Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (xe-xviiie siècle)

 | 
Catherine Bougy
, 
Sophie Poirey

Contestations dans le monde normand médiéval (xie-xiie siècle). Normandie ducale – Italie – Angleterre – Monde scan

Réconciliation ou humiliation ? La suppression de la rébellion aristocratique dans les royaumes anglo-normand et angevin1

Matthew Strickland

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement mes collègues, le Dr Graeme Small, le Dr Stuart Airlie et Mme Joan Brou-Collin (...)
  • 2 John Gillingham, « 1066 and the Introduction of Chivalry into England », in Law and Government in M (...)
  • 3 John Gillingham, « Killing and Mutilating Political Enemies in the British Isles from the Late Twel (...)
  • 4 Pour le bannissement, voir Elisabeth Van Houts, « L’exil dans l’espace anglo-normand », in La Norma (...)
  • 5 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis (Orderic), Marjorie Chibnall (éd.), Oxford, Oxford Un (...)

1Dans le duché de Normandie avant 1066 et le regnum anglo-normand postérieur à cette date, l’exécution ou la mutilation d’un adversaire noble par les ducs ou rois était un phénomène extrêmement rare. Cette modération, que Guillaume de Malmesbury considérait comme l’apogée de la culture française importée en Angleterre par les Normands, contrastait visiblement avec la brutalité politique (meurtre, crevaison des yeux) de la cour mouvementée d’Ethelred le Malavisé ou les purges sanglantes exécutées par Knud à partir de 10172. Elle tranchait également avec les mutilations ou les exécutions des rivaux dynastiques, courantes dans le monde celtique, qui se poursuivirent bien au-delà du début du XIIIe siècle et que les écrivains anglo-normands considéraient comme un trait majeur du barbarisme des Gallois, des Écossais et des Irlandais3. Au lieu de cela, les insurrections des grands nobles du monde anglo-normand pouvaient être punies par la confiscation de leurs terres ou de leurs châteaux, une amende, le bannissement ou l’emprisonnement. Toutes ces sanctions étaient réversibles, pouvaient être utilisées de manière subtile par les rois pour s’assurer des loyautés à venir, et n’étaient le plus souvent que l’expression temporaire d’un mécontentement4. Le changement d’attitude envers les vaincus est illustré par Orderic Vital dans sa description du siège de Rochester en 1088, où les défenseurs anglo-saxons de Guillaume le Roux apportèrent des cordes et insistèrent pour que le roi pende son oncle Odon de Bayeux et la garnison rebelle du château. Au lieu de cela Guillaume, influencé par les supplications de leurs proches et de leurs amis, fit preuve d’une clémence chevaleresque, et les autorisa à quitter le pays indemnes5.

  • 6 John R. Maddicott, Simon de Montfort, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 342-343 ; Joh (...)
  • 7 John Bellamy, The Law of Treason in England in the Later Middle Ages, Cambridge, Cambridge Universi (...)
  • 8 John Bellamy, The Law of Treason, p. 35-46 (p. 39) ; Michael Prestwich, Edward I, Londres, Methuen, (...)

2Ce n’est qu’en 1265, avec la mutilation du corps de Simon de Montfort et le meurtre prémédité d’un certain nombre de ses partisans sur le champ de bataille d’Evesham, que cette modération commença à se raréfier6. Ce processus fut accéléré par les exécutions, ordonnées à titre d’exemple par Édouard Ier, du prince gallois David ap Gruffyd en 1283, et de William Wallace en 1305, qui marquèrent la nouvelle mise en pratique de ces terribles punitions symboliques (traîner le condamné derrière un cheval jusqu’à l’échafaud, pendre, éventrer et écarteler le corps) contre les nobles qui prenaient les armes contre le roi, punitions jusque-là réservées aux conspirations secrètes contre la vie du roi7. Lorsque Robert Bruce s’empara du trône écossais en 1306, la réaction d’Édouard Ier, furieux, brisa de manière irrémédiable le moule des relations entre la couronne et les seigneurs, ouvrant ainsi la voie aux sanglantes représailles politiques du règne d’Édouard II8.

3Récemment, la nature et le rôle des rituels de soumission et de réparation dans la politique de l’Europe du début du Moyen Âge ont été au centre de travaux de spécialistes tels Gerd Althoff, Geoffey Koziol, et Philippe Buc. Cependant, les périodes anglo-normande et angevine ont moins attiré l’attention. J’aimerais donc présenter ici un bref aperçu des différents types de capitulations dans une période où les punitions corporelles ou capitales des aristocrates rebelles étaient généralement évitées, et où les actes d’abaissement ou d’humiliation tempéraient en général (mais pas nécessairement) la virulence de la colère royale.

  • 9 Geoffrey Koziol, Begging Pardon and Favour : Ritual and Political Order in Early Medieval France, I (...)
  • 10 Gerd Althoff, « Satisfaction. Peculiarities of the Amicable Settlement of Conflicts in the Middle A (...)
  • 11 Gerd Althoff, « Das Privileg der deditio ; Formen gütlicher Konfliktbeendigung in der mittelalterli (...)

4Comme l’a démontré Geoffrey Koziol, il existait un large vocabulaire de la supplication dans la France du début du Moyen Âge pour quémander la faveur d’un seigneur, ou, dans le cas des coupables, pour lui demander grâce. Ces démarches s’inspiraient fortement des gestes de supplication ecclésiastiques, qui souvent exigeaient qu’on se prosternât ou qu’on se présentât pieds nus, nu-tête et parfois en tenue de pénitent9. De même, Gerd Althoff a remarqué que, dès le début du Moyen Âge, ce type de réparation, avec présentation pieds nus et port d’une robe de jute ou d’une haire, équivalait à apaiser la colère royale et l’honor regius10. De tels éléments firent longtemps partie intégrante de l’amende honorable, selon laquelle un homme demandant réconciliation apparaissait en public devant la personne offensée ou un de ses proches, tête nue et vêtu d’une simple chemise, pour offrir pénitence et demander pardon. Ce rituel devint même un rouage important de la résolution des querelles ou disputes privées durant tout le Moyen Âge, ainsi que pour l’expiation d’un certain nombre de crimes11.

  • 12 Jessica Hemming, « Sellam Gestare : Saddle-Bearing Punishments and the Case of Rhiannon », Viator, (...)
  • 13 The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumièges, Orderic Vitalis and Robert of Torigny, Elisabet (...)
  • 14 Jessica Hemming, « Sellam Gestare… », p. 46 et 53.
  • 15 Jessica Hemming, ibid., p. 49-53, a démontré aussi que des exemples de hamiscara existaient aux Pay (...)

5Dans les premiers temps du duché de Normandie, offrir pénitence au souverain pour rébellion pouvait, en outre, prendre la forme de l’hamiscara, qui consistait à forcer un homme à porter une selle sur son dos, ses épaules ou sa tête, en signe de soumission12. Prenons un seul exemple parmi ceux rapportés par Guillaume de Jumièges : l’événement qui eut lieu vers 1027, à la suite du siège du château d’Alençon de Guillaume Ier de Bellême par le duc Robert Ier. Bellême sortit de la forteresse pieds nus, « demandant pardon, tout en portant la selle de son cheval sur ses épaules en guise d’expiation ». Il fut ainsi pardonné et Alençon lui fut restitué13. Ce geste était à l’origine une pratique carolingienne, mentionnée dans les capitulaires de Louis le Pieux et de Charles le Chauve pour la négligence des services publics. Outre qu’il était physiquement pénible, il inversait le niveau social du noble monté à cheval, et pourrait également avoir impliqué que toute rébellion contre l’ordre établi était bestiale et irraisonnée14. La pratique persista, comme l’a démontré Jessica Hemming, jusqu’au XIIe siècle en Allemagne, où le port de la selle était la punition des ministeriales ou des non-libres, alors que les nobles devaient subir l’étrange, mais incontestablement très humiliant rituel consistant à porter un chien sur une distance voulue15. Il est toutefois important de noter qu’au début du XIe siècle en Normandie et en Anjou, c’était devenu un geste volontaire, accompli par le rebelle en signe d’expiation, et non une punition imposée par le vainqueur. Les chansons de Garin de Lorraine et Raoul de Cambrai indiquent une certaine familiarité avec ce geste, et sa fonction expiatoire apparaît clairement dans ce dernier texte, dans lequel Raoul propose de porter une selle pour demander pardon à son vassal Bernier, à qui il a fait tort.

  • 16 Wace, par exemple, dans le Roman de Rou, dit à propos de la soumission d’Hugues de Chalons que « [… (...)
  • 17 De gestis regum Anglorum, Roger A. B. Mynors, Rodney M. Thomson et Michael Winterbottom (éd.), Oxfo (...)
  • 18 Orderic Vital, t. III, p. 111-113.
  • 19 Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbas (Gesta Henrici), William Stubbs (éd.), Londres, Longma (...)
  • 20 Gesta Henrici, t. I, p. 79. Néanmoins, il l’accepta par la suite en avril 1175 (ibid., t. I, p. 82)

6Néanmoins, ce rituel ne fut pas importé par les Normands en Angleterre après 1066 ; il n’en est fait aucune mention dans les domaines anglo-normands et angevins, et les écrivains anglo-normands le considéraient même comme vieilli16. Ainsi, lorsque Guillaume de Malmesbury rapporte l’histoire du fils de Foulques Nerra, Geoffrey, qui avait ainsi fait expiation auprès de son père à la suite de sa rébellion de 103817, rien ne suggère que, lorsque Robert Courteheuse se réconcilia avec son père après sa première rébellion vers la fin des années 1070, il ait eu à subir un acte de soumission aussi formel. En fait, c’est plutôt l’intercession des dignitaires qui poussa Guillaume Le Conquérant à la réconciliation. Ils demandèrent clémence pour leurs fils et leurs proches qui avaient défendu le jeune Robert contre son père18. De la même manière, en 1174, la réconciliation des fils rebelles d’Henri II avec leur père ne comporta aucun geste honteux d’abaissement. En Poitou, Richard se jeta en larmes aux pieds de son père et lui demanda pardon, ce qu’Henri II lui accorda volontiers19. Par la suite, Richard et Geoffroi renouvelèrent leur hommage et leur fidélité envers leur père, mais Henri II refusa d’accepter l’hommage de son fils aîné, parce qu’il était roi lui aussi20. En revanche, sa femme Aliénor ne parvint pas à obtenir son pardon, et resta en détention jusqu’à la mort de son mari en 1189.

  • 21 Anglo-Saxon Chronicle, « D », s. a. 1076, dans English Historical Documents, II, David C. Douglas e (...)
  • 22 Orderic Vital, t. VI, p. 30-31 ; Esther Cohen, The Crossroads of Justice ; Law and Culture in Late (...)
  • 23 Guillaume de Malmesbury, Gesta regum, t. I, p. 718-719.

7Lorsqu’il s’agissait de nobles dissidents plutôt que de proches, on aurait pu s’attendre à des rituels de soumission mieux caractérisés. Et cependant, malgré des rébellions seigneuriales relativement fréquentes sous le regnum anglo-normand, les rituels de capitulation et de pénitence sont rarement notés par les chroniqueurs, sauf quelques mentions dans les récits de sièges où l’on trouve la remise des clés ou la levée de la bannière royale sur la forteresse en symbole de possession royale. Le détail intriguant d’un grand seigneur anglo-saxon cherchant désespérément à se réconcilier avec Guillaume Le Conquérant nous est fourni dans Les Chroniques anglo-saxonnes : à la suite de son implication dans la « révolte des comtes » en 1075, « le Comte Waltheof partit pour l’étranger [en Normandie], battit sa coulpe, demanda pardon et offrit trésor ». Le tout en vain, toutefois, puisque, après un procès jugé par avance, il fut décapité. Ce qui contraste fortement avec l’indulgence manifestée par Guillaume Ier envers le conspirateur normand complice de Waltheof, Roger, comte d’Hereford21. Quand, en 1102, Henri Ier écrasa la rébellion de Robert de Bellême, il ne se contenta pas de forcer Bellême à remettre les clés de Shrewsbury. Il l’obligea également à confesser publiquement ses crimes avant d’être banni, peut-être pour rappeler l’auto-dénonciation qui était un aspect fondamental de l’amende honorable22 Cependant, il n’eut à souffrir d’aucune autre punition (du moins, à cette occasion) ; l’assurance qu’il ne serait ni exécuté ni mutilé avait été l’une des conditions exigées par ses vassaux dans le château d’Arundel à leur capitulation devant le roi23.

  • 24 Orderic Vital, t. VI, p. 28-29.
  • 25 Ibid., p. 22-23 et 26-29.
  • 26 Matthew J. Strickland, War and Chivalry. The Conduct and Perception of War in England and Normandy, (...)

8La capitulation de la garnison de Bellême, à Bridgnorth, nous rappelle qu’une telle humiliation infligée à un seigneur ne s’étendait pas nécessairement à tous ses hommes. À cette occasion, en effet, les chevaliers mercenaires des forces de Bellême, qui avaient désapprouvé la décision de capituler prise par la garnison féodale du château, furent autorisés à partir avec leurs chevaux et leurs armes en signe de loyaux services envers leur seigneur24. Au début, à Bridgnorth, comme dans l’autre château de Bellême, à Arundel, ses vassaux furent menacés de pendaison s’ils continuaient à résister, alors qu’en même temps, le roi Henri les attirait à son service en leur offrant des cadeaux et une réception honorable25. Même dans le contexte d’une rébellion, le roi ou le duc pouvait permettre à une garnison de capituler, en lui laissant la liberté de partir et de garder ses armes et ses chevaux, symboles de son statut et de sa fonction militaires, en reconnaissance d’une défense honorable et loyale envers son seigneur déchu. Cette sauvegarde de l’honneur des vaincus pouvait, comme le comprenait si bien Henri Ier, être un facteur clé du succès de la consolidation politique, en particulier au cours de querelles de succession, quand les rivaux se battaient pour obtenir la loyauté des grands seigneurs et de leurs hommes26.

9Dans son étude de la pénitence comme rouage du règlement à l’amiable de querelles aristocratiques dans l’Allemagne des XIe et XIIe siècles, Gerd Althoff remarque :

  • 27 Gerd Althoff, « Satisfaction », 275.

Une partie des règles qui délimitaient les paramètres de la pénitence, étaient destinées à s’assurer que cette dernière ne serait pas trop astreignante. Au contraire, le vainqueur devait faire preuve de générosité, et faire de la pénitence un geste quasi-symbolique qui ne porterait pas trop grandement atteinte à l’honneur de son adversaire27.

  • 28 Ibid., p. 272.
  • 29 The Historical Works of Gervase of Canterbury, William Stubbs (éd.), Londres, Longman (Rolls Series (...)
  • 30 Chronica Rogeri de Hoveden (Rolls Series), William Stubbs (éd.), Londres, Longman (Rolls Series), 1 (...)
  • 31 Chronica Rogeri de Hoveden, t. III, 238-240 ; Trevor Foulds, « The Siege of Nottingham Castle in 11 (...)

10Il souligne, en outre, le rôle des médiateurs qui choisissaient le type de pénitence approprié et approuvé par les deux partis et qui pouvait souvent être de nature très symbolique (par exemple se présenter pieds nus), ainsi que le rôle clé joué par le roi en tant que médiateur suprême28. Il existe toutefois très peu de témoignages de rois anglo-normands arbitrant de telles méthodes de conciliation entre leurs nobles. Bien entendu, l’arbitrage existait dans la curia regis, mais le règlement du conflit était imposé par l’autorité du roi, et laissait peu de place au type de rituels observés en Allemagne, qui reflétaient une plus grande autonomie des dignitaires et faisaient plutôt du souverain un primus inter pares. Et, en cas de rébellion, quand le souverain devint lui-même l’offensé, le rôle des laïcs ou des ecclésiastiques entourant le rebelle devint plus celui d’un intercesseur que celui d’un médiateur. Ainsi, en 1155, Gilbert Foliot, l’évêque d’Hereford, négocia avec succès la soumission à Henri II de son parent, le comte Roger d’Hereford, après qu’il eut refusé de rendre les châteaux de Gloucester et d’Hereford au nouveau roi29. Mais en d’autres occasions, la clémence du roi n’était pas si facilement acquise. En 1194, le comte Jean ordonna aux garnisons des grands châteaux de Nottingham et de Tickhill de résister à son frère Richard Ier à son retour de captivité en Allemagne. Devant le roi en personne, cependant, les garnisons proposèrent de céder sous conditions, mais Richard refusa, pour exiger une capitulation sans conditions. Terrifiés, les défenseurs de Tickhill prièrent l’évêque de Durham, Hugues de Puiset, d’intercéder ; en tant que justiciar du nord de la rivière Trent et commandant du siège, il accepta leur reddition, et leur promit la vie sauve30. La garnison de Nottingham, toutefois, faute de se voir offrir des assurances en ce sens, fut finalement persuadée de se placer in misericordia regis par l’évêque Hubert Walter, qui intercéda probablement alors en sa faveur auprès de Richard31.

  • 32 Wilfrid E. Wightman, The Lacy Family in England and Normandy, 1066-1194, Oxford, Oxford University (...)
  • 33 Chronica Rogeri de Hoveden, t. III, p. 240-243 ; John Appleby, England Without Richard, Londres, Be (...)
  • 34 The Chronicle of Robert of Torigni, R. Howlett (éd.), in Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry (...)
  • 35 Gesta Henrici, t. I, p. 124.
  • 36 Charles Coulson, « Cultural Realities and Reappraisals in English Castle-Study », Journal of Mediev (...)

11Le succès du siège d’une importante place forte rebelle constituait le théâtre idéal pour les actes rituels de soumission et pour une affirmation de l’autorité royale. En 1155, après avoir imposé la reddition d’Hugues de Mortimer, Henri accepta l’hommage et la fidélité de tous les chefs du royaume autour du château de Mortimer à Bridgnorth32. En 1194, à la suite de la capitulation de Nottingham, Richard Ier fit réparer le château endommagé et y tint immédiatement un grand conseil, au cœur des anciennes terres de son frère Jean. Plus encore, il différa le jugement des partisans de Jean jusqu’après la cérémonie de son couronnement à Winchester, qui eut lieu peu de temps après33. En revanche, le château des seigneurs rebelles pouvait être confisqué, des troupes royales pouvaient y être placées en garnison ou, punition plus grande encore, il pouvait être démoli. Par exemple, l’accession au trône d’Henri II en 1154, ses campagnes de Bretagne, et son succès dans la suppression de la révolte du jeune roi en 1173-1174, furent suivis d’une destruction massive des châteaux ou de leur appropriation par le roi34. En 1176, dans un geste fortement symbolique, il s’attribua les principaux châteaux, qu’ils appartinssent à des hommes loyaux ou à d’anciens rebelles35. Les travaux récents compilés par Charles Coulson sur le symbolisme seigneurial inhérent à la conception et à la construction des châteaux, et en particulier du donjon ou, selon l’expression bien choisie de Jean Mesqui, de la tour maîtresse, ne peuvent que souligner ce que leur destruction dut signifier en termes d’humiliation et de perte de statut, sans parler de la perte financière occasionnée36.

  • 37 Heinrich Fichtenau, Lebensordnung des 10. Jahrhunderts : Studien über Denkart und Existenz im einst (...)
  • 38 Orderic Vital, t. II, p. 212-215.
  • 39 Matthaei Parisiensis, monachi Sancti Albani, Chronica Majora, Henry R. Luard (éd.), Londres, Rolls (...)
  • 40 Chronica de Mailros, Joseph Stevenson (éd.), Édimbourg, Bannatyne Club Publications, 1835, p. 145-1 (...)

12Lors de querelles de succession ou de loyautés partagées en temps de guerre civile, comme en 1088 ou en 1101, le traitement magnanime et même honorable des rebelles était souvent une nécessité politique, quels que fussent les droits de jure des rois anglonormands à punir par exécution ou mutilation. Cependant, quand la position du roi était inattaquable, des rituels de soumission plus énergiques pouvaient être imposés, les vaincus devant parfois demander pardon, un nœud coulant passé autour du cou, ou encore en portant une épée nue, qui symbolisait le droit de vie ou de mort du vainqueur. Comme le remarque Heinrich Fichtenau, parmi les premiers exemples de cet usage, on trouve la soumission des villes italiennes aux empereurs allemands : en 1026 par exemple, lorsque, pendant la répression d’une révolte de Ravenne par Conrad II, « les habitants survivants de Ravenne parurent devant le roi pieds nus, portant la toile à sac et leur épée nue comme l’exigeait leur loi à propos des peuples conquis »37. Cette pratique n’apparut en Angleterre que bien plus tard : quand, en 1068, les citoyens d’Exeter capitulèrent devant Guillaume le Conquérant, il leur suffit de se jeter à ses pieds, avec leurs livres et leurs reliques les plus précieux38. L’un des exemples les plus anciens est rapporté par Matthieu Paris : en 1233, Henri III exigea que Richard Marshal implore son pardon pour sa rébellion, un nœud coulant passé autour du cou39. Même s’il est tentant de lier l’apparition de cette pratique à l’influence sur Henri de la loi romaine et des notions de dignité impériale acquises à travers ses relations avec Frédéric II, il est probable que cette coutume ait été déjà bien connue. Ainsi, en 1235, les Chronique de Melrose rapportent qu’après avoir battu les hommes de Galloway, Alexandre II d’Écosse, « avec sa générosité habituelle, accorda la paix à tous ceux qui vinrent à lui. En conséquence, les habitants de Galloway qui avaient survécu se rallièrent à la paix du roi, la corde au cou »40.

  • 41 Flores Historiarum, Henry R. Luard (éd.), Londres, 1890, 3 t., t. III, p. 120.
  • 42 Chronique de Jean le Bel, Jules Viard et Eugène Déprez (éd.), Paris, Renouard – Société de l’histoi (...)
  • 43 Chronique de Jean le Bel, t. II, p. 166-167 ; Chroniques de Jean Froissart, t. IV, p. 60-63 ; cf. a (...)
  • 44 Matthew Strickland, « A Law of Arms or a Law of Treason ?… », p. 73-76.

13Néanmoins, de telles formes de pénitence sont étroitement liées aux circonstances dans lesquelles les rois cherchaient à consolider une extension de leur suzeraineté. En 1304, par exemple, à la fin de la première et infructueuse guerre d’indépendance des Écossais contre Édouard Ier, la garnison de Stirling, assiégée et politiquement isolée, implora le pardon d’Édouard, se présentant pieds nus, avec une robe de jute, la cendre au front et le nœud coulant au cou41. Des rituels similaires se banalisèrent dans les sièges importants durant la Guerre de Cent Ans, comme à Calais en 1346 et à Harfleur en 141542. Du point de vue du roi, l’action se justifiait par le fait que les défenseurs avaient obstinément tenté de lui retirer ce qui était légalement sien de par son droit ancestral ou son héritage. Dans cette fiction légale, la garnison battue n’était donc pas composée des vassaux d’un suzerain rival à qui on devait accorder un traitement honorable, mais devenait un ensemble de félons coupables de trahison qui méritaient la mort pour leur résistance. Cependant, ces redditions étaient des rituels soigneusement mis en scène, qui avaient lieu devant l’armée ou la Cour assemblée, et devaient ainsi permettre le déploiement adéquat de l’ira royale ; le roi refusait d’abord de pardonner aux suppliants, exprimant ainsi son désir d’infliger une digne punition aux rebelles qui ne méritaient que la mort. Il ne se laissait amadouer que graduellement, non seulement en raison des supplications des vaincus eux-mêmes, mais également à la suite de l’intervention de ses propres dignitaires et, si elles étaient présentes, de la reine ou des autres femmes de la Cour. Ainsi, l’intervention de la reine Philippa, la femme d’Édouard III, alors enceinte, en faveur des bourgeois de Calais, est devenue justement célèbre43. Enfin, après avoir soigneusement écouté un tel plaidoyer et consolidé ses droits bafoués, le monarque pouvait revenir sur sa décision et, passant outre sa juste rancune, il était loué pour sa clémence royale44.

  • 45 Gerd Althoff, « Satisfaction… », p. 273.
  • 46 Orderic Vital, t. VI, p. 520-522.
  • 47 Kate Norgate, The Minority of Henry III, Londres, Macmillan, 1912, p. 244 et 296-299.
  • 48 Memoriale fratris Walteri de Coventria, William A. Stubbs (éd.), Londres, Longman (Rolls Series), 1 (...)
  • 49 Gesta Stephani, Kenneth R. Potter (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1973, p. 41-43.

14Il me semble qu’on ne peut cependant pas aller jusqu’à affirmer ici, comme l’a fait Althoff pour les soumissions dans l’Allemagne du XIIe siècle, arrangées par des intermédiaires de confiance, que « les comportements étaient pour chaque situation décidés au préalable, tous les gestes étaient prédéterminés et cautionnés par les médiateurs »45. Car s’agissant d’hommes perçus comme des rebelles, mais qui se soumettent finalement au roi, on ne pouvait présumer de l’inévitabilité de la clémence, en particulier si un château avait été pris d’assaut, ce qui, techniquement, selon les règles de la guerre, octroyait au vainqueur le droit de vie ou de mort sur les personnes qui s’y trouvaient. Une dose de peur et d’incertitude était en outre nécessaire afin de donner plus de force et de crédit au débat. Le roi étudiait sans doute soigneusement l’état d’esprit de l’assemblée, et, bien que la grâce fût le plus souvent obtenue, dans certains cas, la supplication des vaincus restait vaine. À Shrewsbury, en 1138, par exemple, le roi Étienne fit pendre Arnulf d’Hesdin et 92 autres personnes, y compris des chevaliers et des nobles46, et à Bedford, en 1224, Henri III fit pendre Guillaume de Bréauté et quelque 80 chevaliers et sergents, bien qu’ils se fussent jetés aux pieds du roi pour demander grâce47. Selon les querimonia de Fawkes de Bréauté, l’archevêque Étienne Langton, « se comportant non en pasteur du pays mais en tyran », n’était pas intervenu en leur faveur, mais avait au contraire encouragé le roi à agir avec fermeté48. Il est important de garder en mémoire le fait que toutes les interventions ne visaient pas la clémence. Ajoutons qu’à la suite du siège d’Exeter en 1136, Henri de Blois, évêque de Winchester, insista pour que son frère, le roi Étienne, fasse exécuter les rebelles à titre d’exemple, « pour décourager les autres » ; le chevaleresque Étienne refusa toutefois, et ce bien imprudemment49.

  • 50 Orderic Vital, t. III, p. 132-135.
  • 51 Radulphi de Coggeshall Chronicum Anglicanum, Joseph Stevenson (éd.), Londres, Longman (Rolls Series (...)
  • 52 Frederick M. Powicke, The Loss of Normandy, p. 151-154.

15En outre, si la demande de pardon des rebelles n’était pas jugée suffisamment honteuse en soi, le roi pouvait parfois choisir d’humilier délibérément ses adversaires, à des degrés divers. Ainsi, en 1088, Guillaume le Roux ordonna de sonner les trompettes royales lorsque la garnison vaincue de son oncle Odon de Bayeux quitta le château de Rochester, « comme il est de coutume lorsqu’un ennemi est vaincu et qu’une place forte est prise par les armes ». Odon considérait apparemment cela comme si honteux qu’il supplia son neveu de l’en dispenser, mais Guillaume refusa catégoriquement, déclarant qu’il ne lui accorderait pas cette faveur même pour un millier de marcs d’or50. Bien plus sérieuse encore fut l’humiliation infligée par le roi Jean aux seigneurs poitevins à la suite de sa victoire de Mirebeau en 1202 : il les fit alors transporter vers divers châteaux, non seulement enchaînés, mais encore dans des charrettes51. Un mode de transport aussi ignoble aura sans doute rappelé aux contemporains le tombereau de la potence, et la charrette de la honte sur laquelle est transporté Lancelot dans Le Chevalier de la Charrette de Chrétien de Troyes, certainement associée par la foule à quelque crime honteux, entre autres la trahison. Cette mise en scène, et le mauvais traitement qui s’ensuivit pour les prisonniers en captivité, transgressait nettement les normes de conduite admises et fit perdre au roi les immenses gains potentiellement liés à son triomphe52. Il n’y avait là aucune tentative pour « sauver la face » comme celles qui se trouvent au centre du règlement du conflit ottonien observé par Althoff, car le désir royal d’affirmer ou de réaffirmer son autorité pouvait l’emporter sur la pratique d’une pénitence décidée d’un commun accord.

  • 53 Gesta Henrici, t. I, p. 67 et 72-73.
  • 54 Jordan Fantosme’s Chronicle, Ronald C. Johnston (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1981, p. 70 (...)
  • 55 Gesta Henrici, t. I, p. 73.
  • 56 Anglo-Scottish Relations, 1174-1328, Édouard L. G. Stones (éd.), Londres, Nelson, 1965 (réimpressio (...)

16Même à Henri II, généralement considéré comme un roi magnanime, il arrivait occasionnellement de choisir d’humilier ses plus grands adversaires. Après sa capture à Alnwick le 13 juillet 1174, Guillaume le Lion, Roi des Écossais, fut amené à Henri II le 31 juillet, à Northampton, les pieds enchaînés sous la panse de son cheval53. Pour un roi et « un chevalier bon et de grand vasselage » comme l’appelle Jordan Fantosme54, cela constituait une disgrâce et une humiliation significatives. Mais on ne peut considérer comme une coïncidence le fait que Guillaume fût amené à Henri dans un château royal d’une certaine importance, où l’armée victorieuse était rassemblée, et, comme le rappelle Roger d’Howden, le jour même où bien des seigneurs rivaux venaient se soumettre au roi. Les connétables du comte de Leicester vinrent également livrer les châteaux de Leicester, Mountsorrel, et Groby au nom de leur seigneur captif : Roger de Mowbray livra Thirsk ; le comte Ferrers, Tutbury et Duffield, alors qu’Hugues de Puiset livrait Durham, Alverton, et Norham. L’humiliation de Guillaume apparut ainsi pleinement à ses anciens alliés55. Le prix de sa libération fut le Traité de Falaise, qui stipulait la soumission féodale non équivoque de l’Écosse aux rois d’Angleterre, et qui fut confirmé en août 1175 quand, en la cathédrale Saint-Pierre d’York, le roi Guillaume, son frère David et la communauté politique écossaise jurèrent publiquement hommage et fidélité à Henri II et au jeune roi. Le Traité de Falaise fut ensuite lu à haute voix et Guillaume et David y appliquèrent leur sceau56.

  • 57 Édouard L. G. Stones, Anglo-Scottish Relations…, p. 204-205, et p. 204, note 1. Autour de 1170, un (...)
  • 58 Michael T. Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307, 2e édition, Oxford, Blackwell (...)
  • 59 Mayke De Jong, « Power and Humility in Carolingian Society : the Public Penance of Louis the Pious  (...)

17Ce ne fut probablement pas non plus le seul acte de soumission accompli par Guillaume. Ainsi, une lettre de 1301 adressée au Pape Boniface VIII, rédigée au nom d’Édouard par les dignitaires d’Angleterre, révélait qu’à York, en 1175, « en symbole de sa soumission », Guillaume le Lion avait « offert en présent, sur l’autel de Saint-Pierre d’York, son casque (capellum), sa lance et sa selle, qui y restèrent et sont encore aujourd’hui conservés dans cette église »57. Ce n’est pas une coïncidence si nous avons appris l’existence de ce rituel grâce à la chancellerie d’Édouard, qui s’intéressait tout particulièrement à l’obtention de preuves de la soumission des rois écossais, mais il est remarquable qu’après plus d’un siècle Saint-Pierre ait conservé des armes votives attribuées au roi des Écossais. Dans le courant des XIe et XIIe siècles, la majeure partie des dons d’armes, d’armures et de bannières aux églises, sont des offrandes faisant suite à une victoire, et non à une défaite (une selle fait aussi partie des ornements placés sur la tombe d’Henri V à l’abbaye de Westminster). Des épées pouvaient également être placées sur l’autel en signe de don de propriété, et, dans le cas des conversi, en signe de renoncement au monde58. Cependant le geste de rendre les armes et tout autre équipement de haut rang sur l’autel en signe de pénitence, de soumission politique ou de renonciation au pouvoir, est attesté pendant la période carolingienne ; le cas le plus connu est celui de Louis le Pieux : on dit qu’en 833 il laissa ses armes sur l’autel Saint-Médard de Soissons, avec une liste manuscrite de ses crimes, et reçut en échange sa robe de pénitent59. Guillaume le Lion ne renonçait certainement ni au monde ni au port des armes, mais la présence d’une selle à cet endroit pourrait bien faire écho à de précédentes punitions comportant le port d’une selle comme symbole de soumission ; après tout, il lui aura fallu porter la selle jusqu’à l’autel.

  • 60 The Chronicle of Bury St Edmunds, 1212-1301, Antonia Gransden (éd.), Londres, Nelson, 1964, p. 38-3 (...)

18Les Chroniques de Bury affirment qu’en 1267, des partisans de Montfort, qui agissaient depuis l’Ile d’Ely, offrirent réparation pour avoir volé des chevaux sur les terres de l’abbaye de Saint-Edmond en ramenant les chevaux à l’autel et « en reconnaissance de leur impiété, ils offrirent au saint martyr les épées qu’ils avaient si inconsciemment tirées au mépris de sa liberté »60. De même, se pourrait-il que Guillaume ait voulu offrir une sorte d’expiation pour les ravages commis par les Écossais en 1173-1174 dans l’archidiocèse de York ? Comme le remarque Althoff :

les limites entre l’expiation, la pénitence et la réparation ne sont pas claires et il nous faut garder en mémoire l’omniprésence de l’aspect théologique de la pénitence et de la réparation au Moyen Âge.

  • 61 Histoire des Ducs de Normandie et des Rois d’Angleterre, Francisque Michel (éd.), Paris, Société de (...)
  • 62 Walter of Coventry, t. II, p. 266-269.

19En fait, dans certains cas, quand un adversaire avait été excommunié, la pénitence requise avant l’absolution ajoutait une dimension supplémentaire à la reddition politique. Au traité de paix, conclu en septembre 1217, près de Kingston-upon-Thames, Louis de France fut obligé de comparaître, pour recevoir l’absolution mettant fin à son état d’excommunié, devant le légat Guala et le clergé anglais assemblé, pieds nus, vêtu seulement de sous-vêtements de laine et du manteau de laine du pèlerin61. De même, en 1224, Fawkes de Bréauté se livra à la merci du roi et subit une pénitence humiliante avant d’être absout de son excommunication par Stephen Langton62.

  • 63 Frank Barlow, Thomas Becket, Londres, Weidenfeld and Nicolson, 1986, p. 4-6 et 268-270 ; Wilfrid L. (...)

20Voilà ce qui nous ramène à Henri II, et aux raisons pour lesquelles il se montra si sévère à l’égard de Guillaume le Lion. Comme on le sait, pour expier le meurtre de Becket, Henri dut faire un pèlerinage à pied en juin 1174 à la cathédrale de Cantorbéry, où il fut flagellé par les moines et où il dut passer toute la nuit en prières auprès du tombeau du saint martyr. Le fait que Guillaume le Lion ait été capturé le lendemain même de ces événements, que ce soit pure coïncidence ou non, fut pour les contemporains du roi un signe très clair du pardon de saint Thomas Becket envers son ancien ami63. Henri avait accepté l’humiliation ; mais une fois la révolte passée et Guillaume entre ses mains, c’était au tour de son ennemi de souffrir l’humiliation. Et pourquoi pas, en effet ? Rappelons que Becket s’était montré l’ennemi implacable des Écossais.

  • 64 Grant Simpson, « Why was John Balliol called Toom Tabard ? », Scottish Historical Review, XLVII, 19 (...)
  • 65 Voir, par exemple, Josiah C. Russell, « The Canonization of Opposition to the King in Angevin Engla (...)

21L’espace me manque pour prolonger cette présentation jusqu’à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle, lesquels furent témoins d’un profond changement dans le traitement des adversaires aristocratiques. Car avec les exécutions, ordonnées par Édouard Ier, de David ap Gruffyd en 1283, de William Wallace en 1305, du comte d’Athol et d’autres partisans de Robert Bruce en 1306, on observe le développement d’un nouveau théâtre terrible de l’humiliation et de l’exécution, dans lequel l’affirmation symbolique de l’autorité royale ne se concentrait plus sur la soumission des nobles rebelles (et par extension sur leur réhabilitation politique), mais sur le spectacle humiliant de leur transport jusqu’à l’échafaud, de leur exécution publique et de la mutilation rituelle de leur corps. De telles évolutions étaient intimement liées aux tentatives d’Édouard Ier pour transformer sa suzeraineté sur les rois anglais en Grande-Bretagne, jusqu’alors principalement symbolique, en une réalité politique et militaire. Comme nous l’avons vu, Édouard était pleinement conscient du précédent constitué par les soumissions de Guillaume le Lion à Henri II à Falaise et à York. Mais quand, en 1296, il envahit l’Écosse avec succès, il ne se contenta pas d’accepter la capitulation de son roi, John Balliol, mais dans un geste marquant de symbolisme impérial, il dépouilla Balliol de ses insignes royaux, qui furent envoyés à l’Abbaye de Westminster comme trophée, le déposa, et tenta de mettre fin à toute lignée royale écossaise séparée64. D’aucuns pourraient affirmer qu’Henri II n’était pas moins puissant qu’Édouard Ier, mais il n’aurait jamais envisagé de déposer Guillaume le Lion, non plus qu’il n’aurait imaginé la conquête de l’Île-de-France. Henri II et ses nobles auraient sans aucun doute été horrifiés par les exécutions brutales ordonnées par Édouard Ier et ses successeurs, et les auraient considérées comme un signe de faiblesse politique plutôt que de puissance. Qui plus est, la mise à mort des adversaires principaux, comme le savait très bien Henri, pouvait susciter des martyrs, plus puissants dans la mort que dans la vie65.

Notes

1 Je remercie vivement mes collègues, le Dr Graeme Small, le Dr Stuart Airlie et Mme Joan Brou-Collins, de l’aide qu’ils m’ont apportée pour cette communication.

2 John Gillingham, « 1066 and the Introduction of Chivalry into England », in Law and Government in Medieval England. Essays in Honour of Sir James Holt, George Garnett et John Hudson (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 31-55.

3 John Gillingham, « Killing and Mutilating Political Enemies in the British Isles from the Late Twelfth to the Early Fourteenth Century : A Comparative Study », in Britain and Ireland, 900-1300 : Insular Responses to Medieval European Change, Brendan Smith (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 114-134 ; voir aussi Matthew J. Strickland, « Slaughter, Slavery or Ransom : the Impact of the Conquest on the Conduct of Warfare’ », in England in the Eleventh Century. Proceedings of the 1990 Harlaxton Symposium, Carola Hicks (éd.), Stamford, Paul Watkins Press, 1992, p. 41-60.

4 Pour le bannissement, voir Elisabeth Van Houts, « L’exil dans l’espace anglo-normand », in La Normandie et l’Angleterre au Moyen Âge, Pierre Bouet et Véronique Gazeau (éd.), Turnhout, Brepols, 2003, p. 117-127, et Exile in the Middle Ages, Laura Napran et Elisabeth Van Houts (éd.), Turnhout, Brepols, 2004.

5 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis (Orderic), Marjorie Chibnall (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1969-1980, 6 t., t. IV, p. 128-135.

6 John R. Maddicott, Simon de Montfort, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 342-343 ; John R. S. Phillips, « Simon de Montfort (1265), the Earl of Manchester (1644), and Other Stories : Violence and Politics in Thirteenth and Early Fourteenth Century England », in Violence in Medieval Society, Richard W. Kaeuper (éd.), Woodbridge, Boydel and Brewer, 2000, p. 79-90.

7 John Bellamy, The Law of Treason in England in the Later Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 1970, p. 23-39.

8 John Bellamy, The Law of Treason, p. 35-46 (p. 39) ; Michael Prestwich, Edward I, Londres, Methuen, 1988, p. 508-509 ; Matthew J. Strickland, « A Law of Arms or a Law of Treason ? Conduct in War in Edward I’s Campaigns in Scotland, 1296-1307 », Violence in Medieval Society, p. 39-78.

9 Geoffrey Koziol, Begging Pardon and Favour : Ritual and Political Order in Early Medieval France, Ithaca (N. Y.), Cornell University Press, 1992 ; pour la pénitence, voir Mayke de Jong, « Transformations of Penance », Rituals of Power. From Late Antiquity to the Early Middle Ages, Frans Theuws et Janet L. Nelson (éd.), Leyde, Brill, 2000, p. 185-224.

10 Gerd Althoff, « Satisfaction. Peculiarities of the Amicable Settlement of Conflicts in the Middle Ages », in Ordering Medieval Society : Perspectives on Intellectual and Pratical Modes of Shaping Social Relation, Bernhard Jussen (éd.), Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2001, p. 271-272. Pour la colère royale, voir aussi Gerd Althoff, « Ira Regis : Prolegomena to a History of Royal Anger », Anger’s Past. The Social Uses of an Emotion in the Middle Ages, Barbara Rosenwein (éd.), Ithaca, N. Y., Cornell University Press, 1998, p. 59-74.

11 Gerd Althoff, « Das Privileg der deditio ; Formen gütlicher Konfliktbeendigung in der mittelalterlichen Adelsgesellschaft », dans Gerd Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter : Kommunikation in Frieden und Fehde, Darmstadt, Primus Verlag, 1997, p. 99-125.

12 Jessica Hemming, « Sellam Gestare : Saddle-Bearing Punishments and the Case of Rhiannon », Viator, XXVIII, 1997, p. 45-64.

13 The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumièges, Orderic Vitalis and Robert of Torigny, Elisabeth Van Houts (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1992-1995, 2 t., t. II, p. 50-51.

14 Jessica Hemming, « Sellam Gestare… », p. 46 et 53.

15 Jessica Hemming, ibid., p. 49-53, a démontré aussi que des exemples de hamiscara existaient aux Pays-Bas aux XIIIe et XIVe siècles ; et Bernd Schwenk, « Das Hundetragen : ein Rechtsbrauch im Mittelalter », Historisches Jahrbuch, CX, 1990, p. 289-308.

16 Wace, par exemple, dans le Roman de Rou, dit à propos de la soumission d’Hugues de Chalons que « […] ceo esteit custume a cel jour de querre merci a seignur » (Le Roman de Rou de Wace, Anthony J. Holden (éd.), Paris, Société des Anciens Textes Français – Picard, 1970-1973, v. 2187-2194).

17 De gestis regum Anglorum, Roger A. B. Mynors, Rodney M. Thomson et Michael Winterbottom (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1998-1999, 2 t., t. I, p. 436-437, t. II, p. 226 ; et sur cette histoire, Bernard Bachrach, Fulk Nerra, the Neo-Roman Consul, 987-1040, Berkeley – Los Angeles – Londres, University of California Press, 1993, p. 220-226 et 230-236.

18 Orderic Vital, t. III, p. 111-113.

19 Gesta regis Henrici secundi Benediciti abbas (Gesta Henrici), William Stubbs (éd.), Londres, Longman (Rolls Series), 1867, 2 t., t. I, p. 76 : Richard venit lacrymans et cecidit in faciem suam pronus in terram, ante pedes regis patris sui, veniam ab eo postulans. Rex vero, paterna pietate commotus, recepit eum in dilectione et pacis osculo.

20 Gesta Henrici, t. I, p. 79. Néanmoins, il l’accepta par la suite en avril 1175 (ibid., t. I, p. 82).

21 Anglo-Saxon Chronicle, « D », s. a. 1076, dans English Historical Documents, II, David C. Douglas et George W. Greenway (éd.), 2e édition, Londres, Eyre Methuen, 1981, p. 163 ; Orderic Vital, t. II, p. 310-323.

22 Orderic Vital, t. VI, p. 30-31 ; Esther Cohen, The Crossroads of Justice ; Law and Culture in Late Medieval France, Leyde, Brill, 1993, p. 163 ; « People sentenced to an amende honorable were to accuse themselves loudly through the term of their punishment. This ceremony, so common as to be performed almost daily, was the cornerstone of shame and atonement rituals. »

23 Guillaume de Malmesbury, Gesta regum, t. I, p. 718-719.

24 Orderic Vital, t. VI, p. 28-29.

25 Ibid., p. 22-23 et 26-29.

26 Matthew J. Strickland, War and Chivalry. The Conduct and Perception of War in England and Normandy, 1066-1217, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 247-254.

27 Gerd Althoff, « Satisfaction », 275.

28 Ibid., p. 272.

29 The Historical Works of Gervase of Canterbury, William Stubbs (éd.), Londres, Longman (Rolls Series), 1879-1880, 2 t., t. I, p. 161-162.

30 Chronica Rogeri de Hoveden (Rolls Series), William Stubbs (éd.), Londres, Longman (Rolls Series), 1868-1871, 4 t., t. III, p. 238.

31 Chronica Rogeri de Hoveden, t. III, 238-240 ; Trevor Foulds, « The Siege of Nottingham Castle in 1194 », Transactions of the Thoroton Society of Nottinghamshire, XCV, 1991, p. 20-27 ; Matthew J. Strickland, « The “Bones of the Kingdom” and the Treason of Count John », in Culture politique des Plantagenêt (1154-1224) (Actes du colloque de Poitiers, 2-5 mai 2002), Martin Aurell (éd.), Poitiers, Publications de l’Université de Poitiers – Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, 2003, p. 143-172 et 159-162.

32 Wilfrid E. Wightman, The Lacy Family in England and Normandy, 1066-1194, Oxford, Oxford University Press, 1966, p. 82, note 24.

33 Chronica Rogeri de Hoveden, t. III, p. 240-243 ; John Appleby, England Without Richard, Londres, Bell, 1965, p. 127 ; Matthew Strickland, « The “Bones of the Kingdom”… », p. 163.

34 The Chronicle of Robert of Torigni, R. Howlett (éd.), in Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry II and Richard Ier, Londres, Longman (Rolls Series), 4 t., 1884-1889, t. IV, p. 228 et 236-237 ; Gesta Henrici, t. I, p. 82-83 et 110.

35 Gesta Henrici, t. I, p. 124.

36 Charles Coulson, « Cultural Realities and Reappraisals in English Castle-Study », Journal of Medieval History, XXII, 1996, p. 171-207 ; Charles Coulson, « Peacable Power in Norman Castles’ », Anglo-Norman Studies, XXIII, 2001, p. 69-95 ; et Charles Coulson, Castles in Medieval Society ; Fortresses in England, France and Ireland in the Central Middle Ages, Oxford, Oxford University Press, 2003. Pour la tour maîtresse, voir Jean Mesqui, Châteaux forts et fortification en France, Paris, Picard, 1997, p. 383-386.

37 Heinrich Fichtenau, Lebensordnung des 10. Jahrhunderts : Studien über Denkart und Existenz im einstigen Karolingerreich, Stuttgart, Anton Hiersemann, 1984, traduit par Patrick J. Geary, sous le titre Living in the Tenth Century. Mentalities and Social Orders, Chicago – Londres, Chicago University Press, 1991, p. 44-45.

38 Orderic Vital, t. II, p. 212-215.

39 Matthaei Parisiensis, monachi Sancti Albani, Chronica Majora, Henry R. Luard (éd.), Londres, Rolls Series, 1872-1883, 7 t., t. III, p. 265.

40 Chronica de Mailros, Joseph Stevenson (éd.), Édimbourg, Bannatyne Club Publications, 1835, p. 145-146.

41 Flores Historiarum, Henry R. Luard (éd.), Londres, 1890, 3 t., t. III, p. 120.

42 Chronique de Jean le Bel, Jules Viard et Eugène Déprez (éd.), Paris, Renouard – Société de l’histoire de France, 1904-1905, 2 t., t. II, p. 164-168 ; Chroniques de Jean Froissart, Siméon Luce (éd.), Société de l’histoire de France, Paris, Renouard, 1869-1975, 15 t., t. IV, p. 60-63 ; Gesta Henrici Quinti, Frank Taylor et John S. Roskill (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1975, p. 52-53.

43 Chronique de Jean le Bel, t. II, p. 166-167 ; Chroniques de Jean Froissart, t. IV, p. 60-63 ; cf. aussi Jean-Marie Moeglin, « Von der richtigen Art zu kapitulieren : Die sechs Bürger von Calais (1347) », in Krieg im Mittlealter, Hans-Henning Kortüm (éd.), Berlin, Akademie Verlag, 2001, p. 141-166.

44 Matthew Strickland, « A Law of Arms or a Law of Treason ?… », p. 73-76.

45 Gerd Althoff, « Satisfaction… », p. 273.

46 Orderic Vital, t. VI, p. 520-522.

47 Kate Norgate, The Minority of Henry III, Londres, Macmillan, 1912, p. 244 et 296-299.

48 Memoriale fratris Walteri de Coventria, William A. Stubbs (éd.), Londres, Longman (Rolls Series), 1873, 2 t., t. II, p. 267-268.

49 Gesta Stephani, Kenneth R. Potter (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1973, p. 41-43.

50 Orderic Vital, t. III, p. 132-135.

51 Radulphi de Coggeshall Chronicum Anglicanum, Joseph Stevenson (éd.), Londres, Longman (Rolls Series), 1875, p. 137-138 ; Matthaei Parisiensis, monachi Sancti Albani, Chronica Majora, t. II, p. 479 ; Frederick M. Powicke, The Loss of Normandy, 2e édition, Oxford Oxford University Press, 1963, p. 151 et note 144.

52 Frederick M. Powicke, The Loss of Normandy, p. 151-154.

53 Gesta Henrici, t. I, p. 67 et 72-73.

54 Jordan Fantosme’s Chronicle, Ronald C. Johnston (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1981, p. 709-710.

55 Gesta Henrici, t. I, p. 73.

56 Anglo-Scottish Relations, 1174-1328, Édouard L. G. Stones (éd.), Londres, Nelson, 1965 (réimpression Oxford, Oxford University Press, 1970, p. 1-11) ; Gesta Henrici, t. I, p. 94-99 ; Alan O. Anderson, Early Sources of Scottish History, A. D 500 to 1286, Édimbourg, Oliver and Boyd, 1922, 2 t. (réimpression Stamford, Paul Watkins Press, 1990, t. II, p. 292-295).

57 Édouard L. G. Stones, Anglo-Scottish Relations…, p. 204-205, et p. 204, note 1. Autour de 1170, un chroniqueur de Ramsay crut que figurait dans le trésor royal l’épée du roi Athelstan, avec laquelle il avait vaincu les Écossais et les Scandinaves à Brunanburgh en 937 (Chronicon abbatiae Ramaseiensis, William D. Macray (éd.), Londres, Longman (Rolls Series), 1886, p. 16).

58 Michael T. Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307, 2e édition, Oxford, Blackwell, 1993, p. 39-40.

59 Mayke De Jong, « Power and Humility in Carolingian Society : the Public Penance of Louis the Pious », Early Medieval Europe, I, 1992, p. 29-52.

60 The Chronicle of Bury St Edmunds, 1212-1301, Antonia Gransden (éd.), Londres, Nelson, 1964, p. 38-39.

61 Histoire des Ducs de Normandie et des Rois d’Angleterre, Francisque Michel (éd.), Paris, Société de l’histoire de France – Renouard, 1840, p. 204-205 ; L’Histoire de Guillaume le Maréchal, Paul Meyer (éd.), Paris, Renouard – Société de l’histoire de France, 1891-1901, 3 t., t. II, p. 276, v. 17704-17716.

62 Walter of Coventry, t. II, p. 266-269.

63 Frank Barlow, Thomas Becket, Londres, Weidenfeld and Nicolson, 1986, p. 4-6 et 268-270 ; Wilfrid L. Warren, Henry II, Londres, Eyre Methuen, 1973, p. 135.

64 Grant Simpson, « Why was John Balliol called Toom Tabard ? », Scottish Historical Review, XLVII, 1968, p. 196-199 ; Edward L. G. Stones et Margaret N. Blount, « The Surrender of King John of Scotland to Edward in 1296 : Some New Evidence », Bulletin of the Institue of Historical Research, XLVIII, 1975, p. 94-106 ; Michael C. Prestwich, « The English Campaign in Scotland and the surrender of John Balliol : Some Supporting Evidence », Bulletin of the Institue of Historical Research, XLIX, 1976, p. 135-138 ; Michael C. Prestwich, Edward I, p. 473-474.

65 Voir, par exemple, Josiah C. Russell, « The Canonization of Opposition to the King in Angevin England », in Haskins Anniversary Essays, Charles H. Taylor et Jonh L. La Monte (éd.), Boston – New York, Houghton Miffllin, 1929, p. 279-290 ; J. W. McKenna, « Popular Canonization as Political Propaganda : the Cult of Archbishop Scrope », Speculum, XLV, 1970, p. 608-623 ; S. Walker, « Political Saints in Later Medieval England », in The McFarlane Legacy. Studies in Late Medieval Politics and Society, Richard H. Britnell et Anthony J. Pollard (éd.), Stroud, Sutton, 1995, p. 77-106.

Auteur

Université de Glasgow

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540