Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (xe-xviiie siècle)

 | 
Catherine Bougy
, 
Sophie Poirey

Contestations dans le monde normand médiéval (xie-xiie siècle). Normandie ducale – Italie – Angleterre – Monde scan

L’image des Plantagenêts dans l’historiographie italo-normande : Richard Cœur de Lion dans l’œuvre de Pierre d’Éboli

Edoardo D’Angelo
Traduction de Gianluca Gurnari

Texte intégral

  • 1 Les deux éditions les plus importantes sont : Giovanni Battista Siragusa (éd.), Liber ad honorem Au (...)

1Le Liber ad honorem Augusti (connu aussi comme le De rebus Siculis) de Pierre d’Éboli (probablement le médecin personnel de l’empereur Henri VI de Souabe)1 est la seule œuvre historiographique qui traite du passage de la monarchie normande à la monarchie souabe. Dédié à l’empereur souabe, ce texte se présente sous la forme d’un poème épico-historique : 837 distiques élégiaques. On y célèbre la longue et victorieuse revendication du Royaume de Sicile menée par l’empereur et sa femme Constance, fille du roi normand de Sicile Roger II de Hauteville (mort en 1154), contre Tancrède de Lecce, couronné roi par le parti normanophile à l’occasion de la mort de son cousin Guillaume II, décédé sans héritiers en 1189. La période de rédaction du Liber est délimitée par Theo Kölzer entre la fin de 1194, année de la victoire d’Henri VI sur Tancrède, et septembre 1197, étant donné que l’empereur souabe mourut le 28 de ce même mois.

  • 2 Cf., pour tous, Massimo Miglio, « Momenti e modi di formazione del Liber ad honorem Augusti », in S (...)

2Le texte est contenu dans un seul et unique manuscrit, le 120. II de la Burgerbibliothek de Berne. Il s’agit d’un manuscrit exceptionnel, car il intercale de manière ordonnée le texte et les miniatures qui l’illustrent : le texte est divisé en 52 particulae composées, en moyenne, d’une cinquantaine de vers chacune (et qui sont toujours placés au verso du feuillet), le recto de chacune d’elles présentant une ou plusieurs images ; de surcroît, il s’agit d’un manuscrit, au moins en partie autographe (peut-être un exemplaire destiné à être offert à l’empereur, qui s’est transformé ensuite en copie de travail), où les images s’intègrent parfaitement à la poésie et ont certainement été conçues, sinon matériellement exécutées, par le poète lui-même2.

  • 3 Il n’y a, à notre connaissance, comme étude précise, que celle de Thomas Gärtner, « Zu den klassisc (...)
  • 4 À part la traduction allemande, dans le volume de mélanges de Sigmaringen, cf. Francesco de Rosa, P (...)

3L’œuvre a eu trois bonnes éditions, et les études iconographiques et codicologiques ont été nombreuses. En revanche, les travaux portant sur ses aspects purement littéraires ou sur ses sources3 n’ont pas abondé, et il n’existe pas de commentum continuum du texte ; les traductions sont également insuffisantes4.

  • 5 Par exemple, le surprenant manque d’allusions à la mort de Tancrède et à l’élection de son fils Gui (...)
  • 6 Cf., entre autres, Fulvio Delle Donne, « Dai Normanni agli Svevi. La tradizione propagandistica nel(...)

4Le Liber ad honorem Augusti est une œuvre extraordinairement « littéraire ». Pierre est un versificateur adroit et très cultivé, et il possède une remarquable mémoire culturelle des écrivains et poètes classiques, chrétiens et médiévaux, ainsi que des poètes de son époque. Ce caractère « poétique » du texte est attesté clairement par l’omission ou l’exagération de faits, de situations et de personnages5. L’exaltation indiscutable d’Henri et de Constance6 et la ridiculisation systématique de Tancrède (dimidiatus homo, semivir, simia), de sa femme Sibylle (Tancredi miseri miserabilis uxor) et du chancelier du royaume, Matteo D’Aiello (bigamus) sont évidentes ; si cela nuit au crédit que l’on peut apporter à ce poème en tant que document historique, cela en représente aussi l’élément le plus notable sur le plan artistique, en donnant à la narration une extraordinaire vis satirique et symbolique. On remarque l’aspect satirique surtout aux livres I et II, le troisième étant presque exclusivement panégyrique.

  • 7 Cf. les miniatures des feuillets 99ro, 102ro, 103ro, 104ro, 118ro, 127ro, 128ro, 130ro, etc.

5L’élément satirique, plus que dans le texte, est évident dans les miniatures. Une bonne partie des attaques caricaturales les plus féroces se situe dans l’appareil iconographique, et non dans les vers. Il est intéressant de noter que de nombreuses attaques satiriques à l’encontre des représentants du parti de Tancrède font allusion à des aspects pathologiques ou du moins médicaux7.

  • 8 Pour ce qui concerne le séjour de Richard en Sicile, cf. aussi Henri Bresc, « Excalibur en Sicile » (...)

6Parmi les événements de la période 1190-1195, Pierre d’Éboli raconte un célèbre épisode, qui s’est d’ailleurs passé loin de la Sicile, en Allemagne : la capture, l’emprisonnement et la libération par Henri VI, du roi d’Angleterre Richard Ier Plantagenêt (1189-1199). Richard, qui est apparenté aux rois normands de Sicile (il est le frère de la veuve de Guillaume II, Giovanna), ne participe pas directement à la guerre entre Tancrède et Henri ; il est toutefois le protagoniste d’un séjour mouvementé à Messine (de septembre 1190 à avril 1191), pendant la traversée qui le mène d’Angleterre en Terre Sainte, pour la 3e Croisade8. À ce personnage et à son histoire est consacrée, dans le Liber ad honorem Augusti, toute la particula 34 (v. 1047-1088) :

< Particula XXXIV : Rex Anglie captus, liber absolvitur >
Cesaris ut fugeret leges tuus, Anglia, princeps,
Turpis ad obsequium turpe minister erat.
Quid prodest versare dapes, servire culine ?
Omnia, que fiunt, Cesar in orbe videt.
Rex sub veste latens, male nam vestitus ut ospes,
Captus defertur Cesaris ante pedes.
Cesar cesareum vocat ad se more senatum,
Conveniens regem talia questus ait :
« Quis tibi posse dedit, nostrum saturate cruoris,
Nostros nocturna perdere fraude duces ?
Parco tibi, iam liber eas in sanguinis haustum !
Nam tua Jerusalem dextra redemit humum.
Spectat adhuc certe reditus Trinacria nostros,
Que tibi sub falso munere preda fuit.
Nam fallis miserum sola formidine regem,
Dissimulans bellum, iura sororis agens.
Te postquam vicit multo Tancredus in auro,
Ausus es in nostrum ius peribere fidem. »
Rex ita respondit, tollens ad sidera palmas :
« A meritis », inquit, « collige digna, deus !
O deus omnividens hominum, qui cernis abyssum,
Qui mare, qui terras concutis, astra legis,
Quam bene respondes pacientibus ardua pro te :
Sic tuus emeruit miles ab hoste capi ! »
Hinc ait : « O Cesar, quod opus, que causa, quis actus
Me nunc incusant ? Rem modo causa ferat.
Sum reus ? – Auctor abest nec adest, sed abesse necesse est ;
Quisquis erit, vires regis et arma probet.
Salva pace tua, veniat, qui pugnet et instet
Obiectis, faciens ensis utrique fidem.
An pugnare meo solus cum Cesare veni ?
Absit ! In hac humili veste quis arma movet ?
Et si cum domino mundi pugnare licebit,
Unde michi veniet miles et unde pedes ?
O decus inperii, nec me sine iudice dampnes,
Nam tua iudicii crimine iura carent.
Me tibi committens, tuus oro mitius in me,
Quam meritum nostri postulet, ensis agat ».
Flectitur hac humili prece, quem non mille talenta
Nec summi potuit flectere carta patris.
Imperio postquam iurans se subdidit, inquit :
« Vivat in eternum lux mea, liber eo ».

7Pour échapper à la loi de l’empereur, Richard, qui rentrait dans sa patrie après la 3e Croisade (déguisé en marmiton ou en pèlerin), avec quelques compagnons, voyage à travers les terres impériales. Mais, non loin de Vienne, il est arrêté et remis à Henri, empereur d’Allemagne. Celui-ci emprisonne Richard et lui intente un procès, du chef des accusations suivantes : s’être taché du sang d’Allemands, avoir trompé les condottiere allemands lors d’une action nocturne, avoir sévi en Sicile pendant son séjour à Messine, en réduisant sous son emprise le faible roi (Tancrède). Richard répond en se déclarant innocent et en demandant pardon à l’empereur. Henri lui pardonne et le libère.

  • 9 L’intérêt des Anglais et des Siciliens pour leurs dynasties et rois réciproques apparaît entre autr (...)

8Cet événement, très célèbre, est connu grâce à de nombreuses sources contemporaines. Il est donc utile pour améliorer l’image et la considération du roi anglais auprès de ses contemporains, habitants d’un royaume à la dynastie normande (apparentée aux Plantagenêts), mais à un moment où elle va passer à la Maison souabe9.

  • 10 Un exemple au v. 1073 : Sum reus ? Auctor abest nec adest, sed abesse necesse est. Siragusa, p. 75- (...)

9Il n’existe pas d’études spécifiques sur la particula 34. L’opinion commune est que Pierre d’Éboli ridiculise la figure du roi d’Angleterre face à l’empereur allemand et minimise son importance. Mais les interprétations doivent être considérées à la lumière des instruments philologiques, en évitant les jugements apodictiques. Il faut plonger dans le détail de chacune des expressions (dont certaines n’ont pas encore été vraiment éclairées à ce jour, et qui nécessitent peut-être des ajustements textuels)10 et des sources littéraires qui en sont la base, pour définir l’attitude du poète face à cet épisode, et la figure de Richard en particulier.

  • 11 Enrico Pispisa, « Storia politica e ideologia nel « Carmen » di Pietro da Eboli », in Medioevo Frid (...)

10Pour plus de commodité, le discours concernant la particula 34 est ici divisé : d’un côté, l’analyse iconographique (de la miniature du fo 129 ro, qui illustre et accompagne la particula), de l’autre, l’analyse textuelle de la particula elle-même11. On aboutira à un jugement général dans lequel est remarquablement atténué le jugement de totale aversion de la part de Pierre envers Richard.

La particula 34 : la miniature (f° 129 r°)

11On a déjà remarqué avec quelle terrible vis satirique Pierre traite, même dans les illustrations, les adversaires d’Henri VI.

12Mais pour les images que l’on trouve dans le chapitre concernant Richard, nous sommes dans un cadre général différent : l’image du roi d’Angleterre n’est pas celle d’un « ennemi », et l’atmosphère des deux épisodes est sereine et presque solennelle :

13Dans les deux plans composant le tableau, le dessin de Richard apparaît quatre fois ;

14même déguisé en pèlerin, et en hospes, et bien que dans le texte il se dise lui-même male vestitus (v. 1051), ses habits sont plus que convenables.

15il monte un bon cheval ;

16la didascalie de l’image supérieure donne expressément le commentaire suivant : ILLUSTRIS REX ANGLIE ;

17dans l’image inférieure, sur une épaule de Richard, on aperçoit la croix rouge des Croisés ;

18son attitude générale est fière : sur un des portraits de l’image inférieure, il dégaine son épée (ENSIVA MANU) pour défier en duel son adversaire ;

19dans la dernière image qui le représente, il a même une couronne.

La particula 34 : le texte

20Comparé à sa miniature, le texte s’avère en certains points objectivement plus hostile au roi d’Angleterre. Un des systèmes adoptés par Pierre d’Éboli pour structurer sa satire est l’utilisation réfléchie des sources, grâce à laquelle il plonge dans le ridicule les adversaires d’Henri :

  • 12 Guillaume de Blois, Alda, in Commedie latine del XIIe-XIIIe secolo, Ferruccio Bertini (éd.), Gênes, (...)
  • 13 C’est un locus communis identifiable avec un autre texte pseudo-élégiaque, le De Vetula, 155 : Turp (...)

21V. 1048 : Turpis ad obsequium turpe minister erat : Richard, déguisé en marmiton, est capturé pendant qu’il se trouve dans la cuisine. Dans ce vers, à côté de l’anaphore de l’adjectif péjoratif turpis, est présente aussi l’allusion à un passage d’une comédie élégiaque, l’Alda, de Guillaume de Blois12 (v. 271-272) : Spurius accepto pastillum preparat ere : Ipse sibi doctor, ipse minister erat. L’Alda est, parmi les textes de ce genre littéraire, l’un des plus obscènes. Dans les deux vers cités, Spurio, un personnage dégoûtant physiquement et moralement, se prépare un repas (une mixture simplement répugnante !). De cette façon, Pierre parle du roi d’Angleterre en utilisant des mots qui se réfèrent à un serviteur, qui plus est, un individu misérable et nauséabond13.

  • 14 Cf. l’expression eas in sanguinis haustum, par laquelle l’empereur se réfère à la cruauté notoire e (...)
  • 15 Henri revendiqua et obtint une rançon astronomique de 150 000 marcs d’argent.

22V. 1057 : Parco tibi, iam liber eas in sanguinis haustum ; v. 1088 : liber eo ; v. 1085-1086 : Flectitur hac humili prece, quem non mille talenta Nec summi potuit flectere carta patris. Dans ce cas également, Pierre d’Éboli recourt à la comédie élégiaque pour ridiculiser les personnages. L’expression du v. 105714 (et du v. 1088), liber ire, et celle des v. 1085-1086, où l’on affirme (faussement) qu’Henri relâche Richard spontanément, sans aucune rançon15 et sans avoir subi l’influence de la lettre du Pape Célestin III, renvoient au même passage de l’Aulularia de Vitale de Blois, v. 239-244 : Res eget indicio, teque indice filius heres Mille talenta ferat : tu tibi sume decem. Seruitiique iugo te libero ; liber abibis : Sardana qui fueras amodo Paulus eris. Sardana, liber eas, et eas feliciter opto, Et michi quanta tui, sit tibi cura mei. On retrouve l’identification de Richard avec un misérable serviteur (Sàrdana), lui aussi libérable contre une rançon de mille talenta.

Petrus de Ebulo, Liber ad honorem Augusti, Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, Cod. 120 .II, f° 129 r° : Gefangennahme des Richard Löwenherz.
Seine Rechtfertigung vor dem Kaiser und Freilassung

  • 16 Le 28 avril 1192, deux membres de la secte des Assassins (un groupe musulman chiite, avec à la tête (...)
  • 17 Sur la fonction d’Andronicos comme alter ego (en tant que souverain vieux, cruel, et perdant) de Ta (...)

23V. 1055 : nostrum saturate cruoris. Telle qu’elle est, cette expression est obscure : Richard serait « rassasié du sang des nôtres » (c’est-à-dire des Allemands). Elle peut être expliquée seulement grâce à la didascalie de l’image inférieure du f° 129 r° : REX ANGLIE DE MORTE MA < R > CHIONIS ACCUSATUR. Il s’agit de l’assassinat du marquis Conrad de Montferrat, cousin de l’empereur, un des deux prétendants (le deuxième candidat, Guy de Lusignan, était soutenu par Richard) au trône vacant de Jérusalem : Richard fut accusé d’avoir été le commanditaire du meurtre16. La dureté de l’accusation est imprégnée de la même science des tournures littéraires, cette fois-ci tout intérieure au Liber même : aux v. 86-89, des expressions très similaires sont utilisées en faisant allusion à la ville de Palerme, divisée en deux parties lors d’une guerre civile, pour l’élection du nouveau roi à la mort de Guillaume II (exactement ce qui se passe en Outremer) : In sua versa manus precordia sanguinis hausit Urbs tantum, quantum nemo referre potest Postquam sacrilego fuit urbs saturata cruore A propria modicum cede quieta fuit ; ensuite, aux v. 1643-1645, les termes saturatus et cruor sont utilisés dans une allusion à un des personnages les plus négatifs et sanguinaires du poème, l’empereur byzantin Andronicos I Comnène (1185) : Sit tuus Andronicus, saturatus cede nepotis, Cui cruor Ytalicus potus et esca fuit. Sit tuus Andronicus, qui crassus cede suorum […]17.

24Cependant, même le texte présente, dans plusieurs passages, une image de Richard non négative, sinon positive :

  • 18 Siragusa, p. 75.

25V. 1059 : Spectat adhuc certe reditus Trinacria nostros : nostros est la leçon attestée du manuscrit. Il faut donc exclure l’interprétation ironique que Siragusa18, qui écrit vestros, donne de cette phrase : « Certainement la Sicile qui déjà fut ta proie injustifiée (celle de Richard), attend ton retour et celui des tiens ». En réalité l’hypothèse est tout à fait superflue, et il n’y a pas de moquerie envers Richard dans les mots d’Henri VI : l’empereur dit simplement qu’il est de son devoir de rentrer en Sicile (reditus nostri) pour continuer la guerre contre Tancrède, et c’est aussi pour cela qu’il relâche Richard (v. 1057), qui pourtant a fait tant de mal à l’île pendant son court séjour au temps de la Croisade (v. 1060-1064). Cf. aussi le v. 1257, où l’inconsolable reine Sibille, veuve de Tancrède, s’exclame : Vidisset nunquam uisus Trinacria nostros.

26Henri loue les services de Richard en Terre Sainte (même si, en réalité, la IIIe Croisade n’aboutit pas à la reconquête de Jérusalem) : v. 1058 Nam tua Jerusalem dextra redemit humum.

27Lors du discours qu’il prononce pour sa défense, Richard s’adresse au Seigneur, et rappelle sobrement son engagement de Croisé, en se plaignant de sa capture : v. 1070 Sic tuus emeruit miles ab hoste capi.

Convaincu de son innocence et de son courage, Richard défie lors d’un duel judiciaire, un jugement de Dieu (en latin médiéval monomachia), son accusateur occulte ou un de ses champions (v. 1074-1077) : Quisquis erit, vires regis et arma probet. Salva pace tua, veniat, qui pugnet et instet Obiectis, faciens ensis utrique fidem. L’arrière-plan littéraire de l’expression est aussi noble et solennel : il s’agit du poète Modoino qui s’adresse à son seigneur Charlemagne dans la préface de ses Églogues (v. 15-16), et lui parle d’un hypothétique accusateur de ses vers, qu’il défie de venir au tribunal pour réitérer ses accusations : Is modo quisquis erit, ueniet te iudice tantum, Me quoque sollicito arguet ore suo.
La demande de liberté du souverain anglais est définie sobrement en ces termes : humilis prex (v. 1085).

  • 19 Les partisans d’Henri VI sont appelés Imperiales. Dans la particula 38, cette distinction s’appuie (...)
  • 20 Cf. nos considérations sur le Chronicon Beneventanum de Falcon de Bénévent (1102-1140) : Falcon de (...)

28Le Liber ad honorem Augusti est la voix officielle du « parti souabe » contre le « normand » dans la guerre de succession sicilienne, après la mort de Guillaume II. Cependant dans le texte le mot « normand » n’apparaît jamais ; les adversaires d’Henri VI sont appelés Tancridini (« partisans de Tancrède »)19 ; au sein du royaume de Sicile il ne s’agit plus depuis longtemps d’une question ethnique : les Normands sont désormais intégrés et mélangés complètement aux différents peuples (lombards, grecs, arabes) présents dans les différentes régions du royaume20.

  • 21 La mort terrible de Léopold V d’Autriche, l’homme qui avait capturé Richard, par exemple, a été att (...)
  • 22 Dans les Élegies d’Arrigo da Settimello (III, p. 161-164), il est dit que Richard est capturé sub p (...)
  • 23 Roger de Hoveden (Roger de Hoveden [Howden], Chronica, W. Stubb (éd.), Londres, Rolls Series, 1884- (...)

29En ce qui concerne Richard d’Angleterre, l’image qui émerge ne peut être définie comme négative. Pierre utilise les tournures forcées et les omissions auxquelles il nous a habitués pour justifier au mieux l’attitude d’Henri VI au cours de cet épisode ; ce dernier, en réalité, est loin d’être passionnant : il s’agit en fait de la capture – absolument hors de toute éthique chevaleresque – d’un autre souverain21. Pierre parle de la fraus nocturna, introuvable dans d’autres sources, insiste sur le déguisement populaire de Richard22 ; il ne parle en aucun cas du long et pénible emprisonnement auquel Richard Cœur de Lion est soumis par Léopold d’Autriche, d’abord, et par Henri, ensuite23 ; il ment à propos de la rançon ; il se tait même sur l’hypothèse qu’Henri VI aurait « acheté » Richard à Léopold d’Autriche pour un montant de 75 000 marks ; il simplifie excessivement la séquence temporelle entre le « procès » et la libération de Richard : en effet, à la fin du « procès », en mars 1193, Henri ne relâche pas Richard, mais l’enferme au château de Trifels.

30Richard est donc présenté de façon négative dans la première partie de la particula 34 seulement, quand il est question du passage du roi en Allemagne et de sa capture, de sa fuite et de son déguisement en pauvre (v. 1047-1052). L’élément quantitatif corrobore le jugement : 20 vers, sur un total de 42 dans la particula 34, sont occupés par le discours direct de Richard : plus de 47 % !

  • 24 Cf. Jean Flori, Riccardo Cuor di Leone. Il re cavaliere (traduction italienne), Turin, Einaudi, 199 (...)
  • 25 Parmi les plaintes de l’empereur envers le roi d’Angleterre, Richard de Devizes (Richard de Devizes (...)

31La faible négativité de l’image de Richard Cœur de Lion émerge surtout d’une analyse des accusations qu’Henri lui adresse. Nous savons aussi par d’autres sources que les raisons de la dispute entre les deux rois étaient l’organisation de l’assassinat de Conrad de Monferrat, et une insulte adressée par Richard au Duc d’Autriche Léopold V, à son étendard et à ses hommes, au moment de la prise de Saint-Jean-d’Acre24 ; puis une accusation d’ordre plus général : celle d’avoir trahi, au cours de l’expédition, son allié le roi de France Philippe Auguste25.

  • 26 Aux v. 1055-1056 (Quis tibi posse dedit, nostrum saturate cruoris, Nostros nocturna perdere fraude (...)
  • 27 Pour l’éloquence de Richard pendant le procès, cf. Rodolphe de Coggeshall, Chronicon Anglicanum, p. (...)
  • 28 Même une source complètement contraire à ce parti le reconnaît : le biographe du roi de France Phil (...)
  • 29 Siragusa, p. 76, dit ne pas croire à ce détail, bien qu’il soit rapporté par Guillaume le Breton lu (...)

32Or, dans le Liber, un seul vers (1055) est consacré à l’assassinat de Conrad, et aucune mention n’est faite de l’outrage à l’enseigne allemande à Acre ; un seul vers (1056) à la mystérieuse nocturna fraus grâce à laquelle Richard Cœur de Lion aurait pu perdere les condottieres allemands26 ; tous les autres vers traitent du séjour violent et belliqueux de Richard en Sicile : Henri accuse Richard d’avoir terrifié Tancrède sous prétexte de réclamer la restitution de la dot de sa sœur Giovanna, et d’avoir pris de l’argent au roi de Sicile. Tout au long de la narration, Richard est courageux et éloquent27 : d’abord il s’adresse à Dieu, en se plaignant de sa capture ; puis à l’empereur, repoussant ses accusations avec force et conviction28, proposant même (peut-être à propos de l’accusation de meurtre) un duel judiciaire29.

33Nous savons d’ailleurs que la véritable raison de l’hostilité d’Henri envers Richard a une tout autre dimension : l’Angleterre des Plantagenêts a assumé depuis des décennies une position politique « guelfe », c’est-à-dire anti-Hohenstaufen, aggravée par d’excellents liens politiques avec les rois normands de Sicile, en particulier avec Tancrède, ennemi d’Henri VI pour la couronne du royaume. Est-il possible que Pierre d’Éboli ne parle pas de cela ? Selon la critique, il semble que non. Je pense en revanche que le problème de haute politique internationale n’est pas du tout omis dans le Liber, et qu’il est présenté avec clarté, même si c’est sans références objectives (noms, lieux, personnages), ce qui est typique de l’histoire « poétique » de Pierre. Les vers 1077-1082 le démontrent :

An pugnare meo solus cum Cesare veni ?
Absit ! In hac humili veste quis arma movet ?
Et si cum domino mundi pugnare licebit,
Unde michi veniet miles et unde pedes ?
O decus inperii, nec me sine iudice dampnes,
Nam tua iudicii crimine iura carent.

34Richard affirme ne pas être « arrivé jusque là » (veni), en Allemagne, pour combattre seul contre l’empereur ; il ajoute que, même s’il était permis de combattre contre le seigneur du monde, il n’a à sa disposition ni chevaliers ni fantassins, et qu’il ne serait certainement pas parti en guerre habillé en pèlerin-marmiton. Pierre d’Éboli lave donc Richard de l’accusation (absente dans les mots que le poète met dans la bouche d’Henri VI) de vouloir mener une guerre (pugnare, arma movere) en Allemagne.

  • 30 Cf. Steven Runciman, Storia delle Crociate (traduction italienne), Turin, Einaudi, 1966, II, p. 695
  • 31 Cf. Jean Flori, Riccardo Cuor di Leone, p. 161.

35Mais de quelle guerre s’agit-il ? Il est évident qu’il est ici fait allusion à l’alliance, très nocive pour les Hohenstaufen, entre les Plantagenêts et les ducs de Saxe et de Bavière, la Maison Guelfe d’Allemagne, adversaire des Souabes au sujet de l’élection impériale. Frédéric Barberousse, au moment du départ pour la Croisade (en 1188) où il trouva la mort, avait prétendu que le duc de Saxe Henri le Lion, beau-frère de Richard (il avait épousé sa sœur Mathilde), avait été exilé pendant trois ans, parce qu’il n’avait pas assez confiance en lui pour le laisser en Allemagne ; et Henri était allé en Angleterre chez Richard30. Henri VI craint que Richard ne veuille soutenir une nouvelle rébellion de la Maison de Saxe, peut-être en profitant de l’éloignement de l’empereur, engagé dans la guerre de Sicile. Cela représentait le vrai souci d’Henri VI, et les faits le démontrent : l’emprisonnement de Richard dure d’octobre 1192 aux premiers mois de 1194, exactement durant la période la plus difficile de la guerre d’Henri en Italie méridionale, et la libération si désirée a lieu – comme par hasard – en février/mars 1194, et coïncide exactement avec la mort de Tancrède ! Cette libération se négocie sur la base d’une rançon de 150 000 marks d’argent (payés par la mère de Richard, Aliénor d’Aquitaine), et de la remise d’otages, parmi lesquels les deux fils d’Henri le Lion31.

 

  • 32 Enrico Pispisa (« Storia politica e ideologia nel « Carmen » di Pietro da Eboli », p. 74) se pronon (...)

36Pour conclure, Pierre d’Éboli ne cache pas l’hostilité d’Henri VI envers Richard, par les accusations formelles et officielles de la propagande impériale (l’attitude ambiguë en Terre Sainte, l’assassinat masqué du marquis de Monferrat, l’outrage à l’étendard du duc d’Autriche), mais il aborde aussi les questions stratégiques : l’alliance avec le duc de Saxe, ennemi interne, celle avec Tancrède en Sicile, ennemi externe, le soutien à un des candidats, Guy de Lusignan, pour le trône de Jérusalem, de préférence au candidat franco-allemand, Conrad de Monferrat. C’est, en un mot, la politique « guelfe » propre aux Plantagenêts qui est mise en accusation, dans sa dimension euro-méditerranéenne, qui prédisait l’hostilité totale envers l’axe gibelin du jeune empereur d’Allemagne et du roi de France, le rusé Philippe II Auguste32.

37De ce texte qui célèbre l’apothéose panégyrique d’Henri VI et représente la diabolisation féroce et désacralisante de ses adversaires, émerge un portrait finalement équilibré de Richard Ier Plantagenêt, ce qui confirme le grand prestige, l’autorité et le respect que la figure de Richard Cœur de Lion sut toujours imposer à ses contemporains.

Notes

1 Les deux éditions les plus importantes sont : Giovanni Battista Siragusa (éd.), Liber ad honorem Augusti de Pierre d’Éboli (Istituto storico italiano per il medio evo), Rome, Forzani e C., tipografi del Senato, 1906 ; Theo Kölzer et Gereon Becht-Jördens, Petrus de Ebulo, Liber ad honorem Augusti sive de rebus Siculis. Eine Bilderchronik der Stauferzeit aus des Burgerbibliothek Bern, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1994 (qui représente d’ailleurs une splendide publication du manuscrit qui nous a transmis l’œuvre). Pour ce qui concerne l’auteur et sa place dans le discours diachronique de l’historiographie normande, cf. Giovanni Battista Siragusa, « Nuove osservazioni sul Liber ad honorem Augusti di Pietro da Eboli », Archivio Storico per la Sicilia Orientale, 8, 1911, p. 18-50 ; O. Capitani, « Motivazioni peculiari e linee costanti della cronachistica normanna dell’Italia meridionale : secc. XI-XII », Atti dell’Accademia di Scienze dell’Istituto di Bologna, 65, 1976-1977, p. 59-91 ; Edoardo D’Angelo, Storiografi e cronologi latini del Mezzogiorno normanno-svevo, Naples, Liguori, 2003, p. 46-49.

2 Cf., pour tous, Massimo Miglio, « Momenti e modi di formazione del Liber ad honorem Augusti », in Studi su Pietro da Eboli, Leonida Pandimiglio (éd.), Rome, Istituto storico italiano per il medio evo, 1978, p. 119-147. Pierre d’Éboli est auteur, entre autres, d’un traité de médecine, le De balneis Puteolanis, trente-cinq épigrammes de nature didactique, dédiés à Frédéric II, qui exaltent les qualités curatives d’autant de sources des thermes Phlégréens (Naples-Pozzuoli) ; pour ce texte, cf., pour tous, Armando Petrucci, « Per una nuova edizione dei Bagni di Pozzuoli », Studi Mediolatini e Volgari, 21, 1973, p. 215-260.

3 Il n’y a, à notre connaissance, comme étude précise, que celle de Thomas Gärtner, « Zu den klassischen und zeitgenössischen Vorbildern im Liber ad honorem Augusti des Petrus von Eboli », Deutsches Archiv, 55, 1999, p. 477-498.

4 À part la traduction allemande, dans le volume de mélanges de Sigmaringen, cf. Francesco de Rosa, Petrus de Ebulo, Liber ad honorem Augusti, Cassino, F. Ciolfi, 2001.

5 Par exemple, le surprenant manque d’allusions à la mort de Tancrède et à l’élection de son fils Guillaume III, qui a même fait supposer une chute de feuillets.

6 Cf., entre autres, Fulvio Delle Donne, « Dai Normanni agli Svevi. La tradizione propagandistica nel Liber ad honorem Augusti di Pietro da Eboli », in Politica e letteratura nel Mezzogiorno medievale, Fulvio Delle Donne (éd.), Salerne, Carlone Editore, 2001, p. 31-73.

7 Cf. les miniatures des feuillets 99ro, 102ro, 103ro, 104ro, 118ro, 127ro, 128ro, 130ro, etc.

8 Pour ce qui concerne le séjour de Richard en Sicile, cf. aussi Henri Bresc, « Excalibur en Sicile », Medievalia, 7, 1987, p. 7-21 ; Antonio Pioletti, « Artù, Avallon, l’Etna », Quaderni Medievali, 28, 1989, p. 6-35.

9 L’intérêt des Anglais et des Siciliens pour leurs dynasties et rois réciproques apparaît entre autres dans une célèbre lettre que Pierre de Blois envoie à l’archevêque de Palerme, Gautier, pour satisfaire à la requête d’une description, physique et spirituelle, du roi d’Angleterre Henri II (père de Richard) : Petri Blesensis epistolae, in Patrologie latine, Jean-Paul Migne (éd.), Paris, Garnier, 1855, t. CCVII, col. 1 à 560.

10 Un exemple au v. 1073 : Sum reus ? Auctor abest nec adest, sed abesse necesse est. Siragusa, p. 75-76, retient que l’auctor est le marquis de Montferrat, qui « ne peut pas être présent » puisqu’il est mort. Mais de cette manière-ci la tautologie serait même triplée (« il est pas là, il n’est pas présent et il ne peut l’être »), outre le fait de se référer à un mort ! On pourrait lire adesse pour abesse : l’auctor, dans le langage juridique du Moyen Âge, est l’accusateur, caché évidemment (l’accusation à Richard était vox populi : mais elle était sûrement soutenue par le roi de France, Philippe Auguste, qui, dans la dispute pour le trône de Jérusalem, constituait l’alternative à Richard), mais qui doit se présenter pour soutenir l’accusation : et il doit la soutenir au cours du combat judiciaire, auquel Richard nonchalamment le défie (Quisquis erit regis et arma probet). Pour la structure linguistique de l’expression, on peut confronter le texte à deux passages d’Ovide : Ov., Her. XV, 78 : Ille mei cultus unicus auctor abest, et Mét. VIII, 418 : Vulneris auctor adest.

11 Enrico Pispisa, « Storia politica e ideologia nel « Carmen » di Pietro da Eboli », in Medioevo Fridericiano e altri scritti, Enrico Pispisa (éd.), Messine, Intilla (collana di testi e studi storici ; 9), 1999, p. 71-84, ici 75-76, retient que, dans le manuscrit, le texte était adressé au clergé cultivé, les images à l’aristocratie et à la bureaucratie du royaume.

12 Guillaume de Blois, Alda, in Commedie latine del XIIe-XIIIe secolo, Ferruccio Bertini (éd.), Gênes, Darficlet, 1998, VI, p. 11-109. Il ne faut pas oublier que Guillaume a vécu quelques années (entre 1165 et 1170) en Sicile, en tant qu’abbé de Matina, un monastère calabrais, et qu’à cette époque-là il aurait déjà écrit l’Alda, si l’on se fonde sur une lettre à lui adressée par son frère, Pierre de Blois (Petr. Bles., ep. XCIII, PL CCVII 293).

13 C’est un locus communis identifiable avec un autre texte pseudo-élégiaque, le De Vetula, 155 : Turpe ministerium redimit dum uictima turpis.

14 Cf. l’expression eas in sanguinis haustum, par laquelle l’empereur se réfère à la cruauté notoire et à l’attitude sanguinaire de Richard, cf. Ov., Mét. IV, 118, les mots de Tisbé qui se suicide sur le cadavre de Pirame : Accipe nunc inquit nostri quoque sanguinis haustus.

15 Henri revendiqua et obtint une rançon astronomique de 150 000 marcs d’argent.

16 Le 28 avril 1192, deux membres de la secte des Assassins (un groupe musulman chiite, avec à la tête Rashid al-Din Sinan), déguisés en moines, se présentent au marquis dans une rue de Saint-Jean-d’Acre, sous prétexte de lui remettre une lettre, et le poignardent. D’ailleurs, tout de suite après, la veuve du marquis, Isabelle (déjà femme d’Onfredo de Toron), est obligée d’épouser le neveu de Richard, Henri de Champagne.

17 Sur la fonction d’Andronicos comme alter ego (en tant que souverain vieux, cruel, et perdant) de Tancrède dans le Liber (sa fin horrible est représentée dans la particula 52, v. 1649-1656), cf. Chiara Frugoni, « Fortuna Tancredi. Temi e immagini di polemica antinormanna in Pietro da Eboli », in Studi su Pietro da Eboli, Leonida Pandimiglio (éd.), Rome, Istituto storico italiano per il medio evo, 1978, p. 147-169, et p. 154-155 pour le passage cité.

18 Siragusa, p. 75.

19 Les partisans d’Henri VI sont appelés Imperiales. Dans la particula 38, cette distinction s’appuie sur une base « zoologique » : après avoir incité ses soldats à la bataille, le condottiere allemand Diopoldo de Schweinspeunt rappelle leur surnom de « cochons » (sues), qui doivent arracher la toison aux pauvres « moutons » (pecudes) que sont les Tancridini, d’ailleurs efféminés (v. 1213-1220) : « Nec vos aspectus numerosi terreat hostis : Femineos tellus parturit ista viros. Ad speculum natos effeminat umbra quietis, Quos alit in teneris dulce cubile rosis Hii Tancridini, sumus et nos imperiales. Hii pecudes, sed nos dicimur esse sues. Sus agat in pecudes et eas et vellera portet ; Audaces sequitur sors bona sepe viros ».

20 Cf. nos considérations sur le Chronicon Beneventanum de Falcon de Bénévent (1102-1140) : Falcon de Bénévent, Chronicon Beneventanum, Edoardo D’Angelo (éd.), Florence, Sismel-Ed. del Galluzzo, 1998, LXVII-LXIX. Le terme « normand » est même absent des deux œuvres de Ugo Falcando : le Liber de Regno Sicilie et l’Epistola ad Petrum Ecclesie Panormithane thesaurarium, proches dans les thèmes et dans la chronologie de l’œuvre de Pierre d’Éboli : La Historia o Liber de regno Siciliae e la Epistola ad Petrum Panormitanae ecclesiae thesaurarium di Ugo Falcando, Giovanni Battista Siragusa (éd.), Rome, Forzani e C. Tipografi del Senato, 1897. Pour l’idéologie de Pierre d’Éboli, cf. surtout Leonida Pandimiglio, « La ideologia politica di Pietro da Eboli, in Studi su Pietro da Eboli », Rome, Istituto storico italiano per il Medio Evo, 1978, p. 17-37 ; B. Vetere, « Il senso dello Stato nella storiografia meridionale : da Goffredo Malaterra a Pietro da Eboli », in Unità politica e differenze regionali nel Regno di Sicilia, Cosimo Damiano Fonseca, Hubert Houben et Benedetto Vetere (éd.), Lecce, Galatina, Congedo, 1992, p. 27-61.

21 La mort terrible de Léopold V d’Autriche, l’homme qui avait capturé Richard, par exemple, a été attribuée par le peuple à une vengeance divine contre cet acte si lâche.

22 Dans les Élegies d’Arrigo da Settimello (III, p. 161-164), il est dit que Richard est capturé sub paupertatis amictu.

23 Roger de Hoveden (Roger de Hoveden [Howden], Chronica, W. Stubb (éd.), Londres, Rolls Series, 1884-1885, III, p. 195) rapporte une lettre d’Henri VI à Philippe Auguste dans laquelle sont décrits en détail la capture et l’emprisonnement.

24 Cf. Jean Flori, Riccardo Cuor di Leone. Il re cavaliere (traduction italienne), Turin, Einaudi, 1999 : Il surtout p. 111-117.

25 Parmi les plaintes de l’empereur envers le roi d’Angleterre, Richard de Devizes (Richard de Devizes, Chronicon de tempore regis Richardi Primi, John T. Appleby (éd.), Londres – New York, T. Nelson, 1963, p. 80) signale la trahison à Philippe Auguste ; l’assassinat de Conrad de Monferrat ; l’empoisonnement du duc de Bourgogne ; l’échec de la Croisade. Rodolphe de Coggeshall (Rodolphe de Coggeshall, Chronicon Anglicanum [Rolls Series], Joseph Stevenson (éd.), Londres, Longman & Co, 1875, p. 35) signale l’accord avec Tancrède de Sicile ; l’emprisonnement du basileus Isaac Comnène (parent de Henri VI) ; la tentative de meurtre sur Philippe Auguste (à nouveau par l’intermédiaire de la secte des Assassins) ; l’outrage fait à Léopold d’Autriche et à ses soldats allemands à Saint-Jean-d’Acre. Pour cette problématique, cf. Jean Flori, Riccardo Cuor di Leone, p. 157-159.

26 Aux v. 1055-1056 (Quis tibi posse dedit, nostrum saturate cruoris, Nostros nocturna perdere fraude duces ?), Henri accuse Richard d’avoir trompé ses hommes par une action nocturne. L’incompréhensibilité de l’expression est confirmée par Siragusa in Liber ad honorem Augusti …, p. 74. On pourrait avancer l’hypothèse d’une référence à un événement qui s’était vérifié pendant le voyage de Richard vers le nord à travers la Dalmatie et la Slovénie (raconté par Matthieu Paris, Chronica maiora, Henry Richards Luard (éd.), Londres, Longman & Co, 1872-1883, 7 vol., t. II, p. 391-393). Le seigneur de ces lieux, Frédéric, frère de Mainard de Gorizia, apprenant qu’« était en train de passer sur ses terres le roi d’Angleterre déguisé en pèlerin », lâche contre lui un de ses fidèles. Celui-ci, un Normand d’Argentan, se met aux trousses de Richard, en réussissant à le capturer et à lui faire confesser sa vraie identité : mais, quand tout paraît perdu, il se manifeste comme grand partisan du roi et l’aide à s’échapper. Ce qui pourrait aider à soutenir cette hypothèse c’est le pronom quis (« qui », masculin singulier), concernant la cause qui a permis à Richard de « tromper » (ou « faire mourir » ? Il est difficile de comprendre la signification de perdere si l’on n’a pas compris à quel épisode il se réfère) les condottiere allemands (nostri duces). Sur cet épisode, cf. Jean Flori, Riccardo Cuor di Leone, p. 151-152. L’expression quis tibi posse dedit semble rappeler le v. 426 de l’Occupatio de Odon de Cluny, qui fait référence au personnage évangélique négatif d’Erode : Qui tibi posse dedit, quid agas, quandoque requiret.

27 Pour l’éloquence de Richard pendant le procès, cf. Rodolphe de Coggeshall, Chronicon Anglicanum, p. 58.

28 Même une source complètement contraire à ce parti le reconnaît : le biographe du roi de France Philippe Auguste, le poète Guillaume le Breton (Guillaume le Breton, Gesta Philippi Augusti, in Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, Henri-François Delaborde (éd.), Paris, Renouard (Publications pour la Société de l’Histoire de Francen ; no 210), 1882.

29 Siragusa, p. 76, dit ne pas croire à ce détail, bien qu’il soit rapporté par Guillaume le Breton lui-même. Cf. Gesta Philippi Augusti, IV, p. 396-399 : Corde leonino vocem prorupit in istam : Prodeat in medium, qui me de proditione Arguat, armatus veniat subeatque duellum Me contra.

30 Cf. Steven Runciman, Storia delle Crociate (traduction italienne), Turin, Einaudi, 1966, II, p. 695.

31 Cf. Jean Flori, Riccardo Cuor di Leone, p. 161.

32 Enrico Pispisa (« Storia politica e ideologia nel « Carmen » di Pietro da Eboli », p. 74) se prononce aussi pour la centralité des aspects méditerranéens de la politique d’Henri VI, en Italie méridionale.

Table des illustrations

Légende Petrus de Ebulo, Liber ad honorem Augusti, Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, Cod. 120 .II, f° 129 r° : Gefangennahme des Richard Löwenherz.Seine Rechtfertigung vor dem Kaiser und Freilassung
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10265/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 772k

Auteur

Université de Naples – Frédéric II

Gianluca Gurnari (Traducteur)

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540