Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Épistolaire au féminin

 | 
Brigitte Diaz
, 
Jürgen Siess

La lettre entre épanchement et exercice de la pensée

La romancière et sa traductrice : La correspondance de Marguerite Yourcenar avec Lidia Storoni Mazzolani

Françoise Bonali-Fiquet

Texte intégral

  • 1 Dante, Enfer, ch. XXVI (La fin d’Ulysse), v. 112-120, traduction de Marguerite Yourcenar, dans La V (...)

Ô frères, dis-je, qui, à travers mille périls,
Êtes arrivés à l’Occident,
[…]
Souvenez-vous de votre race :
Vous n’êtes pas faits pour vivre comme des brutes,
Mais pour acquérir la vertu et la connaissance1.

1Marguerite Yourcenar avait le culte de l’amitié et pendant toute sa vie, en particulier après son installation aux États-Unis en 1939, elle entretint une correspondance avec de nombreuses personnes : ses amis, ses éditeurs, ses traducteurs, des écrivains ou encore avec des lecteurs qui s’adressaient à elle pour lui faire part de leur admiration ou parfois lui confier leurs préoccupations les plus intimes.

  • 2 M. Yourcenar, Lettres à ses amis et quelques autres, édition établie, présentée et annotée par Mich (...)

2La lecture de Lettres à ses amis et quelques autres, le premier volume de sa correspondance édité par Joseph Brami et Michèle Sarde2, montre que si Yourcenar eut des rapports épistolaires avec des écrivains célèbres, comme Thomas Mann, Jules Romains ou Henri de Montherlant, c’est à des personnes peu connues qu’elle se découvrit le plus volontiers, comme, par exemple, Jeanne Carayon, sa correctrice d’épreuves chez Gallimard.

3J’ai retenu pour mon analyse les lettres de Marguerite Yourcenar à Lidia Storoni Mazzolani, la traductrice de Mémoires d’Hadrien en italien, avec laquelle l’écrivain établit un échange qui alla bien au-delà des questions de travail et témoigne de la confiance et de l’amitié de la romancière pour sa correspondante.

  • 3 Voir la « Chronologie », qui ouvre le volume des Œuvres romanesques de Marguerite Yourcenar, Paris, (...)
  • 4 N. Ruffini consacra un compte rendu au roman dès l’été 1952 : « Memorie di Adriano », Il Mondo, 9 a (...)
  • 5 W. Pater, Marius The Epicurean, 1885, rééd. Mario l’épicureo, Turin, Giulio Einaudi, 1939.
  • 6 M. Yourcenar, « Comment j’ai écrit Mémoires d’Hadrien », Combat, mai 1952.
  • 7 L. Storoni Mazzolani, « Una traduzione e un’amicizia », in Marguerite Yourcenar, Memorie di Adriano(...)
  • 8 Le séjour à Rome de la romancière, qui était accompagnée de son amie Grace Frick, dura du 23 févrie (...)
  • 9 Voir à ce sujet le dernier paragraphe des Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien, Paris, Gallimard, (...)

4Les deux femmes se connurent au début des années cinquante lorsque Yourcenar, accompagnée de Nina Ruffini se rendit chez Lidia pour lui confier la version italienne de Mémoires d’Hadrien, dont le succès avait passé toute attente3. La romancière voulait quelqu’un qui fasse en sorte que le roman donne l’impression d’avoir été traduit non du français mais du latin. Nina Ruffini4 pensait que la personne la plus indiquée était Lidia, qui avait depuis l’enfance une grande passion pour les auteurs de l’antiquité et avait traduit, quelques années plus tôt Marius, l’épicurien de Walter Pater5 pour une collection d’Einaudi dirigée par Cesare Pavese. Des fenêtres de l’appartement de Lidia Storoni, situé sur le Lungotevere, Yourcenar pouvait admirer le Château Saint-Ange où « les cendres impériales reposèrent jusqu’à l’arrivée des Barbares »6 et « cette présence au-delà du Tibre lui sembla un signe propice »7. Cette rencontre eut lieu au printemps 19528, lors d’un séjour en Italie qui permit à la romancière de retourner à la Villa d’Hadrien et au Panthéon et de parcourir à nouveau les corridors du Mausolée de l’Empereur9.

  • 10 La dernière lettre de Marguerite Yourcenar à Lidia Storoni Mazzolani publiée par M. Sarde et J. Bra (...)

5Marguerite Yourcenar ayant invité Lidia à lui écrire pour lui soumettre les doutes qui pourraient se présenter au cours de son travail de traduction, s’engagea entre les deux femmes un échange épistolaire qui devait durer plus de trente ans10.

  • 11 Plusieurs autres volumes sont actuellement en préparation.
  • 12 M. Sarde, « Préface », L, p. 13.
  • 13 Y. Guillou est devenu, avec Me Marc Brossollet, le coexécuteur littéraire de l’écrivain après sa di (...)
  • 14 C. Letot renoua avec Yourcenar par une lettre en 1961, cf. L, p. 35.
  • 15 G. de Crayencour fournit à Marguerite Yourcenar de précieuses informations concernant sa famille du (...)

6Il est difficile de quantifier avec précision le nombre de lettres que Yourcenar adressa à Lidia Storoni. Le premier volume de sa correspondance11 en a publié quatorze, en 1995. C’est un chiffre assez considérable dans la mesure où cette première édition de la correspondance est « partielle »12, comme l’avait souhaité l’écrivain. Ce chiffre, atteint par les lettres de Marguerite Yourcenar à Yannick Guillou, son interlocuteur aux éditions Gallimard13, et Camille Letot, sa gouvernante de 1912 à 191714, n’est dépassé que par les lettres à Georges de Crayencour, son demi-neveu15, dont le nombre s’élève à dix-neuf.

  • 16 Cf. L. Storoni Mazzolani : « Ascoltando gli angeli », La Repubblica, 19 décembre 1987 et « Una trad (...)
  • 17 Je suis profondément reconnaissante au Professeur Maurice Delcroix, vice-président de la Société In (...)

7Lidia Storoni a précisé à plusieurs reprises16 qu’elle conservait de nombreuses lettres de l’écrivain. Combien exactement ? Il est difficile de le dire. J’ai essayé de prendre contact avec Mme Storoni, qui est connue pour sa grande disponibilité, mais sa santé n’est plus très bonne – elle a aujourd’hui quatre-vingt-douze ans – et elle n’a pas été en mesure de me répondre. En tenant compte des lettres inédites conservées dans le Fonds Yourcenar à Harvard17 et des témoignages de Lidia publiés dans la presse italienne en 1987, au lendemain de la disparition de Marguerite Yourcenar et en 1996, à l’occasion de l’hommage que la ville de Rome lui a rendu, j’ai pu retrouver la trace d’une trentaine de lettres, auxquelles s’ajoutent les lettres du début des années cinquante que Lidia dit n’avoir pas conservées et celles qui reposent encore dans ses archives.

 

  • 18 M. Yourcenar, Lettre du 25 avril 1960, L, p. 142.

8En avril 1960, alors qu’elle se trouve en Espagne, Marguerite Yourcenar écrit à Lidia Storoni pour évoquer la question de la traduction de Mémoires d’Hadrien qui, dit-elle, leur a causé à toutes deux et surtout à Lidia de « si amers désappointements »18. Il faut remonter en arrière de huit ans pour comprendre ce qui s’est passé.

  • 19 Le titre du roman, légèrement modifié était : Le memorie di Adriano imperatore [exemplaire à la Bib (...)
  • 20 Dans l’article publié en postface à la réédition de Memorie di Adriano de 1988, L. Storoni précise (...)

9Ayant accepté la proposition de Marguerite Yourcenar, Lidia Storoni se chargea de la traduction de Mémoires d’Hadrien en italien, et lorsque celle-ci fut prête, l’envoya à l’éditeur napolitain Richter, à qui Plon avait cédé les droits. Richter se comporta à son égard avec beaucoup de désinvolture puisqu’il ne lui donna pas la possibilité de relire les épreuves et s’adressa à un réviseur qui apporta des modifications au texte pour le rendre plus accessible au public. Lorsque le livre parut à la fin de 195319, Lidia Storoni ne voulut pas assumer la responsabilité de cette version commerciale20 et engagea une action judiciaire contre l’éditeur.

  • 21 L. Storoni Mazzolani, « Una traduzione e un’amicizia », p. 324.
  • 22 L. Storoni Mazzolani, « Una traduzione e un’amicizia », p. 323.
  • 23 M. Yourcenar, Lettre du 25 avril 1960, L, p. 142.

10Durant le procès, Yourcenar apporta tout son soutien à sa traductrice, comme le laissent entendre les extraits de deux lettres inédites de 1954 citées dans l’article publié en postface de la réédition de Memorie di Adriano de 198821. Elle comprenait d’autant plus la déception de Lidia, qui avait vu son travail gâché par un éditeur sans scrupules, qu’elle avait elle-même engagé un procès contre le Théâtre des Mathurins, à Paris, et le metteur en scène Jean Marchat, dont elle n’approuvait pas le choix des acteurs pour interpréter Électre ou la chute des masques. Dans la lettre qu’elle lui adresse de Paris en octobre 1954, l’écrivain espère que les juges donneront satisfaction à sa traductrice et se rendront compte du dommage moral qu’elle a subi dans cette affaire22. Le procès eut une issue favorable pour Lidia Storoni, ce dont Yourcenar se réjouit, mais il n’en restait pas moins que le livre avait été mis en vente dans une version « insatisfaisante »23.

  • 24 L. Storoni Mazzolani, « Una traduzione e un’amicizia », p. 324.

11En 1958, lors d’un long séjour en Italie, Marguerite Yourcenar eut l’occasion de revoir Lidia et de rencontrer chez elle Elsa Morante, Alberto Carocci, Paolo Milano, Edoardo Ruffini et quelques amis. Leurs rapports devinrent de plus en plus amicaux, si l’on en juge d’après la lettre que Yourcenar adressa à Lidia et à son mari pour les remercier de l’avoir accompagnée en voiture à Colle Ottone, près de Velletri pour rendre visite aux Ruffini24.

  • 25 M. Yourcenar, Denier du rêve, Paris, Plon, 1959.
  • 26 G. Dupré, qui était pourtant un collaborateur de Plon, porta sur le roman un jugement très sévère, (...)
  • 27 M. Yourcenar, Lettre du 25 avril 1960, L, p. 142.
  • 28 M. Yourcenar, Moneta del sogno, O. Del Buono (trad.), Milan, Bompiani, 1984.

12L’année suivante Lidia Storoni écrivit à Yourcenar pour la féliciter de la version remaniée de Denier du rêve25, qui avait parfois été jugée sévèrement par les critiques français26. La romancière fut très touchée par cette lettre qu’elle qualifiera d’« inoubliable »27 et répondit sans tarder à sa correspondante pour lui dire à quel point elle se sentait gratifiée par sa lecture du roman. Au printemps 1960, Plon ayant signé un contrat avec Einaudi pour la reprise de Mémoires d’Hadrien et pour la publication de Denier du rêve en Italie, Yourcenar s’adressa à Lidia pour lui demander si elle voulait bien se charger de la traduction de ce roman et surtout revoir sa traduction de Mémoires d’Hadrien. Si Lidia Storoni, prise par ses propres travaux sur le monde antique, n’accepta pas de s’occuper de Denier du rêve, qui ne sera publié en italien qu’en 198428, elle voulut bien reprendre en main sa traduction de Mémoires d’Hadrien.

  • 29 M. Yourcenar, Lettre du 28 juin 1960, L, p. 148-149.

13Dès qu’elle en fut informée, Marguerite Yourcenar lui écrivit pour lui dire à quel point cette nouvelle la rassurait et l’avertir des modifications qu’elle avait apportées au roman depuis 1951. Elle lui précisa que le texte de base pour la nouvelle traduction était désormais celui de l’édition illustrée publiée par Plon en 1958, complètement revue, dont elle lui envoya un exemplaire. Cette réédition, ajouta-t-elle, est accompagnée de Carnets de notes, qu’elle aimerait voir figurer aussi dans la version italienne, si l’éditeur est d’accord29. Yourcenar donne une nouvelle preuve de confiance à Lidia en lui disant qu’elle souhaiterait vivement qu’elle veuille bien se charger aussi de cette traduction et la prie de bien vouloir en toucher un mot à Giulio Einaudi.

  • 30 Ces Carnets avaient été publiés pour la première fois en 1953 dans l’édition de Mémoires d’Hadrien (...)
  • 31 M. Yourcenar, Lettre du 28 juin 1960, L, p. 149.

14D’autre part, elle demande conseil à sa correspondante au sujet de deux passages qu’elle a ajoutés à ses Carnets en 195830 mais qui sont peut-être inopportuns dans l’édition italienne, dans la mesure où ils contiennent une attaque contre les restaurateurs de Villa Adriana et une présentation du banquier Osio, actuel propriétaire de l’Antinoüs Fundi Rustici, dont elle apprécie certains traits « en dépit de son passé douteux »31. Ces Carnets lui semblent importants

  • 32 Ibid.

[parce qu’ils] éclairent certainement le point de vue qui a présidé à ce livre un peu hors série, puisqu’il n’est tout à fait ni une étude historique, ni un poème, encore moins un roman, bien que par commodité nous l’appelons ainsi32.

  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid., p. 148.

15La romancière parle aussi des additions qu’elle a jugé nécessaire d’apporter à la bibliographie vu « l’ignorance toujours grandissante du public en ce qui concerne les sujets classiques »33 et tient à ce que la bibliographie « soit retraduite sur le texte plus complet et soigneusement révisé de 1958 »34.

  • 35 Ibid., p. 327.
  • 36 L. Storoni Mazzolani, « Una traduzione e un’amicizia », p. 324-325.

16Si l’on en juge d’après la lettre du 16 décembre 1960, encore inédite mais dont on trouve de larges extraits dans la réédition de Memorie di Adriano de 1988, on assista à un véritable échange entre les deux femmes au cours du travail de Lidia, suivi de près par la romancière, toujours prête à donner des précisions supplémentaires ou à accueillir des observations de sa correspondante sur des points particuliers du texte35. Lidia lui ayant suggéré de fournir dans la « Note » qui accompagne le roman une documentation plus ample pour consolider certaines de ses hypothèses36, Yourcenar eut la patience de lui préciser les raisons qui l’avaient poussée à imaginer qu’Hadrien avait été initié au culte de Mithra. Elle tint compte des remarques de sa traductrice, qui lui avait suggéré d’insister davantage sur le manque de fiabilité de l’Histoire Auguste de Spartien, et lui proposa de modifier le texte de la note de la manière suivante :

  • 37 Ibid., p. 326.

Spartien […]. Si vous estimez que la formule que j’ai employée (« qui rédigea […] l’un des textes les plus solides de l’Histoire Auguste ») n’est pas suffisante pour exprimer ma pensée, c’est-à-dire que toutes les biographies contenues dans l’Histoire Auguste n’ont pas la même fiabilité, il me semble que l’on pourrait se limiter utilement à ajouter un adjectif et dire : « Uno dei testi più solidi della incerta Historia Augusta »37.

17Il faut toutefois remarquer que l’adjectif « incertain », qui a été ajouté dans la version italienne n’a pas été retenu dans les diverses rééditions françaises du roman, ce qui laisse penser que la romancière restait convaincue que

  • 38 M. Yourcenar, « Note » en appendice à Mémoires d’Hadrien, p. 338.

ni Dion ni Spartien ne sont de grands historiens, ou de grands biographes, mais [que] précisément, leur absence d’art, et jusqu’à un certain point de système, les laisse singulièrement proches du fait vécu38.

  • 39 V. Woolf, Les Vagues, traduit de l’anglais et préfacé par Marguerite Yourcenar, Paris, Stock, 1937  (...)
  • 40 H. James, Ce que savait Maisie, Paris, Robert Laffont, 1947 (titre original : What Maisie Knew).
  • 41 M. Yourcenar, Présentation critique de Constantin Cavafy (1863-1933), suivi d’une traduction des «  (...)
  • 42 M. Yourcenar, Il colpo di grazia e Alexis o il trattato della lotta vana, M. L. Spaziani (éd. et tr (...)
  • 43 Elle avait craint le pire dans la mesure où elle avait déjà eu des « ennuis sérieux avec une traduc (...)
  • 44 M. Yourcenar, Lettre de Noël 1962, L, p. 168-169.
  • 45 Ibid.
  • 46 Voir l’article de L’Avanti du 19 décembre 1962, signé W. F., consacré à la présentation de Il gong, (...)
  • 47 Cf. sa Lettre de Noël 1962 à Lidia, L, p. 168-169.
  • 48 Dans deux articles d’hommage à M. Yourcenar pour le centenaire de sa naissance (La Gazzetta di Parm (...)
  • 49 Novelle orientali, publié par Rizzoli, à Milan en 1983. M. L. Spaziani traduisit aussi Feux (Fuochi(...)

18Marguerite Yourcenar, qui connaissait elle-même les problèmes de la traduction pour avoir traduit deux romans (Les Vagues de Virginia Woolf39 et Ce que savait Maisie40 d’Henry James) et des poèmes de Cavafy41, était très exigeante pour la transposition de son œuvre dans d’autres langues et aimait rester en contact étroit avec ses traducteurs. Si elle put suivre de près les traductions de ses livres en anglais, dont nombreuses furent confiées à son amie Grace Frick, elle tenait à exercer aussi un certain contrôle sur les traductions en italien, une langue qu’elle parlait couramment. Lorsque Le Coup de grâce et Alexis parurent en Italie en 196242, elle éprouva une grande inquiétude43 car elle était restée sans contact avec Maria Luisa Spaziani, la traductrice de ces deux textes. « Lettres, envois de documents et de livres demandés par elle, sont restés sans réponse »44 confia à Lidia la romancière, qui avait l’impression que l’ouvrage lui échappait des mains. D’autre part, elle se plaignit de ce que Feltrinelli n’ait « rien fait pour ce livre auprès des libraires »45. Il nous est difficile d’en juger mais il faut dire qu’on en parla beaucoup dans la presse et que de nombreux critiques jugèrent la traduction excellente46. Marguerite Yourcenar en convint47, mais elle ne pardonna pas à Maria Luisa Spaziani, d’avoir pris la liberté de l’accompagner d’une préface, qui s’ajoutait à la sienne. Ce texte, qui avait été sollicité par Giorgio Bassani pour faire connaître Yourcenar au public italien, fut à l’origine d’une brouille de vingt ans jusqu’au moment où l’écrivain, devenue académicienne, proposa à Maria Luisa Spaziani48 de traduire les Nouvelles orientales49.

 

  • 50 « En Italie, lui écrivit-elle, ce livre est un peu le vôtre », cf. L. Storoni Mazzolani, « Una trad (...)
  • 51 Pour les traductions du roman, je renvoie à la précieuse bibliographie d’Y. Bernier, qui figure dan (...)
  • 52 Voir le compte rendu de S. Pautasso à la réédition de Memorie di Adriano de 1981 : « Una lezione di (...)

19Au moment de la publication de Mémoires d’Hadrien en Italie, au début de 1963, Marguerite Yourcenar témoigna toute sa gratitude à Lidia50. Son meilleur roman, qui avait déjà été traduit en onze langues, dont le néerlandais, le finnois, le norvégien et le suédois dès sa sortie et, récemment, en portugais et en polonais51, était enfin disponible en Italie dans une version de bonne qualité, que certains critiques n’hésiteront pas à qualifier de « perfetta »52.

  • 53 M. Yourcenar, L’opera al nero, M. Mongardo (trad.), Milan, Feltrinelli, (I Narratori Feltrinelli ; (...)
  • 54 Lettre de M. Yourcenar citée sans mention de date par L. Storoni Mazzolani dans « Una traduzione e (...)
  • 55 Ibid.

20Lorsque la romancière se trouva devant un nouveau casus belli lors de la publication de L’Œuvre au Noir en Italie53, que Feltrinelli avait confié à un traducteur inexpérimenté, elle se laissa aller à des considérations sur les difficultés de la traduction en général. « Toute notre correspondance, écrivit-elle à Lidia, démontre, chose que du reste je savais déjà par expérience, à quel point est difficile l’art du traducteur. Tout choix, même le plus insignifiant met en jeu des calculs d’une complexité infinie : l’histoire des idées, la linguistique, les différences de psychologie entre les deux pays, le rythme musical et surtout l’emploi d’une qualité très rare, le tact54… » et elle conclut en disant « la chance extraordinaire »55 qu’elle a eue d’avoir Lidia pour la traduction de Mémoires d’Hadrien.

  • 56 J. Keats, Lettere, L. Storoni Mazzolani (trad.), Rome, Giulio Einaudi (Universale Einaudi ; no 51), (...)
  • 57 D. H. Lawrence, L’arcobaleno. Donne innamorate [The Rainbow, Women in love], Milan, Arnaldo Mondado (...)
  • 58 L. Storoni Mazzolani, L’idea di città nel mondo romano, Milan, Riccardo Ricciardi, 1967.

21Après s’être consacrée à divers travaux de traduction – elle traduisit non seulement Pater et Yourcenar, mais aussi Keats56 et Lawrence57 –, Lidia Storoni se consacra à son œuvre personnelle. Au fur et à mesure que ses livres parurent, elle les envoya à Marguerite Yourcenar, qui les lut toujours avec intérêt et les commenta longuement dans sa correspondance. Se disant « honorée et touchée » de l’envoi de L’idea di città nel mondo romano58, qui fut couronné de succès et reçut le prix Viareggio, Marguerite Yourcenar répondit à Lidia pour la féliciter, précisant les raisons pour lesquelles elle avait aimé son livre :

  • 59 M. Yourcenar, Lettre du 21 janvier 1969, L, p. 309.

[…] je m’émerveille que dans un sujet si difficile et si spécialisé vous ayez réussi à être à ce point ferme et limpide, et que vous ne soyez tombée dans le piège d’aucune de ces théories, systèmes ou formules, qui vieillissent mal, et sont déjà périmées au moment où on les emploie. Sur ce point particulier et essentiel, votre livre rend un immense service à ceux qui s’efforcent de situer avec exactitude la pensée et la réalité antiques, et de percevoir par quelle charnière s’emboîte à celle-ci la notion chrétienne de la Cité de Dieu, archétype des « cités » de l’histoire59.

22Si Marguerite Yourcenar se sentait des affinités avec le type de recherches menées par Lidia, qui portaient sur des périodes pour lesquelles elle avait elle-même une grande curiosité, elle appréciait aussi beaucoup son écriture, comme en témoigne la lettre qu’elle lui adressa le 7 juin 1969 pour la remercier de l’envoi de son second livre :

  • 60 M. Yourcenar, Lettre inédite, conservée dans le Fonds Yourcenar à Harvard.

[…] vous nous comblez en nous donnant ce qu’un lecteur de nos jours n’obtient presque plus, un essai, à coup sûr basé sur l’épigraphie, mais faisant aussi appel à toutes les ressources de l’histoire, de la littérature d’une période historique, à son sens religieux aussi bien que social, et finalement à cette expérience de la vie humaine sans laquelle on ne ressuscite pas le passé. Quelle rare aubaine à notre époque de ces étroits spécialistes60

  • 61 L. Storoni Mazzolani, Sul mare della vita, Milan, Rizzoli, 1969. L. Storoni a publié plus d’une dou (...)
  • 62 M. Yourcenar, Lettre du 7 juin 1969, Fonds Yourcenar à Harvard, inédite.

23En lisant Sul mare della vita61 elle a, dit-elle, éprouvé le plaisir que lui avait déjà procuré le premier livre de sa traductrice de « trouver […] l’érudition telle quelle, point encombrée pompeusement d’un jargon sociologique ou psychologique »62.

24À la fin de 1969, parut en Italie la traduction de L’Œuvre au Noir, à laquelle Lidia consacra un long compte rendu dont Marguerite Yourcenar lui fut d’autant plus reconnaissante que le volume avait suscité peu d’échos dans la presse :

  • 63 M. Yourcenar, Lettre du 27 février 1970, Fonds Marguerite Yourcenar à Harvard, inédite.

Je trouve votre essai sur L’Œuvre au Noir, paru dans la Nuova Antologia du mois de janvier de cette année [1970], magistral. Il donne dans sa relative concision l’essentiel d’un livre difficile, même pour moi, à définir63.

  • 64 Cette conférence remonte probablement au long séjour à Rome du printemps 1958.
  • 65 M. Yourcenar, Lettre du 27 février 1970, Fonds Yourcenar à Harvard, inédite.

25Lidia ayant mentionné dans sa recension une conférence de Marguerite Yourcenar sur l’écrivain devant l’histoire, tenue à Rome quelques années plus tôt64, celle-ci développa ce thème dans sa lettre65. La correspondance de la romancière avec sa traductrice devient ainsi l’occasion d’un retour sur sa propre création. En effet, au cours de l’été 1968, l’épistolière s’était déjà longuement entretenue de la genèse de L’Œuvre au Noir avec Lidia et lui avait exprimé sa gratitude pour avoir fait le rapprochement entre Zénon et l’Ulysse de Dante, lui confiant que cela faisait plusieurs années qu’elle portait partout avec elle les derniers vers du chant XXVI de L’Enfer :

  • 66 M. Yourcenar, Lettre du 22 août 1968, L, p. 289-290.

ces grands vers, parmi les plus beaux qui aient jamais été écrits, dactylographiés par [elle] sur une feuille de papier à lettre ! et qui [lui] ont toujours fait l’effet d’une sorte de talisman dans la vie et dans la mort66.

  • 67 Ibid., p. 290.

26D’autre part, tout en sachant gré à sa correspondante d’avoir bien vu les ressemblances existant entre Hadrien et Zénon, elle profite de l’occasion qui lui est donnée par sa lettre pour montrer aussi toute la distance qu’il y a entre « l’empereur reconstruit et le philosophe imaginaire »67 :

  • 68 Ibid., p. 290-291.

Les différences énormes tiennent d’abord aux tempéraments physiques : Hadrien athlétique, robuste, mais de constitution nerveuse surtendue et fragile […], Zénon dur et sec, presque indestructible, qui aurait sans doute atteint l’extrême vieillesse sans le suicide ou le bûcher. Mais les différences sont surtout dans le conditionnement par l’époque et le milieu : […] Hadrien a toute sa vie cette aisance qui est celle de l’homme libre et du patricien antique […]. Zénon souterrain, secret, subversif par nécessité et par nature (ce qu’Hadrien n’est pas), a fait d’abord lui aussi ce rêve humaniste d’être de plus en plus une personne, « soi-même », ce hic Zeno qu’il voulait devenir à vingt ans comme Hadrien souhaitait d’être de plus en plus Hadrien68.

  • 69 Ibid., p. 291.

27Poursuivant sa comparaison entre Mémoires d’Hadrien et L’Œuvre au Noir, l’écrivain précise que les différences entre les deux romans sont aussi liées à son « conditionnement à [elle] »69 :

  • 70 Ibid., p. 291-292.

Écrit en dernière version entre 1948 et 1950, le livre sur Hadrien s’accroche à l’image d’un homme de génie qui serait en quelque sorte l’idéal anti-Hitler ou anti-Staline, et présuppose que ce génie humaniste pourrait pour quelque temps, et jusqu’à un certain point, recréer autour de lui cette « terre stabilisée » qui est celle des monnaies hadrianiques. […] Zénon, achevé quinze ans plus tard, et quelles années de descente en spirale dans le désillusionnement et l’atroce, est en proie comme nous tous à l’horreur spécifique du monde et de la vie tels qu’ils nous entourent, et de l’humain lui-même70.

  • 71 « Bernard Pivot rencontre Marguerite Yourcenar », Apostrophes, 7 décembre 1979, repris dans M. Your (...)

28Elle anticipait ainsi pour sa traductrice des réflexions qu’elle poursuivra et approfondira au cours de divers entretiens, en particulier ceux qu’elle accordera à Bernard Pivot et à Matthieu Galey71, peu avant son élection à l’Académie française. Reprenant le rapprochement que Lidia Storoni avait fait entre Zénon et Robert Oppenheimer, elle ajoute :

  • 72 « Tuer, affamer, épuiser, faire la guerre, pousser à la furie nourrira leurs désirs. Il ne restera (...)
  • 73 M. Yourcenar, L, p. 293.

Zénon se situe, comme l’on fait certains esprits de la Renaissance, à ce point de la perspective où l’on peut commencer à s’apercevoir que tout l’effort des hommes s’est peutêtre engagé dans une direction sans issue : « Il nutrimente de loro desideri sara di dar morte e affanne e fatiche e guerre e furie… Nulla cosa resterà sopra la terra, o sotto la terra e l’acqua, che non sia perseguitata, rimossa e guasta72… Ainsi rêve sombrement votre Léonard à l’époque où Zénon n’était qu’un enfant, et plus de quatre siècles avant qu’Oppenheimer n’ait pensé à Shiva le destructeur en regardant le premier champignon des fumées atomiques73.

  • 74 Dans Les Yeux ouverts…, p. 192, M. Yourcenar conclut sa comparaison entre Hadrien et Zénon en disan (...)
  • 75 Cf. M. Yourcenar, Les Yeux ouverts…, p. 170.
  • 76 J.-C. Texier, « Rencontre avec Marguerite Yourcenar », La Croix, 19-20 septembre 1971, repris dans (...)

29Le personnage de Zénon, qui est beaucoup plus « noir » qu’Hadrien74, a assurément été influencé par le pessimisme de l’auteur, de plus en plus préoccupée de l’état du monde au moment où elle reprit son projet de roman sur la Renaissance, qu’elle situe « durant la très mauvaise année 1956 »75, l’année de la crise de Suez et de l’insurrection de Budapest contre le communisme. « Avec L’Œuvre au Noir, un glissement vers le pire s’était produit », confiera-t-elle par la suite à Jean-Claude Texier76.

  • 77 C’est ainsi que M. Yourcenar qualifie sa lettre du 22 août 1968, L, p. 293.
  • 78 Ibid.
  • 79 Ibid.

30Ce n’est peut-être pas un hasard si les réflexions que l’écrivain consigne dans sa « sombre lettre »77 à Lidia Storoni de l’été 1968 ont été écrites au lendemain de l’invasion soviétique à Prague. Il faut dire que Marguerite Yourcenar regrettait d’autant plus l’entrée des tanks russes à Prague, « chose horrible en elle-même, et qui [l’] horrifiait »78, qu’elle risquait de « donner un aliment de plus à la haine ignare des masses américaines contre les Russes, sans qu’elles s’aperçoivent qu’elles sont aussi engagées dans le mal »79. C’est ce même souci de ne pas faire le jeu de la propagande anticommuniste qui l’a guidée lorsqu’en 1965 elle a refusé à Lidia l’autorisation de publier dans une revue italienne sa longue lettre de la fin de 1962, où elle lui avait confié ses impressions d’une récente visite de trois jours à Leningrad.

  • 80 M. Yourcenar, Lettre de Noël 1962, L, p. 168.

31Dans cette lettre écrite à l’occasion de Noël, l’épistolière commence par s’excuser du retard avec lequel elle remercie sa correspondante de « ses précieux renseignements sur la traduction italienne du Coup de Grâce et d’Alexis »80 et l’avertit que la sortie de sa traduction de Mémoires d’Hadrien est imminente.

  • 81 Ibid., p. 170.
  • 82 Ibid.
  • 83 Ibid.

32Lidia lui avait probablement écrit à la fin de l’été puisque Yourcenar la « plain[t] pour [les] inquiétudes et [les] fatigues »81 que lui a causées le mois d’été passé à Terni auprès de sa fille malade et dit qu’elle lui « envie le voyage en Grèce par voie de mer »82. En repensant à ses propres pérégrinations en Grèce, elle confie à sa correspondante qu’elle se sent maintenant partagée entre « l’envie de revoir longuement ce pays qu’[elle] a tant aimé, et, celle, de plus en plus obsédante, de [se] diriger sur des routes toutes nouvelles (Extrême-Orient par exemple) »83 et c’est tout naturellement qu’elle en arrive à lui parler de la croisière qu’elle a faite en compagnie de Grace Frick dans les pays scandinaves, au début de l’été.

  • 84 M. Modeen, qui travaillait à l’Ambassade de France, connut Marguerite Yourcenar en 1953, lors de sa (...)
  • 85 Cette maison d’édition avait déjà publié Mémoires d’Hadrien en 1953.
  • 86 M. Yourcenar, Lettre de Noël 1962, L, p. 170.
  • 87 Ibid.

33Cette croisière sur les bords de la Baltique leur a donné la possibilité de passer une journée mémorable à Pellinge, dans l’archipel de Porvoo-Borga, en compagnie de Märta Modeen84 et d’Eino E. Suolahi, directeur littéraire des éditions Werner Söderström, qui venaient de publier Denier du rêve en finnois85. Yourcenar précise à Lidia qu’elle n’est généralement pas favorable aux croisières, qu’elle considère « un moyen de transport qui n’est guère fait pour les voyageurs sérieux »86, mais qu’elle a été tentée par cette expérience parce qu’elle lui offrait « la possibilité […] de passer trois jours à Leningrad, et de prendre, pour ainsi dire, l’air de la Russie, avant de se décider à y faire un plus long et plus complet voyage »87.

  • 88 M. Yourcenar, Lettre du 25 avril 1960, de Malaga.
  • 89 Avant de quitter l’Espagne, Marguerite Yourcenar écrivit à la sœur du poète pour lui dire qu’elle s (...)

34Ce n’était pas la première fois que la romancière faisait part de ses impressions de voyage à sa traductrice. Dans une lettre du printemps 196088, elle avait déjà décrit à Lidia les étapes d’un long voyage en Espagne citant, entre autres, Madrid – où elle put revoir les tableaux flamands du Prado et rencontrer Isabel García Lorca89 – Saint-Jacques de Compostelle, Ségovie, Grenade et surtout Séville où elle assista aux cérémonies de la Semaine Sainte, qui l’ont beaucoup impressionnée :

  • 90 M. Yourcenar, Lettre du 25 avril 1960.

Je me suis dit que pour une fois on voyait extériorisée et exaltée en pleine rue cette réalité tragique que tout de nos jours s’arrange pour nous cacher : la douleur, la solitude, la mort, le sacrifice, le Juste condamné90.

  • 91 Même si l’approche d’autres religions, en particulier celle du bouddhisme, lui fera prendre conscie (...)

35Marguerite Yourcenar aimait les cérémonies religieuses91 et, comme elle le confie à Lidia, « le grand souvenir » de son bref séjour à Leningrad fut le service du dimanche à la cathédrale Saint-Nicolas :

  • 92 M. Yourcenar, Lettre de Noël 1962, L, p. 175-176.

L’église était comble, et pas seulement, comme on le dit, de gens âgés ; des adultes de tout âge, et beaucoup de petits enfants […]. Les choristes, plus de cinquante, s’échelonnaient entre vingt et soixante ans ; ils lisaient leur musique compliquée dans de pauvres cahiers d’école élimés, un pour plusieurs chantres, mais la musique elle-même a conservé […] son antique magnificence, cette splendeur plus archaïque que la nôtre […]. Il était beau de dominer de haut l’iconostase dont la porte s’ouvre et se referme comme la poussée de la prière, mais ce qui dominait tout c’était la gloire du chant. Chose qui arrive si rarement chez nous, ce chant semblait traduire exactement les émotions de la foule tassée en bas, cette foule aux mille visages si caractérisés, marqués, usés surtout, ces gens pour qui la fidélité avait représenté et au fond représente encore un choix difficile92.

  • 93 Voir la carte de Marguerite Yourcenar à Märta Mooden écrite le 30 juin-1er juillet à bord de l’Arge (...)

36Les trois jours passés à Leningrad, où elle arriva sous une pluie battante93, eurent sur elle un effet « d’infini découragement » :

  • 94 Ibid., p. 170-171.

Ce que j’ai trouvé, dès l’aube du premier jour où nous avons aperçu les officiers russes abordant le bateau dans le brouillard […] c’est tout simplement la Russie de Custine, l’éternel mélange de routine bureaucratique, de suspicion de l’étranger, de laisser-aller déjà oriental et de prudente méfiance, et cette tristesse inerte et presque suffocante qui est si souvent celle du roman russe, et que je ne m’attendais pas à retrouver94.

  • 95 E. Cliche, « Réminiscences de Leningrad dans l’œuvre épistolaire de Marguerite Yourcenar », in La V (...)
  • 96 M. Yourcenar, Lettre du 3 février 1965, L, p. 219.
  • 97 Ibid.
  • 98 Ibid.

37Je ne m’étendrai pas sur cette longue lettre, qui a été admirablement analysée par Elène Cliche lors d’un colloque à Rome en 199895, mais je voudrais au moins tenter d’en définir le statut et préciser les raisons du refus de l’écrivain. Marguerite Yourcenar considérait sa lettre de Noël 1962 « avant tout une lettre »96, c’est-à-dire « une confidence faite à une personne seulement sans arrière-pensée de publication »97 et elle avait la conviction que « ce genre de lettre n’est à sa place que dans une publication posthume »98. Dans un recueil posthume, confia-t-elle, en effet, à Jean Mouton – à qui elle refusa en 1970 de publier dans la Revue générale des fragments de ses lettres sur Proust :

  • 99 M. Yourcenar, Lettre du 14 mars 1970, L, p. 347.

les divers points de vue exprimés par l’écrivain se complètent et s’expliquent les uns par les autres, et personne ne se scandalise que chaque sujet en particulier soit traité de manière plus ou moins hâtive, plus ou moins partielle […]99.

  • 100 M. Yourcenar, Lettre du 3 février 1965, L, p. 219-220.
  • 101 Ibid., p. 220.
  • 102 Il s’agit d’Edoardo Ruffini et de sa femme Giorgia, morts tragiquement au début de 1983, comme me l (...)
  • 103 L. Storoni Mazzolani, « Ascoltando gli angeli », La Repubblica, « Cultura », 19 décembre 1987. Borg (...)
  • 104 M. Yourcenar, Lettre du 12 février 1985, de Delhi, L, p. 656.

38Si Marguerite Yourcenar ne voulut pas rendre publiques ses pages sur Leningrad, c’est qu’étant « relativement peu et mal connue en Italie »100, elle craignait que des lecteurs pussent « voir dans cette lettre, une peinture du monde soviétique volontairement assombrie par [une] hostilité anticommuniste ou antirusse, qui [aurait pu] exister en [elle] »101. Lidia Storoni ne lui en voulut pas de ce refus et les deux femmes restèrent en contact. Elle se souvient d’un appel téléphonique qu’elle reçut, un matin de mars 1983, lors d’un passage à Rome de l’écrivain, au retour d’un voyage en Extrême Orient. Marguerite Yourcenar lui demanda des nouvelles des Ruffini102, qui, dit Lidia, « reposaient ensemble depuis un mois dans le cimetière de Borgofranco »103 et lui demanda de saluer de sa part Cesare Brandi qui lui avait fait visiter l’Istituto del Restauro, lorsqu’il en était le directeur. L’académicienne écrivit encore à sa traductrice au début de l’année 1985 pour la rassurer sur son état de santé après son accident du Kenya « qui a[vait] failli lui être fatal »104.

39Ce qui frappe en lisant les lettres de Marguerite Yourcenar à sa traductrice c’est la variété des sujets abordés. Si les questions éditoriales et la traduction de ses œuvres y ont une place considérable, peu à peu l’écrivain, se sentant en confiance avec Lidia dont elle apprécie la sensibilité et la culture, aborde des sujets plus personnels, parlant de sa vie quotidienne à Petite Plaisance, de sa santé, de ses lectures, de son environnement, mais aussi de ses impressions de voyages et de ses préoccupations toujours grandissantes pour l’état du monde.

40En Lidia Storoni, Marguerite Yourcenar a trouvé une traductrice de premier ordre, qui fut aussi une précieuse conseillère, une confidente et une amie.

Notes

1 Dante, Enfer, ch. XXVI (La fin d’Ulysse), v. 112-120, traduction de Marguerite Yourcenar, dans La Voix des choses, Paris, Gallimard, 1987, p. 76-77.

2 M. Yourcenar, Lettres à ses amis et quelques autres, édition établie, présentée et annotée par Michèle Sarde et Joseph Brami avec la collaboration d’É. Dezon-Jones, Paris, Gallimard, 1995 (cité désormais L, suivi de la pagination). Pour une première approche de la correspondance, je renvoie à D. Minini, « L’esilio in America nella corrispondenza di Marguerite Yourcenar », in Marguerite Yourcenar, Dall’isola di Creta all’île heureuse, (Actes de la journée d’études de Pontremoli, 28 février 1998), F. Bonali-Fiquet (éd.), Crémone, Fantigrafica, 2000, p. 37-55.

3 Voir la « Chronologie », qui ouvre le volume des Œuvres romanesques de Marguerite Yourcenar, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1982, p. XXIV.

4 N. Ruffini consacra un compte rendu au roman dès l’été 1952 : « Memorie di Adriano », Il Mondo, 9 août 1952.

5 W. Pater, Marius The Epicurean, 1885, rééd. Mario l’épicureo, Turin, Giulio Einaudi, 1939.

6 M. Yourcenar, « Comment j’ai écrit Mémoires d’Hadrien », Combat, mai 1952.

7 L. Storoni Mazzolani, « Una traduzione e un’amicizia », in Marguerite Yourcenar, Memorie di Adriano, seguite dai Taccuini di appunti, Torino, Einaudi (Gli Struzzi ; no 340), 1988, p. 322 ; c’est moi qui traduis.

8 Le séjour à Rome de la romancière, qui était accompagnée de son amie Grace Frick, dura du 23 février au 23 avril (Bulletin du Centre international de documentation Marguerite Yourcenar, no 8, décembre 1996, Les Voyages de Marguerite Yourcenar, p. 22).

9 Voir à ce sujet le dernier paragraphe des Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien, Paris, Gallimard, 1974, p. 333.

10 La dernière lettre de Marguerite Yourcenar à Lidia Storoni Mazzolani publiée par M. Sarde et J. Brami est de 1985.

11 Plusieurs autres volumes sont actuellement en préparation.

12 M. Sarde, « Préface », L, p. 13.

13 Y. Guillou est devenu, avec Me Marc Brossollet, le coexécuteur littéraire de l’écrivain après sa disparition, en décembre 1987.

14 C. Letot renoua avec Yourcenar par une lettre en 1961, cf. L, p. 35.

15 G. de Crayencour fournit à Marguerite Yourcenar de précieuses informations concernant sa famille durant la rédaction des trois volumes du Labyrinthe du Monde.

16 Cf. L. Storoni Mazzolani : « Ascoltando gli angeli », La Repubblica, 19 décembre 1987 et « Una traduzione e un’amicizia ».

17 Je suis profondément reconnaissante au Professeur Maurice Delcroix, vice-président de la Société Internationale d’Études Yourcenariennes et un des éditeurs des volumes de la correspondance de Marguerite Yourcenar en préparation, d’avoir mis à ma disposition le texte de trois lettres inédites, respectivement datées des 7 juin 1969, 27 février 1970 et novembre 1973.

18 M. Yourcenar, Lettre du 25 avril 1960, L, p. 142.

19 Le titre du roman, légèrement modifié était : Le memorie di Adriano imperatore [exemplaire à la Biblioteca Nazionale Centrale de Florence, catalogué : C. 5. 1434. 3] ; traduction de L. Storoni.

20 Dans l’article publié en postface à la réédition de Memorie di Adriano de 1988, L. Storoni précise que sa version avait été profondément modifiée, le réviseur ayant opéré des coupures et introduit des erreurs inadmissibles.

21 L. Storoni Mazzolani, « Una traduzione e un’amicizia », p. 324.

22 L. Storoni Mazzolani, « Una traduzione e un’amicizia », p. 323.

23 M. Yourcenar, Lettre du 25 avril 1960, L, p. 142.

24 L. Storoni Mazzolani, « Una traduzione e un’amicizia », p. 324.

25 M. Yourcenar, Denier du rêve, Paris, Plon, 1959.

26 G. Dupré, qui était pourtant un collaborateur de Plon, porta sur le roman un jugement très sévère, qui blessa la romancière. Cf. J. Savigneau, Marguerite Yourcenar. L’invention d’une vie, Paris, Gallimard (Biographies), 1990, p. 273.

27 M. Yourcenar, Lettre du 25 avril 1960, L, p. 142.

28 M. Yourcenar, Moneta del sogno, O. Del Buono (trad.), Milan, Bompiani, 1984.

29 M. Yourcenar, Lettre du 28 juin 1960, L, p. 148-149.

30 Ces Carnets avaient été publiés pour la première fois en 1953 dans l’édition de Mémoires d’Hadrien du « Club du meilleur livre ».

31 M. Yourcenar, Lettre du 28 juin 1960, L, p. 149.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 148.

35 Ibid., p. 327.

36 L. Storoni Mazzolani, « Una traduzione e un’amicizia », p. 324-325.

37 Ibid., p. 326.

38 M. Yourcenar, « Note » en appendice à Mémoires d’Hadrien, p. 338.

39 V. Woolf, Les Vagues, traduit de l’anglais et préfacé par Marguerite Yourcenar, Paris, Stock, 1937 ; rééd. 1974.

40 H. James, Ce que savait Maisie, Paris, Robert Laffont, 1947 (titre original : What Maisie Knew).

41 M. Yourcenar, Présentation critique de Constantin Cavafy (1863-1933), suivi d’une traduction des « Poèmes », en collaboration avec C. Dimaras, Paris, Gallimard, 1958. Le travail de traducteur de l’écrivain s’est poursuivi tout au long de sa carrière, comme le précise C. Faverzani dans « Ulysse a-t-il vraiment pu franchir les colonnes d’Hercule », in Marguerite Yourcenar et la Méditerranée, C. Faverzani (éd.), Clermont-Ferrand, Association des publications de la faculté des Lettres et Sciences Humaines de Clermont-Ferrand, 1995, p. 115-124.

42 M. Yourcenar, Il colpo di grazia e Alexis o il trattato della lotta vana, M. L. Spaziani (éd. et trad.), Milan, Feltrinelli, juin 1962.

43 Elle avait craint le pire dans la mesure où elle avait déjà eu des « ennuis sérieux avec une traduction allemande d’Alexis » (L, p. 169).

44 M. Yourcenar, Lettre de Noël 1962, L, p. 168-169.

45 Ibid.

46 Voir l’article de L’Avanti du 19 décembre 1962, signé W. F., consacré à la présentation de Il gong, un recueil de poèmes de M. L. Spaziani qui venait de recevoir le Prix Firenze. Ce jugement positif est partagé par O. Lombardi dans « L’epica dell’ambiguità », La Fiera Letteraria, 17 mars 1963, et par R. Scalamandré dans sa recension de L’Italia che scrive de septembre-octobre 1963.

47 Cf. sa Lettre de Noël 1962 à Lidia, L, p. 168-169.

48 Dans deux articles d’hommage à M. Yourcenar pour le centenaire de sa naissance (La Gazzetta di Parma, 15 avril 2003, p. 23 et Il Giornale di Brescia, 6 juin 2003, p. 35), M. L. Spaziani a précisé que ce fut au cours d’une rencontre à Venise.

49 Novelle orientali, publié par Rizzoli, à Milan en 1983. M. L. Spaziani traduisit aussi Feux (Fuochi, Milan, Bompiani, 1984).

50 « En Italie, lui écrivit-elle, ce livre est un peu le vôtre », cf. L. Storoni Mazzolani, « Una traduzione e un’amicizia », p. 327.

51 Pour les traductions du roman, je renvoie à la précieuse bibliographie d’Y. Bernier, qui figure dans l’édition des Œuvres romanesques de M. Yourcenar, p. 1236-1243.

52 Voir le compte rendu de S. Pautasso à la réédition de Memorie di Adriano de 1981 : « Una lezione di vita e di stile dalle “memorie” di Adriano », Il Corriere medico, 8 mai 1981. Cette réédition du roman suivi des « Taccuini di appunti » qui, précise le critique, « nous introduisent dans les mystères de la création de ce chef-d’œuvre de la littérature moderne », coïncida avec la réception de M. Yourcenar à l’Académie française en janvier 1981.

53 M. Yourcenar, L’opera al nero, M. Mongardo (trad.), Milan, Feltrinelli, (I Narratori Feltrinelli ; no 161), novembre 1969. Le texte de la traduction sera revu par G. Cartago lors de la seconde édition, en 1982.

54 Lettre de M. Yourcenar citée sans mention de date par L. Storoni Mazzolani dans « Una traduzione e un’amicizia », p. 328.

55 Ibid.

56 J. Keats, Lettere, L. Storoni Mazzolani (trad.), Rome, Giulio Einaudi (Universale Einaudi ; no 51), 1945.

57 D. H. Lawrence, L’arcobaleno. Donne innamorate [The Rainbow, Women in love], Milan, Arnaldo Mondadori, 1964, t. IV des œuvres de Lawrence éditées par P. Nardi.

58 L. Storoni Mazzolani, L’idea di città nel mondo romano, Milan, Riccardo Ricciardi, 1967.

59 M. Yourcenar, Lettre du 21 janvier 1969, L, p. 309.

60 M. Yourcenar, Lettre inédite, conservée dans le Fonds Yourcenar à Harvard.

61 L. Storoni Mazzolani, Sul mare della vita, Milan, Rizzoli, 1969. L. Storoni a publié plus d’une douzaine de livres sur le monde antique. Les éditeurs de la correspondance de M. Yourcenar citent les cinq titres qui se trouvaient dans la bibliothèque de Petite Plaisance, L, p. 140, note 2.

62 M. Yourcenar, Lettre du 7 juin 1969, Fonds Yourcenar à Harvard, inédite.

63 M. Yourcenar, Lettre du 27 février 1970, Fonds Marguerite Yourcenar à Harvard, inédite.

64 Cette conférence remonte probablement au long séjour à Rome du printemps 1958.

65 M. Yourcenar, Lettre du 27 février 1970, Fonds Yourcenar à Harvard, inédite.

66 M. Yourcenar, Lettre du 22 août 1968, L, p. 289-290.

67 Ibid., p. 290.

68 Ibid., p. 290-291.

69 Ibid., p. 291.

70 Ibid., p. 291-292.

71 « Bernard Pivot rencontre Marguerite Yourcenar », Apostrophes, 7 décembre 1979, repris dans M. Yourcenar, Portrait d’une voix. Vingt-trois entretiens (1952-1987), M. Delcroix (éd.), Paris, Gallimard (Les Cahiers de la NRF), 2002, p. 228-271 ; M. Yourcenar, Les Yeux ouverts. Entretiens avec M. Galey, Paris, Le Centurion, 1980, p. 169-170 et p. 190-191.

72 « Tuer, affamer, épuiser, faire la guerre, pousser à la furie nourrira leurs désirs. Il ne restera rien sur la terre, sous la terre et sous l’eau qui ne soit persécuté, ruiné et pourri » (traduction des éditeurs de M. Yourcenar), L, p. 293, note 2.

73 M. Yourcenar, L, p. 293.

74 Dans Les Yeux ouverts…, p. 192, M. Yourcenar conclut sa comparaison entre Hadrien et Zénon en disant : « L’empereur est naturellement solaire, et Zénon naturellement nocturne : Ce sont les deux pôles complémentaires de la sphère humaine telle que je l’ai contemplée. »

75 Cf. M. Yourcenar, Les Yeux ouverts…, p. 170.

76 J.-C. Texier, « Rencontre avec Marguerite Yourcenar », La Croix, 19-20 septembre 1971, repris dans Portrait d’une voix…, p. 122.

77 C’est ainsi que M. Yourcenar qualifie sa lettre du 22 août 1968, L, p. 293.

78 Ibid.

79 Ibid.

80 M. Yourcenar, Lettre de Noël 1962, L, p. 168.

81 Ibid., p. 170.

82 Ibid.

83 Ibid.

84 M. Modeen, qui travaillait à l’Ambassade de France, connut Marguerite Yourcenar en 1953, lors de sa conférence à Helsinki pour le Cercle franco-finlandais, dont elle était la secrétaire. Cf. H. Mooden, « Marguerite Yourcenar et la Finlande », Les Voyages de Marguerite Yourcenar…, p. 194-205.

85 Cette maison d’édition avait déjà publié Mémoires d’Hadrien en 1953.

86 M. Yourcenar, Lettre de Noël 1962, L, p. 170.

87 Ibid.

88 M. Yourcenar, Lettre du 25 avril 1960, de Malaga.

89 Avant de quitter l’Espagne, Marguerite Yourcenar écrivit à la sœur du poète pour lui dire qu’elle s’était rendue à Viznar [non loin de Grenade] avec Grace Frick pour voir l’endroit où Federico a été exécuté et enterré.

90 M. Yourcenar, Lettre du 25 avril 1960.

91 Même si l’approche d’autres religions, en particulier celle du bouddhisme, lui fera prendre conscience des limites de l’enseignement catholique, Yourcenar se félicitait d’avoir reçu une éducation religieuse « parce que c’est une voix d’accès vers l’invisible », a-t-elle confié à M. Galey (Les Yeux ouverts, p. 35).

92 M. Yourcenar, Lettre de Noël 1962, L, p. 175-176.

93 Voir la carte de Marguerite Yourcenar à Märta Mooden écrite le 30 juin-1er juillet à bord de l’Argentine à Leningrad, in Les Voyages de Marguerite Yourcenar, p. 203.

94 Ibid., p. 170-171.

95 E. Cliche, « Réminiscences de Leningrad dans l’œuvre épistolaire de Marguerite Yourcenar », in La Ville de Marguerite Yourcenar, (Rome, Academia Belgica, 23-26 septembre 1998), B. Deprez (éd.), Bruxelles, Éditions Racine – Académie royale de langue et de littérature françaises, 1999, p. 17-28.

96 M. Yourcenar, Lettre du 3 février 1965, L, p. 219.

97 Ibid.

98 Ibid.

99 M. Yourcenar, Lettre du 14 mars 1970, L, p. 347.

100 M. Yourcenar, Lettre du 3 février 1965, L, p. 219-220.

101 Ibid., p. 220.

102 Il s’agit d’Edoardo Ruffini et de sa femme Giorgia, morts tragiquement au début de 1983, comme me l’a aimablement communiqué Pia Mazziotti du Sistema Biblioteche di Roma, à qui j’exprime toute ma gratitude.

103 L. Storoni Mazzolani, « Ascoltando gli angeli », La Repubblica, « Cultura », 19 décembre 1987. Borgofranco se trouve dans le Piémont à quelques kilomètres au nord d’Ivrea.

104 M. Yourcenar, Lettre du 12 février 1985, de Delhi, L, p. 656.

Auteur

Enseigne la littérature française à l’Université de Parme. Seiziémiste de formation, elle s’est intéressée à la littérature protestante, éditant en particulier l’œuvre d’Antoine de Chandieu, Octonaires sur la Vanité et Inconstance du Monde (Genève, Droz, 1979) et les Lettres à Monsieur et Mme de Falais de Jean Calvin (Genève, Droz, 1991). Elle est l’auteur de diverses études sur Marguerite Yourcenar (Réception de l’œuvre de Marguerite Yourcenar. Essai de bibliographie chronologique (1922-1994), Tours, SIEY, 1994 ; Marguerite Yourcenar. Fragments d’un Album italien, Parme, Battei, 1999) ; Marguerite Yourcenar. L’infanzia ritrovata, Parme, Battei, 2004), et la co-éditrice de Marguerite Yourcenar essayiste. Parcours, méthodes et finalités d’une écriture critique (Tours, SIEY, 2000). Elle fait partie du comité de rédaction du Bulletin annuel de la Société Internationale d’Études Your-cenariennes, qui a son siège social à l’Université de Clermont-Ferrand depuis 2004

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540