Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre Baroque et Lumières : Saint-Évremond (1614-1703)

 | 
Suzanne Guellouz

Avant-propos

Suzanne Guellouz

Texte intégral

1Tout le monde parle de Saint-Évremond, mais son œuvre est rarement étudiée en tant que telle. Bien que, depuis plus de trente ans déjà, nous disposions, grâce au magnifique travail accompli par René Ternois, d’une édition sûre et abondamment annotée de ses Œuvres en prose et de ses Lettres, cet auteur n’a notamment jamais eu les honneurs d’un colloque. De là l’enthousiasme qui s’est manifesté lorsque, sollicitée par Victor Convert, alors préfet de la Manche et grand lecteur de notre essayiste, je me suis lancée dans cette entreprise.

2Cerisy-la-Salle s’imposait comme lieu de rencontre. Tant en raison de la convention qui existe entre ce prestigieux centre culturel et l’université de Caen que parce que ce beau château du XVIIe siècle est proche de Saint-Denis-le-Gast, lieu de naissance de celui que nous entendions célébrer.

3Ce qui a sans doute le plus contribué à faire connaître Saint-Évremond, c’est qu’il fait partie des grands exilés de l’histoire. Or – mais ceci n’est pas non plus étranger à son renom – tout ce qui touche à cet exil relève du paradoxe. Paradoxal est en effet d’abord le fait qu’a pu compter parmi les victimes du régime triomphant celui qui, comme le rappelle son premier biographe, Pierre Silvestre, avait précisément contribué à le consolider en « entra[nt] dans le Service » dès l’âge de seize ans, en participant dès 1640 aux grands combats de l’époque et en « demeura[nt] toujours attaché au parti du Roi », notamment, et nonobstant les rapports qu’il entretenait avec Condé, durant toute « la Guerre Civile ». Non qu’il s’agisse là d’une injustice – la Lettre sur la Paix, trouvée dans l’une de ces cassettes qui jouent dans la fiction même le rôle que l’on sait, est un authentique pamphlet – mais parce que le hasard aurait bien pu protéger celui qui n’était jamais, contrairement à Fouquet ou au maréchal de Créqui, ses deux commanditaires supposés, qu’un politique mondain, et non un politicien, ni d’ailleurs un penseur politique de profession, même s’il lui arrive de formuler des « réflexions sur la Politique ». C’est également sur le mode paradoxal que se déroulent les longues années – près de la moitié de sa vie – que ce gentilhomme passa en dehors de sa patrie. Non seulement parce qu’il ne s’agissait là que d’un exil doré – l’adjectif qualifie les conditions matérielles, intellectuelles et, dès l’arrivée de la duchesse Mazarin, affectives dans lesquelles il vécut – mais encore parce que ce confort put être obtenu sans que celui qui en bénéficia eût à s’insérer dans un milieu étranger. De là sans doute l’installation définitive dans laquelle il se complut.

4Si intéressante que soit sa vie, ce sont cependant surtout ses écrits qui méritent attention. Car celui qui poussait la modestie – vraie ou fausse – jusqu’à refuser l’impression, de crainte d’être considéré comme un « auteur », terme auquel il donnait sans doute le sens péjoratif qu’il pouvait avoir au XVIIe siècle, a laissé un nombre considérable de textes sur des matières et des sujets variés.

5Conteur, il adapte – car on ne saurait en l’occurrence parler de traduction –, dans La Matrone d’Éphèse, la vieille fable milésienne que Pétrone avait insérée dans le Satiricon. Nouvelliste, ou plutôt précurseur du conte philosophique, il raconte, dans Le Prophète irlandais, la vie de Greatrakes, mais en la romançant et en en tirant un enseignement qu’il présente sur le mode de la raillerie fine. Chroniqueur, il relate, sur un ton plaisant qui faisait, dit-on, les délices de son vieil ennemi Mazarin (qui, il est vrai, eût peut-être moins ri s’il avait su qui en était l’auteur), la Retraite de M. le duc de Longueville en son gouvernement de Normandie et dresse, sur un ton très sérieux, le parallèle attendu de Condé et de Turenne. Mais il se fait aussi versificateur, sinon poète, pour évoquer non seulement les choses de la vie mais encore les grands problèmes qui sont liés à la condition humaine.

6Moraliste, au sens que l’on donne aujourd’hui à ce terme pour qualifier tous ceux qui, au XVIIe siècle, faisaient le portrait de l’Homme et de certains hommes, il pratique aussi bien la dissertation que la « conversation », forme qui, on le sait, est parmi celles que l’on adopte le plus volontiers dans ce domaine à l’époque, parce que, introduisant la discontinuité, elles sont censées briser – et brisent parfois – le carcan de la pensée monolithique et péremptoire. Philosophe, il dialogue aussi bien avec Gassendi qu’avec Spinoza ou Hobbes, références implicites auxquelles il faut ajouter le protestant d’Huisseau, lorsqu’il s’agit de la Considération sur la religion.

7Historien, il rédige des Réflexions sur les divers génies du peuple romain dans les temps de la République que l’on peut comparer, en restant attentif aux différences, aux plus célèbres Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence de Montesquieu.

8C’est d’ailleurs à l’étude de ceux qui l’ont précédé dans l’écriture de l’histoire, qu’ils soient anciens – et plus précisément latins : Tacite ou Salluste, César ou Quinte-Curce – ou modernes, que le critique littéraire qu’est aussi Saint-Évremond consacre une partie – et non la moindre – de ses efforts. Cela ne l’empêche pas de s’intéresser aux traducteurs, de réfléchir sur la tragédie et sur la comédie, de se faire le héraut de Corneille et de prendre parti dans la fameuse querelle des Anciens et des Modernes. Il aborde enfin, toujours d’un point de vue critique, le domaine, relativement peu exploré à l’époque, de la musique : adversaire acharné de l’opéra, il parle volontiers et en connaisseur, sinon en spécialiste, de toutes les autres productions musicales, anciennes ou récentes.

9Si succinct soit-il, ce portrait de Saint-Évremond donne une idée de l’ampleur de la tâche qui incombe à ceux qui entendent travailler sur un auteur qui, ne serait-ce que par les dates qui sont les siennes et par sa longévité, occupe une place privilégiée dans l’histoire des idées et dans l’évolution de la littérature des siècles classiques en général.

10C’est à quelques-unes des questions que pose cette œuvre que nous avons tenté de répondre dans ce colloque. Notre ambition a été d’envisager les domaines qui ont été jusqu’ici le moins fréquemment abordés, ou de renouveler l’approche de ceux qui ont été déjà travaillés par la critique, sans oublier de ménager une double ouverture vers ce que Saint-Évremond lui-même considérait comme une des sources principales de son inspiration – Montaigne – et vers ce qu’une mise en perspective permet au lecteur du XXe siècle de considérer comme son avenir : les Lumières.

 

11Nos remerciements vont à M. le préfet Convert et aux responsables du Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, sans qui cette rencontre n’aurait pas eu lieu, et aux Presses universitaires de Caen, qui ont permis que ces Actes voient le jour. Nous tenons aussi à exprimer notre gratitude au Conseil général de la Manche, à la mairie de Caen, à la Direction régionale des affaires culturelles, à la commune de Cerisy et à l’université de Caen, ainsi qu’à la mairie de Saint-Denis-le-Gast, à nos hôtes de Torigni-sur-Vire, de Canisy et au Centre de musique baroque de Versailles, sans qui nos travaux ne se seraient pas déroulés dans l’atmosphère festive que nous avons connue et qui est sans doute celle qui convenait le mieux pour célébrer le penseur bon vivant que fut Saint-Évremond.

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540