Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric II (1194-1250) et l'héritage normand de Sicile

 | 
Anne-Marie Flambard Héricher

Frédéric II et son temps

Frédéric II et l’Islam

Henri Bresc

Note de l’éditeur

Abréviations utilisées dans les notes : BAS : Biblioteca arabo-sicula, trad. ital. M. Amari, Turin-Rome, 1880-1881 ; BCP : Biblioteca comunale, Palerme ; HB : J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici secundi, I, 1 et 2, Paris, 1852 ; II, 1, 1855, 2, 1852 ; III, 1852, IV, 1, 1854, 2, 1855 ; V, 1, 1857, 2, 1859 ; VI, 1, 1860, 2, 1861 ; RCA : I registri della Cancelleria angioina ricostruiti da R. Filangieri con la collaborazione degli archivisti napoletani, Naples, 1950 sqq., 44 vol.

Texte intégral

1Le paradoxe de Frédéric qui a le plus retenu l’attention des historiens est l’histoire d’un souverain qui a violemment persécuté les musulmans à l’intérieur des frontières de la Sicile et qu’on dit et qui se proclame admirateur de l’Islam et attaché aux valeurs, principalement intellectuelles, du monde de l’Islam. Ce paradoxe suscite généralement l’incompréhension, ou quelquefois une autre admiration, fondée sur une appréciation erronée des valeurs auxquelles Frédéric manifeste son attachement, comme si elles annonçaient l’irréligion et un culte exclusif de l’État. Mais le doute réducteur est ici également injustifié : l’empereur est l’héritier de la curiosité, comme de la volonté politique, de ses ancêtres Hauteville ; il construit comme eux l’État de majesté, en éliminant les rebelles, même potentiels ; parallèlement il met la science au service de cet État, mais il dispose aussi des rouages de cet organisme de pouvoir au service de la diffusion du savoir ; un sentiment élevé et urgent de son devoir envers la science le rapproche des souverains musulmans de son époque et du passé, eux-mêmes serviteurs de la ikma, de la sagesse. Il faut donc distinguer dans sa pratique, comme dans la pratique des souverains normands, ses prédécesseurs et ses maîtres, les relations politiques qu’il entretient avec le monde de l’Islam, le dévouement qu’il manifeste envers l’étude et la diffusion du savoir, et leurs effets, pour essayer enfin de voir sur quelles bases humaines s’est faite la transmission des éléments arabes qui s’intègrent à sa culture politique et philosophique.

La relation stratégique avec le monde de l’Islam

  • 2 Mal compris par Maion, qui renonce à développer et à défendre l’archipel de cités africaines pour c (...)
  • 3 Cf. H. Bresc, « Le royaume normand d’Afrique et l’archevêché de Mahdiyya », in M. Balard et A. Duce (...)

2Souverain d’un royaume qui comprend jusqu’au début du XIIIe siècle une importante minorité musulmane, Frédéric II hérite de la dynastie normande une relation particulière avec le monde de l’Islam. Rappelons le dessein stratégique de Roger II, inspiré par Georges d’Antioche et mis sous le boisseau après la crise du règne de Guillaume Ier, mais sans doute jamais totalement abandonné par le milieu palatin qui gouverne le royaume insulaire2. Il s’agit de prolonger la conquête de la Sicile par celle de l’Ifrīqiyya et d’établir là, avec les méthodes qui ont présidé à la première installation des Normands dans l’île, un « royaume arabe » fondé sur l’autonomie des cités conquises, soumises à tribut, surveillées par une garnison normande et gouvernées par un milieu de chrétiens arabes. Le royaume de Mahdiyya reproduisait les techniques de gouvernement expérimentées en milieu musulman par les émirs chrétiens, à Iato en particulier3.

  • 4 R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides des origines à la fin du XVe siècle, Paris, (...)
  • 5 HB, II, p. 276-280, daté, par erreur, du 20 avril 1231 : traité entre Abū Isḥāq b. Ibrāhīm b. Abū ḥ (...)

3Cet héritage de pratiques politiques et de droits maintenant lointains et abstraits sur une partie du territoire almohade, passés naturellement aux héritiers du mahdisme africain et du « peuple de l’Unité », les Ḥafṣides de Tunis, n’a pas été maintenu par Frédéric II et par son conseil politique. Il est clair que l’expérience sicilienne, celle d’une guerre coûteuse qui a laissé le Val de Mazara exsangue et retenu l’empereur pendant des années au combat contre Ibn ‘Abbâd et les autres révoltés siciliens, a pesé d’un grand poids dans la décision. On a préféré une nouvelle compacité à l’ancien système qui articulait pénétration, autonomie et surveillance et qui impliquait une thalassocratie sicilienne sur les mers centrales de la Méditerranée. L’abandon des ambitions normandes sur l’Afrique ne s’est pas fait sans regret : en 1223 les Siciliens ont lancé contre Djerba une attaque qui en annonce bien d’autres4 et Frédéric s’est assuré, par le traité de 12215, l’accès aux mers africaines, en prévoyant que Pantelleria resterait sicilienne et que sa population musulmane conserverait un statut d’autonomie tributaire, dernière relique des temps normands et qui évoque celui de Malte avant 1127. Le « préfet », qā’id ou ākam, sera musulman, mais nommé par l’empereur ; le tribut, payable en monnaie ḥafṣide, de Pantelleria, sera pour moitié reversé au trésor ḥafṣide. Mais le point le plus important est que la cour tunisienne a accepté, entre 1221 et 1240, de verser un tribut annuel, calculé sur une base triennale de cent mille besants.

4Le traité de 1221 montre le réalisme de l’empereur, la capacité de la cour de prendre acte des mutations stratégiques, la souplesse aussi des solutions adoptées : Pantelleria est soumise à un véritable pariage, puisque la moitié du tribut est reversée au trésor ḥafṣide, l’économie de l’île reste tournée vers l’Afrique, les musulmans restent administrés par des officiers de leur Loi et non plus par des chrétiens arabes, comme sous Georges d’Antioche. Il n’en demeure pas moins que ce statut de mudéjars est fondamentalement désapprouvé par les docteurs de l’islam et que le pouvoir ḥafṣide, en s’associant à la domination des infidèles sur une poignée de musulmans, sanctionne sa faiblesse et prend un risque.

  • 6 BAS, II, p. 252.
  • 7 C’est la réflexion la plus sûre d’E. Kantorowicz, Federico II imperatore, Milan, 1976, p. 170 sqq. (...)

5Le règlement envisagé par Frédéric pour Jérusalem et mis en œuvre par le traité de Jaffa implique le même réalisme : la plénitude des droits de Frédéric, roi du chef de sa femme et empereur, n’implique pas qu’il envisage une croisade longue et acharnée. Les capacités de mobilisation des chevaliers d’Italie du Sud et de Sicile sont limitées, même si l’excommunication n’a pas écarté les chevaliers siciliens ; la faiblesse stratégique de la position sicilienne apparaît plus nettement que sous les rois normands : Frédéric dépend des alliances qu’il sait tisser avec les communes maritimes et les partis familiaux pour disposer d’une flotte suffisamment puissante et assurer les lignes de communication avec le royaume palestinien. L’échec de Damiette et la disgrâce de l’évêque de Catane ont souligné les capacités de résistance des Ayyūbides et ramené aux anciennes données stratégiques, avant 1099 : il n’existe plus de force chrétienne autonome dans l’Orient asiatique et africain ; Jérusalem dépend entièrement de l’Europe latine, lointaine et divisée, et qui doit jouer des divisions du monde musulman. Frédéric le fait à merveille, utilisant la faiblesse de la position de Kamil, qui lui-même sait la faiblesse de l’empereur : ne pas consentir au pacte, c’est déconsidérer l’empereur auprès des princes chrétiens6. Ce seront donc les capacités de séduction et l’accord profond entre les princes et entre leurs représentants, le comte Thomas d’Aquino et Fakhr al-Dīn, qui permettront l’issue heureuse de la négociation, le 18 février 12297.

  • 8 Comme Théodore d’Antioche, envoyé par le calife.

6Le pariage sur Jérusalem (ville chrétienne, Ḥaram musulman, rustuq laissés aux Ayyūbides, sauf un couloir vers Jaffa), difficilement accepté par l’environnement du souverain ayyûbide, implique chez les deux princes une culture politique et philosophique orgueilleuse et élitaire, une confiance absolue sur le choix divin, sur l’amitié de Dieu, qui permet de rompre avec les fanatismes du vulgaire et de reconnaître les âmes élues à qui Il a confié d’autres fractions de Son troupeau et de s’entendre avec elles dans une mission de paix. C’est cette centralité de la coexistence qui pose problème : peut-on voir dans ce mouvement l’écho de la conception néo-platonicienne de la religion positive ? La religion, traduction vulgaire de la morale du philosophe, est à la fois parfaitement valide dans son aire et subordonnée à la vision claire qu’ont les esprits d’élite des devoirs envers Dieu. C’est aussi le devoir des âmes éclairées de réaliser les solutions qu’elles envisagent, sans reculer devant l’obstacle. Plus modestement, une passion égale du savoir anime les princes, passion pour la connaissance et la maîtrise de la nature à travers la médecine, l’astronomie, et par la méthode de l’expérimentation, au point d’échanger les questions, les savoirs et même les sources vives de ces savoirs8.

  • 9 M. Amari, « Estratti del Tārīkh Manṣūrī », Archivio Storico Siciliano, IX, 1884, p. 98-124, en part (...)

7Il semble que les Ayyūbides et les Ḥafṣides aient été également portés à reconnaître en Frédéric cette aptitude à la souveraineté et cette relation hautaine avec le caractère divin du pouvoir. Il ne semble pas qu’une intervention ait été envisagée pour demander à Frédéric d’alléger le poids de sa main sur les musulmans rebelles de Sicile. Le descendant des princes ḥammūdites de l’île a pourtant tenté d’avertir le souverain Ayyūbide en présentant à sa cour – à Harrān ? – un compte rendu de la déportation à Lucera qui a paru invraisemblable aux historiens. Et pourtant, c’est sans doute le meilleur et le plus fidèle des récits d’un « grand dérangement », même si les chiffres sont évidemment gonflés : la moitié des déportés sont morts sur les routes de Calabre et de Pouille9.

  • 10 M. Canard, « Une lettre du calife fatimite al-Ḥāfiz (524-544 / 1130-1149) à Roger II », in Atti del (...)
  • 11 HB, V, p. 726.
  • 12 E. Blochet, « Les relations diplomatiques des Hohenstaufen avec les sultans d’Égypte », Revue histo (...)

8La violence de Frédéric à l’égard de ses propres sujets musulmans semble donc avoir été bien comprise par les grands souverains de l’Islam, au nom d’une culture politique de la majesté et de la souveraineté d’origine divine. Il en était déjà de même sous Roger II, quand l’imām fātimide Ḥāfiẓ félicitait le souverain sicilien pour la répression d’une révolte dans l’île musulmane de Djerba10. Cette communauté de culture politique repose aussi sur des relations personnelles excellentes avec les ambassadeurs et sur une commune curiosité pour la recherche scientifique. Les relations diplomatiques se font en langue arabe et utilisent des Siciliens arabophones, qui appartiennent également au milieu des savants et des traducteurs de la cour : le notaire Me Jean de Panormo accompagne en 124011 Enrico Abbate à Tunis, et plus tard d’autres traducteurs de moindre volée, comme Me Manfridus de Usila, Nicolaus Pipitone, Nicolaus de Ebdemonia. Dans l’autre sens, le sultan ayyūbide confie ses intérêts à un membre éminent de l’élite savante de sa cour, Fakhr al-Dīn, le fils du shaykh al-shuyūkh, estimé et honoré par Frédéric qui lui conférera la chevalerie. Savoir des armes et savoir philosophique intimement unis dans la sphère du pouvoir. Plus tard, ce sera Sirādj al-Dīn Armawī, grand cadi du Rūm, qui viendra au nom de Ṣāliḥ Ayyūb et composera pour l’empereur un traité de dialectique12.

  • 13 J.-M. Martin, « La colonie sarrasine de Lucera et son environnement. Quelques réflexions », in Medi (...)
  • 14 B. et G. Lagumina, Codice diplomatico degli ebrei di Sicilia, Palerme, 1884, t. I, p. 20, no 22, 15 (...)

9Les campagnes de Frédéric contre ses propres sujets révoltés et leur déportation à Lucera n’étaient en rien déterminées par une volonté abstraite d’unité religieuse : il restera des musulmans dans le royaume, des groupes informes en Sicile et la colonie qui conserve à Lucera le statut de dhimma inversée qui était le leur en Sicile et une organisation propre semblable à celle qui les avait régis dans l’île, juges qui jugent suivant la sharī‘a, notaires musulmans qui rédigent des actes selon les shurūt fātimides, cadres militaires enfin qui reçoivent l’honneur de la chevalerie13. Bien loin de souhaiter unifier l’espace religieux du royaume, Frédéric favorise l’immigration d’une communauté juive arabophone du Gharb, qui coexiste d’abord difficilement avec les juifs de Palerme. Pour lui, les juifs gardent la place particulière d’immigrants privilégiés, comme l’atteste la réponse de Frédéric au secreto Obberto Fallamonaca : l’empereur ne veut pas que l’on contraigne les juifs du Gharb, éparpillés en Sicile, à résider à Palerme, de crainte de diminuer le flux des immigrants14.

  • 15 BAS, I, p. 522-523.

10L’écrasement des musulmans de Sicile n’a donc pas d’autre cause que la volonté de discipline politique ; elle a contraint l’empereur à un long séjour personnel dans l’île, en 1222, de juin à juillet en Val de Mazara, au siège de Iato puis à Calatrasi, puis à Catane et à Syracuse à l’automne, et de la fin de 1223 à novembre 1224 en Val de Noto jusqu’à la capitulation de Ibn ‘Abbād d’abord, puis de ses alliés. Les révoltes exaspérées de petits groupes, jusqu’en 1240, aggravent encore la dureté de la répression. Elles ne gâtent pas les relations amicales avec Ṣāliḥ Ayyūb et l’échange de cadeaux, presque de marchandises : en 1241-1242 et en 1242-1243, le grand navire impérial aux trois cents marins, le Moitié du monde, apporte en Égypte huile, vin, miel et fromage15.

Élite savante et culture politique

  • 16 Ch. H. Haskins, « The Sicilian Translators of the Twelth Century », Studies in the history of Medie (...)

11L’intérêt personnel de Frédéric pour le savoir prolonge celui de son oncle Guillaume le Mauvais, premier roi philosophe, et d’ailleurs despote, premier roi à avoir une politique systématique de traductions (Grégoire de Nazianze, Diogène Laërce) et à s’entourer de savants. C’est un héritage normand qui sera poursuivi. Dans le domaine des traductions, la cour normande avait privilégié les passages du grec au latin : Henri Aristippe avait commencé pour Guillaume Ier et pour Maion la traduction de Grégoire de Nazianze et de Diogène Laërce et achevé celle de l’Almageste, du Ménon, du Phédon et du IVe livre des Météores ; l’émir Eugène avait également traduit l’Optique de Ptolémée et la Prophétie de la Sibylle Erythrée, mais aussi vérifié sur l’arabe la version grecque de Kalila et Dimna. Ce choix souligne un intérêt mêlé pour le platonisme, pour la philosophie religieuse et pour l’exégèse, que confirment l’invitation faite à Nil Doxopatros, les prédications de Georges Cérameus, les envois de livres depuis la Constantinople des Comnènes. Il repose aussi sur la présence en Sicile de bibliothèques grecques, qu’on peut supposer monastiques, Siracusanam et Argolicam bibliothecam16. Une base solide dans le champ de l’optique (Euclide, Ptolémée), de la mécanique (Proclus, Héron) et de l’astronomie (De cœlo, Almageste).

  • 17 BAS, II, p. 107 : témoignage de Djamāl-al-Dīn, grand cadi shafi‘ite de Hamah, ambassadeur en 1260-1 (...)
  • 18 P. Gautier Dalché, « Les savoirs géographiques en Méditerranée chrétienne (XIIIe siècle) », Microlo (...)
  • 19 D. Jacquart, « La Physiognomonie à l’époque de Frédéric II », Micrologus, II, 1994, p. 19-37, en pa (...)

12Le courant grec semble tari sous Frédéric ; il reprendra sous Manfred, à Messine. La place des œuvres tirées de l’arabe, au contraire, se gonfle. C’est une inspiration toute différente qui anime les traducteurs tournée vers l’alchimie et probablement vers la magie, c’est-à-dire le contrôle de la nature, à travers l’œuvre de Michel Scot, et vers l’hygiène. L’astronomie, cependant, avec ses implications astrologiques, demeure le cœur de l’activité de cour. La curiosité personnelle de Frédéric se tourne vers la logique, la médecine, la géométrie, l’arithmétique et les sciences spéculatives. Ce sont les points sur lesquels il a adressé des questionnaires à Malik Kāmil et où les musulmans reconnaîtront aussi la qualité de Manfred17. Son intérêt porte aussi sur la cosmographie, qui explique la Lettre sur les Tartares18 et le savoir attribué à al-Kindī, et sur la physiognomonie, illustrée par le livre de Michel Scot et peut-être aussi par une première traduction du pseudo-Aristote, si l’on suit l’hypothèse de D. Jacquart19, qui met aussi en étroite relation la cour de Frédéric avec celles des rois orientaux : connaître ses sujets, lire dans leur âme, c’est encore pour le prince dominer la nature et fonder une autorité renforcée par cette domination.

  • 20 A. de Libéra, Penser au Moyen Âge, Paris, 1991, p. 169-171, y voit, au-delà de la recherche du pouv (...)
  • 21 Ch. H. Haskins, « The Sicilian Translators… », p. 246.
  • 22 C. Sirat, « La Filosofia ebraica alla corte di Federico II », in Federico II, P. Toubert et A. Para (...)

13Trois voies s’ouvrent donc au prince philosophe : entretenir un entourage de savants, capables de l’informer à tout instant et de participer à des « séances » comme les maqāmāt du monde musulman (c’est la voie de Guillaume Ier et sans doute de Roger II) ; ordonner et financer des traductions et des adaptations (c’est le modèle de Bagdad, sous Ma’mūn) ; entretenir une correspondance avec les savants étrangers. C’est cette dernière qui est la voie philosophique, la quête du savoir20. Dans le premier champ, on ne peut que rappeler l’accueil fait à la cour maintenant itinérante de l’empereur à ce groupe de savants, très connu, que constituent le Syrien Théodore d’Antioche, qu’on dit jacobite, formé en Irak, astronome et médecin, secrétaire arabe et ambassadeur occasionnel venu au service de l’empereur en 1236, et aussi hygiéniste et mathématicien21, le Tolédan Michel Scot, astronome de cour de 1227 à sa mort en 1236. D’autres savants ne font que passer à la cour, en quête d’une reconnaissance et d’un appui, tel Leonardo Fibonnacci, ou s’y attardent sans s’y fixer comme Jacob Anatoli, traducteur de l’arabe en hébreu (de 1230 à 1246). On note qu’aucun savant musulman ne fréquente plus la cour, sauf, très brièvement, le mathématicien Hanifî, pendant le séjour en Terre sainte. Dans son Malmad ha-Talmidin, Jacob Anatoli rapporte les « séances philosophiques » où il a lui-même repoussé les interprétations de l’empereur22.

  • 23 Ch. H. Haskins, « The Sicilian Translators… », p. 254 : le Sidrac, traduit par Frère Roger de Paler (...)
  • 24 Ibid., p. 269.

14C’est principalement à ce milieu que Frédéric commande des traductions dont la légende a vite amplifié le nombre23. Gardons-nous cependant d’une vision réductrice : l’examen attentif des œuvres de Michel Scot montre que des traductions ont été perdues ou ne sont pas encore identifiées. Un groupe messinois (Barthélemy de Messine, Étienne de Messine, Nicolas de Messine) et palermitain (Johannes de Dumpno, fils de Philippe), lui succède sous Manfred24. On ne peut donc pas dire que la cour sicilienne ne fonctionne que par l’importation coûteuse de savants étrangers : les Palermitains, sans doute occultés par les personnalités puissantes de Théodore et de Michel Scot, ont réagi à leur présence et continué leur effort, avant qu’un relais se dessine dans la ville du détroit.

  • 25 A. Paravicini Bagliani, Medicina e scienza della natura alla corte dei papi nel Duecento, Spolète, (...)
  • 26 HB, V, 1, p. 603.
  • 27 M. Amari, « Estratti del Tārīkḥ Manṣūrī », p. 119-123 ; les rédacteurs citent ainsi Mutanabbi, dont (...)

15La cour de Frédéric n’est pas sur ce point d’une totale originalité : Agostino Paravicini Bagliani25 a fait noter qu’à celle des papes on a aussi recherché les manuscrits arabes et ordonné et protégé des traductions. Michel Scot, Roffredo de Bénévent et Geoffroi de Trani servent de pont entre les deux cours, et Philippe de Tripoli se rattache à la suite du cardinal, tandis que Leonardo Fibonnacci dédie la Flos au cardinal Rainier de Viterbe. Quelques-unes des grandes nouveautés sont partagées, qui font justement appel au savoir des pays d’Islam : physiognomonie, recherche de la santé et de la prolongation de la vie, appel à Avicenne et au pseudo-Aristote du Secret des secrets. En effet, mais il manque à Rome ce rapport intellectuel que nous avons vu fonctionner à la cour impériale et une connaissance suffisante de l’arabe, jusqu’à la venue de Campano de Navara en 1263 et du mozarabe Gonzalvo Gudiel de Tolède en 1280. Au contraire, Frédéric se préoccupe personnellement de faire former des traducteurs et des scribes : le 24 décembre 1239, de Pise, il ordonne à Jean d’Otrante et à Alexandre Fils-Henri de payer les dépenses de l’esclave de la Chambre impériale Abdolla, envoyé chez Me Joachim pour apprendre à lire et à écrire les lettres arabes26. Un service palatial d’esclaves lettrés, en tout point conforme aux traditions du palais palermitain comme du dār al-mamlaka musulman, était donc en place sous la responsabilité de Jean le Maure, futur gouverneur de Lucera, mais bien avant, en 1229, deux lettres à Fakhr al-Dīn, exprimant en termes convenus l’amitié et la tristesse de la séparation, manifestent les capacités littéraires, rhétoriques et poétiques de la chancellerie arabe de Frédéric27.

  • 28 BAS, II, p. 266.

16La troisième voie choisie par Frédéric est, pour l’Occident, totalement neuve : les lettres envoyées à Malik Kāmil dès 1229 et transmises à ‘Alam al-Dīn, dit « Ta‘āsīf », portaient sur la géométrie, la philosophie et les sciences spéculatives28 ; Frédéric les renouvelle, et les adresse aux princes musulmans de l’Orient, de Syrie, d’Irak, des Portes et du Yémen ; parvenues à Québ al-Dīn Ibn Sab‘īn de Ceuta à travers le Mu’mīnide Rashīd, elles manifestent une curiosité infatigable : éternité du monde, buts et fondements de la théologie, immortalité de l’âme, nombre et interprétation des attributs fondamentaux de l’être selon les catégories d’Aristote ou de Platon, signification, enfin, du dit prophétique : « Le cœur du croyant repose entre les doigts du Miséricordieux. »

  • 29 R. Halleux, « L’Alchimia », in Federico II e le scienze, p. 152-161, en particulier p. 156.
  • 30 C. Sirat, « Les traducteurs juifs à la cour des rois de Sicile et de Naples », in G. Contamine, Tra (...)
  • 31 D. Abulafia, Federico II. Un imperatore medievale, Turin, 1988, p. 211-212, sur les « cours par cor (...)
  • 32 BAS, II, p. 107 : l’ambassadeur de Baybars, Djamāl al-Dīn, cadi shāfi‘ite d’Alep, qui a discuté ave (...)

17On aura noté le caractère personnel des contacts : ce sont des réseaux emboîtés de relations entre les savants qui appartiennent à l’élite des cours, musulmanes et chrétiennes, qui fournissent les ouvrages et répondent aux questions adressées par correspondance. Michel Scot cite aussi Me Theophilus (ou Theodorus), « gayt des Sarrasins » de Tunis, Baesis de Majorque, Barbanus et Boala d’Alep, Modifar, Medibabaz et Barrecta d’Africa. La nouveauté pourrait être dans la participation d’intellectuels juifs arabophones d’Espagne ou d’Afrique : Robert Halleux considère ainsi comme parfaitement probable une correspondance de Michel Scot avec les savants cités dans l’Alchemia de Scot, notamment avec un juif, Jacob de Sarsana ou Cartana29. À partir de 1233, l’empereur lui-même entretient une correspondance en arabe avec Juda b. Salomon Haqohen de Tolède, sur la géométrie30. La participation personnelle de l’empereur aux débats entre savants et sa position volontairement humble d’élève ont suscité l’incrédulité et l’ironie, à tort me semble-t-il31, puisque Manfred en reprendra fermement et héroïquement l’héritage32. L’absence d’originalité des problèmes posés et des réponses données souligne au contraire le caractère d’intégration en réseau de la cour impériale ; il n’est pas besoin de « démythifier », il suffit de vérifier la participation de l’empereur et de son milieu de conseillers aux expériences scientifiques et culturelles fondatrices de son temps.

  • 33 R. Rashed, « Frédéric II et les mathématiques arabes », Micrologus, II, 1994, p. 145-160.

18Roshdi Rashed a ainsi mis en lumière la spécificité de l’accès de Leonardo Fibonacci et, à travers lui, de Frédéric à la mathématique arabe : il relève d’abord que le savant comme le prince ont un dessein commun, celui de fonder une pratique nouvelle, pratique politique et science de l’algèbre. L’entretien avec le prince assure au savant cette position royale qu’il ambitionnait et il garantit aussi la maîtrise des mathématiques par Frédéric. Leur commune langue est l’arabe. Tous deux font reposer leur ambition sur une matrice culturelle arabe. L’originalité de Leonardo Fibonacci est d’avoir eu un accès direct à l’algèbre de Khwarizmi et aux méthodes des algébristes arabes du IXe et du Xe siècle33. C’est sur un socle ancien, déjà dépassé par les recherches des mathématiciens du XIIe siècle, que repose la fondation de l’algèbre européenne. Le modèle qu’offre Roshdi Rashed est extrêmement stimulant : tenter de l’appliquer au politique me paraît extrêmement éclairant et suggestif.

  • 34 En attendant l’analyse que prépare A. Luttrell, quelques éléments dans H. Bresc, « Sicile, Malte et (...)
  • 35 En 1241, l’assise économique des possessions et des entreprises de la cour impériale y reposait lar (...)

19On sait que l’inspiration de la politique fiscale et économique de l’empereur a suscité des débats, évidemment surdéterminés par l’ensemble des problèmes posés. Rappelons les grandes articulations de cette politique : elle repose d’abord sur un État agriculteur particulièrement bien attesté à Malte par le rapport de Giliberto Abbate34 ; permanence du statut servile et maintien d’un milieu de ministériaux liés au château et établis sur les terres de la cour constituent, dans l’archipel maltais, des traits d’archaïsme qui contrastent avec la modernité d’une économie fondée sur la spécialisation cotonnière destinée à l’exportation et à l’artisanat35. Mais les massarie d’État manifestent une grande variété : à côté des esclaves et des libres de Malte, dans une tradition « orientale », ce sont des salariés qui y travaillent en Pouille. Ailleurs des vignes, cultivées par les communautés villageoises dans le cadre d’un système de prestations « ministériales », qu’on retrouve dans la construction navale militaire et dans la gestion de la flotte. Au-dessus de cette base rurale, l’héritage de l’État normand est avant tout fiscal. Il existe sans doute un volet de commerce d’État, essentiellement des blés produits par les domaines publics, attesté à l’occasion de l’usage politique qui en est fait à l’égard de l’Afrique zīride, mais l’essentiel du revenu du fisc semble être celui de l’impôt.

  • 36 Mais les salines appartenaient déjà au patrimoine royal.
  • 37 M. Del Treppo voit dans le système des massarie un système intégralement et exclusivement tourné ve (...)
  • 38 HB, V, 1, p. 506-508 ; 12 novembre 1239.

20L’État commerçant et veillant aux commerces de ses sujets, c’est le grand apport de Frédéric : en 1232, le monopole de l’État est établi sur le commerce du fer et du sel36. À une date voisine, de nouvelles gabelles, c’est-à-dire de nouveaux monopoles et de nouveaux revenus fiscaux, sont instituées sur le « fondaco » (magasin royal de chaque ville commerçante), la balance, l’office du barbier (cangemia), la soie, soumise à la gabelle et à un droit de préemption, et peut-être d’autres activités. En 1239, la documentation, plus riche, apportée par le registre de chancellerie conservé, donne deux orientations au commerce des blés : un commerce d’État, d’abord, prolongement probable d’une tradition normande, unissant le stockage des grains produits sur les massarie de la cour ou reçus de la rente des terres royales et une politique volontaire et hardie destinée à proposer les blés impériaux, en paiement des dettes impériales, ou à les imposer sur le marché ifriqiyyen par un embargo qui pénalise les commerçants libres37. La seconde orientation inspire un texte remarquable destiné à Obberto Fallamonaca, véritable manifeste qui accompagne la réduction du droit de traite d’un tiers à un cinquième du prix du blé38 : l’intérêt de l’empereur et de la république est de régner sur des sujets riches ; la diminution de la traite entraînera le développement de l’exportation.

  • 39 P. Chalmeta, « Il Controllo dello Stato nella vita economica del mondo musulmano », in Federico II, (...)
  • 40 C. Cahen, Makhzūmiyyāt. Études sur l’histoire économique et fiscale de l’Égypte médiévale, Leyde, 1 (...)

21A priori, rien ne semble relier ces initiatives à la pratique et aux théories du monde de l’Islam : gardien de l’arche, Pedro Chalmeta rappelle qu’il ne doit y avoir ni État agriculteur, ni main-d’œuvre servile sur les terres publiques, ni exploitation dirigée par les fonctionnaires, ce serait le signe même du déclin39 ; le même sentiment de répulsion concerne et rejette l’État commerçant, l’avantage forcé, car la liberté d’entreprendre et de circuler doit être totale : il y existe bien une institution proche du « fondaco », le dār al-wakāla, qui joue le rôle d’intermédiaire à la vente et collecte les droits de douane, mais il est semi-officiel ; le fundūq lui-même n’est qu’un établissement commercial et hôtelier privé. L’office du fer et du sel trouve un modèle plus précis dans le matdjar fātimide, chargé de l’achat et de la vente des produits stratégiques (fer, bois, poix) et de l’alun40. Ces notations dispersées suggèrent que Frédéric a pu s’inspirer, comme ses prédécesseurs, d’institutions islamiques ou byzantines.

  • 41 H. Bresc, « Les Fatimides, les Croisés et l’habitat fortifié », in Habitat fortifié et Organisation (...)

22Mais c’est l’état d’esprit du document de 1239 que le monde musulman éclaire le mieux : il renvoie en effet au concept de « développement », en arabe imāra, déjà fātimide41, mais qui remonte à Abū Yūsuf et aux traités fiscaux de la fin du VIIIe siècle, et il reproduit aussi les techniques fiscales que suggèrent les juristes hanéfites, inspirés par l’exemple de Chosroès Anushirwān. Réduire le prélèvement, en l’espèce la muqāsama, c’est assurer la mise en valeur des terres et retrouver à terme des ressources fiscales au moins égales. L’hypothèse d’une continuité est sans doute fragile, mais elle repose sur ce que nous savons par ailleurs du milieu palatin palermitain, qui forme le noyau des administrateurs centraux de l’État frédéricien.

Le milieu palatin palermitain

23À l’origine la dévotion monarchique et la laïcité politique des cadres intellectuels de la population arabe, chrétienne melkite ou musulmane, avaient constitué pour les Normands un outil précieux pour la fondation d’un État dominateur, absolu, démiurge. Contrepoids efficace aux ambitions des féodaux, habile à se servir du symbole et des moyens de la propagande qui mènent au consensus, le milieu des administrateurs gréco-arabes avait contribué à rendre supportable l’enclavement des communautés minoritaires, musulmane et grecque, l’avilissement politique et le statut social déprimé du vilainage. Le pragmatisme des conquérants normands avait utilisé, cantonné et protégé partout la culture, la langue, les structures sociales et familiales, le patrimoine technique des arabo-musulmans, les prenant comme dans une nasse dans l’illusion d’un empire plural fondé sur des communautés de tributaires, comme celles que les musulmans avaient encadrées en Asie, en Afrique, en Andalus et en Sicile.

  • 42 Ainsi le gayt Solomon, déjà mort, cependant, en 1229 ; BCP QqH 3, fo 50.
  • 43 Par exemple, en 1202, Christodula, fille de Sittilchul, est la femme de Mattheus de Ebolo, serviens(...)
  • 44 La question se pose à propos de l’inventaire de livres rédigé en arabe et découvert par Mgr Rocco à (...)

24Dans la seconde moitié du XIIe siècle, le milieu palatin de gouvernement se partage entre les évêques, noyau du groupe des familiers, des archontes, quelques membres de l’aristocratie comtale, parents royaux, et quelques chevaliers dévoués placés aux fonctions militaires, le groupe des gayts eunuques, esclaves de cour à la tête des fonctions financières et policières, et des notaires : les grands émirs chrétiens se sont raréfiés (il reste l’amiral Eugène), mais on perçoit la présence de gayts chrétiens à un niveau plus modeste de l’administration42. Un réseau de mariages unit d’ailleurs les familles mozarabes à celles de la chevalerie urbaine43. La source principale réside dans les chartriers de la chapelle palatine et de l’église Sainte-Marie de l’amiral Georges d’Antioche : les documents notariés montrent la vitalité de ce milieu mozarabe de notaires, savants en droit et bons connaisseurs de l’arabe. Il semble même exister une littérature arabe chrétienne au palais44.

  • 45 P. Collura, Le più antiche carte dell’Archivio capitolare di Agrigento, Palerme, 1961, p. 117, no 5 (...)
  • 46 G. Silvestri, De Rebus Regni Siciliæ (9 settembre 1282-26 agosto 1283). Documenti inediti estratti (...)
  • 47 En 1239, Philippos se dit fils du notaire Michael Domnou, en 1252 on connaît Johannes de Dumpno et (...)
  • 48 En 1249, il est notaire au palais ; BCP QqH7, fo non numéroté ; en 1275, il est l’interprète de l’a (...)
  • 49 En 1280, Nicolaus de Ebdemonia, maître des monnaies, est envoyé à Tunis pour toucher le tribut ; RC (...)
  • 50 En 1275, le notaire Nicolaus Pipitone sera envoyé à Tunis pour le tribut.

25Sous Frédéric et ses fils, la part musulmane de la cour et de l’administration est réduite à peu de chose : le gayt Hamet, en fonction à Girgenti vers 1230-123945, semble le dernier et le seul officier royal à porter un nom musulman si l’on excepte les cadres de Lucera. Il reste des gayts esclaves : le gayt Burellus, de l’hôtel de Manfred, qui instituera pour héritier en 1283 le chevalier gibelin Orlandus de Aspello, et qui ne pouvait tester puisqu’il était esclave, comme ses compagnons, le gayt Jacobus de Panormo et le gayt Bonannus46. Et on suppose encore des mozarabes, à travers leurs noms et leurs fonctions : Nicolaus Tavily (Tawil), stratigot de Messine et secreto sous Manfred en 1265, le notaire Michael de Dumpno et le notaire Johannes de Dumpno, fils du notaire Philippe47, le notaire Manfredus de Usila ou Gusla48, le juge Dionysius, fils de maître Nicolaus de Sessa, les Ecclesiastico et les Naptale, gayts sous Frédéric II, les Farrasi, les Philosopho, les Ebdemonia49, etc., et en particulier la famille Pipitone50, proche d’Oberto Fallamonaca.

  • 51 S. Cusa, I Diplomi greci ed arabi di Sicilia, I, 1-2, Palerme, 1868-1882, p. 676.
  • 52 Ibid., p. 602.
  • 53 BCP QqG 87 et D. Girgensohn et N. Kamp, « Urkunden und Inquisitionen des 12. und 13. Jahrhunderts a (...)

26Ce dernier est un Arabe, mais il paraît plus probablement un converti, car il porte un nom personnel et un patronyme génois, comme ceux que l’on reçoit de son parrain lors du baptême. Fidèle du monastère grec de Santa Maria della Grotta, il souscrit en arabe Ubert Fallamūnaca b. al-qā’id ’Abd al-Ramān ibn Filaymān51 tandis que sa femme souscrit Saīlibah. En 1242, à Cefalù, il dispose d’un notaire arabe à côté de sa chancellerie latine52. Le nom du père, le « vieux » qā’id de la cité de Palerme, ailleurs dit shaykh, pourrait être chrétien à la rigueur, tandis que Filaymān a une consonance nettement chrétienne. Le problème de son origine reste ouvert. Mais ses fonctions font de cet Arabe chrétien, peut-être musulman d’origine, le personnage principal du gouvernement sicilien sous Frédéric : gayt de Palerme en 1228, il remplace Raymundus comme secreto de Palerme avant 1239, pour devenir, de 1240 à 1246, le secreto unique de l’île et le Maître de la douane. Il vivra au moins jusqu’en 1274 ; il administrait alors les fiefs de Fitalia au nom de son « neveu » Obertino Calvellis, tandis que ses deux fils, Pirrinus et Guillelminus, étaient tous deux prêtres et collectivement bénéficiers de l’église de Sant’Egidio de Termini53.

  • 54 E. Winkelmann, Acta Imperii inedita seculi XIII, Innsbrück, 1880, t. I, p. 274, no 306.
  • 55 HB, I, p. 54.
  • 56 HB, V, 1, p. 668 ; il est châtié pour une irrégularité.
  • 57 BCP QqH3, fo 56.
  • 58 BCP QqH7, fo 417.

27Lié aux Calvellis, Oberto est aussi lié aux Panormo, groupe familial vaste, dont les documents ne permettent pas de démêler l’écheveau, mais qui apparaît à la fois lié à l’arabisme des savants et des administrateurs et au palais de Palerme : Matheus Calvellis, allié d’Oberto, qui sera le curateur de ses fils, a hérité ses fiefs de Goffridus de Panormo, son grand-père54 ; le nom de Panormo n’est pas un simple nom d’origine ; le cognomen topographique signale normalement des chevaliers castraux, sous les Normands, ou des fonctionnaires étroitement liés à l’administration du château. Les Panormo, qu’ils appartiennent tous ou nom à la même lignée, apparaissent au XIIIe siècle, comme notaires et juges : Matheus est notaire du roi en 120055, Me Johannes, notaire, qui participe à l’ambassade de Tunis de 1240 et qui est aussi le mathématicien cité par Leonardo Fibonnacci en 1235, Me Guillelmus, notaire de Severinus de Calataphimo, maître des baylies en Sicile occidentale56. En 1282 encore, le notaire Peregrinus fait partie du milieu qui gravite autour de Saint-Michel-des-Andalous, monastère grec fondé par la famille mozarabe des Indulcis57. D’autres, clercs, font partie du personnel de la Palatine : en 1249, Dom Nicolaus, chapelain impérial, reçoit de l’empereur le bénéfice de Sainte-Lucie de Syracuse58. Ils souscrivent généralement en latin, attestant que leur connaissance de l’arabe ne vient pas d’une origine gréco-arabe.

  • 59 P. Scheffer-Boischorst, « Urkunden und Forschungen zu den Regesten der staufischen Periode. II », N (...)
  • 60 En 1255 et en 1258 ; H. Bresc, « La propriété foncière des musulmans dans la Sicile du XIIe siècle  (...)
  • 61 RCA, XVIII, 1964, p. 426-427. Les notices recopiées avant 1943 et publiées par l’équipe des archivi (...)

28Le personnage principal qui porte le cognomen de Panormo est le juge Me Robertus : un diplôme de Frédéric, de 1241, révèle une carrière tout à fait hors du commun59. Il a exercé l’office de judicature en Sicile et en Lombardie et reçoit, en récompense de ses services, trois fiefs conjoints dans l’île, le casal Sarcadis (Zarkat) dans le terroir de Careni, au nord de Palerme, le fief Capaci, et le mont Colobrino, plus des terres dans la Conque d’Or et huit boutiques dans la Ruga Marmorea de Palerme, ainsi qu’une mosquée, évidemment abandonnée. Retiré à Palerme, Me Robertus assiste à deux reprises à des traductions de l’arabe60. En 1278, sous la domination angevine, le fils d’un juge Rogerius de Panormo est cité en Haute Cour pour avoir épousé sans licence royale la fille du traître Orlandus de Milia, d’une vieille famille normande, les Milly, et de solide fidélité impériale61 ; comme on ne connaît pas de juge Roger, on peut rattacher à Me Robertus cet épisode, qui n’a rien de surprenant. Arabisant, maître Robertus est aussi l’auteur de De laude agriculturæ, ouvrage perdu qui se trouvait au XVe siècle dans la bibliothèque du protonotaire royal Leonardo de Bartholomeo, héritier d’une lignée de notaires palermitains et aussi de la famille Ebdemonia. Ces Louanges de l’agriculture sont évidemment le premier ouvrage d’agronomie écrit en Italie, ou traduit de l’arabe. Il annonce Pietro de’ Crescenzi et son manuel technique qui se veut aussi éloge de la vie agricole.

Conclusion

29La relation avec l’Islam, religion et communauté politique, s’efface, on le sent, devant la relation de Frédéric avec l’arabisme. Elle se moule dans la vieille tradition politique des chrétiens arabes, melkites d’Orient, mozarabes d’Occident, qui ont transmis la dévotion à l’État impérial, exaltant le rôle des signes de l’autorité, participant à la restauration du droit romain, et renversant sur les musulmans vaincus le poids de la dhimma. L’échec d’une partie du programme politique des Hauteville, la subordination des musulmans dans un ensemble impérial, ne prive pas Frédéric des services d’une aristocratie palatiale principalement chrétienne. L’action de l’empereur repose ici pleinement sur la continuité du palais palermitain. Mais l’abandon des projets d’un empire thalassocratique méditerranéen, à cheval sur l’Italie et le monde de l’Islam vaincu, libère aussi Frédéric des contraintes diplomatiques et des stratégies complexes qu’ils impliquaient vers 1150 et encore vers 1180 : ses relations avec les princes musulmans se font simples, centrées sur la coexistence politique et sur une compétition amicale dans l’aire du savoir. Cette nouveauté surprendra d’abord les musulmans : leur incompréhension, au demeurant justifiée, devant l’étendue du pouvoir de Frédéric, son audace intellectuelle, son courage et sa capacité d’affronter le pape, « leur calife », dit le Tārīkh Manūrī, participera à la légende historiographique. Mais cette nouveauté contribuera également à créer une faille, une fragilité, un talon d’Achille pour le pouvoir impérial lui-même.

Notes

2 Mal compris par Maion, qui renonce à développer et à défendre l’archipel de cités africaines pour concentrer les ressources sur la défense de la terre ferme face à la frontière des Abruzzes et de la campagne romaine, mais qui prolonge, à travers l’action de ses parents les amiraux, le volet méditerranéen de la politique de l’Antiochénien, vers la Grèce et l’Orient.

3 Cf. H. Bresc, « Le royaume normand d’Afrique et l’archevêché de Mahdiyya », in M. Balard et A. Ducellier, Le Partage du monde. Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, Paris, 1998, p. 347-366.

4 R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides des origines à la fin du XVe siècle, Paris, 1940, t. i, p. 26.

5 HB, II, p. 276-280, daté, par erreur, du 20 avril 1231 : traité entre Abū Isḥāq b. Ibrāhīm b. Abū ḥafṣ, gouverneur almohade de mai à décembre 1221, et l’ambassadeur Vibaldus. R. Brunschvig, La Berbérie orientale…, p. 26, l’attribue très justement à 1221, précisément le 6 août.

6 BAS, II, p. 252.

7 C’est la réflexion la plus sûre d’E. Kantorowicz, Federico II imperatore, Milan, 1976, p. 170 sqq. On peut accepter aussi l’image de Frédéric, « disciple et rival », alors que celle d’un Frédéric formé dans une atmosphère « orientale » à Palerme, autodidacte, admirateur de l’islam, est à écarter résolument, avec quelques naïvetés (Enrico Abbas, c’est-à-dire Abbate, compris comme nom « sarrasin »). Par une curieuse convergence, E. Kantorowicz et D. Abulafia font une égale confusion entre Arabes et musulmans. Mais on ne peut douter de l’amitié intellectuelle avec le prince et ses ambassadeurs.

8 Comme Théodore d’Antioche, envoyé par le calife.

9 M. Amari, « Estratti del Tārīkh Manṣūrī », Archivio Storico Siciliano, IX, 1884, p. 98-124, en particulier p. 123.

10 M. Canard, « Une lettre du calife fatimite al-Ḥāfiz (524-544 / 1130-1149) à Roger II », in Atti del Congresso Internazionale di Studi Ruggeriani, Palerme, 1955, p. 126-146.

11 HB, V, p. 726.

12 E. Blochet, « Les relations diplomatiques des Hohenstaufen avec les sultans d’Égypte », Revue historique, XXVII, 80, sept.-déc. 1902, p. 51-64.

13 J.-M. Martin, « La colonie sarrasine de Lucera et son environnement. Quelques réflexions », in Mediterraneo medievale. Scritti in onore di Francesco Giunta, Soveria Mannelli, t. II, 1989, p. 797-811.

14 B. et G. Lagumina, Codice diplomatico degli ebrei di Sicilia, Palerme, 1884, t. I, p. 20, no 22, 15 décembre 1239.

15 BAS, I, p. 522-523.

16 Ch. H. Haskins, « The Sicilian Translators of the Twelth Century », Studies in the history of Medieval Science, 1924, p. 155-193, en particulier p. 170.

17 BAS, II, p. 107 : témoignage de Djamāl-al-Dīn, grand cadi shafi‘ite de Hamah, ambassadeur en 1260-1261.

18 P. Gautier Dalché, « Les savoirs géographiques en Méditerranée chrétienne (XIIIe siècle) », Micrologus, II, 1994, p. 75-100, en particulier p. 93 et C.S.F. Burnett, « An Apocryphal Letter from the Arabic Philosopher Al-Kindi to Theodore, Frederick’s Astrologer, Concerning Gog and Magog, the Enclosed Nations, and the Scourge of the Mongols », Viator, 22, 1991, p. 163-166.

19 D. Jacquart, « La Physiognomonie à l’époque de Frédéric II », Micrologus, II, 1994, p. 19-37, en particulier p. 26 ; le pseudo-Aristote sera traduit par Barthélemy de Messine à la cour de Manfred.

20 A. de Libéra, Penser au Moyen Âge, Paris, 1991, p. 169-171, y voit, au-delà de la recherche du pouvoir et de son service, la création d’une demande philosophique et l’expression d’un devoir de révéler les réalités de la nature et de diffuser le savoir, une véritable mission d’Aufklärung exprimée dans la lettre de Manfred aux maîtres ès arts de Paris.

21 Ch. H. Haskins, « The Sicilian Translators… », p. 246.

22 C. Sirat, « La Filosofia ebraica alla corte di Federico II », in Federico II, P. Toubert et A. Paravicini Bagliani (dir.), Palerme, 1994, vol. 2, Federico II e le scienze, p. 185-197.

23 Ch. H. Haskins, « The Sicilian Translators… », p. 254 : le Sidrac, traduit par Frère Roger de Palerme.

24 Ibid., p. 269.

25 A. Paravicini Bagliani, Medicina e scienza della natura alla corte dei papi nel Duecento, Spolète, 1991, en particulier p. 55-94.

26 HB, V, 1, p. 603.

27 M. Amari, « Estratti del Tārīkḥ Manṣūrī », p. 119-123 ; les rédacteurs citent ainsi Mutanabbi, dont il existait donc à la Cour au moins des extraits.

28 BAS, II, p. 266.

29 R. Halleux, « L’Alchimia », in Federico II e le scienze, p. 152-161, en particulier p. 156.

30 C. Sirat, « Les traducteurs juifs à la cour des rois de Sicile et de Naples », in G. Contamine, Traduction et Traducteurs au Moyen Âge, Paris, 1989, p. 169-191.

31 D. Abulafia, Federico II. Un imperatore medievale, Turin, 1988, p. 211-212, sur les « cours par correspondance ».

32 BAS, II, p. 107 : l’ambassadeur de Baybars, Djamāl al-Dīn, cadi shāfi‘ite d’Alep, qui a discuté avec Manfred, reconnaît son discernement et son amour des disciplines spéculatives.

33 R. Rashed, « Frédéric II et les mathématiques arabes », Micrologus, II, 1994, p. 145-160.

34 En attendant l’analyse que prépare A. Luttrell, quelques éléments dans H. Bresc, « Sicile, Malte et monde musulman », in Malta, a Case Study in International Cross-Currents, S. Fiorini et V. Malia-Milanes (dir.), Malte, 1991, p. 47-79.

35 En 1241, l’assise économique des possessions et des entreprises de la cour impériale y reposait largement sur l’esclavage ; sur cinquante-cinq charruées Gilbert avait constaté la présence de quatre-vingts esclaves djerbiens qui flanquaient les quatre curatuli, responsables de la culture et les cinquante-cinq bouviers (un par charruée), et de douze esclaves associés aux bergers et aux gardiens des juments et des ânes.

36 Mais les salines appartenaient déjà au patrimoine royal.

37 M. Del Treppo voit dans le système des massarie un système intégralement et exclusivement tourné vers le marché et fondé sur la raison, parfaitement rationnel et précocement capitaliste.

38 HB, V, 1, p. 506-508 ; 12 novembre 1239.

39 P. Chalmeta, « Il Controllo dello Stato nella vita economica del mondo musulmano », in Federico II, vol. 1, Federico II e il mondo mediterraneo, p. 286-301.

40 C. Cahen, Makhzūmiyyāt. Études sur l’histoire économique et fiscale de l’Égypte médiévale, Leyde, 1977, p. 257.

41 H. Bresc, « Les Fatimides, les Croisés et l’habitat fortifié », in Habitat fortifié et Organisation de l’espace en Méditerranée médiévale, Lyon, 1983, p. 29-34.

42 Ainsi le gayt Solomon, déjà mort, cependant, en 1229 ; BCP QqH 3, fo 50.

43 Par exemple, en 1202, Christodula, fille de Sittilchul, est la femme de Mattheus de Ebolo, serviens du Palais ; en 1232, Seyda est l’épouse de Riccardus de Carino et la mère du chanoine agrigentin Santorus ; en 1248, une autre Christodula (dont les parentes se prénomment Gazelona, Charufa, Charusa, Chusin et Indulcia) est la veuve du vicomte de Palerme, Mattheus Budac.

44 La question se pose à propos de l’inventaire de livres rédigé en arabe et découvert par Mgr Rocco à la Palatine, où on arrive à identifier des titres latins (le Cantique des cantiques, Justinien) et des titres complexes (Tafsīr du Paternoster).

45 P. Collura, Le più antiche carte dell’Archivio capitolare di Agrigento, Palerme, 1961, p. 117, no 59.

46 G. Silvestri, De Rebus Regni Siciliæ (9 settembre 1282-26 agosto 1283). Documenti inediti estratti dell’Archivio della Corona di Aragona, Palerme, 1882, p. 327.

47 En 1239, Philippos se dit fils du notaire Michael Domnou, en 1252 on connaît Johannes de Dumpno et Charusus fils du notaire Philippus (son frère, donc), en 1259 Gervasius de Dumpno ; L. Garofalo, Tabularium regiæ et imperialis Cappellæ collegiatæ divi Petri in regio panormitano Palatio, Palerme, 1835, p. 56 (no 42), 61 (no 45) et 67 (no 47). En 1266, Johannes participe à une traduction de l’arabe ; en 1262, il achève la traduction en latin des tables astronomiques ; Ch. H. Haskins, « The Sicilian Translators of the Twelth Century », p. 270 : en 1274 on rappelle que le prêtre Petrus de Dumnis était, sous Manfred, le procureur du chantre de la Palatine ; L. Garofalo, Tabularium regiæ…, p. 76, no 58.

48 En 1249, il est notaire au palais ; BCP QqH7, fo non numéroté ; en 1275, il est l’interprète de l’arabe de l’ambassade de Tunis ; RCA, XIII, p. 68. En 1282, il est envoyé auprès des Sarrasins de Pantelleria.

49 En 1280, Nicolaus de Ebdemonia, maître des monnaies, est envoyé à Tunis pour toucher le tribut ; RCA, XXII, 1969, p. 176.

50 En 1275, le notaire Nicolaus Pipitone sera envoyé à Tunis pour le tribut.

51 S. Cusa, I Diplomi greci ed arabi di Sicilia, I, 1-2, Palerme, 1868-1882, p. 676.

52 Ibid., p. 602.

53 BCP QqG 87 et D. Girgensohn et N. Kamp, « Urkunden und Inquisitionen des 12. und 13. Jahrhunderts aus Patti », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 45, 1965, p. 1-240, en particulier p. 216.

54 E. Winkelmann, Acta Imperii inedita seculi XIII, Innsbrück, 1880, t. I, p. 274, no 306.

55 HB, I, p. 54.

56 HB, V, 1, p. 668 ; il est châtié pour une irrégularité.

57 BCP QqH3, fo 56.

58 BCP QqH7, fo 417.

59 P. Scheffer-Boischorst, « Urkunden und Forschungen zu den Regesten der staufischen Periode. II », Neues Archiv, 27, 1902, p. 71-124, en particulier p. 107-109.

60 En 1255 et en 1258 ; H. Bresc, « La propriété foncière des musulmans dans la Sicile du XIIe siècle : trois documents inédits », in B. Scarcia Amoretti, Del nuovo sulla Sicilia musulmana, Rome, 1995, p. 69-97, en particulier p. 72.

61 RCA, XVIII, 1964, p. 426-427. Les notices recopiées avant 1943 et publiées par l’équipe des archivistes napolitains sont souvent incertaines dans le détail.

Auteur

Université Nanterre, Paris X

© Presses universitaires de Caen, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540