoble pour Paris. J’étais nommé directeur de la Programmation et du développement universitaire (PDU), à la tête d’une nouvelle direction du ministère de l’Éducation nationale. Pendant un peu plus de deux années, sous l’autorité politique de Lionel Jospin et l’impulsion inlassable de l’inclassable Claude Allègre, nous allions innover dans de multiples domaines, tels les projets d’établissement. Mais j’eus surtout la chance d’être chargé de l’étude et de la mise en place d’un vaste plan de rénovation des universités et de nouvelles constructions universitaires, le plan Université 2000, ou U2000.

24Il y avait urgence. La croissance des effectifs étudiants s’emballait. Le nombre total des étudiants était passé de 850 000 en 1970 à 1 180 000 en 1980. Mais il devait s’élever à 1 717 000 en 1990 et dépasser les 2 100 000 au milieu des années quatre-vingt-dix, point culminant de la courbe. Au tournant des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, la croissance annuelle, sans précédent, était comprise entre 50 000 et 80 000, soit l’équivalent de trois grosses universités. En outre, fort peu avait été fait au cours des vingt années précédentes et les bâtiments des campus des années soixante, souvent mal entretenus, vieillissaient mal. En Normandie, par exemple, la seule réalisation de cette époque fut la création difficile de la petite université du Havre installée dans des locaux provisoires. Il fallait donc agir dans l’urgence. Malgré les réserves du ministère des Finances, Lionel Jospin et Claude Allègre parvinrent à mobiliser un crédit d’État de 16 milliards de francs dans le cadre d’un plan de cinq ans auquel devait s’ajouter la même somme en provenance des collectivités territoriales, soit un total, finalement dépassé, de 32 milliards.

Fig. 5 – Le centre Sainte-Marthe à Avignon. L’Université dans la ville sur un site d’hôpital ancien, rénové

Fig. 5 – Le centre Sainte-Marthe à Avignon. L’Université dans la ville sur un site d’hôpital ancien, rénové

(Ville, Architecture, Université. Réalisations du schéma Université 2000, Paris, Ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, 1998, p. 130)

25Le grand mérite d’U2000, dû en grande partie à l’imagination créatrice de Claude Allègre, fut de ne pas se contenter de l’urgence. Il s’agissait bien d’un plan d’aménagement, associant les collectivités territoriales et notamment les régions, ce qui était à la fois audacieux et sans précédent. Audacieux, car les régions n’avaient aucune compétence légale ou réglementaire en la matière et c’est sur leur seule bonne volonté qu’il fallut compter. Elle fut acquise plus rapidement que prévu. Au-delà de l’effet financier, le plan consacrait l’intérêt que les collectivités portaient à « leurs » universités, ce qui n’était pas rien et instaurait une collaboration de type nouveau entre l’État, les collectivités et les universités. Enfin, au-delà des découpages administratifs, le plan U2000 prenait en compte les fortes inégalités territoriales qui s’imposaient tant dans la croissance des effectifs que dans la vétusté des bâtiments. Ainsi devaient être relativement favorisées par U2000 les universités du nord et de l’ouest de la France, aux croissances très fortes et aux équipements parfois délabrés, plus que celles du Midi en meilleur état et moins sous pression. Ce choix difficile était en contradiction relative avec la promotion de pôles de recherche là où ils existaient déjà le mieux. Pour autant, cette dernière préoccupation ne fut pas effacée et la création de « pôles européens » devait en être l’expression, à Grenoble et Strasbourg notamment.

26En matière d’aménagement, U2000 innovait encore par la recherche d’une certaine qualité architecturale, bien oubliée depuis les années soixante, et par une nouvelle vision de l’université dans la cité. Le campus, isolé, anonyme, mal relié à la ville, désert en dehors des cours, surchargé les jours de pointe, était partout l’objet de vives critiques. Trois innovations s’imposaient… La réhabilitation de locaux anciens dans la ville, en laquelle excellent souvent les architectes mais que redoutent les financiers, fut favorisée. Ainsi furent « récupérées » des casernes, des hôpitaux, des usines, de vieux bâtiments universitaires… Les constructions nouvelles devaient s’inscrire de préférence dans le tissu urbain. Ce fut notamment le cas, plus ou moins réussi, dans les sept universités nouvelles alors créées, quatre dans les villes nouvelles de l’Île-de-France, deux dans le Nord – Pas-de-Calais, la dernière à La Rochelle… Enfin, les campus devaient être systématiquement rénovés, dotés de bâtiments culturels, voire de commerces et de services, et desservis convenablement par des moyens de transport en commun. Grenoble montra l’exemple par un plan d’aménagement et de rénovation du campus et par le passage de la première ligne de tramway. Il est significatif que toutes les villes universitaires dotées maintenant de transport en commun en site propre disposent d’une ligne, souvent la première, traversant ou jouxtant le ou les campus. « L’université dans la ville », tel était le mot d’ordre de cette période. Près de vingt ans après, il n’a pas été oublié.

27Tout pourtant n’a pas été réussi dans U2000, comme il est normal. Le plan permit de faire face à l’urgence et d’ouvrir une nouvelle phase dans la conception de l’aménagement universitaire. Les présidents d’université y furent étroitement associés. Le lancement de plusieurs programmes de recherche sur l’aménagement et l’urbanisme universitaire permit aussi d’intéresser des universitaires assez nombreux. Pour autant, le contenu des enseignements, les conditions de la vie étudiante, logements et restauration, les missions de développement des universités, certainement beaucoup plus difficiles à renouveler, ne furent pas vraiment ajustés au nouveau « contenant », à moins qu’il ne s’agisse de l’inverse. Enfin, malgré la construction de quatre universités nouvelles à la périphérie de la région urbaine, les problèmes de Paris-centre restaient entiers. Il était beaucoup plus facile, en effet, de construire, de rénover et d’innover dans les villes de province que dans le dense tissu urbain, les suffisances universitaires et les contradictions parisiennes. S’il y eut échec, ce fut ici.

1991-1997 : Versailles et les quatre universités nouvelles d’Île-de-France

28À la fin de 1991, je fus nommé recteur de l’académie de Versailles, la première de France par le nombre des élèves (1 100 000 en 2000) et la troisième après Paris et Lille par le nombre des étudiants (145 000 à l’heure actuelle, en 2003). Je retrouvais ainsi l’aménagement universitaire sur le territoire même de son implantation, en l’occurrence ici la banlieue ouest et sud de Paris, à proximité immédiate de la plus forte concentration d’établissements et d’étudiants, Paris-centre (315 000 étudiants). J’eus ainsi à m’occuper de l’aménagement des campus de Nanterre et d’Orsay (Paris X et Paris XI), deux créations des années soixante. J’y passai beaucoup de temps, y trouvai un réel intérêt, mais pour de faibles résultats. J’eus aussi la possibilité, dans le cadre d’un groupe d’experts, de participer aux premières réflexions, passionnantes, sur l’aménagement des terrains Renault de l’île Seguin à Boulogne-Billancourt alors en cours de désaffectation. Mais la grande affaire de cette période fut incontestablement la construction et la mise en place des trois universités nouvelles décidées par le plan U2000 et situées dans l’académie de Versailles : Cergy-Pontoise, Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines, Évry. J’eus aussi à m’intéresser à la quatrième, Marne-la-Vallée, située, elle, dans l’académie voisine de Créteil, dans le cadre du CODUNIF (Comité pour le développement des universités nouvelles d’Île-de-France) dont je fus quelques années le président.

29L’objectif des universités nouvelles était clair : soulager Paris, toujours congestionné, et où s’exerçait la plus forte pression par l’attraction de la capitale et de ses établissements prestigieux, en premier lieu sur la population jeune de l’Île-de-France, particulièrement nombreuse. Ainsi fut fixé à l’horizon 2000 un objectif de 20 000 étudiants par université nouvelle, ce qui pouvait éviter à Paris la surcharge. Mais, en même temps, il s’agissait aussi de rompre avec une pratique facile consistant à délocaliser seulement des premiers cycles à la périphérie en concentrant les cycles supérieurs dans la capitale. La volonté affichée du Gouvernement fut au contraire de créer des universités nouvelles de plein exercice, mieux même des universités innovantes par leur organisation, le nombre des formations professionnalisées, la qualité de la recherche, la relation avec les entreprises, afin de compléter, voire de bousculer, le dispositif parisien plus traditionnel. Cette conception plaçait les nouveaux établissements dans une situation pleine de promesses, mais aussi face à de très nombreuses et fortes oppositions. Les responsables universitaires, tant ceux de Paris que de province, n’admettaient pas un tel investissement, jugé nuisible à l’encontre de leurs propres besoins, les Parisiens au nom de la tradition et du prestige, les provinciaux les plus proches, en Normandie notamment, au titre de la déconcentration et de la décentralisation. L’alternance politique de 1993 accentua le trouble pendant quelque temps. Les quatre navires tanguèrent. Il fallut beaucoup expliquer, avec le concours notamment des élus locaux et des quatre administrateurs provisoires des universités nouvelles.

Fig. 6 – Une université nouvelle du plan Université 2000 : le centre des Chênes à Cergy-Pontoise

Fig. 6 – Une université nouvelle du plan Université 2000 : le centre des Chênes à Cergy-Pontoise

(Ville, Architecture, Université. Réalisations du schéma Université 2000, Paris, Ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, 1998, p. 194)

30À l’heure actuelle (2003), les universités nouvelles d’Île-de-France comptent au total 43 000 étudiants. C’est un demi-échec, ou, si l’on préfère, un demi-succès. Le qualitatif renforce le quantitatif. L’échec se mesure aussi au fait que ces universités ont finalement un fonctionnement très classique, loin des ambitions des promoteurs. De même, leur recrutement d’ensemble est-il fortement départemental ; ce sont comme des universités de province près de Paris. Et, dans le système complexe des établissements d’Île-de-France, elles se trouvent toujours plutôt isolées, sans pour autant avoir pu tisser des liens avec les universités des régions voisines, ce qui constitue un handicap au moment où se mettent en place des « pôles » et des « réseaux » de toutes sortes. Elles restent des universités « de troisième couronne » (la deuxième couronne étant représentée par des établissements comme Nanterre ou Orsay). Mais le succès est là aussi. D’abord, elles existent, avec d’excellentes formations, une recherche de mieux en mieux appréciée, des conditions d’accueil de qualité, un réel intérêt manifesté par les entreprises, un pourcentage de formations professionnalisées un peu plus élevé qu’ailleurs. Depuis leur fondation, elles ont reçu l’appui, financier, technique et moral, des collectivités territoriales, avec un engagement des élus beaucoup plus fort que nulle part ailleurs. Enfin, dans le cadre des villes nouvelles auxquelles elles sont très étroitement associées, elles sont devenues, chacune avec son style, des modèles d’« université dans la ville », par leur programmation, leur architecture, leur symbole, leur vie étudiante, même s’il faut toujours attendre quelque temps pour que de telles emprises sortent de l’anonymat. Les universités font des villes nouvelles de vraies villes, et réciproquement, en une valorisation croisée qui était prévue dès la création des villes nouvelles et qu’il aura fallu attendre une vingtaine d’années.

31Relativité du temps, relativité de l’espace et des territoires : c’est pour moi la plus forte leçon de cette expérience des quatre universités nouvelles. Elles ont été créées en même temps, dans des villes nouvelles de même époque, dans le même milieu, la périphérie parisienne, selon les mêmes critères, avec les mêmes dotations, les mêmes institutions, les mêmes objectifs… Et pourtant, dès les premières années, je les ai vues diverger, chacune prenant sa personnalité propre, son style, ses orientations, et cette tendance depuis n’a fait que s’affirmer. Personnalité des premiers administrateurs et des élus locaux ? Milieux sociaux de recrutement différents ? Villes nouvelles déjà très contrastées ? Tutelles parisiennes très inégales ? Collaboration des entreprises locales ? Un peu de tout cela certainement dans une dynamique beaucoup plus complexe qu’une simple programmation. Cergy-Pontoise, la mieux structurée, la plus équilibrée, la plus harmonieuse, ma préférence personnelle maintenant. Versailles – Saint-Quentin, la bipolaire, houleuse, dynamique et créative. Évry, plus en retrait, plus malmenée, plus difficile, mais riche de possibilités. Marne-la-Vallée, la plus tournée vers les entreprises et les originalités innovantes. Oui, ce fut vraiment une belle leçon de géographie active. Elle n’est pas finie.

1998-2002 : la DATAR avant la DIACT, en guise de conclusion

32Au tout début de 1998, atteint par la limite d’âge, je quittai Versailles. Jean-Louis Guigou, alors délégué, me proposa de le rejoindre à la DATAR comme conseiller. Pendant quatre années, au terme de mon parcours, j’eus ainsi la possibilité de travailler au cœur de l’institution qui avait joué un rôle central dans l’aménagement du territoire depuis 1963, la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale, la DATAR. Sans être confiné à ce seul domaine (je devais aussi par exemple présider le conseil scientifique), je m’intéressai surtout aux questions scolaires et universitaires.

33La DATAR a toujours eu des relations plutôt difficiles avec le monde universitaire et plus particulièrement avec le ministère de l’Éducation nationale. Elle n’avait été associée que par raccroc au plan U2000. Elle était accusée facilement de tous les errements et d’une incompréhension profonde à l’égard de la recherche et de l’enseignement supérieur. Elle symbolisait les tenants d’une décentralisation excessive et technocratique face aux chercheurs reconnus. Pendant quelques années, je jouai donc, non sans quelque amusement, le rôle d’amortisseur entre la DATAR, le ministère et la Conférence des présidents d’université. Mais ma tâche était facilitée, car les temps avaient changé. La DATAR reconnaissait maintenant la prééminence de Paris et de l’Île-de-France comme pôle d’activité et de recherche majeur en Europe et dans le monde, un atout par conséquent plutôt qu’un handicap. Par ailleurs, la valeur scientifique de nombreux centres de province ne se discutait plus et les contrats de plan attestaient de manière sonnante et trébuchante l’attention qui leur était portée.

34Devenu ministre, Claude Allègre lança U3M (Université du troisième millénaire), un deuxième plan de développement des universités qui devait prolonger et corriger U2000. Je fus associé à la première phase de sa préparation. U3M, toujours d’actualité, mit très normalement l’accent sur Paris-centre, notamment sur les implantations universitaires de la ZAC Tolbiac et sur la rénovation des bibliothèques. En province, les regroupements d’universités sous une forme ou sous une autre étaient et restent toujours préconisés.

35Depuis la renaissance des années cinquante, et même depuis la relance d’Université 2000 dans les années quatre-vingt-dix, le contexte de l’aménagement universitaire a très profondément changé, et par conséquent ses concepts comme les modalités de l’action. Trois facteurs principaux doivent être mis en exergue :

  • la stagnation des effectifs étudiants ; elle est manifeste depuis 1995, mais très inégale selon les établissements, les plus fragiles étant les plus touchés ; même si des ressauts restent possibles, voire probables, jamais dans les prochaines décennies la croissance des effectifs ne pourra être ce qu’elle a été au siècle dernier ; l’action maintenant doit donc être plus qualitative que quantitative ;

  • le renouvellement du corps enseignant ; le départ à la retraite de la génération recrutée dans les années soixante conduit à un renouvellement massif sur une courte période du corps des enseignants d’université (grossièrement, entre 1995 et 2010) ; un tel phénomène constitue une chance de rajeunissement ; mais il n’est pas sans risques, notamment sur les universités les moins attractives, aux recrutements en fin de listes ; enfin, un changement de mentalité s’opère par le passage, pour faire simple, d’une génération d’« enseignants militants » à des « enseignants professionnels » ;

  • l’internationalisation des professeurs, des étudiants et même maintenant des formations et des établissements est manifeste, alors qu’elle est restée longtemps confinée au seul domaine de la recherche ; les relations internationales qui privilégiaient les États-Unis (comme modèle pour les plus compétitifs) et l’Afrique (comme source de clientèle étudiante et terrain de recherche) sont devenues maintenant beaucoup plus ouvertes (vers l’Europe et l’Asie notamment) et par conséquent plus exigeantes, avec des partenariats de plus en plus étroits en Europe.

36Au terme de cette brève analyse, il est légitime de se demander si une conception nouvelle de l’action universitaire n’induit pas actuellement une mutation profonde des conditions de son aménagement, de la démocratisation quantitative à la qualification compétitive, du quadrillage territorial à l’insertion dans des réseaux, du service public dans un cadre national à la compétition internationale. À moins qu’il ne s’agisse d’imaginer et de mettre en œuvre le moyen terme entre les deux.

37Les projets et les réseaux s’imposent. Le gouvernement crée des pôles de compétitivité. Le ministère imagine des Pôles de recherche et d’enseignement supérieur. La DATAR devient la DIACT : Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires. Nouveaux mots. Nouveaux territoires.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – L’université de Caen en 1939 (700 étudiants)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 2 – L’université de Caen en flammes, 7 juillet 1944
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10415/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 3 – Le campus de l’université de Caen dans les années 1960
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10415/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 4 – Le campus rénové de Saint-Martin d’Hères et son tramway – Grenoble
Légende (Ville, Architecture, Université. Réalisations du schéma Université 2000, Paris, Ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, 1998, p. 72)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10415/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 5 – Le centre Sainte-Marthe à Avignon. L’Université dans la ville sur un site d’hôpital ancien, rénové
Légende (Ville, Architecture, Université. Réalisations du schéma Université 2000, Paris, Ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, 1998, p. 130)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10415/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 6 – Une université nouvelle du plan Université 2000 : le centre des Chênes à Cergy-Pontoise
Légende (Ville, Architecture, Université. Réalisations du schéma Université 2000, Paris, Ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, 1998, p. 194)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10415/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

Auteur

Géographe, il a enseigné à l’université de Caen dont il a été le vice-président. Haut fonctionnaire, il a été recteur des académies de Grenoble et Versailles, puis directeur scientifique au CNRS, directeur de la programmation et du développement universitaire, enfin conseiller à la DATAR. Il a publié nombre d’ouvrages, notamment : Paysans de Normandie, Paris, Flammarion, 1981 (2e édition mise à jour, 2007) ; La France et l’Aménagement de son territoire, Paris, Dexia – LGDJ, 2000 (avec Pierre Deyon) ; Portrait de la France, villes et régions, Paris Flammarion, 2001 ; Géographie et action, l’aménagement du territoire, Paris, Éditions Arguments, 2005 ; Aimez-vous la géographie ?, Paris, Flammarion, 2005.

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540