Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (xe-xviiie siècle)

 | 
Catherine Bougy
, 
Sophie Poirey

Contestations dans le monde normand médiéval (xie-xiie siècle). Normandie ducale – Italie – Angleterre – Monde scan

La contestation politique chez Orderic Vital

Pierre Bouet

Texte intégral

  • 1 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, Marjorie Chibnall (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1969-1978, (...)

1C’est en désespoir de cause qu’Orderic Vital a raconté en détail, dans son Historia ecclesiastica, les conflits qui ont opposé les Normands entre eux et les révoltes des peuples soumis à l’autorité de leurs princes. L’historien s’en explique longuement dans ses préfaces. Il eût aimé, dit-il dans la préface du livre VI, présenter aux lecteurs les miracles et les prodiges accomplis par les anciens pères qui, comme Martial et Taurin, Sylvestre, Martin et Nicolas ainsi que les autres saints « commandaient aux éléments du monde et aux forces de l’air par la vertu du Tout-Puissant »1.

  • 2 Ibid. : De miraculis vero prodigiisque sanctorum, quia nimia nunc in terris est penuria eorum, modo (...)

2Or, il y a désormais « une telle pénurie de miracles et de prodiges sur cette terre que les écrivains n’ont pas besoin de transpirer beaucoup pour les raconter »2. Il ajoute :

  • 3 Ibid. : Successores autem eorum […] secularibus pompis et divitiis quibus plerique nimium inhiant m (...)

Les prélats d’aujourd’hui se font plus remarquer par les pompes et les richesses de ce monde auxquelles ils aspirent avec une avidité excessive que par le mérite de leur sainteté et par l’autorité de leur vertu et de leurs prodiges3.

3Faute de pouvoir être un hagiographe, Orderic est condamné à n’être qu’un historien, un historien des fautes, des crimes et des rivalités humaines.

4Orderic s’est donc consacré à

  • 4 Ibid. : De humano statu lapsuque, de labentibus seculi volubilitate et prelatorum principumque nost (...)

écrire un vaste ouvrage sur l’état et la chute de l’homme, sur les révolutions du temps qui passe, sur les destinées de nos prélats et de nos princes, sur la paix et la guerre et sur les malheurs de toutes sortes qui ne manquent pas de toucher les enfants de la terre4.

  • 5 OV, V, 4 : Haec ideo medullitus considero meditatusque meos litteris assigno.

5Rien de ce qui est humain n’est donc étranger à Orderic ni indigne de figurer dans son Histoire ecclésiastique. Mais il ne se contente pas de raconter les faits, il les examine à la lumière de la Bible et de la foi chrétienne et confie à son parchemin le fruit de ses méditations5. Ainsi faute d’avoir pu devenir hagiographe, Orderic a été contraint d’être à la fois historien et moraliste.

Le lexique de la contestation

6La plus grande partie de l’Historia ecclesiastica est consacrée aux troubles qui agitent les sociétés humaines et dont Orderic a été le témoin direct ou indirect. Parce qu’il cherche à comprendre les raisons des choses, il s’attache à en faire une relation précise dans l’espoir qu’un jour les hommes pourront maîtriser la mécanique diabolique qui les pousse à se dresser les uns contre les autres.

7La lecture de l’Historia ecclesiastica révèle la diversité des conflits humains et le souci constant de l’historien à rendre compte de cette diversité. Une étude linguistique complète du lexique relatif aux rapports d’hostilité entre les hommes montrerait la variété des termes exprimant tous les degrés de la contestation. Grâce à des sondages significatifs, nous pouvons cependant présenter les principales formes de la contestation politique telles que les envisage Orderic.

8La vie en société passe nécessairement par l’affirmation d’opinions divergentes : c’est au sein de la curia ducis ou regis que s’expriment ces avis différents, voire opposés et, c’est d’ailleurs une des obligations du vassal et du conseiller que, dans le cadre du consilium, d’exposer son avis et de le justifier. Tel est le sens des termes de controversia « discussion entre deux partis aux opinions divergentes » et dissensio au sens de « désaccord en raison d’une divergence de vues entre deux personnes ou deux groupes ». Le verbe dissentire ne signifie pas « dire non » (non consentire), mais proposer un avis différent (diversa sentire). Cette libre confrontation des idées et des opinions constitue le fondement nécessaire à l’exercice du devoir de consilium au sein de la curia ducis/regis.

  • 6 OV, VI, 284 : « […] deposcit ut Rodbertum fratrem tuum quem in vinclis jamdiu tenuisti absolvas eiq (...)
  • 7 OV, IV, 84 : Immemor itaque hominii et fidelitatis quam michi juraverat totam Normanniam auferre sa (...)
  • 8 OV, II, 356 : Adolescens autem […] ambitione juvenili noxioque sodalium instinctu […] debitos honor (...)

9Le premier degré de la contestation politique consiste à s’opposer, en dehors des structures prévues à cet effet, à une personne ou à un groupe de personnes : c’est la valeur qu’a le plus souvent le terme dissensio chez Orderic. Cette contestation peut prendre deux formes : on peut contester à quelqu’un la prétention à s’approprier un bien ou une dignité sans chercher à l’obtenir pour soi. Le meilleur exemple de cette forme de contestation est offert par les partisans de Robert Courteheuse refusant de considérer comme légitime la prise du pouvoir de Henri Ier Beauclerc en 1106. Le pape Callixte II, lors d’une entrevue à Gisors en 1119, demanda à Henri Ier « de rendre à [son] frère Robert et à son fils le duché de Normandie qu’il leur avait enlevé »6. On peut ensuite s’opposer à quelqu’un afin de s’approprier ce qui lui appartient ou ce qu’il voudrait obtenir. Cette contestation peut concerner autant la possession d’un bien qu’une dignité. Nombreuses sont les réclamations de cette nature faites par les barons normands auprès du duc ou du roi. Gui de Brionne refusa de reconnaître la légitimité du jeune Guillaume parce qu’il réclamait pour lui la dignité ducale7. De même, Robert Courteheuse exigea que son père lui concède enfin ses droits sur le comté du Maine et sur le duché de Normandie8.

  • 9 OV, VI, 530 : Eodem tempore turbatio magna in Anglia exorta est […] ; II, 216 : Exoritur […] veheme (...)

10Mais, le plus souvent, ce genre de dissensio n’en reste pas à une opposition verbale, même si des institutions et des procédures sont destinées à régler de tels conflits : nombreux ont été les traités ou les conventions signés après bien des palabres, même si la paix fut de courte durée. Robert Courteheuse renonça ainsi à la couronne d’Angleterre lors d’une entrevue avec son frère Henri à Alton en 1101. Mais généralement ces contestations conduisent à des conflits armés qui brisent la paix civile et qui ouvrent la porte à toutes sortes d’injustices. Orderic parle alors de turbatio, de perturbatio, de tempestas, de gravis/gravissima dissensio9 pour qualifier ces périodes de troubles. Ces conflits d’intérêts ont donc été à l’origine d’affrontements armés pour lesquels Orderic use d’un arsenal linguistique varié : il emploie les termes conjuratio, contradictio, contentio, invasio, infestatio et les verbes resistere, bacchari, invidere, surgere, insurgere, invadere. Mais les deux termes qu’il utilise le plus souvent c’est, d’une part, seditio avec l’adjectif seditiosus et, d’autre part, rebellio avec l’adjectif rebellis et le verbe rebellare.

11La seditio est une révolte contre l’autorité légitime : les seditiosi n’hésitent pas à employer la force armée pour tenter d’imposer leur volonté à un adversaire qui est soit leur supérieur, soit leur égal. La seditio apparaît toujours comme un acte délibéré, né d’un mouvement d’indignation (furor, ira, animositas) qui refuse l’ordre établi ou une décision du prince. La seditio peut naître aussi bien d’un orgueil démesuré ou d’une avidité sans frein que des injustices et des exactions commises par des personnes ayant autorité. Elle reste une révolte locale même si elle peut s’étendre à une région entière lorsque le révolté est un puissant seigneur entouré de ses nombreux vassaux : c’est ainsi que le Perche fut souvent la proie de troubles profonds à cause de la puissance du comte Robert de Bellême. Le terme seditio qualifie aussi bien les conflits qui surgissent périodiquement entre les grands aristocrates que ceux qui dressent certains notables contre leur duc ou leur roi. Orderic parle également de seditio pour évoquer le conflit qui opposa Guillaume de Normandie au roi de France en 1057.

  • 10 OV, II, 78-80 : Rodbertus Giroii filius contra Willelmum ducem rebellavit […].
  • 11 OV, IV, 84 : Fidem suam michi mentitus in me rebellavit […].
  • 12 OV, II, 310 : […] pariter decreverunt ut palam rebellarent et principatu Angliae Guillelmo regi sur (...)

12Plus dangereuse est la rebellio qui pourrait se définir par trois caractéristiques. La rebellio est une entreprise qui s’en prend à l’autorité supérieure en tant que telle (duc de Normandie ou roi d’Angleterre) ; elle implique, en outre, une préparation et une organisation qui n’ont guère de point commun avec le mouvement spontané et irréfléchi de la seditio ; elle suppose enfin le rassemblement d’un grand nombre de personnes (un lignage ou un ensemble de barons avec leurs vassaux). Rebellare, rebellis et rebellio sont employés par Orderic pour qualifier des attaques contre le prince légitime, comme celles de Robert fils Giroie10 et de Gui de Brionne11. Le terme rebellio définit non seulement le conflit armé qui dresse des aristocrates contre une décision du duc ou du roi, mais aussi l’entreprise par laquelle un notable va jusqu’à contester la légitimité du prince et revendiquer le pouvoir pour lui-même. Ainsi Roger de Hereford et Raoul de Norwich « décidèrent d’entrer en rébellion ouverte » (palam rebellarent) « pour s’emparer du royaume d’Angleterre »12.

13Orderic présente dans son ouvrage les aspects multiformes des luttes qui ont, pendant près d’un siècle, ravagé aussi bien la Normandie et l’Angleterre que le reste de l’Europe. Grâce à ce témoignage fiable, nous connaissons pour chaque contestation, révolte ou rébellion, les noms des fauteurs de troubles, leurs appuis, les raisons qui les ont incités à prendre les armes, les personnes mises en cause, les diverses phases du conflit, les conséquences que ces troubles ont suscitées dans les diverses catégories sociales et l’issue de l’entreprise. Nous nous contenterons d’évoquer maintenant trois aspects de la contestation politique, c’est-à-dire de l’opposition qui se manifeste soit dans le cadre des institutions et des règles de procédures, soit en dehors des instances censées gérer tous les conflits : les formes de cette contestation, les raisons invoquées et les réponses apportées à ces troubles par l’autorité supérieure.

Les formes de contestation

  • 13 OV, IV, 228-230. Inermes : « des gens sans défense ».
  • 14 OV, IV, 106 : « Hanc igitur terram calumnior et palam reclamo et ne corpus raptoris operiatur cespi (...)

14Les contestataires sont généralement de grands seigneurs, appartenant parfois à un lignage illustre : certains sont des contestataires épisodiques, d’autres, comme Robert de Bellême, sont des opposants qui ne se soumettent jamais. Orderic considère d’ailleurs ce seigneur comme le rebelle permanent, certain de son impunité en raison de sa puissance en marge de la Normandie : fort de ses trente-quatre châteaux et des milliers d’hommes qui répondaient à son appel, il pouvait mener toutes les expéditions illicites qu’il voulait pour le plus grand dommage des inermes13. La contestation peut même venir de la famille ducale ou royale, comme ce fut le cas avec Robert Courteheuse qui s’opposa d’abord à son père et qui se dressa ensuite contre son frère Guillaume le Roux, puis contre son frère Henri. Les autres membres de la famille ducale ont pris parfois prétexte de leurs liens de sang pour exiger des avantages et des dignités que le prince avait concédés à d’autres : Gui de Brionne, Guillaume d’Arques, Odon de Conteville ont fait preuve de superbia. Le peuple, c’est-à-dire l’ensemble de ceux qui n’exercent aucun pouvoir, peut quelquefois être conduit à la contestation ou à la révolte lorsqu’il est victime d’injustices ou d’agressions commises le plus souvent par leurs seigneurs. Rarement de simples sujets osent se dresser face au pouvoir des grands aristocrates, a fortiori face à l’autorité ducale ou royale. Pourtant un certain Ascelin, fils Arthur, refusa que l’on inhume Guillaume le Conquérant dans la terre qui lui appartenait toujours14. Quant aux personnes qui font l’objet de ces contestations ce sont toujours soit les ducs de Normandie ou les rois d’Angleterre, soit des notables exerçant ou non des fonctions officielles.

15L’abondance de la documentation fournie par l’Historia ecclesiastica nous permet de distinguer plusieurs formes de contestation. La première forme d’opposition aux pouvoirs en place peut se manifester par un recours auprès de la justice ducale ou royale en vue d’obtenir réparation pour une injustice subie. Cette contestation judiciaire est efficace quand l’autorité supérieure dispose de la volonté et de la capacité à rendre la justice. D’ailleurs, refuser de se présenter devant le tribunal du duc ou du roi constitue un délit qui est sévèrement puni, pour peu que l’on puisse se saisir du fauteur de troubles. Les gens d’Église sont d’habiles spécialistes de cette forme de contestation : ils ont en effet les moyens et les aptitudes pour plaider leur cause devant la justice et obtenir satisfaction de notables qui les ont spoliés ou qui ont tenté de le faire. Mais il arrive que le recours à la justice ducale ou royale soit inefficace, en particulier lorsque le prince s’estime au-dessus des lois : les gens du peuple n’ont alors plus de recours, les aristocrates sont poussés à adopter le parti de la force armée, mais les gens d’Église disposent encore d’une arme redoutable : l’excommunication, qui devient une forme efficace de contestation quand les procédures juridiques et canoniques ont échoué. L’adversaire, malgré sa puissance, est alors souvent contraint de se soumettre et de reconnaître le bon droit des ecclésiastiques : les conflits entre Anselme, archevêque de Cantorbéry, et les rois Guillaume le Roux et Henri Beauclerc en sont de remarquables illustrations.

  • 15 OV, II, 92 : Porro Ernaldus de Excalfoio injuriam exhereditationis suae acriter vindicabat et rapin (...)

16La seconde forme de contestation est le recours à la force armée : dans une société où est dévolue à l’aristocratie une fonction militaire, le moindre sentiment d’injustice suscite aussitôt une réaction violente. C’est ainsi que se comportent les grands aristocrates et leurs vassaux : se croyant humiliés ou victimes d’une injustice, ils rassemblent une troupe formée de parents, d’amis et de vassaux et vont attaquer l’adversaire dans sa place forte. La plupart des contestations politiques adoptent cette forme et plus le litige est important, plus le nombre des chevaliers rassemblés est élevé. Ainsi lorsque le duc Robert Courteheuse revendiqua en 1101 la couronne d’Angleterre, ce fut une armée impressionnante qui se disposa en formation de bataille face à l’armée d’Henri Ier à Alton. Certains nobles, incapables d’affronter directement le responsable de leur injustice, optent pour une stratégie différente en dévastant la région soumise à l’autorité de ce seigneur. Ainsi Arnauld d’Échauffour, pour se venger du duc Guillaume, ravagea tout le pays autour de Lisieux en causant des dommages de toutes sortes : incendies, destructions de châteaux, enlèvements et meurtres de personnes innocentes15.

  • 16 OV, VI, 20 : […] pavidus et anhelus fugit […].
  • 17 OV, II, 90 : […] imminentem furiam declinare prius quam dampnum irreparabile pateretur eligit.
  • 18 OV, II, 202 : Exules igitur Anglorum favorabiliter a Grecis suscepti sunt […].

17La fuite ou l’exil volontaire est une autre manière de manifester son refus de reconnaître la légitimité d’une décision, voire de l’autorité supérieure. La personne poursuivie par la justice refuse de se présenter devant le tribunal pour tenter de se justifier, soit parce qu’elle se sait coupable et ne veut pas réparer, soit parce qu’elle redoute l’arbitraire du juge. Ainsi Robert de Bellême, accusé de quarante-cinq crimes, comprit qu’il ne pourrait se justifier : « il s’enfuit au comble de l’effroi et privé de souffle »16. Robert de Grandmesnil, faussement accusé devant le duc, « préféra fuir la colère de Guillaume plutôt que de souffrir un dommage irréparable »17. Il alla en Italie se mettre à la disposition de Robert Guiscard. C’est également l’exil volontaire que choisirent des gens d’origine noble ou non pour fuir un pays où l’autorité s’exerçait trop fermement ; c’est la contestation silencieuse de ceux qui ne pouvaient ou n’osaient s’en prendre à l’autorité légitime. On sait par Orderic que nombreux furent les Anglais qui quittèrent leur patrie pour se rendre, soit en Bretagne, soit à Constantinople18. L’historien parle peu de ces gens obscurs qui partirent, non pas pour tenter quelque aventure, mais parce qu’ils savaient qu’ils n’obtiendraient jamais satisfaction contre ceux qui les opprimaient.

  • 19 OV, II, 202 : Vltro in exilium aliqui profugiunt, quo extorres vel a potestate Normannorum sint lib (...)
  • 20 OV, II, 202 : Igitur ad Suenum regem Danorum dirigunt atque ut regnum Angliae […] reposcat expetunt(...)

18Mais certains des Anglais vaincus par Guillaume se rendirent à l’étranger, soit pour solliciter une aide militaire et continuer la lutte contre l’usurpateur19, soit pour proposer la couronne d’Angleterre injustement détenue par le Normand : c’est ainsi qu’ils sollicitèrent d’abord le roi Svein du Danemark, puis Eustache de Boulogne, un allié de Guillaume20. Le recours à l’étranger, voire à l’ennemi héréditaire, est un comportement que les rois d’Angleterre considérèrent toujours comme un crime de haute trahison. Robert Courteheuse et Guillaume Cliton, son fils, firent plusieurs fois appel au roi de France dans l’espoir de recouvrer le duché de Normandie sur lequel Henri avait mis la main en 1106. Ce roi se montra impitoyable à l’égard de ceux qui avaient sympathisé avec les ennemis du royaume anglo-normand. L’appel au soutien français avait pourtant été inauguré par Guillaume le Conquérant en personne pour soumettre les barons normands révoltés à Val-ès-Dunes.

  • 21 Ibid. : […] regis monitus spernebant […].
  • 22 Ibid. : Interea […] praesidibus superbis, qui regi monitus spernebant, admodum (Angli) injuriabantu (...)

19Une autre forme de contestation dont Orderic parle peu, c’est le refus de la part des hommes exerçant des fonctions d’autorité d’appliquer les lois et les décisions de leur roi. Au lendemain de la bataille d’Hastings, les hommes chargés de gouverner le nouveau royaume « méprisèrent les décisions du roi »21 qui voulait que les Anglais soient considérés comme des concitoyens et non comme des vaincus. Ces hommes avides de richesses et d’honneurs protégeaient même ceux qui se rendaient coupables d’injustices et de crimes à l’égard des indigènes. Odon est pour Orderic l’exemple de l’aristocrate, vice-roi du royaume, qui refuse de mettre en application les lois édictées par Guillaume le Conquérant22. Cette attitude des aristocrates normands, en Angleterre comme en Italie, révèle leur désir manifeste de limiter au maximum l’autorité royale et d’étendre leur propre pouvoir et leur arbitraire.

  • 23 OV, II, 90 : […] de quibusdam ludibriis et improvidis dictis ducique privatim derogantibus apud ips (...)
  • 24 OV, VI, 352 : Lucam quoque de Barra pro derisoriis cantionibus et temerariis nisibus orbari luminib (...)

20La dérision et l’humour faisaient traditionnellement déjà partie des armes de la contestation, mais il semble que parfois certains princes normands n’aient guère apprécié la finesse des plaisanteries adressées à leurs personnes. Deux exemples nous sont fournis par Orderic : Robert de Grandmesnil dut s’enfuir en 1061 pour avoir, selon l’accusation, proféré des plaisanteries et tenu des propos inconsidérés23. Il semble avoir eu raison de fuir, car Henri Ier condamna plus tard Luc de la Barre à être privé de la vue « pour des chansons ironiques et des entreprises audacieuses »24. Ce genre de contestation, fondée sur la dérision, qui était interdit aux barons, était peut-être réservé aux fous du roi dont Orderic ne parle pas.

Les raisons de la contestation

21Mais quelles sont donc les raisons qui incitent les hommes à s’opposer ainsi à l’autorité ? L’Historia ecclesiastica fournit un dossier suffisamment volumineux pour que nous puissions évoquer les plus importants de ces motifs, sans oublier cependant que certains troubles pouvaient aussi naître d’une conjonction de raisons.

  • 25 Cf. le discours de l’abbé Serlon d’Orgères, OV, VI, 60-66.
  • 26 OV, IV, 146.
  • 27 OV, IV, 226 : Visis tot malis, pauper gemit clerus, monachorum plorant cetus et desolatus ubique me (...)
  • 28 OV, VI, 62 : « Frater quippe tuus Normanniam non possidet nec ut dux principatur populo suo […] »

22Les troubles les plus graves et les plus durables naissent toujours au moment où le pouvoir ducal ou royal apparaît soit très faible soit trop rigoureux. Les barons, tout comme les voleurs et les brigands, profitent de l’apathie de l’autorité centrale pour donner libre cours à leurs entreprises illégales. Le règne de Robert Courteheuse, de 1087 à 1106, est présenté par Orderic comme une période de troubles dont furent victimes clercs, moines, paysans et pauvres25. Dès la mort de Guillaume le Conquérant, certains barons regagnèrent leurs domaines, chassèrent des châteaux les garnisons royales et investirent les places fortes de leurs voisins. Ils profitèrent du vide politique pour accroître leur puissance : ce faisant, ils remettaient en cause l’équilibre instauré par le prince légitime26. La situation devient encore plus grave lorsque c’est le prince lui-même qui se livre sans retenue à ses plaisirs, à la débauche, sans assumer ses responsabilités. Alors « gémissent les clercs, se lamentent les communautés de moines, tandis que le peuple sans défense se désole dans la tristesse »27. Tel est le tableau dramatique que Serlon d’Orgères, abbé de Saint-Évroult, a dressé dans son sermon de la Pâque 1105 à Carentan en présence du roi et de la cour d’Angleterre pour inciter Henri Ier à reprendre le pouvoir en Normandie : « Ton frère (Robert) ne possède pas la Normandie et il ne gouverne pas son peuple comme un duc »28.

  • 29 OV, II, 90 : Animosus autem dux plus aequo irae frena relaxans praecipuos milites […] exhereditavit (...)
  • 30 OV, II, 92 : […] injuriam hereditationis suae acriter vindicabat […].
  • 31 Ibid. : Osbernum abbatem ad occisionem diu quesivit.
  • 32 OV, V, 26 : Omnes nos ut imbelles ancillas amodo conculcabit.

23À l’inverse un pouvoir fort qui s’exerce avec trop de rigueur peut conduire certains sujets à des contestations violentes dans la mesure où ce pouvoir fort se laisse entraîner à l’arbitraire. Orderic reconnaît que Guillaume le Conquérant prêta parfois une oreille trop complaisante à des flatteurs et qu’il « força certains barons à partir en exil sans que soit prouvée leur culpabilité »29. Un châtiment disproportionné à la faute ou la nomination autoritaire d’un favori du prince suscite parfois des levées de boucliers. Durant trois ans, Arnauld d’Échauffour ravagea la région de Lisieux, incendiant même le bourg d’Ouche en raison de l’exil injustifié de son parent Robert de Grandmesnil, abbé de Saint-Évroult30 : il osa même faire une tentative d’assassinat sur l’abbé Osbern qui l’avait remplacé31. Les barons fidèles s’inquiétèrent du caractère despotique du roi Henri Beauclerc, refusant de n’être que « de pacifiques servantes »32.

  • 33 OV, IV, 192 : Cenomanni contra Normannos rebellaverunt ejectisque custodibus eorum de munitionibus (...)

24L’existence d’un conflit entre deux princes pour l’acquisition du pouvoir est la porte ouverte à toutes sortes de réclamations intempestives : la guerre civile fait naître des revendications injustifiées. De nombreux barons profitèrent du conflit entre Robert Courteheuse et ses deux frères pour obtenir des avantages excessifs au détriment d’autrui. Les habitants du Mans parvinrent à se libérer de la tutelle normande en 1090, ce qu’ils avaient déjà essayé de faire, sans y parvenir, sous le règne de Guillaume le Conquérant. Ils chassèrent la garnison normande et se choisirent, comme nouveau maître, Azon, marquis de Ligurie33.

25Le sentiment d’injustice, qu’il soit le fait d’un pouvoir fort ou faible, est le mobile le plus fréquent qui incite la victime à l’action. Les nominations d’évêques et d’abbés effectuées au mépris des règles canoniques, l’attribution de charges importantes à des hommes nouveaux, favoris du prince, la concession de domaines et de richesses à certains notables peuvent donc conduire à diverses formes de contestation. Certaines victimes font appel à des amis bien en cour pour qu’ils plaident leur cause habilement auprès du duc ou du roi, d’autres préparent un dossier qui confirmera leur droit ou leur prétention lors d’un procès, d’autres tentent un coup de main sur une place forte qui pourra ensuite leur servir de monnaie d’échange dans une future négociation, d’autres enfin s’engagent dans un conflit armé contre leur seigneur qui a manqué à ses devoirs féodaux.

  • 34 OV, II, 312 : Degener utpote nothus est qui rex nuncupatur et in propatulo divinitus monstratur quo (...)
  • 35 Les earldoms sont des circonscriptions administratives équivalant à nos comtés.

26La volonté de puissance (libido dominandi) fut aussi, selon Orderic Vital, le mobile de certaines revendications excessives. Cette volonté de puissance se manifeste surtout dans les hauts lignages, voire dans le lignage ducal. Lorsque Roger de Hereford et Raoul de Norwich revendiquèrent le gouvernement sur l’Angleterre en 1075, ils présentèrent à leurs complices cinq arguments démontrant la légitimité de leurs prétentions : l’indignité de Guillaume pour gouverner puisqu’il n’est qu’un bâtard (degener utpote nothus), l’assassinat de Conan par empoisonnement (veneno interfecit), l’exil forcé de Guillaume Werlenc, comte de Mortain, pour un mot inconsidéré (pro uno verbo), l’injuste conquête de l’Angleterre avec le meurtre et l’exil des héritiers véritables (temere invasit) et l’absence évidente de soutien divin puisque Guillaume est attaqué de tous côtés et même dans sa propre famille (Deo displicet)34. Cette rébellion fut menée alors que le roi se trouvait en Normandie : ce fut Lanfranc qui conduisit la contre offensive avec succès. Il y eut plusieurs « pronunciamentos » de ce genre en vue de remplacer le prince légitime : Gui de Brionne avait déjà tenté de prendre le pouvoir en 1046 ; par la suite, Robert Courteheuse voulut tirer argument de sa primogéniture pour reprendre la couronne royale à chacun de ses deux frères et sa cause lui amena le soutien de personnages importants comme Robert de Mortain, Odon de Conteville, Eustache de Boulogne et Robert de Bellême. De telles rébellions eurent d’importantes conséquences dans l’organisation du royaume : suppressions d’earldoms35, exil de grands barons comme Robert de Mortain, Odon, Robert de Breteuil et Raoul de Norwich.

  • 36 OV, IV, 112 : Tunc in Normannia subito facta est nimia rerum mutatio gelidusque timor inermi inhesi (...)

27Pour résumer toutes ces raisons en une seule, Orderic parle de ce qui définit la nature profonde de la gens Normannorum : le désir de richesses (aviditas) et la volonté de puissance (libido dominandi). Tout aristocrate normand cherche donc naturellement à s’étendre au détriment de ses voisins, dévoré par une ambition effrénée (flagrans ambitio)36. Profitant de la moindre défaillance de l’autorité centrale, la plupart s’engagent dans des conflits de voisinage au mépris de la loi. Orderic s’intéresse beaucoup à ces ressorts psychologiques qui poussent les hommes au mal et dont joue habilement le Malin.

Les réponses du pouvoir à la contestation

28Face à ces multiples formes de contestation suscitées par des motifs divers, le duc et le roi possèdent un arsenal varié de réponses pour mettre fin à ces séditions et châtier les coupables. Ces réponses ne s’apprécient pas seulement selon la gravité de l’action engagée, mais aussi en fonction du rang du contestataire et de l’humeur du souverain.

  • 37 OV, IV, 106 : Hoc ut episcopi et proceres alii audierunt et vicinos ejus qui eundem vera dixisse co (...)
  • 38 OV, V, 318-320.

29La première réponse à la contestation est la négociation entre les parties en conflit, qu’il y ait eu violence ou non. Cette procédure, qui bénéficie souvent de l’intervention d’un intermédiaire, a l’avantage de maintenir le conflit dans le cadre de la palabre et de la légalité. Telle fut la conclusion de la contestation émise par Ascelin, fils Arthur, lors des funérailles de Guillaume le Conquérant. Après une enquête rapide pour vérifier la légitimité de la réclamation, on paya une somme d’argent correspondant au prix du terrain et on s’engagea à payer le solde ultérieurement pour le reste de la surface37. De même à Alton en 1101, alors que Henri et Robert Courteheuse étaient sur le point d’engager une sanglante bataille, un traité fut conclu entre le roi et le duc38.

  • 39 OV, VI, 18 : At sicut fidelibus retributor erat magnificus, sic infidis erat impacabilis inimicus.
  • 40 Ibid. : […] et vix sine vindicta in corpore vel honore vel pecunia indulgebat certos reatus.

30Quand le contestataire et ses complices ont eu recours à la violence armée pour imposer leurs prétentions, le duc ou le roi rétablit l’ordre et la paix publics le plus souvent par une intervention armée. Orderic rappelle qu’Henri Ier était un ennemi implacable à l’égard de ceux qui avaient manqué à leur foi39. Le prince rassemblait alors ses fidèles pour assiéger les rebelles dans leurs forteresses et rares étaient ceux qui échappaient à sa colère. Dès que la place forte était tombée, plusieurs solutions s’offraient au vainqueur. Le plus souvent il exerçait une justice rigoureuse : Henri « laissait difficilement les auteurs de fautes avérées sans châtiment, soit dans leur corps, soit dans leur dignité, soit dans leur fortune »40.

  • 41 OV, IV, 42 : Noxia temeritas semper comprimenda est nec uni ad detrimentum rei publicae pro aliquo (...)
  • 42 OV, IV, 132 : Magnanimus itaque rex fidelium suorum precibus victus assensit, exitium et membrorum (...)
  • 43 OV, VI, 218 : Rodbertus Ascelini Goelli filius inimicorum regis primus resipuit et inchoatae factio (...)

31Le souverain est pourtant capable de pardonner, même si cela est contraire à la règle qu’il s’impose dans l’exercice de sa justice. Guillaume le Conquérant affirmait que « les aventures criminelles devaient toujours être réprimées et que personne ne devait, à l’encontre de l’intérêt public, au nom d’un lien de sympathie, échapper à la punition »41. Guillaume pardonna souvent à des rebelles comme Néel de Saint-Sauveur, Renouf de Bayeux. Il fut plus intransigeant à l’égard des gens de son lignage : il ne céda à aucune des demandes en faveur de son demi-frère Odon, emprisonné en 1082 et qui le resta jusqu’en 1087. Guillaume Le Roux et Henri Beauclerc manifestèrent leur magnanimité à l’égard de certains rebelles, notamment des parents. Guillaume le Roux pardonna à son oncle Odon qui avait pourtant contesté sa légitimité à la succession de son père : vaincu par les prières de ses proches, il ne le condamna pas à mort et le laissa sortir libre du château de Rochester où il s’était enfermé42. Robert, fils d’Ascelin Goel qui avait participé à une conjuration contre le roi Henri Ier, vint à résipiscence et obtint le pardon du roi43. Juliane, la fille naturelle du roi Henri Ier, et son mari Eustache de Breteuil, qui s’étaient révoltés contre le roi, bénéficièrent de sa grâce.

  • 44 OV, VI, 214 : Regio nempe jussu coacta sine ponte et sustentamento de sullimi ruit et nudis natibus (...)
  • 45 OV, IV, 134 : Oppidanis ergo cum merore et verecundia egredientibus et regalibus tubis cum gratulat (...)

32Mais un tel pardon peut parfois s’accompagner d’une vengeance quelque peu mesquine. Assiégée par son père dans la forteresse de Breteuil, Juliane, qui avait tenté de l’assassiner avec une baliste, se rendit, mais n’eut pas le droit de sortir libre par le pont. Sur ordre du roi, elle fut contrainte de se laisser glisser à l’aide d’une corde du haut des remparts sans soutien : « elle descendit ainsi honteusement jusqu’au fond du fossé en montrant ses fesses nues […]. La gelée qui glaçait les eaux refroidit de manière cruelle la chair délicate de la jeune femme » qui tomba au fond des eaux du fossé44. Odon de Bayeux, libéré en 1087, qui avait eu la malheureuse idée de prendre le parti de Robert Courteheuse, put sortir libre du château de Rochester avec le pardon de son neveu, non sans subir la plus grande des humiliations qu’Orderic nous raconte en détail. Le roi laissa les assiégés sortir du château mais il fit sonner les trompettes de la victoire comme lorsque tombe une place forte ennemie : les assiégés sortirent tristes et honteux au son de la trompette et sous les huées des Anglais qui leur criaient « Des colliers ! Des colliers ! que l’on attache à la potence ce traître d’évêque avec ses complices ». Orderic ajoute : « C’est ainsi que cet évêque impie fut chassé d’Angleterre et dépouillé de ses vastes possessions […] que le crime lui avait procurées »45.

  • 46 OV, VI, 20 : Diligenter enim eum fecerat per unum annum explorari et vituperabiles actus per privat (...)

33Le plus souvent contestataires et rebelles sont l’objet de sanctions sévères, prononcées avec ou sans l’accord des conseillers. Généralement les coupables étaient convoqués devant le tribunal après que l’on eut préparé avec le plus grand soin l’acte d’accusation. Ainsi pour poursuivre le redoutable Robert de Bellême, Henri Ier le fit espionner pendant un an en faisant effectuer par des gens sûrs des enquêtes préalables sur ses actions répréhensibles et en faisant rédiger un document écrit46. De la sorte il put le convoquer pour qu’il réponde de ses quarante-cinq crimes.

  • 47 OV, VI, 12 : Quosdam eorum qui se de objecto crimine purgare non poterant ingenti pecunia condemnav (...)
  • 48 OV, II, 318 : […] de Anglia perpetualiter exhereditatus est. Expulsus itaque cum uxore sua in Brita (...)
  • 49 Ibid. : Igitur secundum leges Normannorum judicatus est et amissa omni haereditate terrena in carce (...)
  • 50 Ibid. : Guallevus comes ad regem accersitus est et per delationem Judith uxoris suae accusatus est (...)

34Pour rendre ses verdicts, le prince dispose d’un arsenal de sanctions : il peut ainsi imposer une amende, la confiscation partielle ou totale des biens, l’exil temporaire ou définitif, la prison, la mutilation ou la mort. La justice est rendue en tenant compte de plusieurs facteurs : la gravité de l’action, la personnalité du coupable, l’appartenance à un lignage illustre et l’appréciation du repentir. Plusieurs châtiments pouvaient frapper en même temps le coupable : en général l’exil était prononcé conjointement à une confiscation des biens. Il arrivait ainsi que, pour un forfait identique, il y eût des sentences différentes. Les traîtres qui avaient pris en 1101 le parti de Robert Courteheuse contre son frère Henri furent condamnés à des peines dissemblables. Bien que tous fussent poursuivis pour violation de la foi (violata fides), certains durent payer une amende, les autres « qui semblaient plus suspects » furent bannis et dépouillés de leur patrimoine sans possibilité de le récupérer47. Lors de la révolte de 1075, les rebelles furent jugés selon le droit de leur peuple. Raoul de Norwich, né en Angleterre mais d’ascendance bretonne, fut définitivement privé de tous ses biens et banni d’Angleterre avec sa femme Emma : il se réfugia en Bretagne où il possédait encore des fiefs, puis il accompagna Robert Courteheuse en Terre sainte où il mourut48. Roger de Hereford, le fils de Guillaume fitz Osbern, fut jugé selon les lois normandes (secundum leges Normannorum). Il fut privé de tous ses biens et emprisonné jusqu’à sa mort : cinquante ans après, ses fils n’avaient pas encore récupéré les biens paternels49. Quant à Walthéof, qui semble ne pas avoir participé à la conjuration mais qui avoua seulement en avoir été informé, il fut condamné à mort et exécuté : sa femme Judith, qui était une cousine du roi et qui l’avait dénoncé, conserva le patrimoine de son mari50.

  • 51 OV, II, 106 : […] (Apuliam) unde non multo post cum ingenti pecunia rediit ducique pallam preciosam (...)
  • 52 OV, VI, 18 : Rodbertum de Pontefracto et Rodbertum Maletum placitis impetivit et honoribus exspolia (...)

35Le bannissement, sanction lourde, pouvait être temporaire et la confiscation des biens partielle, soit parce que la faute semblait plus légère, soit pour d’autres raisons plus politiques comme le besoin de chevaliers. Arnauld d’Échauffour fut banni en 1060 mais, trois ans après, il rentra en grâce en offrant à son duc un somptueux manteau (pallam pretiosam) rapporté d’Italie du Sud où il était allé rendre visite à des parents : le duc de Normandie avait alors besoin de tous ses chevaliers51. Robert de Pontefract, exilé en 1114 par le roi Henri Ier, perdit définitivement ses biens anglais, mais conserva son patrimoine normand52 : il en fut de même pour Odon de Conteville en 1088. Même si le banni va à l’étranger grossir les rangs des ennemis, cette sanction libère le royaume ou le duché d’un fauteur de troubles incontrôlable qui avait les moyens par ses vassaux de ravager toute une région.

  • 53 OV, VI, 352 : Eligit ergo rege cum terra sua relicto exulare, quam egregium consulem inextricabilib (...)

36Plus pénible est la privation de liberté. Le banni, même totalement dépouillé de ses biens, peut refaire sa vie et tenter fortune sous d’autres cieux, comme ce fut le cas en Italie du Sud. La plupart de ceux qui furent jetés en prison le furent pour le restant de leurs jours. Odon fut exceptionnellement libéré à la mort du Conquérant, mais Robert Courteheuse mourut en 1134 après un enfermement de 28 ans. Roger de Hereford connut le même sort. Guillaume de Grandcourt, fils du comte d’Eu et baron fidèle du roi Henri, prit un parti surprenant après s’être emparé d’Amauri, un adversaire du roi. Trouvant inhumain de contribuer, en le livrant à la justice cruelle de son roi, à le faire enfermer jusqu’à la fin de ses jours, il préféra partir avec lui et s’exiler avec son prisonnier53. Cet exemple montre la crainte que pouvait susciter la peine de prison.

  • 54 OV, IV, 154 : […] prefatus municeps jussu irati ducis protinus oculis privatus est. Aliis quoque pl (...)
  • 55 OV, VI, 352 : […] perjurii nefas committentes michi fidem suam mentiti sunt et idcirco nece seu pri (...)
  • 56 OV, VI, 354.

37Pourtant le degré suprême du châtiment est la mutilation ou la mort. Nombreux furent ceux qui, par jugement, eurent les yeux crevés ou les membres coupés. Robert Quarrel, qui résista à Robert Courteheuse dans son château de Ballon, fut privé de la vue sur ordre ducal (oculis privatus est), tandis que ses complices n’eurent que les bras ou (et ?) les jambes coupées (debilitatio membrorum inflicta est)54. Quand Henri Ier fit juger à Rouen les responsables d’une révolte en faveur de Guillaume Cliton, les sanctions prononcées par le roi apparurent excessives à ses fidèles qui le lui dirent : le roi répliqua que le crime de parjure commis par un vassal méritait la mort ou la mutilation55. Geoffroy de Tourville et Odard du Pin furent donc privés de la vue. Luc de la Barre dont le tort fut d’avoir composé des chansons ironiques et engagé des actions inconsidérées fut condamné à la même sentence : ne supportant pas l’idée de vivre dans d’éternelles ténèbres, il préféra se suicider en se fracassant le crâne contre le mur de sa prison56.

L’historien contestataire

  • 57 OV, V, 24 : Indomita gens Normannorum est et, nisi rigido rectore coherceatur, ad facinus promptiss (...)

38Pour avoir voulu raconter avec précision toutes les vicissitudes humaines de son temps, Orderic nous a laissé un témoignage précieux sur les diverses formes de contestation qui se manifestèrent en Normandie et dans le royaume anglo-normand de 1040 à 1140. Historien de la contestation, il ne s’est pas contenté de rapporter fidèlement les faits. Il a cherché les causes de ces révoltes incessantes et en a trouvé l’origine dans le caractère de la gens Normannorum, « un peuple indomptable et orgueilleux, dévoré d’ambition et avide de richesses, capable de toutes les perfidies s’il n’est pas tenu par un maître rigoureux »57.

  • 58 OV, II, 188 : […] miseras mutationes Anglorum et Normannorum sine adulatione referam, nullius remun (...)

39Mais Orderic n’est pas seulement un historien de la contestation, il est également un historien contestataire, dans la mesure où il se fait un devoir de porter un jugement sur les hommes et sur leurs entreprises. Orderic ne veut pas être absent de son histoire. Comme il le déclare lui-même, il a l’ambition de nous présenter le fruit de ses méditations. À la différence de la plupart des écrivains de cour, il écrit sans flatterie (sine adulatione), car il n’attend l’honneur d’aucune récompense de la part du vainqueur comme des vaincus58. Esprit indépendant, normand de cœur et anglais de sang, Orderic n’est au service que de la vérité qui pour lui s’exprime pleinement dans la foi chrétienne. Plus que l’histoire des hommes c’est l’histoire de l’action de Dieu dans le monde qu’il veut écrire dans son Histoire ecclésiastique. Une telle attitude le conduit nécessairement à porter un regard critique aussi bien sur l’action des princes que sur celle des prélats. La plume de l’écrivain est aussi menaçante pour les princes que l’épée des rebelles.

  • 59 OV, VI, 98 : Divitiis deliciisque affluens libidini nimis deditus fuit et a puericia usque ad senec (...)
  • 60 OV, VI, 220 : […] et quia majorem belli causam pro ablata sibi patrum hereditate habebat […].
  • 61 OV, VI, 228-230.

40Même s’il admire des rois comme Guillaume le Conquérant et son fils Henri Ier Beauclerc, Orderic n’hésite pas à dénoncer leurs faiblesses et leurs erreurs. Dans son portrait du roi Henri Ier, il reconnaît que le fils du Conquérant possédait toutes les vertus que doit posséder tout homme investi du pouvoir : sapientia, fortitudo, magnanimitas, justitia, prudentia. Mais il passe en revue les défauts du prince qui le conduisent à ne pas respecter la morale et les règles du droit. Il dénonce sa dépravation sexuelle qui lui valut d’avoir de nombreux fils et filles illégitimes, son goût immodéré de la chasse et des richesses qui l’amenèrent à dépouiller injustement des barons d’une partie de leur patrimoine59. Ainsi Amauri, dépossédé de son comté d’Évreux, se révolta légitimement, selon Orderic, contre son roi : « Il avait une raison importante de faire la guerre puisqu’on l’avait dépouillé de l’héritage de ses pères »60. C’est lors de ce conflit que se produisit l’incendie de la ville d’Évreux, de la cathédrale et de l’église Saint-Sauveur61.

  • 62 OV II, 90 ; cf. note 29.
  • 63 OV, II, 350 : […](Deus) nullum facinus impunitum relinquit […].
  • 64 OV, II, 232 : […] misericordia motus miserabilis populi meroribus et anxietatibus magis condoleo, q (...)

41À l’égard du Conquérant, auquel il reconnaît le mérite exceptionnel de s’être opposé aux ambitions des barons normands pour protéger les droits des Anglais, il fait preuve de la même objectivité. Dans l’exercice de la justice il le juge excessif : qualifié d’animosus, le duc ne parvenait pas à maîtriser ses colères (plus aequo irae frena relaxans)62 et condamnait sans preuve des innocents à l’exil. Quant à la condamnation à mort du comte Walthéof, Orderic la qualifie de crime (facinus) que Dieu ne laissa pas impuni63. Orderic n’oublie par non plus les massacres d’York dont il souligne le caractère atroce : « Je préfère m’associer à la douleur et aux tourments de ce peuple infortuné que d’applaudir l’auteur de tant de meurtres […] »64.

  • 65 OV, V, 202 : […] obscenis fornicationibus et frequentibus moechiis inexplebiliter inhesit flagitiis (...)
  • 66 OV, V, 204 : Plerumque leves et indocti eliguntur ad regimen aecclesiae tenendum […].
  • 67 OV, VI, 62 : Principe desipiente, tota regio periclitatur.

42Le duc Robert Courteheuse et le roi Guillaume le Roux n’ont guère trouvé grâce à ses yeux ; Orderic les juge sévèrement. Il reproche à Guillaume le Roux d’avoir donné l’exemple d’une honteuse débauche (obscenis fornificationibus)65, d’avoir laissé vacants les sièges épiscopaux et abbatiaux pour s’approprier leurs revenus, d’avoir nommé comme prélats des hommes ignorants et légers (leves et indocti)66 et d’avoir exilé Anselme parce que celui-ci lui avait fait de justes remontrances. Quant à Robert, il est devenu pour lui le symbole du duc lâche, débauché et incapable de gouverner : il fait dire à Serlon d’Orgères, abbé de Saint-Évroult : « sous un prince insensé tout le pays est en péril »67.

  • 68 OV, VI, 266-268.
  • 69 OV, II, 190 : Anglia tunc Heraldi sevicia perjurioque polluta corruit et genuinis haeredibus orbata (...)
  • 70 Cf. note 57.
  • 71 OV, II, 100 : […] Langobardis Graecisque qui magnis in urbibus et oppidis confidentes jus antiquum (...)
  • 72 OV, IV, 16 : Sic cunctis sapienter intuentibus perspicue lucet quod quem (Alexium) Deus defensat ac (...)

43Mais au-delà des personnes, Orderic n’hésite pas à évoquer le problème de la légitimité des conquêtes normandes, tant en Italie qu’en Angleterre. Il ne se contente pas de dénoncer la conduite des Normands qui mettent à mort les Anglais pour s’approprier leurs biens, qui violent les femmes et qui agissent impunément au mépris des lois promulguées par leur roi68. Il conteste même le bien-fondé de leurs conquêtes. Après la bataille d’Hastings, l’Angleterre a été soumise « aux brigands étrangers » (externi praedones)69. Dans tous les pays où ils se trouvent, « les Normands aspirent à la domination et c’est par une ambition effrénée qu’ils transgressent les préceptes de la vérité et de la loyauté »70. Tous les peuples ont fait la malheureuse expérience de cette volonté de puissance : Français, Bretons, Anglais, Italiens, Lombards et Grecs. Robert Guiscard a soumis des Grecs et des Lombards « qui pourtant s’attachaient à défendre leur liberté ancestrale et leur droit antique sur leur pays »71. Si le fils de Tancrède n’est pas parvenu à monter sur le trône impérial de Constantinople, c’est parce que la Providence divine favorisait Alexis contre les Normands sans foi, qui avaient coutume de ne pas rendre le pouvoir à leurs alliés mais de le leur arracher72. Orderic reconnaît cependant que si les Normands sont parvenus à s’établir en Italie du Sud et en Angleterre, c’est que la Providence en avait décidé ainsi et non la valeur guerrière ou la justesse de la cause normande. Si la contestation de l’Angligena tourne court, c’est par respect de la Majesté divine et non de celle des Normands.

  • 73 OV, II, 290 : Ipse nimirum primogenitus est Guillemi regis filius et ego et tu, domine mi Henrice, (...)
  • 74 OV, V, 290 : Henricus manum ad capulum vivaciter misit et gladium exemit […].
  • 75 OV, V, 294 : […] regnum sibi divinitus commissum prudenter et commode moderatus est […] ; VI, 378 :(...)

44Orderic a en outre voulu exposer clairement les deux grands problèmes qui divisèrent le royaume anglo-normand : le problème de la légitimité d’Henri comme roi d’Angleterre et celui de sa légitimité comme duc de Normandie. Dans son récit de l’accession au pouvoir d’Henri Ier après la mort accidentelle de Guillaume le Roux, Orderic n’essaie nullement de masquer la faiblesse de la cause du nouveau roi. Il donne la parole à Guillaume de Breteuil, qui a pris le parti de Robert Courteheuse pour deux raisons : le droit de primogéniture et l’hommage rendu par tous les vassaux et par Henri lui-même au frère aîné73. En réponse à ce discours argumenté, Orderic n’évoque qu’un geste d’Henri qui « retira son épée du fourreau »74. Mais la faiblesse juridique du prétendant Henri est, croit-il, amplement contrebalancée par la certitude que le nouveau roi est vraiment l’élu de la Providence75.

  • 76 OV, VI, 86.

45La conquête du duché en 1106, qui a fait d’Henri le duc de Normandie à la place de son frère Robert, ouvre un autre débat qu’Orderic n’a pas voulu non plus esquiver, bien que la cause du roi soit encore plus fragile. Si ce dernier justifie aisément sa prise de pouvoir en 1106, en démontrant l’incapacité de son frère aîné à gouverner et à assurer la paix publique76, il ne peut opposer aucun argument pertinent à ceux qui lui reprochent de confisquer l’héritage du fils de Robert Courteheuse, Guillaume Cliton. Orderic expose le bien-fondé des deux parties rivales sans chercher à masquer que la légitimité d’Henri comme duc semble contestable. Mais, une fois encore, Orderic est convaincu que la légitimité repose finalement sur l’élection divine. On ne saurait donc être un historien véritable si on n’est pas en même temps un théologien de l’histoire.

  • 77 OV, IV, 278 : (Goisfredus de Molbraio) magis peritia militari quam clericali vigebat ideoque lorica (...)

46Les blâmes de l’écrivain ne s’adressent pas uniquement aux détenteurs des pouvoirs civils. Les hommes d’Église, séculiers et réguliers, ont droit eux aussi au regard critique d’Orderic qui estime de son devoir de porter un jugement sur la manière dont la fonction épiscopale ou abbatiale a été remplie. Il reconnaît que les évêques eurent le mérite de reconstruire leur cathédrale et de réorganiser la vie religieuse dans leur diocèse, mais ces réalisations ne sauraient faire oublier tout ce qui est condamnable (reprehensibilia) dans la vie de ces prélats. Orderic dénonce quatre principales infidélités des prélats à l’idéal évangélique : amour de l’argent, amour du pouvoir, amour des femmes et amour du jeu et des frivolités. Il leur reproche d’abord l’amour du pouvoir et de la vaine gloire. Beaucoup d’évêques, en effet, ont exercé des responsabilités civiles qui les ont tenus éloignés de leur mission pastorale et qui les ont pervertis. Geoffroy de Montbray, à qui le Conquérant confiait la direction d’opérations militaires, savait mieux entraîner des chevaliers au combat que former des clercs à la liturgie77.

  • 78 OV, IV, 44 : Praesulatus Bajocensis et comitatus Cantiae ingentibus gazis abundans […] uni clerico (...)
  • 79 OV, IV, 42 : Frater meus cui tocius regni tutelam commendavi violenter opes diripuit, crudeliter pa (...)
  • 80 OV, III, 20 : (Gislebertus cognomento Maminotus) ocio et quieti affatim studebat ludisque alearum e (...)
  • 81 OV, III, 86 : (Malgerius) […] voluptatibus carnis mundanisque curis indecenter inhesit.

47Odon se laissa aller à la tyrannie en secondant son frère comme vice-roi et son goût pour les honneurs le conduisit même à revendiquer « le pouvoir universel » en essayant de devenir pape : « il n’était pas poussé par une divine inspiration ni par une élection canonique, mais par l’orgueil sans mesure d’une insatiable ambition »78. L’amour des richesses va de pair avec l’amour du pouvoir. Lors de son arrestation en 1082, Guillaume lui reproche d’avoir profité de ses fonctions politiques pour dépouiller les monastères et les églises de leurs biens et de leurs revenus79. Les prélats se laissent en outre séduire par les jeux et les frivolités de la chasse : certains d’entre eux comme Gilbert Maminot en oublient leurs devoirs et les célébrations liturgiques80. Si Orderic se montre tolérant à l’égard des prêtres mariés, la vie libertine de ces prélats comme Mauger et Odon, qui étaient attachés aux plaisirs de la chair de façon inconvenante (voluptatibus carnis)81, lui semble un manquement grave à l’idéal du pontife.

  • 82 Cf. note 66.

48Orderic conteste également la manière dont sont choisis les évêques : le duc et le roi les imposent à des clercs qui très souvent ont élu un autre postulant. Il souhaite que les évêques soient choisis parmi les moines, comme ce fut le cas pour Maurille, car c’est au sein des abbayes que ces hommes peuvent recevoir la formation intellectuelle, religieuse et morale indispensable pour assumer leur charge. Au lieu de cela, on choisit des pontifes presque illettrés et de basse extraction dont le seul mérite est d’être des flatteurs du prince82.

  • 83 OV, IV, 310 : Albedine in habitu suo precipue utuntur, qua singulares ab aliis notabilesque videant (...)
  • 84 OV, IV, 320 : […] cogantur servilibus et incongruis more vilium mancipiorum studiis seu laboribus o (...)
  • 85 OV, IV, 326 : Mixti bonis hipochritae procedunt, candidis seu variis indumentis amicti homines illu (...)

49À l’égard des réguliers, Orderic se montre d’une grande réserve dans ses critiques. Les cisterciens font cependant exception : tout en admirant la rigueur de leur vie menée dans la plus extrême pauvreté, il conteste le fondement de leur règle qui ne respecte pas la tradition inaugurée par Colomban et Benoît. Il leur reproche de s’habiller en blanc pour rendre plus ostentatoires leurs vertus et de rejeter l’habit noir des bénédictins « qui est la couleur de l’humilité »83. Ils consacrent leur temps, non à l’étude, mais aux travaux bas et peu convenables qui sont habituellement réservés aux paysans84. Une telle renonciation à la tradition ouvre la porte aux hypocrites qui cherchent à s’imposer à la face du monde plus par leur habit que par leurs vertus85.

  • 86 OV, II, 260 : […] ex infimis Normannorum clientibus tribunos et centuriones ditissimos erexit.
  • 87 OV, IV, 170-172 : […] ex obscura satis et paupere parentela prodiit […].

50Censeur des rois et des princes ainsi que des hommes d’Église, Orderic a aussi dénoncé les vices qui risquaient de mettre en péril l’équilibre de la société. Il croit d’abord que cet équilibre repose sur l’existence d’ordres sociaux stables, en distinguant selon la tradition les trois ordres constitués par les nobles, les clercs et les travailleurs (paysans, artisans, marchands). De ce fait, il conteste la promotion de certains personnages auxquels les princes accordent des postes de responsabilité réservés par nature aux aristocrates. Guillaume le Conquérant a choisi des Normands de la plus basse origine pour en faire des hommes très riches, exerçant l’autorité civile et militaire86. Orderic nourrit un souverain mépris à l’endroit de Renouf Flambard que le roi éleva à de très hautes fonctions. Cet homme, né de parents obscurs et pauvres87, parvint par l’intrigue à s’imposer à la cour. Il fallait appartenir à un lignage aristocratique pour être capable de remplir de telles fonctions. C’est ce Renouf, cruel et débauché, qui convainquit le roi d’entreprendre une révision générale des biens et des personnes de tout le royaume ; c’est lui encore qui conseilla au roi de laisser vacants les sièges épiscopaux et abbatiaux pour s’approprier leurs revenus. Il parvint même à devenir évêque de Durham et à installer son jeune frère Foucher, complètement illettré, comme évêque de Lisieux.

  • 88 OV, VI, 64 : « Omnes femineo more criniti estis quod non decet vos qui ad similitudinem Dei facti e (...)

51Par la bouche de son abbé Serlon d’Orgères, Orderic prononce un violent réquisitoire contre une mode nouvellement apparue, la mode des cheveux longs. Dans son sermon de Pâques, à Carentan, l’abbé reprocha au roi et aux gens de la cour de porter les cheveux longs à la manière des femmes, en oubliant que, eux, ils avaient été créés à l’image de Dieu, que l’homme ne doit donc pas cacher88. Porter les cheveux longs, c’est imiter les femmes dont la mollesse conduit au crime. À la fin de son sermon l’abbé sortit de sa manche une paire de ciseaux et vint couper les cheveux du roi qui se laissa faire et qui fit signe à tous les aristocrates de se laisser tondre aussi par de jeunes clercs armés de ciseaux.

  • 89 OV IV, 186 : […] quasi caudas scorpionum quas vulgo pigacias appellant faciunt […].
  • 90 OV, IV, 182-184.

52Contempteur des modes indécentes, Orderic s’en prend également à la mode des pigaces, sortes de chaussures terminées en pointe en forme de queue de scorpion89. Il rattache cette coutume vestimentaire au genre de vie homosexuel : il déplore que les jeunes du XIIe siècle refusent de faire la guerre, se moquent des exhortations des prêtres et s’abandonnent aux ordures de Sodome. Ces hommes efféminés révélaient à l’extérieur ce qu’ils étaient à l’intérieur : ils avaient le front rasé, mais entretenaient leur longue chevelure frisée à l’arrière ; ils portaient des chemises et des tuniques qui épousaient étroitement les formes de leur corps et dont le bas balayait la poussière des chemins ; aux pieds ils portaient les fameuses chaussures à la queue de scorpion90. Cette mode exécrable qui affectait toute la noblesse se répandait désormais jusque chez les paysans.

  • 91 OV, III, 212 : Humani acumen ingenii semper indiget […] praeterita recolendo praesentiaque rimando (...)

53Tel est le témoignage d’un moine qui vécut à la fin du XIe siècle et au milieu du XIIe siècle et qui cherchait à montrer que, par delà les folies des hommes, Dieu était bien le maître de l’histoire du monde. Orderic est persuadé que c’est par la connaissance du passé que l’on parvient à comprendre le présent, afin de préparer l’avenir91. Rappeler les hommes à la vertu, les inciter au respect des lois divines, c’est pour lui la manière la plus efficace d’intervenir dans l’histoire du monde.

54Mais cette théologie de l’histoire pour simpliste qu’elle soit a le mérite de fournir à Orderic une éthique qui fonde son métier d’historien. C’est cette théologie qui l’incite à chercher la vérité sans tenir compte des justifications officielles et de la propagande, c’est elle aussi qui lui fait croire que son œuvre doit servir au progrès moral de l’humanité, c’est elle enfin qui lui fournit le modèle biblique d’après lequel il peut juger le monde.

55Orderic Vital est un historien des contestations humaines, car tel est l’objet de l’histoire, mais il est aussi un historien contestataire car telle est sa mission. Vérité et vertu sont pour lui indissociables, car dire la vérité conduit nécessairement à la vertu.

Notes

1 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, Marjorie Chibnall (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1969-1978, 6 vol. (désormais cité OV avec le chiffre du volume et celui de la page) ; III, 214 : Antiqui enim Patres, Martialis et Taurinus, Silvester, Martinus et Nicholaus aliique mirabiles viri […] elementis mundi aereisque potestatibus in virtute Omnipotentis imperantes dominati sunt.

2 Ibid. : De miraculis vero prodigiisque sanctorum, quia nimia nunc in terris est penuria eorum, modo scriptoribus in referendo non est insudandum.

3 Ibid. : Successores autem eorum […] secularibus pompis et divitiis quibus plerique nimium inhiant multipliciter pollent, sed merito sanctitatis potentiaque virtutum et prodigiorum non aeque renitent.

4 Ibid. : De humano statu lapsuque, de labentibus seculi volubilitate et prelatorum principumque nostrorum vicissitudine, de pace seu bello et multimodis qui non deficiunt casibus terrigenarum, cuilibet dictanti thema scribendi est copiosum.

5 OV, V, 4 : Haec ideo medullitus considero meditatusque meos litteris assigno.

6 OV, VI, 284 : « […] deposcit ut Rodbertum fratrem tuum quem in vinclis jamdiu tenuisti absolvas eique et filio ejus ducatum Normanniae quem abstulisti restituas. »

7 OV, IV, 84 : Immemor itaque hominii et fidelitatis quam michi juraverat totam Normanniam auferre sategit.

8 OV, II, 356 : Adolescens autem […] ambitione juvenili noxioque sodalium instinctu […] debitos honores requisivit a patre, principatum videlicet Cenomannorum et Neustriae.

9 OV, VI, 530 : Eodem tempore turbatio magna in Anglia exorta est […] ; II, 216 : Exoritur […] vehemens perturbatio […] ; II, 306 : Deinde regio tota perturbatur […] ; II, 310 : Verum eodem tempore alia tempestas gravissima orta est quae saeva nimis et damnosa multis in Anglia facta est.

10 OV, II, 78-80 : Rodbertus Giroii filius contra Willelmum ducem rebellavit […].

11 OV, IV, 84 : Fidem suam michi mentitus in me rebellavit […].

12 OV, II, 310 : […] pariter decreverunt ut palam rebellarent et principatu Angliae Guillelmo regi surrepto sibi jus, immo tirannidem, assumerent.

13 OV, IV, 228-230. Inermes : « des gens sans défense ».

14 OV, IV, 106 : « Hanc igitur terram calumnior et palam reclamo et ne corpus raptoris operiatur cespite meo nec in hereditate mea sepeliatur ex parte Dei prohibeo. »

15 OV, II, 92 : Porro Ernaldus de Excalfoio injuriam exhereditationis suae acriter vindicabat et rapinis incendiisque hominumque capturis vel occisionibus Lexoviensem pagum per triennium inquietabat.

16 OV, VI, 20 : […] pavidus et anhelus fugit […].

17 OV, II, 90 : […] imminentem furiam declinare prius quam dampnum irreparabile pateretur eligit.

18 OV, II, 202 : Exules igitur Anglorum favorabiliter a Grecis suscepti sunt […].

19 OV, II, 202 : Vltro in exilium aliqui profugiunt, quo extorres vel a potestate Normannorum sint liberi vel opibus alienis aucti contra eos ad recidivum certamen revertantur. Pour la révolte d’Eustache de Boulogne, voir OV, II, 204-206.

20 OV, II, 202 : Igitur ad Suenum regem Danorum dirigunt atque ut regnum Angliae […] reposcat expetunt […].

21 Ibid. : […] regis monitus spernebant […].

22 Ibid. : Interea […] praesidibus superbis, qui regi monitus spernebant, admodum (Angli) injuriabantur. Nam armigeros suos immodicas praedas et incestos raptus facientes vi (Odo episcopus et Willelmus Osberni filius) tuebantur […].

23 OV, II, 90 : […] de quibusdam ludibriis et improvidis dictis ducique privatim derogantibus apud ipsum accusaverat.

24 OV, VI, 352 : Lucam quoque de Barra pro derisoriis cantionibus et temerariis nisibus orbari luminibus imperavit.

25 Cf. le discours de l’abbé Serlon d’Orgères, OV, VI, 60-66.

26 OV, IV, 146.

27 OV, IV, 226 : Visis tot malis, pauper gemit clerus, monachorum plorant cetus et desolatus ubique meret inermis populus.

28 OV, VI, 62 : « Frater quippe tuus Normanniam non possidet nec ut dux principatur populo suo […] »

29 OV, II, 90 : Animosus autem dux plus aequo irae frena relaxans praecipuos milites […] exhereditavit et sine probabilibus culpis diu exulare coegit.

30 OV, II, 92 : […] injuriam hereditationis suae acriter vindicabat […].

31 Ibid. : Osbernum abbatem ad occisionem diu quesivit.

32 OV, V, 26 : Omnes nos ut imbelles ancillas amodo conculcabit.

33 OV, IV, 192 : Cenomanni contra Normannos rebellaverunt ejectisque custodibus eorum de munitionibus novum principem sibi constituerunt.

34 OV, II, 312 : Degener utpote nothus est qui rex nuncupatur et in propatulo divinitus monstratur quod Deo displicet, dum talis erus regno praesidet […]. Nam ipse Guillelmum Guarlengum Moritolii comitem pro uno verbo exhaereditavit […] Conanum quoque strenuissimum consulem veneno interfecit […] Nobile regnum Angliae temere invasit, genuinos haeredes injuste trucidavit vel in exilium crudeliter pepulit […].

35 Les earldoms sont des circonscriptions administratives équivalant à nos comtés.

36 OV, IV, 112 : Tunc in Normannia subito facta est nimia rerum mutatio gelidusque timor inermi inhesit populo et potentibus importune flagrans ambitio.

37 OV, IV, 106 : Hoc ut episcopi et proceres alii audierunt et vicinos ejus qui eundem vera dixisse contestabantur intellexerunt, hominem accersierunt omnique remota violentia precibus blandis lenierunt et pacem cum eo fecerunt.

38 OV, V, 318-320.

39 OV, VI, 18 : At sicut fidelibus retributor erat magnificus, sic infidis erat impacabilis inimicus.

40 Ibid. : […] et vix sine vindicta in corpore vel honore vel pecunia indulgebat certos reatus.

41 OV, IV, 42 : Noxia temeritas semper comprimenda est nec uni ad detrimentum rei publicae pro aliquo favore parcendum est.

42 OV, IV, 132 : Magnanimus itaque rex fidelium suorum precibus victus assensit, exitium et membrorum debilitationem obsessis indulsit et de oppido (Rofensi) exeundi facultatem cum equis et armis concessit […].

43 OV, VI, 218 : Rodbertus Ascelini Goelli filius inimicorum regis primus resipuit et inchoatae factionis poenitens amiciciam sceptrigeri principis expetiit et optentam usque ad mortem […] fideliter et commode servavit.

44 OV, VI, 214 : Regio nempe jussu coacta sine ponte et sustentamento de sullimi ruit et nudis natibus usque in profundum fossati cum ignominia descendit […] vnda nimio gelu constricta tenerae carni lapsae mulieris ingens frigus jure subministravit […].

45 OV, IV, 134 : Oppidanis ergo cum merore et verecundia egredientibus et regalibus tubis cum gratulatione clangentibus multitudo Anglorum quae regi adherebat cunctis audientibus vociferabatur et dicebat : Torques, torques afferte et traditorem episcopum cum suis complicibus patibulis suspendite […]. Sic irreligiosus presul de Anglia expulsus est et amplissimis possessionibus spoliatus est […].

46 OV, VI, 20 : Diligenter enim eum fecerat per unum annum explorari et vituperabiles actus per privatos explotatores caute investigari summopereque litteris annotari […].

47 OV, VI, 12 : Quosdam eorum qui se de objecto crimine purgare non poterant ingenti pecunia condemnavit, alios vero quos magis suspectos habebat irrecuperabiliter exheredatos exulare compulit.

48 OV, II, 318 : […] de Anglia perpetualiter exhereditatus est. Expulsus itaque cum uxore sua in Britanniam repetiit ; sur l’exil de ces rebelles, voir Elisabeth Van Houts, « L’exil dans l’espace anglo-normand », in La Normandie et l’Angleterre au Moyen Âge, P. Bouet et V. Gazeau (éd.), Caen, Publications du CRAHM, 2003, p. 117-127.

49 Ibid. : Igitur secundum leges Normannorum judicatus est et amissa omni haereditate terrena in carcere regis perpetuo damnatus est […].

50 Ibid. : Guallevus comes ad regem accersitus est et per delationem Judith uxoris suae accusatus est […].

51 OV, II, 106 : […] (Apuliam) unde non multo post cum ingenti pecunia rediit ducique pallam preciosam detulit.

52 OV, VI, 18 : Rodbertum de Pontefracto et Rodbertum Maletum placitis impetivit et honoribus exspoliatos extorres expulit.

53 OV, VI, 352 : Eligit ergo rege cum terra sua relicto exulare, quam egregium consulem inextricabilibus nodis nectere […].

54 OV, IV, 154 : […] prefatus municeps jussu irati ducis protinus oculis privatus est. Aliis quoque pluribus qui contumaciter ibidem restiterant principi Normanniae debilitatio membrorum inflicta est ex sententia curiae […].

55 OV, VI, 352 : […] perjurii nefas committentes michi fidem suam mentiti sunt et idcirco nece seu privatione membrorum puniri meruerunt.

56 OV, VI, 354.

57 OV, V, 24 : Indomita gens Normannorum est et, nisi rigido rectore coherceatur, ad facinus promptissima est. In omnibus collegiis ubicumque fuerint dominari appetunt et veritatis fideique tenorem prevaricantes ambitionis estu multoties effecti sunt.

58 OV, II, 188 : […] miseras mutationes Anglorum et Normannorum sine adulatione referam, nullius remunerationis a victoribus seu victis expetens honorificentiam.

59 OV, VI, 98 : Divitiis deliciisque affluens libidini nimis deditus fuit et a puericia usque ad senectutem huic vitio culpabiliter subjacuit et filios ac filias ex pelicibus plures genuit.

60 OV, VI, 220 : […] et quia majorem belli causam pro ablata sibi patrum hereditate habebat […].

61 OV, VI, 228-230.

62 OV II, 90 ; cf. note 29.

63 OV, II, 350 : […](Deus) nullum facinus impunitum relinquit […].

64 OV, II, 232 : […] misericordia motus miserabilis populi meroribus et anxietatibus magis condoleo, quam tantae cedis reo frivolis adulationibus favere inutiliter studeo.

65 OV, V, 202 : […] obscenis fornicationibus et frequentibus moechiis inexplebiliter inhesit flagitiisque pollutus exemplum turpis lasciviae subjectis damnabiliter exhibuit.

66 OV, V, 204 : Plerumque leves et indocti eliguntur ad regimen aecclesiae tenendum […].

67 OV, VI, 62 : Principe desipiente, tota regio periclitatur.

68 OV, VI, 266-268.

69 OV, II, 190 : Anglia tunc Heraldi sevicia perjurioque polluta corruit et genuinis haeredibus orbata externis praedonibus Guillelmo victori faventibus subjacuit.

70 Cf. note 57.

71 OV, II, 100 : […] Langobardis Graecisque qui magnis in urbibus et oppidis confidentes jus antiquum pristinamque libertatem defendere nitebantur.

72 OV, IV, 16 : Sic cunctis sapienter intuentibus perspicue lucet quod quem (Alexium) Deus defensat ac refovet nemo dejicere vel adnichilare prevalet ; IV, 14 : (Normanni) quibus moris est imperium sociis non reddere sed auferre.

73 OV, II, 290 : Ipse nimirum primogenitus est Guillemi regis filius et ego et tu, domine mi Henrice, hominium illi fecimus.

74 OV, V, 290 : Henricus manum ad capulum vivaciter misit et gladium exemit […].

75 OV, V, 294 : […] regnum sibi divinitus commissum prudenter et commode moderatus est […] ; VI, 378 : Auxilio superni dispensatoris fretus rex Henricus […].

76 OV, VI, 86.

77 OV, IV, 278 : (Goisfredus de Molbraio) magis peritia militari quam clericali vigebat ideoque loricatos milites ad bellandum quam revestitos clericos ad psallendum magis erudire noverat […]. Ce qu’Orderic dit de Geoffroy de Monbray correspond à ce qu’il dit ailleurs de certains évêques comme Odon.

78 OV, IV, 44 : Praesulatus Bajocensis et comitatus Cantiae ingentibus gazis abundans […] uni clerico non sufficiebat, qui universo mundo preferri satagebat, quem ad hoc non cogebat divina assumptio nec canonica electio, sed insatiabilis cupiditatis immoderata presumpcio.

79 OV, IV, 42 : Frater meus cui tocius regni tutelam commendavi violenter opes diripuit, crudeliter pauperes oppressit […].

80 OV, III, 20 : (Gislebertus cognomento Maminotus) ocio et quieti affatim studebat ludisque alearum et tesserarum plerumque indulgebat ; in cultu aecclesiastico erat piger et negligens […].

81 OV, III, 86 : (Malgerius) […] voluptatibus carnis mundanisque curis indecenter inhesit.

82 Cf. note 66.

83 OV, IV, 310 : Albedine in habitu suo precipue utuntur, qua singulares ab aliis notabilesque videantur. Nigredo in plerisque locis sanctae Scripturae humilitatem designat.

84 OV, IV, 320 : […] cogantur servilibus et incongruis more vilium mancipiorum studiis seu laboribus occupari pro victu proprio.

85 OV, IV, 326 : Mixti bonis hipochritae procedunt, candidis seu variis indumentis amicti homines illudunt et populis ingens spectaculum efficiunt. Veris Dei cultoribus scemate non virtute assimilari plerique gestiunt […]

86 OV, II, 260 : […] ex infimis Normannorum clientibus tribunos et centuriones ditissimos erexit.

87 OV, IV, 170-172 : […] ex obscura satis et paupere parentela prodiit […].

88 OV, VI, 64 : « Omnes femineo more criniti estis quod non decet vos qui ad similitudinem Dei facti estis […] »

89 OV IV, 186 : […] quasi caudas scorpionum quas vulgo pigacias appellant faciunt […].

90 OV, IV, 182-184.

91 OV, III, 212 : Humani acumen ingenii semper indiget […] praeterita recolendo praesentiaque rimando ad futura feliciter virtutibus instrui […].

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540