Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (xe-xviiie siècle)

 | 
Catherine Bougy
, 
Sophie Poirey

Les Normands contre l'intégration au domaine royal

Les émeutes fiscales à Rouen dans la seconde moitié du XIVe siècle

Alain Sadourny

Texte intégral

  • 1 Alain Sadourny, « Les grandes familles rouennaises au XIIIe siècle et leur rôle dans la cité », in (...)

1Depuis les deux dernières décennies du XIIIe siècle, Rouen avait été régulièrement secouée par des émeutes ou « commotions » dues essentiellement à l’antagonisme entre puissants et moyens ; le conflit portait surtout sur l’accès au gouvernement de la ville et sur les abus commis par les patriciens. Cette situation avait poussé le gouvernement royal à donner à Rouen une nouvelle constitution qui avait pour but de permettre aux « moyens » de participer à la gestion de la ville1. Les antagonismes ne cessent pas pour autant et ils continuent à perturber la vie de la cité pendant de nombreuses années.

2Mais, dans la seconde moitié du XIVe siècle, les causes des émeutes changent de nature et la fiscalité devient la raison première des soulèvements. Les deux grandes périodes de crise (1355-1358 et 1382) s’inscrivent dans un contexte bien plus large que celui de la Normandie. Entre 1356 et 1358, c’est celui de la crise du pouvoir royal liée à la défaite du roi Jean le Bon à Poitiers, à sa captivité et aux agissements de Charles le Mauvais. En 1382, la harelle de Rouen coïncide avec un soulèvement quasi général (à Paris, en Flandres et dans le Midi languedocien), contre le soi-disant rétablissement de l’impôt. Les conséquences pour la capitale normande seront très graves à court et à long terme.

Des conditions nouvelles

La poursuite des heurts sociaux après 1321

  • 2 Alain Sadourny, « De la guerre de Cent ans à la Harelle », in Histoire de Rouen, Michel Mollat (dir (...)

3La constitution urbaine donnée en 1321 pour réduire les antagonismes entre les puissants et les moyens avait en partie brisé la toute-puissance du patriciat au profit de la moyenne bourgeoisie. Mais l’aristocratie urbaine, qui voyait ses pouvoirs diminués, a mis beaucoup de mauvaise volonté à appliquer les nouvelles règles, notamment en refusant la charge de maire. L’augmentation substantielle du salaire du maire (de 100 livres à 400 livres annuelles), acceptée par une assemblée de bourgeois, permit de régler cette question. Mais les accusations concernant la gestion financière ne cessèrent pas et en 1345, une nouvelle crise éclata. Devant le refus de payer une aide de cinq deniers par livre sur le prix de toutes les denrées, le roi mit la commune sous sa main. Il chargea l’évêque d’Auxerre de résoudre le conflit ; la liste des griefs qui lui fut présentée en septembre est fort longue : absence de reddition des comptes ou bien mauvaise présentation de ceux-ci ou encore impossibilité pour les prud’hommes du commun chargés de vérifier le bon fonctionnement de la municipalité de faire leur travail. Un nouveau règlement, édicté le 6 octobre, essaya une nouvelle fois de remédier à tous les abus concernant la reddition des comptes et la nomination des prud’hommes ; l’évêque faisait aussi produire l’état des finances et, comme les dettes étaient importantes, il les annula purement et simplement2. Avec l’apparition de la guerre, ces heurts semblent s’apaiser sans disparaître pour autant comme nous le verrons.

Le poids indirect de la guerre

  • 3 Alain Sadourny, « Rouen pendant la guerre de Cent ans », in La Normandie pendant la guerre de Cent (...)

4La guerre ne fait son apparition en Normandie qu’en 1346 avec la grande chevauchée d’Édouard III qui menace Rouen sur la rive gauche mais qui n’ose pas s’attaquer à la ville. Les grandes campagnes militaires conduites par le même Édouard avant 1360, puis les grandes chevauchées menées après la reprise de la guerre en 1369, n’ont pas touché directement Rouen3. La ville est surtout affectée par les effets indirects du conflit et par la présence dans les années qui suivent la défaite de Poitiers, en septembre 1356, des troupes anglo-navarraises et des « grandes compagnies ». Les conséquences sont surtout graves sur le plan financier.

Le coût des fortifications

  • 4 Alain Sadourny, Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, p. 99 ; Philippe Lardin, « Le financement des (...)
  • 5 Archives municipales de Rouen, U/2 fo 164.
  • 6 Philippe Lardin, « Le financement », p. 50.

5Pour protéger Rouen des attaques éventuelles des Anglais, Philippe VI ordonna de clore la ville « de murs et de fossés » ; il fallait avant tout englober les faubourgs orientaux mais aussi améliorer et entretenir ce qui existait déjà4. Les Rouennais seront autorisés par le roi (vidimus des lettres patentes de Jean le Bon du 8 août 1350) à percevoir une imposition de quatre deniers par livre sur le prix de toutes les denrées, vivres et marchandises, échangées dans la ville5. La même taxe est encore en vigueur en 1358 et on la retrouve pendant tout le règne de Charles V6. On peut estimer que chaque année, environ un quart des ressources financières de la cité était consacré aux murailles.

Le paiement des hommes d’armes

  • 7 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen…, t. II, p. 98-990 ; Alain Sadourny, Histoire de Rouen, p. 101.
  • 8 Chronique normande de Pierre Cochon, Charles de Beaurepaire (éd.), Rouen, A. Le Brument (Société de (...)

6Il fallait aussi assurer le guet et la défense de la ville. Existait au sein de la communauté un groupe de cinquante bourgeois qui formait la cavalerie municipale ; en raison des frais d’équipement, le recrutement était limité aux plus fortunés. De ce fait, ils jouissaient de franchises importantes, notamment de l’exemption de tailles, subsides et imposition. Avec les difficultés financières, ces privilèges parurent exorbitants aux yeux des habitants qui réclamèrent leur suppression mais en vain. En 1347, Jean Cabot, le maire, donna à ces arbalétriers un règlement qui sanctionnait leurs droits et qui les plaçait sous l’autorité du maire. Quand ils recevaient l’ordre de sortir de Rouen et d’entrer en campagne, ils étaient indemnisés par la commune et recevaient trois sous par jour de solde7. Pierre Cochon note dans sa chronique que les gens d’armes et les arbalétriers coûtèrent beaucoup à la ville8.

Une ville appauvrie

  • 9 Alain Sadourny, Histoire de Rouen, p. 100.
  • 10 Guy Bois, « La Crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandie orientale du début (...)
  • 11 Alain Sadourny, Histoire de Rouen, p. 101. Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen, t. II, p. 266-268.
  • 12 Alain Sadourny, Histoire de Rouen, p. 101.
  • 13 Michel Mollat et Philippe Wolff, Ongles bleus et ciompi, Paris, Calmann Lévy, 1970, p. 95 sq.

7On ignore complètement les pertes dues à la peste noire de 1348 car la seule chronique qui la cite n’est pas crédible puisqu’elle parle de plus de deux cent mille morts9 ! Peut-on retenir le chiffre avancé par Froissart, la « tierce partie » ? C’est possible10, mais en milieu urbain les pertes ont peut-être été plus importantes. Ce qui est plus grave, pour Rouen, c’est l’afflux de réfugiés. En effet, Rouen étant une des rares villes closes de Haute-Normandie, elle a servi de refuge. Les opérations militaires et notamment les « grandes compagnies » ont ravagé les campagnes et chassé les paysans de leurs paroisses. Ces malheureux ont été très mal accueillis par les Rouennais qui, voyant en eux des étrangers importuns, leur refusaient l’hospitalité et leur faisaient « affronts et vexations de toutes sortes ». Ils étaient donc réduits au chômage et à la mendicité et de ce fait mouraient de faim. Le maire, Jacques Le Lieur, a essayé de faire admettre bouchers et boulangers au sein des métiers, mais sans grands résultats11. Charles V, au début des années 1370, sera obligé, pour réduire le chômage des artisans drapiers, de créer une « draperie foraine » à côté de la vieille draperie rouennaise12. Tout cela crée un climat très malsain, d’autant plus que, comme dans beaucoup d’autres villes du royaume, on constate un appauvrissement réel de la population, surtout sensible d’ailleurs dans les couches les plus basses13. Celles-ci fourniront les bataillons pour les émeutes.

La fiscalité royale

  • 14 Guy Bois, La Crise…, p. 251-275 ; Philippe Lardin, « La mise en place des impôts nouveaux en Norman (...)

8Énumérer toutes les levées entre 1339 et 1382 serait fastidieux ; il suffira donc de rappeler que « la fiscalité royale repose sur la triade suivante : l’impôt direct, les aides indirectes et la gabelle »14.

9L’impôt direct est levé sous la forme de fouage, le plus souvent fixé à deux sous par feu ; impôt de quotité pour le contribuable, c’est en fait un impôt de répartition, « le fort supportant le faible ».

  • 15 Ibid., p. 525.

10Les aides, ou droits perçus sur la vente des marchandises, se sont multipliées et ont touché la plupart des produits (un seul exemple : en 1359, les fermes de l’aide de huit deniers par livre de transaction étaient divisées en trente-neuf catégories différentes ; cela permet de se faire une idée des activités commerciales de Rouen)15. Comme la levée est conférée à des fermiers, il est impossible de voir quel est leur poids sur la population.

  • 16 Guy Bois, La crise…, p. 273.

11Le droit de gabelle, d’abord fixé au cinquième du prix du sel par une ordonnance de 1360, fut ensuite converti en un droit constant de vingt-quatre francs par muids (mais il fut à plusieurs reprises modifié en hausse ou en baisse). Guy Bois estime que le prélèvement pouvait se monter à une livre par foyer16.

  • 17 Adrien Vuitry, Étude sur le régime financier de la France avant la Révolution de 1789, Paris, Guill (...)
  • 18 Ibid., p. 272.

12La fiscalité royale s’est lentement développée à partir de 1339 pour atteindre un seuil particulièrement intolérable entre 1350 et 1356 ; en effet « depuis l’avènement de Jean jusqu’à la grande assemblée des États Généraux de 1355, il n’est pas une année, pas une partie de la France où il ne faille lever des subsides »17. Au premier rang des victimes fiscales, la Normandie. Sous le règne de Charles V, l’impôt devient permanent ; sa perception est reconduite d’année en année et une administration financière se met en place18.

Les réactions de la population. Les origines des émeutes

Les réactions de la population

13En principe, depuis 1315, avec la promulgation de la Charte aux Normands, ces derniers étaient protégés de l’arbitraire royal en matière d’imposition. À cet égard, deux articles sont importants. L’article 4 disposait que, lorsque les Normands avaient payé les services dus au roi pour son armée, celui-ci ne pouvait plus réclamer aucune aide ou aucun service sauf pour le cas de l’arrière-ban. L’article 22 précisait que le roi ne pouvait lever dans le duché « aucune taille, subvention, contraction ou exaction, sauf une évidente nécessité ». Cette dernière formule prêtait bien sûr à contestation mais un fait était acquis : la nécessaire approbation par les États de Normandie de chaque levée de subside. La charte devient ainsi le cheval de bataille de la population qui en demanda la confirmation chaque fois qu’elle se trouvait violée par l’autorité royale (ainsi par exemple en 1337, 1339, 1351…).

  • 19 Alfred Coville, Les États de Normandie. Leurs origines et leur développement au XIVe siècle, Paris, (...)

14Les Rouennais, comme les Normands en général, étaient donc en principe protégés contre les abus, mais les États pouvaient-ils résister aux demandes incessantes de la royauté19 ?

  • 20 Adolphe Chéruel, Histoire…, t. II, p. 159. Parmi les cinq, Vincent du Val Richer (ancien maire), Ét (...)

15Les États furent donc convoqués à chaque demande de subside. Au sein de la représentation des villes à côté du clergé et des nobles, Rouen avait, en plus du maire, quelques délégués ; en 1351, par exemple, ils étaient cinq, dont au moins quatre sont bien connus pour appartenir aux grandes familles de la cité20. Le fait que la représentation rouennaise soit confisquée par la classe dirigeante sera contesté, comme nous le verrons, par le reste de la population.

16En effet, les intérêts des différentes catégories sociales étaient très dissemblables.

  • 21 Guy Bois, La crise…, p. 257. Guy Bois, à juste titre, remarque que les entreprises militaires à l’o (...)
  • 22 Franck Martaz, La Famille d’Harcourt à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVe siècle), Mémoire de DEA, Unive (...)

17En règle générale, les grands féodaux apparaissent comme de farouches adversaires de l’impôt royal, car ces levées dans leurs seigneuries déterminent un nouvel appauvrissement de leurs hommes, dont ils risquent de faire à leur tour les frais. Au sein des États ce sont les seuls adversaires de la politique royale21. À leur tête, les comtes d’Harcourt, Jean et Godefroy22.

18La bourgeoisie marchande de Rouen, comme celle des autres villes normandes, préférait, à tout prendre, l’aide aux expédients détestables utilisés par la royauté. En effet, la pratique des prises ou réquisitions et surtout les mutations monétaires désorganisaient le commerce.

19Mais cette politique ne peut satisfaire le petit peuple des villes et surtout celui de Rouen où l’industrie textile était fort importante. Les artisans et les compagnons sont les plus touchés (évidemment par les taxes indirectes qui renchérissent le coût de la vie). Leur réponse sera le plus souvent l’émeute.

Les premières émeutes

  • 23 Philippe Lardin, La mise en place…, p. 512 ; Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen, t. II, p. 32-33.
  • 24 Chronique de Sainte Catherine, citée par Adolphe Chéruel in Histoire de Rouen, t. II, p. 54 : et ex (...)

20En mars 1348, les États de Normandie avaient accepté la levée d’un subside de 450 000 livres tournois par une imposition de huit deniers par livre sur les ventes, la moitié étant payée par le vendeur et l’autre par l’acheteur23. Le duc de Normandie avait déclaré que ce subside ne tirerait pas à conséquence pour l’avenir et il s’engageait à respecter la liberté de la province et à suspendre tous les autres impôts. Une partie des sommes levées devait être consacrée à l’entretien des hommes d’armes et le reste à la réparation des forteresses. Les États avaient aussi obtenu qu’elle soit « cueillie » par les gens du pays. Mais lorsque le bailli fit crier par les rues de Rouen la continuation de l’impôt pour les neuf derniers mois de l’année le petit peuple se souleva, chassa les percepteurs et détruisit leurs maisons24. La réaction des Rouennais semble avoir été suivie dans d’autres villes de Normandie. L’arrivée de la peste noire au début de l’été calme les esprits…

21En mars 1351, les États réunis à Pont Audemer autorisent la levée de nouvelles aides, mais seulement après de nombreuses remontrances sur l’état du pays. Les commissaires du roi promirent formellement qu’on ferait droit à leurs griefs concernant notamment la réforme des monnaies et l’interdiction du droit de « pourvoirie » ; ils s’engageaient aussi à respecter la Charte aux Normands et à suspendre tous les autres impôts. La levée devait commencer le 1er mai. Simon de Bussy, un des commissaires royaux, se rendit à Rouen et

  • 25 Ibid., p. 159-168. Ces différentes chartes reconnaissaient les principaux privilèges de la Commune (...)

[…] prévoyant peut-être les difficultés que rencontrerait la levée de l’aide de la part d’une population déjà grevée de tant de charges, il essaya de gagner la confiance des Rouennais en confirmant la charte de Philippe Auguste de 1207, celle de Philippe III de 1278 et celle de Philippe IV de 130925.

  • 26 Alfred Coville, Les États…, p. 69 et 369.
  • 27 Pierre Cochon, Chronique…, p. 75-76.
  • 28 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen, p. 168.

22Mais les habitants de la capitale normande, refusant de faire confiance à leurs représentants issus de la classe dirigeante, s’agitèrent et firent « ensemble certaine conspiration par manière de harelle et de taquehain »26. Les percepteurs députés par les États furent « envahis, chassés et suivis pour mettre à mort », leur matériel « comptoirs, boîtes et autres choses nécessaires à faire et exploiter la recette » fut « trébuché et mis à terre ». Pierre Cochon ajoute que « les buffets en quoi cette imposition était cueillie » furent jetés en Seine27. Simon de Bussy, ayant réuni les forces nécessaires pour vaincre les rebelles, publia une ordonnance interdisant aux bourgeois de sortir de leurs maisons jusqu’à exécution de la justice du roi ; au mois d’août, il fit pendre vingt-trois ouvriers drapiers28.

La crise des années 1355-1358

  • 29 Alfred Coville, Les États…, p. 75.

23L’attitude fut alors plus une attitude de résistance que de révolte proprement dite. Alors que l’imposition de six deniers par livre avait encore cours, les États, en mai 1355, votèrent un subside pour trois mois (juin, juillet et août) pour entretenir 2 000 hommes d’armes, à raison de cinq sous par feu et par mois. Il semble que la perception ait rencontré une mauvaise volonté générale29.

  • 30 Guy Bois, La Crise…, p. 264.

24En décembre de la même année, les États de langue d’oïl, pour financer 30 000 hommes d’armes (correspondant à une somme de 5 000 000 de livres), ordonnèrent de lever « sur toutes gens de tel état qu’ilz fussent, gens d’église, nobles ou autres, imposition de 8 deniers pour livre, sur toutes denrées » pendant un an30. Nous ne connaissons pas l’attitude des Rouennais mais le comte d’Harcourt, qui était aimé d’eux, leur conseilla de refuser.

  • 31 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen, p. 172 ; Alfred Coville, Les États…, p. 69.

Ils seraient bien lâches et bien misérables s’ils consentaient à le payer ; quant à lui il saurait bien s’y opposer dans ses domaines et il n’y aurait sergent assez hardi pour en tenter la perception31.

  • 32 Alfred Coville, Les États…, p. 77-78.
  • 33 Franck Martaz, La Famille…, p. 73.
  • 34 Ibid., p. 74-75 ; Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen, p. 175-180.

25La résistance à l’impôt devint plus vive début 1356, quand, en janvier, le nouveau duc de Normandie, le dauphin Charles, vint à Rouen pour être couronné et recevoir l’hommage de ses vassaux. Godefroy d’Harcourt refusa de prêter l’hommage si, au préalable, le nouveau duc ne prêtait pas serment de respecter les franchises de la province32. Le subside voté en décembre, en effet, rencontra une telle résistance qu’il ne fut que partiellement levé. Devant cette situation, Charles convoqua les États au Vaudreuil. La réunion fut très agitée ; Charles le Mauvais, roi de Navarre, et le comte d’Harcourt s’opposèrent à de nouveaux impôts et exposèrent leur point de vue de manière fort insolente33. Une des conséquences de ces incidents fut la grande scène du château de Rouen, le 5 avril, au cours de laquelle le roi Jean, arrivé à l’improviste, interrompit le banquet offert par son fils Charles et fit arrêter les principaux meneurs. Charles le Mauvais fut jeté en prison ; le comte d’Harcourt et trois de ses alliés furent décapités sans jugement et sans confession au Champ du Pardon34. Les Rouennais, selon Froissart, furent « durement troublés » et ils en gardèrent longtemps le souvenir.

  • 35 Alfred Coville, Les États…, p. 81. Notons que très fréquemment les commissaires ou receveurs des di (...)
  • 36 Alfred Coville, Les États…, p. 85-89.

26Les impositions continuèrent. Les États de Normandie, convoqués en mai, accordèrent un nouveau subside de dix sous par feu pour trois mois (parmi les généraux gouverneurs chargés de la perception, nous trouvons Vincent du Val Richer, ancien maire)35. De nouveaux impôts sont votés en 1357, mais il semble qu’il y ait eu une très forte résistance car déjà, dans un mandement du 17 juin 1356, le duc avait ordonné que l’on contraignît toutes les personnes dans le ressort de la vicomté de Rouen ; et un an plus tard, il enjoignit au commissaire de l’imposition de « mettre grand peine et diligence par voie de contrainte, induccion, ou autrement » pour que les quatre premiers termes soient payés « tost et hastivement »36. Paradoxalement, au fur et à mesure que la crise politique se développe, cette attitude de résistance semble cesser, et les gens donnent l’impression de payer les impôts.

La Harelle de 1382

  • 37 Philippe Lardin, La Mise en place…, p. 513. Une bibliographie complète est donnée dans la note 14. (...)
  • 38 Pierre Cochon, Chronique…, p. 161.
  • 39 Alfred Coville, Les États…, p. 124.
  • 40 Il a été maire en 1376 et 1377.
  • 41 Philippe Lardin, La Mise en place…, p. 515.

27Elle est liée directement à l’imposition comme le montre très clairement le calendrier de l’émeute. Sur son lit de mort, Charles avait ordonné la suppression des fouages37. L’agitation parisienne provoqua la même chose pour les aides extraordinaires. Mais après le sacre du jeune Charles VI, selon Pierre Cochon, « le jeudi ensuivant churent les subventions qui couraient auparavant, ce qui fit bien du mal au peuple. Il aurait mieux valu que rien ne chût comme vous allez voir »38. Mais il fallait de l’argent. Le 17 février 1381, les États de Normandie se réunissent à Louviers et votent une aide par feu de un à six blancs par semaine, pour un an, selon la fortune39. Le 27 mars, les généraux gouverneurs étaient nommés pour surveiller la perception ; parmi eux, Jean le Tréfillier40. Cette levée, « venant après l’espoir suscité par l’abolition de tous les impôts extraordinaires, fut évidemment mal accueillie »41.

28Début janvier 1382, les généraux gouverneurs convoquaient à Rouen Bérenger Loutrel, receveur des aides, afin de s’entendre sur la crue, décidée en août, à apporter à l’octroi fait en février. À Vernon, en février 1382, les officiers taxèrent le pays à une somme plus importante.

  • 42 Pierre Cochon, Chronique…, p. 162-165.
  • 43 Alfred Coville, Les États…, p. 124.

29À Rouen, la réponse fut l’émeute qui éclata « le jour Saint Mathias premier jour de Karesme » (25 février) ; elle « commencha parce que le roy et son conseil revoudrent avoir toutes les aides comme devant »42. L’origine fiscale de la commotion est évidente. Il en est de même pour la deuxième révolte, en août 1382, que Pierre Cochon appelle « rechute de maladie ». En effet, les États de Normandie, réunis en juin à Pontoise, avaient voté une nouvelle aide pour l’entretien de 600 hommes d’armes et 2 000 arbalétriers pour un an (soit 30 000 francs), qui consistait en une imposition sur la vente des draps, des vins et des « menus breuvages »43.

Des déroulements et des conséquences différents en 1356-1358 et en 1382

Les événements de 1356-1358

30Après avoir résisté à l’impôt, les Rouennais se sont trouvés entraînés dans un véritable tourbillon politique engendré par la crise du pouvoir politique après la défaite de Poitiers et la captivité du roi Jean le Bon, par les menées de Charles le Mauvais et d’une partie de la noblesse normande et par les événements parisiens contemporains.

  • 44 Sur ces événements, la bibliographie est considérable. Citons comme principaux ouvrages intéressant (...)
  • 45 Anne Anfray, La Crise…, p. 90 sq. ; Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen…, p. 194-204.
  • 46 Anne Anfray, La Crise…, p. 90 sq. ; Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen…, p. 194-204.
  • 47 Anne Anfray, La Crise…, p. 87-90.
  • 48 Chronique des Quatre premiers Valois, Siméon Luce (éd), Paris, Société de l’Histoire de France, 186 (...)

31Ainsi, une partie des habitants de la capitale normande, de façon assez coordonnée et maîtrisée (à la différence de ce qui se passera en 1382), se lance dans une série d’actions dont la chronologie n’est pas très sûre44. Il semble qu’elles aient été perpétrées peu après le meurtre des maréchaux à Paris (22 février 1358). Trois sont à retenir ; tout d’abord l’attaque contre le château du sire du Vivier, Jean de Biville (symbole du pouvoir de la noblesse), qu’ils brûlent45. Ensuite, le pillage du prieuré Saint-Gervais, dépendant de l’abbaye de Fécamp, situé dans le faubourg Saint-Gervais à l’ouest de la ville (probablement à la mi-mai 1358), sous prétexte qu’il aurait pu servir d’asile aux ennemis dont on redoutait toujours l’attaque46. Mais l’action la plus téméraire fut la prise du château royal de Rouen sur les hauteurs du quartier Bouvreuil. Les milices urbaines, sous la conduite du maire, Jacques Le Lieur, s’en emparent pour empêcher, disent-elles, les nobles du Pays de Caux de le prendre et de piller la ville47. En effet, les nobles considéraient Rouen comme une ville ennemie ; à en croire la Chronique des Quatre premiers Valois, « pour la dicte prinse du chastel fut moult aspre la guerre entre les gentilshommes et les citoyens de Rouen » et Jacques Le Lieur, improvisé homme de guerre, dut faire face à trois attaques qu’il repoussa victorieusement avec l’aide de ses milices48.

  • 49 Françoise Autrand, Charles V, Paris, Fayard, 1994, p. 284.
  • 50 Françoise Autrand, Charles V, p. 285-286 ; Anne Anfray, La Crise…, p. 85.
  • 51 A. N. JJ 87 F° 119, N 196 ; une lettre de rémission de septembre 1359, définit ainsi ce « parti nav (...)

32Dans tous ces événements, quel rôle a joué le parti navarrais ? Charles V était très populaire à Rouen et la grande cérémonie expiatoire qu’il organisa à Rouen a fortement marqué les esprits. Le 8 janvier 1358, il faisait son entrée à Rouen. C’est une entrée solennelle, à la manière royale, avec une escorte armée et non armée à sa suite ; selon Françoise Autrand, « […] l’occasion était bonne, dans la ville hautement attachée aux libertés normandes, de faire une éclatante manifestation politique »49. Ce même jour, le château ducal à Couronne (aujourd’hui Grand-Couronne) était brûlé mais, le doute subsiste sur les auteurs du crime. Le 10 janvier, il fit rendre un hommage solennel aux suppliciés du 5 avril 1356. Le lendemain, il harangua longuement la foule avant d’assister à l’office des morts dans une cathédrale entièrement tendue de noir. Il aurait enfin invité à un grand banquet bon nombre de bourgeois, dont le maire, Jacques Le Lieur50. Il semble que certains bourgeois de Rouen étaient réputés proches du roi de Navarre, mais nous n’en savons guère plus51.

  • 52 Raymond Cazelles, Société…, p. 324-328.
  • 53 François Tommy Perrens, Étienne Marcel, Paris, Imprimerie nationale, 1874, p. 201.
  • 54 Raymond Cazelles, Société…, p. 306. Un membre d’une des grandes familles rouennaises, Vincent du Va (...)
  • 55 C’est très clair dans l’attaque du prieuré Saint-Gervais dont les foires faisaient concurrence au c (...)

33Ces actes ont aussi, d’une certaine manière, imité ceux de Paris. L’incendie du château du Vivier, par exemple, fait penser aux destructions de manoirs et de châteaux de nobles organisées par le parti d’Étienne Marcel dans la proche région de Paris et en Picardie52. François Perrens avait affirmé que les Rouennais, comme les gens de Laon, d’Amiens, de Beauvais et de Senlis, avaient répondu aux demandes d’Étienne Marcel et accepté de porter le chaperon rouge et bleu53. Il semble que ce ne soit pas le cas. En effet, à l’instigation de leur maire, Jacques Le Lieur, ils ont une position très modérée et attentiste54. Dans ce contexte troublé et confus, les Rouennais, semble-til, ont surtout voulu régler quelques comptes55. Mais la fiscalité était bien oubliée.

La Harelle de 1382

  • 56 Pierre Cochon, Chronique…, p. 162-165.

34Comme nous l’avons déjà vu, les causes sont essentiellement fiscales. Le désordre est beaucoup plus grand et les événements plus confus, tout au moins au début. Pendant trois jours, Rouen vit dans un univers clos. Selon Pierre Cochon, l’émotion fut le fait « de merdalle comme de dignans, drapiers et gens de pour estoffle » mais il accuse aussi « auncunz gros marchands et vinetiers » qui « couvertement les soustenaient »56. Pendant trois jours, les portes furent fermées, les cloches cessèrent de sonner, sauf celle du beffroi de la Commune, et on délivra les prisonniers de toutes les prisons. Les émeutiers s’en prirent aux anciens maires de la ville

  • 57 Ibid.

et allèrent chez Guérout de Maromme, lequel avait été maire l’année précédente, lequel avoit fait beaucoup de mal as poures genz de la ville ou temps de sa mairie… et lui jetèrent ses bienz sur le pavement de Grand Pont, où il demouroit et lui firent tant de dommages que ils purent et lui dépêchèrent sa maison et lui burent son vin, et ce qu’ils ne pouvoient boire ils déffoncèrent les queues pleines de vin et les laissoient aller aval le chellier… Et puis s’allèrent chiers Sire Guillaume Allorge, Eudes Clément et sire Jehan Le Tréfillier qui tous avoient été maires de dicte ville57.

  • 58 Malgré leur expulsion du royaume en 1306, la présence de quelques Juifs est attestée dans des regis (...)

35Dans la nuit du 24 au 25, il y eut d’autres scènes de pillage et de violences contre des prêtres, des Juifs ou des prêteurs à gages58. L’aspect social de l’émeute est alors évident et nous renvoie aux événements de la fin du XIIIe-début XIVe siècle. Les émeutiers ont bien oublié le fisc ! Devant la « fureur d’icelle merdalle », les riches bourgeois de la ville ont cherché refuge dans les différents couvents.

  • 59 Cf. la charte de l’abbé dans Adolphe Chéruel, Histoire…, p. 544-546 ; Alain Sadourny, Histoire de R (...)
  • 60 Pierre Cochon, Chronique…, p. 169.

36Le 25, les dirigeants de Rouen qui avaient cédé à la panique songent à résister ; ils font placer des corps de garde dans les lieux où les émeutiers pouvaient se réunir (aîtres Notre-Dame, Saint-Ouen, Saint-Lô et Saint-Godard). Puis ils songent à tirer profit de la situation en se tournant contre les établissements religieux, envers lesquels ils avaient de nombreux griefs. On commença à s’attaquer au chapitre cathédral en lui faisant renoncer, sous la menace, à la rente annuelle de 400 livres qu’il percevait sur les halles et moulins de la ville. Ensuite, l’abbé de Saint-Ouen, toujours sous la menace, dut abandonner ses droits de baronnie et de justice dans Rouen et dans sa banlieue59. Toutes ces renonciations furent dressées en un acte solennel et on brûla les actes authentiques. Le 26, au cimetière Saint-Ouen, on fit lecture de l’acte fondamental qu’était la Charte aux Normands. Le mouvement se calma subitement et les dirigeants de la ville, prenant peur, envoyèrent une délégation au roi, composée de clercs, de bourgeois et du maréchal de Blainville, pour essayer de le faire fléchir. On répondit : « il iroit à Rouen et saroit qui avoit mengié le lart »60.

  • 61 Adolphe Chéruel, Histoire…, p. 449. Il y avait 1 500 marins castillans concentrés près de Rouen.

37La « rechute de maladie », le 1er août 1382, a, comme la précédente, une cause fiscale. Lorsque les collecteurs des aides installent leurs buffets à la halle aux draps, drapiers et bouchers, ainsi que des habitants de la ville et des faubourgs, se rassemblent, renversent les buffets et forcent les receveurs à s’enfuir. Mais le capitaine de Rouen, Guillaume de Bellengues, avait pris ses précautions et la révolte tourna court61.

Les conséquences

38Elles sont très différentes d’une émeute à l’autre et nous nous contenterons de les évoquer assez rapidement.

1356-1358

  • 62 Alfred Coville, Les États…, p. 297.
  • 63 Archives municipales de Rouen, reg. U/1, f° 47 recto ; Adolphe Chéruel, Histoire…, p. 253-254.
  • 64 Archives municipales de Rouen, Chartrier no 1 ; Adolphe Chéruel, Histoire…, p. 257-258.
  • 65 Archives municipales de Rouen, Chartrier no 10 ; Adolphe Chéruel, Histoire…, p. 256-257.
  • 66 Alfred Coville, Les États…, p. 298.

39À la suite de l’assassinat d’Étienne Marcel, le 31 juillet 1358, et du retour au calme à Paris, les Rouennais s’empressèrent de traiter avec le régent. Jacques le Lieur, après la prise du château royal, avait fait savoir à Charles par l’intermédiaire de deux frères cordeliers, que « son chastel n’avoient pas prins pour lui nuyre… et qu’ils sont prets de mettre le chastel en sa main et qu’il y mette un chevallier du pays »62. Dès le 4 septembre, Charles, feignant de croire que la prise de la forteresse avait été une mesure de sûreté pour « s’opposer à ce qu’elle fut livrée par trahison à nos ennemis et que par suite elle fut pillée et dévastée », accorda une amnistie pleine et entière à tous et à chacun en particulier63. Dans une seconde lettre, datée de mars 1359, concernant les droits de la Commune, Charles confirma à nouveau l’amnistie et imposa « un silence perpétuel » aux « gens de l’Échiquier, baillis, vicomtes, procureurs et à leurs lieutenants ». Pour cela, il reçut du maire et des bourgeois de Rouen « trois mille florins d’or à l’écu du coing de notre seigneur et père dont nous nous tenons pour bien payés »64. C’était bel et bien une forme d’amende déguisée. Lors du séjour du dauphin à Rouen, entre le 17 septembre et le 7 octobre, la ville s’engagea aussi à indemniser le seigneur du Vivier par la somme de trois mille florins d’or payée par une imposition sur les denrées passant sous le pont. Le sire fut payé le 17 octobre, comme l’atteste sa quittance65. Les moines du prieuré Saint-Gervais, malgré leurs demandes réitérées, n’obtinrent rien. Celui qui tira le plus de bénéfices de la crise fut Jacques Le Lieur, le maire en 1358, qui avait sans aucun doute joué un rôle modérateur durant la crise. Reçu par le régent, il lui expliqua les raisons de la prise du château et « s’en alla à grand honneur ». Le 25 octobre, il recevait un don de cinq cents écus d’or au mouton. En 1359, il était fait capitaine de Rouen et de la forteresse Sainte-Catherine et il était anobli ; il semble même qu’il ait été adoubé chevalier66.

La harelle de 1382

40Les conséquences des deux harelles de 1382 sont beaucoup plus graves dans la mesure où elles ont non seulement une portée à court terme, mais encore à long terme.

41Après avoir maté la révolte parisienne, Charles VI entra dans Rouen le 29 mars (vigile des Rameaux) avec une armée, casque en tête et épées nues. Auparavant, des émeutiers (entre 12 et 18 selon les chroniques) avaient été exécutés, les armes des bourgeois et les chaînes qui barraient les rues portées au château ; les manteaux de la porte Martainville, par laquelle le roi entra dans la ville, avaient été abattus. Le roi entrait donc dans une ville conquise.

  • 67 Philippe Lardin, La Mise en place…, p. 516-517 ; Étienne Le Parquier, L’Organisation municipale de (...)

42La principale sanction fut la suppression de la Commune, de son administration et de ses privilèges67. L’impôt contesté fut levé et s’y ajouta une aide de huit deniers par livre sur les denrées et marchandises.

  • 68 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen…, pièces justificatives, p. 547-548.

43Puis le 5 avril, veille de Pâques, le roi rendit armes et chaînes et pardonna des peines civiles et criminelles « considérans humilité et repentance des diz bourgeois et habitans pour honneur et révérence de Dieu et de la saincte et benoite semaine peneuse en quoy nous sommes »68. Étaient exclus du pardon ceux qui s’étaient enfuis ou qui étaient prisonniers. Mais il se gardait bien de rendre la Commune.

  • 69 Étienne Le Parquier, L’Organisation…, p. 79.
  • 70 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen…, pièces justificatives, p. 550-555.

44La seconde harelle permit aux gens du roi qui n’avaient pas accepté le pardon de faire annuler celui-ci. La ville fut poursuivie pour crime de lèse-majesté, ce qui permettait, en plus des condamnations pécuniaires et corporelles, d’infliger une lourde amende. Le procureur du roi, Jehan Le Pastourel, dans un discours menaçant devant les principaux bourgeois de Rouen, rappela toutes les désobéissances et crimes en remontant jusqu’à la prise du château en 1358. Il ordonna de jeter tous les responsables en prison, ce qui représentait, selon les chroniqueurs, environ trois cents personnes dont des riches bourgeois. Certains d’entre eux furent libérés, mais on leur réclama de grosses sommes d’argent à titre de don. L’amende, d’abord fixée à 100 000 livres, fut ramenée par le roi à 60 000 livres payables par tiers, la première échéance venant en mai69. Le premier terme fut payé en juin, mais le reste traîna. Après les sentences et de nombreuses supplications de la part des bourgeois, vinrent les lettres de pardon. Le 27 mars 1383, le roi accorda les premières, mais les commissaires n’en tinrent aucun compte. Le 18 juin, de nouvelles lettres plus précises et plus détaillées enjoignirent aux gens du roi de laisser en paix les Rouennais70.

  • 71 Philippe Lardin a très bien vu ces problèmes in « La vie municipale à Rouen au lendemain de la révo (...)

45La ville avait beaucoup souffert et les conséquences s’en feront ressentir encore longtemps : fuite des habitants, appauvrissement et changements de fortunes selon Pierre Cochon. Toutefois les vieilles familles souffrirent moins et, dès 1389, reparaissent à la tête des affaires71.

  • 72 Remarquons que Rouen restera longtemps une ville pro-bourguignonne, ce qui explique en grande parti (...)

46On peut s’interroger aussi sur l’attitude des Rouennais pendant les guerres civiles du début du XVe siècle. Leurs sentiments pro-bourguignons (surtout entre 1417 et 1418) ne viennent-ils pas d’un ressentiment profond à l’égard de Charles VI et de la politique fiscale menée depuis longtemps et qu’ils assimilent au « parti » armagnac72 ?

47Les émeutes de 1382 mettent fin à un siècle de troubles graves à Rouen. Ensuite, la ville n’aura guère d’occasions de se soulever, sauf en 1417 justement. Les raisons des émotions dans la seconde moitié du XIVe siècle ont été avant tout fiscales, mais on peut se demander si le refus de l’impôt ne traduit pas une forme de malaise profond d’ordre économique et social, car il n’est pas l’expression d’une contestation politique. Le déroulement des émeutes met en valeur l’antagonisme entre les puissants gouvernant la ville et les autres (c’est patent lors de la première harelle au cours de laquelle les patriciens ont été les premiers visés par les émeutiers). Ces derniers viennent des quartiers populaires de l’est où les conditions de vie se sont considérablement dégradées au cours du siècle, du fait notamment de l’augmentation du nombre de réfugiés venant des campagnes environnantes. Cette population sans spécialité était vouée au chômage et aux bas salaires (Charles V, en 1380, a prolongé de dix ans la draperie foraine pour leur permettre de survivre). Il ne faut donc pas s’étonner que les émeutes partent de ce milieu et s’y développent.

48La très sévère répression a brisé pour plusieurs décennies, voire davantage, toute velléité de soulèvement. Dès lors la fiscalité royale, comme cela s’était passé sous Charles V, n’est plus contestée et, de ce fait, les États de Normandie n’auront plus le semblant de pouvoir qui fut le leur après la promulgation de la Charte aux Normands.

Notes

1 Alain Sadourny, « Les grandes familles rouennaises au XIIIe siècle et leur rôle dans la cité », in Les Villes normandes au Moyen Âge (Actes du colloque international de Cerisy-la-Salle, 8-12 octobre 2003), François Neveux et Pierre Bouet (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2006, p. 278.

2 Alain Sadourny, « De la guerre de Cent ans à la Harelle », in Histoire de Rouen, Michel Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979, p. 116-117 ; Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant la période communale (1150-1382), Rouen, Périaux, 1844, 2 t., t. II, p. 59-67.

3 Alain Sadourny, « Rouen pendant la guerre de Cent ans », in La Normandie pendant la guerre de Cent ans (1346-1450), Jean-Yves Marin (dir.), Milan, Skira, 1979, p. 27.

4 Alain Sadourny, Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, p. 99 ; Philippe Lardin, « Le financement des fortifications en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge », in Les Normands et le fisc, XIXe congrès des Sociétés savantes et archéologiques de Normandie, Elbeuf, Archives municipales, 1996, p. 50.

5 Archives municipales de Rouen, U/2 fo 164.

6 Philippe Lardin, « Le financement », p. 50.

7 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen…, t. II, p. 98-990 ; Alain Sadourny, Histoire de Rouen, p. 101.

8 Chronique normande de Pierre Cochon, Charles de Beaurepaire (éd.), Rouen, A. Le Brument (Société de l’histoire de Normandie), 1870, p. 104.

9 Alain Sadourny, Histoire de Rouen, p. 100.

10 Guy Bois, « La Crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandie orientale du début du XIVe au milieu du XVIe siècle », Cahiers de la fondation des sciences politiques, 202, 1976, p. 251.

11 Alain Sadourny, Histoire de Rouen, p. 101. Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen, t. II, p. 266-268.

12 Alain Sadourny, Histoire de Rouen, p. 101.

13 Michel Mollat et Philippe Wolff, Ongles bleus et ciompi, Paris, Calmann Lévy, 1970, p. 95 sq.

14 Guy Bois, La Crise…, p. 251-275 ; Philippe Lardin, « La mise en place des impôts nouveaux en Normandie orientale pendant la seconde moitié du XIVe siècle », in L’Impôt au Moyen Âge. L’impôt public et le prélèvement seigneurial, fin XIIe-début XVIe siècle, P. Contamine et al. (éd.), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, 3 t., t. II, Les Espaces fiscaux, p. 509-540.

15 Ibid., p. 525.

16 Guy Bois, La crise…, p. 273.

17 Adrien Vuitry, Étude sur le régime financier de la France avant la Révolution de 1789, Paris, Guillaumie et Cie, 1883, t. I, p. 31 ; Guy Bois, La crise…, p. 263.

18 Ibid., p. 272.

19 Alfred Coville, Les États de Normandie. Leurs origines et leur développement au XIVe siècle, Paris, Imprimerie nationale, 1894 ; Henri Prentout, Les États provinciaux de Normandie, Caen, Lanier, 1925, 2 t., t. I.

20 Adolphe Chéruel, Histoire…, t. II, p. 159. Parmi les cinq, Vincent du Val Richer (ancien maire), Étienne de Croixmare, Pierre de la Ferrière (futur maire) et Jacques Barre (ancien maire).

21 Guy Bois, La crise…, p. 257. Guy Bois, à juste titre, remarque que les entreprises militaires à l’origine des demandes de subsides répondent aussi à leurs aspirations, fournissant soldes et autres ressources éventuelles.

22 Franck Martaz, La Famille d’Harcourt à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVe siècle), Mémoire de DEA, Université de Rouen, 1994 (dactyl.).

23 Philippe Lardin, La mise en place…, p. 512 ; Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen, t. II, p. 32-33.

24 Chronique de Sainte Catherine, citée par Adolphe Chéruel in Histoire de Rouen, t. II, p. 54 : et extirpandum domos omnium qui sumpserunt praedictam impositionem ad firmam.

25 Ibid., p. 159-168. Ces différentes chartes reconnaissaient les principaux privilèges de la Commune de Rouen. Archives municipales de Rouen, Charte de Jean le Bon du 15 avril 1351 A/38 fo 15 sq.

26 Alfred Coville, Les États…, p. 69 et 369.

27 Pierre Cochon, Chronique…, p. 75-76.

28 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen, p. 168.

29 Alfred Coville, Les États…, p. 75.

30 Guy Bois, La Crise…, p. 264.

31 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen, p. 172 ; Alfred Coville, Les États…, p. 69.

32 Alfred Coville, Les États…, p. 77-78.

33 Franck Martaz, La Famille…, p. 73.

34 Ibid., p. 74-75 ; Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen, p. 175-180.

35 Alfred Coville, Les États…, p. 81. Notons que très fréquemment les commissaires ou receveurs des différents subsides ou aides appartiennent à la haute société rouennaise ; Gilles de Maudestour très souvent en charge est chanoine de Rouen ; Jacques du Chastel est membre d’une des plus illustres familles de la cité ; Gilles Daniel sera maire ainsi que Symon du Broc ou Jean Mustel.

36 Alfred Coville, Les États…, p. 85-89.

37 Philippe Lardin, La Mise en place…, p. 513. Une bibliographie complète est donnée dans la note 14. Parmi les nombreux chroniqueurs ayant rendu compte des faits, Pierre Cochon est probablement le plus sûr.

38 Pierre Cochon, Chronique…, p. 161.

39 Alfred Coville, Les États…, p. 124.

40 Il a été maire en 1376 et 1377.

41 Philippe Lardin, La Mise en place…, p. 515.

42 Pierre Cochon, Chronique…, p. 162-165.

43 Alfred Coville, Les États…, p. 124.

44 Sur ces événements, la bibliographie est considérable. Citons comme principaux ouvrages intéressant spécialement Rouen : Raymond Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Genève, Droz, 1982 ; Anne Anfray, La Crise du milieu du XIVe siècle à Rouen (1355-1358), Mémoire de maîtrise, université de Rouen, 1992-1993 (dactyl.).

45 Anne Anfray, La Crise…, p. 90 sq. ; Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen…, p. 194-204.

46 Anne Anfray, La Crise…, p. 90 sq. ; Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen…, p. 194-204.

47 Anne Anfray, La Crise…, p. 87-90.

48 Chronique des Quatre premiers Valois, Siméon Luce (éd), Paris, Société de l’Histoire de France, 1862, p. 78 ; Alfred Coville, Les États…, p. 297.

49 Françoise Autrand, Charles V, Paris, Fayard, 1994, p. 284.

50 Françoise Autrand, Charles V, p. 285-286 ; Anne Anfray, La Crise…, p. 85.

51 A. N. JJ 87 F° 119, N 196 ; une lettre de rémission de septembre 1359, définit ainsi ce « parti navarrais » : « plusieurs personnes, clercs, nobles et autres gens ». À la suite de Raymond Cazelles, dans « Le parti navarrais jusqu’à la mort d’Étienne Marcel », Bulletin philologique et historique, Paris, 1960, p. 845, citons Robert de Bistout, chanoine de Rouen, ou Jean d’Orbec (à cet égard nous avons un doute, car le même Jean d’Orbec, dans trois documents de la fin de 1358, est cité comme trésorier du régent ; cf. Alfred Coville, Les États…, p. 367, 369, 371). On peut se demander, en revanche, si deux anciens maires, Jean Mustel et Amaury Filleul, envoyés plus tard comme otages à Londres, présents au banquet du 5 avril 1356, n’étaient pas considérés par le pouvoir royal comme navarrais.

52 Raymond Cazelles, Société…, p. 324-328.

53 François Tommy Perrens, Étienne Marcel, Paris, Imprimerie nationale, 1874, p. 201.

54 Raymond Cazelles, Société…, p. 306. Un membre d’une des grandes familles rouennaises, Vincent du Val Richer a été compromis avec Étienne Marcel (Raymond Cazelles, Société…, p. 268) ; la famille était alors divisée en deux branches, une parisienne et l’autre rouennaise ; à leur tête deux Vincent ; mais le rouennais est resté dans la ligne modérée de Jacques Le Lieur.

55 C’est très clair dans l’attaque du prieuré Saint-Gervais dont les foires faisaient concurrence au commerce de la ville.

56 Pierre Cochon, Chronique…, p. 162-165.

57 Ibid.

58 Malgré leur expulsion du royaume en 1306, la présence de quelques Juifs est attestée dans des registres du tabellionage de Rouen dans les années 1370 ; il semble qu’ils aient vécu dans le quartier Saint-Sever, sur la rive gauche de la Seine, en dehors des remparts.

59 Cf. la charte de l’abbé dans Adolphe Chéruel, Histoire…, p. 544-546 ; Alain Sadourny, Histoire de Rouen…, p. 119-120.

60 Pierre Cochon, Chronique…, p. 169.

61 Adolphe Chéruel, Histoire…, p. 449. Il y avait 1 500 marins castillans concentrés près de Rouen.

62 Alfred Coville, Les États…, p. 297.

63 Archives municipales de Rouen, reg. U/1, f° 47 recto ; Adolphe Chéruel, Histoire…, p. 253-254.

64 Archives municipales de Rouen, Chartrier no 1 ; Adolphe Chéruel, Histoire…, p. 257-258.

65 Archives municipales de Rouen, Chartrier no 10 ; Adolphe Chéruel, Histoire…, p. 256-257.

66 Alfred Coville, Les États…, p. 298.

67 Philippe Lardin, La Mise en place…, p. 516-517 ; Étienne Le Parquier, L’Organisation municipale de Rouen depuis le XIIe siècle jusqu’en 1449, Rouen, Académie des sciences, belles lettres et arts, 1932, p. 74.

68 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen…, pièces justificatives, p. 547-548.

69 Étienne Le Parquier, L’Organisation…, p. 79.

70 Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen…, pièces justificatives, p. 550-555.

71 Philippe Lardin a très bien vu ces problèmes in « La vie municipale à Rouen au lendemain de la révolte de la harelle à travers le plus ancien registre de délibérations (1389-1390) », in La Ville médiévale en deçà et au-delà de ses murs. Mélanges Jean-Pierre Leguay, Philippe Lardin et Jean-Louis Roch (éd.), Rouen, Presses universitaires de Rouen, 2000, p. 261-289.

72 Remarquons que Rouen restera longtemps une ville pro-bourguignonne, ce qui explique en grande partie l’attitude de la population pendant la période de l’occupation anglaise.

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540