Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric II (1194-1250) et l'héritage normand de Sicile

 | 
Anne-Marie Flambard Héricher

Vie économique et culture

La monnaie à l’époque de Frédéric II

Lucia Travaini

Texte intégral

  • 1 Le camée est reproduit dans E. Gajewska-Prorok, Skarb Sredzki, The Treasure of Sroda Slaska, Wrocla (...)

1Avant de présenter mon esquisse sur le monnayage de Frédéric II, je voudrais mentionner un objet qui m’a beaucoup frappée. Il s’agit d’une broche avec un camée à l’aigle, produit typique de l’art frédéricien. Elle fait partie d’un trésor de Pologne découvert en 1988, à Środa Ślaşka1. Dans ce trésor extraordinaire de monnaies et de bijoux déposé au XIVe siècle, la broche était plus ancienne et nous parle de Frédéric.

  • 2 Sur la vente de Gênes, voir E. H. Byrne, « Some medieval gems and relative values », Speculum, X, 1 (...)

2On ne dispose pas toujours de trésors, mais ce sont des sources historiques très importantes. Cette broche à l’aigle évoque peut-être la terrible défaite subie par Frédéric le 18 février 1248, lorsque le siège de Parme échoua. Pour ce siège, Frédéric avait fait bâtir la ville de Victoria, où il y avait aussi un atelier monétaire. Un jour que Frédéric était à la chasse, Victoria fut prise par les citoyens de Parme, et tout le trésor de Frédéric fut pris aussi, y compris sa couronne. Quelques années après sa mort, en 1253, une grande partie du trésor des Hohenstaufen fut vendue à Gênes, et encore une fois un marchand de Parme était présent2. La broche du trésor polonais évoque ces dispersions, et nous invite à réfléchir sur l’expérience humaine de Frédéric, de la gloire à la défaite.

 

  • 3 L. Travaini, « Zecche e monete nello Stato federiciano », in Federico II, vol. 1, Federico II e il (...)

3En ce qui concerne les monnaies et la politique monétaire de Frédéric II, j’ai déjà eu l’occasion d’en examiner, ailleurs, les origines normandes, mais ici je ne me contenterai pas de répéter les résultats de ces recherches déjà présentés aux congrès d’Erice en 1989 et de Rome en 19943 : en effet de nouvelles découvertes ont précisé mes hypothèses, et en général les ont confirmées. Je vous présenterai ici des aspects nouveaux de mes recherches en matière d’iconographie monétaire (surtout concernant le portrait) et d’administration du royaume : deux aspects apparemment bien différents, mais qui s’éclairent l’un l’autre, comme j’espère vous le démontrer.

Les monnaies à la fin de l’époque normande

  • 4 Voir en général L. Travaini, La monetazione nell’Italia normanna, Rome, 1995, et Ph. Grierson et L. (...)

4D’abord, je voudrais dresser un bref panorama du monnayage et du système monétaire du royaume de Sicile à la fin de l’époque normande4.

  • 5 E. A. Arslan, « Le trésor de monnaies normandes et françaises d’Allifae », International Numismatic (...)
  • 6 Le trésor de Montescaglioso a été daté de 1250 environ par D. Abulafia, « Maometto e Carlo Magno : (...)

5Depuis la deuxième réforme monétaire de Guillaume II (environ 1180) le système monétaire est très organisé, avec plusieurs dénominations en or, argent et cuivre. L’once de trente taris de Sicile était l’unité de compte majeure ; le tari était la monnaie réelle la plus courante : il faut toujours distinguer entre monnaie de compte – autrement dite fantôme – et monnaie réelle. Produits uniquement en Sicile, dans les ateliers de Palerme et de Messine, les taris circulaient dans tout le royaume. Plusieurs trésors en démontrent la présence au mont Cassin et à Salerne ; à Lucera en Pouille ; à Placanica en Calabre ; et aussi naturellement en Sicile. Mais à côté de cette monnaie royale d’usage général, il y avait des monnaies royales locales qui reflètent les origines variées de ce royaume. Après tout, il faut le souligner, le titre complet du roi de Sicile était celui de souverain du « royaume de Sicile, du duché de Pouille et de la principauté de Capoue ». Plusieurs décennies après la formation du royaume, les différentes entités territoriales avaient encore des systèmes monétaires partiellement indépendants, malgré les efforts d’unification administrative. En Campanie, la production et l’usage des taris de Salerne et d’Amalfi augmenta avec Guillaume II. Les taris campaniens étaient moins utilisés que ceux de Sicile. Le tari d’Amalfi, jusqu’à Guillaume Ier avec légendes pseudo-coufiques illisibles, prit en 1167 des légendes en arabe avec la date de l’hégire. Dans cet îlot monétaire campanien, les taris locaux circulaient avec des pièces de billon royales de l’atelier de Palerme, mais aussi d’ateliers étrangers, notamment des deniers féodaux français. La découverte tout à fait récente à Alife, près de Naples, d’un trésor très important de la fin du XIIe siècle montre à côté de centaines de provinois de Champagne, d’autres deniers : d’Angers, d’Anjou, de Melgueil, et des billons siciliens, mais aussi quatre taris amalfitains de Roger II5. À la fin du XIIe siècle, les taris d’or locaux circulaient en Campanie avec les pièces de billon. Ce trésor confirme la circulation mixte de monnaies locales et étrangères déjà présentes dans le trésor de Montescaglioso, enfoui également vers la fin du XIIe siècle : en revanche, à Montescaglioso et en Pouille, les taris campaniens ne circulent pas6.

6Gaète aussi est un îlot monétaire : son atelier frappe des follari de cuivre pour l’utilisation locale. On en trouve des exemplaires sur son territoire jusqu’à Ninfa. La production avait été suspendue probablement en 1140, mais avec Guillaume II et Tancrède la production fut reprise et on en connaît de nombreux exemplaires ; je reviendrai plus loin sur Gaète.

La production de la monnaie : ateliers et distribution

7La production monétaire du royaume était organisée d’une manière centralisée. Les ateliers de Messine et Palerme produisaient des taris siciliens pour tout le royaume. En outre, à Palerme on produisait tous les types de billon qui circulaient sur l’ensemble du territoire du royaume (les attributions sont possibles grâce à l’indication du nom d’atelier, en arabe, dans la légende). À Messine, par contre, existait un atelier battant le cuivre. On y produisait des monnaies de cuivre pour la seule distribution en Sicile et en Calabre. En revanche, les monnaies de cuivre destinées à la partie nord du royaume étaient produites à Salerne (et à Gaète pour l’usage local).

  • 7 Sur l’hypothèse d’une origine fiscale des changement de types de follari de Salerne (renovationes m (...)

8La distribution des trouvailles de ces pièces de cuivre nous a donné des informations précieuses sur l’organisation administrative et fiscale du royaume, domaine presque inconnu jusqu’à maintenant7. Le territoire était divisé en deux parties principales : la Sicile et la Calabre qui correspondaient grosso modo à l’ancien comté de Roger Ier, ainsi que la Pouille et la Campanie qui correspondaient au duché d’Apulie et à la principauté de Capoue. Seule Gaète disposait, à la fin du XIIe siècle, de son atelier local pour la production de monnaie de cuivre.

  • 8 M. Hendy, « On the administrative basis of the Byzantine coinage c. 400-900 and the reforms of Hera (...)

9On peut avancer l’hypothèse que les ateliers de monnaie de cuivre étaient la base de l’administration fiscale, comme c’était le cas par exemple dans le Bas-Empire romain et byzantin, avec, selon les études de Michael Hendy8, un atelier battant le cuivre dans chaque diocèse ; mais il faudra encore bien des recherches pour confirmer cette hypothèse. Des inventaires systématiques des trouvailles et des collections seraient nécessaires pour nous donner des informations plus complètes sur la quantité des émissions et leur distribution. Cependant on peut être certain d’une chose : cette installation d’un seul atelier battant le cuivre, pour chaque partie administrative du royaume, fut conservée par Henri VI et Frédéric II avec une différence : les monnaies de cuivre abolies par Henri VI en 1194 furent remplacées par des deniers de billon, et l’atelier de Salerne fut remplacé par celui de Brindisi. La structure centralisée de la production devint ainsi encore plus rigide, et l’on sait par Richard de Saint Germain, notaire et chroniqueur, comment les sacs des monnaies étaient envoyés pour les distributions forcées, au moment où leur utilisation comme instrument fiscal devenait évidente.

Cuivre et billon

10Le système monétaire normand était donc très complexe et très organisé, mais il souffrait de la concurrence de deniers étrangers. Une probable inflation était la cause du succès des monnaies de billon dans la circulation locale lorsque le cuivre perdait de sa valeur. Apparemment, on voit ce phénomène surtout dans le territoire desservi par l’atelier de Salerne, où le nombre de types produits se réduit pendant les règnes de Guillaume II et Tancrède. Il est probable que la Sicile était plus contrôlée que la Pouille, et que celle-ci, par contre, était plus facilement envahie par les deniers étrangers.

  • 9 L. Travaini, La monetazione…, p. 319-320.
  • 10 Ibid., p. 318-321 ; Id., « The monetary reforms of William II (1166-1189) : oriental and westerm pa (...)

11En Sicile, Guillaume II introduisit une réforme du cuivre vers 1180, il fit frapper à Messine un follaro très lourd, douze grammes, comme l’ancien follis byzantin, et une fraction de deux grammes. La monnaie lourde est anonyme. À cause de son poids inattendu à cette époque, la pièce a été attribuée parfois à Roger II avant 11409. Mais son attribution à Guillaume II est certaine par comparaison stylistique avec sa fraction. En toute probabilité, la réintroduction de pièces lourdes de cuivre était causée par un manque d’argent et par l’inflation. Guillaume II créa ainsi une pièce de cuivre de haute valeur, peut-être en parité avec des pièces d’argent. Probablement la réintroduction de monnaies lourdes de cuivre fut-elle inspirée par les dirhams de cuivre turcomans de Syrie : monnaies de cuivre mais nommées dirhams. Des recherches plus approfondies sont nécessaires sur les liens entre la Sicile et les États turcomans, mais cette piste nouvelle est bien intéressante : il faut souligner que des follari siciliens au lion ont été trouvés en Syrie et des dirhams de cuivre turcomans en Sicile10. Les nouvelles monnaies de cuivre au lion eurent un succès de courte durée. Tancrède ne frappa pas les types lourds mais uniquement les pièces de deux grammes.

  • 11 Voir L. Travaini, « Federico II mutator monetae… », p. 342, note 12.
  • 12 Sur l’atelier de Palerme, cf. L. Travaini, « Zecche e monete… », p. 150 et note 10.

12En 1194, l’empereur Henri VI partait de Gênes pour la Sicile. Il avait une grande quantité d’argent, qu’il avait fait frapper dans l’atelier de Gênes sous forme de deniers génois11, parce que le denier de Gênes était un des plus répandus à l’époque et qu’il était bien connu en Sicile ; mais tout de suite Henri s’occupa de la monnaie du royaume : c’était la fin de la monnaie de cuivre. Le denier de billon devint la seule espèce pour les petits et moyens échanges, alors que les taris d’or siciliens continuaient à avoir le même succès comme monnaie courante. En tout cas, cette fois encore, les taris d’or étaient produits en Sicile pour tout le royaume, alors que les deniers étaient produits à Brindisi pour la partie nord et à Messine ou Palerme pour la partie sud. Les ateliers de Salerne, Amalfi et Gaète furent fermés après des émissions très éphémères au nom d’Henri12. Ces émissions éphémères sont néanmoins très significatives du point de vue de l’iconographie et de l’image du pouvoir.

Iconographie monétaire : traditions normandes et nouveauté frédéricienne (fig. 1)

  • 13 L. Travaini, « Propaganda politica nelle monete normanne e sveve del regno di Sicilia : alcuni appu (...)
  • 14 J. Deér, The Dynastic Porphyry Tombs of the Norman Period in Sicily, Cambridge (Mass.), 1959, p. 47 (...)

13Les Normands en Italie méridionale avaient trouvé divers types de monnaies : des taris d’or à légende arabe, purement épigraphiques, mais aussi des monnaies byzantines avec les images des empereurs, ou de Jésus Christ et de la Vierge. Déjà le prince lombard Gisulf II à Salerne avait suivi l’exemple iconographique byzantin, et s’était montré sur ses monnaies de cuivre habillé comme un empereur. Robert Guiscard, après avoir pris Salerne en 1077, y fit battre monnaie selon les traditions locales : la victoire salernitaine est bien explicite sur une pièce, portant à l’avers l’image des fortifications de la ville et au revers l’image de Robert avec une couronne à pendentifs. Cette monnaie est anonyme, mais l’attribution à Guiscard est certaine grâce aux surfrappes. Cette pratique consiste en une frappe directe sur des monnaies retirées et démonétisées, évitant la refonte et la préparation de nouveaux flans. Après sa mort, son fils Roger Borsa fit battre à Salerne des monnaies portant son image et son nom. Roger Ier, comte de Sicile et Calabre, fit frapper un type très impressionnant avec son image à cheval et la Vierge à l’Enfant. Roger II, fondateur du royaume en 1130, utilisa son image sur les monnaies avec habileté, mais surtout sur les monnaies de cuivre, qui circulaient plus rapidement à tous les niveaux, alors que les monnaies d’or maintenaient leurs types épigraphiques arabes13. Sur le ducalis d’argent de 1140 on voit Roger II en habits impériaux, avec son fils le duc d’Apulie en robe courte. Cette iconographie fut reprise par Guillaume Ier sur son ducalis, mais l’image du roi devient désormais rare sur les monnaies, et tout à fait absente pour Guillaume II et Tancrède. L’image du roi est parfois remplacée par le lion, symbole des Hauteville14.

Fig. 1

Fig. 1

a. Follaro de cuivre de Gisulf II, prince lombard de Salerne (1052-1076).
b. Ducalis d’argent de Guillaume Ier, roi de Sicile (1154-1166), frappé à Palerme.
c. Follaro de Gaète d’Henri VI, empereur (1191-1197 : roi de Sicile en 1194).
d. Denier de billon de Messine d’Henri VI, avec buste couronné de Frédéric II.

Fig. 2 Renovatio monetae dans le royaume de Sicile à l’époque de Frédéric II

Fig. 2 – Renovatio monetae dans le royaume de Sicile à l’époque de Frédéric II

Trésors de deniers avec un ou deux types seulement ; cf. L. Travaini, « Federico II mutator monetae… », p. 354.
a. Syracuse, dep. c. 1197 : 19 + deniers d’Henri VI et Constance (type T. 3-6).
b. Collecorvino (Pescara), dep. c. 1197 : 15 deniers d’Henri VI et Constance (type T. 7).
c. Monte Iato (Palerme), dep. après 1208 : 3 deniers d’Henri et 18 d’Henri et Frédéric (type T. 8 et 11).
d. Sicile, lieu inconnu, dep. après 1209 : 46 deniers d’Henri (type T. 4) et 48 de Frédéric et Constance d’Aragon (type T. 15).
e. Suio (Gaète), dep. après 1221 : « plusieurs » deniers de Frédéric (type T. 23).
f. Randazzo (Catania), dep. c. 1245 : 4 deniers de Frédéric de 1225 (type T. 27) et 64 deniers et 7 demi-deniers de 1245 (type T. 36).
g. Près de Naples, dep. c. 1252 : « plusieurs » deniers de Frédéric (type T. 48) et de Conrad I (type T. 50).

  • 15 Sur l’épisode de Gaète, voir L. Travaini, « Progetti mai realizzati : due ritratti monetali di Gaet (...)

14Il y avait certainement une sensibilité envers le portrait royal sur la monnaie ; on peut mentionner le cas de Gaète en 1123 : le duc normand Richard de Carinola avait projeté l’introduction d’un type portant son image, à l’exemple de ses contemporains de Capoue, de Salerne et de Sicile, tandis que le type courant à Gaète avait une croix et une légende sur les deux côtés. Une rébellion de citoyens l’obligea à jurer de ne jamais changer le type du follaro. Ici nous avons peut-être un cas de sentiment républicain communal mélangé à la constante hostilité envers tout changement monétaire. En effet, toutes les monnaies de Gaète de l’époque normande ne porteront pas l’image du duc. Par contre, à l’arrivée d’Henri VI en 1194, l’atelier de Gaète frappa des monnaies avec l’image impériale sur les deux côtés, ce qui dut être une grande surprise pour les habitants de Gaète, même si la légende disait moneta civitatis Gaietae et imperialis maiestatis. Le cas de Gaète est un exemple des possibilités de lecture de l’iconographie monétaire. En général, on ne parle pas de « portrait » sur les monnaies médiévales : la tradition des études classiques nous a habitués à voir des portraits seulement à l’époque romaine et de nouveau à la Renaissance. Mais les images des rois du Moyen Âge, même si elles semblent primitives, ont fait leur impression auprès du public de l’époque et il est essentiel de continuer la recherche sur les projets de propagande de l’image et sur leurs effets15.

 

15L’iconographie monétaire frédéricienne a été apparemment bien étudiée, mais en fait on ne connaît bien que l’augustalis d’or. On n’a jamais fait le point sur l’iconographie de toute la production du royaume. Cet examen, avec de nouvelles interrogations, nous ouvrirait de nouvelles perspectives et nous apporterait de nouvelles informations surtout au sujet du portrait.

  • 16 L. Travaini, La monetazione…, pl. 25 no 443 (follaro de Gaète), et no 442 (follaro de Salerne aussi (...)

16Henri VI ferma les ateliers de Gaète et d’Amalfi, après y avoir frappé des monnaies tout à fait impériales avec son image couronnée16.

  • 17 À mon avis, on a raté l’occasion, dans cette année 1997, de célébrer le centenaire de la mort d’Hen (...)

17À la mort d’Henri en 119717, Constance retourna tout de suite aux traditions normandes et arabes. Deux types de taris d’Amalfi nous démontrent comment elle avait choisi cet atelier pour affirmer la continuité normande : le premier type porte à l’avers la légende arabe « Fridrik malik Siqilliyyah » et dans le champ les initiales latines FRE ; au revers la légende « + C. ROMANOR IMP » autour d’une étoile ; sur les deux côtés, une légende arabe nous donne le nom de l’atelier Malf et la date 594 de l’hégire (entre novembre 1197 et novembre 1198). La présence du nom de Constance sur la monnaie est tout à fait extraordinaire, et nous confirme sa volonté de souligner la continuité dynastique normande.

  • 18 Constance mourut le 27 novembre 1198, et cette monnaie fut donc certainement frappée tout au début (...)

18Constance est présente à côté du petit Frédéric pour la dernière fois sur un autre tari d’Amalfi. À l’avers cette monnaie porte la légende « + FRE. REX. SICILIE » et en arabe la date de l’hégire 595 ; au revers la légende arabe « Qustansah inbiratrigah Rumah » – c’est-à-dire la translittération du nom et titre impérial de Constance – et la date de l’ère chrétienne, 1198, écrite aussi en arabe18.

  • 19 Z. Tucci, « Dalla polemica antimperiale alla polemica antitedesca », in P. Cammarosano, Le forme de (...)

19Apparent paradoxe : l’arabe est-il le signe de la normannité ? Ici il faut voir l’arabe comme typique de ce monnayage à grand succès. Henri l’avait aboli, sans aucune considération pour les traditions locales, comme il avait placé son portrait à Gaète et à Amalfi. Très justement, Hannelore Zug Tucci a démontré comment Henri, insensible à l’opinion publique, était habitué à persuader ses sujets avec le gladius materialis19.

20Après avoir apposé son image sur les monnaies de Gaète, d’Amalfi et de Salerne, tout au début de son règne sicilien, Henri fit frapper seulement un autre portrait monétaire, mais il s’agit cette fois du buste couronné du petit Frédéric. Après cela, il faudra attendre jusqu’en 1220 pour trouver d’autres images monétaires de Frédéric.

21Les deniers frappés entre 1197 et 1220 présentent des types inspirés de deniers contemporains de l’Orient latin ou portant l’aigle symbole des Hohenstaufen, déjà utilisé au temps d’Henri. Il faut signaler les trois deniers portant le nom de Constance d’Aragon, épousée en 1209 : après sa mère, elle fut la seule femme mentionnée sur les monnaies.

22En 1220 Frédéric devint empereur et entre 1221 et 1222 il réorganisa la production et la distribution de la monnaie. Toutes les pièces anciennes ou étrangères furent abolies. Les seules monnaies autorisées à circuler furent les deniers de billon des ateliers de Messine et de Brindisi et les taris siciliens.

  • 20 Voir L. Travaini, « Federico II mutator monetae… », p. 243-247 et figures p. 358-360.

23Les taris d’or siciliens reprirent en les transformant les types arabo-normands, et l’aigle devint l’élément le plus typique de l’époque frédéricienne. Les taris demeurèrent importants même après la création de l’augustalis en 1231, et même encore au début du règne de Charles Ier d’Anjou, contrairement à l’opinion courante qui croit que leur circulation prit fin beaucoup plus tôt20.

  • 21 Pour l’augustalis, cf. H. Kowalski, « Die Augustalen Kaiser Friedrichs II. », Schweizerische Numism (...)

24La création de l’augustalis en 1231 est justement étonnante : il s’agit d’une monnaie splendide avec un portrait superbe. Le portrait est révolutionnaire dans son classicisme et sa plastique. Jusqu’à ce moment, les images de Frédéric avaient été traditionnellement médiévales, sur les deniers et sur les sceaux. Avant l’augustalis, son image était apparue sur des deniers frappés à Messine, entre 1220 et 1225, mais pas sur les deniers de Brindisi21. Les chercheurs se sont aperçus de cela après les études récentes portant sur la distribution des deniers, dont je parlerai ci-après.

25L’image royale sur la monnaie comme instrument d’affirmation du pouvoir n’est pas une nouveauté, et il faut examiner ses moments de présence ou d’absence. Dans la terrible lutte entre Frédéric et la papauté, il faut mentionner un portrait monétaire, prévu en 1229 mais jamais réalisé. Il s’agit d’un épisode peu connu que je voudrais vous présenter.

26Frédéric, excommunié, était à la croisade : parti le 28 juin 1228, il conclut, le 28 février 1229, l’accord avec le sultan al-Khamil qui lui céda Jérusalem ; le 16 mars il fut couronné dans le Saint-Sépulcre même et le 10 juin il retourna à Brindisi. Dans le même temps, le pape Grégoire IX avait envahi le royaume, et ayant pris Gaète, le 21 juin 1229, l’un des privilèges accordés à la ville fut la frappe de deniers papaux selon les instructions suivantes :

  • 22 Privilège papal à Gaète : « … vobis concedimus libertatem cudendi etiam monetam argenteam, ubi ex u (...)

monnaies d’argent ayant sur un côté l’image de la tête de saint Pierre avec le nom de la ville, et sur l’autre côté l’image du pape et notre nom22.

  • 23 Pour les deniers antiquiores de Rome avec buste du pape, cf. Ph. Grierson et M. Blackburn, Medieval (...)

27Cette monnaie ne fut jamais frappée : il était trop tard pour Grégoire, Frédéric était déjà rentré à Brindisi. Mais le projet était là, et il était important. Le premier pape à mettre son effigie sur une monnaie fut Adrien Ier (772-795), il s’agissait d’un denier de Rome de 781 ; après lui d’autres papes suivirent, jusqu’à Benoît VI (973-974)23. Mais à l’époque de Grégoire IX, et depuis la fin du Xe siècle, il n’y avait pas de monnaies portant l’image du pape, ni d’une autre autorité. Les deniers des villes communales italiennes avaient des types républicains par excellence ou il n’y avait pas de place pour l’image du duc ou du podestat – on a bien vu à Gaète la rébellion de 1123 contre le projet d’une monnaie à l’image du duc. Seule exception Venise, où l’image du duc fit son apparition en 1200 sur les grossi d’argent.

28Généralement on regarde Boniface VIII comme le pape qui réintroduisit le portrait papal sur une monnaie. Par contre, à mon avis, le projet monétaire de Grégoire en 1229 est un signe des possibilités de la propagande monétaire à toutes les époques. Deux ans après l’échec du projet du pape, Frédéric fit circuler son augustalis. Ce fut une belle réponse.

29Le projet de Grégoire aurait introduit le premier portrait sur un denier de billon de l’Italie méridionale, alors que, comme je l’ai dit, le denier au portrait de Frédéric, avant 1231, était de Messine et ne circulait pas en Italie méridionale. Le moment est venu de présenter les deniers et leur circulation dans le royaume.

Production et distribution des deniers à l’époque de Frédéric II : sources pour l’histoire administrative et fiscale du royaume

Les deniers de billon et leur distribution

  • 24 Liste de types in R. Spahr, Le monete siciliane dai Bizantini a Carlo I d’Angiò (582-1282), Zurich  (...)

30Les deniers de billon des Hohenstaufen en Sicile sont très nombreux et on connaît plus de quatre-vingts types principaux, émis par Henri VI, Frédéric II, Conrad IV, Conradin et Manfred24. Tous ces deniers portent le nom de l’émetteur, mais pas le nom de l’atelier de production. Quelques types parmi eux portent l’indication dans le champ SICI ou S pour Sicile, ou A ou AP pour Apulie, mais ce sont des exceptions. Dans le catalogue de Spahr de 1976, les deniers des Hohenstaufen sont encore classés en « Messine ou Brindisi ». Mais on possédait la clé pour l’identification de l’atelier : cette clé se trouve dans la distribution des trouvailles ; si les deniers produits à Messine étaient distribués en Sicile et en Calabre, ce serait dans ces régions que nous trouverions ces deniers plus facilement que dans la partie servie par l’atelier de Brindisi, et vice versa.

31En 1992, j’ai commencé à rédiger un répertoire des trouvailles de deniers, trésors et monnaies isolées. Tout de suite il fut évident que la clé était juste : les types qui se retrouvent en Sicile et en Calabre sont tout à fait différents de ceux qui se retrouvent en Campanie ou en Pouille. L’attribution de chaque denier à un atelier ou à l’autre est importante pour plusieurs raisons, et pas seulement par souci des classifications propre à tout numismate.

32Connaître l’atelier d’où proviennent les deniers retrouvés en fouille ou dans un trésor nous permet d’évaluer le comportement de la circulation, le mouvement de la monnaie lié au mouvement des hommes, éventuellement les différences quantitatives de production entre les deux parties administratives du royaume, etc.

33L’examen et l’interprétation des trouvailles ont fourni en particulier les résultats suivants :

    • 25 L. Travaini, « Hohenstaufen… », p. 103-109.

    L’attribution d’atelier à des deniers de provenance incertaine (six types d’Henri VI ; vingt-sept de Frédéric ; six de Conrad IV ; cinq de Conradin) ; la confirmation d’atelier pour six types et correction pour quatre types de Manfred25.

    • 26 Ibid., nos 8, 19-20 et 25-27.
    • 27 Pour l’attribution du type no 36 à Messine, voir le trésor de Randazzo, publié par L. Gandolfo, « L (...)

    L’attribution d’atelier a permis d’observer que les deniers à l’image de Frédéric antérieurs à 1239 sont tous siciliens26, sauf en 1239 et 1243 lorsque Brindisi frappa (ivi, nos 31 et 35) ainsi que le type no 36 de Messine27.

    • 28 Après tout, les deniers siciliens retrouvés en Terre sainte proviennent apparemment des deux atelie (...)

    On observe une relative fixité des types sur chaque partie du royaume : les types de Messine se trouvent en Sicile et en Calabre ; ceux de Brindisi en Campanie et en Pouille. Les exceptions sont limitées et surtout sont concentrées dans des ports, où on peut s’attendre à une présence monétaire plus variée28.

34La relative immobilité des types entre les deux parties du royaume, cependant, ne signifie pas la fixité des hommes et des choses. Comment l’expliquer ? Il faut examiner les modalités de distribution, dans ce qui nous semble un cas de renovatio monetae.

Modèles et origines des renovationes monetae (fig. 2)

35L’organisation de la monnaie fut une des premières préoccupations de Frédéric à son retour comme empereur. En 1221 il commanda que tous les vieux deniers soient démonétisés et que seulement les nouveaux deniers, dits imperiales, puissent circuler. Un seul type de denier pouvait circuler, et lorsqu’un type nouveau était introduit, généralement on démonétisait le type précédent.

  • 29 S. Suchodolski, « Renovatio monetae in Poland in the 12th century », Polish Numismatic News (supplé (...)
  • 30 Pour l’Angleterre, cf. M. M. Archibald, « English Medieval Coins as Dating Evidence », in J. Casey (...)

36Cette pratique de mutations ou renovationes monetae était bien répandue en Allemagne, au Danemark et en Pologne aux XIe et XIIe siècles29. En Angleterre il avait été pratiqué par les Anglo-Saxons et les Normands jusqu’en 1150 environ, mais fut remplacé plus tard par l’introduction d’un type au nom d’Henri qui fut frappé immobilisé jusqu’en 124730.

37Ce système permettait un fort contrôle de la circulation monétaire et la possibilité d’utiliser la distribution de monnaies nouvelles comme source fiscale, en imposant de nombreux échanges, favorables au roi, pour le type précédent, et en exigeant le paiement des impôts en monnaie nouvelle.

38Les renovationes sont jusqu’à maintenant connues uniquement pour l’Europe septentrionale. L’existence de ce phénomène dans le royaume de Sicile est très importante. Fut-il, ou non, inspiré par un modèle germanique ? Fut-il établi par Henri ou par Frédéric ?

  • 31 L. Travaini, La monetazione…, p. 68 et p. 303-317.

39Il est essentiel de multiplier les recherches sur ce sujet : notre documentation est mince, mais on pourrait citer au moins la possibilité d’un modèle italien. On connaît les séries de cuivre de Salerne introduites par le prince lombard Gisulf II vers la moitié du XIe siècle. Caractéristique de cette série est le changement continu des types : chaque nouveau type est refrappé sur des exemplaires du type précédent qui étaient retirés de la circulation. Malheureusement on connaît mal les trouvailles, et surtout les trésors, qui seuls peuvent nous donner des informations sur la condition de la circulation. On ne peut pas dire s’il y avait une démonétisation à chaque émission d’un type nouveau. Des trésors monotypes, c’est-à-dire contenant un type, ou deux types seulement de monnaies, pourraient indiquer des précédents locaux aux renovationes de l’époque frédéricienne. Nous n’avons pas de documentation de ce genre ; d’ailleurs, l’atelier de Salerne a continué la même pratique de frapper une très grande quantité de types sous les Normands. Les types de cuivre sont très nombreux, notamment pour Roger II et Guillaume I, même si les pièces étaient désormais frappées généralement sur un flan neuf, et non plus directement sur les pièces retirées31. Par exemple, Guillaume I a frappé à Messine un seul type de follaro, mais, à Salerne, il en a frappé plus de quarante : pourquoi ? Est-ce une fantaisie des monnayeurs, ou plutôt une nécessité administrative et pourquoi est-ce le cas seulement à Salerne et non en Sicile ? L’hypothèse d’une origine fiscale de cette pratique salernitaine est-elle possible ? Nous sommes encore très mal renseignés à ce propos, mais il faut quand même, à mon avis, avancer des hypothèses, pour explorer de nouveaux chemins de recherche. D’ailleurs, Richard de Saint-Germain nous a dit, à plusieurs reprises, que lorsque les nouveaux types étaient imposés, les vieux deniers étaient démonétisés (…veteres cassati sunt). On a maintenant vérifié cette démonétisation sur les trésors monétaires de l’époque de Frédéric II. Il faudra pousser plus loin l’investigation sur les monnaies, avec l’espoir de trouver plus de matériaux pour l’époque normande.

 

  • 32 M. Del Treppo, « Prospettive mediterranee della politica economica di Federico II », in Friedrich I (...)
  • 33 E. Winkelmann, Acta Imperii Inedita, Innsbruck, 1880, vol. I, p. 700, no 922 : « Vos preterea, nota (...)

40En conclusion, pour Frédéric le contrôle de la monnaie du royaume fut une partie essentielle de son administration. Il y réussit très bien. Quand les difficultés de contrôle devinrent plus fortes, l’empereur demanda à ses officiers de tenir les yeux bien ouverts sur ses fonctionnaires (…oculos apertos specialiter habere precipimus… recommandation de 1247-1248) ; Mario Del Treppo a bien rappelé ces mots à propos de l’organisation de la bureaucratie32. Mais il n’a pas souligné un détail : les exhortations finales de l’empereur, les « yeux ouverts », étaient destinées à contrôler notamment les monnayeurs de Brindisi33.

Notes

1 Le camée est reproduit dans E. Gajewska-Prorok, Skarb Sredzki, The Treasure of Sroda Slaska, Wroclaw, 1996. Pour ce trésor, voir J. Pininski, « The Hoard of Silver and Gold Coins and Ornaments of Środa Ślaşka, Voivodship of Wroclaw », Wiadomosci Numismaticzne, 34, 1990, no 3-4 (Polish Numismatic News V), p. 194-200, et le travail en cours de Robert Pienkowski.

2 Sur la vente de Gênes, voir E. H. Byrne, « Some medieval gems and relative values », Speculum, X, 1933, p. 177-187, et A. Esch, « Friedrich II. und die Antike », in Friedrich II. Tagung des Deutschen Historischen Instituts in Rom im Gedenkjahr 1994, A. Esch et N. Kamp (dir.), Tübingen, 1996, p. 201-234, en particulier p. 216. Sur les énormes conséquences de la défaite de Victoria pour l’image de Frédéric, cf. G. Ortalli, « Federico II e la cronachistica cittadina : dalla coscienza al mito », in Federico II, P. Toubert et A. Paravicini Bagliani (dir.), Palerme, 1994, vol. 3, Federico II e le città italiane, p. 249-263, en particulier p. 261-262 : « non mi viene in mente accostamento più plausibile di quello accaduto con il crollo del muro di Berlino […]. »

3 L. Travaini, « Zecche e monete nello Stato federiciano », in Federico II, vol. 1, Federico II e il mondo mediterraneo, p. 146-164 ; L. Travaini, « Federico II mutator monetae : continuità e innovazione nella politica monetaria (1220-1250) », in Friedrich II. Tagung des Deutschen Historischen Instituts…, p. 339-362.

4 Voir en général L. Travaini, La monetazione nell’Italia normanna, Rome, 1995, et Ph. Grierson et L. Travaini, Medieval European Coinage, 14, South Italy, Sicily, Sardinia, Cambridge, 1998.

5 E. A. Arslan, « Le trésor de monnaies normandes et françaises d’Allifae », International Numismatic Newsletter (Commission internationale de numismatique), 30, printemps-été 1997, p. 6-7 : au total six cent trente-quatre monnaies, dont quatre taris de Roger II d’Amalfi ; les six cent trente pièces d’argent sont des monnaies de Roger II et Guillaume II, deniers de Lucques, Pavie, Vérone, provinois de Champagne, et deniers de Melgueil, Le Puy, Troyes, Valence, Melle, Angers, Chartres, Orléans, Gien, Sancerre, Souvigny. La présence de taris d’Amalfi avec pièces d’argent n’est pas inconnue, ce qui démontre comment ces taris avaient un rôle de monnaie divisionnaire, semblable aux ducales. Un autre trésor mixte, du XIe siècle, fut retrouvé à Salerne, dans les fouilles de San Salvatore de Fondaco : pour son interprétation, voir P. Peduto, « Il gruzzolo di S. Salvatore de Fondaco a Salerno : follari, tarì e denari del secolo XIo », Rassegna Storica Salernitana, nuova serie 8, 1991, p. 33-71, avec aussi des deniers du Puy, de Lucques et de Pavie ; voir aussi L. Travaini, La monetazione…, p. 18 et p. 245.

6 Le trésor de Montescaglioso a été daté de 1250 environ par D. Abulafia, « Maometto e Carlo Magno : le due aree monetarie dell’oro e dell’argento », in Storia d’Italia. Annali 6. Economia naturale, economia monetaria, Turin, 1983, p. 223-270 ; et cette chronologie est suivie par J.-M. Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, 1993, p. 466. La composition de ce trésor et l’étude des types de provisini de Champagne, par contre, confirment une datation plus haute : L. Travaini, « Provisini di Champagne nel Regno di Sicilia : problemi di datazione », Revue Numismatique, 154, 1999. Voir aussi L. Travaini, La monetazione…, p. 77.

7 Sur l’hypothèse d’une origine fiscale des changement de types de follari de Salerne (renovationes monetae ?) à l’époque de Gisulf II de Salerne, voir L. Travaini, La monetazione…, p. 24 et p. 85, et le commentaire sceptique de J.-M. Martin dans son compte rendu de la Revue Numismatique, 151, 1996, p. 361-366.

8 M. Hendy, « On the administrative basis of the Byzantine coinage c. 400-900 and the reforms of Heraclius », University of Birmingham Historical Journal, 12-2, 1970, p. 129-154 ; aussi dans M. Hendy, The Economy, Fiscal Administration and Coinage of Byzantium, Northampton, 1989.

9 L. Travaini, La monetazione…, p. 319-320.

10 Ibid., p. 318-321 ; Id., « The monetary reforms of William II (1166-1189) : oriental and westerm patterns in Norman Sicilian coinage », Schweizerische Muenzblaetter, no 184, 1996, p. 109-123.

11 Voir L. Travaini, « Federico II mutator monetae… », p. 342, note 12.

12 Sur l’atelier de Palerme, cf. L. Travaini, « Zecche e monete… », p. 150 et note 10.

13 L. Travaini, « Propaganda politica nelle monete normanne e sveve del regno di Sicilia : alcuni appunti », Rivista Italiana di Numismatica, 95, 1993, p. 585-595 ; Id., La monetazione…, p. 85-87.

14 J. Deér, The Dynastic Porphyry Tombs of the Norman Period in Sicily, Cambridge (Mass.), 1959, p. 47. L. Travaini, La monetazione…, p. 320.

15 Sur l’épisode de Gaète, voir L. Travaini, « Progetti mai realizzati : due ritratti monetali di Gaeta del 1123 e 1229 », Quaderno di Studi. Circolo Numismatico Mario Rasile, XXII, juillet-août 1997, p. 30-36.

16 L. Travaini, La monetazione…, pl. 25 no 443 (follaro de Gaète), et no 442 (follaro de Salerne aussi avec effigie d’Henri).

17 À mon avis, on a raté l’occasion, dans cette année 1997, de célébrer le centenaire de la mort d’Henri : occasion perdue parce que je pense qu’il serait utile d’étudier plus en détail le rôle de son bref règne, qui fut certainement important pour la réorganisation de la monnaie.

18 Constance mourut le 27 novembre 1198, et cette monnaie fut donc certainement frappée tout au début de l’an 595 de l’hégire, qui commence le 3 novembre ; cf. B. Lagumina, « Una pregevole moneta di Federico e Costanza imperatrice », Archivio Storico Siciliano, XX, 1895, p. 58-62 ; L. Travaini, « I tarì di Salerno e di Amalfi », Rassegna del Centro di Cultura e Storia Amalfitana, 10, nos 19-20, 1990, p. 7-71, en particulier p. 50-51 ; L. Travaini, « Le monete sveve con leggende arabe nel regno di Sicilia (1194-1220) », Rivista Italiana di Numismatica, 88, 1986, p. 123-141.

19 Z. Tucci, « Dalla polemica antimperiale alla polemica antitedesca », in P. Cammarosano, Le forme della propaganda politica nel Due e nel Trecento, Rome, 1994, p. 45-64.

20 Voir L. Travaini, « Federico II mutator monetae… », p. 243-247 et figures p. 358-360.

21 Pour l’augustalis, cf. H. Kowalski, « Die Augustalen Kaiser Friedrichs II. », Schweizerische Numismatische Rundschau, 55, 1976, p. 77-150 : l’étude des coins des augustales fait par Kowalski a démontré qu’on peut attribuer le type avec des globules près de la tête de l’aigle à Brindisi, et le type sans globules à Messine. Pour la bibliographie sur les deniers, voir la note 24.

22 Privilège papal à Gaète : « … vobis concedimus libertatem cudendi etiam monetam argenteam, ubi ex una parte imago capitis beati Petri cum subscriptione civitatis vestrae, ex alia vero in medio papae et in circulo superscriptio nostri nominis habeantur… » ; cf. J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Historia Diplomatica Friderici secundi, Paris, 1852-1861, vol. III, p. 142-144 ; L. Travaini, « Progetti mai realizzati… », p. 30-36.

23 Pour les deniers antiquiores de Rome avec buste du pape, cf. Ph. Grierson et M. Blackburn, Medieval European Coinage, I, The Early Middle Ages, Cambridge, 1986, nos 1031-1033 (Adrien Ier), no 1072 (Jean X avec Berenger Ier, 915-924), nos 1082-1084 (Benoît VI avec Otton Ier, 973, ou Otton II, 973-974 ; ou Benoît VII avec Otton II, 974-983).

24 Liste de types in R. Spahr, Le monete siciliane dai Bizantini a Carlo I d’Angiò (582-1282), Zurich – Graz, 1976, augmentée de plusieurs types nouveaux in L. Travaini, « Hohenstaufen and Angevin Denari of Sicily and Southern Italy : their Mint Attributions », Numismatic Chronicle, 153, 1993, p. 91-135 (numérotation suivie ici). Voir aussi L. Travaini, « Produzione e distribuzione dei denari svevi e angioini nel Regno di Sicilia alla luce dei rinvenimenti », in N. Christie, Settlement and archaeology. Papers of the Fifth Conference of Italian Archaeology, Oxford, 1995, p. 603-614, avec discussion et bibliographie relatives à la classification et datation des deniers sur la base du contenu d’argent, selon les indications 1) du « formulaire de Marseille », c. 1285 ; 2) de Richard de Saint-Germain ; 3) des analyses destructives faites par Arthur Sambon.

25 L. Travaini, « Hohenstaufen… », p. 103-109.

26 Ibid., nos 8, 19-20 et 25-27.

27 Pour l’attribution du type no 36 à Messine, voir le trésor de Randazzo, publié par L. Gandolfo, « Le emissioni monetarie siciliane e pugliesi di Federico II », in Federico II e la Sicilia dalla terra alla corona, archeologia e architettura, Catalogue d’exposition, C. A. Di Stefano et A. Cadei (dir.), Palerme, 1995, p. 45-75, et p. 70.

28 Après tout, les deniers siciliens retrouvés en Terre sainte proviennent apparemment des deux ateliers de Brindisi et Messine sans distinction ; voir le trésor de Tripoli, avec un denier d’Henri et Constance de Brindisi et un denier de Frédéric et Constance de Messine (Travaini no 16) : cf. D. H. Cox, The Tripolis Hoard of French Seignorial and Crusader’s Coins, New York, 1933, p. 27 ; voir les trouvailles de Saint-Jean-d’Acre, trois deniers de Frédéric II type no 42 (atelier encore incertain), un denier type no 45 ou 47, de Brindisi, un denier de Conrad Ier type no 54, de Brindisi, et deux types no 53, de Messine : cf. D. M. Metcalf, « Some Hoards and Stray Finds From the Latin East », ANS-Museum Notes, 20, 1975, p. 139-152, en particulier p. 148, nos 82-88.

29 S. Suchodolski, « Renovatio monetae in Poland in the 12th century », Polish Numismatic News (supplément à Wiadomosci Numismaticzne, V), 1961, p. 57-75.

30 Pour l’Angleterre, cf. M. M. Archibald, « English Medieval Coins as Dating Evidence », in J. Casey et R. Reece, Coins and the Archaeologist, 2e éd., Londres, 1988, p. 264-301.

31 L. Travaini, La monetazione…, p. 68 et p. 303-317.

32 M. Del Treppo, « Prospettive mediterranee della politica economica di Federico II », in Friedrich II. Tagung des Deutschen Historischen Instituts…, p. 316-338, en particulier p. 333.

33 E. Winkelmann, Acta Imperii Inedita, Innsbruck, 1880, vol. I, p. 700, no 922 : « Vos preterea, notarius Mirabelle et magister Bartholomee, oculos apertos specialiter habere precipimus super pelago ratiocinii quondam Thome de Brundusio et siclariorum, ut per incuriam vestram in eis nostra curia non fraudetur. »

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende a. Follaro de cuivre de Gisulf II, prince lombard de Salerne (1052-1076). b. Ducalis d’argent de Guillaume Ier, roi de Sicile (1154-1166), frappé à Palerme. c. Follaro de Gaète d’Henri VI, empereur (1191-1197 : roi de Sicile en 1194). d. Denier de billon de Messine d’Henri VI, avec buste couronné de Frédéric II.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 2 Renovatio monetae dans le royaume de Sicile à l’époque de Frédéric II
Légende Trésors de deniers avec un ou deux types seulement ; cf. L. Travaini, « Federico II mutator monetae… », p. 354. a. Syracuse, dep. c. 1197 : 19 + deniers d’Henri VI et Constance (type T. 3-6). b. Collecorvino (Pescara), dep. c. 1197 : 15 deniers d’Henri VI et Constance (type T. 7). c. Monte Iato (Palerme), dep. après 1208 : 3 deniers d’Henri et 18 d’Henri et Frédéric (type T. 8 et 11). d. Sicile, lieu inconnu, dep. après 1209 : 46 deniers d’Henri (type T. 4) et 48 de Frédéric et Constance d’Aragon (type T. 15). e. Suio (Gaète), dep. après 1221 : « plusieurs » deniers de Frédéric (type T. 23). f. Randazzo (Catania), dep. c. 1245 : 4 deniers de Frédéric de 1225 (type T. 27) et 64 deniers et 7 demi-deniers de 1245 (type T. 36). g. Près de Naples, dep. c. 1252 : « plusieurs » deniers de Frédéric (type T. 48) et de Conrad I (type T. 50).
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10159/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

Università degli Studi di Milano

© Presses universitaires de Caen, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540