Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

G. B. Shaw : un dramaturge engagé

 | 
Paul Brennan
, 
Thierry Dubost

Shaw critique de quelques pièces françaises

Quand Shaw rendait compte du théâtre français

Gérard-Denis Farcy

Texte intégral

  • 1 Version originale dans Our Theatre in the Nineties, Londres, Constable & Co., 1932.

1Les quatre chroniques qui sont publiées pour la première fois en français1 ont paru dans la Saturday Review très peu de temps après les représentations dont elles rendent compte. Rien d’étonnant d’y trouver alors, quasiment à chaud, des impressions de spectateur critique qui ne mâche pas ses mots. Deux d’entre elles s’intéressent aux créations du théâtre de l’Œuvre, les deux autres rendent compte de quelques prestations londoniennes de Sarah Bernhardt. Cet échantillon est assurément représentatif d’un tempérament critique (verve digressive, attention minutieuse, humeur belliqueuse). Il témoigne aussi d’une intelligence aiguë des tendances de la scène française, qui est inégalement partagée en cette fin de siècle entre un théâtre exigeant (et pauvre) défendu par Lugné-Poe et un théâtre plus complaisant (mais à succès) illustré par les monstres sacrés que sont Mounet-Sully et Sarah Bernhardt.

  • 2 Voir supra, p. 121-137.
  • 3 Curieusement, et contrairement à la presse française, Shaw ne dit rien sur cette propension de Lug (...)

2Comme je l’ai déjà dit2, la venue de l’Œuvre à Londres inspire à Shaw des comptes rendus flatteurs mais pas désintéressés. En effet, une fois dit tout le mérite de Lugné-Poe en tant qu’artisan d’un théâtre nouveau et interprète exceptionnel3, le chroniqueur profite de l’occasion pour se livrer au petit jeu des comparaisons. C’est d’abord Marthe Mellot qui en fait les frais, au motif qu’elle donne dans « l’incontinence hystérique façon Sarah Bernhardt », ce qui est rédhibitoire selon Shaw.

3Puis c’est au tour de Suzanne Desprès (Hilda dans Solness) d’être comparée (à son avantage) à la créatrice anglaise du rôle. Seuls s’en tirent à leur avantage Lugné-Poe (confronté à ses camarades anglais) et l’Œuvre par rapport à la Comédie-Française. Celle-ci par ricochet ne récolte que railleries et Mounet-Sully en prend pour son grade : ce n’est qu’un clown vociférant.

  • 4 Seul Lugné-Poe échappe à ces réserves.

4Que, l’année d’après, Shaw se déplace à Paris pour assister à la création française du chef-d’œuvre d’Ibsen par Lugné-Poe n’a rien d’étonnant. L’événement justifie assez cette longue chronique essentiellement consacrée à une discussion serrée sur certains choix du metteur en scène. Les reproches fusent certes, mais ils sont argumentes : Lugné-Poe mérite mieux que des formules à l’emporte-pièce. Chemin faisant, Shaw s’en prend à la traduction de Prozor ; mais il pèche par omission. En effet, Ibsen ne voulait être joué en France que dans cette traduction. Ce qui le fait enrager aussi, c’est la léthargie de la scène anglaise qui dispose déjà d’une traduction (meilleure selon lui) et qui pourtant n’a pas encore créé Peer Gynt. Le théâtre de Lugné-Poe a donc réussi, avec ses modestes moyens (interprètes4, décors), à présenter cette pièce exceptionnelle sans susciter l’entière désapprobation du spécialiste d’Ibsen. Que celui-ci admette finalement qu’Ibsen supporte tant bien que mal le traitement français est d’ailleurs plutôt un compliment. Même si Peer Gynt mérite mieux.

  • 5 L’anglophone adresse fréquemment ce reproche à l’alexandrin, surtout lorsque son atonie n’est pas (...)
  • 6 Dans la pièce Magda (adaptée de Heimat de Sudermann). La comparaison entre les deux avait déjà don (...)
  • 7 Comme il démystifiera plus tard d’autres impostures, tels les idéalismes de pacotille.

5En juin 1895, Sarah Bernhardt vient présenter à Londres plusieurs pièces dont La Princesse lointaine d’Edmond Rostand. Shaw consacre à cette dernière une chronique extrêmement sévère, à l’égard tant de son interprète que de son auteur. Il s’agit d’une pièce mièvre, écrite dans une langue dépourvue de rythme5, et qui frise le ridicule. Et l’interprétation n’arrange rien à l’affaire. C’est la « classique exhibition bernhardtienne » qui lui inspire l’habituel réquisitoire : tout y est rafistolé, factice, figé et dépassé (telles la psalmodie et la déclamation). Pour son malheur, Sarah doit en outre subir la comparaison avec la Duse qui joue en même temps qu’elle le rôle de Magda6. Et Shaw ne manque pas l’occasion de transformer Sarah en faire-valoir de la Duse, dont l’interprétation lui paraît exceptionnelle d’authenticité. Certains hagiographes de la comédienne ont bien tenté d’expliquer l’acharnement du critique par des raisons affectives, il aurait ainsi objectivé une résistance personnelle aux sortilèges de Sarah. Pourtant, avec le recul, il faut bien lui reconnaître une double sagacité : vis-à-vis de celle-ci et de Rostand : il réussit brillamment à débusquer le faux moderne (Rostand) et il démystifie utilement le génie prêté au monstre sacré7.

  • 8 Shaw n’ignore certainement pas que Lugné-Poe voulait monter la pièce et qu’il y avait renoncé deva (...)

6Deux ans plus tard, Sarah est de retour avec Lorenzaccio de Musset qui constitue un événement : c’est en effet l’occasion pour le public anglais de découvrir la pièce française la plus shakespearienne, créée l’année précédente à Paris, et de voir la comédienne dans un rôle masculin. Shaw y va de son compte rendu assorti d’un long préambule sur le romantisme et les raisons de sa désuétude. Il apprécie la pièce, à quelques réserves près sur la dramaturgie qui lui paraît incohérente – ce qui se comprend au vu de l’adaptation d’Armand d’Artois qu’il désapprouve par ailleurs. Il souligne entre autres le talent de Musset à camper prestement des personnages ; et il ne lui déplaît pas de tomber sous le charme d’un romantisme dont il se croyait à l’abri et qu’il associe aux brumes septentrionales plutôt qu’à la lumière toscane. Puis il en vient à ce nouvel avatar de la « vieille exhibition », avec ses recettes éprouvées et resservies à un public qui n’y voit que du feu. C’est sans aucune indulgence qu’il décoche quelques traits perfides : Sarah était bien meilleure du temps d’Hernani, elle aurait eu besoin d’un autre metteur en scène qu’elle-même8, elle ferait bien d’aller se frotter à Shakespeare.

Notes

1 Version originale dans Our Theatre in the Nineties, Londres, Constable & Co., 1932.

2 Voir supra, p. 121-137.

3 Curieusement, et contrairement à la presse française, Shaw ne dit rien sur cette propension de Lugné-Poe à faire d’Ibsen un symboliste.

4 Seul Lugné-Poe échappe à ces réserves.

5 L’anglophone adresse fréquemment ce reproche à l’alexandrin, surtout lorsque son atonie n’est pas neutralisée par le phrasé du comédien.

6 Dans la pièce Magda (adaptée de Heimat de Sudermann). La comparaison entre les deux avait déjà donné lieu à une chronique le 15 juin.

7 Comme il démystifiera plus tard d’autres impostures, tels les idéalismes de pacotille.

8 Shaw n’ignore certainement pas que Lugné-Poe voulait monter la pièce et qu’il y avait renoncé devant l’obstination de la comédienne.

© Presses universitaires de Caen, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable