Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Octave Mirbeau

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Gérard Poulouin

Contextualisation : un personnage complexe et ses engagements

Entre coups de cœur et institution : le rôle et l’héritage d’Octave Mirbeau dans l’histoire littéraire de la première moitié du XXe siècle

Maria Chiara Gnocchi

Résumé

Octave Mirbeau comprend, interprète et transforme en profondeur le contexte littéraire, intellectuel et éditorial de son époque. Découvreur de talents, défenseur des « marginaux », juré Goncourt et conseiller auprès de son éditeur Fasquelle, il donne naissance à une figure non seulement intellectuelle, mais éditoriale, institutionnelle, nouvelle. Son innovation est gagnante, si bien qu’elle trouve bientôt des émules. L’exemple le plus éclatant est celui de Jean-Richard Bloch, écrivain et directeur d’une collection littéraire, dans les années 1920, chez l’éditeur Rieder

Octave Mirbeau understands, interprets and deeply transforms the contemporary literary, intellectual and publishing context. As a member of the Goncourt jury and an adviser to his publisher Fasquelle, he represents a new intellectual and institutional figure. His innovation is winning, and rapidly finds some imitators. Jean-Richard Bloch, who is a writer and directs a literary collection, in the 1920s, at Rieder Press, represents the best example of Mirbeau’s heritage

Texte intégral

  • 1 A.-L. Séveno-Gheno, « Le chevalier des lettres », Europe, 839, mars 1999, p. 72-78.
  • 2 Il m’arrivera souvent ici de me servir de termes et concepts empruntés à la sociologie de la littér (...)

1Dans un article intitulé « Le chevalier des lettres » paru il y a quelques années dans la revue Europe, Anne-Laure Séveno-Gheno a mis en évidence l’ardent défenseur et découvreur de talents que fut Octave Mirbeau1. Notre auteur soutient en effet Wilde accusé d’avoir plagié Huysmans ; révèle Knut Hamsun et Thomas Hardy ; ouvre à Maurice Maeterlinck la voie du succès à Paris. Charles-Louis Philippe, Léon Werth, la « couturière des lettres » Marguerite Audoux : nombre d’écrivains actifs dans les premières décennies du siècle dernier doivent leur notoriété au « chevalier ». Je voudrais prendre cette étude comme point de départ, avec un double objectif. J’entends dans un premier moment illustrer le contexte institutionnel qui permet à Mirbeau de s’investir avec succès de ce rôle de promoteur ; je vais ensuite démontrer qu’au-delà des coups de cœur et de la sensibilité personnelle de l’écrivain, la réussite de Mirbeau est telle qu’elle donne naissance à une nouvelle figure intellectuelle et éditoriale, qui exploite en profondeur, tout en les reflétant, les aménagements récents du champ littéraire2. L’innovation du « chevalier » est d’autant plus gagnante qu’elle crée bientôt des émules, et non de moindre importance.

  • 3 A.-M. Thiesse, Écrire la France. Le Mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la (...)

2Dans l’histoire littéraire de la période qui va de l’affaire Dreyfus aux années 1930, deux phénomènes parallèles sont reconnaissables : l’essor d’un mouvement régionaliste3 et l’émergence d’auteurs dotés d’un capital scolaire réduit et provenant des plus basses couches de la société. Dans les deux cas, des voix « périphériques », « marginales » s’imposent à l’attention (la marginalité est de type géographique dans le premier cas, de type social dans le second).

  • 4 En 1900, Charles-Brun fonde la Fédération régionaliste française, et lance en 1902 son organe, L’Ac (...)

3Jusqu’à ce moment, les auteurs provenant des marges géographiques ou sociales avaient toujours été relégués dans une position tout aussi marginale du champ littéraire. À partir du tournant du siècle, les voix périphériques s’élèvent avec une intensité inouïe, commencent à se doter de structures propres et à être reconnues par les institutions parisiennes « légitimes ». Le premier pas important est accompli par les promoteurs du régionalisme littéraire, qui favorisent la production périphérique grâce à la création d’un mouvement unitaire4 qui conteste la centralisation littéraire parisienne et amorce la constitution d’un contrechamp organisé autour d’associations et de revues transprovinciales, d’académies, de concours et de critiques spécifiques.

  • 5 On doit à Edmond Thomas la publication en 1979 d’une anthologie : Voix d’en bas, la poésie ouvrière (...)
  • 6 L’attitude qui se généralise est celle qu’un critique a décrite dans un article significativement i (...)
  • 7 Cf. B. Cacérès, Regards neufs sur les autodidactes, Paris, Seuil (Peuple et culture), 1967, p. 33.

4Parallèlement, le panorama social évolue : les travailleurs acquièrent une plus grande autonomie et conscience de soi, et leur formation scolaire atteint des niveaux jusqu’alors inespérés. Un nombre croissant d’entre eux, une fois le travail fini, prennent la plume en main, mûs par l’ambition de devenir poètes, nouvellistes ou romanciers. Le phénomène des écrivains non professionnels, paysans ou ouvriers, n’est pas totalement nouveau. Vers le milieu du XIXe siècle, des personnalités comme Lamartine, Victor Hugo, Alfred de Vigny et surtout George Sand avaient déjà encouragé les essais littéraires de quelques-uns d’entre eux5, sans toutefois leur accorder une légitimité littéraire à 360 degrés6. Autrement dit, l’hommage des romantiques est appréciable, mais il ne comporte aucun changement substantiel du champ littéraire, si bien que les écrits de ces autodidactes finissent par remplacer la littérature de colportage qui alimentait jusqu’alors les veillées du peuple de France7 : une preuve ultime de leur confinement dans un espace marginal. Au tournant du siècle, la situation est différente. Souvent issus des provinces et supportés, dans un premier temps, par les instances de publication, diffusion et consécration provinciales, les « marginaux » atteignent petit à petit les sphères les plus élevées du monde littéraire, par des trajectoires inouïes auparavant. Tout en assurant, dans plus d’un cas, leur présence dans les usines ou les ateliers, ils collaborent aux revues les plus prestigieuses, sont édités par les maisons d’édition de la capitale et décrochent parfois les prix littéraires que les « grands » eux-mêmes ambitionnent.

5Qu’est-ce qui a rendu cette situation possible ? Ainsi qu’on peut l’imaginer, l’entrée en jeu de ces auteurs périphériques ne se fait pas toute seule. La simple coalition des forces marginales n’est pas suffisante : l’impulsion des périphéries vers le centre nécessite un mouvement inverse, d’accueil, de la part des tenants des positions dominantes. À ce propos, la figure d’Octave Mirbeau mérite une attention toute particulière.

  • 8 Cf. G. Sapiro, La Guerre des écrivains 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, et K. Ashley (éd.), Prix Gon (...)

6On sait comment, suite à des réactions hostiles soulevées par un chapitre de son Calvaire (1886) consacré à la défaite de 1870, le jeune écrivain – dans un premier temps clérical, militariste et antisémite – change radicalement de position et devient un véritable rebelle, voué désormais à une peinture satirique de la société. À partir des années 1890, Mirbeau collabore à la presse libertaire, à L’En Dehors de Zo d’Axa, aux Temps nouveaux de Jean Grave, au Journal du Peuple de Sébastien Faure. Dreyfusard énergique, il se rallie en 1899 au Mouvement socialiste et devient collaborateur littéraire de L’Humanité, créée en 1904. En 1903, il est l’un des dix premiers membres de l’académie Goncourt qui, rappelons-le, naît comme une contre-institution, donc rebelle elle aussi, mais qui, essentiellement par le prix qu’elle décerne annuellement, se voit bientôt reconnaître un pouvoir légitimant égal sinon supérieur à celui de l’Académie française8. Grâce à ce pouvoir nouvellement acquis, Mirbeau appuie désormais, de toutes ses forces et jusqu’à sa mort, diverses personnalités émergentes dans le monde des lettres, avec une prédilection marquée pour les artistes et écrivains défavorisés.

  • 9 L’aile d’extrême gauche si on ajoute à ces trois jurés les noms de Rosny jeune et de Paul Marguerit (...)
  • 10 J’ai donné un aperçu plus complet du réseau d’amitiés institutionnelles d’Octave Mirbeau – finalisé (...)
  • 11 Entre 1894 et 1913, Mirbeau publie chez Fasquelle une bonne douzaine d’œuvres.

7Le « chevalier des lettres » ne mène pas un combat solitaire. Les efforts d’un personnage de pointe comme lui sont sans aucun doute déterminants, mais ils seraient presque nuls sans l’appui d’un réseau d’amitiés, d’un système de collaborations. Et encore faut-il que ce système ait une dimension institutionnelle. Mirbeau le sait, et c’est pourquoi il compte à la fois sur d’autres membres de l’académie Goncourt (en particulier sur ses confrères Lucien Descaves et Gustave Geffroy, qui forment avec lui ce qu’on a appelé l’« aile de gauche » du comité9), et sur son éditeur10, Eugène Fasquelle11.

  • 12 La maison est connue comme « Librairie » ou « Bibliothèque Charpentier », nom qui désigne en fait l (...)
  • 13 Mais aussi Flaubert, depuis 1873, et Théophile Gautier, post mortem (J.-Y. Mollier, L’Argent…, p. 2 (...)
  • 14 Lucien Descaves (1861-1949), naturaliste à ses débuts, passionné de la Commune et antimilitariste n (...)
  • 15 Voir aussi J.-H. Rosny, Mémoires de la vie littéraire, Paris, Crès, 1927.

8Nées officiellement en 1890, les éditions Fasquelle ont leurs origines dans la « Bibliothèque Charpentier »12, dont le catalogue est éminemment illustré par les plus grands écrivains naturalistes (Émile Zola surtout, depuis 1872)13. Fondée en 1838 par Gervais Charpentier, la maison éponyme cède son fonds, par étapes successives, à Eugène Fasquelle (1863-1952) qui, conscient du prestige du catalogue, s’empresse d’établir un nouvel accord avec Zola afin de maintenir dans la société les œuvres complètes du romancier. Ayant fait leurs premiers pas dans le cadre du naturalisme fin-de-siècle, Octave Mirbeau et Lucien Descaves entrent vite en contact avec cette maison d’édition14. On devine le poids et l’influence d’Octave Mirbeau, écrivain reconnu, homme cultivé, orateur véhément et souvent même agressif, sur le jeune Eugène Fasquelle, son cadet de quinze ans, qui a fait ses débuts comme simple employé à la Bibliothèque Charpentier, et qui a obtenu son poste prestigieux en épousant la fille d’un des deux principaux associés de l’entreprise Charpentier15.

  • 16 Sur Frapié, voir le dossier principal du numéro d’octobre 1963 de la revue Europe, no 414.
  • 17 Sur Charles-Louis Philippe, voir H. Bachelin, Charles-Louis Philippe, Paris, Éditions de la Nouvell (...)
  • 18 Dans les deux premières décennies du XXe siècle, les efforts de Mirbeau et de Gide convergent à plu (...)
  • 19 Pour en savoir plus sur cet auteur, voir D. Halévy, Visites aux paysans du centre (1907-1934), Pari (...)
  • 20 Successivement bergère, blanchisseuse, ouvrière, enfin couturière, Marguerite Audoux (1863-1937) do (...)
  • 21 Née dans une famille néerlandophone du sous-prolétariat urbain d’Amsterdam, Neel Doff apprend le fr (...)
  • 22 Werth exerce énormément de petits métiers avant de se fixer dans le journalisme puis la littérature (...)

9Au fil des années, Mirbeau et ses confrères « placent » chez Fasquelle divers auteurs provenant des périphéries géographiques ou sociales décrites auparavant. C’est le cas de Maeterlinck, qui publie chez Fasquelle de très nombreuses pièces et œuvres diverses (dont La Vie des abeilles, Le Double jardin, L’Oiseau bleu, L’Hôte inconnu, etc.). En 1897, c’est le tour de L’Institutrice de province de Léon Frapié (1863-1949), un employé à l’hôtel de ville de Paris16. En 1904 et 1906, la maison d’édition imprime deux romans (Marie Donadieu et Croquignole) d’un écrivain particulièrement représentatif de cette catégorie de « marginaux » : Charles-Louis Philippe (1874-1909), fils d’un sabotier né dans l’Allier, puis « monté » à Paris et progressivement reçu dans les milieux littéraires officiels17, grâce essentiellement à Mirbeau, à André Gide et à leurs « réseaux » respectifs18. Toujours en 1906, un autre auteur exemplaire est accueilli par Fasquelle : Émile Guillaumin (Albert Manceau adjudant). Né dans l’Allier comme Charles-Louis Philippe, Guillaumin (1873-1951) est un métayer ; il n’a pas poussé sa formation scolaire au-delà des cinq années d’école primaire. À la différence de Philippe, l’auteur n’entend quitter ni son village – sinon pour de brefs voyages –, ni son travail : il reste paysan pendant presque toute sa vie. Ce qui ne l’empêche pas de publier différents récits et romans, dont La Vie d’un simple, édité par Stock grâce à l’appui de Lucien Descaves, reste le plus connu19. Avant le déclenchement de la première guerre mondiale, les éditions Fasquelle accueillent encore Marie-Claire de Marguerite Audoux (1910)20, Jours de famine et de détresse de la Belge d’origine hollandaise Neel Doff (1911)21 et La Maison blanche de Léon Werth (1913)22. Une préface du « chevalier » accompagne parfois ces publications, ce qui leur confère une plus grande légitimité (c’est le cas de Marie-Claire et de La Maison blanche).

  • 23 Lucien Descaves raconte diverses anecdotes concernant les attributions du prix Goncourt dans Souven (...)
  • 24 Le Prix Femina, créé en 1904 pour pallier les « fautes » de l’académie Goncourt, couronne entre 191 (...)

10Une fois ces écrits publiés, Mirbeau et ses « alliés » s’évertuent pour qu’ils soient lus, reconnus, consacrés. Ils les encensent dans la presse et, comme je l’ai dit, ils appuient leurs candidatures aux prix les plus prestigieux. Il faut reconnaître que leur stratégie triomphe, dans la mesure où elle exploite et en même temps produit des changements substantiels dans le champ littéraire de l’époque. La rose des finalistes au Goncourt de 1904 est une preuve excellente de l’importance acquise, à ce moment, par les écrivains « marginaux » – et donc, nécessairement, du pouvoir d’influence de leurs promoteurs. En 1904, en effet, les Dix doivent choisir entre La Maternelle de Léon Frapié, Marie Donadieu de Charles-Louis Philippe et La Vie d’un simple d’Émile Guillaumin (entre 1903 et 1906, Mirbeau essaie plusieurs fois de faire décrocher la prime à Charles-Louis Philippe, mais en vain). Quelques années plus tard, l’« aile de gauche » du comité soutient la candidature de Marguerite Audoux, puis de Neel Doff (dans les deux cas, pour des romans publiés par Fasquelle). Les deux tentatives échouent23 mais, en revanche, Mirbeau obtient que soit attribué à Marguerite Audoux le prix Femina24 – avec toute la publicité de presse qui, dans ces cas, en est le corollaire.

11La nouveauté du rôle joué par Mirbeau dans l’institution littéraire est absolue. Car, lorsqu’il se présente comme le défenseur des « marginaux » ; lorsqu’il s’appuie, pour les promouvoir, sur un réseau d’amis et collaborateurs bien placés dans le monde des lettres ; lorsqu’il trouve les moyens de faire valoir ses préférences au sein d’une maison d’édition qui garantit une bonne diffusion, il ne fait pas seulement preuve de bon goût ou d’entêtement personnels. Il donne inversement naissance à une figure non seulement intellectuelle, mais éditoriale, institutionnelle nouvelle. Mirbeau « chevalier des lettres » ne ressemble plus (ou si peu) à une George Sand soutenant ses protégés autodidactes : le contexte intellectuel et éditorial a changé, et Mirbeau a su le comprendre, l’interpréter, en tirer les conséquences les plus favorables à ses « causes » ; il l’a lui-même transformé et renouvelé en profondeur.

12L’« invention » de cette nouvelle figure institutionnelle est tellement réussie qu’elle trouve bientôt des émules. Un exemple, dans l’immédiat : Jean-Richard Bloch.

  • 25 Sur L’Effort (libre), voir C. Prochasson, « L’Effort libre de Jean-Richard Bloch, 1909-1914 », Cahi (...)

13Historien de formation, enseignant pendant quelques années, Bloch (1884-1947) a dirigé, entre 1910 et 1914, à Poitiers, une revue politique et littéraire importante, intitulée d’abord L’Effort, puis L’Effort libre. Idéologiquement placée à l’extrême gauche, la revue participe au mouvement régionaliste, qui voit plusieurs revues revendiquer l’existence d’une vie culturelle provinciale, refuser les usages commerciaux et éditoriaux des revues et maisons d’édition de la capitale, assumant volontairement et explicitement leur propre marginalité. En 1912, le « comité d’action » de L’Effort (libre) comprend Léon Bazalgette, Charles-Albert, Henri Hertz, André Spire, Louis Nazzi, Marcel Martinet, Charles Vildrac, Gaston Thiesson et Bloch lui-même25.

  • 26 Spécialisée dans l’édition de livres d’histoire, la librairie Cornély & Cie a des visées militantes (...)
  • 27 Pour un résumé de l’histoire de la maison Rieder, voir M. C. Gnocchi, Le Parti pris des périphéries (...)

14En 1913, Albert Crémieux, qui connaît Bloch depuis le temps de leurs cours d’histoire à la Sorbonne, devient, avec Pierre Caron, directeur éditorial de la maison d’édition nouvellement née « Frédéric Rieder et Cie », créée à partir du fonds des éditions Cornély26. Crémieux propose à Bloch de devenir le directeur d’une collection de littérature française, les « Prosateurs français contemporains ». Bloch accepte ; promu directeur littéraire de la maison tout entière, il reste, jusqu’à la fin des années 1920, l’une des trois figures majeures des éditions Rieder (la troisième est Léon Bazalgette, directeur de la collection des « Prosateurs étrangers modernes »)27.

15Au moment où ces trois personnages – Crémieux, Bloch et Bazalgette – lancent les nouvelles collections de la librairie Rieder (au début des années 1920 seulement, à cause de la guerre), le modèle du « chevalier des lettres » leur est bien connu, d’autant plus que dans la collection des « Prosateurs français contemporains » ils entendent promouvoir, eux aussi, de jeunes talents, souvent issus des plus basses couches de la société et/ou provenant des périphéries de la France, voire de la francophonie.

  • 28 La plupart de ces écrivains sont présentés dans H. Poulaille, Nouvel Âge littéraire, Paris, Librair (...)

16Jean-Richard Bloch n’attend pas la création des collections littéraires de Rieder pour soutenir les écrivains issus des marges du spectre social : en 1913, au lendemain de la naissance de la maison d’édition, il édite le recueil de nouvelles Sous d’humbles toits d’Henri Bachelin (1879-1941), fils de paysans du Nivernais « monté » à Paris au début du siècle, où il est d’abord employé aux écritures (entré en contact avec André Gide grâce à Charles-Louis Philippe, Bachelin deviendra collaborateur de la Nouvelle Revue française). Une fois les « Prosateurs français contemporains » lancés, l’effort de Bloch en ce sens devient systématique. C’est ainsi que voient le jour sous les presses de Rieder les récits de Lucien Bourgeois (1882-1947), qui fut obligé de quitter très tôt l’école, et d’accepter par la suite tout genre de petits travaux pour échapper au chômage ; de Georges David (1878-1963), horloger fils d’un aubergiste, originaire de Richelieu (Indre-et-Loire) ; de Tristan Rémy (1897-1977, pseudonyme de Raymond Desprez), cheminot né d’une boulangère et d’un ouvrier agricole ensuite entré aux chemins de fer ; d’Auguste Brepson (1885-1927) qui, fils d’un conducteur de péniche et élevé par sa grand-mère maternelle, lavandière, exerce divers petits métiers avant de devenir bouquiniste ; de Jean Pallu (pseudonyme de Jean Pétrus Passeneau, 1898-1975), employé de Renault Véhicules industriels à Lyon, etc.28. Plusieurs autodidactes arrivent chez Rieder de l’étranger : de la Belgique essentiellement, comme Jean Tousseul (1890-1944, pseudonyme d’Olivier Degée), Pierre Hubermont (1903-1989, pseudonyme de Joseph Jumeau) et Francis André (1897-1976). L’exemple le plus connu reste cependant celui de Panaït Istrati (1884-1935, son vrai prénom est Gherasim), né en Roumanie, fils naturel d’une blanchisseuse, ayant appris le français à l’âge adulte.

17Les « Prosateurs français contemporains » publient de très nombreux écrivains provinciaux ou même étrangers (écrivant en français). Ce qui est surtout important, c’est que la maison d’édition ne cherche pas à cacher la provenance « périphérique » de ses auteurs : au contraire, elle l’affiche avec ostentation, en particulier sur les quatrièmes de couverture des livres, d’autant plus que différentes œuvres « illustrent », en quelque sorte, la terre d’où provient l’auteur. Signalons dans l’« écurie » de Rieder, à côté d’un nombre consistant d’écrivains belges, Maurice Constantin-Weyer qui, né en Haute-Marne, vit quinze ans au Canada anglophone, où il est paysan et chasseur ; Gabriel Audisio, fils du directeur de l’Opéra d’Alger ; René Guillot, professeur à Dakar ; Fred Bérence, un Suisse qui a longtemps vécu à Prague. À remarquer en dernier : en 1926, Jean-Richard Bloch accueille dans les « Témoignages », une autre collection de la maison Rieder (très proche des « Prosateurs français contemporains »), Force-Bonté de Bakary Diallo, un Sénégalais ancien tirailleur, puis boursier en Côte d’Azur : nous sommes là, on le devine, aux origines de ce qu’on appellera plus tard les littératures francophones.

  • 29 La maison Rieder est absorbée en 1939 par les Presses universitaires de France (voir aussi V. Tesni (...)
  • 30 En 1920, la maison Rieder accueille dans la première série des « Prosateurs étrangers modernes » Le (...)

18On ne s’étonnera pas d’apprendre que les « jeux d’échanges » sont nombreux entre Mirbeau et Bloch et, plus largement, entre Fasquelle et Rieder. D’un côté, les éditions Rieder récupèrent certains auteurs publiés par Fasquelle, comme Eugène Le Roy et Neel Doff. D’autres anciens « illégitimes » légitimés par Mirbeau et Cie et édités par Fasquelle rejoignent en revanche l’équipe d’animation de Rieder (ou de la revue Europe, lancée par Rieder en 1923 et publiée par le même éditeur jusqu’en 1938) : c’est le cas de Léon Werth qui, ami de Charles-Louis Philippe et secrétaire d’Octave Mirbeau, collabore à L’Effort (libre), puis à Europe, et publie deux volumes dans la collection de romans dirigée par Jean-Richard Bloch (un troisième dans les « Témoignages »). L’inverse se produit également (les éditions Fasquelle précèdent la naissance de la maison Rieder mais lui survivent)29 : Marie Le Franc, romancière bretonne installée au Canada, qui donne quatre romans à Rieder entre 1927 et 1930, publie deux livres chez Fasquelle en 1931 et 1932. L’écrivain norvégien Knut Hamsun, introduit en France par Octave Mirbeau, est l’un des auteurs étrangers les plus représentatifs de la collection des « Prosateurs étrangers modernes » (huit œuvres de Hamsun paraissent entre 1923 et 1932 dans la collection dirigée par Léon Bazalgette) ; la réédition de son roman le plus célèbre, La Faim, paraît accompagnée d’un témoignage du « chevalier » lui-même (1926)30. Ajoutons en dernier que, si Rieder diffuse des œuvres littéraires et des essais pour une meilleure connaissance des régions françaises et des pays étrangers (la collection « Les États contemporains », lancée en 1921, en regroupe plusieurs), dans l’entre-deux-guerres Fasquelle reste, après Hachette, la première maison d’édition spécialisée en ouvrages pour la divulgation des connaissances géographiques.

  • 31 Voir, a contrario, P. Hebey (éd.), L’Esprit NRF 1908-1940, Paris, Gallimard, 1990, p. VIII.
  • 32 Cf. M. C. Gnocchi, « Le réseau de Rieder : description historique et questionnement méthodologique  (...)

19Comme Mirbeau l’avait fait, Jean-Richard Bloch essaie de garantir à ses auteurs une plus grande reconnaissance grâce à l’appui de tout un réseau d’amitiés, le plus possible « institutionnalisées ». Le noyau dur de la maison Rieder est lui-même un réseau plutôt qu’un circuit31. Un réseau du point de vue géographique certainement, puisque l’aide est assurée à Bloch par des personnalités aussi lointaines et différentes que Romain Rolland, parrain de l’équipe tout entière, résidant en Suisse ; le Belge Paul Colin, fondateur de la revue L’Art libre, responsable des contacts de la maison Rieder avec les milieux politico-littéraires belges ; René Arcos, fondateur avec Frans Masereel des Éditions du Sablier (Genève, puis Paris) ; les Français Charles Vildrac (un ancien protégé de Mirbeau), Georges Duhamel, Lucien Descaves lui-même, qui avait tant œuvré, surtout dans les années 1910, pour les « poulains » de Mirbeau. Un réseau quant à son attitude idéologique aussi, qui se reflète dans son organisation pratique : faute d’un chef aussi charismatique qu’un André Gide – par exemple –, mais aussi refusant de manière polémique les hiérarchies typiques du système éditorial centralisé et centralisateur, la maison trouve sa force dans son insertion dans un vaste réseau international qui lui donne beaucoup plus de légitimité que son « centre » officiel32.

20Mais que ce soit bien clair : les liens existants entre les éditions Fasquelle et Rieder, Octave Mirbeau et Jean-Richard Bloch, ne sont pas tellement une question d’amitiés, de connaissances individuelles et personnelles (le décalage générationnel est d’ailleurs assez net). Le cadre de ces liens est bien plus large, et coïncide avec l’histoire des sociabilités intellectuelles, l’histoire de l’édition, l’étude, toute récente, des réseaux littéraires. Car, si Mirbeau a profité des changements dans le champ littéraire de l’époque, poussé par des goûts qui pourraient être, à la rigueur, personnels, il faut reconnaître qu’il a également, et largement, façonné, créé, aménagé de nouvelles règles pour le champ. Et les conséquences de ces aménagements ne sont certainement pas personnelles, ni même, comme on l’a vu, passagères. Puisque gagnantes. Difficilement l’institution littéraire permet-elle aux coups de cœur de faire la loi. À moins qu’eux-mêmes, ils ne s’institutionnalisent. Et qu’ils ne s’actualisent dans un contexte socioculturel qui leur est propice. Pour le dire autrement – et pour conclure –, les efforts de Mirbeau en faveur d’une certaine catégorie d’écrivains connaissent un développement positif et durable grâce à l’intelligence (au sens étymologique du mot) de ce contexte et à l’adaptation conséquente des démarches à suivre. L’« invention » de la nouvelle figure intellectuelle et éditoriale que j’ai décrite – dont Mirbeau est à la source, et qui trouve si vite des émules – permet de souligner la perspicacité, voire la grande modernité de notre auteur.

Notes

1 A.-L. Séveno-Gheno, « Le chevalier des lettres », Europe, 839, mars 1999, p. 72-78.

2 Il m’arrivera souvent ici de me servir de termes et concepts empruntés à la sociologie de la littérature ; je signale en particulier, à la base de mon approche de l’espace littéraire et de ses dynamiques, la théorie des champs de Pierre Bourdieu, intégrée dans une série d’études ultérieures, dont l’analyse des réseaux ; voir essentiellement P. Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil (Libre examen), 1992, et D. de Marneffe et B. Denis (éd.), Les Réseaux littéraires, Bruxelles, Le Cri – Ciel, 2006.

3 A.-M. Thiesse, Écrire la France. Le Mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, PUF (Ethnologies), 1991.

4 En 1900, Charles-Brun fonde la Fédération régionaliste française, et lance en 1902 son organe, L’Action régionaliste (cf. M. Décaudin, La Crise des valeurs symbolistes. Vingt ans de poésie française 1895-1914, Toulouse, Privat, 1960, p. 130).

5 On doit à Edmond Thomas la publication en 1979 d’une anthologie : Voix d’en bas, la poésie ouvrière du XIXe siècle, Paris, Maspéro (Actes et mémoires du peuple).

6 L’attitude qui se généralise est celle qu’un critique a décrite dans un article significativement intitulé « L’exclusion par l’hommage » : le fait même que les auteurs légitimes rendent hommage aux débutants illégitimes (geste paternaliste du haut vers le bas) souligne l’écart entre les deux catégories d’écrivains (B. Bellotto, « L’exclusion par l’hommage : poètes ouvriers et écrivains “socialistes” dans la France de Louis-Philippe », in Centre de recherches sur les littératures populaires et la culture médiatique, Littérature populaire : peuple, nation, région, Limoges, Faculté des lettres et des sciences humaines, 1988 (supplément de la revue Trames), p. 191-202).

7 Cf. B. Cacérès, Regards neufs sur les autodidactes, Paris, Seuil (Peuple et culture), 1967, p. 33.

8 Cf. G. Sapiro, La Guerre des écrivains 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, et K. Ashley (éd.), Prix Goncourt, 1903-2003 : essais critiques, Bern, Peter Lang (Modern French Identities), 2004.

9 L’aile d’extrême gauche si on ajoute à ces trois jurés les noms de Rosny jeune et de Paul Margueritte (sur les batailles et les votes de Mirbeau académicien, voir S. Ducas-Spaës, « Octave Mirbeau, académicien Goncourt, ou le défenseur des lettres “promu juré” », Cahiers Octave Mirbeau, 8, mars 2001, p. 323-340).

10 J’ai donné un aperçu plus complet du réseau d’amitiés institutionnelles d’Octave Mirbeau – finalisées à l’appui des « marginaux » – dans ma thèse, M. C. Gnocchi, Le Parti pris des périphéries. Les « Prosateurs français contemporains » des éditions Rieder (1921-1939), Bruxelles, Le Cri – Ciel, 2007.

11 Entre 1894 et 1913, Mirbeau publie chez Fasquelle une bonne douzaine d’œuvres.

12 La maison est connue comme « Librairie » ou « Bibliothèque Charpentier », nom qui désigne en fait l’une de ses collections. La société en nom collectif « G. Charpentier et E. Fasquelle » est constituée le 20 août 1890 ; à partir de 1895, la société reste entièrement dans les mains d’Eugène Fasquelle (J.-Y. Mollier, L’Argent et les Lettres : histoire du capitalisme d’édition 1880-1920, Paris, Fayard, 1988, p. 232).

13 Mais aussi Flaubert, depuis 1873, et Théophile Gautier, post mortem (J.-Y. Mollier, L’Argent…, p. 213). Les éditions Fasquelle ont fusionné avec Grasset en 1959 et appartiennent aujourd’hui au groupe Hachette.

14 Lucien Descaves (1861-1949), naturaliste à ses débuts, passionné de la Commune et antimilitariste notoire, collabore comme Mirbeau à L’En Dehors de Zo d’Axa et aux Temps nouveaux de Jean Grave. En 1889, il est poursuivi en justice pour son roman Sous-offs, dans lequel il peint la triste vie du sous-officier en temps de paix ; par la suite, il écrit des pièces de théâtre d’inspiration libertaire.

15 Voir aussi J.-H. Rosny, Mémoires de la vie littéraire, Paris, Crès, 1927.

16 Sur Frapié, voir le dossier principal du numéro d’octobre 1963 de la revue Europe, no 414.

17 Sur Charles-Louis Philippe, voir H. Bachelin, Charles-Louis Philippe, Paris, Éditions de la Nouvelle Revue critique, 1929 ; É. Guillaumin, Charles-Louis Philippe, mon ami, Paris, Grasset, 1942 ; L. Lanoizolée, Charles-Louis Philippe, Paris, Plaisir du bibliophile, 1953.

18 Dans les deux premières décennies du XXe siècle, les efforts de Mirbeau et de Gide convergent à plus d’une reprise en faveur de certains auteurs marginaux, comme Charles-Louis Philippe ou Marguerite Audoux.

19 Pour en savoir plus sur cet auteur, voir D. Halévy, Visites aux paysans du centre (1907-1934), Paris, Grasset (Pluriel), 1978 [1934], et L. Lanoizolée, Émile Guillaumin, Paris, Plaisir du bibliophile, 1952.

20 Successivement bergère, blanchisseuse, ouvrière, enfin couturière, Marguerite Audoux (1863-1937) doit ses débuts littéraires à Charles-Louis Philippe, et sa notoriété à Mirbeau lui-même. Voir, entre autres, F. Jourdain, Sans remords ni rancune, Paris, Corrêa, 1953 ; B.-M. Garreau, Marguerite Audoux. La Couturière des lettres, Paris, Tallandier (Figures de proue), 1991 ; B.-M. Garreau, Marguerite Audoux. La Famille réinventée, Paris, Indigo – Côté-femmes, 1997 ; B.-M. Garreau, « Octave Mirbeau et Marguerite Audoux : convergences thématiques et idéologiques », Cahiers Octave Mirbeau, 4, 1997, p. 355-369.

21 Née dans une famille néerlandophone du sous-prolétariat urbain d’Amsterdam, Neel Doff apprend le français à l’âge adulte, suite à son déménagement à Bruxelles ; elle écrit son premier texte à cinquante ans. Elle a travaillé dès son enfance comme servante dans des familles bourgeoises, puis comme modèle chez les peintres ; selon sa biographe Évelyne Wilwerth, elle s’est aussi prostituée (cf. É. Wilwerth, Neel Doff. Biographie, Pré-aux-Sources, Bernard Gilson, 1992 ; voir aussi M. Pierson-Piérard, Neel Doff par ellemême, Bruxelles, Esseo, 1964).

22 Werth exerce énormément de petits métiers avant de se fixer dans le journalisme puis la littérature ; au début des années 1910, il est le secrétaire de Mirbeau, qui l’a engagé pour achever la rédaction de Dingo. Voir à ce propos G. Heuré, L’Insoumis. Léon Werth 1878-1955, Paris, Viviane Hamy, 2006.

23 Lucien Descaves raconte diverses anecdotes concernant les attributions du prix Goncourt dans Souvenirs d’un ours (Paris, Éditions de Paris, 1946) et Mes Goncourt (Paris, Calmann-Lévy, 1949).

24 Le Prix Femina, créé en 1904 pour pallier les « fautes » de l’académie Goncourt, couronne entre 1910 et 1920 trois romans de chez Fasquelle (trois sur huit, le prix n’étant pas décerné entre 1914 et 1916).

25 Sur L’Effort (libre), voir C. Prochasson, « L’Effort libre de Jean-Richard Bloch, 1909-1914 », Cahiers Georges Sorel, 5, 1987, p. 105-118.

26 Spécialisée dans l’édition de livres d’histoire, la librairie Cornély & Cie a des visées militantes (républicaines) et pédagogiques, voir V. Tesnière, Le Quadrige. Un siècle d’édition universitaire 1860-1968, Paris, PUF, 2001, p. 163.

27 Pour un résumé de l’histoire de la maison Rieder, voir M. C. Gnocchi, Le Parti pris des périphéries…, ou M. C. Gnocchi, « Présences francophones et métissages culturels dans l’édition française de l’entre-deux-guerres : l’exemple de la maison Rieder », Studi francesi, 145, janvier-avril 2005, p. 32-48.

28 La plupart de ces écrivains sont présentés dans H. Poulaille, Nouvel Âge littéraire, Paris, Librairie Valois, 1930 (réédition Bassac, Plein Chant, 1986), et dans Th. Maricourt, Dictionnaire des auteurs prolétariens de langue française de la Révolution à nos jours, Amiens, Encrage, 1994.

29 La maison Rieder est absorbée en 1939 par les Presses universitaires de France (voir aussi V. Tesnière, Le Quadrige…).

30 En 1920, la maison Rieder accueille dans la première série des « Prosateurs étrangers modernes » Les Petites Ironies de la vie de Thomas Hardy, un autre auteur révélé par Mirbeau.

31 Voir, a contrario, P. Hebey (éd.), L’Esprit NRF 1908-1940, Paris, Gallimard, 1990, p. VIII.

32 Cf. M. C. Gnocchi, « Le réseau de Rieder : description historique et questionnement méthodologique », in Les Réseaux littéraires.

Auteur

Docteur en littératures francophones (université de Bologne, université libre de Bruxelles). Ses travaux principaux portent sur les littératures francophones coloniales et postcoloniales, sur la littérature belge (en particulier, sur le romancier André Baillon) et sur l’étude de l’« institution littéraire »

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540