Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement du territoire

 | 
Armand Frémont
, 
Sylvain Allemand
, 
Édith Heurgon

Un colloque cerisyen sur l’aménagement du territoire, mode d’emploi

Sylvain Allemand

Texte intégral

1Entre le 27 septembre et le 2 octobre 2006, une centaine de personnes se sont rendues à Cerisy-la-Salle, un village d’un millier d’habitants, situé en plein cœur du Cotentin, pour assister au colloque sur l’aménagement du territoire dont les présents actes sont directement issus…

  • 1 Pour un aperçu de la production éditoriale consacrée à l’aménagement du territoire et ses enjeux, l (...)

2Un colloque de plus sur un thème archidébattu pourra se dire a priori le lecteur, tant il est vrai que sont nombreuses les manifestations (séminaires, conférences, universités d’été…) consacrées à cet enjeu, en France et à l’étranger, dans le contexte de la décentralisation ou de l’Europe, voire de la mondialisation, dans la perspective d’un développement durable, du point de vue des collectivités territoriales ou des citoyens. Que dire des articles et ouvrages publiés chaque année sur l’une ou l’autre de ces thématiques, dont, pour ne citer que lui, le recueil de textes qu’Armand Frémont a publié récemment : Géographie et action. L’aménagement du territoire1.

3Pourquoi cette année ? Aura pu aussi se dire notre lecteur. L’institution en charge de l’aménagement du territoire en France (la DATAR, devenue depuis 2005, la DIACT) ayant soufflé ses quarante bougies en 2003, le colloque aurait pu être organisé trois ans plus tôt… ou sept ans plus tard, à l’occasion de son cinquantenaire.

4Un colloque peut cependant en cacher un autre. À l’origine de celui-ci, il y eut la volonté d’en consacrer un à… Armand Frémont lui-même et à sa contribution à l’aménagement du territoire, soit comme géographe, connaisseur des territoires aussi bien administratifs que « vécus », soit comme recteur d’académies (de Grenoble puis de Versailles) particulièrement soucieux d’aménagement universitaire du territoire, soit enfin comme conseiller auprès du délégué de la DATAR.

5C’était sans compter avec son sens tout normand de la discrétion, son envie aussi de donner, sans esprit de chapelle, la parole à des acteurs et chercheurs de différentes générations, témoins ou non de l’hypothétique âge d’or de l’aménagement du territoire (les années 1950-1960). C’est ainsi que la direction du colloque s’est naturellement étoffée avec l’intégration d’Anne-Marie Fixot, de Jean Levêque et de l’auteur de cette présentation (sans oublier Édith Heurgon, impliquée de bout en bout) et que la problématique s’est élargie à plus de cinquante ans d’aménagement du territoire… Avec un double parti pris : ne pas caler cette rétrospective sur l’histoire institutionnelle (celle de la DATAR et de ses ministères de tutelle) ; éviter l’écueil du réflexe nostalgique, en suggérant que l’aménagement du territoire a encore toute sa place dès lors qu’on prend la mesure des changements ayant affecté les rapports de la société et de nous-mêmes au temps (sous l’effet notamment de l’éclatement des rythmes sociaux) et à l’espace (avec la diversité reconnue des territoires qui composent le territoire national). Ce que l’intitulé du colloque devait suggérer bien plus qu’on ne l’imaginait alors…

  • 2 Pour un aperçu de la richesse des colloques organisés de Pontigny à Cerisy : S.I.E.C.L.E., colloque (...)
  • 3 Qui nous a quittés quelques mois après la fin du colloque.

6Soit. Mais pourquoi organiser un colloque si ambitieux dans ce lieu situé à plus de 320 kilomètres de Paris et de surcroît victime du centralisme qui a longtemps inspiré l’aménagement du réseau ferroviaire (la gare la plus proche se situe à six kilomètres ; les trains s’y arrêtent exceptionnellement, les jours d’ouverture des colloques de Cerisy…) ? Outre sa discrète église, son gros bureau de poste, le paysage de bocage des alentours, Cerisy-la-Salle, c’est aussi et surtout le Centre culturel international, abrité dans un château du XVIIe. Depuis 1952 s’y déroulent des colloques littéraires ou scientifiques, ou encore touchant à des enjeux de société. De Jürgen Habermas à Derrida, de Robbe-Grillet à Ionesco, d’Alain Touraine à Pierre Bourdieu en passant par Edgar Morin, Michel Crozier… les grands noms de la philosophie, de la littérature, des sciences sociales et humaines s’y sont rendus, certains plus d’une fois. Et ce, pour débattre et échanger, dans l’esprit des « Décades de Pontigny » (Yonne) fondées dans les années 1920 par Paul Desjardins, le grand-père des deux codirectrices du Centre culturel international de Cerisy2, Édith Heurgon et Catherine Peyrou3.

  • 4 Une démarche conçue par Édith Heurgon, qui fut en charge de la mission prospective de la RATP et qu (...)

7Parmi ces colloques, de nombreux ont porté sur des problématiques encore en marge du milieu académique. Soit parce qu’ils abordaient une discipline ou une théorie nouvelle, étaient consacrés à un auteur encore méconnu en France, ou privilégiaient une approche trans- ou tout simplement pluridisciplinaire. Soit encore parce qu’ils n’hésitaient pas à confronter les savoirs savants (ceux des universitaires précisément) à des savoirs profanes (c’est-à-dire de non-experts), selon la distinction proposée par le sociologue Michel Callon. De tous les colloques de Cerisy, ce sont certainement ceux dédiés à la « prospective du présent »4 qui sont allés le plus loin dans cette direction en confrontant points de vue théoriques et témoignages d’expériences d’acteurs de terrain dans un souci d’hybridation des formes de savoir.

8Le colloque sur l’aménagement du territoire a résolument pris ce double parti : croiser les approches disciplinaires (en conviant tout à la fois des géographes, des sociologues, des économistes, des historiens et des ingénieurs) et les points de vue d’aménageurs d’hier et d’aujourd’hui (en conviant pas moins de trois délégués de l’ex-DATAR et de l’actuelle DIACT : Jean-Pierre Duport, Jean-Louis Guigou, excusé mais dont l’« ego-histoire » de la DATAR fut lue en séance plénière, et Pierre Mirabaud, actuel délégué), sans oublier des représentants de la société civile, qui contribuent à leur manière à l’aménagement du territoire, ne serait-ce qu’à travers leur participation aux débats publics autour des grands projets d’aménagement, et enfin des doctorants (en prospective territoriale ou en géographie).

9Aux motifs d’étonnement de notre lecteur, on peut donc répondre en soulignant sans prétention aucune, que le colloque en question n’est et ne pouvait être un colloque comme les autres… de par son caractère résolument pluridisciplinaire, mais aussi son organisation même et le cadre où il se déroulait.

10Contraintes de temps obligent, les colloques universitaires ne se tiennent plus que sur deux ou trois jours maximum, à un rythme qui laisse difficilement place à l’échange informel, les intervenants n’y assistant que le temps de leur contribution pour ne pas rater le dernier train qui les ramènera dans leurs contrées respectives… Dans la droite ligne des Décades de Pontigny, ce colloque s’est déroulé sur plusieurs jours… Cinq au total, soit une demi-décade ou, comme on voudra, une « pentade » (selon l’expression d’Édith Heurgon)… Prendre le temps d’échanger, fût-ce dans le silence, tel était le vœu de Paul Desjardins. De silence, il n’y en eut guère ou peu tant le programme fut chargé (au moins trois conférences plénières par jour, sans compter les tables rondes, les discussions improvisées comme ce soir-là, autour notamment d’une publication de la DIACT sur la prospective régionale, en présence du délégué). Sans compter non plus les discussions informelles avant, pendant et après les conférences : lors des repas qui ponctuent les journées et que les participants partagent ensemble.

11Certes, malgré les consignes, les participants n’ont pas tous, faute de disponibilité, assisté à l’ensemble du colloque. La magie ne s’en est pas moins produite : les échanges ont débouché sur des constats partagés, sur lesquels on ne reviendra pas ici, sinon succinctement (Armand Frémont les expose dans son introduction).

12Un colloque de Cerisy, c’est aussi un lieu et un cadre atypique : un château du XVIIe siècle situé en plein cœur du Cotentin. Les interventions dont sont issues les contributions ont toutes été exposées dans sa magnifique bibliothèque (il arrive que des colloques se déploient dans d’autres pièces ou bâtiments : le grenier, le salon du premier étage, l’orangerie, suivant qu’ils s’organisent ou non en ateliers ou qu’ils sont programmés simultanément avec un autre colloque). Last but not least, un colloque de Cerisy, c’est aussi des rites : les cloches qui sonnent le rappel pour les repas ou la reprise des conférences ; le verre de calvados, offert la veille du colloque ; l’omelette norvégienne préparée par la cuisinière en chef pour on ne sait plus quel motif, mais qu’on perpétue dans le respect de ces rites sans lesquels Cerisy ne serait plus Cerisy…

13Autant d’ingrédients qui ont assurément concouru à faire de ce colloque, un colloque pas comme les autres. Qu’est-ce que ses actes apportent néanmoins de plus qui n’aura été dit et redit ailleurs, en moins de temps ? Le lecteur le découvrira au premier coup d’œil au fil des contributions qui combinent témoignages et analyses théoriques, et mieux encore en confrontant ces actes au programme initial… Certes, tout colloque évolue au point de s’éloigner des intentions premières de ses organisateurs. Notre colloque n’a pas échappé à cette règle. Initialement, les interventions devaient se succéder en suivant un ordre chronologique qui, pour être banal, avait le mérite d’être pédagogique : les années 1950-1960, celles d’un aménagement centralisé et triomphant ; les années 1970, censées être celles de l’entrée en crise de l’aménagement du territoire à la française ; enfin, des années 1980 à nos jours, période marquée tout à la fois par la décentralisation, l’approfondissement de la construction européenne, enfin la mondialisation. Force a été de se rendre à l’évidence : les témoins d’hier avaient leur mot à dire sur la situation actuelle tandis que l’hypothèse de l’existence d’un âge d’or était loin de faire l’unanimité… Résultat : qu’ils fussent aménageurs ou chercheurs, les intervenants firent très vite fi des frontières chronologiques pour privilégier une approche transversale et/ou en termes d’acteurs attestant le fait que, si l’État reste un acteur majeur de l’aménagement du territoire, il doit composer avec d’autres « aménageurs ». En l’occurrence : les villes et autres collectivités territoriales et les entreprises, qui s’imposent à travers notamment les pôles de compétitivité ou l’aménagement universitaire ; mais aussi les « aménagés » eux-mêmes, c’est-à-dire les habitants, qui, non seulement, prennent part aux débats publics autour des projets de construction d’infrastructures de transport, mais pèsent aussi sur cet aménagement… à travers leur mobilité géographique (en somme, des ménages qui aménagent en déménageant, pour reprendre l’heureux intitulé d’une des contributions).

14Autant d’acquis et de perspectives nouvelles dont on peut se demander s’ils auraient pu être produits en d’autres circonstances. Une chose est sûre, notre colloque offre matière, au stade où il est parvenu, à d’autres colloques… Les doctorants auxquels nous avons demandé un rapport d’étonnement ne disent pas autre chose. C’est une autre caractéristique des colloques cerisyens que de se prolonger ainsi, à Cerisy même ou « hors les murs » selon le vœu d’Édith Heurgon.

Notes

1 Pour un aperçu de la production éditoriale consacrée à l’aménagement du territoire et ses enjeux, le lecteur pourra se reporter à la bibliographie de ces actes.

2 Pour un aperçu de la richesse des colloques organisés de Pontigny à Cerisy : S.I.E.C.L.E., colloque de Cerisy. 100 ans de rencontres intellectuelles de Pontigny à Cerisy, Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, IMEC (Inventaires), 2005. À lire aussi, l’ouvrage de François Chaubet : Paul Desjardins et les Décades de Pontigny, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2000.

3 Qui nous a quittés quelques mois après la fin du colloque.

4 Une démarche conçue par Édith Heurgon, qui fut en charge de la mission prospective de la RATP et qui se propose, se différenciant en cela de la prospective classique, non pas d’élaborer des scénarios pour les seuls décideurs, mais d’aider à la réalisation d’un diagnostic partagé pour coconstruire des futurs souhaitables, selon une démarche d’intelligence collective, croisant l’apport de l’expertise et des savoirs des acteurs de la société.

Auteur

Journaliste scientifique, auteur de nombreux ouvrages touchant à la mondialisation et au développement durable. Citons : Les Paradoxes du développement durable, Paris, Le Cavalier bleu, 2007 ; Déclin, la France est-elle menacée ?, Paris, Les Carnets de l’info, 2007 ; Le Développement durable au regard de la prospective du présent, Paris, L’Harmattan, 2006 ; Le Développement durable, Paris, Autrement, 2006 ; La Géographie contemporaine, Paris, Le Cavalier Bleu, 2005 ; Les Sens du mouvement, codirigé avec François Ascher et Jacques Lévy, Paris, Belin, 2004 ; La Mondialisation, avec J.-C. Ruano-Borbalan, Paris, Le Cavalier Bleu, 2002, réédition 2005.

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540