Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement du territoire

 | 
Armand Frémont
, 
Sylvain Allemand
, 
Édith Heurgon

III. Le point de vue des aménagés

Paul-Henry Chombart de Lauwe et les enjeux d’une démocratie locale vécue

Anne-Marie Fixot

Texte intégral

  • 1 Je voudrais plus particulièrement remercier Marie-Jo Chombart de Lauwe, Thierry Paquot, Pierre Bito (...)

1Réfléchir à l’aménagement du territoire en France au cours des Trente Glorieuses et aux voix quelque peu discordantes qui s’élevèrent en sciences sociales à cette époque nécessite de prendre le temps de s’arrêter sur les travaux de Paul-Henry Chombart de Lauwe1. En effet, peu de chercheurs enseignants universitaires se réfèrent de nos jours à eux ; ils sont tombés un peu en désuétude en dépit de l’actualité des sujets sur lesquels il a travaillé dès les années cinquante et des méthodes qu’il avait alors suggérées pour les analyser.

2D’abord, son intuition et sa sensibilité l’ont amené à exposer les problèmes et à mettre en lumière des évolutions sur lesquels se sont polarisés, depuis, la plupart de nos grands débats de société : les espaces urbains ou la famille, mais aussi l’autonomisation des individus et des groupes, ou les rapports de pouvoir et de domination.

3Ensuite, la pratique de l’interdisciplinarité et de la recherche-action de la part des chercheurs ou le recours à l’écoute des habitants pour les élus, urbanistes et architectes en matière d’aménagement urbain – écoute vulgarisée sous le vocable de « participation des habitants » – relevaient d’une méthodologie de recherche à l’époque innovante.

4Enfin, dans la poursuite des analyses de morphologie sociale promue par Maurice Halbwachs, il avait pour préoccupation constante les rapports des hommes à leurs espaces ; or, cette problématique majeure pour de nombreux géographes se retrouve encore au cœur des dilemmes de la politique de la ville française et des opérations d’aménagement et de rénovation urbaine contemporaines.

5Chombart a ainsi travaillé sur les perceptions et les représentations des populations urbaines, notamment ouvrières de la région parisienne. Dans le domaine de l’aménagement urbain, il montre l’importance de prendre en considération les aspirations des habitants sans les réduire à la notion utilitaire et technocratique de « besoins ». À l’encontre d’une représentation de l’espace centralisée, il tente de faire émerger l’idée de la pluralité des acteurs et des savoirs, la multiplicité des imaginaires et des temporalités. Son approche socio-anthropologique et interdisciplinaire des milieux ouvriers qui considère les personnes comme des sujets concrets (ayant aussi une vie en dehors du travail) détonne. Elle s’inscrit dans la fidélité à la pensée de Marcel Mauss, dont il avait suivi l’enseignement et reprend la conception de « l’homme total ».

6Chombart entame ainsi toute une réflexion sur la capacité de construire en commun et sur les potentialités d’une reconnaissance sociale et politique des individus à l’échelle locale tout en accordant une grande place à la spatialité du social. Entre la notion d’« intérêt général », caution de beaucoup de politiques dirigistes et celle d’« intérêt particulier » (individuel et/ou collectif), ses travaux posent les jalons d’une autre voie : celle du « débattre, agir et vivre-ensemble », celle qu’Hannah Arendt a qualifiée de recherche du « bien commun ». Démarche ambitieuse et difficile, cette perspective n’a guère eu de suite, mais permet pourtant d’interroger les politiques actuelles d’aménagement du territoire, notamment lorsqu’elles se targuent d’admettre la participation des habitants.

  • 2 A. Grelon, « Paul-Henry Chombart de Lauwe, 1913-1998 », L’Année sociologique, 49, 1, 1999, p. 7-18.

7C’est pourquoi je montrerai dans ce texte comment à la fois la vie et l’œuvre de Chombart nous renvoient à un questionnement sur les enjeux d’une démocratie locale vécue. Pour ce faire, je procéderai en trois temps : après une brève présentation du « jeune homme pressé »2 aux multiples facettes qu’il fut, « incanalisable » comme il aimait se définir lui-même, j’examinerai en quoi on peut le qualifier de novateur/précurseur humaniste, avant, enfin, de comprendre pourquoi il fut reconnu mais finalement peu entendu dans cette seconde moitié du XXe siècle.

Chombart, l’homme « incanalisable » aux multiples facettes

  • 3 P.-H. Chombart de Lauwe, Un anthropologue dans le siècle, entretiens avec Thierry Paquot, Paris, De (...)

8Né en 1913 dans les Ardennes, au sein d’une famille assez libérale et un peu bohème, de tradition catholique, « mi-bourgeoise, mi-aristocratique » selon ses propres termes3, il a une adolescence qu’il qualifie lui-même de « difficile » ; tandis qu’il rencontre de graves problèmes de santé, il se tourne vers la sculpture et la peinture, poursuivant en parallèle des études secondaires hachées à Paris et dans le sud-ouest de la France. Après l’obtention du bac, tenté un moment par des études artistiques, il entame un cursus supérieur en philosophie et ethnologie, cumulant des certificats de 1933 à 1939 :

  • 4 Ibid., p. 20 et 24.

Je n’étais guère intéressé par les cours à la Sorbonne ; d’ailleurs, j’y allais rarement, décrochant mes examens tant bien que mal, jusqu’au jour où j’ai découvert l’ethnologie : tout alors a changé. […] C’est là que j’ai fait connaissance de Marcel Mauss qui m’a, disons-le, ébloui. […] Je n’ai pas manqué un seul des cours de Mauss. Moi qui n’avais jamais suivi sérieusement les cours de la Sorbonne, j’ai tout avalé, lu tout ce que j’ai pu à côté, mais comme j’étais toujours un peu pressé de m’évader, j’ai préparé parallèlement une mission dès cette première année d’ethnologie4.

  • 5 P. Bitoun, Les Hommes d’Uriage, Paris, La Découverte, 1988, p. 50.

9Il convainc, en effet, Marcel Griaule de participer à une mission d’observation et part avec lui sur le terrain au Nord-Cameroun de juillet à octobre 1936 après avoir engagé un pilote et négocié une subvention publique. Il en revient avec toute une série de photographies aériennes qu’il présente à son retour lors de diverses conférences et communications. C’est au cours de cette même décennie qu’il côtoie Robert Garric aux côtés duquel il participe (« sans grand engagement ») aux Équipes sociales fondées par ce dernier, entrant ainsi en contact (« mais d’une façon certes superficielle »5) avec les milieux ouvriers. Enfin, en 1939, sur les conseils de Paul Rivet, il prépare une nouvelle mission ethnologique en Asie dont il doit aussi abandonner l’idée lors de la déclaration de guerre. Mobilisé à l’état-major de l’armée de l’air, il participe à la campagne de France jusqu’en août 1940.

10Revenu à la vie civile, il participe à l’École d’Uriage ; ce fut, pour lui, une expérience cruciale où se sont noués des réseaux et des complicités que le retour à la paix n’effacera pas. Il y fréquente bon nombre de futurs acteurs importants de la vie intellectuelle et politique française de l’après-guerre (dont Hubert Beuve-Méry, Emmanuel Mounier, Jean-Marie Domenach, Gilbert Gadoffre, Joffre Dumazedier, Bénigno Cacérès, Simon Nora, Paul Delouvrier…). Il y organise des cercles d’études inspirés des méthodes des Équipes sociales de Garric, nourris de l’ethnologie maussienne et marqués par les apports de certains géographes humains (comme les écrits de Jean Bruhnes ou les « promenades Desffontaines » transformées en 1941 en « enquêtes sociales »). Il proposait aux stagiaires une exploration régionale conçue pour les « mettre au contact des hommes et des choses » avec, au retour, des comptes rendus écrits et oraux communiqués aux groupes enquêtés. Ce fut surtout l’occasion pour lui de rencontrer des groupes d’ouvriers de façon beaucoup plus approfondie qu’auparavant.

  • 6 C’était une communauté de travail des Boîtiers de montre du Dauphiné où venaient se reposer et se r (...)
  • 7 P. Bitoun, Les Hommes d’Uriage, p. 120.

À Uriage, nous avions des liens avec la communauté Boimondau6. Les gars qui y vivaient étaient à la recherche d’une démocratie réelle, d’une démocratie qui soit fondée sur la vie communautaire. En fait, ils faisaient de l’autogestion avant la lettre7.

11C’est dans cette ambiance particulière qu’il découvre aussi les écrits de Teilhard de Chardin qui circulaient clandestinement sous forme ronéotypée ; à ses dires, ils ont singulièrement élargi ses horizons de recherche dans le domaine du rôle des aspirations dans la vie individuelle et collective.

  • 8 A. Grelon, « Paul-Henry Chombart de Lauwe… », p. 9. Chombart écrit lui-même : « Grâce à la vision a (...)

12En 1942, Vichy ferme l’École d’Uriage ; Chombart quitte clandestinement la France, arrive en Algérie via l’Espagne en janvier 1943 et devient officier pilote de chasse, participant à la reconquête du territoire français jusqu’en 1945. André Grelon souligne que « cette période d’activité militaire ne sera pas sans conséquence sur sa réflexion scientifique. Il publiera après guerre une série d’études sur le rôle de la photographie aérienne dans l’étude des populations humaines et sur l’apport que cette technique peut présenter pour la sociologie »8.

13Or, avant même d’être démobilisé (en mars 1946), il est nommé attaché de recherche au CNRS (octobre 1945) et passe chargé de recherche un an plus tard. Il reprend ses études en ethnologie à l’École pratique des hautes études et effectue en 1947 et 1949 deux missions au Sahara ; celles-ci constituent la fin de ses travaux d’ethnologie africaniste.

14En effet, à partir de 1950, Chombart décide d’entreprendre avec une équipe de chercheurs une étude sur les modes de vie du monde ouvrier et ainsi de porter son regard sur les nouveaux territoires en voie d’urbanisation, périphériques aux grandes villes françaises. Proche de la Mission de France et ami de prêtres-ouvriers, lié à des milieux syndicalistes, il s’installe du reste dans un quartier d’Ivry avec sa femme, ancienne résistante et déportée. Il crée alors un groupe de travail au sein du Centre d’études sociologiques, administré à l’époque par Georges Friedmann, et accepte sans état d’âme une réorientation disciplinaire.

15C’est dans ces circonstances qu’il initia les premiers travaux de sociologie urbaine quasi inexistants en France à l’exception de ceux de Maurice Halbwachs dont l’objet était sensiblement différent. Quand Chombart évoque rétrospectivement sa carrière, il la présente en quatre périodes :

***

16De 1949 à 1953, il focalise ses recherches, sans les mouler dans un courant de pensée particulier, non seulement sur la compréhension de la situation de la classe ouvrière dans les agglomérations urbaines mais aussi sur les grandes structures et les processus de transformation de la ville. Or, l’opposition des quartiers et des milieux sociaux se révélait flagrante à Paris ; les plans d’urbanisme repoussaient les catégories modestes en banlieue et ne faisaient que recréer la fameuse « ceinture rouge » ; loin de la supprimer, ils la déplacent toujours un peu plus loin des quartiers centraux. Pour lui, le constat s’impose : l’urbanisme seul ne peut changer la société, il n’en est qu’une expression. L’autre volet de l’enquête concerne les comportements des familles ouvrières. L’étude des rapports entre les pratiques et les représentations dans la vie quotidienne montre l’existence de liens entre les gestes des personnes et les besoins, images, modèles et aspirations saisis à travers les observations et enquêtes ethnographiques.

17Les résultats de ces diverses analyses paraissent en 1952 sous le titre général de Paris et l’agglomération parisienne et sous forme de deux volumes : L’Espace social dans une grande cité et Méthodes de recherche pour l’étude d’une grande cité. Non seulement, elle constitue la première grande étude française de sociologie urbaine, mais elle vise aussi à avoir des applications concrètes dans les plans d’urbanisme. Chombart y énonce le concept « d’espace social », se démarque de l’écologie urbaine nord-américaine et retrouve la morphologie sociale enrichie de l’apport de certains travaux de géographie humaine, notamment ceux de Max Sorre. Par son ampleur, cette œuvre collective attire l’attention élogieuse de nombreuses instances internationales face au silence dédaigneux des publications universitaires françaises ou spécialisées. Les quelques réactions positives en France proviennent de quelques architectes-urbanistes (Robert Auzelle) et hauts fonctionnaires administrateurs (Claudius-Petit). Alors, afin de négocier de nouveaux contrats avec des services publics, Chombart crée un second centre de recherche appelé d’abord Bureau d’études socio-techniques et qui, rapidement (en 1955), prend le nom de Centre d’études des groupes sociaux ; l’objectif de ce centre est clairement défini : relier les recherches théoriques à des enquêtes de terrain conduisant à dialoguer avec les responsables de la transformation urbaine.

***

  • 9 P.-H. Chombart de Lauwe, « Vingt-cinq ans de recherche en sociologie », Revue Urbanisme, nº 156, 19 (...)

18De 1953 à 1965, le panorama de la sociologie urbaine française se modifie : se développent progressivement de nouvelles équipes dont celle de l’Institut de sociologie urbaine dirigé par Henri Lefebvre. Le Centre d’études des groupes sociaux entreprend des recherches sur d’autres contextes urbains. Chombart, nommé maître de recherche au CNRS en 1955, souligne la difficulté de mener ces enquêtes jusqu’à leur but : leurs recommandations concrètes restent suspendues à la bonne volonté de tel ou tel responsable ministériel et personnalité locale. Beaucoup d’entre eux ne voient pas l’intérêt de faire rentrer directement des variables d’ordre sociologique dans la discussion du Plan. Les problèmes du logement et des nouvelles unités d’habitation amènent aussi l’équipe de P.-H. Chombart de Lauwe à investir trois cités (Le Petit-Clamart, La Benauge, près de Bordeaux, et Nantes-Rézé) dont les enquêtes donnent lieu à la publication au CNRS de deux autres volumes intitulés Famille et habitation. À l’occasion de ce travail, la discussion avec les architectes s’est nouée ; elle porte sur le mode de cohabitation de catégories sociales différentes et les conséquences des normes de surface sur la vie quotidienne des familles. Mais là encore Chombart de Lauwe déplore le fait que « de nombreuses erreurs auraient pu être évitées si les recherches des sociologues avaient été étudiées plus sérieusement par des responsables des plans »9.

19À partir des années 1960, de nouveaux travaux sont lancés à la fois sur l’agglomération parisienne en relation avec le district de Paris et sur celle de Lyon et de Marseille. Chombart demande des moyens pour faire des études plus directement utilisables, susceptibles de mettre en cause de façon beaucoup plus directe et frontale les plans en préparation. Ces moyens lui sont refusés ; lui et son équipe s’interrogent alors sur l’avenir de leur propre orientation.

  • 10 En 1959, ce centre, jusque-là installé au musée de l’Homme, déménage à Montrouge, prend le nom de C (...)

20Dans ce contexte, Chombart prend la décision de quitter le Centre d’études des groupes sociaux pour se consacrer davantage à la recherche universitaire au Centre d’ethnologie sociale10. Parallèlement, il obtient une direction d’études à la VIe section de l’EPHE en avril 1960 sur une chaire intitulée « Évolution de la vie sociale » dont le projet est d’étudier « les transformations des conditions de vie et des comportements dans les pays industrialisés ou en cours d’industrialisation ». Deux raisons principales l’ont conduit à cette demande de poste : non seulement la possibilité de mener des recherches interdisciplinaires dans un milieu favorable mais aussi l’opportunité de présenter et mettre en discussion ses idées et celles de son équipe à un public ouvert d’étudiants avancés afin de diffuser ses méthodes et ses concepts. Outre la famille, la ville reste un champ d’investigation privilégié. Mais comme il le précise lui-même, « elle n’est plus étudiée pour elle-même, mais comme l’expression d’une société en perpétuelle évolution ». En 1963, il publie alors Des hommes et des villes, ouvrage qui rassemble un certain nombre d’articles qu’il commente ainsi :

  • 11 P.-H. Chombart de Lauwe, « Vingt-cinq ans de recherche… », p. 61-63.

Ces textes, dont certains prenaient position d’une manière vigoureuse contre les insuffisances de la politique du logement, contre la spéculation urbaine, contre les grands ensembles, plus largement contre un urbanisme qui refusait de voir les vrais problèmes de structures sociales sous-jacents, étaient encore loin d’exprimer ce que nous aurions voulu mettre en évidence11.

21Jetant un regard critique sur cette période, il a effectivement le sentiment que les rapprochements qu’il a menés avec les activités des administrations, des urbanistes et des spécialistes de l’équipement l’ont conduit à « abandonner les aspects essentiels de la recherche » entreprise avant 1953.

***

  • 12 Les résultats de ces travaux collectifs ont donné lieu à plusieurs publications : Aspirations et tr (...)

22De 1965 à 1974, les études menées par Chombart, comme celles d’autres chercheurs en sciences humaines et sociales, esquissent de nouvelles approches et espèrent qu’un grand mouvement est en cours pour une transformation des villes françaises. Il multiplie les enquêtes comparatives entre villes et quartiers différents afin de comprendre les problèmes généraux à partir d’exemples concrets. En 1969, suivant cette démarche, il propose toute une série d’hypothèses autour de la notion d’« aspiration » dans le cadre d’un ouvrage intitulé Pour une sociologie des aspirations ; il s’agit d’un ensemble de textes dans lesquels il montre comment celles-ci s’élaborent, se construisent et se transforment selon les trois grands processus de l’urbanisation, de l’industrialisation et de l’informatisation. Ce champ de recherche inspire un grand nombre de travaux12 et de thèses réalisés sous sa direction par des chercheurs notamment étrangers, originaires de tous les continents qui, une fois repartis chez eux, constituent un vaste réseau qu’il anime avec un réel plaisir.

23C’est pourquoi Chombart ne cache pas sa déception quand, tant au district de Paris que dans d’autres agglomérations, il voit avorter des projets qu’il considérait comme « les plus intéressants » ou continuer à se développer la même politique des grands ensembles en dépit de toutes les mises en garde faites déjà depuis longtemps.

***

24Enfin à partir de 1974, et jusqu’en 1982, année de sa retraite, Paul-Henry Chombart de Lauwe est à la tête d’une « véritable ruche » : 120 étudiants inscrits en thèse ou mémoire, affiliés à 7 groupes de travail avec deux chefs de travaux comme assistants. Les aspects théoriques, méthodologiques et épistémologiques tiennent une place de plus en plus importante. En 1975, dans un livre synthèse Culture et pouvoir, Chombart propose toute une série d’interrogations/réflexions sur le concept de « dynamique culturelle » qu’il oppose à celui de « manipulation sociale », perspective une nouvelle fois inscrite dans les processus de transformation sociale. Il crée aussi une Association de recherche coopérative internationale (ARCI) avec d’anciens étudiants et continue de parcourir le monde pour mettre en place de nouvelles recherches et organiser colloques et séminaires.

25Ainsi, P.-H. Chombart de Lauwe avait l’art de transformer l’un en multiple : d’un problème jaillissaient mille questions ; d’un axe indiqué surgissait une multitude de pistes de recherche ; d’une structure naissaient des pôles multiformes d’où se propulsaient de nouveaux devenirs. Mais il était aussi un esthète éclaireur comme le suggère, à mes yeux, ce rapide portrait dressé en fines touches par A. Grelon :

  • 13 A. Grelon, « Paul-Henry Chombart de Lauwe… ».

Chercheur infatigable, curieux de tout, imperméable aux modes intellectuelles et au prêt-à-penser, cultivant avec flegme une marginalité assumée dans le champ des sciences sociales, amusé de se voir rattrapé sur des thèmes qu’il avait lancés longtemps auparavant, ayant préféré monter des réseaux de chercheurs plutôt que de créer une école avec des disciples révérencieux, et finalement fier d’être, selon sa propre expression, incanalisable13.

26C’est pourquoi je souhaite approfondir cette facette particulière, celle d’un éclaireur défricheur.

  • 14 Je reprends ici les trois termes utilisés par Gilles Ferry dans l’article qu’il consacre à P.-H. Ch (...)

27Dès ses premières recherches sur l’agglomération parisienne et le monde ouvrier, réalisées au tournant des années cinquante, il associe, lie et met en relation les hommes, les choses et les pratiques que la tradition intellectuelle occidentale, le monde universitaire ou les milieux de la recherche conçoivent souvent de façon disjointe. Deux angles différents permettent de repérer cette démarche singulière : d’un côté, l’analyse des différentes postures qu’il a toujours revendiquées au cours de ses travaux – non sans interrogation et déception – et qui constituent l’expression même de cette conception totale de l’homme de recherche, à la fois témoin, chercheur et acteur social14 ; de l’autre, l’examen de sa capacité et de sa volonté à la mise en relation, à la « reliance » des êtres, des idées et des choses.

Une conception « totale » de la recherche

  • 15 Qu’il s’agisse par exemple de leur travail, de leur désir de rapports sociaux plus démocratiques, d (...)
  • 16 P.-H. Chombart de Lauwe, Paris et l’agglomération parisienne, t. II, Méthodes de recherche pour l’é (...)
  • 17 P.-H. Chombart de Lauwe, « Ethnologie de l’espace humain », in De l’espace corporel à l’espace écol (...)

28Le témoin : non seulement Chombart est un homme de terrain, un ethnologue-observateur de situations et de comportements, spectateur physiquement présent, mais il se considère aussi comme témoin-informateur et s’efforce d’en être un à l’écoute des personnes, de leur quotidien et de la façon dont elles le perçoivent, le disent et le vivent. Il s’agit alors de donner un témoignage par un descriptif des faits et un récit des événements auxquels on assiste, voire participe, de rendre sensible la vie des hommes et des femmes dans leur diversité à travers l’expression de leur culture vécue15, de transmettre des impressions et de faire partager des interprétations afin de les porter ensuite à la connaissance de ceux qui en ignorent l’existence ou qui ne sont pas présents à leur déroulement. « Aucun espace mathématique ne remplace pour nous les espaces concrets dans lesquels évoluent les individus et les groupes, ni l’espace social qui en est la synthèse »16. Ainsi requiert-il l’apport du savoir des gens (issu de leurs usages et de leurs pratiques) confronté à ceux des spécialistes voire des responsables politiques : « Les hommes sont mal à l’aise dans l’espace construit pour eux mais non par eux. L’espace leur est étranger, ce qui est un aspect de l’aliénation »17. Il considère ce savoir dont il fut l’ardent défenseur et le promoteur comme partie intégrante de la connaissance globale.

29Or, l’intérêt du témoignage direct ou indirect, comme le rappelle G. Ferry, tient à ce qu’il engage celui qui informe à la proximité humaine sur laquelle il se fonde (l’idée d’une possible compréhension partagée), et aux statuts des personnes rencontrées non comme purs objets de connaissance à objectiver, mais comme sujets dont le témoin rapporte les paroles et les actes. Il vise à « mettre dans le coup » ceux auxquels il s’adresse :

  • 18 G. Ferry, « Témoin, chercheur, acteur social », in Les Hommes, leurs espaces…, p. 29.

En portant témoignage on accomplit souvent un devoir de reconnaissance et de solidarité à l’égard des « témoignés », on établit un lien entre eux et ceux auxquels s’adresse le témoignage18.

En suivant les cours de Mauss, en fréquentant les Équipes sociales de Robert Garric, en se référant aux méthodes empiriques de certains géographes, Chombart a introduit cet usage du témoignage dès Uriage comme moyen d’accès aux réalités politiques, économiques et sociales et il n’a pas cessé d’utiliser dans sa pratique cette pédagogie de la prise de conscience, de la défendre et même de la valoriser dans sa réflexion théorique.

30L’intellectuel-chercheur : à partir d’une gamme variée d’outils et de moyens de connaissance, Chombart construit de multiples savoirs, apporte maints éléments d’explication et d’interprétation ; il participe ainsi à la compréhension de ces Trente Glorieuses, de cette France de la Modernité et de ses mutations si profondes et rapides qui transforment radicalement les paysages. C’est au nom de ce recul nécessaire pour un chercheur qu’il consacre une partie de son temps et de sa réflexion à la recherche fondamentale (sans cesser de développer conjointement des recherches appliquées). Sa direction de recherche à l’EPHE traduit cette exigence scientifique. Tout au long de son parcours, il propose toute une série d’éclairages successifs pour mieux comprendre, au cours de ces transformations, les processus de domination et les rapports qui se trouvent rejoués : à partir de ses approches conceptuelles en termes de besoins jusqu’aux aspirations, à travers celles de revendications et de projets, il élabore progressivement la notion de « dynamique culturelle » qui en est la clef de voûte. Ainsi, la pensée sociologique de Chombart privilégie la dynamique sociale, l’émergence de nouvelles formes de vie sociale et réfléchit à leurs conditions d’apparition, et cela, en refusant les a priori, les déterminations et enfermements des courants de pensée dominants à l’époque, aussi bien le marxisme, le structuralisme ou le fonctionnalisme. Méfiant à l’encontre de tous les « -ismes », il oppose une pensée constamment dialectique qui n’hésite pas à se heurter aux contradictions mêmes de ce réel mettant en tension les pratiques de la vie et les aspirations, les normes institutionnelles et le vécu des groupes ou la créativité des sujets et les déterminations qui les contraignent.

31L’acteur social : tout en s’accordant des moments et des lieux de mise à distance, Chombart est resté un homme engagé dans la vie de la cité. Il met ses connaissances de chercheur au service d’autres acteurs sociaux en France et à l’étranger. Il occupe aussi bien la position de conseiller, d’expert, de militant (lors de grèves ouvrières dans les années cinquante, par exemple), d’animateur ou de formateur. Fournir à ses interlocuteurs ou partenaires les outils et les démarches susceptibles de leur apporter une « représentation exacte de l’espace social [… et de] permettre aux populations qui y vivent de mieux en prendre conscience » ; car pour lui, « l’impossibilité dans laquelle se trouve l’habitant d’une grande cité de se situer dans un espace concret n’est pas l’une des moindres causes de déséquilibre de notre société ». Tels sont les objectifs récurrents qui constituent la base d’une coopération entre les équipes de recherche qu’il dirige et les acteurs de terrain, qu’il s’agisse d’une collaboration avec les urbanistes, architectes et planificateurs ou d’une contribution à la « culture-action » des ouvriers et habitants d’un quartier c’est-à-dire à la mise en acte de la « dynamique culturelle ». Il est le créateur de réseaux stimulant la conquête de l’autonomie, de l’éducation populaire voire de la pratique de « l’auto-éducation » et de « l’auto-recherche ». Selon lui, la recherche pour elle-même n’a pas d’intérêt ; sa finalité est double : d’un côté, améliorer les conditions de vie des habitants ; de l’autre, aider les urbanistes, aménageurs et planificateurs à réaliser des opérations qui répondent aux attentes des populations.

Une constante préoccupation : la « reliance »

32Cette conception totale de la recherche va de pair avec une préoccupation constante : la « reliance » qui, elle-même, se retrouve dans des registres variés :

33– Le travail d’équipe : leader charismatique rassemblant chercheurs, militants étudiants, cadres ou ouvriers autour de tâches et de thèmes communs, Chombart est un homme de groupe. Tout au long de sa vie, il ne cesse de participer à des équipes, de celles de Robert Garric ou d’Uriage jusqu’à l’ARCI, dans les quartiers ou dans les organismes de recherche, sous forme d’associations ou de laboratoires institutionnalisés en France, en Amérique latine, au Maghreb ou en Afrique, il fonde et anime séminaires, groupes de discussion et de réflexion. C’est son cadre de travail privilégié, celui de l’échange et de la délibération ; c’est en leur sein qu’il puise la force des combats à mener et non dans celui des institutions. Là, chacun peut prendre la parole ; il écoute beaucoup, commente, questionne. Il met en réseau, établit des connexions individuelles et collectives ; il crée ponts et passerelles et déploie une énergie considérable pour les faire vivre, les stimuler et relancer chacun, soumis à de multiples aléas et tribulations.

  • 19 Cette citation est extraite d’un opuscule intitulé Pour comprendre la France, Paris, Presses de l’Î (...)
  • 20 Chombart s’est démarqué de l’École de Chicago même s’il a pu reprendre dans certaines hypothèses qu (...)
  • 21 J.-P. Frey, « Paul-Henry Chombart de Lauwe : la sociologie urbaine française entre morphologies et (...)

34– L’inter- et la pluridisciplinarité : « Tout est lié », écrivait-il en 194719. De ce fait, seule une approche pluridisciplinaire est susceptible de cerner les différentes facettes du réel, et notamment celui du réel urbain. Chombart préconise donc un travail d’enquêtes qui n’hésite pas à confronter des savoirs disciplinaires pluriels ; il prône leur ouverture à la recherche des points d’articulation des champs de connaissance où, grâce aux interstices, peut se produire « l’étincelle explicative et compréhensive ». Ainsi, il convoque des chercheurs d’horizons complémentaires (géographes, psychologues, sociologues, ethnologues, urbanistes, architectes…), et fait appel à leurs connaissances pour en extraire certains aspects susceptibles d’éclairer son terrain d’études20. Ainsi, pour répondre aux exigences du terrain, crée-t-il des postures d’interdisciplinarité, des angles et des lieux de questionnement à l’instar de la socioanthropologie ou de l’ethno-psycho-sociologie, situées à la charnière des disciplines instituées et bien établies. Observant et montrant que le tissu urbain est aussi un tissu social, il jette de fait un pont entre la morphologie sociale et la morphologie urbaine21.

  • 22 L’utilisation du verbe « déterminer » n’est pas à comprendre de façon causale et absolue dans la me (...)

35– La relation du spatial et du social : dans Paris et l’agglomération parisienne, Chombart constate : « Les structures sociales, telles qu’elles nous apparaissent, sont déterminées en partie par les conditions matérielles et techniques, et en partie, par les représentations collectives » (p. 24). Dans cette simple phrase gît la perspective avancée par Marcel Mauss de l’interpénétration de l’individu et du collectif, du biologique, du psychologique et du social, du naturel et du culturel, de l’universel et du particulier par la fonction symbolique afférente à notre humanité qui confère à l’existence humaine sens et signification22. Cette démarche s’oppose à toutes les lectures spatialistes qui conduisent à penser qu’en réformant un espace, on peut réformer la société qui l’habite. Si P.‑H. Chombart s’intéresse autant à l’habitat, c’est bien sûr pour la fonction de logement qui répond à un besoin mais aussi en tant qu’exemple de relation entre les formes matérielles de la vie sociale et ses formes symboliques, relation qui mobilise notamment les représentations et les aspirations et qui est analysée à partir des conditions quotidiennes de vie des familles ouvrières (à travers leur résidence et leur parcours résidentiel, le budget des ménages, leurs rapports au corps, au voisinage, au quartier…) :

  • 23 P.-H. Chombart de Lauwe, Famille et habitation, Paris, CNRS, 1959, t. I, « Introduction ».

Les hommes ne vivent ni en dehors du temps ni en dehors du milieu matériel. Toute recherche qui prétend étudier la vie sociale en la séparant de la vie matérielle nous paraît vouée à l’échec23.

  • 24 P.-H. Chombart de Lauwe, La Vie quotidienne des familles ouvrières, Paris, CNRS, 1956, p. 65.

Chombart sait ainsi que l’habitation, loin de se réduire à des fonctionnalités pratiques, a toujours un statut riche et complexe « même si le logement des grandes cités modernes n’exprime pas aussi clairement qu’ailleurs les structures familiales et les pratiques sociales »24. La question de la morphologie sociale, initiée par M. Halbwachs, tient ainsi une place privilégiée dans toutes ses études urbaines, et cela, parce que :

  • 25 P.-H. Chombart de Lauwe, Pour une sociologie des aspirations, Paris, Denoël – Gonthier, 1969, p. 20 (...)

c’est tout notre système de valeurs qui est impliqué sans que nous en prenions toujours conscience. Changer la disposition des éléments dans l’espace social de la demeure, c’est modifier les valeurs attribuées aux objets et les symboles qui les supportent. C’est aussi changer les valeurs relatives à la hiérarchie des rôles. Ce sont nos croyances, nos craintes, nos espoirs, notre vie intime et notre liberté qui sont touchés25.

36– La relation du quantitatif au qualitatif : dans toutes ses enquêtes, Chombart mobilise tout un arsenal d’outils divers comportant à la fois statistiques, échantillons, pourcentages, observations, questionnaires, études de cas et entretiens. Dans ce matériau quantitatif et qualitatif élaboré, il inaugure une nouvelle manière d’approcher les phénomènes sociaux : le petit échantillon. De même, l’introduction de l’observation à caractère ethnographique, technique initiée par l’anthropologie et appliquée en sociologie, permet de recueillir le détail significatif, le « petit fait » qui éclaire le fait social dans sa totalité. Ainsi, l’attention portée à l’observation des faits concrets saisis dans leur contexte ne réduit donc pas l’habitation à un objet statistique, ni à un strict logement, réponse technique à un simple besoin fonctionnel, ni à un vulgaire produit consommable, ni à l’objet abstrait d’une théorie socio-économique :

  • 26 P.-H. Chombart de Lauwe, Famille et habitation, p. 14.

Il ne suffit pas de répondre aux besoins immédiats qui sont vite dépassés, mais aux aspirations que le sociologue doit aider à découvrir […]. On donne au mot un sens trop restrictif et trop technique qui supprime toute liberté des individus comme s’il s’agissait de loger des lapins ou des souris et non des hommes. Le logement d’une famille n’est pas un mécanisme ordinaire26.

37Avec cette approche plurielle pour parvenir à la compréhension de la complexité, l’individu est réhabilité dans sa dimension humaine, dans son libre arbitre, dans sa capacité à conduire son destin et à participer au destin collectif. Ainsi, Chombart ne pense pas non plus que la vérité soit donnée par le chiffre ni même l’observation. Pour lui, elle est construite, elle résulte d’hypothèses argumentées.

  • 27 P.-H Chombart de Lauwe, La Vie quotidienne des familles ouvrières…, p. 225.
  • 28 P.-H. Chombart de Lauwe, « Le rôle de l’observation en sociologie en relation avec les autres aspec (...)

38– La relation de la pratique empirique à la théorie : si Chombart revendique l’indispensable retour permanent aux faits concrets, il n’en est pas moins conscient des exigences et conséquences que cette position engendre et qu’il assume face à ceux qui pensent avoir déjà tout vu, dit et pensé : « Nous pensons alors à travers ce travail empirique, aboutir à des résultats moins brillants mais plus sûrs même sur le plan théorique »27 ou encore « L’essentiel n’est pas l’hypothèse, c’est l’objet d’observation »28. Beaucoup de sociologues universitaires lui ont reproché son empirisme et son manque de cadre théorique solide. Or à la lecture de ses ouvrages, cette critique n’est pas légitime car, en permanence, il montre comment faire tenir ensemble les deux pôles : celui du travail empirique par la construction minutieuse et raisonnée d’un matériau d’analyse et celui de la théorie qui est une théorie en mouvement (passant par exemple de la théorie des besoins à celle des aspirations et des désirs qu’il a forgée).

39– La relation du global et du local : dans l’enquête sociale, Chombart allie ainsi la volonté de poser un regard global sur la réalité sociale et la nécessité de ne pas gommer les aspérités du terrain de la vie quotidienne, la diversité des populations et de leurs empreintes, exigences qui associent la vision aérienne du pilote et le décryptage méticuleux, surpris et curieux de l’ethnologue. Ce glissement constant d’une vision large et externe à celle de la proximité empêche la réduction de l’existence humaine à une seule dimension, celle de l’économie par exemple ou aux seuls rapports de production. La connaissance, jamais assurée d’elle-même, qui associe alors l’observation du monde, la rencontre avec les autres acteurs, les données statistiques et cartographiques et les études livresques a plus de chance d’échapper aux systèmes explicatifs clos et rassurants mais souvent simplistes et réducteurs pour s’ouvrir à de constantes reprises de sens et de nouveaux enrichissements. Il s’ensuit aussi le jeu des échelles des espaces vécus (îlot, secteur, quartier, arrondissement, ville, agglomération, région…) car la vie quotidienne d’un habitant ne peut pas être appréhendée à partir d’un seul de ces niveaux. Chombart prend soin de prendre en compte les diverses dimensions non hiérarchisées de ces unités spatiales de vie sociale même si l’intéressé n’en possède pas toujours une représentation bien précise de prime abord.

40De l’ensemble de ces travaux se dégage un « souci humaniste » des autres de portée politique. Face aux impératifs techniques et économiques et contre l’hégémonie des urbanistes et architectes, Chombart revendique une indispensable écoute des résultats issus des recherches en sciences sociales et une place reconnue pour l’anthropopsycho-sociologie dans le concert des spécialistes. Il n’hésite pas à mettre ses recherches non seulement au service d’expériences de lutte contre toutes formes d’oppression et de domination, mais aussi au service d’une certaine conviction démocratique : celle de la parité du droit de parole et d’écoute entre les plus lettrés et les moins instruits ; celle qui, en refusant toute instrumentalisation des hommes par les idéologies, reconnaît à ceux-ci une dignité fondamentale qui nécessairement les place au centre des projets. L’écoute attentive des aspirations des personnes et une prise en considération de leurs propres pratiques et savoirs le conduisent ainsi à ouvrir des voies à ce que, cinquante ans plus tard, on appelle la participation des habitants.

Chombart reconnu mais pas entendu

41Chombart occupe dans le champ des sciences sociales une place paradoxale. Tout au long de sa carrière, il est maintes fois invité à parler, à donner son avis, sans jamais être réellement suivi. Ses nombreux écrits ne sont plus guère connus ou cités aujourd’hui, sinon très partiellement.

42Pourtant par cette démarche, il se démarque des traditionnelles enquêtes des hygiénistes et dépasse celles des réformateurs sociaux du XIXe siècle – première moitié du XXe siècle. Il montre aussi les limites des études strictement quantitatives ou empiriques, monodisciplinaires ou totalement déterminées par des courants théoriques ou idéologiques.

43Pourquoi ces malheurs et contradictions dans la réception de la pensée chombartienne ? Outre des rapports difficiles avec l’institution universitaire sur lesquels nous ne nous étendrons pas ici, Chombart eut des rapports ambivalents vis-à-vis des instances politico-administratives.

  • 29 M. Amiot, Contre l’État, les sociologues, Paris, EHESS, 1986, p. 35.

44Dans son ouvrage, Contre l’État, les sociologues, Michel Amiot29 n’hésite pas à affirmer : « En construisant une anthropologie urbaine, Chombart bute contre l’État », posant frontalement la question de l’articulation de la connaissance à l’action, du conseil au pouvoir.

45Chombart, homme de l’émergence et du mouvement, qui se meut dans les formes diluées des réseaux, se méfie du système qui emprisonne, de la structure qui fige, du pouvoir qui corrompt, de l’institution qui broie, modèle et norme progressivement mais inexorablement. De la même façon qu’il n’a jamais souhaité coopérer avec la DATAR pour un travail territorialisé, il manifeste une grande froideur vis-à-vis de la figure du « grand commis de l’État ». Les rapports complexes et difficiles de Chombart à Paul Delouvrier expriment et éclairent cette distance ambivalente réciproque, mélange fondu fait d’estime et d’incompréhension que les décideurs et experts ont entretenu avec le sociologue :

  • 30 P.-H. Chombart de Lauwe, Un anthropologue dans le siècle, p. 64.

J’ai eu avec Delouvrier des rapports quelque peu malheureux. Je crois qu’il s’intéressait beaucoup à ce que nous faisions, bien qu’il n’ait jamais voulu me l’avouer ; je l’ai appris par différents échos. Lorsqu’il a par la suite occupé des postes importants, je ne l’ai plus revu, mais cela n’a pas supprimé nos sentiments d’amitié. Lorsqu’il a été nommé au district de Paris, il m’a fait venir dans son bureau. Nous avons discuté ensemble pendant une heure, en particulier sur les projets du futur « Front de Seine », sans parvenir à nous entendre. Il n’a pas compris nos travaux et ne nous a été d’aucune aide à ce moment-là. Il a pourtant confié à des gens qui me l’ont rapporté que nos recherches comptaient parmi celles qu’il appréciait le plus ! Pour ma part, j’ai gardé une grande estime pour ce qu’il a fait, même si nous n’abordions pas les questions de la même façon30.

  • 31 Cf. le numéro spécial de la revue Esprit consacré en 1953 au logement où il pose la question : comm (...)
  • 32 « Nous avons beaucoup étudié les budgets ouvriers en tenant compte de leurs différents chapitres –  (...)

46Ainsi, Chombart est connu, lu par les décideurs et architectes, mais ses écrits n’ont pas d’impact sur la nature de leurs choix et ne les modifient en rien. Si le Commissariat au Plan, la Délégation au district de Paris, l’IAURP (Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne) et le PADOG (Plan d’aménagement et d’organisation générale) n’ont pas été des commanditaires de recherches, ils n’ont été que des utilisateurs partiels ou potentiels de leurs résultats sociologiques. Les décideurs le citent mais réagissent d’un point de vue idéologique et pas scientifique. Ils le consultent, discutent avec lui, voire lui consacrent des moments de travail, mais ses avis, critiques, réticences, questions, propositions n’ont pas de prise sur eux. Chombart doit constater que la connaissance n’engendre pas nécessairement une action, et plus particulièrement dans le domaine des réformes administratives et des modifications urbanistiques. Globalement, la machine planificatrice des grands ensembles collectifs poursuit irrémédiablement son œuvre dans toutes les périphéries françaises et les opérations de rénovation urbaine bétonnent certains quartiers des vieux centres-villes ou les hérissent de leurs tours de métal et de verre. Il donne pourtant son point de vue31, et, quand il le faut, ses désaccords, mais n’arrive pas à faire réfléchir autrement ces « élites » et à les persuader que d’autres voies sont possibles, et cela, malgré les difficultés quotidiennes de plus en plus nombreuses imposées par cet urbanisme dirigiste, malgré les remises en cause des populations et en dépit de quelques bonnes volontés et complicités qu’il a cependant nouées (celle de François-Bloch-Lainé32 de la Caisse des dépôts et consignations, par exemple).

47Ainsi, pas plus qu’il ne réussit à entrer à l’université, il n’arrive à faire pénétrer concrètement ses idées dans les milieux professionnels et politiques de l’aménagement urbain. Pourtant il y est présent, mais seulement dans l’imaginaire, de manière diffuse et distillée. Au-delà des hommes et de leur personnalité singulière, pourquoi ces blocages, pourquoi cette surdité ?

48Outre les modes et « prêt-à-penser » (les fameux « -ismes » que dénonçait Chombart) qui éclipsaient les analyses plus nuancées de l’espace social telles celles que lui-même pratiquait, j’avancerai deux autres explications :

49– Le mythe égalitariste du progrès social d’un État-providence dirigiste : comme le rappelle Jean-Pierre Frey, Chombart s’est trouvé devoir vivre et donc être confronté :

  • 33 J.-P. Frey, « Paul-Henry Chombart… », p. 27-28.

à un moment de l’histoire urbaine où tout, y compris le sens commun, s’alignant de fait sur les politiques publiques d’aménagement, s’employait à gommer les disparités au profit d’une espérée justice redistributive et homogénéisante que promettait une modernité envahissante. […] La politique urbaine s’employait à garantir à coup d’infrastructures et d’équipements une harmonisation et un rééquilibrage du territoire. […] Aventure passionnante et passionnée dans laquelle l’auscultation des différences de modes de vie, le repérage de formes nouvelles de ségrégation ou simplement de la diversité culturelle des populations en présence faisait mauvais effet33.

50– Des politiques urbaines sous l’influence d’un utilitarisme qui met l’accent sur la satisfaction de l’intérêt particulier. Convaincus du primat de l’économique sur le lien social, les penseurs et décideurs de l’aménagement pouvaient ne manifester qu’une écoute polie aux analyses, recommandations et propositions de Chombart, un sociologue pour lequel les hommes sont avant tout des sujets pris dans des rapports avec d’autres sujets (rapports de dignité, de respect ou de reconnaissance qui traduit le désir d’apparaître, de se manifester et d’exister aux yeux des autres créant par là même « un monde pluriel commun » selon l’expression d’Hannah Arendt) et qui se définissent par ces relations beaucoup plus que par les biens qu’ils consomment. En 1974, Chombart met en garde les technocrates, qui assimilent la notion d’intérêt général à celui du plus grand nombre, dans les termes suivants :

Aujourd’hui surtout l’espace tel qu’il est perçu dans la ville a perdu ses significations. Plus les points de repère deviennent fonctionnels, plus la ville est techniquement organisée, plus l’espace économique est efficace, et plus le décalage entre l’espace imaginaire, l’espace vécu et l’organisation de l’espace tend à s’accroître. Ici nous revenons à la faillite de la symbolique de l’espace dans la civilisation industrielle. La rationalisation provoque un étouffement qui finit par exploser en révoltes de désir.

  • 34 Pourtant une question demeure esquissée par J.-P. Frey : pourquoi les urbanistes dits culturalistes (...)

51Il est clair qu’il ne peut être entendu34.

Notes

1 Je voudrais plus particulièrement remercier Marie-Jo Chombart de Lauwe, Thierry Paquot, Pierre Bitoun et Alain Caillé dont les conseils, les documents et les encouragements m’ont aidée dans l’élaboration de cette intervention et l’écriture de cette communication.

2 A. Grelon, « Paul-Henry Chombart de Lauwe, 1913-1998 », L’Année sociologique, 49, 1, 1999, p. 7-18.

3 P.-H. Chombart de Lauwe, Un anthropologue dans le siècle, entretiens avec Thierry Paquot, Paris, Descartes & Cie, 1996, p. 10.

4 Ibid., p. 20 et 24.

5 P. Bitoun, Les Hommes d’Uriage, Paris, La Découverte, 1988, p. 50.

6 C’était une communauté de travail des Boîtiers de montre du Dauphiné où venaient se reposer et se ressourcer les membres des équipes volantes de la résistance du Vercors.

7 P. Bitoun, Les Hommes d’Uriage, p. 120.

8 A. Grelon, « Paul-Henry Chombart de Lauwe… », p. 9. Chombart écrit lui-même : « Grâce à la vision aérienne, des contradictions s’expriment dans l’infrastructure des sociétés. L’opposition entre les quartiers riches et pauvres dans les régions et les villes transformées par la civilisation industrielle, l’opposition entre les grandes agglomérations et les villages font réfléchir aux formes de domination que nous retrouverons par la suite », extrait de « Genèse d’une proposition théorique au cours d’un itinéraire de recherche », in Les Hommes, leurs espaces et leurs aspirations. Hommage à P.-H. Chombart de Lauwe, M. Augé, M. Bassand et al. (dir.), Paris, L’Harmattan, 1994, p. 37.

9 P.-H. Chombart de Lauwe, « Vingt-cinq ans de recherche en sociologie », Revue Urbanisme, nº 156, 1976.

10 En 1959, ce centre, jusque-là installé au musée de l’Homme, déménage à Montrouge, prend le nom de Centre d’ethnologie sociale et de psychosociologie, afin d’y accueillir de nouveaux chercheurs et développer de nouveaux axes de travail, notamment sous l’impulsion de sa femme.

11 P.-H. Chombart de Lauwe, « Vingt-cinq ans de recherche… », p. 61-63.

12 Les résultats de ces travaux collectifs ont donné lieu à plusieurs publications : Aspirations et transformations sociales, P.-H. Chombart de Lauwe (dir.), Paris Anthropos, 1970 ; Transformations de l’environnement, des aspirations et des valeurs, P.-H. Chombart de Lauwe (dir.), Paris, CNRS, 1975.

13 A. Grelon, « Paul-Henry Chombart de Lauwe… ».

14 Je reprends ici les trois termes utilisés par Gilles Ferry dans l’article qu’il consacre à P.-H. Chombart de Lauwe et publié dans l’ouvrage, déjà cité, réalisé en hommage à ce dernier (p. 25-33).

15 Qu’il s’agisse par exemple de leur travail, de leur désir de rapports sociaux plus démocratiques, de leurs projets de transformation difficiles à élaborer à partir de leurs revendications (comme en mai 1968).

16 P.-H. Chombart de Lauwe, Paris et l’agglomération parisienne, t. II, Méthodes de recherche pour l’étude d’une grande cité, Paris, PUF, 1952, p. 22.

17 P.-H. Chombart de Lauwe, « Ethnologie de l’espace humain », in De l’espace corporel à l’espace écologique, Paris, PUF, 1974, p. 240.

18 G. Ferry, « Témoin, chercheur, acteur social », in Les Hommes, leurs espaces…, p. 29.

19 Cette citation est extraite d’un opuscule intitulé Pour comprendre la France, Paris, Presses de l’Île-de-France ; il constitue la réédition de Pour retrouver la France. Enquêtes sociales en équipes, Uriage, École nationale des cadres, 1942.

20 Chombart s’est démarqué de l’École de Chicago même s’il a pu reprendre dans certaines hypothèses quelques considérations socio-spatiales de Burgess. Vouloir le rattacher à cette école, même s’il la fait connaître en France, n’est pas pertinent et juste car il s’en est maintes et maintes fois publiquement expliqué notamment sur la question des formes de distance sociale et de leur interprétation (les sociologues américains privilégiant trop les particularités ethniques au détriment des rapports politiques et sociaux). Avant lui, M. Halbwachs avait déjà souligné les différences à ce sujet entre les deux formes de villes, américaine d’un côté, française de l’autre.

21 J.-P. Frey, « Paul-Henry Chombart de Lauwe : la sociologie urbaine française entre morphologies et structures », Espaces et sociétés, 103, 2000, p. 41.

22 L’utilisation du verbe « déterminer » n’est pas à comprendre de façon causale et absolue dans la mesure où chez M. Mauss toute idée de conditionnalité, détermination et obligation est compénétrée d’une part plus ou moins importante selon les circonstances d’inconditionnalité, d’indétermination et de liberté.

23 P.-H. Chombart de Lauwe, Famille et habitation, Paris, CNRS, 1959, t. I, « Introduction ».

24 P.-H. Chombart de Lauwe, La Vie quotidienne des familles ouvrières, Paris, CNRS, 1956, p. 65.

25 P.-H. Chombart de Lauwe, Pour une sociologie des aspirations, Paris, Denoël – Gonthier, 1969, p. 207.

26 P.-H. Chombart de Lauwe, Famille et habitation, p. 14.

27 P.-H Chombart de Lauwe, La Vie quotidienne des familles ouvrières…, p. 225.

28 P.-H. Chombart de Lauwe, « Le rôle de l’observation en sociologie en relation avec les autres aspects de la recherche », Revue de l’Institut de sociologie Solvay, 1, 1960, p. 30.

29 M. Amiot, Contre l’État, les sociologues, Paris, EHESS, 1986, p. 35.

30 P.-H. Chombart de Lauwe, Un anthropologue dans le siècle, p. 64.

31 Cf. le numéro spécial de la revue Esprit consacré en 1953 au logement où il pose la question : comment les décideurs doivent-ils écouter les habitants ?

32 « Nous avons beaucoup étudié les budgets ouvriers en tenant compte de leurs différents chapitres – ceux consacrés à l’habitation, à la santé, à l’éducation des enfants, plus toutes les variations liées aux circonstances – ce qui a été très riche d’enseignement pour nous parce que, à travers les différents postes budgétaires, c’est toute la vie sociale qui se dessine. Il régnait alors un riche climat de discussions sur ces thèmes, avec des gens qui essayaient de comprendre la situation à son niveau le plus haut, comme notamment François Bloch-Lainé, à la Caisse des dépôts et consignations, personnage tout à fait remarquable, d’un très grand dévouement et d’une très grande simplicité malgré les responsabilités et les pouvoirs qui lui incombaient. Il comprenait très bien toutes ces questions, sans parvenir néanmoins à les faire entendre complètement. Je crois que s’il avait été plus libre, il serait sans doute allé beaucoup plus loin, et un certain nombre d’erreurs et de bêtises auraient ainsi pu être évitées. Nos propositions d’enquêtes approfondies sur les problèmes des logements ouvriers n’ont pu aboutir, le directeur de la Caisse des dépôts et consignation – Bloch-Lainé en était le président – ayant opposé un tel barrage que Bloch-Lainé n’a pas voulu passer outre », P.-H. Chombart de Lauwe, Un anthropologue dans le siècle, p. 90.

33 J.-P. Frey, « Paul-Henry Chombart… », p. 27-28.

34 Pourtant une question demeure esquissée par J.-P. Frey : pourquoi les urbanistes dits culturalistes n’ont-ils pas été des interlocuteurs de Chombart, pourquoi le dialogue ne s’est-il pas noué entre eux, là où il était de fait réalistement impossible avec les tenants de la technostructure des ZUP, des plans-masse, du béton et des chemins de grue ? Un élément de réponse peut être brièvement apporté en soulignant qu’à la lecture des textes de Chombart se dégage aussi une pensée utopiste, scientiste et téléologique qui a pu éloigner aussi un certain nombre d’urbanistes. Mais c’est un autre débat pourtant nécessaire à avoir.

Auteur

Professeur des universités, elle enseigne à l’UFR de géographie de l’université de Caen, qu’elle a dirigée de 2003 à 2008. Chercheur en sciences humaines et sociales, membre du Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales (MAUSS), elle travaille dans le cadre du laboratoire de Sociologie, philosophie et anthropologie politique (SOPHIAPOL) de Paris X-Nanterre. Membre du Conseil de développement de la Communauté d’agglomération de Caen-la-Mer et du Conseil consultatif de la vie associative de Caen, elle préside l’association Démosthène. Ces dernières années, elle a participé à plusieurs groupes d’experts (Directive territoriale d’aménagement de l’estuaire de la Seine, SRADT de Basse-Normandie, Commission métropolitaine Caen-Le Havre-Rouen).

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540