Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric II (1194-1250) et l'héritage normand de Sicile

 | 
Anne-Marie Flambard Héricher

Postérité

Les héritiers des Normands dans La Divine Comédie de Dante

Marina Marietti

Texte intégral

  • 1 Le texte de la Divine Comédie est celui fixé par Giorgio Petrocchi Commedia secundo l’antica vulgat (...)

1Parmi les âmes d’empereurs dont la présence est évoquée dans l’au-delà, seule l’âme de Frédéric II se trouve en enfer1. C’est Farinata degli Uberti, le chef gibelin de Florence, condamné pour l’éternité à demeurer dans le cercle des hérétiques, qui le nomme parmi ses voisins :

Dissemi : « Qui con più di mille giaccio / qua dentro è’l secondo Federico / e’l Cardinale ; e de li altri mi taccio. »

  • 2 If. X, 118-120.

Il me dit : « Je gis, ici, avec plus de mille âmes : ici se trouvent Frédéric II et le Cardinal ; je tais les noms des autres »2.

  • 3 Sur ce personnage et sa volte-face, adversaire puis partisan de Manfred au côté de Farinata degli U (...)
  • 4 If. IX, 129.

2Nous remarquerons l’insistance des adverbes (qui, qua dentro) qui renvoient au grand tombeau de feu où lui-même, Farinata, se trouve, de même que le pathétique personnage de Cavalcante. Nous remarquerons également que deux seulement de ses nombreux voisins (più di mille) méritent à ses yeux d’être nommés : avec Frédéric II, Farinata ne mentionne que le cardinal Ottaviano degli Ubaldini, devenu pour des raisons d’intérêt familial un ardent gibelin3, en dépit de son état d’ecclésiastique. À l’entrée du cercle4, Virgile avait indiqué à Dante que les tombes étaient plus chargées qu’il n’y paraissait et que se trouvaient réunies, dans un même tombeau, des âmes « semblables » (simile con simile). Il avait ensuite précisé qu’ils traversaient le secteur du sixième cercle réservé aux épicuriens, qui ne croient pas à l’immortalité de l’âme :

Suo cimitero da questa parte hanno / con Epicuro tutti suoi seguaci, / che l’anima col corpo morto fanno.

  • 5 If. X, 13-15.

De ce côté-ci ont leur cimetière Épicure et tous ses sectateurs, qui considèrent que l’âme meurt avec le corps5.

  • 6 La fille de Farinata, Bice (Béatrice), avait épousé en 1267 (après donc la mort de Farinata, surven (...)

3Ceux qui partagent l’erreur d’Épicure ne se trouvent donc pas tous dans le tombeau de Farinata. Que signifie alors simile con simile ? Un lien citadin et familial6 unit Farinata degli Uberti et Cavalcante Cavalcanti, les deux protagonistes du chant X ; de même, outre le péché commun, un lien politique associe dans la même tombe l’empereur et les représentants éminents des deux plus importantes familles gibelines de Florence, les Uberti et les Ubaldini. À l’identité du péché semble en somme se superposer, pour justifier la cohabitation des damnés, une affinité d’une autre nature qui donne vie aux personnages : de nature privée vraisemblablement pour Farinata et Cavalcante, mais à coup sûr politique dans le deuxième cas.

  • 7 À propos du cardinal Ubaldini, cf. R. Davidsohn, Storia di Firenze, vol. 2, p. 659. Pour les liens (...)
  • 8 Une mise en scène et un dialogue exceptionnels font ressortir la caractéristique (« grandeur et for (...)

4Ni l’Empire, ni le parti impérial ne sont visés cependant par la condition de ces déviants, mais leur déviance elle-même : Farinata, le cardinal Ubaldini et Frédéric II, de même que le guelfe Cavalcanti, avaient laissé d’eux une image philosophique qui obligeait Dante à les classer parmi les hérétiques, même si leur association sous une commune étiquette d’épicurisme est probablement une simplification qui va aussi dans le sens d’une plus grande cohésion poétique7. Mais de la même façon que le chant X est tout entier construit pour réhabiliter la figure et l’action de Farinata, le chef du parti impérial à Florence8, de la même façon, par un subtil réseau de références à travers les trois cantiche, se trouve réhabilité le personnage de Frédéric II, le plus « italien » des empereurs.

5C’est justement ce réseau de références que je me propose de retracer, en passant d’abord brièvement en revue les autres passages de l’œuvre de Dante où il est fait explicitement mention de Frédéric II, en évoquant ensuite successivement la rencontre de Dante avec Manfred, le fils naturel de Frédéric II, au chant III du Purgatoire, et la rencontre avec Constance de Hauteville, sa mère, héritière de la lignée normande de Sicile, au chant III du Paradis ; en analysant enfin un passage du chant XX du Paradis, passage dans lequel s’accomplit la glorification de leur ancêtre commun Guillaume II, dont l’appellation de « bon » sera transformée en celle de « juste ».

***

  • 9 If. XIII, 75. À propos du chant XIII et de l’évocation de Frédéric II par Pierre de la Vigne, des r (...)
  • 10 If. XVI, 67-69 et Pg. XIV, 109-111.

6Le personnage de Frédéric II, après le chant X, est encore évoqué au chant XIII de l’Enfer, où Pier della Vigna, son ministre et homme de confiance tombé en disgrâce et horriblement châtié, continue malgré tout de clamer son admiration pour son seigneur « qui fut si digne d’honneur »9. Il est ensuite nommément cité au chant XVI du Purgatoire, le chant central du poème, où, en écho du traité sur la Monarchie, est posée la nécessité d’une double conduite de la société chrétienne que devraient assurer, indépendamment l’un de l’autre et directement investis par la Providence, le pape et l’empereur. Dante y rencontre – nous sommes sur la corniche des coléreux – un personnage, Marco Lombardo, un intellectuel ayant fréquenté avant lui les cours du Nord de l’Italie, dont il fait son porte-parole. Celui-ci lui explique que la courtoisie a déserté le Nord de la Péninsule – comme elle a déserté la Toscane et la Romagne10 – depuis que Frédéric II, poursuivi par l’inimitié pontificale, a cessé d’y exercer sans obstacle son autorité bienfaisante :

In sul paese ch’Adice e Po riga, / solea valore e cortesia trovarsi, / prima che Federigo avesse briga…

  • 11 Pg. XVI, 115-117.

Dans la région que sillonnent l’Adige et le Pô, avaient leur demeure valeur et courtoisie, avant que Frédéric fût combattu11

  • 12 Cv. IV, II, 6. Cf. à ce sujet l’article d’E. Cuozzo dans ce même ouvrage.
  • 13 Cv. IV, IX, 16.
  • 14 Ibid.
  • 15 Pour la notion et la terminologie concernant la gentilezza chez Dante, cf. C. Perrus, Libéralité et (...)

7Au chapitre III du livre IV du Convivio, Frédéric II est évoqué comme le dernier en date des empereurs romains (« ultimo dico per rispetto al tempo presente »), dans la mesure où aucun de ses successeurs, ni Rodolphe de Habsbourg (élu en 1273), ni Adolphe de Nassau (élu en 1291), ni Albert de Habsbourg (élu en 1298), ne voulut ou ne put ceindre la couronne impériale à Rome. L’occasion de cette évocation de Frédéric II est à retenir au moins autant que la qualité de dernier empereur à part entière qui lui est décernée. Le quatrième livre du Convivio, en effet, porte sur la notion de gentilezza (noblesse). Or l’argumentation de Dante en faveur d’une conception de la gentilezza ne s’appuyant pas sur la richesse ou la lignée, mais sur des mérites propres (valore ou / et cortesia), trouve son point de départ dans la réfutation de la définition qu’en avait donnée en son temps Frédéric II en affirmant que noblesse « était richesse ancienne et belles mœurs »12. L’erreur dans laquelle tomba Frédéric II, qui pourtant – commente l’auteur – fut « grand philosophe » et « grand lettré »13, permet à Dante de mettre en valeur sa propre doctrine en se posant comme l’intellectuel attitré d’une utopique cour impériale à venir : elle lui permet également, afin de justifier sa propre critique, d’exalter au préalable l’autorité de l’empereur tout en en définissant les champs (« la définition de la noblesse ne rentre pas dans la compétence impériale »14). Mais un troisième aspect est à relever dans la référence au jugement, fût-il erroné, de Frédéric II dans le Convivio : l’empereur s’engage sur le plan intellectuel dans le domaine de la gentilezza, tandis que l’exercice de son autorité permet par ailleurs, comme l’affirme Marco Lombardo au chant XVI du Purgatoire, de faire s’épanouir en Italie les valeurs qui la fondent15.

8Un autre passage de l’œuvre didactico-polémique de Dante contribue à nous faire comprendre les voies par lesquelles le poète réhabilite la figure de Frédéric II et sa lignée. À l’époque du Convivio, Dante rédigeait aussi son traité sur la langue, le De vulgari eloquentia. Il est question, au chapitre XII du premier livre, du vulgaire parler sicilien rendu « noble » (illustre) par les poètes de la cour impériale de Palerme. Or le mérite de cet épanouissement poétique, qui a élevé le niveau de la langue parlée, est entièrement attribué à l’action culturelle de Frédéric II et de son fils Manfred, en des termes qui ne laissent aucun doute sur l’appréciation de l’auteur :

  • 16 De vulgari eloquentia, I, XII, 4 : « Siquidem illustres heroes, Fredericus Cesar et benegenitus eiu (...)

En vérité, deux illustres personnages, Frédéric empereur et Manfred son fils bien né, montrant à découvert la noblesse et droiture de leur âme, tant que la fortune le permit, se conduisirent en hommes véritables, dédaignant la manière de vivre des bêtes. Aussi tous ceux qui avaient de la noblesse de cœur et des dons divins, s’efforcèrent de rester attachés à la majesté de tels princes ; si bien que tout ce que les esprits les plus éminents d’Italie produisaient à cette époque-là voyait le jour à la cour de ces insignes souverains16

9On notera que, étroitement associé à son père, mis sur le même plan, à égalité d’honneur avec lui, Manfred est présenté dans ce passage comme un vrai prince, un roi de Sicile légitime.

***

10Dès que Dante et Virgile s’apprêtent à gravir la montagne de la purgation, ils rencontrent un premier groupe d’âmes dont la peine initiale est d’attendre le début du châtiment et donc de retarder d’autant le moment de la délivrance. Ce sont les excommuniés, ou plus exactement ceux qui sont morts en état d’excommunication mais qui ont eu confiance en la miséricorde de Dieu au moment de leur mort. Parmi eux, portant sur son corps aérien les stigmates des coups mortels reçus à Bénévent, le roi Manfred prend la parole :

E un di loro incominciò : « Chiunque / tu se’, così andando, volgi’l viso : / pon mente se di là mi vedesti unque. »

  • 17 Pg. III, 103-105.

Et l’un d’eux commença : « Qui que tu sois, tourne, tout en marchant, ton regard vers moi : vois un peu si jamais tu me vis là-bas »17.

  • 18 Cf. J. Le Goff, La Naissance du purgatoire, Paris, 1981, p. 461.

11C’est le début du plus célèbre passage du Purgatoire, l’un des plus beaux du poème tout entier. Nous essaierons ici d’en décrypter le message politique, qui passe aussi par la construction poétique du personnage. En plaçant le fils de Frédéric II dans son antépurgatoire, endroit du reste qu’il crée de toutes pièces18, Dante montre d’abord que le jugement divin peut se dissocier de celui de l’Église (Manfred n’est pas damné), mais aussi que l’excommunication lancée par un pape légitime reste une sanction spirituelle valide, indépendamment du bien-fondé de sa justification (Manfred ne peut immédiatement gravir la montagne).

  • 19 Sur ce personnage, cf. R. Davidsohn, Storia di Firenze…, vol. 2 ; l’Enciclopedia dantesca (entrée « (...)

12Le jeune prince de Tarente se proclama à Palerme, au mois d’août 1258, roi du trône de Sicile et des Pouilles, dont il détenait la régence au nom de son neveu Conradin, alors âgé de six ans. Son couronnement, considéré comme une usurpation par l’Église, lui valut une excommunication solennelle, lancée en 1259 par Alexandre IV et confirmée, dans des termes de plus en plus graves, par les papes successifs, Urbain IV et Clément IV19. À l’encontre de Manfred, Dante ne retient que les raisons politiques de l’excommunication lancée contre lui, en prenant soin par ailleurs de montrer sa légitimité de roi. Le poète suit manifestement le point de vue de Manfred, qui considérait comme légitime son titre, en raison de l’héritage des rois normands :

Poi sorridendo disse : « Io son Manfredi / nepote di Costanza imperadrice… »

  • 20 Pg. III, 112-113.

Puis il dit, en souriant : « Je suis Manfred, le petit-fils de l’impératrice Constance… »20.

  • 21 A. Frugoni, Il Manifesto di Manfredi ai Romani, éd. crit., Palerme, 1951.

13C’est presque l’écho de l’argumentation avancée par Manfred lui-même lors de son couronnement et reprise plus tard dans le Manifeste qu’il adresse aux Romains, le 24 mai 1265, lorsque le heurt avec Charles d’Anjou est désormais imminent21. Tout en se présentant comme le continuateur de l’action impériale menée par Frédéric II, dans le sens d’une plus grande laïcité et italianité de l’Empire, il y rappelle ses droits au trône de Sicile en tant qu’héritier de Constance de Hauteville. Il n’est pas sûr que Dante ait pu lire ce texte, mais les arguments qu’il contient circulaient largement dans toute l’Italie et plus particulièrement dans les milieux gibelins que Dante était amené à fréquenter depuis son exil de Florence. Même l’évocation de l’autre Constance, sa propre fille, apparaît dans ce Manifeste. Manfred, qui cherchait un allié pour sa politique méditerranéenne, avait renouvelé avec le royaume d’Aragon des liens familiaux anciens (la première épouse de l’empereur Frédéric II, qui se prénommait également Constance, avait aussi été une princesse d’Aragon) en mariant sa propre fille au prince Pierre d’Aragon, héritier du trône, en 1262. L’association des deux femmes, l’aïeule et la fille, a déjà dans le texte de Manfred le même impact d’argument dynastique que dans le texte de Dante.

  • 22 Pg. 116-117.
  • 23 Cf. Enciclopedia dantesca (entrées « Costanza d’Altavilla » par O. Capitani et « Costanza d’Aragona (...)

14Petit-fils de l’impératrice Constance et père de la reine Constance, genitrice / de l’onor di Cicilia e d’Aragona22, Manfred apparaît, dans le Purgatoire, comme un monarque clé de l’histoire de son temps, au carrefour de quatre dynasties (Hauteville, Staufen, Aragon d’Espagne et de Sicile). La personnalité des deux princesses, très pieuses, mais l’une et l’autre très attachées à leurs droits d’héritières du royaume normand de Sicile, et à l’occasion actives et efficaces, ne pouvait qu’accroître la signification politique de leur évocation23. Cette forte présence féminine dans l’épisode assure d’autre part une fonction poétique, en donnant une touche de douceur à la figure de ce roi mort sur le champ de bataille, et une fonction morale, en accentuant l’humilité du pénitent.

15Mais, en situant l’âme de Manfred à l’orée du royaume de la purgation et en réservant à sa rencontre dans l’au-delà le chiffre trois dans l’ordre des chants, Dante ajoute au personnage une dimension religieuse qui lui confère la sacralité d’un roi biblique. D’où l’importance que revêt sa présentation physique par le calque d’un verset du livre de Samuel (ou premier Livre des Rois), sur lequel se fondait au Moyen Âge l’onction des rois.

  • 24 Pg. III, 107.

Biondo era, e bello, e di gentile aspetto24

16L’hendécasyllabe reprend, dans son propre rythme, la tripartition de la Vulgate :

Erat autem rufus, et pulcher aspectu, decoraque facie

17Il s’agit du verset dans lequel est décrit le pâtre David, désigné par Dieu comme le futur roi d’Israël :

  • 25 Bible de Jérusalem, 1 S, 16, 12, Paris, 1975, p. 422.

Jessé l’envoya chercher : il était roux, avec un beau regard et une belle tournure. Et Yahvé dit : « Va, donne-lui l’onction : c’est lui ! »25.

18Les lecteurs contemporains du poème, œuvre immortelle de poésie, mais aussi manifeste politique, étaient en mesure de reconnaître le verset biblique et de restituer l’intégralité du passage :

  • 26 Ibid., 1 S, 16, 7.

Les vues de Dieu ne sont pas comme les vues de l’homme, car l’homme regarde à l’apparence, mais Yahvé regarde au cœur26.

  • 27 Pg. III, 124-132. Manfred, mort excommunié, ne fut pas enseveli en terre sacrée, mais, avec l’accor (...)
  • 28 Virgile, Aeneis [Énéide] VI, 368 (c’est la plainte de Palinure : « Nunc me fluctus habet versantque (...)

19Dieu a en effet jugé autrement que les hommes à propos du sort céleste du roi Manfred, le seul sort qui compte aux yeux de Dante : les autorités ecclésiastiques, qui ne cessent de se commettre avec tout ce qui est terrestre, ne pourront disposer que du cadavre. Et l’évocation nostalgique de son corps abandonné27, de ses ossements battus par la pluie et le vent, à laquelle la réminiscence virgilienne28 prête une plus grande solennité – c’est le corps d’un héros – n’enlève rien à la promesse éclatante de sa future béatitude. L’acharnement du pape et de l’archevêque contre sa sépulture apparaît ainsi aussi dérisoire que cruel.

  • 29 À propos de Mainfroi (Manfred) : fils bien-aimé de l’empereur Frédéric II, resté seul auprès de son (...)

20Sur le roi Manfred pesaient aussi de graves accusations de nature morale et religieuse, que la propagande guelfe colportait depuis un demi-siècle. Dante lisait, par exemple dans le Trésor de Brunetto Latini, des horreurs le concernant29. Il en reste une trace dans cet adjectif qu’il place en début de vers, pour qualifier ses péchés, mais au fond surtout pour souligner la miséricorde de Dieu qui efface tout :

Orribil furon li peccati miei ; / ma la bontà infinita ha sì gran braccia, / che prende ciò che si rivolge a lei.

  • 30 Pg. III, 121-123.

Horribles furent mes péchés, mais la bonté divine a de si larges bras, qu’elle prend tout ce qui se tourne vers elle30.

  • 31 Cf. R. Davidsohn, Storia di Firenze…, vol. 2, p. 604-609.
  • 32 B. Nardi et P. Mazzantini, Il Canto di Manfredi e il « Liber de pomo sive de morte Aristotelis », T (...)

21Continuateur en toute chose du modèle paternel, Manfred, comme Frédéric II, était imprégné de culture arabe. Le pape Alexandre IV considérait que la guerre contre lui pouvait être assimilée à une croisade, dans la mesure où cet infidèle protégeait la communauté musulmane de Lucera dont les hommes se battaient à ses côtés31. Mais Dante choisit de ne pas retenir cette accusation d’infidélité, ni celle d’épicurisme qui pouvait en découler ; il préfère s’en tenir à ses écrits. Car Manfred nous a laissé, témoignage de sa vaste culture, une traduction de l’hébreu en latin du De pomo sive de morte d’Aristote, un texte transmis à l’Occident dans une version arabe. Or, dans le prologue de sa traduction, le roi célèbre l’immortalité de l’âme selon la vision chrétienne et exhorte à ne pas craindre la mort corporelle, prélude de la rencontre de l’âme avec Dieu32. Cette affirmation de foi chrétienne permet vraisemblablement à Dante de réserver à Manfred un destin céleste glorieux et de lui procurer en tout cas l’immortalité poétique par la création d’un personnage de roi pénitent dont le charme a traversé les siècles.

22Mais en sauvant de l’Enfer le fils de Frédéric II et en lui donnant une telle place et un tel éclat dans son poème, Dante revalorise aussi la figure de l’empereur, dont Manfred avait continué l’œuvre dans tous les domaines, et plus particulièrement dans le domaine culturel qui tenait tant à cœur au poète.

23La réhabilitation de Frédéric II et de son action se poursuit dans la troisième cantica par le biais d’un autre personnage, cette Constance aïeule de Manfred que Dante approchera, sans pour autant lui parler directement, dans le ciel de la Lune, au chant III du Paradis. La correspondance des chiffres n’est sûrement pas anodine : elle sert en l’occurrence à enchaîner un discours qui trouvera sa conclusion au ciel de Jupiter. À propos de Constance de Hauteville, Dante retient le récit légendaire qui faisait d’elle une nonne, forcée pour raison d’État de sortir du couvent : son mariage avec l’héritier du trône des Staufen, mariage dont allait naître Frédéric II, n’aurait pu se faire sans mettre fin à ses vœux solennels d’épouse du Christ. L’épisode est célèbre car il met en jeu une contemporaine et une proche de Dante, Piccarda Donati, qui par son récit fait pénétrer dans la paix du Paradis l’ombre des conflits florentins. C’est Piccarda qui signale à sa droite la présence de Constance, l’âme la plus resplendissante parmi celles dont les vœux religieux ne purent s’accomplir et qui peuplent de leur image imperceptible le premier ciel. Elle la nomme, en soulignant du même coup l’importance de son mariage. Tous les termes de cette terzina sont choisis en fonction de la célébration de la maison de Souabe :

Quest’è la luce de la gran Costanza / che del secondo vento di Soave / generò’l terzo e l’ultima possanza.

  • 33 Pd. III, 118-120.

Voici la lumière de la grande Constance qui du deuxième vent de Souabe engendra le troisième, qui fut la dernière puissance33.

  • 34 Jérémie, 49, 36. La métaphore du « vent impétueux » avait déjà été employée par Dante dans une comp (...)
  • 35 Isaïe, 11. Un autre passage du prophète Isaïe (53, 4) est par ailleurs explicitement rapporté par D (...)

24Les deux hauts personnages qui furent respectivement son époux, Henri VI, et son fils, Frédéric II, sont désignés à l’aide d’une périphrase axée sur la métaphore biblique du « vent ». On la trouve dans la Bible, dans le sens de la fugacité des choses terrestres. Mais l’autorité impériale peut-elle être pour Dante chose fugace ? Il faut plutôt lui donner le sens de « vent impétueux » dont les rafales, comme chez Jérémie, disperseront les rebelles34 ; il faut plutôt le rapprocher du « souffle divin » qui anime, selon Isaïe, ce descendant de David que le prophète appelle de ses vœux pour apporter la paix et la justice sur la terre35.

***

25Nous trouverons, au ciel de Jupiter, le sixième du Paradis dantesque, le roi normand Guillaume II, l’un des deux artisans, avec Frédéric Ier de Souabe, dit Barberousse, d’un mariage qui avait permis un ancrage plus fort de l’Empire en Italie, conformément aux souhaits que Dante exprime dans son œuvre. Le jugement dur de Piccarda sur la rupture forcée des vœux religieux – qu’il s’agisse d’elle-même ou de la « grande Constance » – est ici oublié. La récompense obtenue par l’âme de Guillaume II dans l’au-delà pour ses mérites est la plus grande qu’ait jamais remportée un roi chrétien.

  • 36 Pd. XVIII, 115-117.
  • 37 Une seule terzina rappelle l’aigle romaine (XIX, 100-102).

26Le ciel de Jupiter est traversé, aux chants XIX et XX, par une immense figure étincelante qui est formée des âmes « justes et pieuses » et représente l’image héraldique de l’Empire, l’aigle. Dante ne fera aucune rencontre individuelle dans ce ciel, l’aigle étant, de sa voix à la fois multiple et unique, son seul interlocuteur. Toute l’éthique de Dante est symbolisée par cette aigle se déployant au ciel de Jupiter, qui témoigne qu’en Dieu toute justice terrestre trouve directement sa source36. Aussi les adjectifs qui la désignent, loin d’évoquer une image guerrière37, se rapportent-ils à sa racine divine : La bella image (XIX, 2),… quel segno, che di laude / de la divina grazia era contesto (37-38), la benedetta imagine (95), benedetto rostro (XX, 9), l’imago de la’mprenta / de l’etterno piacere (76-77), lo benedetto segno (86), imagine divina (139).

27Aux âmes qui parlent par l’intermédiaire de la « divine image » est donc confié le jugement sur les monarques de la terre, un jugement où les bons monarques du passé se trouvent opposés aux mauvais du présent. Mais ces âmes bienheureuses sont avant tout chargées de dissiper un doute au sujet de la justice divine elle-même, une angoisse dont Dante reconnaît être souvent envahi. Le salut est-il équitablement réparti ? Est-il juste qu’un homme sage et bon ne soit pas accueilli dans la gloire céleste parce qu’il n’a pas pu connaître la foi chrétienne ?

  • 38 Pd. XII, 88-111.
  • 39 Pd. XX, 37-42.
  • 40 Frédéric II, roi de Sicile (appelé aussi Frédéric III de Sicile pour le distinguer de l’empereur Fr (...)

28Deux chants entiers sont consacrés au discours de l’aigle sur l’inscrutabilité de la justice divine : enchâssées dans ce discours, la condamnation des princes chrétiens contemporains et la louange de ceux du passé acquièrent, par la mise en perspective métaphysique, une plus grande profondeur. Les noms évoqués par l’aigle ne correspondent pas, en effet, à une vue humaine, mais à celle de Dieu, qui peut inverser les jugements ordinaires. Les princes de l’Europe contemporaine du poète ne suivent ni le modèle de prudence représenté par Salomon, dont l’âme se trouve au ciel du Soleil38, ni celui de justice représenté par David, dont l’âme forme la pupille même de l’aigle39. La revue des rois chrétiens pervers est placée au centre de l’espace narratif consacré au ciel de Jupiter, puisqu’elle occupe le dernier tiers du chant XIX. Une triple répétition du nom du Christ marque l’évocation du Jugement universel qui la précède en guise de toile de fond menaçante, puisque tous ces princes seront alors condamnés et rejetés plus loin du Christ que les rois infidèles. Enfin, la disposition en acrostiche accroît la solennité du passage : la vitupération des mauvais monarques est en effet contenue en trois groupes de trois terzine dont les lettres initiales, trois fois répétées (écho rhétorique de la triple répétition du nom du Christ qui la précède), forment le mot latin LVE = LUE. Les princes chrétiens sont donc globalement désignés comme la peste de l’humanité, et les enfants de la « belle » Constance, jadis célébrés comme « l’honneur de Sicile et d’Aragon », ne sont pas épargnés. Au contraire, si l’on en juge par l’espace que le courroux du poète consacre plus particulièrement à l’un d’eux et par la virulence du propos. Le blâme, en effet, est diversement réparti : alors qu’une seule terzina est réservée au roi de France Philippe le Bel, cité il est vrai en premier (juste après l’empereur traître aux devoirs de sa charge), le roi de Sicile Frédéric III40 bénéficie d’un espace double, deux terzine donc :

Vedrassi l’avarizia e la viltate / di quei che guarda l’isola del foco, / ove Anchise finì la lunga etate ;
e a dare ad intender quanto è poco, / la sua scrittura fian lettere mozze, / che noteranno molto in parvo loco.

  • 41 Pd. XIX, 130-138.

On verra l’avarice et la lâcheté de celui qui a la garde de l’île du feu, là où Anchise termina ses vieux jours,
et pour bien montrer combien peu il vaut, l’écriture le concernant se fera à l’aide de lettres coupées, qui marqueront beaucoup en peu de place41.

  • 42 C’est la célèbre invective des vers 124-136. Pour l’hypothèse que j’ai moi-même formulée et qui a t (...)

29Le livre comptable de Dieu, où sont notées les fautes commises par chacun, sera donc particulièrement chargé à la page où s’alignent celles de Frédéric : des abréviations seront même nécessaires. On s’est beaucoup interrogé sur la dégradation de l’image de ce prince à travers les trois cantiche. À l’époque où Dante rédige le chant XX du Paradis, que reproche-t-il à Frédéric III ? L’on ne peut formuler que des hypothèses, parmi lesquelles son abandon du parti impérial après la mort de Henri VII. Il faudra aussi sûrement tenir compte des rapports entretenus par ce monarque avec le nouveau pape d’Avignon, Jean XXII, le malo essemplo contre lequel s’élève le poète au chant XVIII42, à l’apparition justement de la figure lumineuse de l’aigle.

  • 43 L’anaphore lie donc trois terzine supplémentaires (douze) par rapport à l’acrostiche (neuf).

30Le chant XX, volet symétriquement opposé au chant précédent, comporte l’éloge des six monarques du passé dont les âmes étincelantes constituent l’œil de l’aigle. La symétrie concerne aussi la structure rhétorique, car l’éloge se dispose dans la figure de l’anaphore et l’acrostiche du chant XIX se fonde aussi sur l’anaphore. Mais, à l’inverse du blâme, la louange est également répartie : deux terzine pour chacun des six personnages cités43, avec un même schéma métrico-syntaxique comportant au centre le segment anaphorique (Ora conosce…).

  • 44 Deux de ces personnages appartiennent à la période biblique (David et Ézéchias), deux autres à l’hi (...)

31Des six personnages ainsi célébrés par les paroles mêmes de l’aigle qui se décrit, David brille au milieu même de la pupille et cinq autres forment l’arcade du cil à partir du bec : Trajan, Ézéchias, roi de Judée, Constantin, Guillaume II, enfin Ryphée, héros troyen dont la place ici constitue à elle seule la marque de l’inscrutabilité de la justice divine. Un rapide examen montre qu’un seul de ces monarques appartient à l’Europe chrétienne, Guillaume II de Hauteville justement44 :

E quel che vedi ne l’arco declivo, / Guiglielmo fu, cui quella terra plora / che piagne Carlo e Federigo vivo :
ora conosce come s’innamora / lo ciel del giusto rege, e al sembiante / del suo fulgore il fa vedere ancora.

  • 45 Pd. XX, 61-66.

Et celui que tu vois là où l’arc décline, ce fut Guillaume, regretté au pays qui pleure Charles et Frédéric vivants :
il comprend maintenant combien le ciel s’enamoure du juste roi, et par l’éclat de sa splendeur il continue de le montrer45.

  • 46 Cf. J. -M. Martin, Italies normandes. XIe-XIIe siècles, Paris, 1994, p. 75.

32Une nouvelle flèche est décochée par la même occasion contre Frédéric III d’Aragon, roi de Sicile, associé ici comme précédemment – et cette association sonne déjà comme un blâme – au roi Charles II de Naples, issu de la lignée concurrente des Angevins. Mais l’hommage rendu au dernier des rois normands en est renforcé, son statut de « roi juste » opposé aux mauvais rois vivants lui donnant de surcroît la dimension de modèle pour les princes chrétiens du temps de Dante. La haute récompense accordée à Guillaume II au ciel de Jupiter se relie – et c’est ce qui nous intéresse surtout – à son œuvre de pacificateur du royaume et de législateur dont l’empereur Frédéric II s’inspira pour mettre fin à l’anarchie qui avait marqué l’époque de sa minorité. Son Liber Augustalis, qui circulait aussi en Italie du Nord, mentionne expressément à plusieurs endroits l’action entreprise par son prédécesseur46.

***

  • 47 C’est bien comme trahison d’une « illustre lignée » (egregia / nazione, Pd. XIX, 137-138) qu’est en (...)
  • 48 Pd. XXVII, 142-148.
  • 49 Pd. XIX, 103-105.

33Sur cette apothéose de la lignée dont Frédéric II fut l’héritier, mais aussi sur cette dégénérescence de la lignée issue de lui47, signe que les temps sont désormais mûrs pour la palingénésie de l’humanité promise par Béatrice au chant XXVII du Paradis48, se termine le réseau de références qui renvoie à l’empereur damné dans le cercle des hérétiques. Sa propre vision chrétienne de la vie ne permet pas à Dante d’imaginer le salut, même par des voies retardées comme pour Manfred, pour un homme dont une tradition qu’il n’avait aucune raison de récuser lui léguait l’absence de foi (« A questo regno / non salì mai chi non credette in Cristo… », rappelle l’aigle49).

34La damnation de Frédéric II n’exclut pas cependant – comme nous l’avons vu avec le témoignage de Marco Lombardo – l’éloge pour la mission de haut modérateur des États particuliers que Dante réserve à l’empereur, monarque universel, et que Frédéric II a bien remplie à ses yeux : cette mission qui, par la justice et la paix, assure seule la permanence d’un mode de vie empreint de « courtoisie ».

  • 50 Mais la « complicité » du pape n’apparaîtra à Dante que plus tard. Cf. Pd. XXX, 142-144.
  • 51 Ep. VI, 19-20. Cf. Pg. XVIII, 119, où l’abbé de San Zeno rappelle qu’il a vécu à l’époque du « bon  (...)

35C’est par rapport aux propos de Marco Lombardo qu’il faudra interpréter les termes de l’Épître VI où est évoquée la cuisante défaite infligée à Frédéric II par les Parmesans en 1248. Les dates de rédaction des deux passages pourraient du reste ne pas être très éloignées. L’Épître VI « aux Florentins scélérats de l’intérieur » du 31 mars 1311 se rapporte à une situation qui reproduit le même schéma que celui évoqué au chant XVI par Marco Lombardo. Poussées par la cupidité, ce principe diabolique toujours renaissant et que l’empereur a pour tâche de contenir, une ou plusieurs cités osent prendre les armes contre l’empereur, avec le soutien du pape. C’étaient alors les cités lombardes contre Frédéric II, avec le soutien de Grégoire IX ; c’est maintenant Florence contre Henri VII (avec le soutien de Clément V, que Dante met d’avance en Enfer pour simonie50). La victoire des Parmesans sur Frédéric II était un argument que brandissaient les Florentins menacés de siège par Henri VII (un siège qu’ils subirent effectivement peu après). C’est donc un argument de la propagande guelfe que Dante mentionne, mais uniquement pour lui opposer le châtiment exemplaire d’une ville rebelle : la destruction de Milan par Frédéric Barberousse en 116251.

36Dans le conflit de l’empereur contre les communes, qu’il s’agisse de Frédéric Ier, de Frédéric II, ou de Henri VII, Dante prend le parti de l’empereur, car lui seul peut véritablement assurer l’existence de ces cités-États en garantissant la paix générale entre les États particuliers et permettre à leurs habitants de vivre dans la concorde en faisant triompher partout la justice.

Notes

1 Le texte de la Divine Comédie est celui fixé par Giorgio Petrocchi Commedia secundo l’antica vulgata, Milan, 1966-1967, et repris dans toutes les éditions commentées du poème. Pour désigner ses différentes parties nous adoptons les abréviations suivantes : Inferno (Enfer) = If. ; Purgatorio (Purgatoire) = Pg. ; Paradiso (Paradis) = Pd. L’empereur Rodolphe de Habsbourg se trouve dans l’antépurgatoire (Pg. VII, 91-96), Justinien est au ciel de Mercure (Pd. VI), Trajan et Constantin sont au ciel de Jupiter (Pd. XX, 43-48 et 55-60), tandis que dans la rose des bienheureux est déjà préparée une place pour l’âme de Henri VII (Pd. XXX, 133-138).

2 If. X, 118-120.

3 Sur ce personnage et sa volte-face, adversaire puis partisan de Manfred au côté de Farinata degli Uberti, mort en 1272, cf. R. Davidsohn, Storia di Firenze, Florence, 1972, vol. 2, p. 631 sqq. et vol. 3, p. 107-109.

4 If. IX, 129.

5 If. X, 13-15.

6 La fille de Farinata, Bice (Béatrice), avait épousé en 1267 (après donc la mort de Farinata, survenue en 1264), le fils de Cavalcante, Guido, le poète ami de Dante. Ce mariage devait sceller la paix et la concorde entre ces deux puissantes familles florentines, politiquement opposées. Cf. R. Davidsohn, Storia di Firenze, vol. 7, p. 358.

7 À propos du cardinal Ubaldini, cf. R. Davidsohn, Storia di Firenze, vol. 2, p. 659. Pour les liens de Frédéric II avec la culture arabe et musulmane, cf. les articles d’H. Bresc et de S. Fodale dans ce même ouvrage. L’épicurisme aux yeux de Dante est une déviance dans une société chrétienne, mais représente une forme d’hédonisme non condamnable lorsqu’il s’agit de l’Antiquité (Convivio [cité désormais Cv.] IV, II, 11-12).

8 Une mise en scène et un dialogue exceptionnels font ressortir la caractéristique (« grandeur et force d’âme ») qu’exprime le terme magnanimo (adjectif en fonction de substantif) avec lequel Farinata est désigné au milieu de l’épisode (If. X, 73) et dont seul Virgile bénéficie une fois dans le poème (If. II, 44). L’aménagement de l’espace narratif, avec l’apparition soudaine de Cavalcante Cavalcanti au milieu de la rencontre (l’inquiétude de ce personnage met en valeur le caractère inébranlable de Farinata), est à peu près unique dans l’ensemble des chants. En réalité, Dante offre à Farinata une formidable tribune pour faire oublier aux Florentins sa responsabilité dans leur sanglante défaite de Montaperti (1260) et leur rappeler en revanche qu’il avait sauvé Florence de sa destruction en s’y opposant seul lors de la réunion des chefs gibelins victorieux à Empoli.

9 If. XIII, 75. À propos du chant XIII et de l’évocation de Frédéric II par Pierre de la Vigne, des rapprochements ont été faits avec l’elogium de l’empereur que lui-même aurait rédigé et qui se trouve parmi les documents publiés par J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Vie et Correspondance de Pierre de la Vigne, avec une étude sur le mouvement réformiste au XIIIe siècle, Paris, 1865. Cf. notamment W. A. Stephany, « L’autoadempimento delle profezie di Pier della Vigna : l’Elogio di Federico II e Inferno XIII », in Studi Americani su Dante, G. C. Alessio et R. Hollander (dir.), Milan, 1989, p. 37-62, dont cependant je ne partage pas l’interprétation. Ce serait dans le but de stigmatiser l’outrecuidance blasphématoire du protonotaire, qui utilisa dans son éloge de Frédéric II des références aux Écritures, que Dante aurait réemployé les passages scripturaires dans les propos prêtés à l’âme de Pierre de la Vigne pour décrire sa propre disgrâce. Mais les Épîtres VI et VII montrent suffisamment que le poète pouvait s’appuyer lui aussi sur les Écritures pour faire l’éloge de l’empereur Henri VII.

10 If. XVI, 67-69 et Pg. XIV, 109-111.

11 Pg. XVI, 115-117.

12 Cv. IV, II, 6. Cf. à ce sujet l’article d’E. Cuozzo dans ce même ouvrage.

13 Cv. IV, IX, 16.

14 Ibid.

15 Pour la notion et la terminologie concernant la gentilezza chez Dante, cf. C. Perrus, Libéralité et Munificence dans la littérature italienne du Moyen Âge, Pise, 1984, p. 145-178.

16 De vulgari eloquentia, I, XII, 4 : « Siquidem illustres heroes, Fredericus Cesar et benegenitus eius Manfredus, nobilitatem ac rectitudinem sue forme pandentes, donec fortuna permisit humana secuti sunt, brutalia dedignantes. Propter quod corde nobiles atque gratiarum dotati inherere tantorum principum maiestati conati sunt, ita ut eorum tempore quicquid excellentes animi Latinorum enitebantur primitus in tantorum coronatorum aula prodibat… » À propos de l’empreinte culturelle de la cour de Frédéric II sur l’œuvre de Dante, cf. A. Vallone, La componente federiciana nella cultura dantesca, in Id., Ricerche dantesche, Lecce, 1967.

17 Pg. III, 103-105.

18 Cf. J. Le Goff, La Naissance du purgatoire, Paris, 1981, p. 461.

19 Sur ce personnage, cf. R. Davidsohn, Storia di Firenze…, vol. 2 ; l’Enciclopedia dantesca (entrée « Manfredi », par A. Frugoni) et l’article de R. Frattarolo, « Storia dantesca di Manfredi di Svevia », Esperienze letterarie, année XVI, no 4, octobre-décembre 1991, p. 3-20.

20 Pg. III, 112-113.

21 A. Frugoni, Il Manifesto di Manfredi ai Romani, éd. crit., Palerme, 1951.

22 Pg. 116-117.

23 Cf. Enciclopedia dantesca (entrées « Costanza d’Altavilla » par O. Capitani et « Costanza d’Aragona » par R. Manselli).

24 Pg. III, 107.

25 Bible de Jérusalem, 1 S, 16, 12, Paris, 1975, p. 422.

26 Ibid., 1 S, 16, 7.

27 Pg. III, 124-132. Manfred, mort excommunié, ne fut pas enseveli en terre sacrée, mais, avec l’accord de Charles d’Anjou, il fut enterré à la tête du pont de Bénévent, dans une fosse sur laquelle chaque soldat jeta une pierre, formant ainsi un « lourd monceau » de protection (la grave mora). Cependant, comme ce lieu se trouvait à l’intérieur du royaume de Sicile, l’archevêque de Cosenza, sur ordre de Clément IV, fit exhumer ses ossements et les fit disperser le long du Verde (aujourd’hui Garigliano) hors des frontières du royaume.

28 Virgile, Aeneis [Énéide] VI, 368 (c’est la plainte de Palinure : « Nunc me fluctus habet versantque in litore venti »).

29 À propos de Mainfroi (Manfred) : fils bien-aimé de l’empereur Frédéric II, resté seul auprès de son père gravement malade, il s’empare de ses trésors et finit par l’étouffer sous un coussin ; cherche à faire empoisonner le jeune Conradin, etc. (B. Latini, Li Livres dou trésor, F. J. Cardomy (éd. crit.), Genève, 1998, p. 78-81). Le Trésor est un livre de chevet pour Dante, qui eut Brunetto pour maître (cf. IfXV, 118-120).

30 Pg. III, 121-123.

31 Cf. R. Davidsohn, Storia di Firenze…, vol. 2, p. 604-609.

32 B. Nardi et P. Mazzantini, Il Canto di Manfredi e il « Liber de pomo sive de morte Aristotelis », Turin, 1964. B. Nardi pense que Dante avait lu ce prologue, Arsenio Frugoni (cf. entrée « Manfred » de l’Enciclopedia dantesca) le met en doute.

33 Pd. III, 118-120.

34 Jérémie, 49, 36. La métaphore du « vent impétueux » avait déjà été employée par Dante dans une comparaison qui se rapportait à la figure du « messager céleste », venu dissiper l’opposition des diables aux portes de Dis (If. IX, 67-68).

35 Isaïe, 11. Un autre passage du prophète Isaïe (53, 4) est par ailleurs explicitement rapporté par Dante à la figure christique d’un empereur (en l’occurrence Henri VII) dans l’Épître VI aux Florentins, rebelles à son autorité (25). La sacralité de l’empereur est encore soulignée dans l’Épître VII adressée à l’empereur lui-même, où celui-ci est salué par une double référence évangélique (Luc, I, 47 et Jean, I, 29) : « Tunc exultavit in te spiritus meus, cum tacitus dixi mecum : “Ecce Agnus Dei, ecce qui tollit peccata mundi” » (10).

36 Pd. XVIII, 115-117.

37 Une seule terzina rappelle l’aigle romaine (XIX, 100-102).

38 Pd. XII, 88-111.

39 Pd. XX, 37-42.

40 Frédéric II, roi de Sicile (appelé aussi Frédéric III de Sicile pour le distinguer de l’empereur Frédéric II), troisième fils de Pierre III d’Aragon et de Constance, roi de Sicile en 1296, mort en 1337. Sur lui et ses éventuels rapports avec Dante, cf. Enciclopedia dantesca (entrée « Federico II d’Aragona, re di Sicilia », par P. Palumbo). Le jugement de Dante à son égard est négatif depuis l’époque du Convivio (IV, VI, 19-20) et du De vulgari eloquentia (I, XII, 5). Il l’est aussi au chant VII du Purgatoire (118-120). Mais le blâme est loin d’être aussi explicite et virulent que dans ce passage du Paradis.

41 Pd. XIX, 130-138.

42 C’est la célèbre invective des vers 124-136. Pour l’hypothèse que j’ai moi-même formulée et qui a trait à la persécution des franciscains rigoristes mise en place par Jean XXII pratiquement dès son élection, je me permets de renvoyer à mes articles parus dans Chroniques italiennes : « “Toi qui n’écris que pour effacer…” : les tribulations du mouvement franciscain dans le Paradis de Dante », no 20, 1989, p. 39-59 et « Simon le Magicien : l’Église vue du Paradis », no 37, 1994, p. 5-30.

43 L’anaphore lie donc trois terzine supplémentaires (douze) par rapport à l’acrostiche (neuf).

44 Deux de ces personnages appartiennent à la période biblique (David et Ézéchias), deux autres à l’histoire romaine (Trajan et Constantin), et le cinquième, Ryphée, à une époque, la chute de Troie, se rattachant au mythe de la fondation de Rome.

45 Pd. XX, 61-66.

46 Cf. J. -M. Martin, Italies normandes. XIe-XIIe siècles, Paris, 1994, p. 75.

47 C’est bien comme trahison d’une « illustre lignée » (egregia / nazione, Pd. XIX, 137-138) qu’est envisagée l’action méprisable des descendants de Manfred.

48 Pd. XXVII, 142-148.

49 Pd. XIX, 103-105.

50 Mais la « complicité » du pape n’apparaîtra à Dante que plus tard. Cf. Pd. XXX, 142-144.

51 Ep. VI, 19-20. Cf. Pg. XVIII, 119, où l’abbé de San Zeno rappelle qu’il a vécu à l’époque du « bon » Barberousse, « dont Milan se souvient encore avec douleur ».

Auteur

Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris III

© Presses universitaires de Caen, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540