Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand (xe-xviiie siècle)

 | 
Catherine Bougy
, 
Sophie Poirey

Avant-propos

Catherine Bougy et Sophie Poirey

Texte intégral

1Ce colloque, organisé au centre international de Cerisy-la-Salle par l’Office Universitaire d’Études Normandes de l’université de Caen Basse-Normandie, s’est penché pendant cinq jours sur la question de la contestation dans le monde normand. Selon la définition des dictionnaires, contester c’est « dénier », « récuser » ou encore « refuser ». Autant de termes qui s’appliquent parfaitement à une Normandie qui, de ses origines au XVIIIe siècle, a connu, voire subi, différents pouvoirs : celui des ducs jusqu’en 1204, puis celui de la Couronne de France, sans oublier celui de la Couronne d’Angleterre. De plus, l’extension européenne de cette province, en Angleterre et en Italie, n’a pu que susciter des contestations du pouvoir ou plutôt des pouvoirs, ceux auxquels les Normands étaient soumis ou ceux qu’ils ont exercés.

2Les organisatrices du colloque ont donc souhaité examiner les différents épisodes contestataires liés à ces grandes phases de l’histoire de la Normandie en choisissant toutefois de s’arrêter à la veille de la Révolution française qui constitue une nouvelle étape, qui affecte la France tout entière. Une étude sur le long terme a paru être à même de dégager une éventuelle spécificité de la contestation normande. Sur ce point, signalons que les dictionnaires donnent également comme synonyme de contester le verbe chicaner. Ne dit-on pas justement que le Normand est chicanier ? La fameuse devise « C’est mon droit et j’y tiens », que l’on attribue traditionnellement au Normand, n’est-elle pas révélatrice d’une mentalité contestataire bien affirmée ?

3Partant du postulat que sur une longue durée il n’y a pas une mais des contestations, les organisatrices ont donc voulu donner la parole à des chercheurs de disciplines diverses. Des historiens, français, anglais, italiens, des juristes, des latinistes, des linguistes, un musicien se sont penchés sur les différentes révoltes, rébellions et autres séditions, autant de formes de contestation auxquelles le pouvoir va s’efforcer de répondre, parfois très brutalement.

4Dans le monde médiéval normand, la contestation s’apparente essentiellement à une opposition aux différentes formes du pouvoir. Ainsi, dans la Normandie ducale, les pouvoirs auxquels prétendaient les premiers ducs, de Rollon à Guillaume le Conquérant, n’ont pas été sans susciter l’hostilité des grands barons, comme s’en sont faits l’écho Wace, dans le Roman de Rou, ou Orderic Vital dans son Historica Ecclesiastica.

5Au XIe siècle, les Hauteville, partis à la conquête de l’Italie du Sud et de la Sicile, ont dû eux aussi affronter la contestation des princes lombards, des Byzantins, mais aussi celle des Normands eux-mêmes, qui supportaient difficilement la domination d’un des leurs, comme le rapporte la chronique de Geoffroy Malaterra. Un siècle plus tard, c’est Richard Cœur de Lion qui sera la cible des critiques acerbes de Pierre d’Eboli dans son Liber ad honorem Augusti.

6En 1204, la commise des fiefs continentaux de Jean sans Terre par le roi Philippe Auguste signe la perte d’indépendance d’un duché désormais réuni à la couronne de France. La contestation devient alors revendication, grâce notamment à cette formidable arme juridique qu’est la Charte aux Normands, obtenue en 1315 du roi Louis le Hutin. Les privilèges fiscaux et juridiques énoncés par cette charte offrent désormais aux Normands une base pour toutes leurs revendications. Il s’agit désormais de contester pour qu’assimilation ne rime pas avec uniformisation. Les Normands vont dès lors s’efforcer de s’opposer à la centralisation voulue par le roi, et ce dans tous les domaines, juridiques et politiques, bien sûr, mais également dans celui plus inattendu des arts.

7Pour prendre en compte cette richesse, les organisatrices ont choisi la présentation des différentes images de la contestation selon un plan chronologique, qui permettra au lecteur de cerner les contours de cet ensemble contestataire.

8Elles ont fait figurer en épilogue le passionnant article de Frédéric Rouvillois consacré à l’utopie contestataire de l’abbé de Saint-Pierre. Sa contestation émane, certes, d’un Normand, né à Saint-Pierre-Église (Manche), mais elle est surtout celle d’un homme du Siècle des Lumières, à l’esprit incisif, qui a pris le parti de s’opposer frénétiquement à toutes les idées qui ne sont pas les siennes : l’abbé de Saint-Pierre, c’est l’esprit de contestation poussé à l’extrême, c’est la contestation faite homme !

9La tenue du colloque et la publication de ces Actes n’ont été possibles que grâce à de nombreuses collaborations et à l’aide précieuse du Conseil régional de Basse-Normandie, de la Direction régionale des affaires culturelles et de la communauté de communes de Cerisy-la-Salle.

10Notre reconnaissance va tout particulièrement au Conseil général de la Manche en la personne de son président, Jean-François Le Grand, et de son vice-président, le Docteur Halbecq, qui ont aidé à la réalisation de ce colloque.

11Nous tenons également à remercier nos collègues français et étrangers qui ont accepté de présenter leur communication, ainsi que l’Université de Caen et la Maison de la Recherche en Sciences Humaines qui nous ont apporté leur soutien tant pour la tenue de ce colloque que pour la réalisation des Actes.

12Nous remercions aussi Dominique Liais, de l’Office Universitaire d’Études Normandes, qui a patiemment revu et corrigé l’ensemble des textes.

13Nous exprimons enfin notre gratitude, d’une part, à l’Association des Amis de Pontigny-Cerisy et à ses directrices, qui ont mis à notre disposition leur compétence et le cadre prestigieux de leur château, et d’autre part, aux Presses universitaires de Caen qui ont édité cet ouvrage. Que leur directrice et ses collaborateurs soient remerciés de leur coopération amicale et efficace.

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540