Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (xe-xviiie siècle)

 | 
Catherine Bougy
, 
Sophie Poirey

Les Normands face à la centralisation française (xviie-xviiie siècle) : contestation ou résignation ?

Existe-t-il une Fronde normande ?

Alain Hugon

Texte intégral

1Cette question peut surprendre. Cependant, la lecture de plusieurs études sur la Fronde normande, voire sur la Fronde en général, conduit à formuler cette interrogation. En effet, dans la principale mise au point sur la question – la thèse érudite de Paul Logié, parue en 1951 – l’auteur, incidemment, relativise nettement l’épisode frondeur dans la province. Narrant l’affaire de Verneuil occupé par des troupes frondeuses en mai juin 1652, il note :

  • 1 Paul Logié, La Fronde en Normandie, chez l’auteur, 20 rue du Four, Amiens, 1951, 3 t., t. III, p. 1 (...)

Encore cette affaire de Verneuil n’avait-elle eu qu’un caractère local, la province dans son ensemble n’ayant été le théâtre de troubles graves que pendant les premiers mois de l’année 16491.

  • 2 David Joseph Lansky, Paternal rule and provincial revolt in seventeenth-century France : the social (...)
  • 3 Guy Lemarchand, « La Fronde à Rouen : le peuple manipulé, le peuple acteur », Annales de Normandie, (...)

2De son côté, David Lansky consacre une partie réduite de sa thèse à la question même du mouvement frondeur à Rouen – un cinquième de son volume – pour privilégier la description des formes de pouvoir, des réseaux et des groupes sociaux qui constituent le cadre frondeur2. Quant à Guy Lemarchand, dans un article plus récent, il s’intéresse à la Fronde rouennaise par le biais de l’action populaire et, après avoir constaté que Rouen était une « poudrière sociale » durant ces années de tensions, il s’étonne : « Pourquoi si peu de troubles ? »3.

  • 4 Anne d’Autriche et Louis XIV ne rentrent dans Paris que le 21 octobre 1652, et Mazarin, parti une s (...)

3Ainsi, la Fronde n’aurait touché la Normandie qu’au début de l’année 1649, à partir de l’arrivée du gouverneur de la province, le duc de Longueville, à Rouen, le 24 janvier 1649, et cela jusqu’à la paix de Saint-Germain, conclue avec la régence le 1er avril de cette année – ce qui correspond à la période appelée Guerre d’Harcourt ou Guerre de Paris, selon le point de vue qu’on adopte. Il n’y aurait donc pas eu de véritable Fronde normande dans la province en 1648, pas plus qu’en 1650, en 1651, ou en 16524 ! Un important décalage existerait donc dans l’imaginaire historique entre l’écho de la rébellion frondeuse en Normandie et la durée réelle des désordres dans la province.

  • 5 Mémoires de Motteville, in Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, 2e  (...)
  • 6 Comte Louis de Saint-Aulaire, Histoire de la Fronde, Paris, Baudouin frères libraires, 1827, 3 vol. (...)

4Ce décalage n’est pas propre à la Normandie ; pour la plus grande partie du royaume, il caractérise l’ensemble de la Fronde (doit-on exclure le cas de la Guyenne ?). Dans la préface à ses Mémoires, Mme de Motteville, qui ne cesse de célébrer Anne d’Autriche, relève la nature hétérogène du mouvement en affirmant que la reine dut faire face à trois guerres durant ces cinq années : « une guerre étrangère et deux guerres civiles »5. Depuis 1635, la guerre étrangère oppose les Habsbourg d’Espagne (Philippe IV, frère de la reine) aux Bourbons et, pendant ce quart de siècle, cette guerre assèche les ressources financières et humaines des deux monarchies, ce qui explique que leurs finances soient exsangues. Depuis l’Histoire de la Fronde du comte de Saint-Aulaire6, on a pris l’habitude de distinguer deux Frondes, l’une parlementaire et l’autre princière (condéenne) ; chacune correspond à une des deux guerres civiles mentionnées par Mme de Motteville dans sa préface, celle de 1649 et celle de 1651-1652. Pourtant, cette typologie pèche par simplisme puisque le duc de Longueville, le futur cardinal de Retz (Paul de Gondi) ou le duc de Beaufort ont tous trois participé à la Fronde parlementaire alors que le prince de Condé, par exemple, s’y opposait. À l’inverse, le duc de Longueville et d’autres n’ont pas adhéré à la Fronde des princes, ou ont même soutenu la reine et Mazarin.

  • 7 Jean-Marie Constant, Nobles et paysans français en Beauce aux XVIe et XVIIe siècles, Lille, Service (...)
  • 8 Hubert Méthivier, La Fronde, Paris, PUF, 1984, p. 167, utilisait l’expression pour désigner la révo (...)

5Enfin, depuis les travaux de Jean-Marie Constant7, on évite de qualifier les tardifs mouvements contestataires de la noblesse de « queues de fronde »8, et on préfère ajouter une troisième Fronde – nobiliaire celle-ci – à la Fronde parlementaire et à celle des princes.

  • 9 Robert Descimon et Christian Jouhaud, « La Fronde en mouvement le développement de la crise politiq (...)
  • 10 Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, in Œuvres historiques, René Pommeau (éd.), Paris, Gallimard (La P (...)

6Ainsi, on ignore comment désigner la Fronde puisque ce mouvement historique complexe se dilue et se fragmente en de multiples mouvements dont les interprétations divergent selon les historiens. On ne sait même comment dater avec précision le début et la fin de ce mouvement pluriel et cela pour la Normandie comme pour l’ensemble du royaume9. Et, durant longtemps, à l’image des études historiques de Voltaire, on condamna la Fronde, considérant que « les Français, au contraire [des Anglais], se précipitaient dans les séditions par caprice et en riant ; les femmes étaient à la tête des factions ; l’amour faisait et rompait les cabales », ou encore que « La guerre finit et recommença à plusieurs reprises ; il n’y eut personne qui ne changeât souvent de parti », ce qui explique qu’on n’y trouva « Nulle décence, nulle bienséance, ni dans les procédés, ni dans les paroles »10.

7Nous sommes donc devant le paradoxe d’un mouvement inclassable et qui, pourtant, a des causes et des conséquences de très grande portée, au moins pour la province de Normandie. En effet, la Fronde normande s’enracine dans la contestation des années Richelieu, dans la question, mineure à première vue, du semestre imposé au Parlement de Rouen et qui devient la pierre d’achoppement des rapports avec le pouvoir royal. Les conséquences de ce mouvement frondeur sont encore plus considérables puisque, à court terme, une des noblesses les plus populeuses du royaume se trouve mise au pas par le pouvoir monarchique. Enfin, au cours de ces événements, cette ancienne province d’une grande importance géopolitique pour la capitale voit disparaître sa représentation identitaire – les États provinciaux – au profit d’institutions centrales lointaines et incontrôlables.

  • 11 Pour un développement plus détaillé, voir le travail de Paul Logié, La Fronde en Normandie.

8Pour mesurer ces évolutions, il est nécessaire de retracer les principales étapes de la Fronde en Normandie11 et de rechercher en quoi ces développements politiques s’ancrent dans les spécificités normandes.

La Fronde en Normandie

  • 12 Boris Porchnev, Les Soulèvements populaires en France au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1972.

9Le mouvement de contestation frondeur est directement issu de l’incurie administrative et de la domination de l’Extraordinaire dans le gouvernement, incurie et domination qui ont déjà conduit aux révoltes rurales des années 1625-1648 et, en particulier, à la révolte des Nu-Pieds de 1639 pour la Normandie. Non sans arguments, Boris Porchnev considère ces révoltes comme constitutives d’une Pré-Fronde rurale12.

  • 13 Harangue de monseigneur l’archevêque de Rouen primat de Normandie, faite au roi en sa réception à G (...)

10Pour comprendre les traits propres des protestations normandes, il faut insister sur la conscience aiguë qu’ont les contemporains de la richesse de leur province. Nombre de mazarinades l’ont souligné. Dans la Harangue de monseigneur l’archevêque de Rouen…, François de Harlay emploie les expressions « la principale province » ou « la première province » pour désigner la Normandie13. Dans le Remercîment des Normands à Longueville de 1649, on retrouve le stéréotype de la plus belle province :

  • 14 Remercîment des Normands à son Altesse de Longueville pour la paix, Paris, 1649, 7 p. [BNF YE-4156]

Que la plus belle des Provinces,
Aymable & gouverneur aymé
Avec raison que tu luy vinsses
Brûloit d’un desir enflammé14.

11Dans l’Apologie des Normans au roi pour la justification de leurs armes, on affirme que « nostre Province la plus abondante de la France ne se soustient non plus que les autres, que par le desespoir ». Cette mazarinade insiste sur la cause de l’extrême tension qui règne dans la province :

  • 15 Apologie des Normans au Roy pour la justification de leurs armes, in Mémoires des troubles des anné (...)

Ils [les intendants] ont rendu nos campagnes désertes & la face de la terre hideuse, ils ont désespéré nos peuples & plusieurs fois réduits à la révolte, si la prudence des gens de bien ne les eut arretez15.

12L’exagération des plaintes en vue d’obtenir des allégements d’impôt est commune, mais les descriptions d’époque insistent sur la misère des campagnes à la suite du « tour de vis fiscal » de Richelieu. Partout l’ennemi désigné est le « Traitant », au point que, durant la Fronde, la monarchie prend la mesure suivante :

  • 16 L’union de la province de Normandie in Déclarations du Roy portant interdiction des Cours de Parlem (...)

Le roy voulant pourvoir au repos & tranquillité de sa Ville de Rouen & y faire vivre les Habitans d’icelle, ses subjets en bonne union & intelligence, deuement adverty que les mots Monopoliers, Gabelleurs, & Maltotiers, qui se proferent par aucuns mauvais perturbateurs du repos public, excitent le Peuple a sedition & emotion. Sa Majesté en son conseil, a fait tres expresses defenses, à peine de la vie, à tous les Habitans de ladite ville de Rouen & autres, de quelque qualité & condition qu’ils soient d’user & proferer à l’advenir les dits mots de Monopoliers, Gabelleurs, Maltotiers, & autres excitans à sedition & emotion16.

13Enfin, un problème judiciaire s’ajoute à l’incurie fiscale de la monarchie avec l’instauration d’un Parlement semestre pour punir le Parlement de Rouen de n’avoir su contenir les révoltes de 1639. Il se trouve à l’origine de la Fronde parlementaire normande.

La révolte parlementaire

  • 17 La pratique du semestre consiste à dédoubler les offices annuels en offices semestriels. Celle du q (...)

14La pratique du semestre17 est fréquente sous l’Ancien Régime : il s’agit d’un dédoublement des offices de conseillers parlementaires qui permet à la Couronne d’alléger le travail comme les revenus des titulaires et, simultanément, d’accroître ses revenus par la vente des postes nouvellement créés. L’impact social de ces créations est important car la plupart des parlementaires normands entretiennent de vastes relations de parenté et s’insèrent dans des réseaux de clientèle assez étendus.

15Enfin, le tableau chronologique de l’affaire du Semestre souligne les maladresses certaines du pouvoir monarchique et de la régente à l’égard du Parlement de Rouen.

Chronologie de l’affaire du Semestre du Parlement de Rouen, 1639-1649

  • 1639 : interdiction du Parlement, de la Cour des Aides, du Bureau des finances et du corps de Ville de Rouen.

  • janvier 1641 : édit de rétablissement du Parlement avec création du semestre (dito pour la cour des Aides).

  • 4 mai 1643 : dispute dans l’enceinte du Palais entre Anciens et Nouveaux conseillers.

  • 17 octobre 1643 : l’Édit de création du semestre est supprimé [et donc réunion des deux semestres avec les nouveaux conseillers déjà reçus].

  • septembre 1645 : sur la pression des traitants et des nouveaux conseillers face au manque de ressources fiscales, l’Édit de 1641 est rétabli (avec la création de sept conseillers supplémentaires par rapport à 1641).

  • 27 janvier 1649 : le Parlement, sur pression de Longueville et en l’absence du premier président et du procureur général, annule le semestre.

  • fin mars 1649 : déclaration sur la Normandie, rédigée par Séguier et les émissaires normands : les semestres sont supprimés pour le Parlement comme pour la cour des Aides, et les nouveaux conseillers sont agrégés à l’Ancien.

 

16D’une part, les tergiversations du Conseil du roi s’expliquent en grande partie par la situation de Régence (mai 1643), mais elles favorisent le mécontentement des parlementaires. D’autre part, on s’aperçoit des conséquences de la Fronde parisienne sur la politique monarchique en Normandie qui expliquent le changement de cap de 1649.

  • 18 Voir Déclarations du Roy portant interdiction des Cours de Parlement…, en particulier la commission (...)
  • 19 Le retour de Longueville des négociations de paix de Munster et l’entrée en activité des anciens co (...)

17En effet, bien que les Cours souveraines de Paris n’aient été aucunement solidaires de celles de Rouen en 163918, dès le printemps 1648, les Cours souveraines de Normandie se réunissent19, à l’image de la Chambre Saint-Louis (13 mai 1648), et apportent leur soutien à celles de Paris, malgré les dissensions qui existent entre les deux Parlements.

18Cependant, il faut encore attendre l’entrée en dissidence du duc de Longueville, en janvier 1649, pour que le Parlement normand ose s’aventurer à renouveler sa demande de la suppression du semestre, comme en témoigne l’Apologie des Normans au Roy pour la justification de leurs armes :

  • 20 Apologie des Normans au Roy…, p. 11.

Il y a longtemps que nous demandions au ciel cette occasion pour exterminer les tyrans. Paris n’auroit pas l’honneur que nous luy envions d’avoir le premier travaillé pour leur ruyne, si nous avions eu l’approbation de nostre parlement pour l’entreprendre & la valeur du duc de Longueville pour nous commander20.

La Fronde ducale

  • 21 Arlette Lebigre, La Duchesse de Longueville, Paris, Perrin, 2004 ; Jacques Debû-Bridel, Anne Genevi (...)

19Spécifiquement normande, la Fronde ducale se trouve à la conjonction de la Fronde parlementaire, de la Fronde des princes, puisque Longueville est emprisonné en janvier 1650 en même temps que son beau-frère, le prince de Condé, et de la Fronde nobiliaire, puisque durant cette dernière, le gouverneur ne prend pas de véritable mesure contre l’agitation et les assemblées de la petite noblesse normande. Faut-il rappeler que le duc de Longueville est le filleul d’Henri IV, le descendant du bâtard d’Orléans, qu’il a épousé en secondes noces la sœur des princes de Condé et de Conti, Anne-Geneviève de Bourbon (1620-1679)21 ?

  • 22 Madeleine Foisil, « Parentèles et fidélités autour du duc de Longueville », in Hommage à Roland Mou (...)
  • 23 Adolphe Chéruel, Lettres du cardinal de Mazarin pendant son ministère, Paris, Imprimerie nationale (...)

20Gouverneur de Normandie, il représente le roi dans la province et il est responsable de l’ordre et de l’armée. Longueville est aussi un très grand féodal et, de fait, on le tient pour le plus puissant seigneur de la province22. Outre les nombreux vassaux et vavasseurs liés à ses possessions fieffées, il cumule les gouvernements où il délègue ses pouvoirs à ses clients comme à Caen, avec Anne le Blanc de La Croisette, son ancien page, qui est un fidèle et joue fort utilement les intermédiaires entre le duc et Mazarin durant la Fronde23 ou à Dieppe, avec Philippe de Montigny qui reçut la duchesse en fuite. Longueville n’oublie pas la parenté, et François Goyon de Matignon, son cousin germain, occupe la lieutenance générale pour la Basse-Normandie, pendant que le marquis de Beuvron occupe celle de Haute-Normandie (la séparation étant constituée par la Dives à cette époque).

21Dans le contexte de la Fronde, le prince de Longueville fait figure de médiateur, et parfois d’arbitre, entre les divers cercles de pouvoirs, qu’ils soient monarchiques, princiers, nobiliaires ou provinciaux. Cette fonction de médiation, associée à la puissance ducale, explique l’expectative générale suscitée par son engagement au côté de la Fronde parlementaire à partir du mois de janvier 1649.

22À Paris, cette Fronde attend pour sa part des secours de Normandie, alors que la capitale est assiégée par les troupes royales. Des rumeurs y circulent : les Normands ne se mobiliseraient pas, et une mazarinade intitulée Lettre envoyée à monseigneur le duc de Longueville par un de ses sujets dénonce ces nouvelles qui

  • 24 Lettre envoyée à monseigneur le duc de Longueville par un de ses sujets, Paris, Nicolas de La Vigne (...)

[…] n’ont pour fondement que le retardement de vos troupes en Normandie, comme s’il estoit ignorant que dans cette grande Province, il ne s’y rencontrast pas des ennemis de l’estat à combattre aussi bien que dans cette ville de Paris, ce qui me forceroit de dire que vostre absence luy est en quelque façon plus necessaire & avantageuse que vostre presence24.

La Fronde dans la province

23Cette dernière citation insiste sur la mobilisation d’ennemis, c’est-à-dire de Mazarins, en Normandie. La Fronde y revêt alors plusieurs aspects ; d’abord des réticences toujours croissantes à l’égard de l’impôt se manifestent dans l’ensemble de la Province. À la suite de l’union des chambres rouennaises au printemps 1648, les juridictions subalternes revendiquent : les officiers exigent leurs gages impayés, les échevins prétendent à des dégrèvements, comme à Vire et dans l’Élection de Saint-Lô, les officiers dépossèdent le receveur des tailles sans en référer au Bureau des finances de Caen. La désorganisation s’installe un peu plus largement chaque mois, alors même que les arriérés de tailles étaient la règle avant tout mouvement frondeur provincial.

24Des réactions populaires, sporadiques, s’ajoutent à ces résistances, et elles sont le produit de rumeurs fantasmatiques qui affirment la suppression des tailles et autres gabelles… Dès lors, des troubles entraînent des violences qui s’exercent principalement à l’encontre de percepteurs : autour de Caen, pendant l’été 1648 ; dans l’Élection de Valognes avec le refus de payer les arriérés de tailles ; à Alençon où la joie née de l’annonce des dégrèvements menace de se transformer en émeute.

  • 25 « Autre arrest, portant que chacun Bourg & Village déclos payant cinq cens livres tant en Tailles q (...)
  • 26 « Autre arrest portant que le sel qui se trouvera dans le Grenier & Magasin de depost de la Ville d (...)

25Le Parlement et le gouverneur Longueville s’efforcent de restaurer le calme, mais leurs décisions accentuent plutôt la désagrégation du pouvoir et ils contribuent à l’effervescence anti-fiscale dans l’ensemble de la province. En 1649, pour mobiliser des troupes contre les Mazarins, Longueville et les frondeurs rouennais exigent la fourniture d’un homme d’armes – ou le versement d’une contribution financière – des paroisses normandes d’au moins cinq cents feux et payant cinq cents livres de taille25. En outre, ces mêmes autorités décident de débiter le sel des greniers à un prix inférieur à celui fixé par la gabelle royale26.

26Ces expédients financiers accentuent la dilution des pouvoirs et la contestation de l’ordre établi. Enfin et surtout, la Fronde se traduit par la présence de troupes, toujours dévastatrices pour les villes, leurs faubourgs et le plat pays où elles se trouvent cantonnées, qu’elles soient prétendument royalistes, et donc dirigées par le comte d’Harcourt, ou qu’elles aient prêté allégeance au duc de Longueville et au Parlement de Rouen, comme celles que rassemble Matignon en Basse-Normandie : cette soldatesque représente le principal fléau pour les populations.

27Les principaux épisodes de cette première fronde sont assez connus pour n’être évoqués que brièvement, avec la prise du Vieux Palais à Rouen par les partisans du gouverneur et du Parlement ou avec l’effroyable occupation de Quilleboeuf par les soldats du comte d’Harcourt :

  • 27 La prise par assaut de la ville de Quillebeuf en Normandie, avec la réduction en l’obéissance du ro (...)

Ce fait, le Comte d’Harcourt, pour les faire servir d’exemple, comme il a esté dit, fit mettre le feu dans cette ville là, qui brusla toutes ses maisons & celle de ses fauxbourgs : la pluspart des gens de guerre & des habitans qui avoyent eschapér à la fureur des armes s’estans noyez dans la Seine, qui se dégorge là dans la mer27.

  • 28 Saint-Évremond, Retraite de M. de Longueville en son gouvernement de Normandie, in Œuvres de Monsie (...)

28Autre épisode connu, la défaite de La Bouille, que Saint-Évremond a racontée avec ironie28, ou encore la capitulation du marquis de Bellefonds à Valognes face aux troupes de Matignon.

  • 29 Le 18 juillet 1652, il obtient transformation du comté de Dunois en duché-pairie.

29Le 1er avril 1649, l’accord de Saint-Germain restaurait la paix ; les députés du Parlement de Rouen obtenaient la suppression du semestre et Longueville augmentait son pouvoir avec l’acquisition du gouvernement du Pont-de-l’Arche (mais pas celui du Havre). Les rebondissements ultérieurs eurent étonnamment peu de conséquences politiques sur la province. À l’emprisonnement des princes, dont Longueville, le 14 janvier 1650, comme à leur libération en février 1651, le Parlement de Rouen et les fidèles du duc ne réagirent pas, malgré l’énergie déployée par la duchesse… Ensuite, devant la Fronde condéenne, Longueville refusa d’adhérer, il fut alors rétabli dans ses dignités et même récompensé par la reine mère29.

  • 30 La « normandité » pour reprendre la formule utilisée par Léopold Sédar Senghor dans « La Normandité (...)

30Décidément, la Fronde apparaît bien courte en Normandie si on la cantonne à l’action parlementaire et aristocratique. Dès lors, doit-on s’interroger sur l’extension et la diffusion d’un esprit frondeur proprement normand ? C’est-à-dire se demander s’il est pertinent de poser la question de l’existence, non pas d’une Fronde en Normandie, mais d’une Fronde normande, où surgirait, d’une part, une conscience normande30 et, d’autre part, des traits propres à la province.

Une Fronde normande ?

  • 31 Pour la liste de celles-ci, voir Paul Logié, La Fronde en Normandie, t. III, p. 187-194 ; voir auss (...)

31Les mazarinades31 font fréquemment référence au caractère normand. L’auteur de l’Apologie des Normans au roi termine son pamphlet par la signature « les Peuples de Normandie », expression qui paraît toujours employée au pluriel. D’autre part, le terme de fureur revient à de nombreuses reprises, rappelant la terreur que semaient les illustres ancêtres parmi les populations soumises, et les allusions au passé conquérant sont très présentes dans la rhétorique mise en œuvre :

Vous vous riez de la fureur des Normands ? qui aussitost que vous entendez quelque coup de mousquets criez à haute voix, Libera me Domine. Je m’estonne de ce que vous pronez tant de peine à ne rien qui vaille. J’ay compassion de vous, car je scai ils [les Normands] se sont quelques fois acquis la hayne des nations, & cette terreur dont la France se souvient encore après plus de sept siècles, n’est pas plus un effect de leur valeur, que de l’affection sincere qui les fait soustenir les interests de leurs souverains avec tant de générosité.

  • 32 Lettre d’un Normand aux fendeurs de nazeaux de ce temps, qui ont peur de mourir pour leur patrie, P (...)

32affirme l’auteur de la Lettre d’un Normand aux fendeurs de nazeaux de ce temps, qui ont peur de mourir pour leur patrie32.

  • 33 La fureur des Normans contre les mazarinistes, Paris, 1649 [BNF LB37-531].
  • 34 Dialogue de Monsieur de Longueville et de la Normandie sur les misères de la France pour exciter la (...)

33Quel que soit le parti, frondeurs parlementaires, condéens ou mazarinistes, la référence est réemployée, parfois dans l’intitulé même de la mazarinade, comme dans La fureur des Normans contre les mazarinistes33. Pour sa part, le Dialogue de Monsieur de Longueville avec la Normandie34 affirme que « Paris attend donc ta victoire de notre juste Fureur ».

34Ces références au glorieux passé des Normands n’impliquent aucunement l’existence d’une conscience normande, elles peuvent simplement servir à flatter le lecteur.

Un projet parlementaire ?

  • 35 Sur les concurrences juridictionnelles entre ces deux cours, voir dans ce volume la contribution de (...)

35En revanche, le projet frondeur du Parlement de Rouen peut donner des indications puisque cette Cour affirme être l’unique « défenseur des libertés normandes », non seulement contre les envoyés du roi – les intendants, « ces antropofages de Normans » suivant l’expression de l’Apologie des Normans au roi –, mais aussi contre le Parlement de Paris qui souhaite empiéter sur sa juridiction35, et donc sur l’héritage des ducs de Normandie. Ainsi, le mouvement parlementaire de juin-juillet 1648 se veut le gardien des lois normandes et les chambres réunies demandent le maintien de la Charte aux Normands.

  • 36 À propos des principales caractéristiques de cette charte, cf. dans ce volume la contribution de So (...)

36Cependant, pour les parlementaires, ces évocations de la Normandie ne sont que des prétextes et elles sont « instrumentalisées » pour réaffirmer les revendications propres des conseillers. En effet, si le pouvoir royal a bien établi le semestre, imposé des crues de taille et ordonné le logement de gens de guerre pour les quartiers d’hiver (comme en 1648), il n’a pas remis en cause le droit coutumier et la Charte aux Normands, dont plusieurs articles limitaient la portée36.

  • 37 Paul Logié, La Fronde en Normandie, t. II, p. 197. Le corporatisme du Parlement parisien est tout a (...)

37À l’opposé, les parlementaires refusent la réunion des États généraux car ceux-ci constituent une instance représentative concurrente. Il en est de même avec les États provinciaux et avec les assemblées de noblesse. Souhaitant se constituer en Sénat du duché, la Cour rouennaise entend être l’unique source de souveraineté dans l’espace normand. L’exemple de la révocation des nouveaux conseillers confirme ce choix corporatiste « non-normand » puisque ce sont d’abord les conseillers originaires de la province qui sont éliminés par les conseillers37.

Un duché de Normandie ?

38La rébellion de Longueville reflèterait-elle mieux une Fronde normande ?

  • 38 Mémoires de Motteville, t. X, p. 300 B, passage concernant 1649 au moment de la revendication du Po (...)

Le duc de Saint-Simon, comme je l’ai su par lui même – écrit Mme de Motteville –, y fut, et après lui avoir représenté qu’il feroit une action louable et juste, de s’opposer aux désirs de madame de Longueville, ce prince, après l’avoir écouté, lui fit un grand éclat de rire : « Je sais qu’on dit à la cour que je me veux faire duc de Normandie ; je n’en ai pas le dessein, et vos sentimens sont beaux et généreux ; mais avouez le vrai ; ce serait un beau coup à faire, et vous de vous faire duc de Guienne »38.

39Quant à Mlle de Longueville, Marie d’Orléans, future duchesse de Nemours, elle note fin décembre 1649 :

  • 39 Le mariage du duc de Richelieu avec Mme de Pons le 26 décembre 1649.
  • 40 Mémoires de la duchesse de Nemours, in Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de (...)

Sur cette nouvelle39 on affecta de publier que M. de Longueville étoit le maître absolu de la Normandie, qu’il alloit s’en faire le souverain, et qu’il y avoit long-temps qu’il avoit cette pensée, quoiqu’il ne l’eût jamais eue40.

  • 41 Mais Longueville acquit ainsi une stature internationale et le titre d’Altesse tant convoité.
  • 42 « Apologie particulière pour Monsieur le Duc de Longueville où il est traité des services que sa Ma (...)

40La trop grande puissance de ce féodal inquiète donc beaucoup. Cela explique qu’avant même la Fronde, Mazarin ait choisi de l’écarter de la province, en le nommant plénipotentiaire aux négociations de Munster en 164441 ; plus tard, son arrestation aux côtés des princes de Condé et de Conti, justifiée par l’accusation de conspiration sécessionniste, est surtout due à cette crainte plus qu’à des preuves réelles d’usurpation42. De fait, des pamphlets favorables au duc évoquent cette possibilité comme dans cet extrait de La Fureur des Normands contre les mazarinistes :

  • 43 Ibid.

Enfin nous ne marcherions point sur les pas de cet héros, Monsieur de Longueville, lequel sacrifie sa vie pour nostre salut & qui marchant sur les dangers, veut nous conduire à la tranquillité […] ta prudence que les dangers respectent, les fait adorer un esprit vrayment divin dans un corps humain. Ouy, noble defenseur des Roys, nous embrassons ton Empire dans lequel nous trouvons un singulier exemple de vertu & nous sommes assez glorieux de te mettre sur la teste la Couronne que tous les Citoyens de Paris donnent parce qu’ils rencontrent leur conservation dans ta générosité & dans la fureur que ton exemple allume dans nos cœurs43.

  • 44 « Apologie des Normans au Roy… », ibid.
  • 45 Honfleur et Alençon sont aux mains des Orléans, Le Havre entre celles du duc d’Aiguillon.

41Et doit-on faire le lien avec un projet sécessionniste, selon l’affirmation de l’Apologie des Normans au roy : « Pardon sire, si nous confessons que nous avons eu la pensée de desirer une domination moins inhumaine »44 ? Ces rumeurs correspondent en fait au degré remarquable de concentration du pouvoir entre les mains du duc de Longueville au sein de la Normandie, où bien peu de places lui échappent encore45.

  • 46 Comte Hector de la Ferrières, Histoire de Flers, Caen, Hardel Le Gost-Clerisse, 1855 (reprint de 19 (...)

42Cependant, progressivement, cette prééminence de Longueville présente un avantage considérable pour la monarchie : celui de réduire l’espace de la Fronde condéenne. Les partisans du Prince sont dès lors laminés ; en témoigne la ruine de la maison du comte de Flers46.

Conspirations et assemblées de nobles

43La force de la contestation normande, en particulier celle de Longueville, se trouve consolidée par la masse des membres du second ordre. Mazarin écrit au duc de Mercoeur le 11 février 1650 :

  • 47 Adolphe Chéruel, Lettres du Cardinal Mazarin…, t. III, p. 484.

comme la Normandie est une des plus grandes et des plus considérables du royaume, tant pour sa situation que pour le grand nombre de gentilshommes et autres habitants dont elle est remplie, c’est celle de toutes qui contribue le plus aux charges de l’Estat47.

  • 48 Michel Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques, XVe-XVIe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS (...)
  • 49 Cf. Madeleine Foisil, La Révolte des Nu-Pieds et les révoltes normandes de 1639, Paris, PUF, 1970. (...)

44Le second ordre connaît en Normandie la plus forte densité du royaume48. Cette profusion a pour conséquence une forte instabilité sociale que reflètent par diverses voies la dérogeance, le banditisme, et l’engagement auprès d’aristocrates plus puissants. Depuis la fin du XVIe siècle, les révoltes offrent à la plèbe nobiliaire des moyens de se distinguer, et lors de la révolte des Nu-Pieds, plusieurs gentilshommes se sont illustrés, comme Ponthébert49. Dès lors, il n’est pas étonnant de voir des membres de la noblesse battre la campagne pour un parti ou un autre, pourvu qu’il y ait à rançonner et à picorer.

  • 50 Amaury du Rosel, La Noblesse de la région de Vire…, p. 140.

45La détresse de cette noblesse ne reflète pas seulement la crise de ses revenus, mais aussi une crise plus générale de la médiation. Au XVIe siècle, plusieurs lignages de l’Élection de Vire disposaient de parents conseillers au Parlement de Rouen, de Rennes ou de Paris ; or, au cours du XVIIe siècle, toutes ces relations disparaissent, éliminant tout élément de conciliation50.

  • 51 Arlette Jouanna, Le Devoir de révolte, la noblesse française et la gestation de l’État moderne, 155 (...)
  • 52 Avec les arrestations à Caen et Rouen d’Anctoville et Du Bosc : cf. Paul Logié, La Fronde en Norman (...)
  • 53 Ibid., p. 125 : dans les dernières semaines de juillet 1652, le projet de convoquer la noblesse nor (...)
  • 54 Arsène Legrelle, Les Assemblées de la noblesse en Normandie (1658-1659), s. d., s. l. [cote Bibliot (...)

46Dès lors, comme l’a démontré Arlette Jouanna51, l’agitation se transforme en conjuration puis en conspiration, telles celles qui se forment dans la Province en juillet 1650, durant l’emprisonnement des Princes52, ou encore ces assemblées de noblesse qui naissent durant les mouvements frondeurs et qui rencontrent un écho certain en Normandie… Ces éléments révèlent la quête identitaire d’un second ordre qui n’arrive plus à se définir. À la suite d’une réunion de plusieurs centaines de nobles au couvent des Cordeliers, du 7 février au 25 mars 1651, les Parlements de Paris et de Rouen (23 mars 1651) interdisent toute nouvelle assemblée, ce qui confirme l’opposition sociale et politique évidente entre l’élite de la robe, rouennaise ici, et la petite noblesse. Les conjurations nobiliaires demeurent actives pendant la Fronde condéenne et elles s’efforcent d’empêcher le passage des troupes factieuses53, bien qu’elles prennent parfois un tour plus malveillant dans les campagnes. Fait caractéristique, ces réunions se perpétuent au-delà des limites traditionnelles de la Fronde et constituent en elles-mêmes des « queues de Fronde ». L’évident malaise interne de la noblesse normande se trouve quelquefois renforcé par l’appui des exilés, partisans de Condé, de Retz et des Espagnols. À Trun ou à Conches, entre 1657 et 1659, des assemblées réunissent les représentants de plusieurs centaines de nobles qui s’organisent en bailliage et maintiennent le contact avec la noblesse d’Orléans et du Berry54. Et, à plusieurs reprises, le duc de Longueville remplit son rôle de grand féodal, s’efforçant de s’entremettre malgré les condamnations des parlementaires et du gouvernement.

47Ces mouvements se conjuguent avec un dernier élément contestataire proprement normand : les États provinciaux.

Les États de Normandie de 1655 : dernière expression de la Province

48Ils sont la dernière expression et l’ultime recours d’une province qui se sent abandonnée et à laquelle le pouvoir avait interdit de s’assembler en États depuis la révolte des Nu-Pieds. L’exception de la réunion des États provinciaux de 1643 ne visait qu’à renforcer la légitimité de la régence et non à soigner les plaies de la Normandie. Le 3 février 1655, dans son discours inaugural, l’archevêque de Rouen François II de Harlay résume les griefs de la province :

  • 55 Documents concernant les États de Normandie de février 1655, in Mélanges, Charles de Beaurepaire, P (...)

Le Clergé en son particulier ne peut cacher sa douleur, la noblesse de son costé ne peut voir le violement de ses privilèges qu’à mesme temps elle ne se plaigne, et le tiers estat, qui est dans une oppression extraordinaire, a bien raison de gémir et souspirer et néantmoins les uns et les autres n’ont jamais plus enduré que lorsqu’on leur a osté ce qui est permis aux plus criminels et qu’on leur a interdict depuis douze années la liberté de crier et se pouvoir plaindre55.

49L’absence de canal d’expression est un des éléments centraux de ce malaise normand. Sans tribune pour s’exprimer, les ordres traditionnels manifestent leur trouble. Écrivant à Mazarin, ce même 3 février 1655, l’évêque de Sées, Médavy de Rouxel confirme la mauvaise humeur de la province :

  • 56 Ibid., p. 130-131.

icy tous ces deputez ont la liberté de voix, nous apprenons de leurs discours qu’ils ne sont point sans persuasion que les premiers ministres ont part dans leurs profits, créance mauvaise que nous combattons de toute nostre adresse56.

50En fait, la tenue de cette assemblée est consécutive à la demande faite par le duc de Longueville au pouvoir monarchique de réunir les États de sa Province. Le duc encourt la colère du Premier ministre, comme on l’écrit à son agent l’abbé Fouquet :

  • 57 Documents concernant les États de Normandie de février 1655, p. 153-154.

Il est nécessaire que vous advertissiez S. E [Mazarin] que, lorsque le Roy a acordé à M. de Longueville la tenue des estats de Normandie, ça esté soubz la condition dont il avoit donné parole, qu’ils ne dureroyent que 3 jours, en la maniere accoustumée et qu’on ne feroit que la lecture des commissions de la taille […] tous les esprits s’eschauffent dans la discussion de tous leurs subjects de plainte, ce qui aliénera sans doubte les esprits et nuira aux affaires du Roy. Il est tres important que S. E en escrive fortement à M. de Longueville et le rende responsable de tout57.

51Les remontrances des États expriment leur attachement à cette institution représentative, se plaçant sous l’invocation de la Charte normande. Cependant, les revendications sont en fait modestes, et elles constituent un indice de la rupture des liens entre le souverain et ses sujets, à l’image de cet article 54 des remontrances qui demandent un libre accès au roi.

 

52Marquée par la violence de la révolte des Nu-Pieds et de sa répression, la contestation normande se prolonge au cours des années qui suivent. Elle emprunte alors divers canaux, mais reste constante, au moins jusqu’à la paix de Pyrénées, en 1659 : Parlement, grande aristocratie, petite noblesse, députés du tiers et clergé, membres des États provinciaux et des échevinages, tous recherchent des voies d’expression au mécontentement de la province.

  • 58 Robert Descimon et Christian Jouhaud, « La Fronde en mouvement… », p. 308, caractérisent ce gouvern (...)

53Dès lors, peut-on considérer la Fronde comme un moment précis, limité à celui de la prise d’armes et à la révolte du duc de Longueville ? Pourquoi ne pas prendre en compte l’ensemble des mouvements de protestation qui découlent de la commotion provoquée en Normandie par l’installation d’un gouvernement extraordinaire58 ? Cette commotion n’a pas été univoque, ni ressentie de manière uniforme par l’ensemble des groupes sociaux de la province. Pour chacun d’eux, la contestation frondeuse a permis de cristalliser, à des moments différents, un mécontentent longuement accumulé et qui débouche sur des revendications particulières, parfois corporatives et lignagères.

  • 59 La métaphore théâtrale est indispensable à la compréhension de la pensée politique : voir Robert De (...)

54Les adaptations à la nouvelle réalité politique expliquent la présence de ces nombreuses contradictions entre les divers acteurs – prisonniers d’une scène qu’ils n’ont pas choisie59. Une grande partie de l’incohérence et du ridicule frondeur que les historiens du XIXe siècle ont largement relevés découle de ces décalages.

Notes

1 Paul Logié, La Fronde en Normandie, chez l’auteur, 20 rue du Four, Amiens, 1951, 3 t., t. III, p. 143.

2 David Joseph Lansky, Paternal rule and provincial revolt in seventeenth-century France : the social basis of the Fronde in Rouen, Berkeley, University of California, UMI, 1982.

3 Guy Lemarchand, « La Fronde à Rouen : le peuple manipulé, le peuple acteur », Annales de Normandie, 1995, 5, p. 405-417.

4 Anne d’Autriche et Louis XIV ne rentrent dans Paris que le 21 octobre 1652, et Mazarin, parti une seconde fois en exil, ne revient dans la capitale que le 3 février 1653.

5 Mémoires de Motteville, in Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, 2e série, Michaud et Poujoulat (éd.), Paris, Édition du commentaire analytique du code civil, 1836-1839, t. X, 1838, p. 300b. Issue d’une famille normande, Françoise Bertaut a pour oncle paternel Jean Bertaut, poète né à Caen (1526-1611), qui devint évêque de Sées, aumônier de Marie de Médicis et lecteur royal. Son mari, Nicolas Langlois, sieur de Motteville, âgé de 80 ans au moment de son mariage, était premier président de la Chambre des Comptes de Rouen, et mourut en 1641. Au cours de la Fronde, Mme de Motteville trouva refuge en Normandie à partir de 1650.

6 Comte Louis de Saint-Aulaire, Histoire de la Fronde, Paris, Baudouin frères libraires, 1827, 3 vol., t. III.

7 Jean-Marie Constant, Nobles et paysans français en Beauce aux XVIe et XVIIe siècles, Lille, Service de reproduction des thèses, 1981, p. 362-380 [BNF 8-LL34-141] ; Jean-Marie Constant, « La troisième Fronde, les gentilshommes et les libertés nobiliaires », Revue XVIIe siècle, no 145, octobre-décembre 1984, p. 341-354.

8 Hubert Méthivier, La Fronde, Paris, PUF, 1984, p. 167, utilisait l’expression pour désigner la révolte bordelaise (p. 167) ; Alanson Lloyd Moote, The Revolt of the Judges. The Parlement of Paris and the Fronde, Princeton, Princeton University Press, 1971, intitule sa troisième partie « The Noble Fronde » pour désigner le mouvement de 1649 à 1652 (p. 223-355).

9 Robert Descimon et Christian Jouhaud, « La Fronde en mouvement le développement de la crise politique entre 1648 et 1652 », Revue XVIIe siècle, no 145, octobre-décembre 1984, p. 305-322, la font commencer avec les mousquetades nocturnes qui éclatent à Paris le 11 janvier 1648, « fait inouï depuis le 12 mai 1588 » (p. 307). Cependant, leur approche est essentiellement parisienne.

10 Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, in Œuvres historiques, René Pommeau (éd.), Paris, Gallimard (La Pléiade), 1955, respectivement p. 652, 653 et 664. Son jugement n’est pas moins violent dans Histoire du Parlement de Paris : « toutes les guerres civiles qui avaient désolé la France furent plus funestes que celle de la Fronde ; mais on n’en vit jamais qui fut plus injuste, plus inconsidérée, ni plus ridicule », chap. LVI. Des barricades, et de la guerre de la Fronde (site http://www.voltaire-integral.com).

11 Pour un développement plus détaillé, voir le travail de Paul Logié, La Fronde en Normandie.

12 Boris Porchnev, Les Soulèvements populaires en France au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1972.

13 Harangue de monseigneur l’archevêque de Rouen primat de Normandie, faite au roi en sa réception à Gaillon, et recueillie par quelqu’un des assistants, amateur de la royauté et de la province, Paris, Mathieu Colombel, 20 février 1650, 8 p. [BNF LK7-2938].

14 Remercîment des Normands à son Altesse de Longueville pour la paix, Paris, 1649, 7 p. [BNF YE-4156].

15 Apologie des Normans au Roy pour la justification de leurs armes, in Mémoires des troubles des années 1648-1649, p. 155-160 [BNF LB37-5233].

16 L’union de la province de Normandie in Déclarations du Roy portant interdiction des Cours de Parlement, des Aydes, & Bureau de Finances de Rouen [cote BNF F-39195 (17)].

17 La pratique du semestre consiste à dédoubler les offices annuels en offices semestriels. Celle du quartier permet de les quadrupler et d’en faire des offices trimestriels. Par ces créations d’offices, la monarchie accentue la vénalité des offices royaux et obtient de nouvelles ressources financières par la vente de ces charges.

18 Voir Déclarations du Roy portant interdiction des Cours de Parlement…, en particulier la commission de la Cour des Aides de Paris qui exerça la justice en remplacement de la Cour des Aides de Rouen, interdite en 1639.

19 Le retour de Longueville des négociations de paix de Munster et l’entrée en activité des anciens conseillers à la session de mars du Parlement encouragent la contestation.

20 Apologie des Normans au Roy…, p. 11.

21 Arlette Lebigre, La Duchesse de Longueville, Paris, Perrin, 2004 ; Jacques Debû-Bridel, Anne Genevieve de Bourbon, duchesse de Longueville, Paris, Gallimard, 1938.

22 Madeleine Foisil, « Parentèles et fidélités autour du duc de Longueville », in Hommage à Roland Mousnier, Clientèles et fidélités à l’époque moderne, Yves Durant (dir.), Paris, PUF, 1981, p. 153-168 ; ses seigneuries sont multiples : les duchés de Longueville et d’Estouteville, les comtés de Dunois, de Chaumont et de Tancarville ; il est propriétaire des baronnies de Bricquebec et d’Orglandes, des terres de Hambye, Bréhal, Hautteville et Montmartin, seigneur de Gournay, engagiste de la vicomté de Coutances, etc.

23 Adolphe Chéruel, Lettres du cardinal de Mazarin pendant son ministère, Paris, Imprimerie nationale (collection des Documents inédits de l’histoire de France, 1re série Histoire politique), 1872-1906, 9 t. En ce qui concerne le Blanc de La Croisette, voir les t. II et III.

24 Lettre envoyée à monseigneur le duc de Longueville par un de ses sujets, Paris, Nicolas de La Vigne, 1649, 8 p. [BNF LB37-1005].

25 « Autre arrest, portant que chacun Bourg & Village déclos payant cinq cens livres tant en Tailles qu’autres subsides, fournira un homme, & les autres villages payant plus grande somme à proportion » (5.02.1649) », in Recueil factice – lettres & divers, Bibliothèque universitaire de Caen, Droit-Lettres (cote NII.C. B2).

26 « Autre arrest portant que le sel qui se trouvera dans le Grenier & Magasin de depost de la Ville de Roüen, sera vendu & les deniers en provenans, employez pour le service du Roy et conservation de la Province » (3 février/1649) in Recueil factice – lettres & divers.

27 La prise par assaut de la ville de Quillebeuf en Normandie, avec la réduction en l’obéissance du roi de celle de Ponteaudemer, en la même province par le comte d’Harcourt, Saint-Germain, le 21 février 1649, 8 p., réunie dans Mazarinades normandes, Société rouennaise des bibliophiles, 1882 (s. l.), sans pagination.

28 Saint-Évremond, Retraite de M. de Longueville en son gouvernement de Normandie, in Œuvres de Monsieur Saint-Evremond, avec la vie de l’auteur, Pierre Des Maizeaux (éd.), Londres, Jacob Tonson, 1725, 7 vol., t. I, p. 44-60.

29 Le 18 juillet 1652, il obtient transformation du comté de Dunois en duché-pairie.

30 La « normandité » pour reprendre la formule utilisée par Léopold Sédar Senghor dans « La Normandité », Études Normandes, 2, 1986, p. 5.

31 Pour la liste de celles-ci, voir Paul Logié, La Fronde en Normandie, t. III, p. 187-194 ; voir aussi Mazarinades normandes, Rouen, Société rouennaise de bibliophiles, 1882.

32 Lettre d’un Normand aux fendeurs de nazeaux de ce temps, qui ont peur de mourir pour leur patrie, Paris, 1649, p. 4 [BNF LB37-665].

33 La fureur des Normans contre les mazarinistes, Paris, 1649 [BNF LB37-531].

34 Dialogue de Monsieur de Longueville et de la Normandie sur les misères de la France pour exciter la fureur, p. 16, mazarinade qui fait suite à La Fureur des Normans contre les Mazarinistes, Paris, Pierre Variquet, 1649 [BNF LB37-531], in Mazarinades normandes, Rouen, Société rouennaise des bibliophiles, 1880-1884.

35 Sur les concurrences juridictionnelles entre ces deux cours, voir dans ce volume la contribution de Katia Weidenfeld, « Le privilège de juridiction des Normands aux XIVe et XVe siècles : entre affirmation poltique et usage opportuniste ».

36 À propos des principales caractéristiques de cette charte, cf. dans ce volume la contribution de Sophie Poirey, « La Charte aux Normands, instrument de la contestation juridique ».

37 Paul Logié, La Fronde en Normandie, t. II, p. 197. Le corporatisme du Parlement parisien est tout aussi évident mais, en revanche, il avait, lui, présenté des propositions révolutionnaires, comme le contrôle de l’impôt, le refus de la solidarité fiscale, ou le refus des incarcérations sans jugement : cf. « Les délibérations arrêtées en l’assemblée des cours souveraines tenues en la chambre Saint-Louis (30 juin et juillet 1648) », dans François-André Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, t. XVII, p. 72-76.

38 Mémoires de Motteville, t. X, p. 300 B, passage concernant 1649 au moment de la revendication du Pont-de-l’Arche par Longueville.

39 Le mariage du duc de Richelieu avec Mme de Pons le 26 décembre 1649.

40 Mémoires de la duchesse de Nemours, in Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, 1838, 2e série, t. IX, p. 630.

41 Mais Longueville acquit ainsi une stature internationale et le titre d’Altesse tant convoité.

42 « Apologie particulière pour Monsieur le Duc de Longueville où il est traité des services que sa Maison & sa Personne ont rendus à l’Estat, tant pour la Guerre que pour la Paix. Avec la response aux imputations calomnieuses par un Gentil-homme Breton » [1650], in Mazarinades normandes.

43 Ibid.

44 « Apologie des Normans au Roy… », ibid.

45 Honfleur et Alençon sont aux mains des Orléans, Le Havre entre celles du duc d’Aiguillon.

46 Comte Hector de la Ferrières, Histoire de Flers, Caen, Hardel Le Gost-Clerisse, 1855 (reprint de 1988) ; François Dornic, Une ascension sociale au XVIIe siècle. Louis Berryer, agent de Mazarin et de Colbert, Caen, Association des publications de la faculté des lettres et sciences humaines de l’université, 1968.

47 Adolphe Chéruel, Lettres du Cardinal Mazarin…, t. III, p. 484.

48 Michel Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques, XVe-XVIe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2000, carte p. 22 ; James B. Wood, The Nobility of The Election of Bayeux (1463-1666), Princeton, Princeton University Press, 1980 ; Amaury du Rosel, La Noblesse de la région de Vire, 1598-1789. Étude sociologique et démographique, thèse de doctorat nouveau régime dirigée par Roger Dupuy et soutenue à Rennes le 2 novembre 2002 (dactyl.).

49 Cf. Madeleine Foisil, La Révolte des Nu-Pieds et les révoltes normandes de 1639, Paris, PUF, 1970. Le Manifeste du Hault et indomptable Capitaine Jean Nud-Piedz…, dans son 8e article, en appelle à la noblesse pour « ayder à s’affranchir, repoussant hardiment les impostz et gabelles », p. 189.

50 Amaury du Rosel, La Noblesse de la région de Vire…, p. 140.

51 Arlette Jouanna, Le Devoir de révolte, la noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, Paris, Fayard, 1989.

52 Avec les arrestations à Caen et Rouen d’Anctoville et Du Bosc : cf. Paul Logié, La Fronde en Normandie, t. III, p. 54-63.

53 Ibid., p. 125 : dans les dernières semaines de juillet 1652, le projet de convoquer la noblesse normande déboucha sur un rassemblement à Gisors, afin de chasser les étrangers pour le 16 août, mais cette convocation fut annulée par le pouvoir.

54 Arsène Legrelle, Les Assemblées de la noblesse en Normandie (1658-1659), s. d., s. l. [cote Bibliothèque universitaire de Caen : N. II C, b. 142518] ; Jean-Marie Constant, « La troisième Fronde… », p. 341-354.

55 Documents concernant les États de Normandie de février 1655, in Mélanges, Charles de Beaurepaire, Paul Le Cacheux, Alexandre Héron et Hippolyte Sauvage (éd.), 5e série, Rouen – Paris, A. Lestringant – Picard et Fils, 1898, p. 128 ; cote BNF 8-LK2-3891 (5).

56 Ibid., p. 130-131.

57 Documents concernant les États de Normandie de février 1655, p. 153-154.

58 Robert Descimon et Christian Jouhaud, « La Fronde en mouvement… », p. 308, caractérisent ce gouvernement extraordinaire par le recours au ministériat, à l’administration par commission, à la présence de la guerre et à la mainmise des financiers sur les finances publiques.

59 La métaphore théâtrale est indispensable à la compréhension de la pensée politique : voir Robert Descimon et Christian Jouhaud, « La Fronde en mouvement… », p. 314-315 ; voir surtout la conception baroque de la politique dans la pièce classique de Rodrigo Calderón de La Barca, Le Grand théâtre du Monde, publiée en 1645, rééditée de très nombreuses fois dans la plupart des langues européennes. Pour le domaine français, voir la représentation théâtrale de cette œuvre réalisée par la Comédie française, saisons 2003-2004 et 2004-2005.

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540