Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement du territoire

 | 
Armand Frémont
, 
Sylvain Allemand
, 
Édith Heurgon

Témoignages

Le milieu rural de la Basse-Normandie ou l’histoire d’un territoire organisé à l’initiative de collectivités locales

Jean-Marie Rouillier

Texte intégral

1En 1967, les services de l’Organisme régional d’études d’aménagement des aires métropolitaines (OREAM) publient le schéma Basse-Seine. Schéma cartographique avec des objectifs très ambitieux de population et d’emploi à l’horizon 2000, le schéma inquiète les élus du tissu rural (petites villes des pays de Caux et de Bray ainsi que de la vallée de la Bresle) qui décident en juin 1968 de créer un Comité d’aménagement de ces zones ignorées par le schéma Basse-Seine avec le soutien du préfet de l’époque Pierre Chaussade. Le maire de Dieppe préside ce comité. Son premier objectif est de réfléchir à un schéma d’aménagement « des Plateaux nord » par opposition à la vallée de Seine.

2Une première enquête cantonale est réalisée par le Comité d’aménagement littoral Caux Bray Bresle (LCBB). Elle constitue un premier état des lieux ; les maires et secrétaires de mairie s’en acquittent et prennent ainsi conscience de la situation socio-économique de leur territoire. Certains vont participer via le comité aux groupes de travail qui vont valider les différentes étapes du projet d’aménagement. La mission Basse-Seine (OREAM) pilote ce schéma préparé par l’ANERA de Caen et le comité d’aménagement. Il est approuvé en 1972 à l’unanimité des élus du Conseil général de la Seine-Maritime. Ce schéma qui prévoit trois hypothèses de développement donne la préférence à une formule de croissance moyenne faisant passer la population de 302 000 à 350 000 habitants. Compte tenu de la diminution de l’emploi agricole, l’objectif est la création de 1 200 à 1 500 emplois secondaires ou tertiaires par an. Un schéma de l’armature urbaine autour des principaux pôles urbains et le développement progressif d’un foyer d’activité allant de la région dieppoise à la vallée de la Bresle en sont l’élément structurant. Des politiques visant à accompagner ce schéma sont proposées notamment une programmation des équipements comme la réalisation rapide d’un lycée technologique à Dieppe.

3Le secrétaire général du comité d’aménagement propose aux élus de transformer le comité en véritable comité d’expansion économique pour promouvoir un programme de réindustrialisation « des Plateaux », une analyse du BIPE (Bureau d’information pour les entreprises) ayant mis en évidence l’extrême vulnérabilité d’un tissu industriel ancien et vieillissant. Le comité qui regroupe déjà plus de 200 communes adhérentes va jouer un rôle de développeur, s’inspirant des pays bretons, et de stimulateur de coopération intercommunale aux côtés des sous-préfectures – de 1974 à 1983 tous les cantons ou presque mettent en place un Syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVOM). L’originalité du comité réside dans le fait qu’il regroupe peu à peu tous les pays ruraux de la Seine-Maritime pour couvrir un territoire de 300 000 habitants, qui est étudié dans le livre blanc des Plateaux.

4Seconde originalité, découlant des conditions de sa création, il intègre en son sein deux démarches qui s’avéreront très complémentaires : celle d’un atelier d’aménagement rural contribuant à l’organisation des territoires et à l’amélioration du cadre de vie des populations (adaptant toutes les politiques du moment, contrats de pays, pays d’accueil, schéma de transports en milieu rural… au contexte de la Seine-Maritime) et celle d’un bureau de développement économique, membre actif du CNER (Conseil national des économies régionales). Son action s’inspire largement de celles qui ont réussi dans l’Ouest (Bretagne, Pays de la Loire), à savoir : création de petites zones d’activités de proximité (le plus souvent cantonales), mise à disposition de locaux industriels à des conditions avantageuses, prise en charge des projets industriels par un chargé de mission coordonnateur, transformation de l’élu local en acteur du développement de son territoire. La restructuration industrielle du milieu rural qui a accompagné l’aménagement du territoire a été facilitée par la priorité donnée au développement endogène qui a permis la réalisation de 250 usines relais hébergeant aujourd’hui plus de 5 000 emplois industriels et d’une vingtaine d’hôtels d’entreprises permettant l’hébergement simultané de plus de 50 jeunes entreprises. Les financements coordonnés et rapides dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix des différentes strates administratives (État-région-département-intercommunalité) en ont largement facilité la réalisation, ainsi que l’arrivée des deux centrales électronucléaires de Paluel et de Penly au début des années quatre-vingt.

Littoral et plateaux ruraux de Seine-Maritime : un bilan comparatif

5Différents éléments auront contribué au succès ou à l’échec de ces deux stratégies d’aménagement du territoire.

6S’agissant du schéma Basse-Seine, les dossiers ont été préparés par des hauts fonctionnaires s’appuyant sur des hypothèses administratives de continuité de tendance, mais trop ignorants du contexte socio-économique et surtout des perspectives économiques à long terme (raréfaction du pétrole, arrivée des pays émergents…) ainsi que de l’évolution politique s’inspirant du contexte des pays environnants (décentralisation, régionalisation progressive, pouvoir accru des élus qui ont eu tendance au début à rejeter les projets venant « d’en haut »). À part une large partie du schéma routier, le parc naturel et la ville nouvelle du Vaudreuil restée modeste, les perspectives du schéma (2 millions d’habitants, 600 000 emplois) ont été totalement infirmées.

7Quant au schéma de développement des Plateaux, voulu par les élus, avec le concours des services décentralisés de l’État, il a été, malgré quelques difficultés (retard dans la programmation des équipements de services publics et de la mise en chantier de logements sociaux inférieurs à la demande dans les années quatre-vingt-dix), globalement réalisé : l’emploi industriel est passé de 22 à 30 % des emplois industriels de la Seine-Maritime tandis que la population en milieu rural a progressé davantage en proportion que celle de la Basse-Seine au cours des deux derniers recensements. Incontestablement, le niveau de motivation des élus, la mise en place d’une équipe de développeurs agissant dans la durée (président, conseil d’administration, directeur et permanent étant restés pour la plupart en fonction pendant plus de trente ans) auront joué un rôle déterminant dans ce succès, ce qui a amené le Conseil général de la Seine-Maritime à transformer en 1997 le comité LCBB en Agence départementale d’expansion économique.

Auteur

Président du Club des districts industriels français (CDIF)

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540