Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aménagement du territoire

 | 
Armand Frémont
, 
Sylvain Allemand
, 
Édith Heurgon

Le temps, les territoires, les citoyens

Armand Frémont

Texte intégral

1Un colloque à Cerisy sur l’aménagement du territoire. Nous étions en ce mois de septembre 2006 en très bonne compagnie dans le cadre prestigieux et chaleureux du château et du parc. L’automne normand jouait son rôle : de belles averses, un rien de fraîcheur, de splendides moments d’ensoleillement. Ceux qui nous avaient précédés ou ceux qui nous succédaient en ces lieux nous encadraient fermement dans la réflexion, loin, parfois très loin, de l’engagement et de l’action qu’exige l’aménagement du territoire dans sa matérialité. Diable, que faisions-nous entre Pontalis, Senghor et Marguerite Yourcenar, ou bien dans le voisinage d’un séminaire de « textique » ou d’une école thématique sur « la géométrie de la cognition » ! Mais, précisément, nous étions assez nombreux à ressentir le besoin d’une réflexion quelque peu distancée des brouhahas des études immédiates, des échéances soudaines, des petites modes et des plans trop bien faits. Et, en l’occurrence, Cerisy nous offrait aussi quelques programmes propres à nous stimuler : « l’économie des services pour un développement durable » par exemple, ou « la Normandie dans l’économie européenne (XIIe-XVIIe siècle) », ou même « l’Habiter dans sa poétique première », sujets d’autres colloques.

2L’aménagement du territoire, sous la forme pensée puis réglementée qui a fixé l’expression, est apparu en France entre les deux guerres mondiales. Beaucoup plus tôt, pourrait-on dire, si l’on se réfère à Vauban et à La Dîme royale, à l’organisation méthodique d’un territoire militaire pour protéger l’Hexagone et ses frontières, et, plus tard, aux routes royales de Louis XV et au corps des ponts et chaussées, à l’organisation administrative de l’espace de la République et de l’Empire, à l’action volontariste sur l’économie et les transports des ingénieurs saint-simoniens et des banquiers du XIXe siècle. Déjà, tous nos grands thèmes se trouvaient dans ce bouquet d’actions. Mais ce ne fut vraiment que sous la IVe République et au début de la Ve que l’aménagement du territoire s’imposa comme une action majeure de l’État, de caractère tout à fait nouveau, interministérielle dans son organisation, volontaire et même régalienne dans son action, décentralisatrice dans ses choix. En 1950, Claudius-Petit fait pour la première fois une communication en Conseil des ministres sur le thème « Pour un plan national d’aménagement du territoire ». En 1963, le général de Gaulle et Georges Pompidou créent la DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale). En 2005, à la mesure de la mutation de ses missions, le nom de DATAR est changé en DIACT (Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires).

3Entre ces deux dernières dates, entre la période d’après-guerre et maintenant, cinquante ans ont passé et l’aménagement du territoire a participé de l’évolution de la France dans ses profondeurs. 1950 et 2005 s’imposent aussi comme les limites extrêmes de la vie active d’une génération. J’ai moi-même fait mes premières armes en ce domaine tout au début des années soixante et j’ai quitté la DATAR en 2004. Beaucoup d’autres ont fait plus. Une réflexion s’imposait. Ce fut ainsi, à l’invitation d’Édith Heurgon, un colloque à Cerisy, du 27 septembre au 2 octobre 2006. Nous avons choisi un titre qui résumait à la fois ce besoin d’une réflexion et la prise en compte d’une évolution : « L’aménagement du territoire, changement de temps, changement d’espace. »

4Du colloque au livre, nous avons aussi évolué, comme c’était souhaitable. L’organisation du colloque fut un travail d’équipe, à l’image d’une pratique fréquente en aménagement, particulièrement à la DATAR. Édith Heurgon nous invitait et nous apportait son expérience des débats et des actions de prospective. Sylvain Allemand, journaliste scientifique, fut notre animateur et notre régulateur, de la parole comme de l’écrit. Anne-Marie Fixot, professeur à Caen, assurait l’indispensable liaison avec le monde universitaire, et Jean Levêque nous faisait profiter de sa longue pratique des cercles d’études sur l’aménagement en Normandie. J’apportais mon expérience de professeur et d’administrateur. Nous sommes vite tombés d’accord sur un schéma chronologique complété par deux thèmes choisis parmi d’autres possibles, soit cinq journées de colloque :

  • trois grandes périodes sur lesquelles témoigner et engager la discussion, les coupures en décennies étant bien entendu indicatives :

  1. les années 1950 et 1960, ou l’« âge d’or » des certitudes,

  2. les années 1970 et le développement d’une réflexion critique,

  3. le nouveau cours et les nouvelles perspectives engagées depuis les années 1980.

  • un grand thème qui nous tenait particulièrement à cœur : l’aménagement et les universités, la recherche, l’innovation ;

  • enfin, une application régionale avec une première présentation et discussion du SRADT de Basse-Normandie (Schéma régional d’aménagement et de développement du territoire) par le président de la Région, Philippe Duron.

5Les participants au colloque furent nombreux, un peu plus d’une soixantaine chaque jour, avec de faibles variations d’un jour à l’autre. La plupart répondaient à l’appel que nous avions lancé. Nous avions pris soin d’inviter quelques personnes que nous connaissions particulièrement bien et dont nous savions qu’elles avaient joué ou qu’elles jouaient encore un rôle important. Ce colloque fut celui de l’amitié, dans une ambiance détendue, en conformité avec la tradition de Cerisy. Ce que nous avons le plus recherché dans la composition de cette participation, ce fut la mixité sous toutes ses formes, car l’aménagement du territoire ne peut être apprécié par une seule catégorie d’acteurs. Nous y avons plutôt bien réussi. Mixité des fonctions : hauts fonctionnaires, élus locaux et régionaux, membres d’associations, responsables d’établissements publics, universitaires, étudiants, praticiens de terrain… Mixité des disciplines : économistes, géographes, juristes, agronomes, statisticiens, ingénieurs, administrateurs… Mixité des âges : du troisième âge des retraités à la jeunesse des doctorants en passant par tous ceux qui étaient en pleine activité… Mixité des attaches géographiques, avec bien entendu une forte participation de Normands et de Parisiens, mais aussi des Grenoblois, des Bretons, quelques étrangers (Europe, Corée, Nouvelle-Zélande, Maroc), et par conséquent, des interventions qui portaient sur la Normandie plus particulièrement, sur la France préférentiellement, mais sans jamais s’y trouver enfermées, sans tomber dans les travers du régionalisme ou de la clôture hexagonale… Mixité hommes/femmes, cela va évidemment de soi. L’aménagement du territoire a cet avantage : il ne doit et ne peut être l’apanage de personne, ni d’une chapelle, ni d’un clan ou d’une corporation, sauf à en être dénaturé.

6Mes regrets personnels portent formellement sur deux insuffisances, contradictoires il est vrai. Nous avons manqué de contributions étrangères, même si quelques-unes furent très stimulantes. J’aurais aimé entendre parler plus longuement de l’Europe de l’aménagement qui se fait (ou ne se fait pas…), des États-Unis ou des grands pays émergents aux conceptions si différentes des nôtres, ou bien encore des pays du Sud où beaucoup d’entre nous ont été ou sont encore engagés. Mais c’était là probablement un autre colloque. Car celui-ci fut déjà très chargé, probablement même trop chargé, avec une attention soutenue chaque jour, depuis le petit-déjeuner jusque tard en soirée. Tous auraient aimé plus de moments de détente, de discussions, ou même de simples conversations ou de replis. Nous ne sommes plus vraiment au temps des « entretiens » de Cerisy, encore moins des « Décades de Pontigny », et on peut le regretter.

7Ma grande satisfaction, pour rester dans le seul registre de l’organisation et de ses conséquences, porte sur le mélange des âges des participants. Le risque était grand, en effet, compte tenu du thème retenu et de mon propre parcours, d’avoir surtout un colloque de témoignages, de vieux amis heureux de se retrouver, d’anciens combattants aux poitrines couvertes de médailles conquises sur tous les champs de bataille de l’aménagement du territoire. Certes, pour l’histoire, ces prestations, au demeurant très sympathiques et instructives, restent indispensables. Et nous sommes quelques uns à en avoir commis. Mais notre véritable but était de les confronter avec des expériences présentes, en cours, et aussi avec l’avis et les perspectives des plus jeunes chercheurs, de ceux qui n’étaient pas nés dans les années soixante, lorsque la DATAR fut créée, ni même au début des années soixante-dix, lorsque se profilèrent les premières critiques sur l’aménagement, soit pendant les périodes 1 et 2 de notre propos. En ce sens se révélèrent très heureuses les invitations faites aux doctorants et à leurs professeurs de Grenoble, du Havre et de Rouen, ceux de Caen étant fâcheusement absents.

8Nous ne sommes pas sortis de Cerisy comme nous y sommes entrés. C’est le propre d’un colloque que de conforter quelques idées et d’en remettre en cause certaines. Nous avons donc décidé de publier un livre de contributions qui ne soit pas la copie exacte des actes du colloque. Des nouveaux chapitres recomposés et qui suivent émergent trois séries de réflexions, telles que nous les avions un peu envisagées au départ et telles aussi qu’elles ont été soutenues ou réorientées : le temps, sous toutes ses dimensions, indissociable de l’espace ; les territoires, beaucoup mieux maintenant que le territoire ; les citoyens, dans une dialectique des pouvoirs devenue très complexe.

Le temps de l’aménagement du territoire

9Qu’est-ce que le temps de l’aménagement du territoire ? Est-ce le temps long de l’histoire, celui que nous semblions privilégier au départ, le demi-siècle, le temps subdivisé en grandes périodes, celui des réalisations importantes, des phases de repli ou d’interrogation, des dates décisives ? Quelques amis historiens et l’introduction d’Alain Leménorel nous entraînaient sur cette voie, de même que des témoignages sur des phases pionnières comme ceux de François Gay, de Jean-Eudes Roullier ou de François Solignac-Lecomte. Et cette longue histoire est bien objectivement marquée par quelques coupures lourdes de significations que symbolisent des dates repères : 1950 (Claudius-Petit), 1963 (la DATAR), 1974 (la fin du gaullisme), 1982 (la décentralisation), 1999 (l’intercommunalité et les pays). Enfin, cette histoire longue coïncide avec celle, très personnelle, d’une génération d’acteurs qui composaient probablement un petit tiers des effectifs du colloque. Ainsi pouvaient se chevaucher, mais non vraiment se confondre, recherche d’historien et travail de mémoire. Ce temps-là, en effet, semble osciller entre froide objectivité et interprétation personnelle, entre volonté de rigueur et critique ou nostalgie, d’autant qu’il reste tout de même assez proche. Dans un colloque qui n’est pas une réunion d’historiens spécialistes, il est forcément mis à mal : trop scolaire, trop simpliste, trop réducteur, peut-être, trop sentimental, éventuellement ringard. Et pourtant, il est bien là, tel un long fil directeur des plus grands changements, de la France de la Libération en cours de reconstruction et portée par l’espoir, jusqu’aux incertitudes, aux interrogations, aux innovations multiples de maintenant. Un effort de prospective ne cesse de se profiler et de s’affirmer, comme l’ont montré José Landrieu ou Pierre Musso, pour prolonger ce temps long, pour interroger le présent par l’avenir, et cette prospective elle-même évolue dans la marche du temps.

10Mais le temps de l’aménagement, plus court en l’occurrence, ne serait-il pas aussi bien celui des réalisations, le temps fonctionnel qui s’étire depuis une décision jusqu’à l’achèvement du projet, et même jusqu’à l’appropriation de l’espace et des lieux par les usagers ? Nous en avons assez peu parlé, si ce n’est, en biais, par la voix de quelques grands décideurs comme Jean-Louis Guigou et Jean-Paul Lacaze (dont les contributions furent lues en leur absence), Jean-Pierre Duport et Pierre Mirabaud. Il ne coïncide nullement avec les phases du politique, avec la périodicité du temps long. Il les chevauche. Il s’insère dans les intervalles autant que dans les pleins. Il s’adapte plutôt mal aux exigences de la vie quotidienne, c’est celle-ci qui s’y plie. Il faut ces cicatrices du temps pour que se marquent sur le territoire et sur les territoires les aménagements qui resteront ou qui auront marqué : la décentralisation industrielle sur au moins trente années, la Défense à peu près de même portée, les villes nouvelles qui n’en finissent pas d’être nouvelles trente ans après leur création, de même que les universités du même nom. Et il faut aussi des séries empilées de projets sans suite, de dossiers dans les placards, de maîtres d’ouvrage hésitants ou contradictoires, de faillites de maîtrises d’œuvre, d’efforts en vain, ces non-temps de l’aménagement du territoire, le troisième aéroport de Paris, la Normandie unifiée, le canal Rhin-Rhône… Il faudrait imaginer un autre colloque consacré à ces échecs ou à ces latences.

11Enfin, le temps qui est le plus de mode, c’est le temps court du quotidien et du vécu. Il constitue l’évidence de ce colloque. Il court, il frémit dans toutes les communications critiques des périodes 2 (années 1970) et 3 (des années 1980 à nos jours), depuis Maïté Clavel et Anne-Marie Fixot jusqu’à Philippe Subra, Philippe Estèbe ou Jacques Lévy. Il fascine les jeunes doctorants. Édith Heurgon pourrait en être la modératrice. Il est à la fois, et sans exhaustivité, le temps du tourisme de masse, des voyages intercontinentaux, des turbulences métropolitaines et périmétropolitaines, des migrations transfrontalières, le temps d’une mobilité sans limites, sans cohérence apparente, et généralisée, mais il est aussi apparenté à des replis, des repos, des zones et des phases de calme, un troisième âge des territoires en quelque sorte. L’aménagement ne peut plus l’ignorer. Une vieille image me revient sans cesse qui illustre un concept fondateur de l’aménagement : celui du département créé par les constituants de 1790 ; son chef-lieu devait se trouver à une journée de cheval au plus de tout citoyen qui voulait s’y rendre. Au fond, notre tâche reste la même. En 2007, il nous faut retrouver, quelque peu modernisés, le département, la journée, le cheval et le citoyen.

12Les trois temps de l’aménagement du territoire, et l’on pourrait en analyser d’autres, sont imbriqués les uns dans les autres. C’est une commodité intellectuelle de les distinguer, une nécessité de les recomposer dans leur complexité. Il apparaît aussi qu’ils ne forment qu’un seul concept, temps/espace, avec les lieux et les territoires qui leur sont associés, les uns ne pouvant se comprendre sans les autres, et réciproquement. Ainsi s’inscrivent-ils dans des échelles, avec un certain parallélisme des ordres de grandeur. S’il faut faire simple, le temps court à la mesure surtout d’espaces immédiats, le temps fonctionnel pour des échelles moyennes, et le temps long associé au façonnement de l’espace le plus large, aux dimensions des grandes régions, des États, des continents. Cette découverte ou cette redécouverte du temps sous toutes ses facettes, dont nous n’avions évidemment pas à Cerisy l’initiative première, est certainement une des grandes avancées de l’aménagement du territoire au cours des vingt dernières années et par là de la connaissance des territoires.

Les territoires de l’aménagement

13Les territoires se trouvent au cœur de notre sujet. C’est un des mérites de l’aménagement du territoire que d’avoir fait progresser, par l’action et par une réflexion sur l’action, des disciplines universitaires comme la géographie et l’aménagement régional. Que serait aujourd’hui la géographie sans les apports, les crédits, les incitations, les prospectives de la DATAR ? Mais qu’aurait été la DATAR sans les contributions de maîtres comme Étienne Juillard, Pierre George ou Roger Brunet ? Le territoire est devenu un mot-clé des sciences humaines et sociales. Tant de livres et d’articles lui ont été consacrés que nous pouvions aller à l’essentiel.

14Dans les années soixante, on dit le territoire. L’expression reste peu usitée dans le vocabulaire scientifique. On lui préfère la région ou, beaucoup plus fréquemment, l’espace. Le territoire va s’imposer dans une première étape avec l’aménagement du même nom. Le mot est au singulier. Il n’y a qu’un territoire par excellence : le territoire national, celui de l’État centralisé et qu’il convient éventuellement de décentraliser. C’est le vieil et grand héritage de la France, depuis Vauban jusqu’aux grands commis de l’État. Et lorsqu’il s’agit d’aménager, c’est par l’État central, par ses politiques les plus éclairées, par sa technostructure spécialisée qu’on le fait, le plus souvent contre les notables et la plupart des élus locaux, méfiants. La Normandie fut ainsi une belle terre « de mission », comme l’ont évoqué plusieurs intervenants, Jean Levêque et François Gay notamment, soulignant par exemple le rôle décisif dans les années soixante d’un grand préfet, Pierre Chaussade, à Rouen. D’une autre culture, les Anglo-Saxons emploient une autre expression qu’« aménagement du territoire » : « regional planning ».

15Les territoires vont se multiplier, au moins dans le vocabulaire administratif, par la régionalisation et la décentralisation, par les effets très spatialement différenciés de la crise économique, par le rôle grandissant des interventions de l’Europe… De plus en plus, d’un seul point de vue fonctionnel, l’aménagement induit des échelles d’aménagement et, par conséquent, des territoires d’aménagement aux compétences variées. En France, il y a pléthore, puisque l’on a toujours tendance, dans le compromis permanent entre l’État central et ses provinces, à ajouter des distinctions territoriales sans jamais en retrancher. Là où la raison et les meilleurs exemples étrangers inciteraient à reconnaître quatre ou cinq niveaux d’intervention tout au plus, le territoire français en compte sept pour le moins : l’Europe, l’État et le territoire national, la région, le département, le pays, la communauté de communes ou d’agglomération, la commune. Mais il faut ajouter encore des regroupements de circonstance (par exemple les interrégions), des circonscriptions liées à une seule administration (la justice, l’armée…), les zones d’intervention privilégiées par l’Union européenne, les régions transfrontalières… Enfin, à tous les niveaux, le morcellement l’emporte, le record mondial étant atteint par nos quelque 36 000 circonscriptions de base, les communes, rationnellement indéfendables et sentimentalement intouchables. Il y a donc bien du grain à moudre pour une géopolitique complexe des territoires. Presque toutes nos interventions en étaient plus ou moins imprégnées.

16Mais les territoires ne peuvent plus être maintenant réduits aux seules données administratives. Le mot a pris une acception de plus en plus riche. Les sociologues, les anthropologues, les philosophes, les romanciers et les poètes s’en sont emparés et le chargent de significations. Ce ne sont plus seulement les territoires des pouvoirs, mais bien les territoires des hommes. J’ai moi-même esquissé une première approche en géographie dès les années soixante-dix avec la notion d’« espace vécu » : l’espace vu des hommes. Maïté Clavel et Anne-Marie Fixot devaient respectivement nous apporter deux contributions essentielles sur l’apport pionnier et incisif de Henri Lefebvre et Paul-Henry Chombard de Lauwe. Toutes les interventions critiques s’y référaient peu ou prou. Le territoire administré, étatique ou régional, fonctionnel et contingent, s’inscrit dans une autre trame territoriale, celle des territoires appropriés par les hommes comme une dimension essentielle de leur vie. Dans le cadre des sociétés étudiées généralement par les anthropologues, dans la forêt amazonienne ou les îles du Pacifique, c’est relativement facile à préciser en même temps que très stimulant pour la pensée. Dans nos sociétés post-industrielles, métropolitaines, très différenciées, hyperturbulentes, c’est évidemment une autre affaire. Ainsi a-t-on vu émerger ces concepts territoriaux dont Pierre Veltz s’est fait le théoricien et le praticien dans le cadre notamment des universités, de la recherche et de l’innovation : les pôles, les flux, les trames, les réseaux… Nos amis de Grenoble et de Bretagne, Bernard Pouyet, André Lespagnol notamment, apportèrent aussi leur contribution en ce sens, de même que deux représentants d’entreprises innovantes, Dominique Grand (CEA Grenoble) et Fabien Brard (Philips Caen).

Les territoires des citoyens

17Le temps et l’espace convergent, indissociables. Nous avons longuement parlé de « l’âge d’or de l’aménagement du territoire » pour qualifier la période des années soixante, celle des grandes réalisations les plus volontaristes de la part de l’État. C’était même le thème de notre première journée. Ce fut aussi l’expression la plus discutée et même la plus contestée du colloque, de même qu’une périodisation, commode mais qui ne satisfaisait personne. À cet état brut du territoire ou des territoires et de leur aménagement, il manquait, pour bien comprendre, une autre trame… Toutes les interventions critiques l’ont dit à leur manière, Claude Lacour, Serge Defaye, Pierre Coulmin, Robert Hérin, Jacques Lévy, par exemple. La société ? Les usagers ? Les habitants ? Les aménagés ? Tous ces termes, confrontés à l’aménagement, mériteraient une analyse. Je retiens en définitive celui de citoyen : le citoyen à l’ancienne, celui qui s’identifie à une ville, c’est-à-dire à un territoire, mais aussi le citoyen contemporain, celui qui veut rester maître le plus possible de toutes les dimensions de sa vie, de son temps, de son espace, de son territoire, individuellement et collectivement. Après les techniciens, les intellectuels et les politiques, l’aménagement a vu peu à peu surgir, au cours du demi-siècle, les territoires des citoyens.

18Curieuse et paradoxale tendance… La mondialisation et la médiatisation s’imposent, inéluctables, effaçant le temps et l’espace. La mobilité tous azimuts des populations rend de plus en plus difficile la distinction des territoires, de leur identité et de leur appropriation. Le libéralisme économique s’accompagne d’une culture mondiale de la compétition et de l’efficacité plutôt que de la solidarité, de la délocalisation plus que de la localisation… Et pourtant, l’appel au territoire n’a jamais été aussi fort, sans doute par manque, par compensation, par exigence, comme s’il y avait là une dimension dont on ne pouvait se passer : le pays, la région, la ville, le quartier, ma ville, mon pays, expressions souvent d’une grande signification existentielle, parfois simples mythes ou constructions dérisoires de l’esprit. La « nature », indéfinissable et à redéfinir sans cesse, en constitue la matrice, bien réelle ou imaginaire. À toutes les échelles, du quartier ou du pays à l’Europe, l’aménagement des territoires doit maintenant compter avec ces exigences : la compétitivité, mais aussi les citoyens tels qu’en eux-mêmes en ces temps présents. Les premiers pas de l’aménagement du territoire de l’Union européenne, le SDEC notamment (Schéma de développement de l’espace communautaire), présentés par Guy Baudelle, doivent en tenir compte. La France institue le débat public comme un préalable à tout projet important. Le président Philippe Duron et son équipe en Basse-Normandie arpentent le terrain en vingt réunions publiques pour préparer son schéma d’aménagement et consacrent une journée entière à en discuter avec nous. Ainsi un peu partout en France et en Europe. On n’imaginerait plus maintenant l’aménagement des territoires autrement. On est très loin des premières années de la DATAR, des directives du général de Gaulle et de Georges Pompidou, même si déjà tout cela était en germe.

19Tout cela – des contradictions à surmonter, des projets nouveaux à mettre en œuvre – c’est finalement cette discussion qui s’est imposée à notre colloque. L’exigence d’une démocratie participative doit s’inscrire dans les régulations d’une démocratie représentative et la reconnaissance de leurs pouvoirs respectifs. La nébuleuse des citoyens, au sein de la turbulence des métropoles et des territoires métropolitains, est bien difficile à saisir et même à définir, si ce n’est très anonymement. La trame administrative devient illisible pour le plus grand nombre, si ce n’est pour quelques spécialistes. Et la compétition mondiale impose ses rythmes et ses espaces, face auxquels il est difficile de tricher. La nature elle-même se fait mouvante et inquiétante, alors qu’on la pensait éternelle ! Sans doute n’en avons-nous pas assez parlé. Mais il est vrai que faute de toute certitude, et parce que les temps s’emballent ou se dérobent, nous nous voulons tous « durables » et nos territoires aménagés avec nous. La prospective interroge sur des exigences au présent.

20Une telle rencontre n’aurait pas été possible sans l’appui financier et intellectuel de la DIACT (Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires), du Conseil régional de Basse-Normandie, du Pôle universitaire normand et sans la présence active de leurs principaux responsables. Que tous en soient remerciés. De ce grand débat, à la fois un témoignage collectif et une réflexion, nous avons fait un livre, dans l’esprit même du colloque : il ne suit pas ligne à ligne chaque intervention, mais il se veut fidèle à tous.

Auteur

Géographe, il a enseigné à l’université de Caen dont il a été le vice-président. Haut fonctionnaire, il a été recteur des académies de Grenoble et Versailles, puis directeur scientifique au CNRS, directeur de la programmation et du développement universitaire, enfin conseiller à la DATAR. Il a publié nombre d’ouvrages, notamment : Paysans de Normandie, Paris, Flammarion, 1981 (2e édition mise à jour, 2007) ; La France et l’Aménagement de son territoire, Paris, Dexia – LGDJ, 2000 (avec Pierre Deyon) ; Portrait de la France, villes et régions, Paris Flammarion, 2001 ; Géographie et action, l’aménagement du territoire, Paris, Éditions Arguments, 2005 ; Aimez-vous la géographie ?, Paris, Flammarion, 2005.

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540