Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric II (1194-1250) et l'héritage normand de Sicile

 | 
Anne-Marie Flambard Héricher

Vie économique et culture

Problèmes économiques à l’époque de Frédéric II

Jean-Marie Martin

Texte intégral

  • 1 Voir E. Maschke, « Die Wirtschaftspolitik Kaiser Friedrichs II. im Königreich Sizilien », Viertelja (...)
  • 2 E. Cuozzo et J.-M. Martin, Le pergamene di S. Cristina di Sepino (1143-1463), Rome, 1988.

1Nous avons choisi ce titre assez peu précis parce que, si on espère pouvoir dégager quelques lignes générales à ce sujet1, on ne peut évidemment prétendre donner un tableau complet de l’économie du royaume de Sicile pendant le demi-siècle où règne l’empereur-roi. En effet, la documentation, relativement abondante, est loin d’être entièrement publiée, ou même connue : les actes du XIIIe siècle des fonds de Cava et de Montevergine sont inédits comme la plus grande partie de ceux du Mont-Cassin. Récemment, en publiant avec Errico Cuozzo les parchemins de S. Cristina de Sepino2, nous avons trouvé des renseignements nouveaux tant sur la circulation monétaire dans le Molise que sur les conséquences pratiques, au plan local, de la révision générale des privilèges et concessions opérée par Frédéric II à Capoue lors de son retour dans le royaume.

  • 3 J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici secundi, Paris, 1852-1861, réimpr. Turi (...)

2Ajoutons que, même si elle était totalement maîtrisée, la documentation laisserait bien des zones d’ombre : la Sicile, la Calabre, la Basilicate, le Molise, les Abruzzes sont, dans l’ensemble, mal documentés ; la Pouille l’est convenablement, les documents d’archives abondent en Campanie. D’autre part, un secteur de la documentation est particulièrement bien couvert et, même si on peut encore l’augmenter, on est sûr que la quasi-totalité en est connue : il s’agit des actes de l’empereur lui-même, rassemblés par Huillard-Bréholles, par Winkelmann et quelques autres3 ; le registre de 1239-1240, dont Errico Cuozzo prépare une nouvelle édition, est particulièrement précieux puisqu’il nous donne une vision pratiquement exhaustive des soucis de l’empereur et de son action dans le royaume pendant quelques mois.

  • 4 I registri della Cancelleria angioina ricostruiti da R. Filangieri con la collaborazione degli arch (...)
  • 5 Voir A. Grohmann, L’imposizione diretta nei comuni dell’Italia centrale nel XIII secolo. La Libra d (...)

3On ne saurait se plaindre d’une telle abondance, encore renforcée, pour la fin du XIIIe siècle, par l’énorme apport des registres angevins4. Mais il faut prendre garde qu’elle ne déséquilibre notre jugement. Certes, les actes de Frédéric II, comme ceux des premiers Angevins, montrent chez les souverains siciliens des préoccupations proprement économiques, qui, en fait, ont pratiquement toujours un arrière-plan fiscal et qui dénotent dans le royaume une puissance de l’État bien supérieure, dans ce domaine, à celle qu’on peut évaluer dans les autres pays occidentaux – même si, dans la plupart des communes de l’Italie centro-septentrionale, la fiscalité directe naît pratiquement au même moment et pour les mêmes raisons que dans le royaume de Sicile, mais s’applique à des territoires de taille infiniment moindre5.

  • 6 D. Abulafia, « The Crown and the Economy under Roger II and his Successors », Dumbarton Oaks Papers(...)

4Ce caractère évidemment original du royaume, pour être compris, doit être placé dans un double cadre. En premier lieu, Frédéric II a hérité d’un royaume déjà supérieurement organisé par ses prédécesseurs normands. Or, le nombre des actes conservés des rois normands, de Roger II à Tancrède et même à Constance, est bien inférieur à ceux du seul Frédéric II. David Abulafia6 estime que l’intérêt des souverains siculo-normands du XIIe siècle pour l’économie était pratiquement nul, comparé à celui de Frédéric II : nous ne partageons pas entièrement cette opinion, qui n’est certes pas complètement fausse mais mérite d’être sérieusement nuancée par tout ce qu’on sait du royaume de Sicile au XIIe siècle.

  • 7 J.-M. Martin, « Le domaine royal de Mesagne aux XIIe et XIIIe siècles », in Studi sull’Italia norma (...)

5Celui-ci est un organisme humain extrêmement complexe, fait de pièces et de morceaux. En ce qui concerne la fiscalité et le domaine royal, il est composé de deux parties. La première est l’ancien comté de Sicile et de Calabre que Roger II a hérité de son père Roger Ier ; c’est lui que Roger II soumet, du point de vue fiscal et domanial, à la dohana de secretis (sékréton, dîwân al-tahqîq al-macmûr), créée, d’après Jeremy Johns, selon un modèle fatimide. De l’activité de ce service, dirigé par des Arabes ou des Grecs, et de ses antécédents de l’époque comtale, nous avons gardé des témoignages sous la forme de jarâ’id, listes de vilains qui montrent que, dès cette époque, l’État était capable de gérer bureaucratiquement son immense domaine siculo-calabrais selon des méthodes orientales. Les provinces du Nord du royaume, difficilement conquises par Roger II et jusqu’alors habituées à une véritable anarchie féodale, sont traitées différemment : elles sont soumises aux maîtres camériers, puis à la dohana baronum (sékrétron tôn apokopôn), qui les administrent d’une façon plus souple. Il n’empêche que le souverain y dispose de quelques véritables domaines de rapport7. En tout cas, l’extension et la structure, très mal connues, des domaines siculo-calabrais n’en sont pas moins bien attestées.

6Or Frédéric II a manifestement cherché, notamment à partir de 1231 et de la promulgation des nova statuta, à étendre aux provinces septentrionales un régime inspiré de celui de la Sicile et de la Calabre ; c’est pourquoi l’État « moderne » de Frédéric II plonge ses racines directement dans le monde musulman et byzantin du haut Moyen Âge.

7D’autre part, l’action de l’empereur doit se comprendre dans le cadre de l’économie générale du royaume et de son évolution. Or Frédéric, habité de soucis avant tout politiques et fiscaux qui, au mieux, le conduisaient à une sorte de colbertisme avant la lettre, était, comme l’ensemble de ses contemporains, manifestement incapable d’apprécier une conjoncture économique, que nous parvenons aujourd’hui à reconstituer dans ses grandes lignes. Le royaume de Sicile, comme pratiquement tout l’Occident et – on le sait depuis peu grâce notamment aux travaux de Jacques Lefort – les Balkans byzantins ont connu, après la très profonde dépression des VIe-VIIIe siècles, une croissance démographique ininterrompue jusqu’à la Peste Noire de 1348 : les soubresauts politiques et les guerres n’ont pas d’influence négative appréciable dans ce domaine.

8Cette croissance de la population s’est évidemment accompagnée d’une réoccupation systématique du territoire et d’une croissance de la production agricole qui en outre, grâce à d’évidents progrès de la productivité, permet non seulement de nourrir une population plus nombreuse, mais encore d’exporter : au XIIIe siècle surtout, le royaume devient l’un des grands pourvoyeurs en céréales des grandes villes de l’Italie centro-septentrionale.

  • 8 Voir J.-M. Martin, « Fiscalité et économie étatique dans le royaume angevin de Sicile à la fin du X (...)
  • 9 Voir J.-M. Martin, « Les structures économiques du royaume à l’époque normande », in Unità politica (...)

9Mais, pour des raisons complexes qui ne sont pas vraiment élucidées, seul le secteur agricole se développe vraiment. En outre, la croissance démographique fait qu’au XIIIe siècle la partie continentale du pays est près d’atteindre un point de saturation et commence à être surpeuplée au regard de ses possibilités économiques ; la situation est moins claire en Sicile, qui finit sous Frédéric II de perdre sa population musulmane, et continue d’attirer des immigrants de l’Italie continentale. Il faut en tout cas retenir que l’accroissement de la ponction fiscale qui accompagne la constitution et le développement de l’État « moderne » survient à un moment où elle est, en quelque sorte, concurrencée par les limites de la croissance ; tel est le cas sous Frédéric II et, plus nettement encore, à l’époque angevine8. Pour ces deux raisons, un rappel de la situation antérieure paraît nécessaire9.

L’économie du royaume de Sicile au XIIe siècle

10La production agricole des diverses régions du royaume est évidemment tributaire de la géographie, dans un pays qui s’étire des Abruzzes à Malte et que son armature montagneuse rend passablement accidenté : y coexistent des zones de collines et de plateaux (en général les plus anciennement mises en valeur), des plaines en partie marécageuses qui ne sont guère réoccupées avant la fin du XIe ou le XIIe siècle, enfin des zones de hautes montagnes impropres à l’agriculture et même au peuplement. La dorsale montagneuse oppose en outre un versant occidental bien arrosé et un versant oriental où la sécheresse est encore renforcée, en Pouille, par la présence de vastes plateaux calcaires.

11La mise en valeur médiévale a commencé à une époque où le pays était partagé entre dominations différentes, qui ont légué aux régions des réseaux d’habitats de différents types, mis en place à partir du Xe siècle : la population rurale de la Sicile musulmane était dispersée en petits habitats (manzil en arabe, casale en latin) ; sur le territoire des principautés lombardes, on assiste, comme dans le Latium, à un mouvement d’incastellamento qui permet aux seigneurs de regrouper les paysans dans des villages fortifiés ; enfin, dans la Pouille et la Calabre sous domination byzantine, naissent des villages généralement non fortifiés, alors que les autorités impériales construisent des villes murées. Les Normands complètent ces réseaux en fondant de nouveaux villages fortifiés, mais aussi de petits hameaux non fortifiés (casalia), notamment dans les zones de plaine qui ne se développent qu’alors : le Tavoliere se couvre de casalia qui ensuite se hiérarchisent, certains, comme Foggia, devenant des villes importantes.

  • 10 Voir J.-M. Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, 1993, p. 292-324.

12La structure de la propriété foncière varie également. Dans les principautés lombardes, les grandes abbayes ont concédé, depuis le Xe siècle, par contrats de livello, de nombreuses terres à des paysans qui en sont devenus quasi-propriétaires. Dans la Calabre byzantine, on rencontre une très grande propriété, notamment ecclésiastique, alors que, dans la Pouille byzantine, c’est la petite ou moyenne propriété qui domine sans partage. D’où des adaptations différentes de la seigneurie importée par les Normands, plus foncière en Calabre, plus orientée vers le prélèvement des droits publics en Pouille, où on impose même des banalités à la manière de la France du Nord10.

13En outre, on l’a dit en introduction, les conditions de la conquête normande introduisent une nouvelle fracture entre le comté de Sicile et Calabre et le reste du pays, duché de Pouille et principauté de Capoue. Dans le Sud, le comte (puis le roi) est le seigneur le plus important et sans doute le plus gros producteur ; son rôle économique déborde en effet largement le cadre fiscal, auquel se réduit au contraire celui du souverain dans bien des régions du Nord.

  • 11 C. Minieri Riccio, Saggio di codice diplomatico formato sulle antiche scritture dell’Archivio di St (...)
  • 12 Bénévent, Museo del Sannio, fondo di S. Sofia II, 16.

14La fiscalité semble relativement homogène ; l’élément essentiel en est le plateaticum, d’origine lombarde, qui pèse sur les transactions commerciales et correspond à peu près au tonlieu du monde franc ; il est perçu par le roi sur l’ensemble du domaine, par les comtes et les barons dans les « fiefs enregistrés » (feuda quaternata). En 1187, pour favoriser le commerce intérieur, Guillaume II abolit de nombreux péages11. Le roi et les principaux seigneurs disposent encore d’autres droits indirects sur l’activité portuaire, les poids et mesures, l’utilisation des zones incultes et aquatiques, et aussi de droits de justice ne concernant que la basse justice civile qui n’est pas confiée aux justiciers royaux. Enfin, l’aide féodale, importée par les Normands, n’est considérée, à notre connaissance, comme un impôt direct général qu’à une occasion : pour financer des expéditions navales de Guillaume II12.

  • 13 L. Travaini, La monetazione nell’Italia normanna, Rome, 1995 ; J.-M. Martin, La Pouille…, p. 443-48 (...)

15Ajoutons que le roi est seul, dans le royaume, à battre monnaie ; mais il a hérité, dans ce domaine aussi, de traditions disparates. Si, depuis le milieu du XIIe siècle, le tarin d’or de Sicile à légende arabe court dans tout le royaume, les monnaies d’or de bas aloi (tarins de Salerne et d’Amalfi) ou d’argent ne circulent que dans des zones restreintes ; en Pouille, le ducat d’argent de Roger II et de Guillaume Ier est remplacé, dans les années 1160, par le denier de Provins, signe de relations actives avec la France du Nord, mais aussi preuve que la monnaie royale ne parvient pas à couvrir les besoins de la population, ce dont on trouve des confirmations : Lucia Travaini et moi-même sommes arrivés séparément à la même conclusion par des voies différentes13.

16En dépit de quelques faiblesses, le XIIe siècle marque une sorte d’apogée de la croissance. C’est alors que les derniers grands défrichements mettent en valeur les plaines littorales, comme le Tavoliere. L’extension de la surface cultivée et l’accroissement de la productivité aboutissent à une croissance de la production agricole sans doute supérieure à celle de la population. Des progrès de la productivité, on ne saisit que quelques aspects : extension de la culture dérobée des légumineuses, usage peut-être plus systématique du sarclage et du hersage, possible extension des cultures irriguées. En outre, l’occupation de l’ensemble du territoire se traduit par l’achèvement d’un réseau complet d’habitats groupés, dont les territoires jointifs couvrent l’ensemble du pays ; chacun est peuplé d’une universitas (communauté d’habitants), cellule sociale et fiscale de base du royaume, et doté d’une baiulatio, administration locale à compétences fiscales.

  • 14 J.-M. Martin, La Pouille …, p. 377-384 ; Id., Foggia medievale, Galatina, 1998.

17À l’intérieur de chaque territoire villageois, la production tend à se rationaliser, soit par la constitution de terroirs homogènes, comme en Pouille, soit par la pratique de la coltura promiscua, adaptée au climat humide de la Campanie ; dans tous les cas, l’organisation de l’espace agricole préserve une zone de jardins près de l’habitat et une zone inculte – parfois très vaste dans les régions montagneuses – à la périphérie ; considérée comme publique (c’est-à-dire, selon les cas, royale ou seigneuriale), cette zone sert, moyennant redevances, de terrain de pâture et de réserve de bois ; mais on a montré que la grande transhumance, l’une des activités économiques essentielles de l’Italie méridionale à l’époque moderne (comme déjà sous l’Empire romain), ne s’était pas organisée avant le XIVe et surtout le XVe siècle14.

18Enfin, chaque région tend à se spécialiser dans les productions les mieux adaptées à ses caractères physiques. En Sicile, les musulmans ont apporté le palmier-dattier, la canne à sucre (ces cultures cessent sous le règne de Frédéric II avec le dernier exode des musulmans), le coton, les agrumes (que les Amalfitains acclimatent à leur tour) ; les Byzantins ont introduit le mûrier en Calabre. Si les céréales principales – blé et orge d’hiver – croissent partout, les régions humides du Nord-Ouest produisent également d’autres céréales, ainsi que des quantités importantes de légumineuses et de lin. La vigne pousse partout ; en Campanie, on la cultive dans le cadre de la coltura promiscua, accrochée à des arbres (parfois à des pieux) dans des champs de céréales ; en Pouille, elle est cultivée seule. Enfin l’arboriculture tient une place importante. En Campanie, depuis le début du XIe siècle, on a sélectionné des variétés de châtaigniers dont les fruits comestibles sont séchés selon une technique encore récemment utilisée en Corse ; on cultive aussi le noisetier. En Pouille, c’est surtout au XIIe siècle que la culture de l’olivier se développe sur les bas plateaux calcaires.

  • 15 Voir H. Bresc, « La pêche dans l’espace économique normand », in Terra e uomini nel Mezzogiorno nor (...)

19Enfin les côtes du royaume, particulièrement étendues, produisent sel et poisson. Si la Sicile et la Calabre ont des mines de sel gemme, le sel vient surtout des marais salants de Pouille (où se trouve encore aujourd’hui, à Margherita di Savoia, le plus gros centre de production d’Italie). Les zones de pêche, comme les zones incultes, sont publiques. En Sicile et en Calabre méridionale, on pêche le thon dans des madragues fixes ; dans les régions plus septentrionales, on pêche surtout autour des lagunes et des embouchures des fleuves ; les principaux points de production sont encore en Pouille, autour des lacs de Lesina et de Varano, où on prend notamment des anguilles au moment de leurs migrations, et où les grandes abbayes méridionales possèdent des pêcheries dès le VIIIe siècle, ainsi que sur le Mare Piccolo de Tarente15.

  • 16 J.-M. Martin et G. Noyé, La Capitanata nella storia del Mezzogiorno medievale, Bari, 1991, p. 97-13 (...)

20Mais il ne s’agit que de produits bruts. Certes, des activités de transformation sont attestées, telles la teinture et l’apprêt des tissus, activités réservées aux juifs (sans doute à cause du caractère répugnant de ces tâches), ou la production de céramique16 ; mais elles n’alimentent guère de courants d’exportation. Dès le XIIe siècle, le royaume exporte des produits bruts et importe des produits fabriqués.

  • 17 M. Del Treppo et A. Leone, Amalfi medioevale, Naples, 1977.

21Car le pays est ouvert au grand commerce. Les techniques financières font de grands progrès au XIIe siècle ; certaines villes portuaires (Barletta, Brindisi, Messine) commencent à prendre une place importante. À Amalfi, qui était déjà au Xe siècle l’un des tout premiers ports méditerranéens, s’ajoutent, sur la Tyrrhénienne, Gaète, Salerne, Naples même. Le royaume est en relations fréquentes avec pratiquement toute la Méditerranée : côte dalmate, Constantinople, Terre sainte, Égypte, Afrique du Nord, Italie septentrionale. Mario Del Treppo, dans un livre désormais classique17, a montré que le commerce amalfitain, surtout connu pendant le haut Moyen Âge, ne déclinait pas ensuite ; il tend au contraire à s’accroître, mais cet accroissement est sans commune mesure avec celui des ports de l’Italie du Nord, Venise, Gênes ou Pise. Nous pensons que ce schéma peut être considéré comme valable à l’échelle du royaume. Aussi la part des hommes d’affaires du Nord dans le commerce du royaume tend-elle à s’accroître : au tournant des XIIe et XIIIe siècles, Malte et Syracuse passent, un temps, sous la coupe de comtes génois ; les Vénitiens et même les Toscans commencent à s’intéresser au royaume.

  • 18 HB, IV-1, p. 309 sqq.

22Mais quelques signes montrent que l’activité des régnicoles est loin d’être nulle : en 1232, on leur interdit d’introduire à Venise des produits qui ne viennent pas du royaume18, ce qui signifie que des hommes d’affaires méridionaux étaient capables de servir d’intermédiaires commerciaux hors de leur pays et même à Venise.

23Au total, l’essor économique du royaume au XIIe siècle est comparable à celui de bien d’autres régions de l’Occident. L’État remplit son rôle en émettant de la monnaie et en garantissant la paix publique ; dans les régions septentrionales du moins, il n’intervient pas directement comme agent économique, alors qu’il est certainement un producteur agricole important en Sicile et en Calabre. Toutefois le tableau comprend quelques zones d’ombre : quantité insuffisante de monnaie en circulation, faiblesse des activités de transformation. Ces carences sont particulièrement sensibles à un moment où la population continue de croître alors que l’essor de la production commence à atteindre ses limites.

Le XIIIe siècle : les problèmes de la croissance

  • 19 P. Toubert, « Paysages ruraux et techniques de production en Italie méridionale dans la seconde moi (...)
  • 20 J.-M. Martin, « La colonie sarrasine de Lucera et son environnement. Quelques réflexions », in Medi (...)

24Le premier problème que nous voulons aborder à propos de l’époque frédéricienne est purement économique et ne fait pas encore intervenir l’État. La poursuite de la croissance démographique commence à entraîner des phénomènes de relative surpopulation et, indirectement, des désordres écologiques. Dès la fin du XIIe siècle, Pierre Toubert a remarqué qu’on utilisait de plus en plus souvent des diminutifs pour désigner des parcelles agricoles dont la taille moyenne tendait à se restreindre19. La plaine du Tavoliere, colonisée au XIIe siècle, donne dès l’époque de Frédéric II l’impression d’être surpeuplée : l’installation par l’empereur, dans les années 1220, à Lucera, d’un important groupe de musulmans déportés de Sicile occidentale entraîne l’abandon de plusieurs habitats mineurs voisins, et on a montré que ce fait était moins dû à une hostilité systématique qu’au besoin de terres d’une population à laquelle celles de la cité ne suffisaient pas20. Dans une région voisine, la petite cité perchée de Cannes disparaît alors, sa population étant absorbée par le port dynamique de Barletta : la surpopulation se traduit parfois, paradoxalement, par des désertions (encore rares) d’habitats, parfois également provoquées par la politique impériale qui déplace des hommes, nous y reviendrons.

  • 21 A.-M. Caplet, Regesti Bernardi I abbatis Casinensis fragmenta…, Rome, 1890, no 83, 86 et 91.

25L’ensemble des zones cultivables étant désormais occupé, on se tourne vers des terres marginales : autour du Mont-Cassin, en 1270, on pratique la culture sur brûlis en montagne21 ; c’est sur le haut plateau inculte des Murge que Frédéric II fonde la ville neuve d’Altamura.

  • 22 C. Minieri Riccio, Saggio…, no 19, p. 28-29.
  • 23 J.-M. Martin et G. Noyé, « Les campagnes de l’Italie méridionale byzantine (Xe-XIe siècles) », Méla (...)
  • 24 RCA, III, 209, p. 138-139 et 102, p. 111-112.
  • 25 RCA, XIV, 372, p. 224.
  • 26 J.-M. Martin, « Les villes neuves en Pouille au XIIIe siècle », Journal des Savants, 1995, p. 121-1 (...)
  • 27 HB, V-2, p. 907 sqq. ; J.-M. Martin, Les Actes de l’abbaye de Cava concernant le Gargano (1086-1370 (...)

26Il faut évidemment mettre en rapport avec la surpopulation et la surexploitation du sol de graves phénomènes écologiques. Pendant la première moitié du XIIIe siècle, le lit inférieur du Bradano se déplace22 ; non loin de là, le Basento provoque un important alluvionnement sur le site de Torre a Mare, près de Métaponte23 ; un peu plus tard, en 1270, une crue de l’Ofanto emporte le pont de Cannes et d’autres sont observées dans la région de Salerne24 ; en 1277, le bas Ofanto change de lit25. La cité de Siponto, sur la côte du Tavoliere, accidentellement détruite en 1154-1155, est rebâtie au début du XIIIe siècle ; mais en 1260 on doit déplacer ses habitants sur le nouveau site de Manfredonia, à quelques kilomètres, car le petit golfe qui abritait son port s’envase : ce phénomène n’apparaissait donc pas un demi-siècle plus tôt26. Il semble encore que le lac Fucin, dans les Abruzzes, comme le petit lac de Sant’Egidio, dans le Gargano, se remplissent de nouveau au XIIIe siècle27.

  • 28 Voir J.-M. Martin, « Città e campagne : economia e società (secc. VII-XIII) », in Storia del Mezzog (...)
  • 29 J.-M. Martin, « Le travail agricole : rythmes, corvées, outillage », in Terra e uomini…, p. 113-157 (...)

27Dernier type de surpopulation : la dégradation de la condition paysanne dans le Nord et l’Ouest du pays. En Campanie et dans les Abruzzes, les seigneurs étendent leurs réserves, sans doute pour mieux s’insérer dans les circuits commerciaux, et soumettent certains paysans à de lourdes corvées28 ; en Sicile, au contraire, région qui s’est sans doute dépeuplée, les corvées s’allègent au XIIIe siècle29.

  • 30 J.-M. Martin, « Les villes neuves… », p. 139 ; RCA, XVIII, 719, p. 358.
  • 31 J.-M. Martin, « Le travail agricole… », p. 117-118.
  • 32 Ibid., p. 122-123.

28Cette surpopulation n’est pas encore dramatique et le royaume est, sous le règne de Frédéric II comme à l’époque angevine, un gros exportateur, notamment de céréales vers l’Italie du Nord et l’Afrique du Nord. Il est vrai qu’on devine encore quelques progrès techniques : c’est au début de l’époque angevine qu’on rencontre les premières mentions claires d’une rotation triennale des cultures, qui doit entraîner une augmentation substantielle de la productivité30 ; l’avoine semble faire son apparition dans plusieurs régions (Capitanate, Campanie, Sicile)31 ; dans la Terre de Bari, il semble qu’on plante les oliviers, alors qu’autrefois on greffait des oléastres ; l’olivier se répand dans certains secteurs de la Campanie et de la Capitanate32. Il est donc probable que la production continue de croître légèrement, mais cette croissance atteint ses limites.

  • 33 A. Pratesi, Carte latine di abbazie calabresi provenienti dall’Archivio Aldobrandini, Cité du Vatic (...)
  • 34 J.-M. Martin, « Città e campagna… », p. 335.
  • 35 HB, V-1, p. 424 sqq.
  • 36 J.-M Martin et G. Noyé, La Capitanata…, p. 114-135.

29Quant à l’activité manufacturière, elle ne semble guère progresser : seules des mines de fer sont attestées en Calabre33, où des mines de plomb argentifère seront exploitées au début de l’époque angevine ; à la même époque, on exploite également l’alun et le soufre à Ischia, le soufre à Pouzzoles. Les battinderia (moulins à marteau ou à battoir), attestés à la fin du XIIe siècle34, peuvent, entre autres, servir à la métallurgie, qui paraît se développer pour l’usage interne, notamment dans l’industrie d’armement : le fer, l’acier et le bronze sont au nombre des produits dont Frédéric II réserve en 1231 le commerce à l’État, et l’empereur veut installer une fonderie à Naples35, où une fabrique de matériel de guerre est bien attestée sous Charles d’Anjou. La production de céramique glaçurée se développe dans certaines régions continentales du royaume36. Mais au total, les nouveautés sont rares. L’économie du royaume, dans l’ensemble normalement développée, conserve toutefois ses faiblesses structurelles dans une conjoncture plus difficile.

Frédéric II, la fiscalité et l’économie

  • 37 Voir Die Staufer im Süden, Sizilien und das Reich, Th. Kölzer (dir.), Sigmaringen, 1996.
  • 38 Voir J.-M. Martin, « Fiscalité… ».

30L’État, au contraire, après le quart de siècle d’anarchie qui correspond à la minorité de Frédéric II37, est rapidement reconstruit au lendemain du retour de l’empereur, à la fin de l’année 1220. Dès ce moment, Frédéric II tend à renforcer son rôle économique. Mais c’est en 1231, avec la promulgation des nova statuta, que l’État élargit sa place dans le domaine proprement économique ; nous pensons, comme nous l’avons déjà dit, que les mesures prises alors à l’échelle du royaume étaient inspirées de la situation déjà existante en Sicile et en Calabre ; mais la nature même de l’État en est transformée. Notons qu’elle l’est à un moment de paix : le renforcement du rôle économique de l’État nous semble donc devoir être porté au crédit de l’idéologie de l’empereur, de la vision qu’il a de son propre rôle ; remarquons encore qu’alors la collecta generalis, l’impôt direct sur la fortune, reste exceptionnel : l’empereur et l’État devaient normalement être capables de vivre de la simple perception des taxes indirectes – anciens droits et nova statuta. La collecta generalis ne devient annuelle qu’à partir de 1235, mais les quinze dernières années du règne sont marquées par la guerre ; or on n’est pas sûr que l’économie et la fiscalité de guerre aient correspondu à l’idéal du souverain. Toutefois l’impôt direct est assez rapidement entré dans les mœurs pour que les Angevins, tout en promettant régulièrement de l’abolir, en aient fait l’une des bases les plus solides et les plus régulières de leur puissance38.

Le rôle traditionnel de l’État

  • 39 L. Travaini, « La monnaie à l’époque de Frédéric II », p. 115 de cet ouvrage.
  • 40 Ryccardi de Sancto Germano notarii Chronica, C. A. Garufi (éd.), in Rerum Italicum Scriptores, Nova (...)

31Pour respecter cette évolution, commençons par analyser les aspects les plus traditionnels du rôle économique du souverain et de l’État, et d’abord l’émission de monnaie, dont parle avec plus de compétence Lucia Travaini39 : nous nous contenterons de quelques considérations tirées principalement de la lecture des actes de la pratique. Durant son bref règne sicilien (1194-1197), Henri VI, père de Frédéric II, a confié au nouvel atelier monétaire de Brindisi la frappe de deniers et demi-deniers d’argent de bas aloi, monnaie semblable à celle qui circulait dans le reste de l’Occident, tout en conservant le tarin d’or de Sicile et les tarins dévalués d’Amalfi et de Salerne. En 1222, Frédéric II arrête définitivement la frappe des tarins d’Amalfi et, vers le même moment, de ceux de Salerne, ne laissant en place que le tarin d’or et le denier ; celui-ci est encore dévalué en 1223 et en 123840. Enfin, en 1231 (l’année du Liber Augustalis et des nova statuta), il frappe une nouvelle pièce d’or de prestige, à valeur essentiellement idéologique, l’augustale d’or valant 7,5 tarins (un quart d’once de tarins), remarquable à la fois par son aloi et par sa symbolique impériale et antiquisante.

32Au total, Frédéric II a achevé l’unification monétaire du royaume (qui conserve toutefois un atelier à Messine pour le Sud et un à Brindisi pour le Nord), lui donnant un système bimétallique fondé sur le tarin et le denier. En outre, l’unification des poids et mesures du royaume fait qu’à partir de 1232 l’once d’or (30 tarins), généralement pesée, l’est partout au pondus generale Regni. Mais le système bimétallique souffre des dévaluations du denier (l’aloi du tarin restant au contraire parfaitement stable pendant deux siècles, de Robert Guiscard à Charles d’Anjou). C’est sans doute pourquoi les deniers sont rarement cités dans les chartes, qui au contraire, à partir des années 1230, utilisent une nouvelle unité de compte : le grain d’or, qui équivaut au vingtième du tarin ; une telle quantité d’or (environ 0,045 gramme), bien trop faible pour pouvoir être monnayée, sert sans doute à exprimer dans une monnaie de compte stable des sommes qui en réalité sont réglées en deniers dévalués.

33La relative famine monétaire observée à la fin du XIIe siècle ne semble pas s’aggraver, en dépit des énormes ponctions fiscales effectuées par l’État, dont le produit est essentiellement dépensé hors du royaume, nous y reviendrons. Il est possible que la vente de céréales en Afrique du Nord ait permis à la Sicile de continuer à s’approvisionner en or saharien ; mais la monnaie d’argent se dévalue considérablement.

34Le royaume de Sicile constitue la source pratiquement unique de financement de la grande politique frédéricienne, qu’il s’agisse de la croisade de 1228-1229 ou des guerres contre le pape et les communes lombardes. D’où la progression de la fiscalité, qu’elle soit dictée par l’idéologie impériale ou, de plus en plus à mesure qu’on avance dans le règne, qu’elle soit commandée par les besoins pressants de la guerre.

  • 41 J.-M. Martin, « L’administration du royaume entre Normands et Souabes », in Die Staufer im Süden…, (...)
  • 42 HB, II-1, p. 188 sqq.
  • 43 Ryccardi de Sancto Germano notarii Chronica.

35Lors de son retour dans le royaume, en 1220, Frédéric II commence par restaurer l’administration judiciaire et fiscale (cette dernière avait disparu, sauf à l’échelon local)41 ; dès 1221 toutefois, il évoque l’éventualité de generales subventiones42 ; il taxe d’un dixième les revenus laïques et d’un vingtième les ecclésiastiques pro subsidio Terre Sancte et lève des subventions générales en 1223, 1226, 1227, 123143. L’augmentation de la pression fiscale n’est encore qu’occasionnelle, mais elle est réelle.

36En 1231 au contraire, les nova statuta (dont la promulgation coïncide avec celle du Liber Augustalis) élargissent durablement et considérablement la fiscalité indirecte. Ils réservent à la curia le monopole de la vente (mais non de la production) du sel, du fer, de l’acier, du bronze et de la soie ; des magasins publics (fundica) recevront, pour les taxer, les produits mis en vente ; de nouveaux droits sont imposés sur les poids et mesures, le change, l’abattage des animaux ; ils ne sont pas soumis (comme l’étaient les anciens) à la dîme ecclésiastique au bénéfice des cathédrales ; ils sont détachés de la baiulatio et confiés à de nouveaux agents (procuratores demanii, fundicarii, etc.). La mise en place de la nouvelle fiscalité est confiée à quelques hommes de confiance : le logothète André en Pouille, Angelus de Marra en Campanie, Matheus Marclafaba, secretus de Messine, en Sicile et en Calabre.

  • 44 D. Girgensohn et N. Kamp, « Urkunden und Inquisitionen der Stauferzeit aus Tarent », Quellen und Fo (...)
  • 45 HB, V-1, p. 506 sqq., p. 632 sqq. ; V-2, p. 934 sqq., p. 982 sqq., et p. 741 sqq.

37Au même moment, la politique de revocatio vise à faire revenir dans le domaine royal des terres et surtout des hommes qui lui avaient échappé pendant la période d’anarchie. Les deux opérations aboutissent à faire participer directement l’État aux activités économiques. Des enquêtes concernant la dîme due aux Églises nous donnent une idée du montant des taxes indirectes44. On sait en outre qu’en 1239 la taxe sur l’exportation du blé de Sicile est d’un tiers du prix : l’empereur la trouve exagérée et la ramène à un cinquième ; au port du Garigliano, en Campanie, elle n’est que d’un septième45.

  • 46 E. Maschke, « Die Wirtschaftspolitik… » ; voir Winkelmann, I, 786 (1231).

38Quant aux monopoles commerciaux, ils laissent à la curia de substantiels profits : le gros sel doit être revendu pour quatre fois le prix d’achat, le sel fin pour six fois, le prix du fer n’augmentant que d’une fois et demie46.

  • 47 HB, V-1, p. 17 sqq. ; VI-2, p. 901 sqq.
  • 48 J.-M. Martin, « Fiscalité… », p. 617.

39Enfin, sans doute sous la pression des événements politiques, à partir de 1235 la collecte générale devient un impôt annuel ; à partir de 1239, elle pèse même sur les biens des églises, qui doivent en outre en 1241 « prêter » leurs trésors à l’empereur. Celui-ci semble toutefois, comme ses contemporains, considérer cette pratique comme exceptionnelle : en 1241, il dit ne la lever que « malgré lui » (inviti) et, dans son testament, il demande à ses successeurs d’abandonner cet impôt ignoré des rois normands47. Pour conquérir le royaume, Charles d’Anjou devra promettre au pape d’en revenir à la fiscalité de Guillaume II ; à San Martino, le 30 mars 1283, Charles II reprend cette promesse et, en 1285, Honorius IV rappelle que l’aide féodale est limitée aux quatre cas classiques48. Mais l’impôt direct annuel est devenu strictement indispensable à l’État.

  • 49 HB, V-2, p. 724 sqq. et p. 1058 sqq.

40On possède quelques chiffres le concernant. Chaque hiver, normalement, l’empereur demande la reconduction des sommes de l’année précédente (réparties par province). Mais il doit parfois les modifier : en février 1240, il souhaite qu’on se montre plus strict, alors qu’en 1241 il décide de demander moins49. Le montant global prévu en 1238 est de 102 000 onces d’or (plus de 1 800 kilogrammes d’or pur) ; en 1241 il baisse à 60 800 onces (930 kilogrammes), mais en 1248 il atteint 130 000 onces (2 340 kilogrammes). Si on adopte un chiffre moyen de 1,5 tonne d’or par an, l’État aurait pris à ses sujets, par le seul biais de la subvention générale, 22,5 tonnes d’or en quinze ans.

  • 50 Ibid., VI-1, p. 249 sqq.
  • 51 Ibid., V-2, p. 801 sqq.
  • 52 Ibid., V-1, p. 527 sqq.
  • 53 Ibid., VI-2, p. 633 sqq. (1248).
  • 54 Ibid., IV-2, p. 780 sqq. ; J.-M. Martin, Le Cartulaire de S. Matteo di Sculgola en Capitanate (Regi (...)

41La collecte ou subvention générale n’est, au demeurant, que l’élément central d’une fiscalité directe qui tend à proliférer : une contribution particulière est prévue en 1245 pour le mariage de Marguerite, fille de l’empereur50 (l’un des quatre cas de l’aide) ; en 1240, Henri, roi de Sardaigne, fait une collecte à Naples51. S’y ajoutent encore des contributions « volontaires » : ainsi, en 1239, pour la construction du château de Catane, les hommes de la cité offrent 200 onces et un particulier, Trogisius de Caltagirone, 160 autres52 ; elles sont parfois défalquées de la subvention générale53. On doit encore signaler de très lourdes taxes punitives : en 1235, Troia doit verser 3 400 onces, Foggia 3 60054.

  • 55 HB, VI-1, p. 390 sqq.
  • 56 Ibid., p. 359 sqq.
  • 57 A. Pratesi, Carte latine…, no 183.

42À partir de 1239, on l’a dit, les églises sont également taxées ; en fait, la lutte entre le pape et l’empereur rend vacants des sièges épiscopaux et abbatiaux de plus en plus nombreux, et les églises sont alors directement administrées par l’État. En 1245, Frédéric II, qui utilise le thème grégorien de la forma primitive Ecclesie au sens strict, voulant réduire les clercs à la pauvreté55, décide de saisir le tiers des revenus ecclésiastiques56. En 1258 (après la mort de l’empereur), l’abbé de S. Angelo di Frigillo, en Calabre, doit vendre deux cents brebis et deux cents agneaux pour le prix de douze onces, afin de payer la collecte57.

  • 58 HB, VI-1, p. 361 sqq.

43Il faut ajouter que la fiscalité sicilienne ne suffit pas à financer la politique impériale : à partir de 1239 au moins, l’empereur contracte de très nombreux emprunts (à taux très élevé) ; en septembre 1245, il avoue que les trésors du royaume s’épuisent et il envisage de demander une contribution aux églises de l’Empire58.

  • 59 Ibid., p. 16 sqq.

44Pour évaluer la portée économique de tels prélèvements, il faudrait savoir précisément à quoi ils ont servi. Certes, les taxes indirectes, affermées, rapportent aux fermiers une bonification qui, a priori, reste dans le royaume et peut être réinvestie. Mais l’argent de l’État est, semble-t-il, assez peu réinvesti sur place (si ce n’est, sans doute, dans les massarie et les centres d’élevage de chevaux) ; il sert surtout à faire la guerre et doit donc, pour l’essentiel, être dépensé en Lombardie : à la fin de 1241, l’empereur reconnaît que la victoire de Faenza a épuisé son trésor59.

L’État producteur et marchand

45Comme tous les souverains, l’empereur bat monnaie ; plus que les autres, il prélève des impôts. Mais il joue aussi – et c’est là une originalité du royaume – un rôle économique direct, lié à l’extension particulière du domaine, qui s’accroît encore considérablement à partir de 1231.

  • 60 HB, III, p. 157 sqq.
  • 61 Ibid., V-1, p. 343 sqq.
  • 62 Ibid., p. 437 sqq.

46Non seulement les nova statuta lui réservent quelques monopoles commerciaux, mais le territoire même du domaine – et de sa part en gestion directe – augmente. La plupart des comtés sont supprimés et les revenus comtaux vont donc au souverain. L’État confisque, pour raisons politiques, les nombreux biens des hospitaliers et des templiers en 122960, ceux des clercs étrangers au royaume dix ans plus tard61, sans compter ceux de nombreux rebelles. Il administre, on l’a dit, les biens des églises vacantes : c’est déjà le cas, en 1239, de trente et une cathédrales et de six abbayes62.

47Enfin, à partir de 1231, l’empereur mène une politique systématique de revocatio, de retour forcé au domaine de biens et d’hommes qui en avaient été distraits pendant la période anarchique de sa minorité. Cette politique aboutit notamment à des tentatives de déplacement forcé des hommes vers les villes neuves prévues par l’empereur (Gela et Augusta en Sicile, Altamura en Pouille, d’autres qui n’ont pas duré) ou, en Capitanate, vers les nova imperialia casalia qui flanquent ses domus solatiorum et ses massarie. Les effets de telles déportations sont rarement heureux.

48L’extension du domaine vise sans doute et aboutit en tout cas à donner à la curia dans les provinces du Nord un rôle économique comparable à celui qui était déjà le sien en Sicile et en Calabre. Ce rôle est encore accru par les nouveaux monopoles : on n’est donc pas surpris que l’État, producteur et percepteur, qui a en outre de gros besoins d’argent, se fasse aussi commerçant.

49Après la mise en place des procuratores chargés du domaine et des nova statuta, les camerarii sont restaurés en 1247 pour s’occuper de la fiscalité indirecte d’époque normande ; sous le règne de Manfred, après une brève éclipse, la charge de secretus (héritière de la dohana de secretis normande) est rétablie en Sicile, puis étendue sur le continent, où elle remplace celle de camerarius : ce sont bien, finalement, les héritiers de la vieille administration d’inspiration fatimide qui lèvent les anciennes taxes indirectes dans tout le royaume, mais désormais en qualité de fermiers. Sous l’autorité des magistri procuratores demanii, des magistri camerarii (puis des secreti), des magistri portulani (qui s’occupent des ports), dont la compétence est régionale, des cohortes d’agents et surtout de fermiers des droits indirects se multiplient aux niveaux provincial et local.

50En fait, la gestion du domaine est complexe. L’affermage n’en est qu’une des modalités possibles, à côté de la location et de l’appointement direct d’agents rémunérés ; souvent, l’empereur laisse à ses représentants le choix de la méthode la plus rentable. Il semble toutefois que les fiefs vacants d’une part, les massarie et centres d’élevage de chevaux de l’autre, échappent à l’affermage.

  • 63 Ibid., p. 42, p. 474 sqq. et p. 512.

51On est frappé, à lire le registre conservé des mandements de l’année 1239-1240, par le nombre élevé de questions domaniales subalternes directement réglées par l’empereur : amélioration du vignoble du château de Somma, ordre de vendre des arbres cassés par le vent dans un bois63. Nous proposons à cette apparente centralisation extrême des décisions économiques une double explication : idéologique d’une part, l’empereur devant être un gestionnaire attentif de son domaine ; institutionnelle d’autre part : l’extension très rapide du domaine a obligé à mettre en place des modes de gestion variés, confiés à des fermiers ou agents qu’il faut sans cesse surveiller. Une telle minutie au plus haut niveau ne nous semble en tout cas pas le signe d’un très bon fonctionnement.

  • 64 Ibid., p. 627 sqq.
  • 65 Ibid., V-2, p. 884.
  • 66 Ibid., p. 692 sqq. et p. 865.
  • 67 Ibid., p. 887 et p. 810 sqq.
  • 68 Ibid., p. 889.
  • 69 Ibid., p. 892 sqq.
  • 70 HB, p. 738 sqq.

52L’un des points les plus originaux est la création, presque à partir de rien, dans certaines provinces du Nord, d’un secteur domanial en faire-valoir direct composé des massarie agro-pastorales, des haras et des marescalle (centres d’élevage des chevaux). Ces organismes, à vrai dire, sont beaucoup mieux documentés au début de l’époque angevine que sous le règne de Frédéric II. On s’aperçoit alors que ces trois types d’entreprises impériales sont concentrés dans quelques régions : en Sicile et en Calabre, où on les suppose d’origine normande, et dans les quatre provinces de Pouille (Capitanate surtout, Basilicate ensuite, partie intérieure de la Terre de Bari et Terre d’Otrante enfin), où l’empereur les a implantées alors qu’il y multipliait ses propres résidences, essentiellement situées en Capitanate pour l’hiver, en second lieu en Basilicate pour l’été. La filiation de la Sicile et de la Calabre à la Pouille, en tout cas, est nette : c’est au secretus de Messine (qui a autorité sur la Sicile orientale et la Calabre) que l’empereur demande d’envoyer mille bœufs et taureaux aux Sarrasins de Lucera64 ; il lui prescrit encore d’expédier cinq mille castrati de Calabre, mille vaches et six mille fromages de Sicile65. La Calabre a déjà en 1240 un provisor et magister super aratiis et marescallis et la Sicile un magister marescalle66. La Capitanate se voit doter d’un agent portant un titre semblable67, et on y crée un haras68. L’intérêt de l’empereur pour les animaux à valeur stratégique, dont l’exportation est interdite, va d’ailleurs plus loin : en 1240, un homme de Potenza a versé pour la collecte douze iumenta69 ; il va jusqu’à demander au secretus de Messine que tous les hommes possédant des juments les fassent couvrir un an sur deux par un cheval, l’autre année par un âne, pour avoir chevaux et mulets70.

  • 71 Ibid., p. 943 sqq.
  • 72 Winkelmann, I, 816.

53Il s’intéresse aux animaux non stratégiques : il fait envoyer de Calabre en Basilicate (sans doute pour les massarie) six mille brebis (plus dix mâles par centaine) et cinq cents vaches avec des taureaux71. En 1238, il n’hésite pas à demander au justicier de la Terre de Bari d’obliger les paysans à acheter des bœufs72.

  • 73 Voir J.-M. Martin, « Pouvoir, géographie de l’habitat et topographie urbaine en Pouille sous le règ (...)

54On ne sait rien de la gestion des massarie, haras et marescalle à l’époque frédéricienne. On pense évidemment que leur production vise alors en premier lieu à alimenter l’empereur et sa cour, qui résident très souvent en Capitanate ou en Basilicate. Il est probable que, comme plus tard à l’époque angevine, les entreprises agro-pastorales de la curia aient été dotées d’une organisation rationnelle et aient visé de hauts rendements. On doit toutefois noter qu’elles sont implantées dans des régions qui étaient déjà bien mises en valeur au début du XIIIe siècle. Répétons en outre que les profondes transformations que l’empereur fait subir à la Capitanate – dont il voulait manifestement faire une nouvelle Conca d’Oro – n’eurent pas que des effets positifs : ainsi, on l’a dit, l’installation des Sarrasins à Lucera. En outre, la volonté de l’empereur de créer de nouveaux centres de peuplement domaniaux a surtout abouti à l’abandon d’habitats préexistants : le casale de Fabrica, au sud-est de Foggia, disparaît ; des habitants de San Lorenzo in Carminiano, gros castrum de l’évêque de Troia situé dans la même région, sont déportés dans des nova imperialia casalia, notamment à Ordona, où coexistent une domus solatiorum de l’empereur et une massaria73.

  • 74 HB, V-1, p. 418 sqq.
  • 75 Ibid., p. 440 sqq.
  • 76 Ibid., IV-1, p. 537 sqq.
  • 77 Ibid., p. 462 sqq.

55Enfin l’empereur contrôle de près le commerce par les taxes qu’il perçoit, l’autorisation d’exporter qu’il donne ou refuse ; il s’y intéresse en outre en tant que producteur. Il est d’ailleurs convaincu de l’utilité du commerce, qui permet de faire baisser les prix74 ; il est vrai qu’il ne s’embarrasse pas de scrupules dans le cadre de ses monopoles : en 1239, le sel, trop cher, ne se vend pas75 ; en 1235, l’empereur fait rouvrir un marché que le justicier des Abruzzes avait interdit parce qu’on y vendait frauduleusement du fer et du sel76. En revanche, on a dit qu’il avait abaissé les taxes sur l’exportation des céréales (que Charles d’Anjou relèvera substantiellement). En 1234, sans doute sur le modèle des foires de Champagne, l’empereur prévoit un cycle annuel de sept foires (generales nundine) dans la partie continentale du royaume : du 23 avril au 3 mai à Sulmona (Abruzzes), du 22 mai au 8 juin à Capoue (Campanie), du 24 juin au 1er juillet à Lucera, du 22 juillet au 10 août à Bari, du 24 août au 8 septembre à Tarente en Pouille, du 21 septembre au 9 octobre à Cosenza, du 18 octobre au 1er novembre à Reggio en Calabre77 ; mais il ne semble pas que ce système ait jamais vu le jour.

  • 78 Winkelmann, I, 757.
  • 79 HB, IV-1, p. 309 sqq.
  • 80 E. Maschke, « Die Wirtschaftspolitik… », p. 318-319 ; HB, V-1, p. 422 et V-2, p. 955 sqq.
  • 81 Winkelmann, I, 758 ; HB, IV-1, p. 391 sqq.
  • 82 HB, IV-1, p. 464.
  • 83 Ibid., V-1, p. 583 sqq. et V-2, p. 899 sqq.

56Quant au commerce extérieur, il est évidemment tributaire en particulier de la politique. Pendant la période de paix du début des années 1230, l’empereur tend à favoriser les villes portuaires de l’Italie du Nord dans leur commerce avec le royaume ; en 1230, il autorise les Vénitiens à exporter de Pouille, jusqu’à la Saint-Pierre, divers produits agricoles (à l’exception des céréales, d’où sans doute la date limite), en payant les droits auxquels ils étaient soumis sous le règne de Guillaume II78. En 1232, il conclut un traité avec le doge Jacopo Tiepolo, autorisant dans le royaume le commerce des Vénitiens qui ne paieront, à l’importation comme à l’exportation, qu’un droit de 1,5 % sur le continent, d’une once par navire en Sicile ; à l’inverse, les régnicoles ne pourront importer à Venise que des produits du royaume79. Mais Venise s’allie ensuite au pape et tout contact avec la ville est interdit ; tout au plus en 1239 et 1240 autorise-t-on les régnicoles à y exporter blé et bétail à leurs risques et périls80. Les relations avec Gênes suivent un cours semblable81. En revanche Pise, dont la commune est favorable à l’empereur, reçoit en 1234 le droit de commercer dans le royaume, notamment à Palerme et à Messine82. Tout commerce est évidemment interdit avec la Campagne romaine83.

  • 84 Ibid., V-1, p. 418 sqq.
  • 85 Winkelmann, I, 839.
  • 86 HB, V-2, p. 780 sqq.
  • 87 Ibid., p. 677 sqq. et p. 993 sqq.

57Mais il est probable que l’empereur a voulu favoriser les exportations faites par ses sujets et par lui-même. En 1239, il ouvre au commerce (c’est-à-dire dote d’une administration fiscale) un certain nombre de nouveaux ports : Torre del Garigliano, Pouzzoles et Vietri sul Mare en Campanie, Bivona et Crotone en Calabre, Augusta et Trapani en Sicile, Torre a Mare en Basilicate, Rivoli et San Cataldo di Bari en Pouille, l’embouchure de la Pescara dans les Abruzzes84. Enfin la curia, productrice, devient exportatrice. En 1239, ordre est donné au secretus de Sicile de faire construire des bateaux, notamment pour transporter les productions de la curia85 ; en 1240 l’empereur demande à l’amiral Nicolino Spinola de faire en sorte que la curia ait en permanence dix vaisseaux à son service86 ; elle possède même des navires en commun avec des particuliers. On cherche surtout à exporter des céréales de la curia, mais aussi d’autres provenances : un prêt consenti à un marchand viennois est remboursé par l’octroi d’exporter sans taxe une certaine quantité de blé de Pouille87.

  • 88 HB, V-1, p. 524 sqq.
  • 89 Ibid., p. 571 sqq.
  • 90 Ibid., p. 586 sqq.
  • 91 Ibid., p. 640 sqq.
  • 92 Ibid., V-2, p. 792 sqq.
  • 93 Ibid., p. 979 sqq.

58Les activités marchandes de la curia sont bien connues par le registre de 1239-1240. À la fin de novembre 1239, l’empereur fait exporter des céréales de la curia en Barbarie, pour y acheter des léopards et des poulains88 ; le 15 février, il ordonne au secretus de Palerme de charger trois bateaux de la curia de froment de la curia (et éventuellement d’autre provenance, en en achetant)89. L’Aquila, navire de la curia, est allé à Acre vendre vin et céréales produits par la curia90 ; le 27 décembre, c’est sur des galères pisanes qu’on fait charger, à Naples, du froment de la curia91. Le 29 février, ayant appris que des Génois exportaient du blé sicilien en Tunisie, l’empereur prescrit qu’on ne laisse charger aucun bateau avant les siens propres92 ; en mai, la curia s’apprête à acheter du blé pour l’exporter93.

  • 94 E. Maschke, « Die Wirtschaftspolitik… », p. 326.

59La petite marine marchande de l’empereur n’a toutefois (et ne peut évidemment avoir) aucun monopole : elle participe au commerce du royaume et vise essentiellement à faire gagner de l’argent à la curia ; on ne peut évaluer sa part dans le commerce du royaume, mais elle paraît faible. C’est, en tout cas, le même principe qui, au contraire, tend à entraver le commerce par la multiplication des taxes : encore une fois, le souci de l’empereur est fiscal, non économique ; pour lui, « richesse du prince et richesse des sujets étaient considérés comme interdépendants »94, ce qui n’est, économiquement, que partiellement vrai.

Conclusion

60Il est faux de prétendre que Frédéric II a ruiné le royaume : la structure économique du pays, avec ses points forts et ses faiblesses, s’est mise en place au XIIe siècle et ne change pas au XIIIe siècle. Mais la conjoncture est devenue plus difficile, du fait d’un début de surpopulation et de l’écart croissant entre le royaume et l’Italie communale surdéveloppée. Enfin, la politique impériale n’était pas limitée au royaume de Sicile, qui seul était capable de lui fournir des ressources financières. L’empereur a contribué volontairement à l’enrichissement du royaume ; mais la guerre l’a conduit à le surexploiter fiscalement.

61Aussi sommes-nous persuadé que la phase qui voit l’empereur se rapprocher le plus de l’État idéal qu’il voulait construire est la période 1231-1235, entre la promulgation des nova statuta et la guerre. Il n’y a pas alors d’impôt direct régulier : le souverain vit de son domaine, c’est-à-dire à la fois de sa production et des taxes qu’il y lève ; mais ce domaine a été considérablement étendu ; le royaume n’est toutefois pas encore très éloigné de ce qu’il était à l’époque normande. Finalement c’est la guerre qui a conduit, par la pression fiscale accrue, à la fois à un certain appauvrissement du royaume et à une modernisation forcée de l’État.

  • 95 N. Kamp, « Vom Kämmerer zum Sekreten. Wirtschaftsreformen und Finanzverwaltung im staufischen König (...)

62Quant à la gestion économique du domaine et des taxes, elle repose en grande partie sur l’affermage. Comme Norbert Kamp l’a bien montré95, les principaux bénéficiaires en sont donc des hommes d’affaires, au premier rang desquels ceux de Ravello ; du même coup, ces hommes d’affaires, les plus dynamiques du royaume, ont été happés par la gestion des fermes d’État. En outre, le royaume commence à être muni d’une économie à deux vitesses : d’un côté, le secteur de la curia, des Ravellesi et des hommes d’affaires du Nord (dont la présence se renforcera considérablement à l’époque angevine), de l’autre le secteur de subsistance difficile d’une bonne partie de la population écrasée de taxes et parfois de corvées.

Notes

1 Voir E. Maschke, « Die Wirtschaftspolitik Kaiser Friedrichs II. im Königreich Sizilien », Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, 53, 1966, p. 289-328 ; nous préférons cette étude à celle de J.-M. Powell, « Medieval Monarchy and Trade : the economic policy of Frederick II in the Kingdom of Sicily », Studi Medievali, s. III, 3, 1962, p. 420-454. Nous donnons ici une version abrégée et mise à jour du texte d’une communication sur « L’économie du royaume normanno-souabe » présentée au colloque Mezzogiorno – Federico II – Mezzogiorno de Potenza en 1994, dont les actes ne sont pas encore publiés.

2 E. Cuozzo et J.-M. Martin, Le pergamene di S. Cristina di Sepino (1143-1463), Rome, 1988.

3 J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici secundi, Paris, 1852-1861, réimpr. Turin, 1963, 7 t. en 12 vol. (cité désormais HB). E. Winkelmann, Acta imperii inedita seculi XIII, Innsbruck, 1880-1885, 2 vol. (cité désormais Winkelmann).

4 I registri della Cancelleria angioina ricostruiti da R. Filangieri con la collaborazione degli archivisti napoletani, Naples, 1950 sqq., 44 vol. publiés (cité désormais RCA).

5 Voir A. Grohmann, L’imposizione diretta nei comuni dell’Italia centrale nel XIII secolo. La Libra di Perugia del 1285, Pérouse – Rome, 1986.

6 D. Abulafia, « The Crown and the Economy under Roger II and his Successors », Dumbarton Oaks Papers, 37, 1983, p. 1-14.

7 J.-M. Martin, « Le domaine royal de Mesagne aux XIIe et XIIIe siècles », in Studi sull’Italia normanna in memoria di Léon-Robert Ménager, E. Cuozzo et J.-M. Martin (dir.), Ariano Irpino, 1998, p. 401-421.

8 Voir J.-M. Martin, « Fiscalité et économie étatique dans le royaume angevin de Sicile à la fin du XIIIe siècle », in L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle, Rome, 1998, p. 601-648.

9 Voir J.-M. Martin, « Les structures économiques du royaume à l’époque normande », in Unità politica e differenze regionali nel Regno di Sicilia, Galatina, 1992, p. 85-104 ; Id., Italies normandes. XIe-XIIe siècles, Paris, 1994.

10 Voir J.-M. Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, 1993, p. 292-324.

11 C. Minieri Riccio, Saggio di codice diplomatico formato sulle antiche scritture dell’Archivio di Stato di Napoli, Naples, 1878-1883, 5 vol., suppl. I, no 12, p. 20-21.

12 Bénévent, Museo del Sannio, fondo di S. Sofia II, 16.

13 L. Travaini, La monetazione nell’Italia normanna, Rome, 1995 ; J.-M. Martin, La Pouille…, p. 443-485.

14 J.-M. Martin, La Pouille …, p. 377-384 ; Id., Foggia medievale, Galatina, 1998.

15 Voir H. Bresc, « La pêche dans l’espace économique normand », in Terra e uomini nel Mezzogiorno normanno-svevo. Atti delle settime Giornate Normanno-Sveve (Bari, 1985), Bari, 1987, p. 271-291. J.-M. Martin, La Pouille…, p. 402-419.

16 J.-M. Martin et G. Noyé, La Capitanata nella storia del Mezzogiorno medievale, Bari, 1991, p. 97-135.

17 M. Del Treppo et A. Leone, Amalfi medioevale, Naples, 1977.

18 HB, IV-1, p. 309 sqq.

19 P. Toubert, « Paysages ruraux et techniques de production en Italie méridionale dans la seconde moitié du XIIe siècle », in Potere, società e popolo nell’età dei due Guglielmi (Atti delle quarte Giornate Normanno-Sveve, Bari, 1981), Bari, 1983, p. 201-229, en particulier p. 227.

20 J.-M. Martin, « La colonie sarrasine de Lucera et son environnement. Quelques réflexions », in Mediterraneo Medievale. Scritti in onore di Francesco Giunta, Soveria Mannelli, 1989, t. II, p. 797-811.

21 A.-M. Caplet, Regesti Bernardi I abbatis Casinensis fragmenta…, Rome, 1890, no 83, 86 et 91.

22 C. Minieri Riccio, Saggio…, no 19, p. 28-29.

23 J.-M. Martin et G. Noyé, « Les campagnes de l’Italie méridionale byzantine (Xe-XIe siècles) », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge – Temps Modernes, 101, 1989, p. 559-596, en particulier p. 583-584.

24 RCA, III, 209, p. 138-139 et 102, p. 111-112.

25 RCA, XIV, 372, p. 224.

26 J.-M. Martin, « Les villes neuves en Pouille au XIIIe siècle », Journal des Savants, 1995, p. 121-143, en particulier p. 128-130.

27 HB, V-2, p. 907 sqq. ; J.-M. Martin, Les Actes de l’abbaye de Cava concernant le Gargano (1086-1370), Bari, 1994, p. 28.

28 Voir J.-M. Martin, « Città e campagne : economia e società (secc. VII-XIII) », in Storia del Mezzogiorno, G. Galasso et R. Romeo (dir.), t. III, Alto Medioevo, Naples, 1990, p. 259-382, en particulier p. 310 sqq.

29 J.-M. Martin, « Le travail agricole : rythmes, corvées, outillage », in Terra e uomini…, p. 113-157, en particulier p. 152.

30 J.-M. Martin, « Les villes neuves… », p. 139 ; RCA, XVIII, 719, p. 358.

31 J.-M. Martin, « Le travail agricole… », p. 117-118.

32 Ibid., p. 122-123.

33 A. Pratesi, Carte latine di abbazie calabresi provenienti dall’Archivio Aldobrandini, Cité du Vatican, 1958, no 89.

34 J.-M. Martin, « Città e campagna… », p. 335.

35 HB, V-1, p. 424 sqq.

36 J.-M Martin et G. Noyé, La Capitanata…, p. 114-135.

37 Voir Die Staufer im Süden, Sizilien und das Reich, Th. Kölzer (dir.), Sigmaringen, 1996.

38 Voir J.-M. Martin, « Fiscalité… ».

39 L. Travaini, « La monnaie à l’époque de Frédéric II », p. 115 de cet ouvrage.

40 Ryccardi de Sancto Germano notarii Chronica, C. A. Garufi (éd.), in Rerum Italicum Scriptores, Nova series, VII, 2, Bologne, 1936-1938 ; Winkelmann, I, 822. Voir E. Maschke, « Die Wirtschaftspolitik… », p. 295.

41 J.-M. Martin, « L’administration du royaume entre Normands et Souabes », in Die Staufer im Süden…, p. 113-140.

42 HB, II-1, p. 188 sqq.

43 Ryccardi de Sancto Germano notarii Chronica.

44 D. Girgensohn et N. Kamp, « Urkunden und Inquisitionen der Stauferzeit aus Tarent », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 41, 1961, p. 137-234 ; Id., « Urkunden und Inquisitionen des 12. und 13. Jahrhunderts aus Patti », ibid., 45, 1965, p. 1-240.

45 HB, V-1, p. 506 sqq., p. 632 sqq. ; V-2, p. 934 sqq., p. 982 sqq., et p. 741 sqq.

46 E. Maschke, « Die Wirtschaftspolitik… » ; voir Winkelmann, I, 786 (1231).

47 HB, V-1, p. 17 sqq. ; VI-2, p. 901 sqq.

48 J.-M. Martin, « Fiscalité… », p. 617.

49 HB, V-2, p. 724 sqq. et p. 1058 sqq.

50 Ibid., VI-1, p. 249 sqq.

51 Ibid., V-2, p. 801 sqq.

52 Ibid., V-1, p. 527 sqq.

53 Ibid., VI-2, p. 633 sqq. (1248).

54 Ibid., IV-2, p. 780 sqq. ; J.-M. Martin, Le Cartulaire de S. Matteo di Sculgola en Capitanate (Registro d’istrumenti di S. Maria del Gualdo) (1177-1239), Bari, 1987, 2 vol., no 284.

55 HB, VI-1, p. 390 sqq.

56 Ibid., p. 359 sqq.

57 A. Pratesi, Carte latine…, no 183.

58 HB, VI-1, p. 361 sqq.

59 Ibid., p. 16 sqq.

60 HB, III, p. 157 sqq.

61 Ibid., V-1, p. 343 sqq.

62 Ibid., p. 437 sqq.

63 Ibid., p. 42, p. 474 sqq. et p. 512.

64 Ibid., p. 627 sqq.

65 Ibid., V-2, p. 884.

66 Ibid., p. 692 sqq. et p. 865.

67 Ibid., p. 887 et p. 810 sqq.

68 Ibid., p. 889.

69 Ibid., p. 892 sqq.

70 HB, p. 738 sqq.

71 Ibid., p. 943 sqq.

72 Winkelmann, I, 816.

73 Voir J.-M. Martin, « Pouvoir, géographie de l’habitat et topographie urbaine en Pouille sous le règne de Frédéric II », Archivio Storico Pugliese, 38, 1985, p. 61-89.

74 HB, V-1, p. 418 sqq.

75 Ibid., p. 440 sqq.

76 Ibid., IV-1, p. 537 sqq.

77 Ibid., p. 462 sqq.

78 Winkelmann, I, 757.

79 HB, IV-1, p. 309 sqq.

80 E. Maschke, « Die Wirtschaftspolitik… », p. 318-319 ; HB, V-1, p. 422 et V-2, p. 955 sqq.

81 Winkelmann, I, 758 ; HB, IV-1, p. 391 sqq.

82 HB, IV-1, p. 464.

83 Ibid., V-1, p. 583 sqq. et V-2, p. 899 sqq.

84 Ibid., V-1, p. 418 sqq.

85 Winkelmann, I, 839.

86 HB, V-2, p. 780 sqq.

87 Ibid., p. 677 sqq. et p. 993 sqq.

88 HB, V-1, p. 524 sqq.

89 Ibid., p. 571 sqq.

90 Ibid., p. 586 sqq.

91 Ibid., p. 640 sqq.

92 Ibid., V-2, p. 792 sqq.

93 Ibid., p. 979 sqq.

94 E. Maschke, « Die Wirtschaftspolitik… », p. 326.

95 N. Kamp, « Vom Kämmerer zum Sekreten. Wirtschaftsreformen und Finanzverwaltung im staufischen Königreich Sizilien », in Probleme um Friedrich II., J. Fleckenstein (dir.), Sigmaringen, 1974, p. 43-92.

Auteur

CNRS, École française de Rome

© Presses universitaires de Caen, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540