Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

G. B. Shaw : un dramaturge engagé

 | 
Paul Brennan
, 
Thierry Dubost

Shaw critique de quelques pièces françaises

Le Théâtre de l’Œuvre (1895)

Traduction de Jacques Emprin

Texte intégral

1THÉÂTRE DE L’ŒUVRE DE PARIS. Représentations à l’Opéra Comique de Londres de Rosmersholm et de Solness le Constructeur d’Ibsen, de l’Intruse et de Pelléas et Mélisande de Maeterlinck, 25-30 mars 1895.

2M. Lugné-Poe et sa troupe, l’Œuvre, sont venus dans notre pays avec la réputation d’avoir fait pleurer Ibsen par leur représentation de l’une de ses œuvres. Il n’y a là rien d’extraordinaire : j’ai vu des représentations par des acteurs anglais qui l’auraient conduit au suicide. Mais à peine le premier acte de Rosmersholm avait-il commencé ce lundi soir que je reconnus, avec un sentiment voisin de l’exaltation, l’atmosphère authentique de la plus captivante de toutes les pièces d’Ibsen, qui apparaissait pour la première fois sur la scène anglaise comme une brume enchantée. Bien sûr, il y avait des points faibles. La pauvreté du décor ne m’a pas gêné ; par contre, la bibliothèque du pasteur Rosmer m’a un peu énervé. Que diable voulait-il donc faire de Sell’s World’s Press ? Qu’il se soit procuré un volume de mes propres œuvres dramatiques, je ne pus qu’être d’accord et trouver cela assez naturel même si, lorsqu’il sortit ce volume en particulier et l’ouvrit, je commençai à me demander avec inquiétude s’il allait bientôt être absorbé par cet ouvrage au point d’en oublier complètement son rôle. Je fus également surpris de voir que le journal conservateur qui attaquait le pasteur pour sa conversion au radicalisme n’était rien d’autre que notre propre journal, Le Globe. Quant au frisson qui parcourut l’auditoire lorsque Rébecca West déchira le journal et le jeta violemment par terre en un geste méprisant, il dépassa de loin celui que Mrs Ebbsmith communique tous les soirs à son public du Garrick. Ensuite, je fus très déconcerté par Morstengard. Il était si déterminé à être moderne et original qu’il avait confié son maquillage à un peintre ultra-impressionniste qui avait abusé avec audace de la situation. Kroll, aussi, portait une perruque vraiment incroyable et un costume dont chaque détail était une faute de goût. Kroll est très bien connu dans ce pays : parmi beaucoup d’autres, il représente cette connaissance de l’humanité à la fois essentielle et donc universelle qui permet à Ibsen de dresser un tableau de la vie politique et sociale dans de petites paroisses norvégiennes du bout du monde et de les faire reconnaître immédiatement à Londres et à Chicago (là, d’ailleurs, où Mr Beerbohm Tree, vient de faire sensation avec Un ennemi du peuple). Pour avoir dit cela, on pourra me demander si je me rends compte que bon nombre de nos critiques en place ont souligné combien ces chamailleries de clocher qui tiennent lieu de vie publique dans les comédies en prose d’Ibsen sont absurdes et manquent de pertinence si l’on songe à l’importance et à la complexité des affaires publiques dans nos énormes cités. Je réponds que oui. Et si l’on me pousse davantage à déclarer sans ambages que mon intention est de dénigrer ces critiques en place, alors je réponds ouvertement que oui. J’affirme que de tels jugements sont rendus par des gens qui n’en connaissent pas plus sur la vie politique que moi sur la navigation. Tous ceux qui ont contribué à « cultiver » une circonscription électorale en Angleterre, à l’échelon local ou parlementaire, et organisé cette élection de l’intérieur ou fait partie pendant un an d’un conseil paroissial, ou tenté de mettre sur pied un organisme ayant pour but d’ouvrir les horizons religieux et sociaux d’un village anglais, non seulement affirmeront que L’Union des jeunes, Un ennemi du peuple et Rosmersholm sont aussi authentiques pour la société anglaise qu’ils peuvent l’être pour la société norvégienne, mais offriront probablement des modèles, pris dans leur entourage, pour tous les personnages publics figurant dans ces pièces. J’ai donc fait un reproche à Kroll, car je le connais parfaitement de vue (n’a-t-il pas été pendant longtemps le président du London School Board ?) : je suis sûr qu’il préférerait mourir plutôt que de rendre visite à l’administrateur de la paroisse en veste et en pantalon qui donneraient à un cafetier ambulant à la retraite l’envie de s’excuser, et avec des cheveux qui auraient eu besoin d’une coupe et d’un shampooing depuis au moins trois mois. Je fais un autre reproche qui va beaucoup plus loin que le précédent. Mademoiselle Marthe Mellot, cette actrice avisée qui a tenu le rôle de Rébecca West, de Pelléas et de Kaia, a joué celui de Rébecca à la manière de Sarah Bernhardt, celle qui convenait le moins bien pour ce rôle. La passion de Rébecca n’est pas la passion froide des gens du Nord – cette passion essentiellement humaine qui s’incarne en des fins et des intérêts objectifs, en des attachements qui, eux-mêmes, s’incarnent en des fins et des intérêts objectifs au nom des autres – cette passion féconde, retenue, maîtrisée, exploitée instinctivement, qui fait la grandeur des nations et des individus, passion bien différente de cette passion explosive, hystérique et inutile qui ne mène qu’à une querelle stérile. Or, dans le troisième et le quatrième actes de Rosmersholm, mademoiselle Mellot, qui avait joué de façon remarquable dans le premier et le second, laissa soudainement échapper son rôle en adoptant le genre de passion inapproprié. Prenez, par exemple, la situation au troisième acte. Rosmer, qui avait cru jusque-là que sa femme était folle au moment de son suicide, est maintenant convaincu (par Morstengard) qu’elle l’a fait parce qu’il avait reporté son affection sur Rébecca West. Rébecca, voyant que Rosmer aura le cœur complètement brisé par sa propre conscience si on le laisse croire qu’il est quasiment un meurtrier, avoue que c’est elle qui a poussé la malheureuse épouse au suicide en lui disant certains mensonges. Le caractère délibéré de ce renoncement est soigneusement indiqué par Ibsen à la fois par le refus glacial de Rébecca devant la tentative de Kroll d’améliorer la situation par une homélie d’aumônier de prison et dans la scène avec madame Helseth, où elle se prépare calmement à partir après que les hommes, atterrés, l’ont quittée. C’est là que mademoiselle Mellot a cédé à la tentation de jouer une fin déchirante à la manière de Sarah Bernhardt. Cette confession est tout simplement devenue l’incontinence hystérique d’une femme coupable et indigne. Il a fallu pimenter la scène de halètements, de sanglots et d’étreintes et le rideau est tombé avec des applaudissements destinés non pas à Rosmersholm mais à Frou-frou. En conséquence, le rôle de Rébecca West reste à créer en Angleterre. Ses vicissitudes ont déjà été assez singulières pour celui qui s’intéresse au théâtre. Miss Farr, la première à essayer de jouer ce rôle dans notre pays, l’a joué comme celui de la femme d’aujourd’hui, fascinée par le manque de scrupules de Rébecca, demandant aux interviewers stupéfaits pourquoi une femme d’hier aussi inutile que madame Rosmer n’aurait pas dû être jetée dans la canal pour laisser le champ libre à Rosmer, et combinant en général une admirable lucidité sur la logique de la situation avec un manque de sensibilité exaspérant à propos de la gravité, ou même de la réalité des problèmes en jeu. Il en résulte que l’interprétation de mademoiselle Mellot a porté à faux là où celle de mademoiselle Farr a frappé juste. Cette dernière, malgré des échecs dans des passages entiers de la pièce par manque de foi dans la dernière phase de l’évolution de Rébecca – et d’autres détails dans sa tentative maladroite et guère professionnelle de trouver une nouvelle méthode pour jouer une pièce d’un nouveau genre – a cependant réussi dans l’ensemble à laisser l’impression d’avoir montré au moins un aspect de Rébecca (et qui plus est l’aspect le plus étrange) qui n’a pas encore été effacé par une autre interprétation. Un second essai fut tenté par mademoiselle Elisabeth Robins ; on attendait beaucoup de celui-ci, car elle avait été remarquable dans le rôle de Hilda Wangel dans Solness le constructeur, rôle qui de toute évidence est la première mouture de Rébecca West et de son intrépide libre-arbitre. Mais ce pathos dévastateur, sur scène, qui est la spécialité la plus redoutable de mademoiselle Robins et qui fit d’elle, dans Alan’s Wife, un personnage déchirant et une Agnès si touchante dans Brand, s’amplifia soudain dans Rosmersholm et submergea Rébecca dans un océan de douleur. Donc ce fut une occasion perdue, et nous attendons encore la parfaite Rébecca, laissant à mademoiselle Farr l’honneur d’avoir au moins fait son possible pour éveiller notre curiosité à son sujet.

3La représentation de Pelléas et Mélisande de Maeterlinck, au cours de laquelle mademoiselle Mellot, tout à fait charmante dans le rôle de Pelléas, se fit applaudir à tout rompre dans la scène de Rapunzel, a établi la supériorité artistique de la troupe de Lugné-Poe sur la Comédie-Française. Lorsque j’évoque la dernière soirée passée dans cette institution, regardant ces reines/soubrettes et ces héros/laquais dressés à grand peine, et écoutant cette diction insensée et inhumaine où chaque hémistiche prononcé produit les mêmes effets que les cris de la rue – quand je compare cette expérience déprimante avec la soirée de mardi dernier au Théâtre de l’Œuvre, j’ai du mal à croire que la même ville ait pu produire ces deux troupes. A la Comédie-Française, tout n’est que routine coûteuse et très organisée, que l’on suit dans un but bien défini comme le cérémonial à la Cour, afin de rendre présentable un matériau humain de second ordre. Au Théâtre de l’Œuvre, on ne trouve pas simplement des objectifs poursuivis d’ordinaire par cet art, mais une conscience artistique vigilante dans la diction, le jeu des acteurs, la mise en scène, créant une atmosphère vraiment poétique, et triomphant aisément de distributions médiocres et d’incidents ridicules. Bien sûr, ceci est bien pire pour le Théâtre de l’Œuvre au regard des critiques représentant le philistinisme contre qui toute véritable entreprise artistique est une croisade. C’est une critique acerbe de notre scène que dix années de fréquentation constante des théâtres à Londres semblent réduire chacun, à part les plus forts, à un état où tout essai d’assurer au travail d’acteur les meilleures qualités dans l’exécution de cet art – qualités connues depuis des milliers d’années de tous les amateurs d’art – semble une aberration assez absurde pour justifier que des journaux sérieux publient comme critique ce qui n’est rien de plus que quolibets de gamins des rues. Je ne refuse pas que l’on dénigre le théâtre de l’Œuvre ni M. Maeterlinck. J’attache la plus haute importance à une opposition forte, que ce soit dans l’art ou dans la politique et, si Herr Max Nordau était nommé critique au Standard (par exemple), j’en serais fort réjoui. Mais, quand j’entends des acteurs déclamer avec une habileté et une délicatesse telles qu’ils sont capables d’exprimer la fragile musicalité du texte de M. Maeterlinck tout au long des cinq actes sans une seule note discordante ni forcée, avec une interprétation saisissante de vérité et une subtilité remarquable et quand je vois que ces artistes, tout simplement parce que leurs perruques ne sont pas conformes au modèle anglais de Mr Clarkson et que le rideau s’est levé par mégarde au mauvais moment, sont traités d’ « amateurs » par des messieurs qui se pâment avec docilité lorsque M. Mounet-Sully s’enduit les joues de blanc et les lèvres de rouge, et hurle son texte toute la soirée avec une violence discordante et dénuée de sens, qui entraînerait son renvoi de la troupe de M. Lugné-Poe dès la fin du premier acte, eh bien – eh bien quoi ? Violerai-je le caractère sacré des règles de notre profession et avouerai-je à un étranger que la distinction faite par certains de nos critiques entre un amateur et un professionnel est en fait une distinction entre une entreprise riche et une entreprise pauvre, et n’a rien du tout à voir avec la différence faite par un critique aux sens affinés qui reconnaît l’art directement par ses yeux et ses oreilles et non à cause de ses liens avec le monde des affaires ? Jamais ! De plus, ce serait malhonnête ; aucun homme, même s’il est le plus accompli des critiques, ne peut efficacement regarder ou écouter des pièces qu’il ne veut pas vraiment voir ni entendre.

4L’intérêt porté à ces représentations atteignit son point culminant mercredi lors de celle de Solness le constructeur. Au début, il semblait que l’étude de M. Lugné-Poe, complexe et tout à fait achevée, de la ruine d’un homme parti de rien, allait l’emporter sur tous les tableaux, espoir porté au plus haut par la charmante audace et la jeunesse de mademoiselle Suzanne Després dans les premières scènes de Hilda. Malheureusement, madame Gay dans le rôle de Mrs Solness fut ridicule : le rôle de Lady Macbeth aurait mieux convenu à Miss Florence St. John. Et, au deuxième acte, durant lequel Solness qui avait dominé et envoûté Kaia, devient à son tour dominé et envoûté par la jeunesse et la force impulsive, irresponsable et débordante de Hilda, mademoiselle Després a perdu pied et a vraiment commencé à jouer Kaia – une Kaia assez rebelle, peut-être, mais toujours une Kaia. Le dernier acte, avec une Hilda subjuguée et une Mrs Solness qui visiblement luttait contre sa tendance naturelle, celle d’un joyeux bon sens, a failli être un échec. Peut-être ne fut-ce pas plus mal qu’un Français grossier, au parterre, en essayant de brocarder mademoiselle Després, provoqua une manifestation de sympathie de la part des membres bien élevés du public lorsque le rideau tomba. Il avait probablement lu les journaux anglais.

5Si l’on compare cette représentation avec celles que nous avons données en Angleterre, il faut admettre que ni Mr Warring ni Mr Waller n’étaient en mesure de jouer Solness comme M. Lugné-Poe. Ils n’auraient jamais eu d’autre invitation à se produire dans une comédie de bon ton s’ils avaient mis ces pantalons vulgaires et une telle profusion de rouge sur leur visage et donné vie à ce portrait qui, dans chacun de ses traits, de son énergie dominatrice, de son talent et de sa convoitise, jusqu’à son égoïsme insensé et sa folle propension à être un coureur de jupons, est si incroyablement naturel. Mr Warring et Mr Waller ont échoué, car ils étaient sous le charme de la réputation d’Ibsen en tant que magicien de l’art dramatique et ont cherché à saisir son traitement poétique de l’homme au lieu de tenter de saisir l’homme lui-même. M. Lugné-Poe a réussi, car il a reconnu en Solness une personne qu’il avait rencontrée bien des fois dans la vie ordinaire ; il n’a fait que se rougir le nez et jouer son rôle sans préjugé.

6Avec Hilda, il s’agit de tout autre chose. Sauf pendant les cinq premières minutes, où elle fut si brillante et si juvénile, mademoiselle Després ne put approcher Miss Robins dans le rôle de Hilda Wengel. Que Miss Robins reconnaisse Hilda si elle la rencontrait dans la rue, ou que Mr Warring reconnaisse Solness, j’en doute ; mais Miss Robins était

7Hilda et c’est un élément capital de Hilda qu’elle ne soit pas consciente de sa propre humanité, et encore bien moins de celle du malheureux qu’elle détruit, ni de la femme qu’elle rend veuve à la fois avant et après la mort physique de celui-ci. Cette insensibilité impitoyable, qui donne à la jeunesse une force si impressionnante et qui, lorsqu’elle s’ajoute à une imagination vive, une intelligence aiguë et une fascination personnelle, rend cette jeune personne à la recherche d’un effet « terriblement palpitant » plus dangereuse qu’un lion cherchant qui dévorer, a été présentée par Miss Robins avec une telle vérité qu’elle a semblé faire de Solness le constructeur presque une pièce pour un seul rôle. Ce fut une grande réussite, dont le caractère périlleux apparut peut-être pour la première fois ici, mercredi dernier, lorsque mademoiselle Després n’a pas réussi à retenir l’attention du public au moment critique. S’il y avait eu dans ce rôle le moindre élément d’affliction entraînant le flot de larmes qui avait submergé Rébecca et Mrs Lessingham, Dieu seul sait ce qui se serait passé pour la Hilda de Miss Robins. Heureusement, ce rôle est garanti contre le chagrin et on n’a pas encore vu à Londres une Hilda qui puisse égaler celle de Miss Robins.

8Tous nos remerciements à l’Independent Theatre pour avoir contribué à faire venir le Théâtre de l’Œuvré dans notre pays. Mr Grein n’aurait pu rendre de meilleur service à l’art en Angleterre.

9Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable