Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Octave Mirbeau

 | 
Laure Himy-Piéri
, 
Gérard Poulouin

Contextualisation : un personnage complexe et ses engagements

Conversations à Giverny : Claude Monet et Octave Mirbeau

Gérard Poulouin

Résumé

Octave Mirbeau était un familier du peintre Claude Monet. Tous deux abordaient maints sujets dans leurs conversations.
Les « conversations à Giverny », proposées en ouverture du colloque, sont construites à partir de citations empruntées à des lettres adressées par Mirbeau à Monet et en tirant parti de plusieurs sources d’information. Ces « conversations à Giverny » sous-tendent une évocation de la trajectoire de Mirbeau, des années 1880 à sa mort. Ainsi sont rappelés divers traits de sa personnalité, quelques-uns des combats auxquels il a participé, son inscription dans des réseaux associant artistes et écrivains, son aptitude à défendre des formes nouvelles dans différents domaines : peinture, poésie, musique, théâtre…

Octave Mirbeau and painter Claude Monet met frequently. They broached no end of subjects. The “Giverny Dialogues”, the first item on our agenda, consist of excerpts from letters Mirbeau sent to Monet and of material drawn from other sources. The “Giverny Dialogues” delineate Mirbeau’s own evolution from the eighteen-eighties to his death. They highlight some aspects of his personality, the campaigns he was active in, his being a member of several societies of artists and writers as well as his readiness to encourage novelty in such fields as painting, poetry, music, drama etc

Texte intégral

  • 1 Cette plaque commémorative fut inaugurée le 11 septembre 1932. Voir J.-F. Nivet et P. Michel, Octav (...)
  • 2 Sur les attaches normandes de Mirbeau, voir M. Coiffait, Le Perche vu par Mirbeau [et réciproquemen (...)

1Octave Mirbeau est né à Trévières, une commune du Bessin, le 16 février 1848. Une plaque apposée sur la maison qui l’a vu naître le rappelle aujourd’hui (on la doit à Sacha Guitry)1. Très tôt il quitte Trévières pour Rémalard, dans l’Orne, où son père est officier de santé. La demeure familiale, c’est Le Chêne vert, une maison bourgeoise qui existe toujours. Mirbeau passera dans le Perche les premiers âges de sa vie, en dehors des séjours dans des internats2.

2Il a parlé de la Normandie dans ses œuvres, avec moins d’attention toutefois qu’un Flaubert ou un Maupassant. Devenu journaliste et écrivain, c’est un Parisien. Il resta attaché à la campagne, aussi est-il tenté de résider dans des villages d’Île-de-France, aux côtés de son épouse, autrement connue sous le nom d’Alice Regnault. Quand Mirbeau fait la connaissance du peintre Claude Monet, il est un acteur qui compte dans la presse parisienne, ses articles font autorité, sinon scandale.

  • 3 C. Mauclair, Claude Monet et l’impressionnisme, Paris, Jean-Renard, 1943, p. 7.

3Claude Monet est né à Paris le 14 novembre 1840, « il habita Le Havre dès son enfance et y fut élevé »3. Monet quitta la Normandie pour parfaire son éducation artistique à Paris. Il rencontra Camille Doncieux qu’il épousa, il se lia d’amitié avec des peintres qui le fréquentèrent des années durant. Monet n’apprécie guère la capitale, il préfère les paysages de l’Île-de-France. Il revient souvent en Normandie où il a des attaches familiales.

4Veuf de Camille, père de deux garçons, très proche d’Alice Hoschedé (l’épouse d’un homme d’affaires qui avait fait appel au peintre pour des décorations dans une demeure familiale, elle-même mère de six enfants, deux garçons et quatre filles), le peintre Claude Monet est alors à Poissy. Il est déçu par Poissy, commune déjà trop urbanisée à ses yeux. Il est en quête d’une résidence susceptible d’accueillir sa famille et celle de sa compagne. Il jette son dévolu sur le village de Giverny, aux confins de la Normandie et de l’Île-de-France. Dans la rue principale du village, il loue une propriété entourée de murs, avec un verger. Monet et les êtres qui lui sont chers s’y installent en 1883. Le peintre a trouvé sa thébaïde, il l’achètera en novembre 1889, il y restera jusqu’à sa mort en 1926.

  • 4 G. Geffroy, Claude Monet, sa vie, son œuvre, Paris, Crès & Cie, 1924, t. 2, p. 183.

5« Dès que l’on pousse la petite porte d’entrée sur l’unique grande rue de Giverny, on croit, en presque toutes les saisons, entrer dans un paradis. C’est le royaume coloré et embaumé des fleurs » écrira Gustave Geffroy, lui aussi un ami du peintre4.

  • 5 O. Mirbeau, « Claude Monet », Notes sur l’art, Caen, L’Échoppe, 1990, p. 42-46 ; Combats esthétique (...)

6Octave Mirbeau et Claude Monet se sont rencontrés en novembre 1884. C’est le marchand de tableaux Durand-Ruel qui a favorisé une rencontre entre le peintre dont il expose les œuvres, et le journaliste Octave Mirbeau. Celui-ci avait fait paraître divers articles dans le journal La France ; dans l’un d’eux, le 31 octobre 1884, il saluait l’apport des peintres impressionnistes. Les deux hommes ont d’emblée sympathisé. Toujours dans La France, Mirbeau fit paraître un article portant sur Claude Monet, documenté et élogieux, le 21 novembre 18845.

7En 1884 Claude Monet est à Giverny, il recevra son nouvel ami dans cette propriété. Mirbeau deviendra un familier du lieu.

  • 6 E. Figes, Lumière [1983], traduit de l’anglais par G. Barbedette, Paris, Rivages, 1989.
  • 7 Voir M. Alphant, Claude Monet, une vie dans le paysage, Paris, Hazan, 1993, p. 522. Theodore Robins (...)
  • 8 E. Figes, Lumière, p. 57 et 59.

8Dans un roman6 que l’on doit à une romancière de langue anglaise, Eva Figes, nous découvrons la propriété de Giverny, un certain jour. Différents acteurs de la famille Monet sont présents, le peintre, sa femme Alice (Monet a régularisé sa situation avec sa compagne devenue veuve, afin d’accompagner Suzanne Hoschedé à l’autel de l’église de Giverny lorsque cette fille d’Alice s’est mariée avec le peintre américain Theodore Butler7), Marthe et Germaine Hoschedé, Michel Monet, les enfants de Theodore Butler… Nous sommes quelques années après la disparition brutale de Suzanne en 1899, la belle-fille de Monet. Sont aussi présents ce jour-là Hyacinthe Toussaint, le curé du village, fervent botaniste, et Octave Mirbeau, un familier de Giverny. Octave Mirbeau « était tout pimpant comme d’habitude, vêtu impeccablement d’un costume de tweed anglais, malgré la chaleur de l’été ». Des propos sont échangés sur la terrasse qui donne sur le jardin de fleurs, qui a remplacé le verger. Mirbeau parle de ces mauvais maîtres qui corrompent les domestiques. Il offre à son vieil ami Claude Monet un exemplaire du Journal d’une femme de chambre8. Eva Figes a imaginé une conversation à Giverny.

9Nous nous proposons de « restituer » quelques-uns des sujets abordés par Mirbeau et Monet lors de leurs conversations à Giverny. L’enjeu ? Inscrire Mirbeau dans le paysage culturel de son temps, cerner quelques aspects de sa personnalité.

  • 9 Lettre autographe. Archives départementales du Calvados, F6.776. Partiellement reproduite dans O. M (...)

10Admiratif comme il l’est de ce qu’accomplit son ami dans le domaine pictural, Mirbeau parle avec Monet des peintures que le maître a achevées, de celles qu’il a en projet. Il le réconforte quand celui-ci doute, il ne cesse de lui dire combien sa peinture mérite des éloges. En 1886, il lui écrit : « Je vous aime trop, j’aime trop votre admirable talent, pour mêler à cette admiration, et à cette amitié, un sentiment égoïste. Vous vous devez avant tout à votre art… »9 Il le proclame dans la presse en 1891 :

  • 10 « Claude Monet et Giverny », L’Art dans les Deux Mondes, 7 mars 1891, reproduit dans O. Mirbeau, Cl (...)

Claude Monet n’a pas une minute de faiblesse, pas un moment d’hésitation ni de rétrogradation, dans sa marche ascensionnelle […] j’aime cet homme qui, maintenant, pourrait ambitionner toutes les vanités que la célébrité donne à ses élus, je l’aime de le voir, dans l’intervalle de ses travaux, en manches de chemise, les mains noires de terreau, la figure hâlée de soleil, heureux de semer des graines dans son jardin toujours éblouissant de fleurs, sur le fond riant et discret de sa petite maison crépie de mortier rose10.

  • 11 Voir Claude Monet – Auguste Rodin. Centenaire de l’exposition de 1889, Paris, Musée Rodin, 1989.
  • 12 Voir Claude Monet « Venise », Paris, Bernheim-Jeune, 1912 (Bibliothèque municipale de Caen, FN Br 7 (...)

11Quand il est éloigné de son ami, Mirbeau prend la plume pour lui signifier son soutien. Monet est un « phare » pour Mirbeau, à côté de quelques autres, pas si nombreux. Mirbeau peut aussi, à l’occasion, évoquer le commentaire, rédigé par lui, qui accompagnera telle ou telle exposition d’œuvres de Mirbeau. On peut songer, par exemple, à ce que Mirbeau a écrit lorsque Monet a été exposé conjointement avec le sculpteur Rodin, à la galerie Georges Petit (la notice sur Rodin a été rédigée, elle, par Gustave Geffroy)11, ou pour la galerie Bernheim12.

  • 13 Voir Correspondance avec Claude Monet, P. Michel et J.-F. Nivet (éd.), Tusson, Éditions du Lérot, 1 (...)

12Les deux amis parlent beaucoup de botanique. Tous deux sont des « jardiniers ». Claude Monet a transformé le verger en jardin de fleurs. Mirbeau s’enthousiasme devant le renouvellement des couleurs selon les saisons. Il évoquera le jardin de fleurs de Giverny dans un texte dans lequel il semble rivaliser, par les mots, avec la richesse florale de Giverny, voulue par le peintre. Tous deux échangent des informations sur les graines et les bulbes, ils se communiquent les adresses des fournisseurs qui ont su donner satisfaction13. Mirbeau s’efforce d’apaiser son ami quand la violence des éléments est telle que le travail accompli par Monet dans son jardin est détruit ; il l’assure qu’il sera à même de reconstruire au retour du beau temps. Ce fut tout particulièrement le cas lors des inondations de janvier 1910. Les mots employés ne sont pas très éloignés de ceux qu’emploie Mirbeau lorsqu’il encourage son ami à peindre, à persister dans la voie qu’il explore depuis des années.

  • 14 Voir la lettre du 17 juillet 1893 au préfet de l’Eure, Correspondance générale, t. II, Lausanne, L’ (...)

13Avec le temps, à côté du jardin de fleurs, est apparu le jardin d’eau, en dehors de la propriété. Monet a fait l’acquisition de prairies au-delà de la voie qui borde sa maison, le chemin du Roy, afin de construire un jardin dans lequel il plantera des saules, des bambous, différentes espèces florales, près d’un étang célèbre pour ses nymphéas et son petit pont japonais. Pour que cela fût possible, il convenait de détourner le cours d’un bras de l’Epte, qui serpente dans les prairies. Mirbeau s’est dépensé sans compter pour son ami, il est intervenu auprès des autorités administratives pour que Monet réalise son projet, contre les réserves des agriculteurs de Giverny14.

14Les deux hommes ont une passion commune pour la botanique et le jardinage. Mirbeau est aussi jardinier. Il rivalise en quelque sorte avec Monet dans son propre jardin. Tout particulièrement à Carrières-sous-Poissy. En novembre 1892, alors à Pont-de-l’Arche, les Mirbeau ont acquis une propriété, le Clos Saint-Blaise, une maison avec cinq hectares de terrain, à Carrières. Ils s’installeront dans leur nouvelle demeure en février 1893. Venu rendre visite à Mirbeau en juillet 1895, en compagnie de Léon Daudet et d’Henri de Régnier, Edmond de Goncourt découvre la maison et le jardin :

  • 15 Edmond et Jules de Goncourt, Journal. Mémoires de la vie littéraire, III, 1887-1896, Paris, Robert (...)

Nous voici dans cette maison de Mirbeau, recouverte d’un treillage d’un vert tendre, dans cette maison aux larges terrasses et trouées de nombreuses fenêtres, dans une maison inondée de jour et de soleil. Un intérieur d’après le modèle des cottages anglais toujours égayé de couleurs claires, avec des meubles en bois aux formes hétéroclites et aux couleurs excentriques, comme cette jaune salle à manger, nuance gomme gutte, et ces cadres de dessins vert de lézard, des colorations que je trouve abominables, mais toujours lumineuses et apportant une clarté riante, mais bien inharmonique pour des yeux de peintre. Maintenant, dans le jardin, dans le petit parc, des plantes venues de chez tous les horticulteurs de l’Angleterre, de la Hollande, de la France, des plantes admirables, des plantes amusant la vue par leurs ramifications artistes, par leurs nuances rares, et surtout des iris du Japon, aux fleurs grandes comme des fleurs de magnolia et aux colorisations brisées et fondues des plus beaux flambés. Et c’est un plaisir de voir Mirbeau, parlant de ces plantes, avoir dans le vide des caresses de la main, comme s’il en tenait une15.

  • 16 Voir la salle à manger de Monet dans Les Carnets de cuisine de Monet, Paris, Chêne, 1989 [texte C.  (...)
  • 17 Remy de Gourmont, lettre autographe signée, bibliothèque municipale de Caen, Ms in fol 399.

15On croit entendre Mirbeau : cher ami, ce que vous avez réalisé à Giverny, je m’essaie à le réaliser dans un autre cadre, dans mon propre jardin. La maison de Claude Monet, c’est aussi un cottage anglais. D’une maison à l’autre, des complémentarités dans les couleurs, dans les espaces à vivre, dans la luxuriance florale16. La passion de Mirbeau pour les fleurs était connue : Remy de Gourmont, l’un de ses correspondants, attendait de lui qu’il écrive à ce sujet, il lui rappelle le 28 août 1897 : « […] vous souvenez-vous d’avoir promis jadis au Mercure quelques pages sur les Fleurs ? »17

16Monet avait découvert les paysages méditerranéens lors de séjours à Antibes, Bordighera… Mirbeau séjourne lui aussi sur la côte méditerranéenne. Il est enchanté de ces paysages foncièrement différents des paysages normands. Il est attentif à la richesse florale du jardin qu’il découvre lors d’un séjour dans une propriété prêtée par un mécène. Il songe à un tableau que lui a offert son ami Monet Les Oliviers (peint en 1904), qui fait partie de sa collection personnelle. Peut-être, dans une conversation, est-il tenté de revenir sur une réflexion de son père, présent à Menton lors d’un séjour des Mirbeau sur la côte méditerranéenne : son père, loin de s’enthousiasmer comme son fils devant des paysages méditerranéens, en particulier avec des oliviers, regrettait les prairies normandes avec les pommiers qui donnent des pommes à cidre.

  • 18 Préface d’A. Adès et A. Josipovici, in O. Mirbeau, Le Livre de Goha le Simple, Paris, Calmann-Lévy, (...)

17Comme pour Monet, la nature l’a accompagné jusque dans les dernières années de sa vie, il y retrouvait un certain réconfort. Recevant deux écrivains francophones égyptiens, à Cheverchemont, il s’entretient avec eux dans son jardin : « Nous parlâmes de l’Égypte, de mes arbres… »18

  • 19 L’adjectif apparaît dans une lettre à Monet d’octobre 1899 (Correspondance…, p. 156). Dans une lett (...)
  • 20 O. Mirbeau, Claude Monet et Giverny, p. 16-18.

18Mirbeau est un ami intime de Monet. Il est aussi très proche de la famille de Monet. Il connaît bien Alice Hoschedé-Monet ; il s’amuse de la jalousie qu’elle a pu manifester à l’encontre d’Alice Regnault, l’épouse de Mirbeau ; il rend hommage aussi à son sens de l’organisation qui libère Monet de divers soucis domestiques à Giverny. Il a vu les belles-filles de Monet grandir, se marier. La présence des bellesfilles dans le jardin de Giverny est un enchantement. Elles sont belles, elles sont harmonieuses19. Nous entendons Mirbeau s’adresser à son ami : ne sont-elles pas présentes dans vos tableaux ? Dans En canot sur l’Epte, « deux jeunes filles en robe claire, charmantes de grâce et de souple abandon, sont assises », Blanche et Suzanne. Dans cet autre tableau, Jeune fille à l’ombrelle, le modèle, c’est Suzanne20.

  • 21 « Bien que fortuite, l’installation de Monet à Giverny allait à jamais changer la vie du village. I (...)

19Mirbeau peut ironiser sur les craintes que Monet exprimait jadis à propos des mauvaises fréquentations de ses belles-filles. Quand il était à Antibes, il sermonnait Alice, dans ses lettres, parce que celles-ci faisaient du patinage avec les Américains de l’hôtel Baudry21. Quand il est à Rouen, pour ce qui deviendra la série des cathédrales, il est dépité : comment une rencontre entre Theodore Butler, un peintre américain de 31 ans, et Suzanne, âgée de 24 ans, a-t-elle été rendue possible ? Suzanne plaidera sa cause auprès de son futur beau-père et obtiendra son assentiment pour un mariage célébré à Giverny. Avec la distance Mirbeau peut gentiment plaisanter des inquiétudes de Monet. Theodore Butler est devenu son gendre (il épousera en secondes noces Marthe, une autre belle-fille de Monet, après la mort de Suzanne). Des enfants sont nés : Jimmy (en 1893) et Alice surnommée Lily (en 1894).

  • 22 Voir la lettre à Monet du mois d’octobre 1894, Correspondance…, p. 903.

20Les enfants sont bienvenus dans le jardin de fleurs, ils représentent la vie. Mirbeau dit à son ami combien il a de la chance d’avoir eu à ses côtés ses « harmonieuses » belles-filles, puis ensuite ses petits-enfants par alliance. « Vous avez de la vie autour de vous, de la vie, en bouton, en fleurs charmantes », cela vous stimule pour votre création ; à côté de moi il y a souvent la désolation, la détresse. Entendons la souffrance de Mirbeau quand il dit que son chien a été volé et que son hérisson est mort d’une congestion pulmonaire22.

21La famille Monet et le couple Mirbeau se fréquentent. En province, d’une propriété à l’autre, ou à Paris.

  • 23 Propos cités par M. Piguet dans les Cahiers Octave Mirbeau, 11, 2004, p. 236 et 238.

22Mirbeau est galant avec Germaine Hoschedé, alors âgée de 21 ans, ce qu’elle rapporte dans son journal à la date du 19 décembre 1894 : « ça, ça et ça, a-t-il ajouté en touchant mon chapeau, ma cravate bleu pâle et mon bouquet de violettes, “c’est délicieux et d’une harmonie charmante”. » En 1895, à plusieurs reprises, les Mirbeau sont venus à Giverny. Germaine Hoschedé dit d’eux qu’ils sont « bien gentils », « charmants »23.

23Mirbeau et sa femme partagent la joie des Monet quand des enfants sont nés. Ils partagent leur souffrance quand il y a des deuils. C’est le cas en 1899 quand Suzanne meurt. Mirbeau sait combien son ami était attaché à Suzanne qui lui faisait songer à sa femme disparue, Camille. Il lui dit toute sa sympathie dans un tel drame. C’est à nouveau le cas en 1911, à la mort d’Alice Hoschedé. Et une fois encore, en 1914, lors de la disparition du fils de Monet, Jean.

  • 24 Voir Blanche Hoschedé-Monet : 1865-1947, une artiste de Giverny, catalogue d’exposition, Musée muni (...)

24Veuve, Blanche rejoindra Giverny, elle deviendra en quelque sorte la gouvernante de Giverny, en lieu et place de sa mère. Mirbeau, comme Clemenceau, un autre familier de Giverny, apprécie qu’elle apporte à Monet, après les différents malheurs que celui-ci a connus, un certain réconfort, d’autant que Blanche, peintre autodidacte qui suivait, toute jeune, son futur beau-père quand il allait avec son matériel de peintre dans la campagne, et a appris à peindre dans la proximité de Monet, ne peut que l’encourager à peindre24.

25La complicité entre Mirbeau et Monet n’est pas seulement intellectuelle et artistique, elle est profondément sentimentale. Une authentique affection porte Mirbeau vers son ami peintre. Dans les lettres qu’il lui adresse, il conclut souvent par ces mots : « je vous embrasse. »

  • 25 « Un causeur verveux, spirituel, doublé d’un potineur amusant » (E. et J. de Goncourt, Journal…, 3  (...)

26Monet est plutôt taciturne. Il aime écouter. Mirbeau est plein de verve25, il est susceptible de rapporter ce qui se passe au-delà des murs de Giverny, des événements majeurs comme des potins. En dehors de quelques voyages, en France et à l’étranger, Monet travaille à Giverny. Pour ses toiles il a sous les yeux deux jardins, le jardin de fleurs et le jardin d’eau. C’est Mirbeau qui se fait la voix du monde (et avec Mirbeau, d’autres visiteurs).

27Tous deux peuvent parler d’automobile. Il arrive à Monet et à des membres de sa famille de suivre des courses de côte dans l’Eure. Mirbeau peut être de la partie. Désireux de voir les Velasquez du Prado à Madrid, Monet a voyagé en automobile avec Alice, ils durent l’abandonner et poursuivre le voyage en train. Quelle déconvenue ! Mirbeau, dans une conversation, peut, lui, saluer les mérites de son mécanicien, dire combien il est satisfait de son véhicule dont la plaque minéralogique sera le titre d’une de ses œuvres La 628-E8. Monet s’amuse d’entendre son ami raconter ses exploits d’automobiliste, de l’entendre célébrer la vitesse.

28Ils peuvent évoquer les séjours dans des cafés parisiens, le Café de la paix, le Café Riche, alors que ces dames vont de leur côté. Et les soirées qui réunissent des artistes de différentes disciplines, ce qui permet de renouer des liens avec des amis. En particulier les réunions des « Bons Cosaques ». Et certaines manifestations en l’honneur d’écrivains et d’artistes. Par exemple, le banquet en l’honneur de Puvis de Chavannes le 16 janvier 1895 (Monet fait partie du comité d’organisation présidé par Rodin), ou cet autre banquet, cette fois-ci en l’honneur de Rodin au Café Voltaire le 11 juin 1900. Et encore les repas de l’académie Goncourt à laquelle appartient Mirbeau, repas auxquels est associé Monet. Il est important pour eux de se retrouver entre hommes, dans une atmosphère amicale. Ils ne sont pas loin de se rejoindre quant à une éventuelle incompréhension entre les hommes et les femmes. Monet a dû se défendre des remarques d’Alice Hoschedé, quand il quittait Giverny pour aller à la rencontre d’autres paysages. Mirbeau est parfois exaspéré par sa compagne. De tels propos relèvent de l’intimité qui lie les deux hommes.

  • 26 Voir M. Alphant, Claude Monet, une vie…, p. 474-479 ; J.-F. Nivet et P. Michel, Octave Mirbeau, l’i (...)

29Ils peuvent se remémorer des combats menés en commun. Par exemple, quand il s’est agi d’obtenir que l’Olympia de Manet soit reçue au Louvre. C’était en 1890. Cette année-là Monet n’a pas peint ou quasiment pas, pris par la campagne qu’il conduisait auprès des pouvoirs publics. Le combat fut rude26. La toile de Manet fut déposée au Luxembourg. Des années plus tard, se tournant vers Clemenceau, lui aussi, un ami, Monet obtint que l’œuvre soit installée au Louvre, c’était en 1907. Zola ne les avait pas suivis dans ce combat.

30Ils peuvent parler de Zola, ridicule dans ses tentatives renouvelées et toujours aussi vaines de rejoindre l’Académie française. Alphonse Daudet a bien fait de créer un « ridicule », le personnage de L’Immortel. Ils parleront tout autrement de Zola quelques années plus tard. Mirbeau n’adhère pas au roman de Zola La Terre (en cela il rejoint les rédacteurs du Manifeste des cinq, dont quelques-uns seront, comme lui, académiciens Goncourt) ; pour lui, le romancier naturaliste n’a pas su rendre le mystère du monde paysan, ce que Jean-François Millet, l’artiste originaire de la Manche, fait à la perfection. De là des réflexions à propos de Van Eyck, un peintre majeur aux yeux de Mirbeau. Monet s’inscrit dans la filiation des « phares » dans l’histoire de l’art attentif au Mystère.

31Tous deux s’intéressent à la littérature contemporaine. Mirbeau sert souvent d’intercesseur auprès de son ami afin de lui faire découvrir tel ou tel écrivain. En particulier Paul Hervieu qui sera reçu à Giverny. Ce sera aussi le cas pour Maeterlinck (Mirbeau a beaucoup fait pour l’écrivain belge en consacrant un article à La Princesse Maleine qui fit sensation).

  • 27 Lettre citée par M. Alphant, Claude Monet, une vie…, p. 407.
  • 28 Pour Octave Mirbeau, cet écrivain est un « personnage original et puissant qui mérite, à tous égard (...)

32Monet lit maints contemporains. Il reçoit La Revue blanche. Le 18 octobre 1886, Monet écrivait de Belle-Île à Alice Hoschedé qu’il lisait les Goncourt, Hervieu, et un écrivain russe en qui Mirbeau voyait un génie, Tolstoï : « C’est très joli Tolstoï : vous trouverez peut-être bien des longueurs, des questions philosophico-sociales. »27 Ces questions philosophico-sociales, il peut les aborder avec son ami Mirbeau. À son retour de Norvège, en avril 1895, Monet a pu parler de son travail d’artiste en terre scandinave. Mirbeau lui a dit l’enthousiasme ressenti à la lecture de La Faim de l’écrivain norvégien Knut Hamsun28.

  • 29 Voir J.-L. Steinmez, Stéphane Mallarmé, Paris, Fayard, 1998, p. 312.

33Ils sont tous deux liés à Stéphane Mallarmé. Tous trois se rencontrent. Ils ont des amis communs. Mirbeau et Monet sont des lecteurs attentifs de Mallarmé. Décrivant un tableau de Monet dans des pages consacrées à Claude Monet et Giverny, Mirbeau fait allusion à des poèmes de Mallarmé : c’est une façon explicite de souligner une certaine proximité artistique entre le peintre et le poète. Monet a assisté à une conférence donnée par Stéphane Mallarmé chez Berthe Morisot29. Mirbeau serait prêt à l’entendre lui en faire un compte rendu, d’autant que Mallarmé parlait ce jour-là de Villiers de L’Isle-Adam.

34Mallarmé est un admirateur du peintre Whistler, dont il a traduit une conférence. Parlons de Whistler. Ne serait-il pas supérieur, ce peintre originellement américain, à Monet ? Mirbeau réconforte son ami, dévalorisant Whistler avec des propos que Monet sait excessifs. Il en est de même lorsque la conversation porte sur Gauguin. Tout en parlant de divers peintres contemporains de Monet, Mirbeau, face à son ami, n’a de cesse de lui dire combien son travail est capital.

  • 30 Cette anecdote, rapportée par Mirbeau, est empruntée au journal d’Edmond de Goncourt : « […] Mirbea (...)

35Le sculpteur Rodin est connu des deux amis. Ils se rejoignent dans l’appréciation positive de son œuvre. Pour autant, Mirbeau peut aller dans le sens de son ami quand celui-ci est agacé par le comportement du sculpteur. Mirbeau concède volontiers que Rodin est égocentrique. Lors d’une exposition commune à la galerie Petit, il avait voulu occuper tout l’espace, vous étiez rentré, ulcéré, à Giverny. Et puis, vous souvenez-vous de son attitude lors de l’un de ses séjours à Giverny ? Vos belles-filles, tour à tour, avaient quitté la table30.

36Mirbeau place Paul Hervieu au-dessus de Maupassant. N’est-il pas injuste ? Mirbeau reconnaît les mérites de cet écrivain.

  • 31 O. Mirbeau, « Les conteurs », Les écrivains (1884-1894), première série, Paris, Flammarion, 1926, p (...)

Personne, plus que moi, n’estime le talent de M. de Maupassant […]. M. de Maupassant est le maître du conte ; personne ne lui dispute cette place, au contraire. […] On ne peut comparer M. de Maupassant à M. Paul Hervieu. Chacun de ces deux écrivains a sa personnalité différente, son idéal d’art différent, sa méthode différente. Mais, chacun est un maître, dans le conte31.

  • 32 Voir la lettre de Claude Monet à Alice Hoschedé citée dans les Cahiers Octave Mirbeau par D. Wilden (...)
  • 33 Lettre reproduite dans les Cahiers Octave Mirbeau, 11, 2004, p. 231.

37Monet avait rencontré Guy de Maupassant à Étretat. Les relations furent cordiales (Maupassant présente Monet dans La Vie d’un paysagiste publié en 1886). Il l’a revu à Cannes lors de son séjour à Antibes de janvier à avril 1888, Maupassant lui avait dit trouver « très beau » L’Abbé Jules de Mirbeau32. Maupassant l’avait écrit à Mirbeau : « [L’Abbé Jules] C’est là un beau livre parce qu’il est profond. […] Je te félicite bien sincèrement en te serrant amicalement la main. »33 Tous trois se virent à Cannes à l’arrivée de Mirbeau dans cette ville, le 26 avril 1888.

  • 34 Edmond de Goncourt : « La cérémonie finie, il est trois heures et demie, et la pluie a redoublé et (...)

38Mirbeau pouvait raconter un déplacement à Rouen avec de nombreux écrivains. C’était pour l’inauguration d’un monument en l’honneur de Flaubert. Maupassant était du voyage. Le temps fut ce jour-là détestable. Dans l’attente du train du retour, Edmond de Goncourt et Mirbeau se réfugièrent dans un café34. Voici une aventure qui mérite d’être contée. Les deux amis partagent un goût commun pour Flaubert, figure tutélaire des artistes.

39Ils fréquentent des salles de spectacle. Les deux amis assistent à des pièces de théâtre à Paris. Ils apprécient également Ibsen.

40Ils sont tous deux passionnés de musique. Ils partagent la même fascination pour Debussy, musicien « impressionniste » avec La Mer, interprète admirable de Maeterlinck dans Pelléas et Mélisande.

41Ils sont ulcérés que des prétendus patriotes aient manifesté de l’hostilité à l’égard de Charles Lamoureux, qui a joué du Wagner. Un banquet a réuni divers défenseurs du fondateur des concerts Lamoureux. Monet était de la partie. Il y a là matière à conversation.

  • 35 Lettre citée par N. Reymond, Claude Monet 1840-1926, Paris, Jean-Claude Lattès, 1992, p. 288.
  • 36 Voir L. Blum, Souvenirs sur l’Affaire [1935], Paris, Gallimard (Folio), 1993, p. 92.

42Une affaire d’une autre dimension a été l’objet d’échanges entre les deux amis. L’affaire Dreyfus. Zola avait écrit dans Le Figaro. Le 25 novembre 1897 il se proclamait dreyfusard : « Oui, il existe un syndicat des hommes de bonne volonté, de vérité et d’équité […]. De ce syndicat, ah ! oui, j’en suis. » Monet a écrit à son ancien ami pour le féliciter : « Mon cher Zola, bravo et bravo encore pour les deux beaux articles du Figaro, vous seul avez dit et si bien dit ce qu’il fallait. Je suis heureux de vous faire mes compliments. »35 La défiance envers Zola est oubliée. Il en est de même pour Mirbeau, qui sera très proche de Zola lorsque celui-ci sera poursuivi et condamné par la Justice française après la parution d’une lettre dont le titre a été proposé par Clemenceau « J’accuse ». Mirbeau peut raconter à son ami les avanies qu’il a subies en participant à des rencontres de la Ligue des Droits de l’homme ; il peut aussi, auprès de lui, rendre l’atmosphère des réunions dreyfusardes dans les locaux de La Revue blanche36.

  • 37 Lettre à Monet du 22 ou 23 janvier 1888, Correspondance…, p. 744.

43Les deux hommes sont très proches. Ils partagent les mêmes valeurs. Artistes, vivant bourgeoisement, mais toujours « rebelles » en ce sens qu’ils ne sont pas tentés par les décorations et les honneurs. Vous n’avez pas voulu la croix (Claude Monet a refusé la Légion d’honneur en 1888), à la différence de Geffroy, de Raffaëlli, de Rodin. Nous serons sans doute les derniers réfractaires. « Est-ce que vraiment, mon cher Monet, il n’y aurait que nous deux qui nous en fichions complètement ? »37 Vous avez refusé l’Institut, je ne suis pas tenté par l’Académie que notre ami Paul Hervieu a rejointe.

44Mirbeau familier de Giverny peut tenir des propos ironiques à l’égard de Monet, chef de famille soucieux de l’installation de ses belles-filles. Ne s’était-il pas opposé au mariage de Suzanne avec Theodore Butler ? Une de ses belles-filles est amoureuse du fils de Sisley, un peintre que Monet a connu et côtoyé dans ses premières expositions. Il ne voit pas dans le jeune homme un parti convenable pour Germaine. Elle épousera Albert Salerou qui sera maire de Giverny.

45Dans leurs échanges il y a beaucoup de complicité, de connivence même, parce qu’ils parlent d’amis communs, parce qu’ils ont vécu ensemble certains événements, joyeux ou tragiques.

  • 38 J.-F. Nivet et P. Michel, Octave Mirbeau, l’imprécateur…, p. 914.

46Les dernières années de sa vie, Mirbeau est confronté à la maladie. Très souvent alité, il ne se déplace plus guère. Les amis sont les bienvenus. Monet et Mirbeau se voient toujours. Monet l’a salué le 5 juin 1916 alors que celui-ci recevait des académiciens Goncourt. Le 19 juin, les uns et les autres se retrouvent à Giverny. Lucien Descaves, l’auteur de Souvenirs d’un ours, a raconté cette journée. Mirbeau est heureux de retrouver des lieux qui lui sont chers, il dialogue avec son ami38. Monet revoit Mirbeau les mois suivants. D’autres visiteurs viennent à son chevet. Sacha Guitry sera le dernier de ces visiteurs, en février 1917.

47Mirbeau meurt le 16 février 1917. Son ami suit le convoi mortuaire, il est affreusement triste. Il souhaite retrouver sa retraite de Giverny, là où vit encore, en esprit, celui dont il fut si proche.

48Quelques années plus tard, Marc Elder rend visite au peintre. Celui-ci songe avec émotion à ses amis :

Ah ! mes amis ! Ils ont toujours été admirables : Clemenceau, Caillebotte, Mirbeau, Geffroy et tant d’autres disparus !… […] Mirbeau [se souvient-il] avait fondé le dîner des « Bons Cosaques », histoire de se retrouver en sympathie autour de la table d’un cabaret. Ça a très bien marché tant que nous fûmes entre gens de cœur et de talent…

49Monet parle d’un livre que la veuve d’Octave Mirbeau lui a apporté : Des Artistes. Cet ouvrage, réunissant diverses études de Mirbeau, l’intéresse « furieusement » :

C’est mon époque, dit-il, nos luttes… Eh bien, j’ai mille peines à le lire… Il y a beaucoup d’outrance dans ces pages, des enthousiasmes sans lendemain, des opinions contradictoires, une pensée changeante…

50Ces réserves laissent place à un jugement positif :

  • 39 M. Elder, À Giverny chez Claude Monet, Paris, Bernheim-Jeune, 1924, p. 73-75.

Je suis encore émerveillé de ses analyses, de son flair… Cet homme a été vraiment un découvreur de peinture. Il sentait et jugeait bien… [La conversation se poursuit.] Le jardinier apporte une botte de soucis d’un orangé lourd et flamboyant à la fois. Madame Monet [Blanche] les dépose dans un vase : une fête ensoleillée s’allume sur la table. Pensif, Monet murmure : « Mirbeau aussi aimait les fleurs »39.

  • 40 Lettre à Monet du 16 mai 1894, Correspondance…, p. 873.

51Il aimait aussi les belles-filles jolies et harmonieuses de Monet. Il aimait la peinture de Claude Monet. Il aimait la vie, à Giverny tout particulièrement. Mirbeau, souvent tenté par la misanthropie, excessivement sévère à l’égard de quelques-uns de ses contemporains, trouvait à Giverny un art de vivre et des êtres selon son cœur. S’adressant à son ami Monet, il écrit : « […] que cela fait du bien de se voir, avec du beau temps, au milieu de belles fleurs, et de figures humaines. »40

  • 41 M. Elder, À Giverny…, p. 75.

52Lors de son entretien avec Claude Monet, Marc Elder rappelle qu’il avait rencontré par deux fois Mirbeau. La première, ce fut un « enchantement » ; la seconde, il fut mal reçu par Mirbeau qui ne se reconnaissait pas dans le portrait que Marc Elder avait dessiné de lui dans une étude : « Lui, un exalté ! lui un violent ! lui un Don Quichotte ! Allons donc !… Il n’y avait pas d’homme plus pondéré, plus égal, plus rassis… »41 Marc Elder publia en l’état son étude, sans tenir compte des déclarations de Mirbeau. À juste titre ! Mirbeau a été un exalté, un violent, un Don Quichotte aussi. Il a mené de nombreux combats, esthétiques, littéraires, politiques. Il a souvent été excessif dans ses jugements.

  • 42 R. de Gourmont, Promenades littéraires, Paris, Mercure de France, 1916 (texte écrit en 1898 et 1903 (...)

[…] il a poursuivi également et avec la même générosité foncière, l’injustice sociale et l’injustice esthétique. Il s’adonna à cette double guerre avec une fougue merveilleuse à voir, mais surtout excessive ; il blessa ses ennemis et aussi quelques-uns de ses amis, lit-on sous la plume de Remy de Gourmont42.

  • 43 E. et J. de Goncourt, Journal…, 6 mai 1892, p. 702-703.

53La trajectoire de Mirbeau est quelque peu paradoxale. Edmond de Goncourt s’étonne que Mirbeau puisse écrire un article en faveur de Ravachol, souscrire à l’anarchisme et au régime égalitaire alors que c’est un monsieur « à qui il faut pour vivre et la femme et le boire et le manger cotés dans les plus hauts prix »43. Des contradictions, il est possible d’en relever d’autres dans la trajectoire de Mirbeau. Ayant accédé à la notoriété, devenu riche, Mirbeau est resté foncièrement un esprit rebelle, un anticonformiste, de là sa grande proximité avec Claude Monet. Il n’a pas renoncé à défendre ce qui lui semblait mériter de l’être. Jusque dans ses dernières années, par exemple au sein de l’académie Goncourt.

  • 44 R. de Gourmont, Promenades littéraires, p. 88.

Mirbeau aura peut-être été le dernier admirateur, le dernier cœur capable d’enthousiasme spirituel. […] Octave Mirbeau, dans l’intimité comme en public, a plus que tout autre, pratiqué cette magnifique charité intellectuelle. […] Cette vertu, qui tiendrait presque lieu de talent, il l’ajoute par surcroît aux dons purement littéraires qui lui furent largement dévolus. Cela augmente son originalité ; cela donne à sa force le charme très rare de la tendresse ; cela achève une figure où le sourire est parfois triste44.

Annexes

Annexe : une lettre d’Octave Mirbeau à Claude Monet

Claude Monet est à Belle-Île-en-Mer à l’automne 1886. Octave Mirbeau, dans la même période, est à Noirmoutier, avec sa compagne Alice Regnault.

Écrivant à Alice Hoschedé, sa compagne qui s’étonne qu’il demeure aussi longtemps éloigné de Giverny, Monet insiste sur sa volonté de mener à bien son projet de peindre quelques toiles sur ce motif bien particulier : des rochers battus par les vagues. Il précise aussi à Alice Hoschedé qu’il devra se rendre à Noirmoutier où son ami Octave Mirbeau l’attend avec impatience. Mirbeau, faute de recevoir la visite du peintre, va à sa rencontre. Le voici à Belle-Île en compagnie d’Alice Regnault et d’un ami. Ces trois visiteurs repartent le 9 novembre, le mauvais temps ayant interdit un départ de l’île le 6 novembre. Monet cède à la pression de son ami qui le presse de venir à Noirmoutier. Il s’embarque le 25 novembre pour Quiberon, ensuite il prend le bateau à Saint-Nazaire afin de rejoindre Mirbeau et Alice Regnault à Noirmoutier. Le peintre y restera jusqu’en décembre, ravi de découvrir des motifs variés susceptibles d’être peints.

La lettre ci-après, partiellement inédite, a sans doute été envoyée aux alentours du 20 novembre 18861. Dans une lettre à Auguste Rodin, rédigée dans la même période, Mirbeau écrit :

[…] Je suis allé passer huit jours avec Monet dans son île de Belle-Île. Et je l’attends dans mon île de Noirmoutier. […] il a été bien contrarié par le temps […]. Le pauvre garçon est bien désolé, et il y a de quoi, car par la pluie, par le vent furieux, par la tempête, il allait toujours au motif qui, bien souvent, s’obstinait à ne pas se montrer2.

Mon cher Monet,

Je regrette, mais je ne vous en veux pas du tout. Je vous aime trop, j’aime trop votre admirable talent, pour mêler à cette admiration, et à cette amitié, un sentiment égoïste. Vous vous devez avant tout à votre art, et j’ai trop la conscience de ces choses, pour en avoir du dépit, j’en veux au temps qui vous retarde, à la pluie, à tous ces affreux dérangements, qui vous ont tant ennuyé.

Il fait donc toujours mauvais à Belle-Île ?

Ici, depuis cinq jours nous avons le plus admirable temps qui se puisse voir. Depuis cinq jours, pas un nuage au ciel, et une chaleur comme au mois d’août. La campagne est admirable. La mélancolie de la plaine se teinte d’un joli frottis des blés verts. C’est délicieux. Nous partons le 1er décembre. Je suis forcé de rentrer à Paris pour cette époque. J’espère que vous aurez le temps de venir pour quelques jours avec nous, et que nous repartirons ensemble.

Toutes nos amitiés, mon bien cher ami.

Octave Mirbeau

Notes

1 Cette plaque commémorative fut inaugurée le 11 septembre 1932. Voir J.-F. Nivet et P. Michel, Octave Mirbeau, l’imprécateur au cœur fidèle, Paris, Séguier, 1990, p. 926.

2 Sur les attaches normandes de Mirbeau, voir M. Coiffait, Le Perche vu par Mirbeau [et réciproquement], Verrières, L’Étrave, 2006.

3 C. Mauclair, Claude Monet et l’impressionnisme, Paris, Jean-Renard, 1943, p. 7.

4 G. Geffroy, Claude Monet, sa vie, son œuvre, Paris, Crès & Cie, 1924, t. 2, p. 183.

5 O. Mirbeau, « Claude Monet », Notes sur l’art, Caen, L’Échoppe, 1990, p. 42-46 ; Combats esthétiques, t. 1, P. Michel et J.-F. Nivet (éd.), Paris, Séguier, 1993, p. 82-85.

6 E. Figes, Lumière [1983], traduit de l’anglais par G. Barbedette, Paris, Rivages, 1989.

7 Voir M. Alphant, Claude Monet, une vie dans le paysage, Paris, Hazan, 1993, p. 522. Theodore Robinson, un peintre américain ami de Butler, a peint Le cortège nuptial : ce 20 juillet 1892, les acteurs de la noce traversent Giverny. Tableau reproduit dans Impressions de toujours. Les peintres américains en France 1865-1915, Evanston, Terra Foundation for the Arts, 1992, p. 138.

8 E. Figes, Lumière, p. 57 et 59.

9 Lettre autographe. Archives départementales du Calvados, F6.776. Partiellement reproduite dans O. Mirbeau, Correspondance générale, t. I, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2002, p. 725. Version complète inédite infra, p. 32.

10 « Claude Monet et Giverny », L’Art dans les Deux Mondes, 7 mars 1891, reproduit dans O. Mirbeau, Claude Monet et Giverny, Paris, Séguier (Carré d’art), 1995, p. 7-21. Repris dans Combats esthétiques, t. 1, p. 428-433.

11 Voir Claude Monet – Auguste Rodin. Centenaire de l’exposition de 1889, Paris, Musée Rodin, 1989.

12 Voir Claude Monet « Venise », Paris, Bernheim-Jeune, 1912 (Bibliothèque municipale de Caen, FN Br 7881).

13 Voir Correspondance avec Claude Monet, P. Michel et J.-F. Nivet (éd.), Tusson, Éditions du Lérot, 1990.

14 Voir la lettre du 17 juillet 1893 au préfet de l’Eure, Correspondance générale, t. II, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2005, p. 776-777.

15 Edmond et Jules de Goncourt, Journal. Mémoires de la vie littéraire, III, 1887-1896, Paris, Robert Laffont (Bouquins), 1989, p. 1150 [texte d’Edmond].

16 Voir la salle à manger de Monet dans Les Carnets de cuisine de Monet, Paris, Chêne, 1989 [texte C. Joyes, préface J. Robichon, photographies J.-B. Naudin].

17 Remy de Gourmont, lettre autographe signée, bibliothèque municipale de Caen, Ms in fol 399.

18 Préface d’A. Adès et A. Josipovici, in O. Mirbeau, Le Livre de Goha le Simple, Paris, Calmann-Lévy, 1919, p. II.

19 L’adjectif apparaît dans une lettre à Monet d’octobre 1899 (Correspondance…, p. 156). Dans une lettre de juillet 1890, Mirbeau parle des « jolies filles » d’Alice (ibid., p. 253).

20 O. Mirbeau, Claude Monet et Giverny, p. 16-18.

21 « Bien que fortuite, l’installation de Monet à Giverny allait à jamais changer la vie du village. Il y attira, de par sa présence, d’autres artistes. » L’arrivée des peintres américains est attestée dès 1885. « En 1887 […] Madame Angélina Baudry fit transformer son café-épicerie en hôtel, qui devint très vite un lieu bouillonnant d’animation et la résidence des artistes de passage. […] À la fin du siècle, ces artistes, dont Theodore Butler, Mary et Frederic MacMonnies, vivaient à Giverny toute l’année alors que d’autres, tels que Lilla Cabot Perry, y passaient régulièrement tout l’été. » (D. Scott Atkinson, introduction à Impressions de toujours…, p. 11.)

22 Voir la lettre à Monet du mois d’octobre 1894, Correspondance…, p. 903.

23 Propos cités par M. Piguet dans les Cahiers Octave Mirbeau, 11, 2004, p. 236 et 238.

24 Voir Blanche Hoschedé-Monet : 1865-1947, une artiste de Giverny, catalogue d’exposition, Musée municipal de Vernon, 1991.

25 « Un causeur verveux, spirituel, doublé d’un potineur amusant » (E. et J. de Goncourt, Journal…, 3 juillet 1889, p. 282).

26 Voir M. Alphant, Claude Monet, une vie…, p. 474-479 ; J.-F. Nivet et P. Michel, Octave Mirbeau, l’imprécateur…, p. 400-401.

27 Lettre citée par M. Alphant, Claude Monet, une vie…, p. 407.

28 Pour Octave Mirbeau, cet écrivain est un « personnage original et puissant qui mérite, à tous égards, l’attention des lettrés et des curieux d’âmes sensibles ». « Il faut aimer cet homme, il faut suivre, avec passion, cet admirable et rare artiste, à la simple image de qui j’ai vu briller la flamme du génie » (Journal, 19 mars 1895). Texte repris en complément d’une nouvelle traduction de La Faim par G. Sautreau, Paris, Rieder & Cie, 1926 (réédition, Paris, PUF, 1961, p. IX-XI).

29 Voir J.-L. Steinmez, Stéphane Mallarmé, Paris, Fayard, 1998, p. 312.

30 Cette anecdote, rapportée par Mirbeau, est empruntée au journal d’Edmond de Goncourt : « […] Mirbeau me raconte qu’à un dîner chez Monet, qui a de grandes belles filles, il passa le dîner à les regarder, mais à les regarder de telle façon que tour à tour, chacune des quatre fut obligée de se lever et de sortir de table » (E. et J. de Goncourt, Journal…, 3 juillet 1889, p. 291).

31 O. Mirbeau, « Les conteurs », Les écrivains (1884-1894), première série, Paris, Flammarion, 1926, p. 89.

32 Voir la lettre de Claude Monet à Alice Hoschedé citée dans les Cahiers Octave Mirbeau par D. Wildenstein, 11, 2004, p. 233-234 : « Il [Maupassant] m’a parlé de Mirbeau, de son livre qu’il trouve très beau, lui. »

33 Lettre reproduite dans les Cahiers Octave Mirbeau, 11, 2004, p. 231.

34 Edmond de Goncourt : « La cérémonie finie, il est trois heures et demie, et la pluie a redoublé et le vent est devenu une trombe. […] Il faut s’enfourner dans un café avec Mirbeau et prendre un grog, qui dure les deux heures et demie que nous avons à attendre » (E. et J. de Goncourt, Journal…, 9 novembre 1890, p. 491).

35 Lettre citée par N. Reymond, Claude Monet 1840-1926, Paris, Jean-Claude Lattès, 1992, p. 288.

36 Voir L. Blum, Souvenirs sur l’Affaire [1935], Paris, Gallimard (Folio), 1993, p. 92.

37 Lettre à Monet du 22 ou 23 janvier 1888, Correspondance…, p. 744.

38 J.-F. Nivet et P. Michel, Octave Mirbeau, l’imprécateur…, p. 914.

39 M. Elder, À Giverny chez Claude Monet, Paris, Bernheim-Jeune, 1924, p. 73-75.

40 Lettre à Monet du 16 mai 1894, Correspondance…, p. 873.

41 M. Elder, À Giverny…, p. 75.

42 R. de Gourmont, Promenades littéraires, Paris, Mercure de France, 1916 (texte écrit en 1898 et 1903), p. 85.

43 E. et J. de Goncourt, Journal…, 6 mai 1892, p. 702-703.

44 R. de Gourmont, Promenades littéraires, p. 88.

Notes de fin

1 Cette lettre appartient au fonds des Archives départementales du Calvados, associée à divers papiers sans rapport avec Mirbeau (cote F6.776). Deux extraits de cette lettre étaient connus par le catalogue d’une vente à l’Hôtel Drouot à Paris, le 11 juin 1937 (ces deux extraits sont reproduits dans O. Mirbeau, Correspondance avec Claude Monet, p. 55 et dans O. Mirbeau, Correspondance générale, t. I, p. 725). Pour retrouver les différents moments des échanges épistolaires entre le peintre et l’écrivain, à l’automne 1886, voir Correspondance avec Claude Monet.

2 O. Mirbeau, Correspondance générale, t. I, p. 615.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 962k

Auteur

PRAG, enseignant au Centre d’enseignement du français pour étrangers de l’université de Caen Basse-Normandie, et membre de l’équipe de recherche THL, Gérard Poulouin a publié des études sur Remy de Gourmont, C. F. Ramuz, Julien Gracq… Il a également été coorganisateur de colloques au CCIC, notamment le colloque international « Octave Mirbeau et la modernité » (université de Caen, 2-4 mai 1996, actes publiés dans les Cahiers Octave Mirbeau, 4, 1997), le colloque « Lescontes et la psychanalyse », le colloque Gourmont, et a proposé une communication dans le cadre du colloque international « Octave Mirbeau et les révolutions esthétiques » (Angers, 18-20 mai 2000, actes publiés dans les Cahiers Octave Mirbeau, 8, 2001), « édité » vingt lettres de Remy de Gourmont à Mirbeau dans L’Imprimerie gourmontienne (1, automne 2000), organisé une exposition sur Mirbeau à la bibliothèque de l’UCBN, et a participé à plusieurs colloques organisés au CCIC

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540