Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric II (1194-1250) et l'héritage normand de Sicile

 | 
Anne-Marie Flambard Héricher

Frédéric II et son temps

Frédéric II et le Mezzogiorno

Errico Cuozzo

Texte intégral

1L’historiographie allemande a depuis longtemps accusé Frédéric II d’avoir créé des conditions rendant impossible dans les siècles suivants l’unification des diverses dominations politiques de l’Allemagne en une grande monarchie nationale.

2Il est vrai que tel n’était pas le but de la politique poursuivie par Frédéric II durant ses séjours en Allemagne, mais il est également vrai que la concession aux princes allemands de certains droits régaliens essentiels fut une des causes fondamentales du retard du processus d’unification.

3Frédéric a joué en Italie un rôle analogue à celui qu’il a eu en Allemagne.

4En effet, les années durant lesquelles il gouverna le Mezzogiorno furent déterminantes pour l’histoire future de la région. Frédéric, quand il en entreprit la continentalisation et l’européanisation, c’est-à-dire l’insertion dans l’aire méditerranéenne euro-occidentale, lia indissolublement son destin à celui, plus général, de l’histoire de l’Italie et de l’Europe.

5La monarchie normande avait été tout entière orientée vers la Méditerranée et avait eu des échanges actifs, sur le plan économique et sur le plan culturel, avec les mondes musulman et byzantin. La présence normande sur les côtes de l’Afrique du Nord sous le règne du roi Roger II de Hauteville, les rêves hégémoniques du roi Guillaume II de Hauteville à l’égard de l’Empire byzantin et d’autres régions méditerranéennes, l’épanouissement de la culture arabe à la cour de Palerme, même le projet qui conduisit Henri VI à conquérir le royaume de Sicile sont, à des niveaux variés, des témoignages également significatifs de la présence active du royaume sicilien dans la Méditerranée arabo-byzantine dans le cours du XIIe siècle. Mieux : la naissance même du royaume avait coupé le cordon ombilical qui avait lié l’Italie méridionale à l’Empire germanique pour le projeter vers l’Empire d’Orient et le monde arabe.

6Frédéric fut à l’origine d’une complète inversion de tendance. Il favorisa l’insertion du Mezzogiorno dans l’aire méditerranéenne euro-occidentale au moyen d’une série d’actes politiques et de mesures économiques et administratives qui, à long terme, eurent des effets sûrement imprévus par rapport à ceux pour lesquels ils avaient été pensés : on ne doit pas oublier que Frédéric était l’héritier direct des rois normands.

  • 1 Sur l’abandon de Palerme comme capitale du royaume et l’adoption d’un type de vie itinérant emprunt (...)

7Le premier acte politique de Frédéric que nous devons prendre en compte est l’abandon de Palerme comme capitale du royaume. Après 1212, Frédéric ne retourna pratiquement jamais à Palerme1. Cette année-là, le jeune roi de Sicile partit pour la Germanie. Il ne revint en Sicile qu’en 1220. De cette année jusqu’à sa mort, il passa la plus grande partie de son temps dans le royaume de Sicile. Il ne le quitta qu’en 1228-1229 pour la croisade, et dans les années 1232-1235 / 1240, 1247-1248 pour se rendre en Italie du Nord et en Allemagne. Or, malgré cette présence continuelle dans le royaume, Frédéric ne fut plus attiré par Palerme et par la Sicile : il resta presque toujours dans les provinces continentales, très probablement à cause des violentes révoltes musulmanes de la Sicile occidentale. Pendant cette longue période, Palerme perdit définitivement sa population arabe et son caractère oriental.

8Frédéric fit construire un nouveau palais royal à Foggia, qui très probablement devint la nouvelle capitale du royaume. Mais tout compte fait, il est plus exact de dire que toute la région de Capitanate devint la nouvelle résidence du roi, avec de nombreux châteaux et des résidences d’un type particulier, appelées domus solatiorum. Le fait est que Frédéric choisit cette région parce qu’elle représentait une magnifique réserve de chasse, surtout aux oiseaux, et lui permettait de s’adonner à son activité favorite, la chasse au faucon ; mais les conséquences pratiques de ce choix dépassèrent de beaucoup les intentions du souverain souabe et contribuèrent à dessiner les premiers caractères de la « continentalisation » du royaume de Sicile. Frédéric abandonna la stabilité d’une résidence principale qui était celle de ses prédécesseurs normands pour adopter un type de vie itinérant emprunté aux souverains de l’Europe du Nord, et en particulier à ses ancêtres souabes. En outre, le transfert de la capitale en Capitanate contribua à déplacer le centre de gravité du royaume vers sa frontière septentrionale, vers Rome, l’Italie du Nord, l’Allemagne.

 

9Au changement de capitale s’ajouta l’adoption d’une organisation financière, déjà en place à l’époque normande, et que Frédéric II ne rejeta pas. Tout en reconnaissant le caractère « expérimental » permanent de ses réformes administratives, il faut reconnaître que l’organisation financière fut l’un des éléments qui contribuèrent à différencier le Mezzogiorno de la Sicile et donc à en favoriser la séparation.

  • 2 H. Takayama, The Administration of the Norman Kingdom of Sicily, Leyde, 1993 ; M. Caravale, La mona (...)

10Les recherches les plus récentes2 sur l’administration du royaume normand de Sicile mettent toujours plus et mieux en évidence la séparation nette existant entre la Sicile et les deux provinces continentales appelées Apulia et principauté de Capoue (ensuite devenue Terre de Labour). On a aussi, et peut-être à raison, parlé de Salerne comme de la capitale continentale. Au total, dans les toutes dernières années, on a de plus en plus présenté la physionomie d’un royaume de Sicile partagé dès le milieu du XIIe siècle en deux parties, dotées de deux systèmes administratifs. Frédéric II hérita de ces deux visages du royaume et se les appropria.

11L’Apulia (la Pouille), comprise comme la partie continentale du royaume, avait acquis depuis longtemps une physionomie autonome, au point d’être identifiée dans la pensée commune à l’ensemble du royaume. Frédéric II est appelé puer Apuliae, unus ex Apulia. Il utilise lui-même le mot « Pouille » comme synonyme de « Sicile », et l’un et l’autre pour désigner l’ensemble du royaume :

  • 3 E. Kantorowicz, Federico II imperatore, Milan, 1976, p. 206.

Pour cela nous choisissons la Sicile qui nous est chère parmi les pays et nous l’avons choisie pour y fixer notre demeure parce que nous, de qui émane la splendeur du titre de César, nous ne sommes pas moins fier de nous appeler « homme d’Apulia » ; et nous nous sentons, pour ainsi dire, pèlerin hors de chez nous, quand, appelé en quelque point de la mer furieuse de l’empire, nous faisons voile loin des cours et des ports de Sicile. Nous avons toujours trouvé nos désirs concordants aux vôtres, votre volonté concordante à la nôtre3.

12Ce modèle bipolaire qui présida à l’organisation du royaume normand de Sicile fut repris par Frédéric et contribua largement à l’adoption par l’empereur et par les « Apuliens » d’une vision italo-centrique qui plaçait dans la vallée du Pô le point stratégique de la politique du royaume. Il faut d’autre part remarquer que la population de l’île de Sicile, précisément pendant le règne de Frédéric, subit une transformation profonde. Après l’anéantissement et la déportation des habitants d’origine arabe, une immigration importante de groupes venus des villes de l’Italie du Nord avait créé un milieu nouveau, coupé des traditions indigènes du royaume.

 

13Après le déplacement de la capitale et l’organisation financière, il faut prendre en considération une série de mesures adoptées par Frédéric en matière économique et fiscale qui, même si elles ne correspondaient pas à un programme économique cohérent et abstrait, eurent toutefois le mérite de favoriser les potentialités du Mezzogiorno et d’insérer le royaume dans un circuit économique européen et occidental.

14En cherchant à transplanter sur le continent un certain nombre d’expériences siciliennes dans le domaine économique et fiscal, Frédéric accrut le domaine royal et limita l’autorité féodale, surtout en Capitanate. Après 1231, avec la promulgation des nova statuta, il mena une politique systématique de revocationes des biens domaniaux à la curia qui en outre reçut le monopole du commerce de certaines denrées comme le sel, la soie, le fer et d’autres produits stratégiques. L’empereur imposa également de nouvelles taxes indirectes sur lesquelles les églises ne pouvaient pas lever la dîme ; il confisqua les biens – considérables – de certains ordres religieux ; il confia à la curia l’administration des biens des sièges épiscopaux vacants.

15Pour gérer le domaine, passablement accru à la suite de ces mesures, on improvisa des méthodes nouvelles. La plupart des revenus nouveaux furent affermés. Mais on pensa aussi à la mise en valeur directe par la curia d’une partie du domaine et des biens féodaux confisqués. Cette gestion en faire-valoir direct fut mise en place selon des modalités que nous connaissons mal à cause des lacunes de la documentation ; l’une de ces modalités fut, en tout cas, la création des massariae royales.

16Avec l’institution des massariae, Frédéric entreprit une grande restructuration des propriétés domaniales. Des terres de grande et de petite superficie, parfois éloignées les unes des autres, avec des productions diverses et gérées de façon différente, furent organisées de façon unitaire avec à leur tête un massarius qui supervisait les travaux des champs et était responsable de la discipline des dépendants. Les massariae de Capitanate (seule région continentale avec la Basilicate où la documentation atteste l’extension du nouveau mode de production) étaient organisées sur le plan administratif par le provisor massariarum. On a souligné à juste titre que la massaria frédéricienne avait tous les caractères d’une entreprise fondée sur une organisation rationnelle, sur une comptabilité assez complexe, sur l’efficacité et l’impersonnalité des rapports de travail internes. Le système introduisait pour la première fois dans le Mezzogiorno une agriculture d’État de type protocapitaliste, axée sur la rationalisation de la production, sur le travail salarié, sur le marché. Toutefois tout ceci se fit – notons-le bien – « par la nécessité même des choses », en l’absence de tout modèle précis ou dessein unitaire, et à plus forte raison sans que Frédéric participât consciemment aux valeurs révolutionnaires qu’impliquait le nouveau modèle de production. À moyen terme, le système eut un résultat franchement négatif pour la Capitanate dont l’économie devait plus tard se tourner vers l’élevage transhumant et où de nombreux habitats disparurent dès le XIIIe siècle, mais surtout à la fin du Moyen Âge. Mais, considéré sur la longue durée, le système des massariae frédériciennes eut le mérite de promouvoir un grand marché intérieur, lié à un réseau de distribution commercial, qui permit au Mezzogiorno

  • 4 M. Del Treppo, « Prospettive mediterranee della politica economica di Federico II », in Friedrich I (...)

[de] s’intégrer dans cette aire de la Méditerranée euro-occidentale qui, centrée sur les villes italiennes du Centre et du Nord, sur certaines villes ibériques et transalpines, acquit au XIIIe siècle les dimensions et la structure d’une véritable « économie-monde »4.

  • 5 D. Abulafia, The two Italies. Economic Relations between the Norman Kingdom of Sicily and the North (...)

17Nous en arrivons ainsi à considérer le dernier et le plus important point de notre analyse : la ligne politique suivie par Frédéric II à la fin des années trente, tendant à réaliser l’unité politique de l’Italie par l’imposition à sa partie centro-septentrionale des structures administratives et du personnel du royaume sicilien. Ce fut un programme ambitieux, qui eut une vie éphémère, mais aussi des conséquences fondamentales pour l’histoire du Mezzogiorno. La région, en effet, ayant définitivement perdu ses traits arabo-byzantins, devint partie intégrante de la péninsule. Mais il y a plus. Certains épisodes significatifs de nature culturelle advenus à la cour de Frédéric furent considérés dans les milieux culturels importants de l’Italie communale, tels Florence et Bologne, comme répondant pleinement aux intérêts et aux façons de sentir et de penser de ces sociétés : le Mezzogiorno avait cessé d’être l’« oriental-type luxury market »5 de l’époque normande.

 

  • 6 E. Cuozzo, « Normanni e Svevi nel Mezzogiorno d’Italia », in Storia del Mezzogiorno, II, 1, Portici (...)

18Examinons l’action politique menée par Frédéric à partir de 12396. Ayant réformé le royaume de Sicile, il accéléra la réalisation d’un projet qu’il avait timidement mis en œuvre après la victoire de Cortenuova : étendre les structures administratives du Regnum et l’activité de ses fonctionnaires à toute l’Italie. Il s’agissait de créer sur le modèle sicilien de nouveaux organes administratifs bureaucratiques dans la partie centro-septentrionale de la péninsule et de les confier à des fonctionnaires issus du royaume. L’activité de Frédéric fut « frénétique » et « en l’espace de quelques mois l’État était créé ». L’Italie centro-septentrionale fut divisée en provinces appelées « vicariats généraux » ou « capitaineries générales », à la tête de chacune desquelles fut placé un vicaire général provenant du Mezzogiorno, comme tous les fonctionnaires qui dépendaient de lui. Le premier vicariat général, appelé « de Pavie et d’au-delà », comprenant la Lombardie occidentale et le Piémont, fut confié au marquis Lancia. On créa ensuite les vicariats de la marche de Trévise, de Romagne, de Lunigiana, de Toscane, de la marche d’Ancône, de Spolète, d’Amelia-Corneto, de Narni. Tous furent confiés à des représentants de la noblesse féodale sicilienne, comme les Filangieri, les Eboli, les Acquaviva, les Morra, les Caracciolo, les Fasanella, les comtes de Chieti, et à des parents de Frédéric, comme Ezzelino da Romano, Giacomo del Carretto, Richard de Caserte, Thomas d’Aquin junior, Galvano et Manfred Lancia, Thomas de Savoie. Les vicaires généraux recevaient un salaire, restaient en charge une année et, comme tous les autres fonctionnaires, changeaient de poste fréquemment pour prévenir des relations trop étroites avec la population. Il semble que, pour mieux coordonner leur activité, Frédéric les réunit en août 1242 à San Germano. Au-dessus de tous les vicaires généraux fut placé le roi Enzio, nommé légat général d’Italie avec le pouvoir de donner des ordres comme l’empereur.

19Chaque vicariat général fut subdivisé en circonscriptions plus petites, appelées vicariats (ou capitaineries), correspondant par la taille et par les compétences aux justiciariats siciliens. Venaient ensuite les podestats et les capitaines de forteresses, auxquels étaient confiés, respectivement, le gouvernement des villes et celui des forteresses. Presque tous les vicaires, les podestats et les capitaines de forteresses, avec leurs subordonnés, furent choisis parmi les représentants de l’administration sicilienne (ou plutôt apulienne, comme on disait couramment). Par exemple, Simon de Chieti devint podestat de Padoue, Berthold de Hohenberg capitaine de Côme, Rinaldo d’Acquaviva capitaine de Viterbe. Ils firent venir à leur suite respectivement le juge Cyprien de Chieti, les juges André de Tarente et Guillaume de Lauro, dix chevaliers des Abruzzes. Tous ces fonctionnaires recevaient leur salaire de la cour de Frédéric, ou, comme dans le cas des podestats, des villes qui leur étaient confiées. Ils restaient en charge un an et, comme les fonctionnaires du royaume, ils étaient soumis à une stricte discipline, devaient agir avec conscience et dévouement, répondant de leur action sur leur personne.

20Ainsi, en quelques mois, toute l’Italie centro-septentrionale fut organisée sur le modèle du royaume et confiée à des fonctionnaires originaires de celui-ci. La vocation italienne du Mezzogiorno fut ainsi définitivement affirmée ; il me semble qu’elle fut consacrée quand d’importants milieux culturels de l’Italie communale, tels Bologne et Florence, comme on l’a dit, commencèrent à considérer que les expériences culturelles de la cour de Frédéric répondaient pleinement à leurs propres intérêts.

  • 7 J.-C. Maire-Vigueur, « Révolution documentaire et révolution scripturaire : le cas de l’Italie médi (...)

21Examinons le cas de Bologne. Les Constitutions promulguées par Frédéric à Melfi en septembre 1231 connurent une diffusion à l’extérieur du Regnum Siciliae et furent même utilisées comme modèle rhétorique dans les sociétés communales de l’Italie centro-septentrionale, où elles trouvèrent un public d’utilisateurs compétents et intéressés, constitué de lecteurs pour ainsi dire « institutionnels » : notaires, officiers, juges, administrateurs. Dans les cités communales, en effet, était en cours une véritable révolution de l’écriture, qui a fait l’objet de réflexions historiographiques récentes et approfondies7. Cette affirmation de l’écriture s’accompagna d’une récupération de la tradition rhétorique qui avait pour interprètes les écoles de dictamen, et de la réception consciente de ce patrimoine doctrinal par les milieux politiques dans des buts idéologiques, de modèle et de propagande.

  • 8 A. Palmieri, Rolandino Passaggeri, Bologne, 1933 ; G. Cencetti, « Rolandino Passaggeri dal mito all (...)

22À Bologne, le texte frédéricien fut immédiatement pris comme modèle, sous l’impulsion de Rolandino Passaggeri8, par le milieu notarial en pleine ascension politique dans ces années où il participait, dans le domaine législatif, à la rédaction de nouveaux ensembles de statuts : ils se succédèrent, depuis le milieu du XIIIe siècle, pour manifester une inspiration idéologique franchement hostile aux grands dans les années 1280.

23Ainsi Rolandino, devant rédiger l’introduction au texte du Statut des changeurs, promulgué en 1245, crut bon de prendre pour modèle le préambule des Constitutions écrit par Pierre de la Vigne. Aucun élément ne permet d’attribuer un tel choix à des relations d’ordre personnel que le protonotaire sicilien aurait nouées dans les années où il fit ses études à Bologne. Il est vrai que, pendant les premières décennies du XIIIe siècle, les rapports culturels entre Bologne et le Regnum Siciliae furent particulièrement intenses, tant dans le domaine littéraire que dans le domaine juridique : l’épisode de la fondation de l’université de Naples en est un exemple significatif. Mais Rolandino ne se limita pas à une plate imitation stylistique : il pensa opposer à la thèse exposée par Pierre de la Vigne sa propre conception du système de gouvernement, avec une argumentation et un système de références entièrement autonomes, mais dans le cadre d’une culture rhétorique qu’il partageait largement avec le logothète de Frédéric II.

  • 9 M. Giansante, Politica e retorica a Bologna nel Duecento. I notai e la metafisica del potere comuna (...)

24Sur la base des recherches de Massimo Giansante9, qui a consacré au sujet une belle thèse de doctorat, comparons le préambule des Constitutions de Frédéric II et celui que Rolandino Passaggeri a fait pour le Statut des changeurs de Bologne. Rolandino reprend les allusions à la tradition rhétorique commune de la trame du préambule frédéricien, mais oriente l’argumentation à des fins ouvertement polémiques, jusqu’à développer des réflexions originales sur la métaphysique du pouvoir politique dans la commune populaire, en contradiction ouverte avec ce que soutenait le protonotaire sicilien sur l’origine et les caractères universels du pouvoir impérial :

  • 10 Die Konstitutionen Friedrichs II. für das Königreich Sizilien, W. Stürner (éd.), Hanovre, 1996, p.  (...)
  • 11 « Statuto della società dei Cambiatori del 1245 », in Statuti delle società del popolo di Bologna, (...)

Liber Augustalis10

Statut des changeurs11

Post mundi machinam providentia divina firmatam et primordialem materiam nature melioris conditionis officio in rerum effigies distributam, qui facienda providerat facta considerans et considerata commendans a globo circuli lunaris inferius hominem, creaturarum dignissimam, ad ymaginem propriam effigiemque formatam, quem paulo minus minuerat ab angelis, consiio perpenso disposuit preponere ceteris creaturis.

Summus machine condictor mundialis post singula genus humanum, ut legitur, procreavit. Illi equidem primi generis eiusdem, per quos ipsum terrarum orbem disposuit deitas gubernandum, et a quibus nos sumus licet miserabiliter derivati, totis viribus dilectionem servabant, loquebantur pacem, fidem et veritatem omnibus immittari cordium intentionibus conabantur ; et sic tunc in summo gradu dilectio, pax, fides et veritas consistebant.

25Les deux exordes se réfèrent à la métaphore cosmique de la machina, mais divergent immédiatement par l’importance rhétorique et narrative différente qu’ils attribuent aux éléments cosmologiques et anthropologiques de la Création. Nous n’avons pas l’intention de nous livrer à une exégèse complète et parallèle des deux préambules qu’a déjà magistralement menée Giansante. Mais, dans l’économie de notre propos, il est important de souligner que le Liber Augustalis a été reçu par les contemporains, indépendamment de son contenu doctrinal et juridique, comme un modèle de l’ars dictandi.

26Rolandino Passaggeri reprend la trame prosodique de Pierre de la Vigne, caractérisée par l’alternance du cursus velox (polysyllabe proparoxyton-tétrasyllabe paroxyton) et du cursus planus (polysyllabe paroxyton-trisyllabe paroxyton) et organisée autour de la continuation centrale (facienda providerat-facta considerans-considerata commendans) ; dans celle-ci, chaque kolon est lié logiquement, syntaxiquement et phonétiquement, par homoeptoton et homoeoteleuton, au suivant, de façon à exprimer les tonalités typiques du « style suprême ». Tout en montrant qu’il saisit ce schéma, Rolandino renonce à le suivre parce qu’il n’a pas besoin de montrer, au moyen du style suprême, le plaisir du démiurge face à ses œuvres : hominem creaturarum dignissimam ad ymaginem propriam effigiemque formatam. Il ne s’intéresse pas à la cosmogonie et à la création de l’homme, qu’il liquide rapidement par un choix lexical expéditif et dépouillé (post singula, genus humanum procreavit), et utilise au plan stylistique et prosodique, selon la formule de l’école bolonaise et l’enseignement de Guido Fava, le seul cursus velox. Rolandino poursuit sa recherche consciente d’un rapport dialectique avec le Liber Augustalis en opposant à la créature parfaite du démiurge à laquelle, consilio perpenso, celui-ci avait décidé de soumettre la Création, un genus humanum auquel une deitas abstraite aurait assigné le gouvernement de la terre. Tout ceci appartient, il faut le souligner en conclusion, à une culture rhétorique amplement partagée par le Mezzogiorno et l’Italie communale.

  • 12 Dante Alighieri, Opere minori, I, 2, Ricciardi (éd.), Milan-Naples, 1988 ; Id., Convivio, II, iii.
  • 13 Aristote, Politique, IV, 8, 1294a, 20-22.

27Examinons à présent le cas de Florence. Dante Alighieri nous a laissé, dans le Convivio, un témoignage exceptionnel sur l’idée de noblesse qui aurait été défendue par Frédéric II. L’empereur aurait défini la noblesse comme « richesse ancienne et belles coutumes »12 : la noblesse aurait eu à ses yeux pour fondement la naissance et se serait manifestée dans l’action. Selon ce témoignage, Frédéric aurait défendu la même notion de noblesse que j’ai cru récemment trouver dans certains passages du Liber Augustalis. Il s’agit d’une conception de la noblesse de type aristotélicien, qui identifie la vertu à la generis nobilitas : « quod vocant ingenuitatem assequitur duobus : ingenuitas enim est virtus et divitiae antiquae »13. Thomas d’Aquin, quelques décennies plus tard, la commente de la façon suivante :

  • 14 Thomas d’Aquin, Opera omnia, Parme, 1864, Comm. Polit. I, IV.

Nobilitas enim est virtus generis, hoc est inclinatio ad virtutem descendens a parentibus in filios, et in parentes ab aliis prioribus, et sic secundum quandam antiquitatem. Similiter nobilitas est divitiae antiquae14.

28Il est difficile d’identifier la source précise qui aurait été utilisée par le poète. En tout cas la véracité de l’information de Dante est confirmée par le parallèle qu’on a trouvé dans le Liber Augustalis. Il faut en outre noter qu’il y a bien d’autres textes dans lesquels Frédéric apparaît très proche de la conception de la noblesse que lui attribue Dante. Dans une des lettres à contenu pédagogique qu’il écrivit à son fils Conrad, Frédéric soutient que la noblesse se transmet par le véhicule biologique du sang. Voilà pourquoi les princes sont les créatures dotées du plus grand degré de noblesse :

  • 15 J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici secundi, Paris, 1852-1861, vol. V, 1, p (...)

puisque la noblesse du sang royal en pénétrant une âme noble et fine fait qu’ils sont avant les autres hommes enclins à la discipline de la sagesse… d’où nécessairement il convient que tu aimes la sagesse15.

  • 16 J.-R. Iselius, Federici II Epistolarum libri VI, Bâle, 1770, I, ep. 27.
  • 17 Ryccardi de Sancto Germano notarii Chronica, C. A. Garufi (éd.), in Rerum Italicarum Scriptores, No (...)

Frédéric répète cette opinion dans une lettre aux sénateurs romains dans laquelle il affirme que la generositas proavorum transmet la nobilitas16. La question enfin est encore évoquée dans le breve de fondation de l’université de Naples : « Cum sterilis esse non possit bonitatis accessio, quam nobilitas sequitur »17.

29Pour notre propos le témoignage de Dante Alighieri est significatif parce qu’il contribue à montrer avec quelle attention on étudiait, dans le cadre de l’expérience littéraire florentine, généralement appelée dolce stil novo, la conception de la noblesse mise en avant à la cour de Frédéric II. Trop souvent, en effet, on a attribué à tort à Frédéric la conception de la noblesse qui en réalité fut celle de son entourage et en particulier de Pierre de la Vigne. Ayant exclu toute valeur de la naissance, ils voyaient le fondement de l’être noble dans la seule capacité qu’a tout individu (doté comme son ancêtre Adam naturaliter de la ratio) d’agir « bien ». Dans le préambule des Constitutions, Pierre de la Vigne fait d’Adam le symbole de l’homme « naturel » et « noble » (quem Deus rectum et simplicem procreavit), et de la ratio la force qui a préservé chaque individu de la destruction après le péché originel. La noblesse aurait donc consisté, pour le logothète, en la capacité de dépasser le primum defectum grâce à la ratio qui est la puissance qui ramène, en l’anoblissant, tout individu à la justice et à la simplicité originelle d’Adam.

  • 18 E. Müller, Peter von Prezza, ein Publizist der Zeit des Interregnums, Heidelberg, 1913, p. 136-138.

30L’idée que la noblesse doive être liée à un certain idéal de vie, à une certaine forme d’esprit, à un type d’éducation, enfin à un code éthique rigide, est également exprimée par Pietro da Prezza, un élève d’Enrico d’Isernia, lui-même élève de Pierre de la Vigne18. Il part de l’idée que la raison est non seulement l’élément qui distingue l’homme de la bête, mais qu’elle est aussi ce qui l’anoblit. Il affirme que « ducatus nobilis scientie litteralis » a produit par nature la propriété « ut racioni copulet hominem et homini racionem, cum he ambe, quasi communem habeant essenciam et defectum, se velut due sorores ad invicem amplexantur ». Pietro da Prezza, prisonnier, demande qu’on lui envoie des auteurs classiques, exhorte son frère et son fils à s’adonner aux sciences parce que « in scientia captes famam, in fama alios prevenias ad honorem, in honore divicias consequaris » ; mais la science anoblit aussi l’homme : « Hec est enim illa scientia, que ditat hominem et suum nobilitat possessorem, et de stercore erigens pauperem cum principibus eum locat. »

  • 19 G. Contini, Poeti del Duecento, Ricciardi (éd.), Milan-Naples, 1960, vol. II.

31Guido Guinizzelli chantait19 :

Al cor gentil rempaira sempre amore
come l’ausello in selva a la verdura :
né fe’ amor anti che gentil core,
né gentil core anti ch’amor, natura

dans le cadre d’une expérience culturelle qui n’avait pas connu de solution de continuité depuis la cour de Frédéric.

 

32En conclusion, les années de gouvernement de Frédéric II marquèrent pour le Mezzogiorno un changement d’époque. La région fut définitivement éloignée de l’orbite économique et culturelle du monde arabo-byzantin et projetée dans une dimension italienne et européenne. Le Mezzogiorno s’inséra, comme grand espace régional producteur de matières premières et de denrées alimentaires, dans l’aire économique euro-occidentale ; il proposa à l’Italie du Duecento une série d’expériences culturelles de très haut niveau (de la gestion protocapitaliste des massariae au modèle rhétorique des Constitutions et à l’affirmation d’un nouveau concept de noblesse) que la classe dirigeante des sociétés plus évoluées de l’Italie communale n’eut aucune difficulté à s’approprier en s’y reconnaissant.

Notes

1 Sur l’abandon de Palerme comme capitale du royaume et l’adoption d’un type de vie itinérant emprunté aux souverains de l’Europe du Nord, voir E. Cuozzo et J.-M. Martin, Federico II. Le tre capitali del regno : Palermo-Foggia-Napoli, Naples, 1995, p. 17 sqq.

2 H. Takayama, The Administration of the Norman Kingdom of Sicily, Leyde, 1993 ; M. Caravale, La monarchia meridionale. Istituzioni e dottrina giuridica dai Normanni ai Borboni, Bari, 1998.

3 E. Kantorowicz, Federico II imperatore, Milan, 1976, p. 206.

4 M. Del Treppo, « Prospettive mediterranee della politica economica di Federico II », in Friedrich II. Tagung des Deutschen Historischen Instituts in Rom im Gedenkjahr 1994, A. Esch et N. Kamp (dir.), Tübingen, 1996, p. 338.

5 D. Abulafia, The two Italies. Economic Relations between the Norman Kingdom of Sicily and the Northern Communes, Cambridge, 1977, p. 283.

6 E. Cuozzo, « Normanni e Svevi nel Mezzogiorno d’Italia », in Storia del Mezzogiorno, II, 1, Portici (Naples), 1989, p. 765 sqq.

7 J.-C. Maire-Vigueur, « Révolution documentaire et révolution scripturaire : le cas de l’Italie médiévale », Bibliothèque de l’École des Chartes, 153, 1995, p. 177 sqq.

8 A. Palmieri, Rolandino Passaggeri, Bologne, 1933 ; G. Cencetti, « Rolandino Passaggeri dal mito alla storia », Rivista del notariato, 4, 1959, p. 373-387.

9 M. Giansante, Politica e retorica a Bologna nel Duecento. I notai e la metafisica del potere comunale, Thèse de doctorat de recherche en histoire médiévale des universités de Bologne, Parme, Pise, Rome II et Turin, sous la coordination de Renato Bordone, soutenue à l’université de Milan le 20 juin 1997, jury : P. Delogu, E. Cuozzo, S. Bortolami. Les résultats de la recherche de Giansante ont été repris, dans une perspective différente de la nôtre, par O. Zecchino, « I riverberi delle Costituzioni di Federico II nell’Italia dei Comuni », in Cavalieri alla conquista del Sud. Studi sull’Italia normanna in memoris di Léon-Robert Ménager, E. Cuozzo et J.-M. Martin (dir.), Bari, 1998, p. 344-362.

10 Die Konstitutionen Friedrichs II. für das Königreich Sizilien, W. Stürner (éd.), Hanovre, 1996, p. 145.

11 « Statuto della società dei Cambiatori del 1245 », in Statuti delle società del popolo di Bologna, A. Gaudenzi (éd.), vol. II, Bologne, 1896, p. 57.

12 Dante Alighieri, Opere minori, I, 2, Ricciardi (éd.), Milan-Naples, 1988 ; Id., Convivio, II, iii.

13 Aristote, Politique, IV, 8, 1294a, 20-22.

14 Thomas d’Aquin, Opera omnia, Parme, 1864, Comm. Polit. I, IV.

15 J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici secundi, Paris, 1852-1861, vol. V, 1, p. 274.

16 J.-R. Iselius, Federici II Epistolarum libri VI, Bâle, 1770, I, ep. 27.

17 Ryccardi de Sancto Germano notarii Chronica, C. A. Garufi (éd.), in Rerum Italicarum Scriptores, Nova series, VII, 2, Bologne, 1936-1938, p. 113.

18 E. Müller, Peter von Prezza, ein Publizist der Zeit des Interregnums, Heidelberg, 1913, p. 136-138.

19 G. Contini, Poeti del Duecento, Ricciardi (éd.), Milan-Naples, 1960, vol. II.

Auteur

Université Federico II, Naples

© Presses universitaires de Caen, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540