Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric II (1194-1250) et l'héritage normand de Sicile

 | 
Anne-Marie Flambard Héricher

Châteaux et pouvoir

Castel Fiorentino en Capitanante, domus de Frédéric II

Patrice Beck

Texte intégral

  • 1 Sur les réalités et les représentations de Frédéric II, on trouvera un abondant matériau dans Feder (...)

1Selon les chroniques, Frédéric II meurt le 13 décembre 1250 à Castel Fiorentino en Capitanate. A-t-il jamais séjourné dans ce castrum voisin de ses résidences habituelles de Lucera et de Foggia ? Depuis Salimbene de Adam son contemporain, les chroniqueurs plus ou moins lointains et orientés ne manquent pas pour évoquer sa superstition et la funeste prophétie qui lui recommandait de se garder des villes au nom de fleur1.

  • 2 L. Wadding, Annales Minorum, Rome, 1734, t. X, p. 5-6.
  • 3 J.-M. Martin, « L’apporto della documentazione scritta medievale », Fiorentino. Prospezioni sul ter (...)

2Il possédait cependant une résidence à Fiorentino. Comme toutes celles qu’il fit construire à partir de 1220, elle devait participer pleinement au programme d’affirmation de l’autorité impériale. Mais son caractère secondaire, sinon sa modestie sont suggérés par le laconisme de la documentation écrite où elle n’est jamais directement citée que deux fois. L’empereur n’y a signé aucun des documents conservés de lui. Elle figure bien dans le Statutum de reparatione castrorum mais associée à la domus de Guardiola ailleurs identifiée comme palatium. Elle n’arrête pas l’attention des chroniqueurs relatant la mort de l’empereur qui ne parlent, pour dresser le décor des derniers instants et en accentuer sans doute le caractère dramatique et surprenant, que d’un lit apprêté dans une chambre située dans ou à proximité d’une tour. Mais d’après des annales dignes de foi, deux blocs de marbre auraient été récupérés au début du XVe siècle in palatio desolato imperatoris Friderici ad castrum Florentinum, pour être conduits et réutilisés à Lucera, l’un pour l’autel de la cathédrale, l’autre pour l’église San Salvatore2 : le fait évoque tant la qualité des aménagements et des décors que la précocité de leur délabrement. Il serait même possible de faire remonter leur démantèlement aux guerres de succession, à l’assaut que subit Fiorentino en 12553.

  • 4 M. A. Fiore, « Fiorentino in Capitanata dalla distruzione del 1255 alla soppressione dei diritti fe (...)

3Dès le début du XIVe siècle en tout cas, le déclin de l’agglomération tout entière paraît bien amorcé : en 1300, Fiorentino est taxée au plus bas, comme un casale ; en 1442, elle est considérée comme « cité abandonnée » dans la liste des fiefs concédés par Alphonse Ier ; en 1554, deux cent cinquante feux y sont décomptés mais sans doute sur l’ensemble du territoire car sept ans plus tard le bourg est décrit comme mal habitato et mezo roinato ; en 1691, c’est un champ de ruines d’où émergent seulement quelques pans de murs4.

  • 5 A. Cadei, « I castelli federiciani : concezione architettonica e realizzazione tecnica », Arte Medi (...)

4Ici, depuis longtemps, aucun monument évident ne survit, comme à Bari, Melfi, Lagopesole, Gravina in Puglia, Lucera ou Castel del Monte, pour nourrir le plus commodément possible la recherche des spécialistes de l’architecture souabe5. Mais, outre sa rencontre avec l’empereur et sa légende, le lieu présente deux autres intérêts, moins spectaculaires peut-être mais scientifiquement tout aussi séduisants.

5Bien que lacunaires, les sources d’archives montrent aisément que Fiorentino a été ville forte, byzantine et normande avant d’être souabe, puis angevine avant son abandon progressif et sa fossilisation sous les pâturages extensifs de la période aragonaise : ses vicissitudes sont exemplaires du destin de la région tout entière.

6De par sa désertion somme toute précoce, le site est resté libre des contraintes qu’impose tout bâti actuel et très évocateur de ses aménagements anciens : aisément identifiable et facile d’abord, il pouvait faire commodément l’objet d’investigations archéologiques.

  • 6 M. Fraccacreta, Teatro topografico, storico-politico della Capitanata e degli altri luoghi più memo (...)

7Aussi, voyageurs, érudits et chercheurs n’ont pas manqué. À partir du XIXe siècle surtout, ils se succèdent sur le terrain, décrivent, mesurent, dessinent ses caractéristiques générales et ses vestiges les plus apparents, publient les résultats de leurs investigations : ainsi Matteo Fraccacreta en 1834, le duc de Luynes dix ans plus tard, le grand historien allemand Arthur Haseloff en 19206.

  • 7 G. D. B. Jones, Apulia I. Neolithic settelments in the Tavoliere (Reports of the research Committee (...)
  • 8 G. Schmiedt, « Le fortificazioni altomedievali in Italia viste dall’aero », in Ordinamenti militari (...)

8Plus près de nous, les survols aériens anglais effectués au cours de la Seconde Guerre mondiale attirent à nouveau l’attention sur les nombreux sites désertés de la Capitanate : les travaux pionniers de J. Bradford, repris par la Society of Antiquaries de Londres7, ont été poursuivis, notamment par G. Schmiedt qui publia en 1967 une vue aérienne de Fiorentino8.

  • 9 Le programme « Insediamenti medievali della Capitanata » est né d’une collaboration scientifique en (...)

9Pendant treize années enfin, de 1982 à 1994, le dossier a été systématiquement repris et développé sous l’impulsion de l’université de Bari en association avec l’École française de Rome. Les données historiographiques ont été rassemblées et critiquées, la documentation écrite a été reprise et augmentée, la prospection de terrain étendue aux habitats médiévaux de la région et la fouille archéologique conduite sur le site pendant onze campagnes annuelles d’un mois en moyenne9.

  • 10 Ces recherches ont déjà fait l’objet de publications partielles : J.-M. Martin et G. Noyé, « La cit (...)

10Dans ce complexe archéologique comportant une cité fortifiée originelle, un faubourg médiéval et une extension moderne, la fouille s’est concentrée sur le premier ensemble. De ses trois hectares de superficie, elle a exploré environ 2 000 m2, souvent sur quatre à cinq mètres de profondeur : d’une part dans la ville pour étudier les aménagements et les mutations de son urbanisme comme de ses dispositifs défensifs, d’autre part sur la pointe occidentale du site où, immanquablement, devaient avoir été implantées les structures de pouvoir10. Y a été en effet mis au jour un puissant édifice dont la datation et la fonction ne font plus de doute : construit dans le second quart du XIIIe siècle, il présente des attributs aristocratiques évidents, princiers même, associant à de notables éléments de défense des agencements confortables et un riche décor architectural. Il n’a certes pas été retrouvé intact : il a souffert de dégradations importantes au milieu du XIIIe siècle, puis a été réaménagé, transformé en réduit fortifié occupé encore au cours du XIVe siècle. Mais les vestiges restent très suggestifs et permettent de restituer largement l’organisation générale et les principaux aménagements d’origine.

11Les données recueillies ont en outre mis en évidence des constructions antérieures, les unes fossilisées, les autres reprises par le bâtiment frédéricien. Ce sont les traces physiques, certes ténues, de l’héritage byzantin et normand de Frédéric II à Fiorentino.

  • 11 J.-M. Martin, « L’apporto della documentazione scritta medievale », in Fiorentino. Prospezioni sul (...)

12Cet héritage est politique d’abord, évidemment général à l’ensemble du royaume et l’on se bornera ici à en évoquer les traits historiques locaux les plus saillants, au travers des données textuelles recueillies et analysées par Jean-Marie Martin11. Il est topographique ensuite, lisible dans l’organisation d’ensemble de la cité ; il est architectural enfin, perceptible dans l’économie générale de l’édifice.

L’héritage politique

  • 12 A. Ducellier, « Le dernier éclat de Byzance », in Le Moyen Âge, R. Fossier (dir.), Paris, 1982, t.  (...)

13À sa fondation, comme l’écrit André Ducellier, Fiorentino participe « du dernier éclat de Byzance »12. C’est, avec les villes voisines de Troia, Civitate, Dragonara, Tertiveri et Montecorvino, l’un des points fortifiés de peuplement fondés par le katépan Basilio Boiohannes sur la frontière nord de la province, après la bataille de Cannes remportée en 1018 sur le lombard Mélès. En 1044 et 1046, dates des premières mentions directes de Fiorentino, un certain Landone s’identifie comme imperialis trumarca de civitate florentino habitantes : sans doute est-il le chef militaire et civil de ce kastron qui se révèle être en 1058 un centre religieux, siège d’un évêché suffragant de Bénévent.

14Le premier évêque connu de Fiorentino, cité en 1061, porte le nom lombard de Landenulf ; le second, apparaissant en 1075, porte le nom normand de Robert. Il est contemporain de Guillaume de Nonant qui se déclare « comte de la cité de Fiorentino » dans un document rédigé entre juin 1076 et septembre 1091.

15Ainsi, dans le dernier quart du XIe siècle, Fiorentino est devenue chef-lieu d’un comté normand qui perd il est vrai rapidement son autonomie, absorbé en 1091 par le comté de Monte San Angelo-Lucera, dépendant à partir de 1105 du comté de Loritello. La cité participe aux guerres féodales des années 1110-1130, entre sous la protection de la justice royale sous le règne de Roger II, est à nouveau siège comtal dans les années 1180, disparaît de la documentation au cours des confuses décennies suivantes, réapparaît au début du XIIIe siècle partagée entre plusieurs seigneuries, dont celle du prince Frédéric II. Elle est domaniale en 1223.

L’héritage topographique

16Aux confins des territoires de Lucera et de Torremaggiore, le toponyme Fiorentino subsiste sur les cartes et les cadastres. Il est attaché à l’extrémité d’une colline interfluviale de cinquante à soixante mètres de hauteur. Des trois plates-formes visibles, la plus haute et la plus reculée est aussi la plus monumentalisée (fig. 1). Un puissant fossé surmonté d’une tour à courtine l’isole à l’est du reste de la colline et ses pentes raides, offrant une défense naturelle non négligeable, restent ponctuellement soulignées par les pans d’une muraille. Sur la terrasse ainsi délimitée et protégée, de deux cents mètres de long environ et cent mètres de large, la ville s’est densément développée : s’y repère notamment une vaste église, la cathédrale, ainsi qu’un grand bâtiment rectangulaire, à l’évidence le château, protégé derrière un imposant fossé et dominant à l’ouest l’ensemble du site.

17Tel qu’il est perçu grâce à la photographie aérienne, sur le relevé topographique et les plans de fouille, le dispositif général est d’abord celui d’un éperon barré. Il accueille une cité étroite et allongée, traversée longitudinalement par une rue principale qui ordonne un ensemble géométrique de voies secondaires parallèles et perpendiculaires définissant des blocs d’habitation. Il s’agit là du modèle d’urbanisme reconnu dans toutes les cités fondées dans la région par Byzance.

  • 13 Ibid.

18De toute évidence, la cité était alors fortifiée. Il est vrai que la muraille localement visible sur ses pentes n’est pas archéologiquement datée et que la première mention de la présence d’une enceinte complétant les défenses naturelles est tardive (1127). Mais les fonctions stratégiques de fondation et les réalités politiques du temps exigent des murailles : celles de Troia sont mises à l’épreuve dès 1021, résistant alors à l’incursion de l’empereur germanique Henri II13.

19L’enceinte s’accompagnait-elle d’une zone réservée marquant déjà dans le paysage la présence du pouvoir ? Rien ne permet de le supposer dans la documentation écrite et l’apparition du château dans la région est volontiers rattachée à la prise de possession des sites par les Normands. De quand datent alors les travaux de protection intérieure de la pointe occidentale du site de Fiorentino ? La fouille a apporté à cet égard des informations qui sont certes encore incomplètement étudiées, notamment les mobiliers céramiques qui devraient préciser la chronologie, mais qui permettent déjà de faire plusieurs constats. Si l’enceinte visible est byzantine, la pointe occidentale du site était dès cette époque réservée, au moins partiellement barrée par un mur (fig. 2). La fouille n’en a dégagé qu’un tronçon rectiligne et centré sur l’axe transversal, détaché donc des pans de l’enceinte de circonvallation. Et si, dans l’emprise des sondages réalisés, les situations enregistrées ne permettent pas d’expliquer pourquoi il n’apparaît pas, ou n’apparaît plus au nord, il se poursuit assurément au sud, hors de la zone de fouille, et pouvait donc se rattacher au mur d’enceinte dont il présente les caractéristiques techniques sinon les dimensions : son épaisseur n’est en effet que de 2 m et non de 3 m, mais sa base est pareillement évasée en glacis, son élévation identiquement constituée des mêmes pierres roulées extraites du substrat et liées du même mortier compact très riche en chaux. Reposant sur un mince apprêt de pierres et de terre mêlée de mortier régularisant les aspérités du substrat rocheux, il est stratigraphiquement associé à des structures maçonnées ou en creux elles aussi fondées sur ou dans le roc, à quelques mètres derrière lui. La fouille n’a malheureusement pas pu les mettre en évidence autrement que ponctuellement et incomplètement : il s’agit de deux trous de poteaux repérés sur la paroi d’une fosse postérieure et de deux fragments de murs constitués de pierres roulées liées de terre associés à un lambeau de sol lui aussi de terre. Le mobilier céramique est en cours d’étude et il est aujourd’hui seulement possible de dire qu’il est médiéval, postérieur à l’an mil et antérieur au XIIe siècle.

20Ces aménagements ont été détruits et fossilisés sous un épais remblai mais le grand mur a subsisté, a été réutilisé dans la domus frédéricienne dont il constitue en partie la façade regardant la cité : il doit constituer l’héritage byzantin de Frédéric II à Fiorentino.

21L’héritage normand se trouverait alors dans ce remblai et dans le creusement du fossé transversal doublant le mur à l’extérieur, isolant définitivement la pointe occidentale du site.

22L’apport de terre est considérable : il a partout été retrouvé dans l’emprise de la fouille, soit sur plus de 600 m2 et partout, sauf à l’est, il sort des limites des sondages. Épais de 0,50 m à 2,50 m, il masque totalement la table rocheuse et ses aménagements, en nivelle les failles et constitue une plate-forme de 18 m environ de large, butant à l’est contre le mur transversal préexistant et s’achevant à l’ouest par des pentes très raides filant vers la muraille.

23Il est naturel de penser que le sédiment utilisé provient du creusement du fossé de 5 m de profondeur et de 20 m de large qui longe en contrebas le mur. Mais deux éléments posent problème : le remblai est constitué d’une terre brun sombre comportant un important mobilier antique alors que le fossé est creusé dans une croûte calcaire résistante puis un poudingue emprisonnant des pierres roulées dans une gangue plastique, et qu’aucun niveau antique en place n’a pu être isolé sur l’ensemble des zones fouillées. Le fossé est peut-être aussi byzantin : il a pu fournir les pierres roulées qui entrent largement dans la composition des murs d’enceinte et des premières maçonneries dégagées sur le roc.

24Le remblai, de toute façon postérieur, a pu être réalisé à l’aide d’un apport extérieur de terre et même s’il ne présente pas la configuration type de la motte, il surélève le sol et crée une plate-forme sur laquelle les traces d’occupation abondent sous la forme de fosses-silos soigneusement construites. Certaines ont été désaffectées et réutilisées comme dépotoir : elles comprennent des céramiques datables en première analyse d’après l’an mil et d’avant le XIIe siècle, ainsi que d’autres pièces de mobiliers en cours d’étude tels un manche de couteau et un cavalier de jeu d’échec sculpté dans de l’os (fig. 3).

25Ce serait là l’héritage normand de Frédéric II à Fiorentino : ce tertre artificiel de terre dominant la ville derrière un puissant fossé qui préexiste peut-être, récupérant en tout cas de la phase d’occupation antérieure un gros mur barrage. C’est ce mur qui est repris dans le bâtiment frédéricien, c’est ce tertre qui est éventré pour enterrer les fondations des autres murs de la domus, ce sont ces fosses et, sans doute, d’autres aménagements hors emprise de la fouille, qui disparaissent sous le sol d’utilisation.

L’héritage architectural

26Des installations antérieures, byzantines et normandes, les unes directement installées sur le rocher, les autres sur l’épais remblai aménageant une plate-forme terreuse, l’ouvrage impérial ne conserva donc que le système défensif périphérique : les murailles externes et, sinon le fossé, au moins le mur interne de barrage face à la cité.

27Les murs alors construits, appuyés à l’est sur la maçonnerie antérieure, sont épais de 1,50 m à 1,70 m et fondés à travers le remblai de terre sur le rocher, parfois à plus de 2,50 m sous le sol de circulation. Ils présentent hors sol des parements de pierres de taille finement jointoyées au mortier, des assises horizontales et régulières.

28Ces parois dessinent un édifice allongé de 29 m de long sur 17 m de large (fig. 4) dont les petits côtés sont symétriquement affectés d’un retrait de 3 m correspondant à l’organisation interne : celle-ci présente en effet deux locaux communicants d’une largeur égale de 6 m mais de longueur différente (20 et 26 m).

29Quatre issues ouvrent le bâtiment sur l’extérieur, toutes étroites, protégées et munies de solides dispositifs de fermeture internes. Depuis la pièce occidentale, deux chicanes de 0,60 m de large regardent vers l’ouest, symétriquement disposées aux angles. Les deux autres, regardant au sud derrière le prolongement du mur antérieur réutilisé, ne sont guère plus larges : 1 m et 1,50 m. Elles sont cependant monumentalisées par des dallages de pierres qui en constituent le seuil et d’importants jambages chanfreinés qui en forment l’encadrement.

30Des éléments architecturaux, dans lesquels les spécialistes décèlent des réminiscences antiquisantes ou des inspirations contemporaines, ornaient sans doute les parois à l’extérieur. Ils ont été trouvés dans les couches de destruction masquant les vestiges avant la fouille : il s’agit de pierres d’angle à bossage (fig. 5), de bases et de fûts de colonnes ou de piliers, enfin de fragments de colonnettes finement sculptées (fig. 6 et 7) qui devaient très certainement encadrer des baies, peut-être les fenêtres d’un étage, à l’image de celles qui, systématiquement, ouvrent les parois des niveaux supérieurs des édifices contemporains mieux conservés tels ceux de Gravina in Puglia ou de Castel del Monte. Il est vrai qu’aucun dispositif de circulation verticale n’a été individualisé mais les murs sont parfois très détruits.

31Même s’il faut lui supposer un étage animé de quelques larges ouvertures, la silhouette de l’édifice se révèle massive et chichement ouverte sur l’extérieur. Sur les 440 m2 d’emprise au sol, plus du tiers est occupé par les maçonneries et on comptabilise, sur le rez-de-chaussée conservé, moins de 4 m d’ouverture pour un développement total des parois de 92 m. Le bâtiment n’était sans doute pas dénué d’élégance, avec ses retraits latéraux symétriques, la belle construction de ses parements et l’ornementation fine et soignée des issues et des baies. Mais il donnait assurément une impression de puissance et de sûreté très affirmée : en symétrie avec le réduit fortifié oriental mais en position dominante, il couronnait la ville.

  • 14 G. Agnello, L’architettura civile e religiosa nell’età sveva, Rome, 1961 ; A. Cadei, « I castelli f (...)

32Par son économie générale, et sous sa construction géométrique dont il reste à comprendre la métrologie, le bâtiment est d’inspiration normande et procède d’un type largement repéré au XIIe siècle par les spécialistes de l’architecture militaire14 : celui du palazzo torre, de la tour résidence, dont le plan rectangulaire divisé en locaux longitudinaux ménage un rez-de-chaussée utilitaire et presque aveugle sous un étage noble ouvert.

  • 15 M. S. Calò Mariani, « I frammenti della decorazione scultorea », in Fiorentino, campagne di scavo 1 (...)

33Le contraste était alors bien marqué avec l’intérieur qui présentait sans doute possible des aménagements dans lesquels confort et luxe rivalisaient, qui développait une décoration procédant de cette association des influences orientales et occidentales qui constituent l’originalité de l’art souabe d’Italie méridionale15.

34Dans les deux locaux conservés, totalisant 280 m2 de superficie utilisable, un sol de tommettes en terre cuite disposées en opus spicatum prolongeait les seuils empierrés des ouvertures.

35Dans la pièce occidentale, qui a pu être un temps cloisonnée, des cheminées monumentales s’ouvraient dans le mur à proximité immédiate des issues en chicane : leurs chœurs, habillés de tommettes de terre cuite sur 1,30 m de hauteur et 2 m de large, étaient flanqués de fins jambages chanfreinés constitués de grosses briques encastrées sur chant dans la maçonnerie ; les conduits d’évacuation des fumées étaient aménagés dans l’épaisseur de la paroi.

36Dans la pièce orientale jamais divisée, une banquette courait le long du mur ouest et, dans l’angle nord-est, une autre cheminée était aménagée : son chœur hémicirculaire, habillé de pierres, était encadré par des colonnettes de tuf engagées dans les parois portant vraisemblablement la hotte en tronc de cône.

37Les parois internes des deux locaux étaient couvertes d’un enduit dont quelques plaques subsistent encore en place. S’y accrochaient aussi les douze appuis de six arcs doubleaux constitués de moellons de tuf qui venaient renforcer la couverture de ses pièces que l’on hésite à planchéier ou à voûter.

38La profusion et la qualité de la décoration interne sont encore marquées par la présence, éparse mais constante dans les couches de destruction des élévations, de pièces de vitrail coloré et d’éléments de décors architecturaux sculptés dans le tuf : chapiteaux d’inspiration gothique et frises de style oriental devaient orner aussi bien le rez-de-chaussée que l’étage supposé.

39Confortablement et luxueusement apprêtées, les salles ainsi révélées à la fouille ne peuvent être confondues avec de simples magasins ou avec des annexes destinées aux réserves et au service que tous les châteaux possèdent en leur premier niveau. Nulle place ici pour une cuisine, qui pouvait être placée à l’extérieur, même dans la pièce occidentale qui a pu être éventuellement divisée ; aucune trace d’une réserve d’eau sinon quelques éléments de conduits en pierre retrouvés dans les décombres et suggérant un dispositif de citerne suspendue comme dans d’autres résidences frédériciennes. Ces salles sont des pièces à vivre mais moins des appartements, installés généralement à l’étage, que des salles de réception et / ou de travail.

40La domus de Fiorentino avait la capacité d’accueillir l’empereur et sa suite. C’était un outil de gouvernement et si Frédéric II n’y séjourna jamais avant la fin de l’année 1250, peu importe : la structure est là, disponible, qui attend les venues du prince. La construction, porteuse de tous les héritages et visible au loin, rappelle dans le paysage de ces terres de Capitanate l’omniprésence et l’universalité du pouvoir impérial.

Fig. 1 – Fiorentino. Topographie et vestiges

Fig. 1 – Fiorentino. Topographie et vestiges

Fig. 2 – Fiorentino. Domus, phasage

Fig. 2 – Fiorentino. Domus, phasage

Fig. 3 – Fiorentino, pièce d’échec en os

Fig. 3 – Fiorentino, pièce d’échec en os

Fig. 4 – Fiorentino. Domus, vestiges

Fig. 4 – Fiorentino. Domus, vestiges

Fig. 5 – Fiorentino. Pierre d’angle à bossage

Fig. 5 – Fiorentino. Pierre d’angle à bossage

Fig. 6 et 7 – Fiorentino. Fragments de colonnette

Fig. 6 et 7 – Fiorentino. Fragments de colonnette

Notes

1 Sur les réalités et les représentations de Frédéric II, on trouvera un abondant matériau dans Federico II e Fiorentino, M. S. Calò Mariani (dir.), Actes du premier colloque d’études médiévales de la Capitanate, Torremaggiore, 23-24 juin 1984, Quaderni di Archeologia e Storia dell’Arte in Capitanata, 2, 1985.

2 L. Wadding, Annales Minorum, Rome, 1734, t. X, p. 5-6.

3 J.-M. Martin, « L’apporto della documentazione scritta medievale », Fiorentino. Prospezioni sul territorio, scavi 1982, M. S. Calò Mariani et A. Guillou (dir.), Quaderni di Archeologia e Storia dell’Arte in Capitanate, 1, 1984, p. 7-20.

4 M. A. Fiore, « Fiorentino in Capitanata dalla distruzione del 1255 alla soppressione dei diritti feudali », in Federico II e Fiorentino, p. 41.

5 A. Cadei, « I castelli federiciani : concezione architettonica e realizzazione tecnica », Arte Medievale, 6, 1992, p. 39-67.

6 M. Fraccacreta, Teatro topografico, storico-politico della Capitanata e degli altri luoghi più memorabili e limitrofi della Puglia, Naples, 1834 ; D. M. duc de Luynes, Recherches sur les monuments et l’histoire des Normands et de la maison de Souabe dans l’Italie méridionale, Paris, 1844 ; A. Haseloff, Die Bauten der Hohenstaufen in Unteritalien, Leipzig, 1920.

7 G. D. B. Jones, Apulia I. Neolithic settelments in the Tavoliere (Reports of the research Committee of the Society of Antiquaries of London, 44), Londres, 1987.

8 G. Schmiedt, « Le fortificazioni altomedievali in Italia viste dall’aero », in Ordinamenti militari in Occidente nell’Alto Medioevo, Spolète, 1968, t. II, p. 859-927.

9 Le programme « Insediamenti medievali della Capitanata » est né d’une collaboration scientifique entre l’Istituto di Storia dell’Arte Medievale e Moderna de l’université de Bari (M. S. Calò Mariani) et le Centre d’études byzantines de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris (A. Guillou). L’enquête s’est ensuite développée dans le cadre institutionnel et scientifique d’une convention signée entre l’université de Bari et l’École française de Rome. Elle a été soutenue par les services régionaux du ministère italien de la Culture qui ont accordé les autorisations de recherche et assuré les restaurations. Elle a reçu l’aide de la commune de Torremaggiore, de l’Archeo-club d’Italia – section de San Severo et de l’Association culturelle régionale Tecnarte. Elle est coordonnée par M. S. Calò Mariani qui réalise en outre les recherches sur l’art et l’architecture souabe en Pouille. La recherche historique est effectuée par J.-M. Martin (CNRS), l’étude générale du peuplement et de l’habitat par J.-M. Martin et G. Noyé (CNRS). P. Beck (Université Panthéon – Sorbonne, Paris I) et F. Piponnier (EHESS) ont dirigé les fouilles de Fiorentino qui constituent un chantier d’application pour les étudiants en archéologie de l’université de Bari, avec la collaboration de C. Laganara (Université de Bari) qui organise l’analyse des mobiliers. Il faut désormais y ajouter les fouilles de la cathédrale conduites en 1994 pour le compte des Surintendances par l’Association régionale CAST (F. Carofiglio – F. Rinaldi).

10 Ces recherches ont déjà fait l’objet de publications partielles : J.-M. Martin et G. Noyé, « La cité de Montecorvino en Capitanate et sa cathédrale », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge / Temps modernes, 94, 1982 / 1, p. 513-549 ; Fiorentino. Prospezioni sul territorio, scavi – 1982 ; Federico II e Fiorentino ; P. Beck et F. Piponnier, « Fiorentino, chroniques des fouilles », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge / Temps modernes, 97, 1985 / 2, p. 892-896 ; P. Beck. et F. Piponnier, « Le site de Fiorentino (Torremaggiore, Foggia) », Histoire et Archéologie de l’habitat médiéval, A. Bazzana et J.-M. Poisson (dir.), Lyon, 1986, p. 151-159 ; Fiorentino, campagne di scavo 1984-1985, M. S. Calò Mariani (dir.), Quaderni di Archeologia e Storia dell’Arte in Capitanata, 3, 1987 ; J.-M. Martin et G. Noyé, « Habitats et systèmes fortifiés en Capitanate : première confrontation des données textuelles et archéologiques », in Structures de l’habitat et Occupation des sols dans les pays méditerranéens : les méthodes de l’archéologie extensive, Actes de la rencontre de Paris, novembre 1984, G. Noyé (dir.), Rome – Madrid, 1988, p. 501-526 ; P. Beck. et F. Piponnier, « Fiorentino – campagnes 1986-1987, chronique des fouilles », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge / Temps modernes, 100, 1988 / 1, p. 529-531 ; P. Beck, M. S. Calò Mariani, C. Laganara et al., « Cinq ans de recherches archéologiques à Fiorentino », Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge / Temps modernes, 101, 1989 / 2, p. 641-699 ; P. Beck, « Archeologia di un complesso castrale : Fiorentino in Capitanata », in Actes du colloque international de Sienne – 25-26 novembre 1988, (Archeologia Medievale, XVI) 1989, p. 137-154 ; M. S. Calò Mariani, Archeologia, storia e storia dell’arte medievale in Capitanata, Bari, 1992 ; P. Beck, « La domus imperiale di Fiorentino in Capitanata », in Federico II, immagine e potere, M. S. Calò Mariani et R. Cassano (dir.), Bari, 1995, p. 182-185. La publication finale, en cours d’élaboration, sera éditée dans les collections de l’École française de Rome.

11 J.-M. Martin, « L’apporto della documentazione scritta medievale », in Fiorentino. Prospezioni sul territorio, scavi, 1982, p. 7-20.

12 A. Ducellier, « Le dernier éclat de Byzance », in Le Moyen Âge, R. Fossier (dir.), Paris, 1982, t. 2, p. 198.

13 Ibid.

14 G. Agnello, L’architettura civile e religiosa nell’età sveva, Rome, 1961 ; A. Cadei, « I castelli federiciani… ».

15 M. S. Calò Mariani, « I frammenti della decorazione scultorea », in Fiorentino, campagne di scavo 1984-1985, p. 17-18 ; M. S. Calò Mariani, « Cinq ans de recherches archéologiques… », p. 653-673.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fiorentino. Topographie et vestiges
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10167/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 2 – Fiorentino. Domus, phasage
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10167/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 3 – Fiorentino, pièce d’échec en os
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10167/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 4 – Fiorentino. Domus, vestiges
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10167/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 5 – Fiorentino. Pierre d’angle à bossage
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10167/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 6 et 7 – Fiorentino. Fragments de colonnette
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10167/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 431k

Auteur

Université Panthéon-Sorbonne, Paris I

© Presses universitaires de Caen, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540