Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric II (1194-1250) et l'héritage normand de Sicile

 | 
Anne-Marie Flambard Héricher

Frédéric II et son temps

L’héritage normand dans la politique ecclésiastique de Frédéric II

Norbert Kamp †

Note de l’éditeur

Le texte édité dans ce volume est la transcription de la communication orale présentée par Norbert Kamp à Cerisy. Il ne comporte donc pas de notes ni de références bibliographiques.

 

Nous avons eu la tristesse d’apprendre le décès, à l’âge de 72 ans, de Norbert Kamp, le 12 octobre 1999. Ce texte est l’un des derniers qu’il aura publiés.

Norbert Kamp était l’un des très grands spécialistes de l’époque frédéricienne en Italie méridionale et en Sicile. Son ouvrage le plus important, Kirche und Monarchie im staufischen Königreich Sizilien. I. Prosopographische Grundlegung Bistümer und Bischöfe des Königreichs 1194-1266, Munich, 1973-1982, 4 vol., qui s’inscrit dans une longue tradition de l’historiographie allemande (notamment représentée entre les deux guerres par Hans-Walter Klewitz), est une prosopographie de l’ensemble des évêques du royaume de Sicile à l’époque souabe, de 1194 à 1266 – mais l’étude couvre en réalité une période plus longue. Cette œuvre fondamentale est un modèle du genre, tant par son ampleur que par sa densité et sa précision ; sa préparation avait fait visiter à son auteur une impressionnante quantité de fonds d’archives.

Chercheur infatigable, Norbert Kamp était en outre doué d’un remarquable esprit de synthèse : les nombreux articles qu’il a écrits sur l’épiscopat sud-italien, ses attaches sociales et politiques, sa formation intellectuelle et pastorale aux Xe-XIIe siècles ont ouvert bien des perspectives nouvelles. Ses études sur les réformes économiques et sur l’administration fiscale du royaume au XIIIe siècle, sur l’immigration allemande à l’époque souabe constituent des repères fondamentaux.

Avec Arnold Esch, Norbert Kamp avait coordonné la préparation et la publication des actes du congrès organisé en 1994 sur Frédéric II par l’Institut historique allemand de Rome : Friedrich II. Tagung des Historischen Instituts in Rom im Gedenkjahr 1994, Tübingen, 1996.

Norbert Kamp a été pendant de longues années président de l’université de Göttingen. C’était, enfin, un homme d’une rare modestie, d’un abord affable et d’une grande simplicité.

La médiévistique européenne perd en lui un de ses représentants les plus éminents.

Jean-Marie Martin

Texte intégral

1Le thème général de ce colloque me fournit le plan de mon exposé : nous étudierons, dans le cadre des liens juridiques qui régissaient les rapports entre le roi et le pape, l’héritage normand dans l’Église et dans son organisation, dans sa dotation et son entretien, et enfin dans les élections et les successions ; puis nous analyserons (dans l’ordre inverse) la manière dont Frédéric II géra cet héritage, des élections jusqu’à l’entretien et la dotation, ce qui nous permettra en même temps de voir jusqu’à quel point les églises du royaume de Sicile furent intégrées dans sa politique de restauration monarchique.

L’héritage normand

La fidélité à l’Église romaine

2À la mort de l’impératrice Constance, dernier souverain de la maison de Hauteville, l’héritage normand n’était plus tangible dans les traditions spirituelles des institutions transplantées en Italie du Sud par les Normands. Ces liens institutionnels n’avaient subsisté que l’espace de quelques générations. Dans les assemblées diocésaines siciliennes marquées de l’empreinte des Normands, la tradition des évêques-abbés s’éteignit dans les premières décennies du XIIIe siècle (le dernier fut celui de Monreale) ; l’influence normande était devenue inexistante. En revanche, au XIIe, et même au XIIIe siècle, on pouvait encore noter la présence de prélats issus de familles normandes de la première génération du XIe siècle, tels Roger de San Severino à Bénévent (1179-1221) ainsi que Marino et Enrico Filangieri, titulaires du siège archiépiscopal de Bari entre 1227 et 1258. Leurs familles, qui avaient accédé dans l’intervalle au rang de la haute noblesse du Sud, n’avaient plus aucun lien avec la Normandie. Les évêques précités choisissaient des moines ou des dignitaires ecclésiastiques originaires de l’Italie du Sud, dont les familles s’étaient installées depuis des générations dans leurs baronnies et avaient adopté l’art de vivre de leur nouvelle patrie.

3Dans le domaine religieux, l’héritage normand ne se traduisait donc ni dans une continuité de personnes, ni dans des institutions ecclésiastiques normandes. D’autre part, la relation entre « réforme de l’Église et fidélité à Rome » qui avait conféré une certaine dynamique à la rénovation de l’Église d’Italie du Sud après les inféodations de Melfi n’eut aucune influence historique. En dépit de tous les conflits, la fidélité à l’Église romaine fut la loi avec laquelle la monarchie se constitua en 1130, et cette loi s’appliqua tout autant aux églises qu’aux monastères rassemblés pour la première fois par la monarchie dans une fédération politique, ainsi qu’à leurs représentants ecclésiastiques.

Le morcellement de l’Église d’Italie du Sud

4L’organisation en Église de l’Italie du Sud, qui avait dû s’adapter rapidement, à partir du Xe siècle, à diverses situations d’ordre politique, religieux, et même stratégique, ne se stabilisa qu’après le concordat de Bénévent de 1156 et l’accession de Monreale au rang d’archevêché en 1183, ce qui entraîna une dernière réorganisation des provinces ecclésiastiques siciliennes. Les modifications ultérieures furent minimes tant en nombre qu’en qualité. Contrairement à l’île de Sicile, où la relatinisation permit même une réorganisation des diocèses, la géographie ecclésiastique du continent était marquée par un profond morcellement. Celui-ci était le reflet d’un compromis historique entre divers partenaires, qui respectait dans ses grandes lignes un passé franc, lombard ou grec, en garantissant, dans un étroit périmètre, la pérennité d’évêchés aussi petits soient-ils. Dans le cadre de ce compromis historique, et tout en reconnaissant le principe de l’obédience romaine, il était possible de respecter les rites grec et latin et de garantir l’autonomie et les perspectives de développement des communautés religieuses des deux parties de la population.

5À l’intérieur de ce système, chacun avait sa place, aussi bien l’évêque ou l’abbé ayant qualité de seigneur féodal dans les Abruzzes, que l’évêque faisant fonction de curé municipal et de chef d’une Église autonome dans l’ancien duché d’Amalfi, que le prieur ermite retiré du monde des montagnes du Samnium ou que l’abbé bénédictin aux allures de prince. Dans ce contexte, il ne faut néanmoins pas oublier que la nouvelle monarchie, qui maintenait le pays très fermé et qui affichait de plus en plus nettement une volonté centralisatrice dans sa législation et sa structure administrative, mit en marche un processus de nivellement et d’assimilation qui toucha aussi les églises et qui permit le développement de structures unitaires, au moins dans certains domaines.

Biens et autorité de l’Église

6Les évêques des Abruzzes et les abbés depuis le Mont-Cassin jusqu’à Saint-Clément de Casauria conservèrent leur dotation, antérieure à l’arrivée des Normands dans le royaume, où ils ne furent intégrés que tardivement. Le nombre de leurs châteaux forts et de leurs fiefs, leurs droits régaliens et leurs prérogatives dans l’administration des villes étaient hors du commun. Seule une minorité des autres évêques et abbés avaient des obligations comparables.

7La dotation des églises par les Normands, qui fut à l’origine l’œuvre de quelques ducs, comtes ou seigneurs, et dont la structure ne fut étendue à l’ensemble du pays que sous la monarchie, ne concédait qu’exceptionnellement aux évêques des châteaux, des fiefs d’une certaine importance, et des droits de justice. C’étaient surtout les archevêchés qui possédaient des baronnies ecclésiastiques, et parfois même dans des lieux qui étaient eux-mêmes des évêchés, tels Bova et Bitetto. La plupart des églises exerçaient le pouvoir sur les terres de vassaux qui étaient au service direct ou indirect de la couronne. À l’exception des Abruzzes, cette politique de réserve féodale ôtait généralement aux évêques la possibilité de participer à l’exercice du pouvoir à l’intérieur de leur propre diocèse. Bien au contraire, la dotation normande limitait les prérogatives des évêques en les contenant dans un diocèse aux limites géographiques elles-mêmes étroites. Elle entravait leur action par un lien particulier de dépendance, à savoir la nécessité de procéder à une confirmation de la vassalité, à laquelle seul le roi pouvait procéder, lors de tout changement d’évêque ou de vassal.

8Les cas particuliers représentés par Teramo et Chieti entrent aussi peu dans la balance que les évêchés siciliens de Catane, Patti, Cefalù et Monreale, gouvernés par des assemblées diocésaines. S’il est vrai que sur le territoire ecclésiastique de Catane ainsi que sur les vastes possessions de Monreale et même dans les Pouilles, la justice était rendue par des justiciers ecclésiastiques, cela montre seulement que la volonté de participation au pouvoir n’était pas étrangère au haut clergé, mais qu’elle ne pouvait se réaliser que dans des circonstances exceptionnelles. En 1194, Henri VI ne se contenta pas de nommer son allié salernitain Johannes Princeps en remplacement de l’archevêque Nicolas, fait prisonnier par les Allemands ; il lui concéda également l’autorité judiciaire sur son territoire ecclésiastique, entrant par là même dans la datation des instruments notariaux. Cette unique concession ne fut, semble-t-il, pas maintenue lors de l’abandon des privilèges sous le même empereur. Des juridictions épiscopales ou monastiques du même ordre, qui justifiaient leur rang en arguant de leur droit de justice, furent supprimées à la suite de la Curia regis de Capoue.

Les droits régaliens

9Dans le domaine des droits régaliens, qui englobaient des droits de souveraineté d’ordre économique, les Normands se montrèrent encore plus réservés que pour les châteaux, les fiefs et les propriétés foncières. Les marchés et les douanes, les ports et les magasins, les droits miniers ne cessèrent jamais d’être propriété de la couronne. En revanche, les seigneurs normands confièrent aux métropolitains et à certains évêques des tâches nécessitant un personnel spécialisé, ce qui leur permettait par la même occasion de soumettre à un contrôle, effectué par les autorités ecclésiastiques locales, les corporations de juifs spécialisés dans ces tâches. C’est la raison pour laquelle les teintureries et les abattoirs constituaient généralement une source de revenus pour les églises.

Les dîmes régaliennes

10Le lien le plus étroit entre la couronne et l’Église était constitué par les dîmes régaliennes. Comme système de financement des églises, même si l’on peut trouver des exemples semblables au nord des Alpes, elles étaient uniques en Europe. Le seigneur de la ville dont le roi prenait ultérieurement la succession réservait à l’église correspondante le dixième de tous les impôts indirects levés ou obtenus dans la ville épiscopale et parfois dans les localités environnantes. Ces impôts allaient des recettes du tribunal et des taxes sur le commerce aux revenus du demanium, en passant par les droits sur les étalons de mesure et sur l’utilisation des moulins. On assista en Sicile, parallèlement aux nouveaux diocèses, à la création de provinces « décimatrices » dans lesquelles les évêques avaient droit aux deux tiers du dixième d’une longue liste de recettes publiques allant de la pêche au thon jusqu’au loyer des échoppes. Roger II avait réservé le tiers restant à la chapelle palatine, dont les prébendes, pour cette raison, furent appelées « tertiaires ».

11Les dîmes régaliennes constituèrent un instrument spécifiquement normand d’entretien des églises. Il correspondait aux besoins d’un grand nombre d’églises d’importance variée, d’autant plus que l’obligation de lever la dîme était transmissible au propriétaire lors la concession de comtés et de baronnies. À long terme, les dîmes eurent des conséquences spécifiques sur les rapports entre l’Église et la couronne. Les églises « décimatrices » recouvraient également les bénéfices supplémentaires provenant de la pacification du royaume et du développement économique qui en découlait. Vues sous cet angle, les dîmes ont eu pour conséquence de promouvoir les intérêts communs des églises et de la couronne plutôt que d’exacerber la volonté des églises de défendre leurs propres intérêts.

12Par ailleurs, les dîmes régaliennes ainsi que l’obligation de réassurance des fiefs eurent pour effet de tenir la dragée haute aux prélats et aux vassaux et de leur faire sentir à intervalles réguliers leur état de dépendance vis-à-vis de la couronne. Bien que cette intention n’ait guère été présente au moment de sa création, la dîme régalienne s’est révélée être un puissant moyen de tuer dans l’œuf toute tentative de désintégration féodale de la monarchie avec le soutien de l’Église et de ses représentants.

Le contrôle des élections

13Dans les années de conflit qui l’opposèrent aux papes, le roi Roger II avait développé les instruments qui, par le choix des évêques et des abbés, garantissaient la stabilité de la domination du souverain sur les églises. En 1156, le concordat de Bénévent, dans ses chapitres concernant les légations, les synodes, les procédures d’appel et les élections, formalisa la pratique du premier roi sous la forme d’un code juridique accepté dans un premier temps par les deux parties : pape et roi. Ce concordat confinait les conflits religieux internes à l’intérieur du pays ; ainsi le royaume apparaissait à des observateurs extérieurs comme une enclave éloignée de l’évolution juridique de l’Église, en particulier lorsque ceux-ci, contrairement au concordat dont le contenu se limitait aux points litigieux, considéraient toute la palette des droits du souverain à l’intérieur de l’Église.

14Alors que sous Roger II dans les églises et les monastères, le contrôle des élections, développé par le roi et entériné par le concordat, s’effectuait d’une façon mesurée et généralement dans la discrétion, sous Guillaume II, ce contrôle fut étendu à l’ensemble du royaume. Après déclaration de la vacance, une licentia eligendi était nécessaire avant de pouvoir procéder à l’élection. Ensuite, le résultat de l’élection restait secret jusqu’à ce que le roi ou ses représentants en fussent informés. L’élection n’était définitive qu’après avoir reçu l’assensus du roi, lequel pouvait la refuser s’il s’agissait d’individus coupables de haute trahison, d’ennemis de l’Empire et autres opposants au souverain. Ce système achevé permettait de considérer l’épiscopat et les abbés puissants, outre leur mission spirituelle, comme des administrateurs de la couronne et des garants de l’unité de l’Empire.

Les ressources

15En conséquence, l’héritage normand repris par Frédéric II en 1208 consistait en une dotation qui lui permettait de tenir tête au féodalisme de l’Église, qui n’autorisait qu’exceptionnellement une domination territoriale, et qui veillait strictement au respect des liens féodaux et des obligations. La concession de droits régaliens reposait sur la surveillance des juifs par les autorités ecclésiastiques : c’est la raison pour laquelle elle ne valait que pour quelques secteurs d’activité et restait l’exception, si on la compare avec la pratique rencontrée en Italie du Nord et dans les États situés au nord des Alpes. La majorité des taxes publiques, essentiellement les impôts indirects, restaient prérogative de la couronne ; les églises recevaient pour leur entretien un pourcentage déterminé des recettes publiques qui, durant la période normande, était généralement en augmentation et qui représentait un volume important pour certaines d’entre elles. Le cinquième élément correspondait aux prérogatives du pouvoir monarchique sur les églises, représenté essentiellement par la clause de réserve du roi (assensus) dans le déroulement des élections ecclésiastiques, auxquelles s’ajoutaient également des droits spécifiques sur les églises sans titulaires, sans oublier la saisie de prébendes vacantes, et les servitia de l’église, qui englobaient également les services à rendre à la cour et les services diplomatiques, très gourmands en temps.

L’Église au temps de Frédéric II

16La question se pose alors de savoir de quelle manière Frédéric II a repris cet héritage et comment il a déterminé dans ce contexte les objectifs et les priorités de sa politique religieuse. Afin de ne pas rompre le fil de notre exposé, nous inverserons l’ordre de nos réponses et nous évoquerons d’abord les élections ecclésiastiques. Nous évoquerons ensuite les dîmes régaliennes, les droits régaliens et la dotation. En conclusion, nous nous interrogerons sur l’attitude du haut clergé par rapport à la politique religieuse de Frédéric II en sa qualité de successeur des Normands.

Les élections ecclésiastiques

17Les crises de succession qui suivirent la mort de Guillaume II permirent à Célestin III et Innocent III, dans leurs négociations avec Tancrède, Constance et Frédéric II, de revenir sur le concordat de Bénévent et de corriger les chapitres particulièrement litigieux. En protestant en 1195 contre l’envoi d’un légat du pape et contre la nomination d’un ennemi de l’Empire au rang d’archevêque, Constance avait encore fait figure de défenseur résolu de l’héritage normand. Trois années plus tard, Innocent III retourna à son avantage la nouvelle situation politique créée par la mort d’Henri VI. Il lia son accord sur la vassalité de Constance et sur la succession de Frédéric à la conclusion d’un nouveau concordat réglementant les élections ecclésiastiques conformément à son point de vue. Il restreignit l’assensus en exigeant que l’élection fasse l’objet d’une annonce préalable. En raison de la mort de l’impératrice avant qu’elle ait pu s’engager sur le texte du privilège élaboré par le pape, les clauses du concordat n’eurent pas force de loi dans le royaume. Vers l’extérieur, le fait qu’Innocent III, en sa qualité de tuteur féodal de Frédéric II et de balius du royaume, ait exercé personnellement – ou par l’intermédiaire de ses légats – les droits du roi lors des élections, masqua ce revers politique dans les dix années qui suivirent.

18Quelques mois après la fin de la régence, il s’avéra que les points de vue du pape et du roi étaient inconciliables. En 1209, Frédéric II bannit des membres du chapitre de Palerme qui s’opposaient à son candidat. À Policastro, il présenta son médecin personnel Jacobus comme candidat contre le candidat présenté par le chapitre ; il amena même le légat du pape à se ranger de son côté. Innocent III rabroua Frédéric II en lui exposant les accords conclus avec sa mère Constance, sans toutefois attirer son attention sur le fait qu’en 1198, ceux-ci n’avaient pas été intégrés comme prévu à la juridiction du royaume par une publication générale.

19En exigeant de Frédéric II, en 1212, avant son départ pour l’Allemagne, des garanties pour l’avenir, Innocent III rectifia les conséquences du décès prématuré de Constance. Dans un privilège distinct, Frédéric II donna alors confirmation au pape de la liberté d’élection canonique dans le royaume, avec cependant une restriction dont la particularité ne se limitait pas au changement du sujet par rapport à l’acte précédent : « in quibus (litteris) sic canonice libertati deferimus, ut dignitatem regiam non ledamus. » Dans l’acte précédent, le privilège d’Innocent III pour Constance, on pouvait lire : « in quibus sic in multis regie serenitati deferimus, ut libertatem ecclesiasticam non ledamus. » Sur le fond, Frédéric II confirmait la procédure négociée par le pape quatorze ans auparavant avec les envoyés de Constance : l’assensus royal était respecté, l’annonce préalable de l’élection maintenue comme contrepartie. Sans assensus, l’élu se voyait refuser l’intronisation, sans la confirmatio ecclésiastique, l’administration lui était refusée. Les effets parallèles de la confirmatio et de l’assensus supposaient une bonne intelligence entre les partenaires, mais ils ouvraient également la porte à des conflits. On le voit en particulier lorsque le pape – comme ce fut le cas face à Tancrède lors du concordat de Gravina – prétendait se réserver le droit de se faire son propre jugement sur les raisons justifiant un refus de l’assensus, mais considérait la confirmatio comme le domaine réservé du droit canon et donc refusait tout dialogue à ce sujet avec le souverain.

20Après le concile du Latran de 1215, qui avait fixé les conditions des élections ecclésiastiques, Innocent III et Honorius III étaient en mesure de considérer que leurs positions étaient inattaquables, mais ils s’efforcèrent, dans des questions de personnes, d’aller au-devant de Frédéric II, alors en Allemagne, afin d’adoucir quelque peu la rigueur des principes établis. Innocent III mit fin à la querelle de l’élection de Palerme, d’une part en refusant la confirmatio au candidat royal Parisius, d’autre part en déplaçant en contrepartie, de Bari à Palerme, en 1213, Bérard de Castagna, un prélat que le jeune roi considérait comme un ami et un père depuis qu’il l’avait accompagné en Allemagne. En 1219, Honorius III accéda à la demande de Frédéric II de nommer son confident Nicolas archevêque de Tarente bien qu’il eût précédemment privé le chapitre du droit de vote.

21Les assises de Capoue, qui marquèrent le début d’une politique de restauration monarchique, ne laissèrent à Honorius III qu’une faible marge de manœuvre pour trouver un arrangement, d’autant plus qu’après son retour dans le royaume, Frédéric II signala très vite son intention de parvenir à une conclusion dans la question des élections. Des rencontres au sommet eurent lieu pour rechercher un compromis : l’empereur et le pape y parvinrent en 1222, avec une nouvelle procédure. Des conférences épiscopales régionales, dont la majorité des membres étaient des ecclésiastiques jouissant de la confiance de l’empereur, étaient chargées de vérifier les raisons ayant entraîné un refus de l’assensus, maintenant ainsi le pape à l’écart de cette querelle tout en contribuant à ne pas faire perdre la face à l’empereur.

22Cette voie se révéla impraticable, car en raison des conflits en cours au sujet des élections, qui n’avaient cessé de s’envenimer, il était devenu impossible de ne pas poser la question de fond, qu’Honorius III résuma de façon purement rhétorique : pourquoi l’Église romaine n’aurait-elle pas dans son fief les mêmes droits que dans les autres monarchies d’Occident alors qu’à l’opposé, l’empereur ne voulait aucunement accepter une réduction de la dignitas regia, qu’il avait évoquée en 1212 dans son privilège papal ? C’est pourquoi Frédéric fit savoir au pape, en 1223, qu’il fermerait les portes des églises et des villes aux évêques de Salerne, de Capoue et d’Aversa, nommés unilatéralement.

23La situation restant bloquée, Honorius III se décida en septembre 1225 à pratiquer la politique du fait accompli. Il nomma ou déplaça cinq évêques, dont trois métropolitains et un abbé. Frédéric II répliqua comme il l’avait annoncé : il interdit l’accès des églises aux évêques et à l’abbé et les priva de leurs rentes. Un an plus tard, il revint sur sa position, encouragé en cela par Honorius III, qui n’avait choisi que des prélats contre lesquels Frédéric II pouvait difficilement faire valoir des réserves. Ce précédent ne parvint pas à affaiblir l’assensus du souverain que le pape avait délibérément bafoué. Dans la polémique qui avait précédé ce compromis, c’est précisément face au pape que Frédéric II avait fait valoir le ius electionis Sicilis regibus debitum ex antique.

24En 1227, pendant la première année de son pontificat, Grégoire IX se rallia à la ligne de son prédécesseur et se montra conciliant afin de ne pas mettre d’huile sur le feu. Jacques de Patti, familier de l’empereur, s’installa à Capoue, où Honorius III l’avait déplacé en 1225 ; Obizo d’Asti, un notaire pontifical proche de l’empereur, alla à Cosenza et Petrus Paparonus, un vicaire pontifical enseignant à l’université de Naples, à Brindisi. À Trani et à Bari, où les chapitres ne parvenaient pas à se mettre d’accord, on fit appel au pape qui trouva des solutions prenant en compte les points de vue de Frédéric II sans que cela fut expressément dit. La crise de la croisade et l’entrée des soldats porteurs de la Clé dans le royaume mirent fin à cette brève période de recherche d’un modus vivendi.

La reconnaissance des statuts électoraux

25Dans les négociations qui précédèrent la paix de San Germano (1229-1230), Grégoire IX exigea la reconnaissance des règles électorales par le royaume de Sicile, ce qui aurait comme conséquence de rendre caduc le regius assensus. En juillet 1230, dans le cadre de l’application des différents articles de l’accord de paix, les légats du pape ordonnèrent à l’empereur de garantir la liberté des élections, des candidatures et de la confirmatio dans les églises et les monastères du royaume. Nous devons à Gerhard Baaken, qui a réexaminé les pièces relatives à ce traité de paix, la découverte selon laquelle Frédéric II, contrairement aux autres articles, ne fit pas promulguer de mandement d’exécution pour l’article concernant les élections dans le royaume. Quinze ans plus tard, Innocent IV blâmait encore cette omission dans son décret de déposition devant le concile de Lyon. La querelle autour de l’assensus et de la confirmatio s’en trouvait à nouveau ajournée ou, considérée sous un autre angle, réglée, dans la mesure où les deux parties campaient sur leurs positions et ne perdaient pas la face.

26Pour la période suivante, nous disposons d’un exemple illustrant parfaitement la façon dont les élections se déroulaient dans le royaume, en l’occurrence au monastère du Mont-Cassin après le décès de l’abbé Landulfus Senabaldus. Richard de San Germano les rapporte avec un style d’une concision toute personnelle, mais aussi avec le regard du notaire ayant reçu une formation juridique. J’aimerais reprendre ici son compte rendu.

27Comme l’empereur se trouvait en Allemagne, la congrégation informa de la vacance, en juillet 1236, les domini imperalis curie en résidence dans les Pouilles. La licentia eligendi fut aussitôt donnée, mais fut retirée par les régents lorsque l’on apprit, en août, que l’empereur se trouvait en Lombardie. Deux moines se mirent en route pour Crémone, en vain, car dans l’intervalle, Frédéric II avait regagné l’Allemagne. Arguant de l’autorisation d’élection des familiers, la convention élut, en janvier l237, Pandulfus de Sancto Stefano, quasi per inspirationem. Deux moines remirent la notification de cette élection à l’empereur, en mars 1237, en Allemagne. En mai 1237, Frédéric II réagit en donnant l’ordre aux familiers de vérifier si l’élu avait les qualités requises. À la demande de la congrégation, l’inquisitio tam de fide quam de sufficientia electi ne fut confiée à nul autre qu’au grand juge de la cour Taddeus de Sessa. Au vu de son rapport, les familiers donnèrent leur assensus en juillet 1237, iuxta mandatum Cesaris.

28C’est seulement à ce moment-là que commença la procédure de confirmation pontificale. En août 1237, cinq délégués se rendirent chez le pape à Viterbe. Grégoire IX agit sans tarder. En septembre, il s’opposa à l’élection, la qualifiant de minus canonice celebrata. Il se laissa toutefois convaincre de nommer l’élu, Pandulfus, administrateur provisoire. Lorsque les moines se réunirent à nouveau pour un nouveau scrutin en juillet 1238, ils cédèrent leur droit de vote à l’archevêque Lando de Messine, un compatriote du pape. Comme Lando de Messine effectuait des missions de bons offices entre Rome et la Lombardie pour le compte du pape et de l’empereur, il ne procéda à l’élection qu’en novembre 1238. Son choix se porta sur le moine Stephanus de Corvaria. À Noël 1238, à Parme, l’empereur en personne donna son assensus à une délégation de la congrégation. Le mois suivant, deux autres moines présentèrent le deuxième décret d’élection au pape. Grégoire IX confirma l’élection en février 1239. Stephanus entra en fonction le 25 février 1239, deux ans et demi après le décès de son prédécesseur.

29Le processus de confirmation par le souverain et la procédure d’enquête par le pape étaient totalement distincts. Ils s’effectuaient l’un après l’autre, si bien qu’une cassation pontificale de l’élection remettait en cause l’assensus du roi. L’annonce de l’élection, l’octroi de la licentia eligendi, l’élection à proprement parler et la communication du résultat de l’élection s’effectuaient selon les règles en vigueur depuis l’époque de Guillaume II, mais avec les retards dus aux pérégrinations de l’empereur. L’importance du Mont-Cassin montre bien que les familiers ne souhaitaient pas agir à la place de l’empereur lorsque son retour était imminent. Par expérience, ils étaient bien conscients du fait que Frédéric tenait à prendre part à l’attribution de l’assensus, même lorsqu’il était au loin.

30L’enquête de fide et sufficientia electi, qui était ordonnée par l’empereur et qui précédait l’assensus, ne constituait pas à proprement parler une nouveauté dans le déroulement de l’élection, car des enquêtes sur les candidats s’effectuaient déjà dans les périodes antérieures lorsque les informations étaient insuffisantes. Entre-temps, dans l’administration du royaume, la pratique des enquêtes sur les personnes était devenue monnaie courante. Toutefois, la mise par écrit et la précision apportée aux critères de décision revalorisèrent l’assensus en tant qu’instrument du choix des évêques, en particulier lorsque l’enquête était effectuée par un juge éminent jouissant de la confiance particulière de l’empereur. En 1237, Richard ne citait que deux critères possibles. Mais d’autres enquêtes examinaient également l’origine et la fidélité, c’est-à-dire la fiabilité politique, et veillaient à ce que les élus soient originaires de familles ayant montré une fidélité sans faille à la monarchie.

Situation après la seconde excommunication de Frédéric II

31Après sa seconde excommunication par le pape, Frédéric II interdit en juin 1239 toute relation avec la curie romaine en n’autorisant toute sortie ou tout retour dans le royaume qu’avec des mandements spéciaux délivrés par le grand justicier de la cour. Dans les faits, la confirmatio devint caduque, et par là même la possibilité pour le pape de participer à la décision, si bien qu’à partir de ce moment-là, l’assensus prévalut à nouveau lors des élections.

32Malgré la déposition de Frédéric II lors du concile de Lyon et l’interdiction d’élire résultant de l’interdit pontifical de 1248, la situation resta inchangée dans le royaume jusqu’à la mort de Frédéric II. Sous Conrad et sous Manfred, le conflit fut relancé après l’échec de tentatives de conciliation avec les papes. Avec ses statuts sur la liberté ecclésiastique de 1248, Innocent IV indiqua les possibilités de rétablir de façon durable la liberté d’élection dans le sens de l’Église romaine et de mettre fin à la souveraineté religieuse provenant de l’héritage des Normands. Avec l’assurance du juriste, il décréta l’interdiction de la licentia eligendi et de l’assensus qui, dans la pratique de Frédéric II, s’étaient révélés tous les deux être les piliers de la dignitas regia parce qu’ils se situaient au début et à la fin du processus de l’élection et qu’à aucun moment, ils ne purent être repris à Frédéric.

Composition de l’épiscopat

33Après la paix de San Germano, la composition de l’épiscopat se trouva modifiée. La lignée des anciens curialistes issus des métropoles de l’Italie du Sud fut interrompue. Une seule exception : le notaire pontifical Pandulf, d’abord très puissant, mais qui, suite à un conflit l’opposant à Grégoire IX, avait trouvé un nouveau champ d’action comme évêque de Patti et était devenu un familier de l’empereur. Ce qui caractérisait le nouvel épiscopat, c’était le nombre croissant de groupes issus de la noblesse et auxquels l’empereur donnait la préférence dans l’administration de l’État de Sicile. Je serais tenté d’appeler l’ensemble de ces nobles la « noblesse de fonction de cour » : en effet, par leurs charges au service de la monarchie, la position sociale de ces nobles se trouva rehaussée. Même après les décimations et les revers ultérieurs, leurs familles purent la conserver, ce qui leur permit d’envisager un nouvel avenir. Les nouveaux évêques des années trente et quarante étaient issus de familles dont les membres avaient fait leurs premières expériences au service de l’empereur comme valetti avant de former l’assise politique de la monarchie dans les provinces, comme justiciers et intendants de château. Depuis que l’empereur faisait appel aux ressources humaines du royaume, ceux-ci faisaient également office de vicaires et de podestats en Italie du Nord ou du Centre. Les évêques pouvaient compter sur l’appui des justiciers issus de leur famille et les justiciers sur l’appui des évêques, lesquels pouvaient en retour apporter à leurs familles une protection spirituelle.

34Cette nouvelle noblesse de fonctions conféra à l’épiscopat et aux abbés de nombreux monastères, issus de leurs propres rangs, une cohésion sociale dont la puissance d’intégration est loin d’être négligeable. Cette cohésion – à laquelle il faut ajouter les effets des éléments de dépendance structurelle précédemment décrits – rendait le haut clergé insensible à toutes les pressions politiques ou religieuses en provenance de l’extérieur, et même à tout interdit ou excommunication, si bien que celui-ci ne se détourna jamais de Frédéric II, pas même dans les années de crise ou de rupture avec l’Église romaine.

Les ressources

35Dès la première décennie qu’il passa dans le royaume, la politique intérieure et extérieure de Frédéric II créa des besoins financiers dépassant largement les ressources traditionnelles de la couronne. Pour les guerres contre les Sarrasins et la croisade, l’empereur leva des contributions qui constituèrent la première étape de la collecta generalis, un impôt universel direct levé annuellement à partir de 1235. Les églises furent également mises à contribution avec leurs revenus temporels. Ce n’est que dans les années de crise, comme en 1239-1240, que leurs bénéfices et prébendes furent soumis à l’impôt, lequel pouvait, comme en 1241, être aggravé par une confiscation des trésors des églises, associée à une obligation de rachat. L’interdiction conciliaire d’imposer les églises resta lettre morte dans le royaume.

36En raison de la nécessité grandissante de trouver d’année en année de nouvelles sources de financement, les impôts indirects firent l’objet d’une nouvelle attention. Avant l’introduction de la collecta generalis, ils représentaient la ressource financière principale de la couronne, relativement facile à collecter. Leur augmentation, par de nouveaux taux et des prélèvements supplémentaires, n’aurait profité que partiellement à la couronne. La dîme régalienne obligatoire était l’une des bonnes habitudes datant de l’époque normande à laquelle Frédéric ne voulait ni ne pouvait toucher. C’est la raison pour laquelle les assises de Capoue avaient garanti les dîmes régaliennes. Les Constitutions de Melfi inscrivirent cette garantie dans le code.

37Lorsque Frédéric II introduisit la nouvelle politique économique dans les provinces, à partir de 1231, il opta pour une autre voie afin de libérer les recettes supplémentaires escomptées de l’hypothèque normande sans violer ces garanties. Aux anciens droits de douane et prélèvements vint s’ajouter un nouvel éventail d’impôts indirects regroupés sous le titre nova statuta, ce qui ramenait automatiquement les anciens prélèvements dans la catégorie des statuta vetera. Les nova statuta n’étaient pas soumis à l’obligation de la dîme, seuls les statuta vetera restaient frappés de cette charge. Ces deux catégories de prélèvements étant recouvrées par les mêmes fonctionnaires et étant difficiles à séparer l’une de l’autre dans la pratique quotidienne, on se mit à la recherche de solutions pragmatiques pour les séparer. La répartition réglementaire des impôts indirects attribua deux tiers aux statuta vetera et un tiers aux nova statuta de telle sorte que les bajuli et les procurateurs remettaient le dixième des deux premiers tiers aux églises alors que le dernier tiers était reversé dans son intégralité aux fonctionnaires provinciaux pour les besoins de la couronne. Même si, en d’autres lieux, les recettes étaient séparées en fonction de leur origine et rendaient nécessaires l’utilisation de formules compliquées pour le mandatement, cette répartition pragmatique aura probablement bien estimé l’ordre d’importance de l’augmentation des recettes fiscales de l’État. Les nova statuta augmentèrent d’environ 50 % le montant des recettes provenant des impôts indirects sans que les églises en bénéficient.

38À partir de 1231-1232, les dîmes régaliennes furent ainsi fixées à un niveau correspondant à l’état des impôts indirects de la fin de l’époque normande. Dans ce contexte, un certain nombre de bénéficiaires de dîmes étaient disposés à convenir des montants fixes avec la couronne et ses fonctionnaires. Ces montants étaient calculés sur le rendement moyen des dîmes et permettaient aux églises un calcul plus précis de leurs recettes en raison d’une tendance de plus en plus forte à la séparation des prébendes.

La nationalisation des monopoles

39Parallèlement à l’introduction des nova statuta, Frédéric II nationalisa les monopoles locaux et régionaux existants ou en créa de nouveaux, comme ceux du commerce du sel, du fer ou de la soie. Les églises furent surtout touchées à travers les teintureries et les abattoirs tenus par des consortiums de juifs, dont le rendement avait été jusqu’alors soumis à de fortes fluctuations. Après l’entrée des juifs sous la coupe de l’État et des mesures de concentration régionale et de rationalisation, leurs activités laissèrent entrevoir de meilleurs profits et il convenait donc de compenser les pertes des églises. Les fonctionnaires compétents calculèrent sur place le rendement moyen antérieur et fixèrent la somme que les détenteurs des nouveaux monopoles auraient à payer aux archevêques, ou aux évêques, sous la forme d’un prélèvement régulier du montant de ce rendement. Dans le cas de grandes teintureries comme à Naples, ces sommes fixes pouvaient également être versées à plusieurs églises.

40La révocation des droits régaliens eut pour les églises les mêmes conséquences que les nova statuta. Les églises conservèrent le statu quo, mais se trouvèrent exclues des futures recettes supplémentaires de la couronne.

Importance de la dotation

41Pour la dotation et ses structures plus complexes, une évaluation semblable n’était pas possible. Les révocations qui suivirent la Curia regis de Capoue, à commencer par l’abandon des privilèges, entraînèrent d’importantes pertes en terres et en hommes. Pour mettre fin aux difficultés apparues depuis la mort de Guillaume II, la capacité de différenciation des autorités locales s’avérait parfois insuffisante, car il n’était pas toujours facile de distinguer entre ancienne dotation et nouveaux profits.

42D’autre part, lors de la réintégration d’un fief ou d’un bien de la couronne, il arrivait qu’une possession utilisée en commun avec les anciens biens de l’Église pour des raisons d’organisation fasse l’objet d’une demande de restitution. Ce qui fut particulièrement critiqué était le déplacement des anciens habitants du demanium royal déclenché par les révocations, lequel entraîna un certain dépeuplement et une dévalorisation des terres de l’Église. Dans ce contexte, Grégoire IX utilisera plus tard le terme inique inquisitiones. Un conflit autour de certains châteaux utilisés par l’Église devint également inévitable, car Frédéric II souhaitait conserver ou ramener sous la propriété de la couronne les châteaux qui représentaient une certaine importance stratégique. D’autre part, en instaurant une administration provinciale des châteaux, il s’était aussi assuré la possibilité de mettre les églises à contribution pour l’entretien des châteaux.

43C’est la raison pour laquelle cette nouvelle politique figura très rapidement à l’ordre du jour des entretiens au sommet. À Veroli, en 1222, l’empereur promit au pape un mandement de protection afin de venir en aide aux églises menacées à tort. Cette nouvelle garantie s’appliquait aux possessions et aux droits datant de l’époque de Guillaume II, de sorte que Frédéric se réservait le droit de poursuivre ses révocations afin de lutter contre les conséquences de l’anarchie. Autrement dit, la dotation normande de l’église jouissait de la protection totale du roi, mais celle-ci ne valait pas pour les extensions postérieures acquises dans des conditions obscures.

Les biens d’Église

44Les plaintes contre l’empereur, que Grégoire IX enregistra systématiquement à partir de 1236, avaient essentiellement pour objet les biens d’Église. Ne serait-ce qu’en raison de leur multiplication, elles prêtaient à l’empereur une vaste politique de sécularisation au détriment des églises, même si elles se rapportaient à des faits extrêmement variés. Des actions punitives contre des localités rebelles comme Sora et San Severo relevaient d’un autre cadre juridique et les églises n’en représentaient pas directement l’objet. Lors de la levée de la collecta ou d’autres prélèvements, les fonctionnaires confisquaient fréquemment des propriétés foncières lorsque l’église ne faisait pas face à sa contribution fiscale ; cette forme de responsabilité touchait également des communes civiles ou de simples citoyens. Dans le cadre de fondations de villes, d’études en vue de la construction de châteaux forts, ou de l’installation de defense et de solatia, l’empereur ou ses fonctionnaires proposaient fréquemment aux églises l’échange de biens d’Église contre des biens de la couronne. En règle générale, on procédait à une estimation basée sur des comparaisons, si bien que ces opérations n’entraînaient, du moins théoriquement, aucun préjudice. Ainsi, l’abbé de Sant’Eufemia et l’évêque de Nicastro renoncèrent au profit de l’empereur à la souveraineté qu’ils partageaient sur la cité de Nicastro, qui était une partie de la dotation normande de ces deux institutions. En contrepartie, ils se virent attribuer Rocca Falluca et d’autres droits, de telle sorte qu’ils n’eurent aucune raison de se sentir lésés par Frédéric II.

45Pendant les vacances effectives de Catane, Monreale et Cefalù, les évêques exilés continuèrent, certes, à recevoir leurs revenus issus des biens de l’Église, mais ces derniers furent en même temps l’objet de nombreuses attaques. À Monreale, le château fut détruit par les guerres contre les Sarrasins et ne fut pas reconstruit. À Catane, l’empereur édifia son propre château sur une possession de l’Église après avoir fait détruire deux châteaux sur ce territoire. Jusqu’aux alentours de 1236, c’est l’assemblée diocésaine qui nomma le justicier ecclésiastique à la place de l’évêque ; après l’aggravation du conflit entre le pape et l’empereur, il fut nommé par le procurateur de Sicile sans que l’existence de cette circonscription judiciaire ecclésiastique ne soit remise en question. Il n’est pas nécessaire d’étudier en détail tous les points de la longue liste de Grégoire IX, à laquelle Frédéric II, lors de son interrogatoire public par quatre évêques, ne daigna souvent fournir que de brèves réponses, pour constater qu’à cette époque, pour Frédéric, la dotation de l’époque normande n’était pas intangible. Il était toujours prêt à effectuer une restitution lorsque des preuves étaient apportées, tout en étant obligé d’admettre qu’il ne pouvait être au courant de tout ce qui se passait dans ses provinces.

L’héritage normand : une garantie

46L’héritage normand constitua le fondement de la politique religieuse de Frédéric II. Il lui conféra avant tout les prérogatives relatives aux élections ecclésiastiques, prérogatives qu’il maintint et développa et qui permirent au souverain de jeter les bases d’une collaboration du haut clergé avec la monarchie, encore ressentie par Matthieu Paris à l’époque de Manfred, en pratiquant une gestion des personnes alors impensable en d’autres lieux de l’Empire. Par ailleurs, la tradition normande constitua également une protection spécifique de l’Église face à la croissance des besoins financiers de la couronne et à ses besoins fonciers pour la fondation de villes, de châteaux, les baronnies et les massarie. L’héritage normand constitua une garantie pour la subsistance des églises et fixa les limites en deçà desquelles les églises ne pouvaient pas retomber, même dans une période d’expansion de l’État. Mais en même temps la limite à ne pas dépasser par les églises dans la part des moyens et des soutiens qu’elles pouvaient recevoir de l’État fut aussi déterminée. La libéralité normande ne fut pas poursuivie par Frédéric II.

Conclusion : l’attitude du haut clergé par rapport à la politique religieuse de Frédéric II

47Lorsque l’on s’interroge sur la question de savoir s’il existait au sein du haut clergé une tradition spécifiquement normande d’attitude face à la politique religieuse de la monarchie, Romuald de Salerne peut nous servir de garant. Le lombard Romuald, évêque et homme de cour, familier du roi au cœur du pouvoir, dont la famille comptait des justiciers, de hauts magistrats et des barons, relata ses expériences au service de la couronne dans un récit historique où il porte des jugements directs ou indirects. Pour lui, dans l’interaction entre la curie romaine et le roi, la fidélité à Rome représentait la même obligation que pour la monarchie normande à l’époque de sa création. Dans les questions de la souveraineté royale sur les églises, il opta, lui qui avait participé en 1156 aux négociations sur le concordat de Bénévent, pour la dignitas regia contre les revendications du pape qu’il considérait d’un œil critique. À l’intérieur de l’épiscopat, il n’était pas le seul à défendre ce point de vue.

48Pour l’époque de Frédéric II, je n’évoquerai volontairement pas les prélats qui, à l’instar de Gauthier de Palear, d’Aldoin de Cefalù et de Nicolas de Tarente, sont cités comme étant persécutés par l’empereur dans les lettres dénonciatrices des papes. Les raisons de leur opposition ne sont pas vraiment significatives : Gauthier était le porte-parole de la politique combattue par Frédéric en 1220 lors de la Curia regis de Capoue ; Aldoin un prélat controversé jusque dans sa propre église ; Nicolas, longtemps ami intime de l’empereur, fut rattrapé par des exactions et par une offense à l’honneur de la famille de l’empereur qui ne furent dévoilées qu’après son éviction. Au lieu de cela, je choisirai l’exemple de quatre autres prélats qui se sont affirmés comme conseillers des années durant sans entrer en conflit direct avec Frédéric II : Lando d’Agnani et Obizo d’Asti, deux archevêques qui n’étaient pas originaires du royaume, ainsi que Jacques de Capoue et Bérard de Catagna, deux archevêques issus de la noblesse et de la bourgeoisie locales.

49Lando et Obizo étaient tous deux très proches de l’empereur. Ils considéraient la médiation entre le pape et l’empereur comme l’une de leurs missions majeures et ils y restèrent fidèles jusqu’au bout, en particulier Lando. Mais ni l’un ni l’autre ne bénéficiaient de protections dans la noblesse du royaume. Leur autorité reposait sur le crédit personnel dont ils jouissaient auprès de l’empereur et du pape. Lorsqu’à la fin de l’année 1238 il se révéla que leur médiation avait de moins en moins de chances d’être entendue, les deux archevêques se retirèrent et quittèrent le pays pour un exil volontaire. Toutefois, ils se gardèrent d’afficher leur opposition à l’empereur. Lando conserva même des relations personnelles et épistolaires avec lui.

50Dans leur fidélité à l’Église romaine, Jacques de Capoue et Bérard de Catagna n’avaient rien à envier à Lando et Obizo, mais pour eux, leur mission avait encore une autre dimension, comme l’écrivit un jour Jacques à un cardinal. Il était disposé à effectuer toutes les missions de l’Église romaine, mais seulement si l’honor imperialis, autrement dit la dignitas regia, ne s’en trouvait ni blessé, ni rabaissé. En cas de conflit, pour lui comme pour Bérard, c’est l’honor imperialis, c’est-à-dire le droit du royaume et de son souverain, qui prévalait. Cette attitude, que l’on peut qualifier de loyale à l’égard de l’État et sur laquelle Frédéric put compter à l’occasion de toutes les crises, de la première excommunication jusqu’à l’interdit, s’était notamment aussi imposée à ces prélats par l’exemple de l’épiscopat normand qui nous a été transmis trois générations auparavant par Romuald de Salerne. C’est cette interaction exemplaire entre l’Église et la monarchie qui fut perçue, notamment par des observateurs étrangers, comme un élément particulier de la stabilité du royaume de Sicile.

Auteur

Université de Göttingen

© Presses universitaires de Caen, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540