Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Octave Mirbeau

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Gérard Poulouin

Résumés

Texte intégral

1Gérard Poulouin

2Conversation à Giverny : Claude Monet et Octave Mirbeau

3Octave Mirbeau était un familier du peintre Claude Monet. Tous deux abordaient maints sujets dans leurs conversations. Les « conversations à Giverny », proposées en ouverture du colloque, sont construites à partir de citations empruntées à des lettres adressées par Mirbeau à Monet et en tirant parti de plusieurs sources d’information. Ces « conversations à Giverny » sous-tendent une évocation de la trajectoire de Mirbeau, des années 1880 à sa mort. Ainsi sont rappelés divers traits de sa personnalité, quelques-uns des combats auxquels il a participé, son inscription dans des réseaux associant artistes et écrivains, son aptitude à défendre des formes nouvelles dans différents domaines : peinture, poésie, musique, théâtre…

4“Giverny Dialogues” : Claude Monet and Octave Mirbeau

5Octave Mirbeau and painter Claude Monet met frequently. They broached no end of subjects. The “Giverny Dialogues”, the first item on our agenda, consist of excerpts from letters Mirbeau sent to Monet and of material drawn from other sources. The “Giverny Dialogues” delineate Mirbeau’s own evolution from the eighteen-eighties to his death. They highlight some aspects of his personality, the campaigns he was active in, his being a member of several societies of artists and writers as well as his readiness to encourage novelty in such fields as painting, poetry, music, drama etc.

6Jean-Luc Planchais

7Les tribulations d’un Normand aux Indes

8Octave Mirbeau n’a jamais mis les pieds aux Indes. Converti au réel absent, le texte bricole sereinement des faits précis ou divers et témoigne de l’équilibre du sujet à l’aise dans son monde de clichés, capable d’un regard transitif et d’un discours faussement objectif. Le texte renforce encore ce subterfuge en multipliant les revendications de réalisme touristique. Le narrateur ne se contente pas de souligner la précision de sa documentation : il enregistre le vécu des autochtones. Somme toute, il mime le réel et administre la preuve de sa disponibilité.

9The Tribulations of a Norman in India

10Octave Mirbeau has never set foot in India. Becoming a real no-show, the text serenely tinkers with precise or diverse facts and testifies to the balance of the subject, comfortable in its world of clichés, capable of a transitive glance and a falsely objective speech. The text still strengthens this subterfuge by multiplying the claims of tourist realism. The narrator not only underlines the precision of his documentation : he records aboriginal life. In conclusion, he mimes reality and provides the proof of his availability.

11Pierre Michel

12L’enfer selon Mirbeau et Barbusse

13En 1885, Mirbeau fait paraître dans L’Événement les pseudo-Chroniques du Diable signées par un diablotin aux pieds fourchus, qui, à l’instar de l’Asmodée de Lesage, a le privilège de s’introduire en tous lieux, de lire à livre ouvert dans les cœurs et de révéler ce qui est d’ordinaire soigneusement caché : objectif que s’est justement fixé Mirbeau. Mais l’enfer où il est supposé vivre apparaît également comme un reflet de la société française de l’époque : moyen de développer une critique sociale mâtinée d’humour, et aussi de faire comprendre que la vie, dans une société qui se prétend développée et civilisée, est en réalité un enfer pour l’homme. Dans Le Jardin des supplices, Éden inversé, l’écrivain mûr ira au-delà de la simple dénonciation des abus pour démontrer que toute société repose sur l’assassinat et il développera, sous une forme paroxystique et ironique, le thème de l’enfer qu’est la vie terrestre, soumise à l’inexorable et monstrueuse « loi du meurtre », et où les passions, exacerbées par les frustrations, sont des tortures infernales. Révolte métaphysique et révolte politique découlent de ce pessimisme lucide, le rire, l’humour et l’ironie constituent les armes de la liberté et de la dignité. À son tour, Henri Barbusse s’empare de ces thèmes dans un roman éminemment mirbellien, précisément intitulé L’Enfer (1908), où il reprend le procédé – trop facile pour ne pas être suspect – d’un trou dans le mur qui permet de voir défiler dans la chambre voisine quantité de personnages illustratifs. Il y développe surtout les thèmes de l’incommunicabilité et de la déréliction, mais il ne fait qu’effleurer le mal social, et il ne manifeste guère d’humour.

14Hell according to Mirbeau and Barbusse

15In 1885, in L’Événement, Mirbeau brought out the pseudo Chroniques du Diable signed by a fork-footed imp who, in the manner of Lesage’s Asmodeus, has the ability to enter all places, to read people’s hearts like an open book, and to reveal what ordinarily is carefully hidden : an objective that Mirbeau had set for himself. But the hell where he is supposed to reside seems equally to be a reflection of the French society of the era. Mirbeau can thus elaborate a form of social criticism laced with humor, and convey that life in a society which pretends to be highly developed and civilized is in reality hell for man. In Le Jardin des supplices, which represents an inverted Eden, Mirbeau, as a mature writer, goes beyond the simple denunciation of social abuses in order to show that all societies are founded on murder. There —in a paroxysmal and ironic way— Mirbeau expands on the theme of the hell that is life on earth, a life which is subject to the inexorable and monstrous “law of murder” and in which passions, intensified by frustration, become infernal torture. This lucid pessimism results in a metaphysical and political revolt in which laughter, humor, and irony are the weapons with which one fights for freedom and dignity. In turn, Henri Barbusse appropriates these themes in an eminently Mirbelian novel entitled L’Enfer (1908), in which he adopts the technique —too facile not to be suspect— of using a hole in a wall that enables one to see into the adjoining room where a number of illustrative characters file by. In his novel, Barbusse develops the themes of incommunicability and dereliction, but touches on social evils only lightly and does not show much humor.

16Céline Grenaud

17Le monstre féminin dans les romans de Mirbeau

18La féminité, telle qu’elle se donne à lire dans l’œuvre de Mirbeau, revêt une dimension inquiétante, quand ce n’est pas malsaine ou monstrueuse. Paroxystique, quelquefois maladive, elle ne parvient jamais à se fixer dans le cadre rassurant que lui tend la société : toujours en deçà ou au-delà de la juste mesure, elle fait voler en éclats les normes d’un monde sclérosé et, en même temps qu’elle le brise, en dévoile la fragilité et l’incohérence. Le cortège des vampires, méduses, sphinges, mégères et autres créatures maléfiques semble certes propulsé, d’un roman l’autre, par une misogynie latente et le fantasme fin-de-siècle d’une gynécocratie hystérique. Mais, à y regarder de plus près, le monstre féminin autorise une critique moderne et décapante, « par-delà le bien et le mal », d’un système hypocrite et fondamentalement pervers.

19The Feminine Monster in Mirbeau’s Novels

20Femininity, as can be read in Mirbeau’s work, is endowed with a disturbing dimension which can become unwholesome or monstrous. Paroxysmal, sometimes unhealthy, femininity never manages to settle in the reassuring frame that society offers : always short of or beyond the happy mean, it shatters the norms of a sclerotic world and it discloses the latter’s frailty and incoherence as it is breaking it up. The procession of vampires, medusae, sphinges, shrews and other evil creatures seems indeed to be developed, from one novel to the other, by a latent misogyny and the fin-de-siècle fantasy of a hysterical gynecocracy. But if one takes a closer look at it, the feminine monster allows a modern and scathing criticism, “beyond good and evil”, of a hypocritical and fundamentally perverse system.

21Robert Ziegler

22Le roman cinéraire d’Octave Mirbeau : L’Abbé Jules

23En plus d’une attaque des institutions sociales qui engendrent des névroses et étouffent la spontanéité, L’Abbé Jules de Mirbeau est un péan au caractère éphémère de l’art. L’œuvre accomplie devrait être un objet modeste, passager, se dissipant dans sa réception, à l’image de ces pans de charogne animale dont Jules dit qu’ils sont perdus à jamais dans la forêt, et que là, ils « disparaissent, volatilisés dans les choses ».

24Liant les fins polémiques et esthétiques de son roman, Mirbeau conclut sur une scène d’enterrement, qui est simultanément un acte de publication. Pour Jules, le rite final d’hygiène mortuaire consiste à disposer de sa malle, qui, à sa demande, est brûlée, figurant symboliquement l’acte de crémation de son propriétaire. Avec l’incinération du contenant et la dispersion du contenu, Jules accomplit de façon posthume la levée du refoulement, réparant les torts que la société lui a causés. En un tourbillon d’images de croupes, d’organes génitaux, de seins, la danse macabre devient un modèle de l’œuvre d’art authentique, n’existant que dans le temps de son autodestruction.

25Octave Mirbeau’s Cinerary Novel : L’Abbé Jules

26On top of being an attack on social institutions that breed neurosises and stifle spontaneity, Mirbeau’s L’Abbé Jules is also a paean to the ephemerality of art. The completed work should be a modest, transient thing dissipating into its audience, like the bits of animal carrion of which Jules says that they are lost forever in the forest, and that there, they “disappear, vanished into things” [“disparaissent, volatilisés dans les choses”].

27Combining the polemical and aesthetic goals of his novel, Mirbeau concludes with a burial scene that is simultaneously an act of publication. For Jules, the final observance of mortuary hygiene consists in the disposal of his trunk, which, at his request, is set on fire, which symbolically enacts the cremation of its owner. With the incineration of the container and the ventilation of its contents, Jules posthumously lifts repression, and makes up for the damage that society had done to him. In a whirlwind arabesque of images of buttocks, organs, genitals, and breasts, the danse macabre becomes a model of the authentic work of art : it exists only in the time of its self-annihilation.

28Claude Herzfeld

29L’interview imaginaire façon Mirbeau

30On peut parler, à propos de l’interview imaginaire, de l’une des inventions les plus efficaces de notre « imprécateur au cœur fidèle », pourfendeur des fausses gloires, des réputations bien mal établies, des prétendues bonnes renommées reposant sur le seul témoignage des thuriféraires appointés. Belle occasion pour l’imaginaire mirbellien de se déployer en exhibant le grotesque de Gorgô, en arrachant les masques, et en faisant grimacer ces monstres d’égoïsme et de cruauté que sont les nantis et leurs séides. Les formules qui font mal, les pointes assassines sont mises dans la bouche des interviewés eux-mêmes. Leur cynisme éclate dans ces portraits en action. Le pamphlétaire, chez Mirbeau, n’a pas tué l’auteur dramatique. L’exercice de l’interview n’est pas gratuit : la forme ne saurait être séparée du fond. Oxymores, superlatifs, hyperboles comiques, éloges paradoxaux… abondent. Mirbeau n’écrit pas pour passer le temps.

31The Fancy Interview according to Mirbeau

32One can consider that the fancy interview is one of the most efficient invention of our “faithfulhearted doomsayer”, the destroyer of fake glories, of so-called good reputations which are established by well-paid flatterers. The fancy interview is an opportunity for Mirbeau’s creative imagination to display, by showing the Medusa’s grotesque, by unmasking and by making these selfish and bloody monsters, that is to say the rich and their blindly devoted followers grimace. A set of cutting words, of cut-throated quirks, is delivered by the people who are interviewed. Their cynism is obvious in these lively descriptions. With Mirbeau, the drama-writer is not smothered by the lampoonist. The practise of the interview is not gratuitous : manner and matter are linked. The work is full of oxymorons, superlatives, comic hyperboles, paradoxical praise.

33Mirbeau does not write to pass the time.

34Maria Chiara Gnocchi

35Entre coups de cœur et institution : le rôle et l’héritage d’Octave Mirbeau dans l’histoire littéraire de la première moitié du XXe siècle

36Octave Mirbeau comprend, interprète et transforme en profondeur le contexte littéraire, intellectuel et éditorial de son époque. Découvreur de talents, défenseur des « marginaux », juré Goncourt et conseiller auprès de son éditeur Fasquelle, il donne naissance à une figure non seulement intellectuelle, mais éditoriale, institutionnelle, nouvelle. Son innovation est gagnante, si bien qu’elle trouve bientôt des émules. L’exemple le plus éclatant est celui de Jean-Richard Bloch, écrivain et directeur d’une collection littéraire, dans les années 1920, chez l’éditeur Rieder.

37Octave Mirbeau’s Role and Heritage in the Literary History of the First Half of the XXth Century : between Discoveries and Institutions

38Octave Mirbeau understands, interprets and deeply transforms the contemporary literary, intellectual and publishing context. As a member of the Goncourt jury and an adviser to his publisher Fasquelle, he represents a new intellectual and institutional figure. His innovation is winning, and rapidly finds some imitators. Jean-Richard Bloch, who is a writer and directs a literary collection, in the 1920s, at Rieder Press, represents the best example of Mirbeau’s heritage.

39Nathalie Coutelet

40La place du théâtre populaire dans la pensée d’Octave Mirbeau

41Si l’on connaît Octave Mirbeau romancier, journaliste, critique, auteur dramatique et polémiste ardent, en revanche, l’une de ses activités est moins notoire : il s’agit du combat mené en faveur du théâtre populaire. Les théories et les réalisations faisaient alors florès et se situent en droite ligne du credo politico-artistique de Mirbeau. En effet, la démocratisation du spectacle, intimement liée aux avancées sociales, implique un théâtre accessible à tous, éducatif autant que divertissant. Les pièces écrites par Mirbeau s’inscrivent parfaitement dans cette perspective. De plus, en tant que critique, Mirbeau n’a cessé de déplorer l’indigence stylistique des spectacles contemporains et la commercialisation effrénée du théâtre. Enfin, anarchiste militant et journaliste engagé, il a régulièrement dénoncé l’apathie gouvernementale. Ainsi, le théâtre populaire regroupe plusieurs des chevaux de bataille mirbelliens, politiques, sociaux et artistiques.

42The Place of Popular Theatre in Octave Mirbeau’s Thinking

43As far as Mirbeau is concerned, we all know the novelist, the journalist, the critic, the dramatist and the fervent polemist, but one of his fights has been given less full consideration : his commitment to popular theatre. The concept and attempts certainly were in vogue but we can find Mirbeau’s features in the ideal of democratization of shows. Indeed, closely linked to social advances, the popular theatre appears as the access for all culture, as a source of education as well as entertainment. Mirbeau’s plays dealing with social issues are perfectly part of this programme. As a critic, Mirbeau used to lament the qualitative inadequacy of contemporary shows and the industrialization of theatre. Mirbeau—the committed citizen—used to denounce the State’s apathy. Thus he found in the popular theatre a suitable ground for exalting many of his political, artistic and social values.

44Bernard Jahier

45Mirbeau-Daudet : des affinités particulières

46Tout, a priori, séparait Octave Mirbeau et Alphonse Daudet, en particulier sur le plan politique. Le républicanisme tiède et le conservatisme du second ne pouvaient qu’irriter le défenseur des idées anarchistes qui, contre toute attente, entreprit pourtant de se réconcilier avec l’auteur des Lettres de mon moulin. Mirbeau aurait-il perçu, au-delà des apparences évidemment trompeuses, que leurs œuvres entretenaient des convergences secrètes, des affinités cachées, susceptibles d’expliquer une réconciliation et une amitié paradoxales ?

47Particular Affinities between Mirbeau and Daudet

48At first sight everything separated Octave Mirbeau and Alphonse Daudet, particularly at political level. The latter’s conservative ideas and lukewarm republicanism could only irritate the advocate of anarchist ideas who however undertook to become reconciled with the author of Les Lettres de mon moulin contrary to all expectations.

49Could it be that Mirbeau may have detected that, beyond obviously misleading appearances, their respective works had secret convergences, hidden affinities liable to explain their paradoxical reconciliation and friendship.

50Valérie Michelet Jacquod

51Octave Mirbeau et Marcel Schwob : autour de Dans le ciel

  • 1 P. Champion, Marcel Schwob et son temps, Paris, Grasset, 1927, p. 135.

52« Marcel Schwob a beaucoup aimé Octave Mirbeau »1 : c’est cette formule sobre et éloquente qui introduit les lignes que Pierre Champion consacre à la relation Schwob-Mirbeau. Une telle entrée en matière ne rend pourtant pas compte de la richesse et de la complexité des liens qui ont uni les deux hommes. C’est à l’occasion de la parution en feuilleton de Dans le ciel (1892-1893), que Schwob prend la plume pour assurer Mirbeau de son admiration. Les échanges s’intensifient et un embryon de correspondance voit le jour. On y apprend que Mirbeau et Schwob traversent au même moment une crise personnelle et littéraire, qu’ils cultivent des dégoûts communs, comme le sentiment d’une crapulerie de la presse et d’un cabotinage imposé aux écrivains pour vivre, et qu’ils admirent ensemble les œuvres de Monet, de Pissaro, de Rodin, des Claudel, frère et sœur, ou encore de Maeterlinck et d’Ibsen. Cependant, ce faisceau de convergences ne suffit pas à expliquer la fascination que ressent Schwob à la lecture de Dans le ciel et dont ses lettres témoignent. La communication pose l’hypothèse de la reconnaissance par Schwob, à la lecture de Dans le ciel, d’une nouvelle forme de réalisme, un réalisme impressionniste, appelé encore fantastique, et dont il s’était fait le théoricien à travers plusieurs articles ou préfaces, sans jamais en trouver, avant Mirbeau, l’expression exacte dans le roman français.

53Octave Mirbeau and Marcel Schwob about Dans le ciel

54“Marcel Schwob liked Octave Mirbeau much”1 [“Marcel Schwob a beaucoup aimé Octave Mirbeau”] : it is this sober and eloquent expression which introduces the lines that Pierre Champion devotes to the relationship Schwob-Mirbeau. Such an introduction does not account of course for the richness and complexity of the ties that united these two men. It was on the occasion of the publication of Dans le ciel (1892-93) that Schwob began to write to ensure Mirbeau of his admiration. The two writers sent letters to each other more and more often. We there learn that Mirbeau and Schwob were going through a personal and literary crisis at the same time and they were cultivating common dislikes, like the feeling of corruption in the press and the play acting writers had to go through in order to live. They both admired the works of Monet, Pissaro, Rodin, the Claudels, brother and sister, or also Maeterlink and Ibsen. However these points in common are not enough to explain the fascination that Schwob felt while reading Dans le ciel, as his letters show. The communication suggests the hypothesis of the recognition by Schwob, while reading Dans le ciel, of a new form of realism, an impressionistic realism, otherwise called fantastic. Through several articles and prefaces, Schwob had made himself the theorist of this realism without having found, before Mirbeau, the exact expression of it in the French novel.

55Alain Goulet

56Octave Mirbeau devant André Gide

57Octave Mirbeau et André Gide sont des personnalités bien différentes qui n’avaient a priori aucune affinité. L’un entre en littérature par le journalisme ; l’autre, disciple de Mallarmé, essaie d’atteindre la quintessence du littéraire. Pourtant, ils ont cheminé de conserve, s’observant, se lisant, se considérant, se rencontrant parfois. Si Gide a manifesté assez souvent de l’agacement devant Mirbeau, on peut relever dans leurs œuvres des points de tangence et de convergence. En outre, chacun d’eux a affirmé son droit au changement et à la contradiction, et ils ont appris à s’apprécier, allant jusqu’à des déclarations réciproques d’amitié. L’article suit l’évolution des opinions et des jugements de Gide à l’égard de Mirbeau, à travers son Journal, ses articles, sa correspondance, et met en évidence la courbe de leurs relations personnelles.

58Octave Mirbeau and André Gide

59Octave Mirbeau and André Gide had very different personalities. A priori, they had no affinity. Mirbeau came to literature through journalism ; Gide, Mallarmé’s disciple, tried to reach the quintessence of literature. They followed parallel roads, watching, reading, regarding and sometimes, meeting each other. Although Gide was quite often annoyed by Mirbeau, one can spot parallel or similar points in their works. Furthermore, both claimed their rights to change and contradiction. They learnt to appreciate each other, even claiming to be friends.

60This essay shows the evolution of Gide’s thoughts and judgements on Mirbeau, through his diary, his articles, his letters and brings to a fore the development of their mutual relationship.

61Katalin Pór

62Perversions et crises de la société dans Le Journal d’une femme de chambre

63L’article aborde l’adaptation par Buñuel du Journal d’une femme de chambre sous l’angle de la perversion. Il s’interroge sur le jugement, répandu dans la critique de l’époque, faisant du film une édulcoration du roman de Mirbeau. Il apparaît au contraire que Buñuel, sous couvert d’une moralisation de l’intrigue, procède à une déconstruction radicale des postures morales, introduisant une économie de la perversion qui n’épargne aucun des personnages, et configure et définit chaque mode d’interaction. Alors que Mirbeau voit essentiellement dans la sexualité une force mortifère, omniprésente et très puissante, Buñuel met au contraire en scène un réseau de perversions ne remplissant plus sa fonction de régénération. Les deux hommes se rejoignent malgré tout par la radicalité de leur propos, et finalement de leur pessimisme : tous deux nous décrivent un univers où l’homme est faible, impuissant, et prisonnier d’un système qui le mène vers le gouffre.

64Perversions and the Crises of Society in Le Journal d’une femme de chambre

65The article deals with the adaptation by Buñuel of Le Journal d’une femme de chambre, under the angle of perversion. It questions the judgement, widely held among the critics of the time, that the movie is a sweetened version of Mirbeau’s novel. It seems on the contrary that Buñuel, under cover of moralizing the plot, is carrying out a radical deconstruction of moral positions, by introducing an economy of perversion which affects every character, and shapes and defines each kind of interaction. While Mirbeau essentially sees sexuality as a deadly strength, which is omnipresent and very powerful, Buñuel, on the contrary, presents a network of perversions which no longer fulfils its regenerating function. Nonetheless, both artists engage in a radical discourse and share the same pessimism : they both describe a universe where man is weak, impotent and where he is the prisoner of a system leading him to the abyss.

66Catherine Dousteyssier-Khoze

67Le(s) jardin(s) des supplices : du roman au film

68Il s’agit d’analyser l’adaptation cinématographique du Jardin des supplices de Christian Gion (1976) et les principes transpositionnels qui la guident. À travers une recontextualisation du roman de Mirbeau, le réalisateur nous invite certes à une réflexion indirecte sur le processus de (dé)colonisation. Mais nous allons réfléchir à d’autres enjeux du film : d’une part, en identifiant certaines stratégies de transposition du kitsch mirbellien fin-de-siècle (ellipse, surcodage, théâtralisation systématique de l’érotisme et des supplices) et, de l’autre, en examinant la fonction de références intertextuelles fort variées.

69Le(s) jardin(s) des supplices : a Novel Adapted for the Screen

70This paper focusses on Christian Gion’s film (1976) Le Jardin des supplices—based on Mirbeau’s fin-de-siècle novel—and more particularly on the politics and poetics of this adaptation. By recontextualising Mirbeau’s novel, the director raises issues concerning (de) colonization. But we also concentrate on other aspects of the film : on the one hand, we identify a few strategies which allow Mirbeau’s fin-de-siècle kitsch to be adapted for the screen (ellipsis, overcoding, the systematic performance or theatricality of eroticism and torture) and, on the other hand, we examine the function of the various intertextual references.

71Ida Porfido

72Quelques figures du martyrologe mirbellien

73La trilogie soi-disant autobiographique de Mirbeau marque une étape fondamentale dans l’évolution de la représentation de l’artiste au XIXe siècle, car l’auteur y met en scène la figure de l’artiste martyr, à savoir du témoin privilégié des cruautés propres à la société bourgeoise. Dans Sébastien Roch notamment, la symbolique catholique liée aux thèmes de la passion et du martyre joue un rôle de tout premier choix. En ligne avec l’imagerie décadente, en effet, Mirbeau fait de la figure des deux saints évoqués jusque dans le titre du roman, saint Sébastien et saint Roch, les emblèmes inoubliables du génie massacré et du pouvoir meurtrier. Par ailleurs, le traitement particulier réservé au premier de ces saints martyrs, ce Sébastien qui, né de l’humus paléochrétien, traverse toute l’histoire de l’institution ecclésiastique et de l’art européen pour devenir de nos jours une image ambivalente sinon une icône gay, trahit sans doute l’ambiguïté de l’approche mirbellienne à la violence et au désir masculin.

74A Portrait of the Artist as a Young Martyr

75Mirbeau’s so-called autobiographical trilogy marks a fundamental step in the evolution of the representation of the artist in the XIXth century, for the author portrays the artist as a martyr, i.e. a witness par excellence of the cruelties that are peculiar to the bourgeois society. In Sébastien Roch, in particular, the Catholic symbolics linked with the Passion and Martyrdom themes plays a prominent role. Indeed, in keeping with the decadent imagery, Mirbeau turns the two saints evoked in the very title of the novel—Saint Sebastian and Saint Roch—into the unforgettable emblems of slaughtered genius and murderous power. Moreover, the specific treatment reserved to the first of the two martyr saints, Sebastian (who, stemming from the paleochristian humus, lives through the whole history of the ecclesiastic institution and of European art to finally represent, nowadays, an ambivalent image if not a gay icon), probably betrays Mirbeau’s ambiguous approach to violence and to masculine desire.

76Samuel Lair

77Mirbeau, un écrivain liminaire

78Tout un pan de l’œuvre de Mirbeau, le premier, s’inscrit sous le signe de la porte qui claque, du volet qui se referme, de l’huis qui condamne à rester en dehors : aux yeux de l’écrivain débutant, il faut qu’une porte soit fermée. Certains récits mettent l’accent sur une psychologie pensée en termes de territoire et d’espaces inviolables. Les rivalités prennent souvent leur origine dans la transgression des limites censées préserver les statuts et les équilibres hiérarchiques ; c’est dire la richesse d’une interprétation naturaliste de la porte. Le second versant de l’œuvre multiplie volontiers les brèches et les trouées, les irruptions intempestives. De ces portes qui craquent, une esthétique découle. Les cadres étroits du naturalisme le cèdent aux échappées sur la modernité. En relevant d’un art du balbutiement, la littérature de Mirbeau magnifie l’orée et le moment des premiers pas, en ouvrant en définitive sur une littérature du matin.

79The Representation of the Threshold in Mirbeau’s Work

80A whole side of Mirbeau’s work, the first one to be considered, is placed under the sign of the door which slams, of the shutters which close, of the locked door which condemns one to stay on the threshold : in the eyes of the novice writer, a door must necessarily be closed. Some writings put the stress on a psychology which expresses itself in terms of territory and impregnable spaces. Rivalries often originate in the transgression of the limits which are supposed to preserve status and hierarchic balance ; this shows the richness of the naturalistic interpretation of the door. The second aspect of the work introduces multiple gaps and breaches, as well as sudden irruptions. An aesthetic quality derives from these creaking doors. The rigid frames of naturalism give way to glimpses of modernity. Coming from an art of faltering beginnings, Mirbeau’s literature magnifies the edge and the first steps, by eventually opening onto a literature of dawn.

81Arnaud Vareille

82« Mirbeau ou le papillon incendiaire »

83S’il est vrai que l’interview « oblige chacun à se révéler tout entier », comme le déclare Mirbeau à propos de L’Enquête sur l’évolution littéraire (1891) de Jules Huret, alors celles que le romancier a délivrées seraient en mesure de nous livrer une part de sa personnalité comme une part de son esthétique. Tandis que les critiques avisés soulignent à l’envi le dogmatisme de l’écrivain et la brutalité de son style, ses œuvres, bien que polémiques, recèlent une complexité bien éloignée de l’évidence du roman à thèse, complexité qui prend sa source dans le recours généralisé à la parole. Omniprésente dans les récits, sous des formes aussi variées que la conversation, le dialogue ou l’anecdote, la voix est à la fois un élément privilégié de la composition du texte et une source d’ambiguïté pour le lecteur. Le dialogisme et le questionnement du rapport entre fiction et authenticité, divertissement et engagement que souligne l’oralité, sont autant de moyens d’interroger l’art du roman. Or, il semblerait que les interviews prolongent, quand elles ne l’alimentent pas, la réflexion sur les pouvoirs de la parole. Ainsi, plutôt que de faire de Mirbeau, à la suite de Lucien Daudet, un auteur « incendiaire », l’analyse de la voix mirbellienne livrée dans les interviews montrerait combien la parole vive et les papillonnements du dialogue servent, avec nuance, un idéal de justice et d’émancipation.

84Mirbeau as a Incendiary Writer

85If it is true that interviews “compel people to reveal themselves entirely”, as Mirbeau puts it about L’Enquête sur l’évolution littéraire (1891) by Jules Huret, then those that the novelist gave would possibly show us some aspects of his character as well as of his aesthetics. Sensible critics insist on the writer’s dogmatism and on the brutality of his style. Nevertheless, even if his works are controversial, they conceal a certain complexity which is very far from the simplicity of a roman à thèse and which is rooted in Mirbeau’s generalized resorting to speech. Voices are omnipresent in his fictions and they are used in extremely various forms like conversations, dialogues and anecdotes. They are the privileged element in the composition of the text as well as a source of ambiguity for the reader. This oral character underlines the dialogism and the questioning of the relationship between fiction and authenticity, entertainment and commitment which are the different means of questioning the novel as an art form. Howewer, the interviews might extend and even feed reflections about the power of speech. So, instead of presenting Mirbeau as an “incendiary” writer, as Léon Daudet did, the analysis of Mirbeau’s voice as it appears in the interviews would show us how speech and the vivid character of the dialogues are subtly as the service of an ideal of justice and emancipation.

86Anita Staron

87Dans le ciel et La 628-E8 : la douleur ou la douceur de vivre

88La personnalité d’Octave Mirbeau constitue un élément incontournable de toute analyse de ses œuvres. Cela est valable dans le cas de Dans le ciel (1892-1893) et La 628-E8 (1907). La présente étude se propose de découvrir les liens qui unissent ces deux textes en examinant la vision de l’art chez Mirbeau, son concept de l’utilité et le rôle de la vitesse dans la perception du monde. Tout en constatant le pessimisme foncier de l’écrivain, on arrive tout de même à y apercevoir un certain nombre de nuances.

89Dans le ciel and La 628-E8 : the Painful or Gentle Way of Life

90Octave Mirbeau’s personality remains a key element in analyzing his work. This is also valid in the case of Dans le ciel (1892-93) and La 628-E8 (1907). This paper intends to reveal the connections between these two texts by examining Mirbeau’s vision of art, his concept of utility and the function of speed in the perception of the world. Although the writer’s pessimism is undeniable, it seems to decrease from one text to another.

91Bertrand Marquer

92Mirbeau 1900 : contre l’étiquette Le Jardin des supplices (1899) et Les 21 Jours d’un neurasthénique (1901)

93En choisissant d’accoler une étiquette esthétique à sa négation, cette communication n’entend pas mettre à jour l’inscription de Mirbeau dans le « style 1900 », mais tente de cerner, à travers deux œuvres encadrant une date symbolique, le jeu avec ce qu’il est convenu d’appeler des attentes de lecture. Autrement dit, s’interroger non sur l’inscription de l’œuvre de Mirbeau dans une optique, mais sur la manière dont celle-ci la déçoit, en vertu même de la collection de points de vue qu’elle entend restituer. Partant de ce constat simple que Le Jardin des supplices et Les 21 Jours d’un neurasthénique ne sont pas, à proprement parler, des œuvres inédites, il s’agira plus précisément de se demander comment la virulence polémique de morceaux épars a pu s’incarner dans une nouvelle forme qui, bien qu’elle remette en cause la narration classique comme d’autres avant et après elle, propose cette curiosité de ne pas reposer sur l’invention d’arguments nouveaux, mais sur une disposition ruinant à l’inverse l’efficacité argumentaire des composantes qu’elle regroupe. Dans cette perspective, si la démonstration romanesque, devenue problématique, attaque bien la capacité du langage à véhiculer un sens, celle-ci ne prend pas la forme d’un « merdre » tonitruant, mais d’une collection de discours saturant de sens une réalité reconstruite au sein de l’œuvre, et faisant de la palinodie la forme même d’une énonciation polémique.

94Mirbeau 1900 : Against Labelling

95The juxtaposition of an aesthetic label and the denial of it does not imply that this contribution should aim at reassessing Mirbeau as a turn-of-the-century novelist. Actually, the whole point is to try, through two novels respectively published before and after a symbolical year, to define the technique used by the novelist to play with what is commonly referred to as reading expectations. In other words, the purpose is not to raise questions about labelling Mirbeau’s works and making them fit in with one perspective, but to study how his works deny the label, by taking into account the considerable amount of points of view his works intend to echo. Starting from the simple statement that Le Jardin des supplices and Les 21 Jours d’un neurasthénique are not, strictly speaking, novel material, it is a matter of knowing how the polemic violence of previous works could take on a new form, which, though it challenges the classical narrative—as others did before and afterwards—, shows the oddity of not being based on the invention of new arguments, but on an arrangement which on the contrary weakens the efficiency of the components it brings together. In this perspective, though the novelistic demonstration, once it has become problematic, actually attacks the capacity of language to convey significance, it doesn’t take the form of a thundering “merdre” but that of a collection of discourses which endow the reality rebuilt inside the novel with pervasive significance, and establish palinodes as the very form of polemic enunciation.

96Éléonore Reverzy

97Du bon usage de l’allégorie : du Jardin des supplices à Dingo

98Mirbeau, romancier politique et philosophe, définit dans ses récits une « philosophie littéraire » pour reprendre l’expression de Pierre Macherey dans À quoi pense la littérature ?. Il recourt, pour la mettre en œuvre, à la figure didactique de l’allégorie, en disposant à l’intérieur de ses récits, des personnages herméneutes, relais du questionnement. Ainsi Le Jardin des supplices présente un sens obscur du fait des incompétences du narrateur-témoin. Avec l’automobile puis Dingo, l’écrivain invente des allégories modernes et denses, résolument porteuses d’un sens inépuisable – la Vie, l’Art, le Progrès, la Violence.

99How to Use Allegory : from Le Jardin des supplices to Dingo

100Mirbeau’s novels are also political and philosophical works. The novelist invents a “literary philosophy” as says Pierre Macherey in his À quoi pense la littérature ?. Mirbeau resorts to educational allegory and in his novels he inserts some characters of readers, who are more or less competent. Thus The Torture Garden is quite obscure because the narrator-as-witness is quite incompetent. The novelist invents new allegories, such as the 628-E8 or the dog, which are clear and modern and the meaning of which is inexhaustible—Life, Art, Progress, Violence.

101Laure Himy-Piéri

102La description de tableaux dans les Combats esthétiques de Mirbeau : un art poétique implicite

103Les Combats esthétiques sont un recueil de comptes rendus d’expositions et de Salons que Mirbeau fournissait à différents journaux. Ces textes, qui relèvent de la critique d’art, permettent de reconstituer la conception que Mirbeau se faisait de la représentation en peinture en particulier, et par le biais de l’art en général. L’œuvre pour lui est soumise à une double contrainte : exprimer la sensibilité propre de l’artiste, tout en restant lieu de rencontre avec le spectateur, ému de l’émotion représentée par le peintre – ou l’artiste. Il s’agit alors de s’éloigner de la sensibilité, et du motif, pour atteindre l’expression de la sensation, et de repenser le rapport à la figure, et à l’intrigue. La lecture des Combats esthétiques permet ainsi de dégager un art poétique mirbellien, utile pour la bonne compréhension de l’évolution du genre romanesque.

104The Description of Paintings in Combats esthétiques by Mirbeau : an Implicit Ars Poetica

105The work Combats esthétiques consists of a number of articles on exhibitions and Salons published by Mirbeau in different papers. As art criticism they help cast some light on Mirbeau’s conception of art generally, and painting particularly. To him, a work of art remains subservient to a double bind : it expresses the artist’s own vision while sympathizing with the onlooker moved in his turn by the painter’s or the artist’s emotion. The artist’s vision and motive make way for the rendering of the sensation—an effort to reshape the interplay words/figure, words/intrigue. Combats esthétiques may thus provide Mirbeau’s ars poetica, useful for the correct understanding of the evolution of the art of the novel.

Notes

1 P. Champion, Marcel Schwob et son temps, Paris, Grasset, 1927, p. 135.

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540