Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Octave Mirbeau

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Gérard Poulouin

Notes sur les auteurs

Texte intégral

1Nathalie Coutelet

2Docteur en esthétique, sciences et technologie des arts de l’université Paris VIII (thèse sur Firmin Gémier et le théâtre populaire), Nathalie Coutelet est chargée de cours en histoire du théâtre et de la mise en scène à l’université Paris VIII. Son champ de recherches couvre le théâtre populaire, ses diverses formes et concepts, la carrière de Firmin Gémier, les différents courants scéniques de la fin XIXe-début XXe siècle.

3Catherine Dousteyssier-Khoze

4Catherine Dousteyssier-Khoze est maître de conférences à l’université de Durham. Elle est l’auteur de Zola et la littérature naturaliste en parodies (Cazaubon, Eurédit, 2004). Ses recherches portent sur la théorie de la parodie, le naturalisme, la littérature fin-de-siècle et le cinéma français.

5Maria Chiara Gnocchi

6Maria Chiara Gnocchi est docteur en littératures francophones (université de Bologne, université libre de Bruxelles). Ses travaux principaux portent sur les littératures francophones coloniales et postcoloniales, sur la littérature belge (en particulier, sur le romancier André Baillon) et sur l’étude de l’« institution littéraire ».

7Alain Goulet

8Alain Goulet, professeur émérite (littérature française) de l’université de Caen Basse-Normandie, est l’auteur de nombreuses études sur l’œuvre d’André Gide, notamment : Fiction et vie sociale dans l’œuvre d’André Gide (Paris, Minard, 1986), et d’un cédérom : Édition génétique des Caves du Vatican d’André Gide, diffusé par Gallimard. Ses autres publications portent sur la littérature française du XXe siècle (Robbe-Grillet, Sarraute, Duras, Perec, Modiano, Sylvie Germain…).

9Céline Grenaud

10Céline Grenaud, agrégée de lettres et maître de conférences à l’université d’Évry, a soutenu en 2004, à l’université de Paris IV – Sorbonne, sa thèse sur l’image de l’hystérie dans la littérature de la seconde moitié du XIXe siècle. Ses recherches, entre autres, l’ont amenée à étudier l’auteur de L’Abbé Jules, auquel elle a consacré plusieurs articles dans les Cahiers Octave Mirbeau (« Tintement et bourdonnement dans l’imaginaire mirbellien : une esthétique impressionniste du morbide et de la volupté », 11, 2004 et « Les doubles de l’abbé Jules ou comment un hystérique peut en cacher un autre », 13, 2006). Elle travaille actuellement, en collaboration avec Philippe Hamon et l’équipe de l’ITEM-CNRS, à l’élaboration d’un dictionnaire génétique réalisé à partir des dossiers préparatoires de Zola.

11Claude Herzfeld

12Claude Herzfeld est docteur d’État ès lettres, ancien professeur au Centre régional de documentation pédagogique de Paris, chercheur associé à l’université d’Angers, vice-président de la Société Octave Mirbeau, rédacteur en chef de Cermeil, revue de l’association Patrimoine et Culture en Normandie.
Il a consacré plusieurs ouvrages et travaux à Mirbeau : La figure de Méduse dans l’œuvre d’Octave Mirbeau, Saint-Genouph, Nizet, 1992 ; L’univers imaginaire d’Octave Mirbeau, Angers, Presses universitaires d’Angers – Société Octave Mirbeau, 2001 ; La Littérature, dernier refuge du mythe ? Mirbeau, Philippe, Alain-Fournier, Paris, L’Harmattan, 2007 ; Octave Mirbeau. Le Calvaire. Étude du roman, Paris, L’Harmattan, sous presse ; Aspects de la vie et de l’œuvre d’Octave Mirbeau, Paris, L’Harmattan, sous presse.

13Laure Himy-Piéri

14Laure Himy-Piéri est maître de conférences en stylistique à l’université de Caen Basse-Normandie. Elle y dirige notamment la revue électronique Questions de style (http://www.unicaen.fr/​services/​puc/​revues/​thl/​questionsdestyle/​). Ses travaux portent sur la question des genres, et de leurs frontières (formes du poétique repensées à travers les questions de traduction ; cohérence narrative contestée dans le travail de cohésion textuelle), sur la poésie perçue diachroniquement (articles sur Agrippa D’Aubigné, Malherbe), et sur la poésie du XXe siècle (articles sur Jaccottet, Segalen, Leiris, Jouve…).

15Bernard Jahier

16Normalien, agrégé de lettres modernes, Bernard Jahier s’intéresse depuis de nombreuses années aux différentes formes de la production littéraire du XIXe siècle, en particulier à la littérature populaire et aux ouvrages destinés à la jeunesse entre 1870 et 1914. A participé au colloque de Cerisy sur Remy de Gourmont en 2002.

17Samuel Lair

18Auteur d’une thèse sur Mirbeau et le mythe de la nature, publiée aux Presses universitaires de Rennes en 2005, vice-président de la Société Octave Mirbeau, Samuel Lair prépare actuellement une HDR sur la chronique du roman tenue par Rachilde dans Mercure de France. Il a également publié quelques articles sur Mallarmé (La Licorne, no 76, 2006), Allais (Histoire littéraire, no 20, oct. nov. déc. s2004), Zola, Claudel, Barrès et Rachilde. Il enseigne à la fois dans le secondaire à Brest et en licence de lettres à l’ICR, à Rennes.

19Bertrand Marquer

20Bertrand Marquer est maître de conférences en littérature française à l’université Marc Bloch – Strasbourg II. Il a soutenu une thèse à l’université Paris X (Les romans de la Salpêtrière. Réception d’une scénographie critique : Jean-Martin Charcot dans l’imaginaire fin-de-siècle, Paris, Droz, 2007) et s’intéresse aux rapports qui lient science et littérature au XIXe siècle. Il est en outre l’auteur d’articles sur Octave Mirbeau (« Mirbeau et Charcot : la vision du Diable », Cahiers Octave Mirbeau, 11, 2004 ; « L’hystérie comme arme polémique dans L’Abbé Jules et Le Jardin des supplices », Cahiers Octave Mirbeau, 12, 2005 ; « Le Jardin des supplices d’Octave Mirbeau : problèmes de perspectives », Textuel, « Le Début de la fin », no 48, 2005).

21Pierre Michel

22Pierre Michel, fils de l’historien Henri Michel, est né le 11 juin 1942, à Toulon. Après des études secondaires au lycée Condorcet, à Paris, et des études supérieures au lycée Louis-le-Grand et à la Sorbonne, il a été reçu premier à l’agrégation de lettres modernes en 1964. De 1964 à 2002, il a été professeur de lettres au lycée Chevrollier, à Angers, tout en étant chercheur associé à l’université d’Angers depuis 1991. Il a soutenu sa thèse en 1992, sur l’ensemble de ses publications (félicitations du jury à l’unanimité) et été habilité à diriger des recherches en 1998. Président-fondateur de la Société Octave Mirbeau en novembre 1993, biographe et éditeur de Mirbeau, il est le rédacteur en chef des Cahiers Octave Mirbeau depuis 1994 (quatorze numéros parus, d’un total de 5 000 pages).

23Valérie Michelet Jacquod

24Valérie Michelet Jacquod, de l’université de Neuchâtel, née en 1972, est actuellement chercheuse au Fonds national suisse et chargée de cours à l’Institut de langue et civilisation françaises à Neuchâtel. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée Le Roman symboliste : un art d’extrême conscience (Dujardin, Gide, Gourmont, Schwob). Elle travaille actuellement sur les relations entre la pensée de Bergson et le roman fin-de-siècle.
En dehors de la littérature fin-de-siècle, elle s’intéresse aux auteurs suisses (Jean-Pierre Monnier, Monique Saint-Hélier entre autres) et à Sylvie Germain.

25Jean-Luc Planchais

26Jean-Luc Planchais, 43 ans, docteur ès lettres et professeur de lycée à Gagny (93). Auteur d’une thèse sur Barbey d’Aurevilly (Androgynie et Dandysme au XIXe siècle : le cas Barbey d’Aurevilly, Paris III, 1994), d’un mémoire de maîtrise sur Mirbeau (Notre-Dame des fards et le réaliste, Rennes II, 1988) et d’une trentaine d’articles et communications (Mirbeau, Barbey, Zola, Balzac, Villiers, Mishima, Tanizaki, Lovecraft…). En préparation : un essai sur Barbey, Mishima et Lovecraft.

27Katalin Pór

28Katalin Pór est doctorante en études cinématographiques à Paris I, où elle prépare une thèse sur l’influence de la Hongrie à Hollywood. Elle enseigne au CEA, et a publié notamment des articles dans Théorème, la Voix du Regard et 1895.

29Ida Porfido

30Ida Porfido est enseignant-chercheur de langue et littérature françaises à la faculté de langues de l’université de Bari (Italie). Elle a publié des articles sur la folie chez Rabelais, le mythe de Don Juan chez Baudelaire, la littérature française de l’« extrême contemporain », la presse révolutionnaire de la seconde moitié du XIXe siècle et le croisement entre discours sociopolitique et genres littéraires dans l’œuvre de Vallès. Des études récentes portent sur la trilogie « autobiographique » de Mirbeau, qu’elle est en train de traduire en italien pour l’éditeur Marsilio.

31Gérard Poulouin

32PRAG, enseignant au Centre d’enseignement du français pour étrangers de l’université de Caen Basse-Normandie, et membre de l’équipe de recherche THL, Gérard Poulouin a publié des études sur Remy de Gourmont, C. F. Ramuz, Julien Gracq… Il a également été coorganisateur de colloques au CCIC, notamment le colloque international « Octave Mirbeau et la modernité » (université de Caen, 2-4 mai 1996, actes publiés dans les Cahiers Octave Mirbeau, 4, 1997), le colloque « Lescontes et la psychanalyse », le colloque Gourmont, et a proposé une communication dans le cadre du colloque international « Octave Mirbeau et les révolutions esthétiques » (Angers, 18-20 mai 2000, actes publiés dans les Cahiers Octave Mirbeau, 8, 2001), « édité » vingt lettres de Remy de Gourmont à Mirbeau dans L’Imprimerie gourmontienne (1, automne 2000), organisé une exposition sur Mirbeau à la bibliothèque de l’UCBN, et a participé à plusieurs colloques organisés au CCIC.

33Éléonore Reverzy

34Éléonore Reverzy enseigne la littérature française du XIXe siècle à l’université Marc Bloch – Strasbourg II. Elle est responsable du CERIEL, Centre de recherches : idées, esthétique, littérature, aux côtés de Michèle Finck et Corinne Grenouillet, et membre du secrétariat de rédaction et du conseil de rédaction de la revue Romantisme. Elle est membre de l’Équipe Goncourt (ITEM/CNRS) dirigée par Jean-Louis Cabanès et participe à l’édition du Journal des Goncourt (tome I paru en 2005, tome II à paraître). Ses recherches actuelles portent sur l’allégorie dans l’œuvre de Zola (La Chair de l’idée. Poétique de l’allégorie dans Les Rougon-Macquart, Genève, Droz, 2007), sur les relations entre littérature et politique et sur Mirbeau.

35Anita Staron

36Anita Staron est maître de conférences à la Chaire de philologie romane de l’universite de Lodz (Pologne), chargée des cours de littérature française des XIXe et XXe siècles. Elle a soutenu en 2003 sa thèse de doctorat sur L’Art romanesque d’Octave Mirbeau. Thèmes et techniques, et publié sur Octave Mirbeau, Édouard Rod, Rachilde, Teodor de Wyzewa et Jules Supervielle. Son champ de recherches couvre le roman français de la fin du XIXe siècle.

37Arnaud Vareille

38Doctorant à l’université d’Angers sous la direction de Pierre Michel et d’Anne-Simone Dufief, Arnaud Vareille travaille sur la conversation dans l’œuvre d’Octave Mirbeau. Plus généralement, ses recherches portent sur la littérature engagée de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, les interactions entre les modalités d’écriture, les représentations sociales et les pouvoirs de la littérature. Il est l’auteur d’articles dans diverses revues et d’une édition critique des Dialogues tristes de Mirbeau (Saint-Pierre-du-Mont, Eurédit, 2005).

39Robert Ziegler

40Robert Ziegler enseigne la culture générale à Montana Tech (Collège universitaire de technologie du Montana). Il a beaucoup écrit sur des auteurs fin-de-siècle tels que Jean Lorrain, Octave Mirbeau, J.-K. Huysmans, Georges Rodenbach, Villiers de L’Isle-Adam, Marcel Schwob. Son ouvrage sur Mirbeau, The Nothing Machine : The fiction of Octave Mirbeau (Amsterdam, Rodopi) doit paraître sous peu.

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540