Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre Baroque et Lumières : Saint-Évremond (1614-1703)

 | 
Suzanne Guellouz

Une lettre de Saint-Évremond à l’abbé de Hautefeuille

Gérard Poulouin

Texte intégral

1Saint-Évremond a beaucoup écrit à l’abbé de Hautefeuille. Onze lettres, rédigées entre 1692 et 1701, ont été publiées par René Ternois (voir Saint-Évremond, Lettres, R. Ternois (éd.), Paris, Didier, Société des textes français modernes, 1967-1968, 2 vol., t. II, p. 330-343). On en trouvera ici une autre.

2L’abbé de Hautefeuille est né à Orléans en 1647 dans une famille d’artisans. Bénéficiant de la protection de la duchesse de Bouillon, il avait fait des études avant d’entrer dans les ordres et d’obtenir, entre autres bénéfices, celui de l’abbaye de Hautefeuille. Très curieux de tout ce qui touche à la physique et à la mécanique, l’abbé de Hautefeuille a proposé des innovations et fait quelques découvertes dans les domaines les plus divers. Il a disserté sur le moyen de diminuer la longueur des lunettes d’approche, sur celui de remonter les bateaux contre le courant des rivières rapides, sur le moyen de connaître la longitude en mer, il a apporté des solutions à des problèmes d’horlogerie, d’acoustique…

3Dans quelques-unes de ses lettres à Mlle de Lenclos, Saint-Évremond, au lieu de nommer l’abbé de Hautefeuille, parle du « bon petit bibliothécaire », du « bon petit bibliothécaire de Madame de Bouillon ». L’abbé de Hautefeuille était en effet au service de la duchesse de Bouillon comme bibliothécaire. Lorsque la duchesse séjourna à Londres en 1687, il était du voyage. Il a donc pu rencontrer Saint-Évremond et la duchesse de Mazarin, tous deux exilés à Londres.

4Saint-Évremond, s’adressant à l’abbé de Hautefeuille, l’entretient de connaissances communes, le sollicite pour quelques services. Dans la lettre reproduite ici en fac-similé (bibliothèque municipale de Caen, in-fol. 318/8 : « À Monsieur l’abbé de Hautefeuille à l’hôtel de Bouillon, Paris ») Saint-Évremond parle de Milon, l’aumônier de Mme Mazarin, il introduit cette duchesse dont il fréquente la « cour » à Londres, et Mlle de Lenclos, chère à son cœur. Saint-Évremond demande à l’abbé d’intervenir auprès de Mme la maréchale de Créqui (la veuve du maréchal de Créqui avait quelque difficulté à assumer pleinement les conséquences financières d’un contrat conclu entre le maréchal et Saint-Évremond, avant le départ de celui-ci pour l’Angleterre), il lui demande de voir M. Barbin, l’éditeur en 1692 des Œuvres mêlées de M. de Saint-Évremond, Seconde partie (cette édition comprenait des textes apocryphes dont Saint-Évremond refusait d’assumer la paternité). Le compliment final ne relève pas de la simple politesse : Charles de Saint-Évremond, exilé à Londres, sait pouvoir compter sur l’abbé de Hautefeuille.

Lettre de Saint-Évremond à l’abbé de Hautefeuille (bibliothèque municipale de Caen, in-fol. 318/8)

Table des illustrations

Légende Lettre de Saint-Évremond à l’abbé de Hautefeuille (bibliothèque municipale de Caen, in-fol. 318/8)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10195/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540