Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric II (1194-1250) et l'héritage normand de Sicile

 | 
Anne-Marie Flambard Héricher

Introduction

Quelques réflexions sur Fréderic II et la France

Jean-Marie Martin

Texte intégral

Frédéric II et Saint Louis dans l’historiographie

1Frédéric II, empereur auguste des Romains, roi de Jérusalem et de Sicile, né en 1194 et mort en 1250, n’est pas une personnalité familière au public français : sa figure est éclipsée par celle de son contemporain Saint Louis, né et mort vingt ans après lui (1214-1270).

2L’historiographie ancienne ne les a pas traités de la même façon. Louis IX, canonisé dès 1297 par Boniface VIII, a eu très tôt des biographes qui étaient déjà des hagiographes (Guillaume de Nangis, Guillaume de Saint-Pathus, Joinville).

  • 1 Salimbene de Adam, Cronica, F. Bernini (éd.), Bari, 1942, 2 vol., I, p. 255, 269-277, 291.
  • 2 Ibid., p. 345-346.
  • 3 Ibid., p. 316-322.
  • 4 Dante Alighieri, Convivio, IV, I, 6 : « Federigo di Soave, ultimo imperadore de li Romani – ultimo (...)
  • 5 Dante Alighieri, Divina Commedia, Inferno, XIII, 55-78.
  • 6 Dante Alighieri, De vulgari Eloquentia, I, XII, 4 : « illustres heroes Federicus Cesar et benegenit (...)
  • 7 Dante Alighieri, Divina Commedia, Inferno, X, 118-120.
  • 8 Ibid., Purgatorio, XVI, 115-117 ; il rappelle la victoire des Parmesans sur l’empereur (Ep. VI, 19)

3Le règne de Frédéric II a eu ses historiens, mais les contemporains et leurs successeurs immédiats n’ont pas jugé utile d’écrire sa vie. Le franciscain de Parme Salimbene de Adam, religieux de l’Italie communale, l’évoque dans sa Chronique, écrite au XIIIe siècle : il rappelle sa déposition par le pape et le concile en 1245, sa défaite à Parme en 1248 et le considère comme un dangereux ennemi de l’Église1 ; il fait à son propos une citation d’Isaïe qui s’appliquait à Assur et affirme que sa vie s’est terminée « selon Isaïe et Merlin »2, alors qu’il ne tarit pas d’éloges sur Saint Louis3. Même le gibelin Dante Alighieri, sans cacher son admiration pour celui qu’il considère comme « l’ultimo imperadore de li Romani »4, pour son conseiller Pierre de la Vigne (qui a été en butte à l’envie de la cour)5 et pour son fils Manfred6, lui trouve toutefois des traits hérétiques7 et éprouve des sympathies pour les cités lombardes qu’il a cherché à mettre au pas8.

  • 9 Voir E. Pispisa, « Prospettive critiche per un nuovo Federico », Medioevo meridionale. Studi e rice (...)
  • 10 J. Burckhardt, Die Kultur der Renaissance in Italien, Bâle, 1860 ; trad. fr. La Civilisation de la (...)

4Le jugement sévère de Salimbene a été retourné à l’époque moderne9, où on a commencé à faire de l’empereur excommunié et déposé le prototype intemporel – ou plutôt extratemporel – du prince de la Renaissance. Cette appréciation, peu historique, a été systématisée en 1860 par Jacob Burckhardt : « Il est l’homme moderne couronné » ; ami des Sarrasins, ennemi du pape, il tend « au complet anéantissement de l’État féodal, à la transformation du peuple en une multitude inerte, désarmée, bonne seulement à payer le plus d’impôts possible »10. C’est ainsi que Frédéric II est devenu, au XIXe et au XXe siècle, une sorte d’antisaint, le prototype du souverain moderne détaché d’un monde médiéval qui ne pouvait pas saisir son génie précurseur. Cette vision, totalement anhistorique, n’en a pas moins influencé le meilleur biographe de l’empereur, en dépit de sa science consommée et de sa prodigieuse érudition.

  • 11 E. Kantorowicz, L’Empereur Frédéric II, Paris, 1987.
  • 12 E. Winkelmann, Kaiser Friedrich II., Leipzig, 1889-1897, 2 vol.
  • 13 G. Masson, Frédéric II de Hohenstaufen, Paris, 1963 ; T. C. Van Cleve, The Emperor Frederick II of (...)
  • 14 D. Abulafia, Frederick II. A Medieval Emperor, Londres, 1988.

5Au XXe siècle, en effet, la biographie frédéricienne fait fureur. La première et la plus remarquable, qu’on vient d’évoquer, est celle d’Ernst Kantorowicz, Kaiser Friedrich II., publiée en allemand en 1927, traduite en anglais, en italien, republiée en allemand et traduite en français en 198711 ; cet ouvrage reste la référence suprême en matière de biographie historique. Il est vrai que l’école historique allemande était habituée dès le XIXe siècle à produire non pas de vraies biographies, mais du moins des récits d’histoire politique divisés par règnes impériaux : la dernière œuvre de la série des Jahrbücher der deutschen Geschichte, qui s’ouvre au début du VIIIe siècle, est précisément constituée par les deux volumes consacrés par Eduard Winkelmann au règne de Frédéric II de 1218 à 123312. Après Kantorowicz, des auteurs moins importants ont repris le récit de la vie de l’empereur13. Récemment, un bon spécialiste anglais de la Méditerranée médiévale, David Abulafia, a publié un nouveau Frédéric II qui, après la ferveur de Kantorowicz, a cherché à restituer au personnage une dimension plus restreinte, mais plus vraie, ouvrant son livre par l’étude du double héritage normand et germanique14.

  • 15 A. Lecoy de La Marche, Saint Louis, son Gouvernement et sa Politique, Paris, 1889 ; C.-V. Langlois,(...)
  • 16 W. Ch. Jordan, Louis IX and the Challenge of the Crusade. A Study in Rulership, Princeton, 1979 ; J (...)

6Saint Louis, à cause sans doute de sa sainteté même et de l’existence d’hagio-biographies anciennes, n’a suscité de biographies que plus récemment : au XIXe siècle, on s’est intéressé à son action plus qu’à sa personne15 ; trois auteurs ont franchi le pas avec bonheur depuis une vingtaine d’années16.

L’empereur et ses royaumes

7À un tel décalage entre l’historiographie, tant ancienne que moderne, des deux souverains, on peut donner deux raisons essentielles et complémentaires. Saint Louis est doté, par comparaison avec son impérial contemporain, de deux traits particuliers et généralement considérés comme positifs, mais qu’il faut relativiser. D’une part, il est saint, ce qui a sans doute retenu les historiens positivistes de réécrire sa vie, mais n’a jamais nui à sa réputation, puisque cette sainteté s’est mise au service de la nation. Car, en second lieu, Saint Louis est roi de France ; mieux : avec son grand-père Philippe Auguste et son petit-fils Philippe le Bel, il est l’un des grands rois qui ont donné à ce pays un État national qui, depuis, ne s’est jamais effacé ni même affaibli. Le roi est donc lui-même partie de l’histoire de France, de l’histoire d’un pays qui, à l’époque où naît l’histoire scientifique, se définit comme un État national dont la force vient à la fois de la cohésion de sa base et de la centralisation qu’il opère. Aussi sa canonisation a-t-elle été considérée comme une légitime reconnaissance par l’histoire anticléricale, ou du moins non cléricale de la Troisième République, la politique même du souverain ne suscitant qu’approbation et admiration.

L’empereur

8Frédéric II n’est pas saint : il fut excommunié deux fois et finalement déposé par le pape au concile de Lyon. Les lettres pontificales des dernières années de son règne (désormais considéré comme illégitime) ne tarissent ni de reproches véhéments, ni de condamnations à son égard. Son intérêt pour la science arabe et le traité pacifiquement conclu à propos de Jérusalem, ajoutés aux condamnations pontificales, confèrent à son image l’aspect étrange d’un libre penseur anticlérical avant la lettre.

  • 17 E. Kantorowicz, L’Empereur Frédéric II, p. 382-383. Voir A. Vauchez, La Sainteté en Occident aux de (...)
  • 18 E. Kantorowicz, L’Empereur Frédéric II, p. 554 ; il s’agit de la radicalisation polémique d’un thèm (...)

9Malheureusement, cette image est totalement fausse. Par sa fonction, l’empereur occidental est au premier rang des chrétiens. Henri II (1002-1024), prédécesseur de Frédéric II, avait été canonisé (bien avant la naissance de Saint Louis) par Eugène III en 1146 ; il est vrai qu’il avait régné un bon demi-siècle avant que la réforme romaine ne suscite les premiers litiges entre papes et empereurs : depuis la fin du XIe siècle, les rapports se sont tendus entre le chef spirituel et le chef politique théorique de la chrétienté occidentale. Il n’empêche que Frédéric II lui-même se comporta normalement en chrétien ; il favorisa les cisterciens, fut le moteur principal de l’ascension des chevaliers Teutoniques, qui convertissaient les derniers peuples païens de l’Europe. Il fut sensible à la nouvelle spiritualité des mendiants, à laquelle Saint Louis adhérait pleinement : en 1239, frère Élie, ancien compagnon de saint François devenu ministre général des mineurs, suivit l’empereur excommunié au moment, il est vrai, où il était lui-même déposé de sa charge. Surtout, à la famille impériale était liée sainte Élisabeth de Hongrie, épouse du landgrave de Thuringe mort à Brindisi au moment de la croisade de Frédéric II. Cette jeune princesse veuve, qui finit sa vie dans une cabane à l’instar de François, soignant les malades avant d’accomplir des miracles après sa mort et d’être rapidement canonisée, fut solennellement inhumée en 1236 à Marburg en présence de l’empereur qui, en tenue de pèlerin, pieds nus, contribua à porter le cercueil17. La piété franciscaine n’est même sans doute pas totalement étrangère à la volonté, exprimée par l’empereur à la fin de son règne, de faire revenir l’Église à son état primitif, quand les clercs menaient la vie apostolique et imitaient l’humilité de leur maître18.

  • 19 J.-M. Martin, « La colonie sarrasine de Lucera et son environnement. Quelques réflexions », in Medi (...)

10Quant aux relations de l’empereur avec les musulmans, elles ne furent ni simples, ni uniquement pacifiques. Certes, il s’intéressait à la science arabe ; mais déjà son grand-père normand Roger II avait entretenu à la cour de Palerme le géographe arabe al-Idrîsî ; son successeur Charles d’Anjou, frère de Saint Louis, patronnera encore des traductions de l’arabe. Certes encore, Frédéric II avait traité pacifiquement avec le sultan al-Kamîl pour récupérer provisoirement Jérusalem, au lieu de faire vraiment la croisade ; mais c’était sans doute la seule voie possible à une époque où les États latins étaient réduits à presque rien. On sait moins qu’à l’inverse, c’est Frédéric II qui chassa définitivement de la Sicile occidentale, par la guerre, les musulmans qui y vivaient encore et qui s’étaient soulevés pendant la période anarchique de sa minorité ; il en déporta un bon nombre en Pouille, à Lucera, où ils constituèrent une communauté autonome, mais surveillée et taxée, qui fournissait à l’empereur des soldats et des artisans spécialisés ; en 1300, le jour de la Saint-Barthélemy, Charles II d’Anjou les déporta et les vendit comme esclaves19. La colonie musulmane de Lucera, isolée dans un milieu hostile, était l’un des éléments qui faisaient ressembler la Capitanate frédéricienne à la Palerme arabo-normande.

11L’image d’un empereur tolérant, détaché du christianisme est une invention historiographique dont l’origine première est à chercher dans les diatribes du pape. Certes, depuis un siècle et demi, le rôle du pape et celui de l’empereur tendaient à se définir par empiètements sur celui de l’autre ; l’empereur n’en restait pas moins, aux yeux d’un cercle qui dépassait largement ses partisans avoués, le souverain chrétien par excellence, et c’est avec ces yeux qu’il nous faut le considérer.

Les cinq royaumes

12Mais un fossé plus profond sans doute que celui de la sainteté sépare l’empereur de son contemporain le roi de France. Alors que, on l’a dit, ce dernier perfectionne le gouvernement et l’administration d’un État national de taille respectable mais, somme toute, limitée, l’empereur, outre qu’il revendique une prééminence d’honneur sur les rois occidentaux, règne sur des peuples et des entités politiques multiples et variés. Sa titulature distingue l’empire, le royaume de Jérusalem, le royaume de Sicile.

13Frédéric II devient roi de Jérusalem par son mariage, en novembre 1225, avec Isabelle-Yolande de Brienne, héritière du trône duquel il évince son beau-père Jean de Brienne. Il n’a séjourné dans ce royaume lointain, agité et en voie d’extinction (Jérusalem même est reprise par les musulmans en 1244), que pendant la croisade de 1228-1229.

  • 20 G. Baaken, Ius imperii ad regnum. Königreich Sizilien, Imperium Romanum und Römisches Papsttum vom (...)
  • 21 J. Deér, Papsttum und Normannen. Untersuchungen zu ihren lehnsrechtlichen und kirchenpolitischen Be (...)

14Le royaume de Sicile, sur lequel nous reviendrons et qui forme l’objet du présent colloque, est la véritable patrie de l’empereur et constitue l’unique base matérielle de son pouvoir ; ce royaume héréditaire est aussi le premier dont il soit devenu souverain, âgé de moins de quatre ans, à la Pentecôte 1198, peu après la mort de son père, l’empereur Henri VI, qui l’avait conquis, et peu avant la mort de sa mère, Constance de Hauteville, fille posthume de Roger II. Ce royaume, qui occupait tout le sud de l’Italie, des Abruzzes à la Sicile, était constitué d’un ensemble particulièrement disparate de territoires et de populations réunis par la conquête normande du XIe siècle et unifiés par Roger II ; les empereurs occidentaux avaient émis sur ces territoires des prétentions théoriques20, ensuite reprises par les papes21 (le royaume est vassal du Saint-Siège) ; d’où les efforts, vains, d’Innocent III, tuteur du jeune Frédéric, pour que l’empire et le royaume n’aient pas le même souverain, dont l’autorité s’étendrait à l’ensemble de l’Italie. La titulature de Frédéric, toutefois, n’intègre pas la Sicile à l’Empire : c’est en fait le royaume qui sert de modèle à la construction de l’empire, qui fournit à l’empereur ses ressources et nombre de ses agents. Il n’est d’ailleurs séparé de l’Empire que par l’État pontifical, à présent bien formé, mais que l’empereur, dans la tradition carolingienne, ne considère pas comme vraiment extérieur à la sphère d’action de son autorité ; c’est, comme ses prédécesseurs, à Rome et par le pape que Frédéric II est couronné empereur le 22 novembre 1220.

15La notion d’empire, enfin, ne recouvre pas, dans l’Occident du XIIIe siècle, une réalité simple. Elle tire son origine (Frédéric II le savait mieux que personne) de la Rome antique ; mais, après une longue éclipse, l’empire a été rénové, recréé en Occident une première fois par Charlemagne sur des bases nouvelles. L’empereur est d’abord roi, d’un ou de plusieurs royaumes ; il l’est devenu par une onction semblable à celle que David avait reçue de Samuel, qui depuis Pépin le Bref sacralise la royauté en Occident. Après l’époque relativement unitaire de Charlemagne et de Louis le Pieux, c’est donc l’un des rois de l’Occident qui reçoit, en outre, la couronne impériale à Rome ; il doit régner notamment sur le royaume d’Italie, qui s’étend sur le Nord et le Centre de la péninsule, et être le protecteur du pape.

  • 22 R. Poupardin, Le Royaume de Bourgogne (888-1038). Étude sur les origines du royaume d’Arles, Paris, (...)

16Au terme d’une éclipse qui, au Xe siècle, amoindrit puis fait disparaître la fonction impériale, c’est le roi de Francie orientale, Otton Ier qui, après avoir conquis le royaume d’Italie, restaure l’empire en 962. Désormais, et jusqu’au XIIIe siècle, l’empereur est titulaire de deux royaumes : Francie orientale (Germanie) et Italie ; dans les années 1030, il en récupère un troisième : le royaume d’Arles, constitué de l’ancien royaume de Bourgogne fondé en 888 et augmenté en 933 de l’ancien royaume de Provence ; après la mort du dernier roi de la dynastie fondatrice, Rodolphe III, en 1032, l’empereur Conrad II s’empare du royaume d’Arles22. Sur la carte, les trois royaumes réunis dans l’empire forment un bloc territorial énorme, qui s’étend de la Provence et de la Toscane aux Pays-Bas et à la Prusse orientale. En fait, ces trois royaumes n’ont en commun que leur souverain ; encore ce dernier n’y dispose-t-il que d’une autorité étroitement limitée, parfois pratiquement nulle.

  • 23 E. Kantorowicz, L’Empereur Frédéric II, p. 343-344.
  • 24 Ibid., p. 347-355.

17C’est de Germanie que viennent, depuis le Xe siècle, les dynasties impériales ; plus précisément, les Staufer sont originaires de Souabe : en 1079, l’empereur Henri IV a confié le duché de Souabe à Frédéric, mari de sa fille Agnès ; la dynastie accède à la dignité impériale avec Conrad III (1138) avant d’être illustrée par Frédéric Barberousse et Henri VI, qui obtient et conquiert le royaume de Sicile. Mais le royaume germanique, constitué de duchés nationaux, a, dès le départ, une structure fédérale. Frédéric II n’y fit que d’assez brefs séjours : le plus long fut le premier, qu’il effectua après s’être échappé de la Sicile en pleine anarchie, de 1212 à 1220 ; il n’y retourna ensuite qu’en 1235-1236 et en 1236-1237. Il y avait délégué le pouvoir à son fils Henri VII, duc de Souabe et, depuis 1222, roi des Romains (c’est-à-dire futur empereur). En 1231, Henri avait dû convoquer une assemblée à Worms, qui abandonnait aux princes un pouvoir quasi souverain23. L’année suivante, au cours d’une assemblée itinérante tenue dans le Frioul, l’empereur reconnut la promesse de Worms24, mais il accusa son fils de désobéissance. C’est l’attitude d’Henri qui conduisit l’empereur en Germanie en 1235 ; il le ramena, prisonnier, en Italie du Sud et Henri mourut en Calabre en 1242.

18On voit que le royaume germanique n’était pas au premier plan des préoccupations de l’empereur, qui ne s’opposa même pas à une décentralisation qui le privait de tout pouvoir direct effectif dans la plupart de ses régions. Il conservait toutefois une autorité suprême qui lui permettait, en 1235, lors de la curia solemnis de Mayence, de promulguer, en langue allemande, la paix publique et de nommer, sur le modèle sicilien, un justicier impérial chargé de présider le tribunal suprême : on pense à ce que Roger II avait fait, un siècle plus tôt, dans le royaume de Sicile qu’il prenait en mains. Les princes allemands fournirent à Frédéric II des contingents militaires pour ses guerres lombardes ; mais, alors que Henri VI avait placé des Allemands aux postes clefs en Sicile, c’est à des Siciliens que Frédéric II confie les responsabilités en Italie du Nord et même en Germanie.

19La seconde composante de l’Empire est l’ancien royaume lombard, devenu royaume d’Italie sous les Carolingiens et désormais limité au sud par la frontière septentrionale de l’État pontifical. Ici, c’est le mouvement communal, commencé au XIe siècle et arrivé à maturité au XIIe siècle, qui a pratiquement effacé – à la faveur notamment de la lutte entre papes et empereurs – l’ancien pouvoir souverain du roi. Autant l’intérêt de Frédéric II pour la Germanie est limité, autant la situation de la Lombardie et de la Toscane lui est insupportable, comme elle l’était déjà pour Frédéric Barberousse et Henri VI. L’empereur, qui s’est contenté de traverser rapidement le royaume d’Italie en 1212, s’y attarde un peu plus en 1220 ; il y retourne en 1226, en 1231-1232, en 1235, en 1236 (entre deux séjours en Germanie) ; il y reste de 1237 à 1240 : c’est en 1237 qu’il remporte sur les cités lombardes la retentissante victoire de Cortenuova, s’emparant du carroccio de la commune de Milan et de son podestat, Pietro Tiepolo, fils du doge de Venise.

  • 25 Ibid., p. 442-446.

20Cette victoire, qui devrait permettre de restaurer l’autorité suprême en Italie, le rapproche des empereurs antiques : César envoie au sénat et au peuple romain les bannières et le carroccio pris aux Milanais, qui est conduit sur le Capitole au cours d’une cérémonie de triomphe à laquelle, toutefois, l’empereur n’assiste pas. Il cherche à organiser l’Italie sur le modèle sicilien, nommant des vicaires généraux (équivalents des justiciers du Sud) ; ils servaient parfois également de podestats (nommés par l’empereur) dans des villes dont l’autonomie était étroitement limitée par les droits de l’État souverain. Enzio, fils de l’empereur, était son légat pour toute l’Italie ; bien des comtés furent, comme en Sicile, supprimés ; les agents de l’empereur venaient pour la plupart du royaume méridional25.

  • 26 E. Kantorowicz, L’Empereur Frédéric II, p. 467 sqq.

21C’est cette résurrection – très fragile et provisoire – du royaume d’Italie qui donna sa forme extrême à l’idéologie de l’empire antique restauré et christianisé : on en a vu un exemple avec le triomphe capitolin de 1237 ; en même temps, poussant au paroxysme la vieille notion de l’empereur-roi ayant reçu l’onction de Dieu – Christus Domini – on fait de l’empereur l’image du Messie (sa ville natale, Jesi, est une nouvelle Bethléem) ; le pape en fait au contraire celle de l’Antéchrist26. En fait, tout en participant à ces controverses théologico-politiques, l’Italie communale refusait massivement l’État centralisé qu’on voulait lui imposer. Même le capitaine général de Toscane, le Salernitain Pandolf de Fasanella, trempa dans un complot contre l’empereur. En 1247, Parme fit défection, les guelfes se soulevèrent. L’armée impériale bloqua Parme et traça le plan de Victoria, la ville impériale qui devait remplacer la rebelle après qu’on l’eut rasée ; mais ce furent les Parmesans qui infligèrent à l’empereur, en 1248, une défaite qui anéantit ses projets : il regagna en 1249 le royaume méridional, où il mourut l’année suivante en Capitanate, à Fiorentino.

22Dernière composante de l’Empire, dernier royaume de Frédéric, le seul dans lequel il n’a jamais séjourné : le royaume d’Arles, qui couvrait tout le Sud-Est de la France actuelle et la Suisse romande. L’empereur ne s’occupe qu’épisodiquement de ce petit État, dont certaines régions entretiennent déjà des relations actives avec la France capétienne. À s’en tenir au recueil de Huillard-Bréholles (dont on reparlera), les actes de Frédéric II concernant ce royaume sont concentrés sur vingt et une années de son règne (1214-1216, 1218, 1222-1227, 1230, 1232, 1234-1236, 1238-1239, 1244-1245, 1247-1249) ; ils sont particulièrement nombreux pendant les séjours impériaux en Italie du Nord en 1232, 1238 et 1239 ; ils concernent des féodaux, des évêques, des villes : nous y reviendrons.

23Si on considère l’ensemble des pays théoriquement soumis à l’autorité souveraine de Frédéric, on peut dire qu’ils constituent une sorte d’antithèse du royaume de France en voie d’unification. Frédéric II règne sur des peuples très variés : Francs et Arabes de Terre sainte, ensemble des Italiens politiquement désunis, Stämme du royaume germanique, dont la partie occidentale (Lorraine et Wallonie actuelles) est en partie francophone, populations de dialectes d’oïl et d’oc du royaume d’Arles.

  • 27 E. Winkelmann, Acta imperii inedita seculi XIII, Innsbruck, 1880-1885, 2 vol., t. I, no 444.
  • 28 E. Kantorowicz, L’Empereur Frédéric II, p. 355 et 358.

24Même si les trois royaumes constitutifs de l’Empire présentent une continuité territoriale, chacun a sa propre structure et ses propres lois (sans parler des coutumes locales qui, ici comme dans tout l’Occident, constituent la base du droit privé). On doit mettre à part les deux royaumes de Jérusalem et de Bourgogne, dans lesquels l’empereur n’exerce durablement aucune autorité réelle ; il ne séjourne dans le premier que quelques mois et ne va jamais dans le second ; seuls faibles indices de l’autorité impériale : dans un acte de 1220, Henri VII, qui n’est pas encore roi des Romains, porte le double titre de duc de Souabe et rector Burgundie27 ; plus tard, Frédéric II mobilise contre les communes lombardes l’armée du royaume d’Arles, dans lequel il envoie un plénipotentiaire28.

  • 29 Ibid., p. 92-96.
  • 30 Ibid., p. 351-352.

25Reste le bloc apparent des deux Italies et de la Germanie. Cette dernière, on l’a vu, ne représente pour l’empereur qu’un intérêt périphérique, épisodique et de moins en moins grand : sans abandonner ce royaume où se font les empereurs, il ne cherche pas à le gouverner directement ; sa politique – qu’elle soit volontaire ou non – y est de décentralisation. Certes, les villes se développent ; c’est sous son règne, à partir de 1226, que la Prusse païenne est conquise par les chevaliers Teutoniques dont le grand maître, le Thuringien Hermann von Salza, est l’un des principaux conseillers de Frédéric jusqu’à sa mort, survenue en 1239, le jour même de l’excommunication du souverain29 : la création d’une première principauté allemande de Prusse, étroitement liée à l’empereur, est un fait notable de l’histoire allemande. D’autre part Frédéric II, qui disposait de vastes possessions familiales en Souabe, chercha à étendre son influence personnelle dans le Sud du royaume : en 1236, à la suite de la rébellion de Frédéric de Babenberg, il confisqua les duchés d’Autriche et de Styrie ; à la mort du duc, dix ans plus tard, il les fit administrer par des capitaines généraux siciliens30. Ajoutons que, en échange de ses concessions, il obtient le concours militaire des princes allemands, mais ne les nomme plus à des postes de confiance en Italie. La Germanie doit donc être considérée comme une région importante de l’Empire, mais qui ne peut être gouvernée directement par l’empereur. Alors que ses prédécesseurs avaient rêvé d’aligner l’Italie sur la Germanie, Frédéric II a mis au premier plan le premier de ces pays.

Souvenirs antiques et État moderne

L’Italie

  • 31 Voir C. Brühl, Fodrum, gistum, servitium regis, Graz, 1968, 2 vol., t. I, p. 578-761 ; A. Haverkamp (...)

26Partant du royaume de Sicile dont nous parlerons pour terminer, Frédéric II, à la fois guidé par une géographie impérative et par l’image romaine, donc italienne, qu’il se faisait de l’Empire – et qui le mettait en concurrence directe avec le pape, à Rome comme dans le monde des communes – a fait porter pratiquement tous ses efforts politiques et militaires sur la restauration d’un pouvoir suprême dans un royaume désormais éclaté en petits mais puissants États communaux : c’est sous son règne qu’apparaissent vraiment les guelfes et les gibelins. Il suivait, dans cette voie, les traces de son grand-père Frédéric Barberousse et de son père Henri VI31. À Roncaglia, en 1158, Frédéric Barberousse avait exigé de percevoir des regalia iura et il les leva ; il cherchait aussi à instaurer la paix publique dans le royaume. On sait que les entreprises de Frédéric Ier en Italie ne furent pas un succès. Henri VI chercha à son tour, de 1186 à 1197, à dissocier les cités de leur contado, à faire administrer celui-ci par des administrateurs pourvus du titre comtal, à émanciper les petites cités vis-à-vis des grandes ; il reprit ensuite la levée d’impôts impériaux, mais le succès fut limité et bref. Durant la minorité de Frédéric II, la lutte pour le trône impérial (qu’Otton IV obtint un moment) fit cesser toute intervention du souverain en Italie, à l’époque où les communes se consolidaient et se transformaient en se donnant des podestats. L’action de Frédéric II fut d’autant plus violente qu’elle était animée par une idéologie impériale renouvelée ; après quelques succès difficiles, elle se termina par un échec retentissant : c’est sur la base communale que se constituaient des États d’autant plus dynamiques qu’ils contrôlaient les régions les plus développées de l’Occident ; l’État pontifical lui-même avait une base communale.

27Ce qu’ont cherché à faire les Staufer, et notamment Frédéric II, dans l’Italie impériale n’est pas fondamentalement différent du but que poursuivaient leurs contemporains capétiens en France ; les empereurs sont sans doute moins originaux que le pays, qui à la fois suscitait, à travers les souvenirs antiques, une idéologie impériale hors du temps et refusait au souverain les moyens de forger un État unitaire soutenu par cette idéologie.

La Sicile

28Le vrai royaume et le modèle politique de Frédéric II, c’est cet État compliqué et sans aucune unité nationale qu’on appelait au XIIe siècle « royaume de Sicile, du duché de Pouille et de la principauté de Capoue ». Il avait été créé en 1130 par l’antipape Anaclet II en faveur de Roger II de Hauteville, comte de Sicile devenu duc de Pouille et qui s’apprêtait à unifier les conquêtes disparates faites par les Normands en Italie méridionale et en Sicile au XIe siècle. S’étendant des Abruzzes à la Sicile, il présentait plus d’un trait fortement original. Comme c’est de lui qu’il va être question ici, je me bornerai à en signaler les caractères les plus marquants.

29Ce royaume est disparate par sa population : il a pour sujets des hommes de droit romain à Naples et à Amalfi, des Lombards (qui forment la majorité de la population), des Grecs dans le Sud de la Calabre et de la Pouille et dans l’Est de la Sicile, des Francs conquérants ; la population arabo-musulmane de Sicile, qui s’est réduite au long du XIIe siècle, a été pratiquement liquidée, on l’a vu, par Frédéric II. La conquête normande y avait créé trois unités politiques : une principauté de Capoue, un duché de Pouille très anarchique, enfin un comté de Sicile qui avait maintenu, puis renforcé des traditions bureaucratiques d’origine musulmane et byzantine. Aussi Roger II avait-il dû donner au nouveau royaume une structure bipartite, plus centralisée en Sicile et en Calabre, un peu plus souple au nord. Il n’empêche que, dès avant le milieu du XIIe siècle, le roi de Sicile rend partout la haute justice, dispose d’une armée féodale dont les services sont strictement enregistrés et peut même, en cas de nécessité, lever une aide féodale générale qui préfigure l’impôt direct.

  • 32 J.-M. Martin, Italies normandes. XIe-XIIe siècles, Paris, 1994, p. 262-269.

30L’image même du roi ne correspond pas exactement à celle des autres souverains de l’Occident32. Il s’agit, certes, d’un roi chrétien postcarolingien, qui reçoit le même sacre et poursuit les mêmes buts avoués que les autres monarques ; il est en outre vassal du pape. Mais il se fait représenter vêtu en basileus (sur les célèbres mosaïques de la Martorana et de Monreale), portant le loros et la tête couverte du camelaucum à pendentifs. Enfin, sur ses monnaies d’or, il se donne un laqab de calife ou d’émir (Roger II est al-Muctazz billâh). Pour bien des Occidentaux, comme pour les Byzantins, c’est un tyran (terme qu’on utilisera encore à propos de son petit-fils), successeur des tyrans grecs de l’Antiquité sicilienne. Il habite, à Palerme, un palais de conception en grande partie arabe et peut se reposer dans les villas suburbaines (Zisa, Cuba, Favara) aux noms et à l’architecture franchement arabes.

31C’est à Palerme, dans ce cadre, que Frédéric II a vécu jusqu’à l’âge de dix-huit ans. Même si, en tant qu’empereur, il a utilisé des symboles plus occidentaux du pouvoir, il a porté, comme roi de Sicile, le camelaucum (on en a retrouvé un dans la tombe de son épouse) et, sans doute, le grand manteau arabe de soie rouge et d’or tissé à Palerme pour Roger II, passé au trésor impérial et aujourd’hui, pour cette raison, conservé à Vienne.

  • 33 J.-M. Martin, « L’administration du Royaume entre Normands et Souabes », in Die Staufer im Süden. S (...)

32Pendant la minorité du futur empereur, l’administration royale s’était désintégrée, mais pas effondrée33. Dès son retour dans le royaume, au lendemain du couronnement impérial, à la fin de 1220, Frédéric rétablit les justiciers et les camériers provinciaux dans tout le royaume. Il ne s’installe pas en Sicile (où il ne retourne qu’en 1221, 1222, 1223-1225, 1227, enfin d’avril 1233 à février 1234), mais choisit comme principale zone de résidence le Nord de la Pouille, la plaine de Capitanate, qu’il aménage pour en faire une autre Conca d’Oro, y bâtissant de nombreuses « résidences de loisirs » (domus solatiorum) ; il peut chasser au faucon les nombreux oiseaux de cette région en partie marécageuse. Mais, à une époque où les souverains occidentaux, jusqu’alors plutôt vagabonds, se choisissent une capitale fixe (comme Paris), Frédéric II, sans doute à cause de la multiplicité des États qu’il gouverne et pensant peut-être que seule Rome peut être capitale, suit la démarche inverse ; même s’il fait de Foggia sa résidence principale, il n’y passe guère que le sixième du temps où il séjourne dans le royaume, dont la capitale ne sera fixée à Naples, après la perte de la Sicile, que par Charles II d’Anjou.

33Le royaume de Sicile est l’unique base de l’action de l’empereur : il y passe la plus grande partie de son temps et en tire pratiquement toutes ses ressources, grâce à une fiscalité dont on parlera ; il en tire même les agents qu’il envoie en Italie du Nord, voire en Germanie. Car, dans le royaume, son pouvoir est pratiquement absolu ; comme ses prédécesseurs normands, il y contrôle même étroitement l’Église, dont les cent cinquante évêques peuvent peser lourd au sein de l’Église occidentale.

  • 34 J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici secundi, Paris, 1852-1961, 12 vol. ; ré (...)

34D’où une certaine distorsion entre le pouvoir de l’empereur et l’image qu’il souhaite en donner : le seul royaume où il exerce un pouvoir de type impérial est situé hors des frontières de l’Empire. C’est en Sicile qu’il frappe l’augustale, pièce d’or représentant d’un côté le buste impérial couronné de lauriers et de l’autre l’aigle, la référence au christianisme se bornant à la petite croix qui ouvre l’inscription ; à cette époque, en Italie du Nord, les ateliers monétaires sont communaux. C’est pour la Sicile, et sur la base de la législation de ses prédécesseurs normands, qu’il publie en 1231 le premier code médiéval d’inspiration antique, le Liber Augustalis. C’est à Capoue qu’il fait orner des bustes antiquisants de ses principaux conseillers la porte fortifiée de la ville. C’est à ses sujets siciliens qu’il peut demander de venir « contempler la sérénité de [son] visage »34 lors d’une grande assemblée. Or, on l’a dit, la puissance du roi de Sicile est d’origine arabe plus que romaine. Aux Romains, il ne fait que rapporter triomphalement sa victoire de Cortenuova et qu’expédier le carroccio milanais pour un triomphe capitolin auquel il ne peut participer : c’est l’autre pouvoir romain, celui du pape, qui aura à terme raison de ses rêves antiques, même si l’idéologie gibeline se répand en Italie.

  • 35 H. M. Schaller, « Die Kaiseridee Friedrichs II. », in Probleme um Friedrich II., J. Fleckenstein (d (...)

35Ajoutons que le temps de son règne est plus cohérent, mais pas plus homogène que l’espace qu’il gouverne : de 1220 à 1235, il ne quitte le royaume que pour la croisade en 1228-1229 et pour deux séjours en Italie du Nord en 1226 et en 1231-1232 ; son action est alors (mise à part la croisade) entièrement tournée vers son « royaume héréditaire », dont il améliore l’administration et où il accroît ses ressources ; la période 1230-1235 nous semble marquer une sorte d’apogée du règne, du moins dans le Midi. Ensuite, la guerre en Lombardie, sur laquelle se greffe la lutte inexpiable menée par le pape, occupe toute l’énergie de l’empereur et pompe les ressources méridionales. C’est sans doute au lendemain de Cortenuova que la notion d’Empire prend pour Frédéric II sa forme la plus pleine, sinon la plus précise ; mais elle reste largement dans le domaine du rêve, traduisant une certaine connaissance de l’Antiquité plus qu’une transformation de la réalité : l’empereur est la loi incarnée, sa domination doit être universelle35. La grande lutte contre le pape a d’ailleurs suscité plus de textes violents que de vraies batailles.

36On voit que le personnage est sans doute moins complexe que la scène sur laquelle il agit : cinq royaumes, dont un seul lui obéit et alimente une grande politique essentiellement tournée contre l’Italie communale. Certes, la constitution d’États centralisés est à l’ordre du jour dans tout l’Occident ; mais, pour des raisons différentes, en Allemagne comme en Italie du Nord, c’est sur une base territoriale restreinte et contre la monarchie impériale que se forgent des États princiers ou citadins, et l’idéologie impériale n’est pas un principe opératoire pour leur faire échec, surtout en Italie où elle est désormais battue en brèche par le pape. Enfin, il tire sa force et ses ressources d’un royaume puissant, mais artificiel dans lequel l’État moderne prend la succession directe de constructions orientales anciennes.

Retour à l’historiographie

Les tendances actuelles

  • 36 N. Kamp, Kirche und Monarchie im staufischen Königreich Sizilien. I. Prosopographische Grundlegung. (...)
  • 37 Potere, società e popolo nell’età sveva (1210-1266), (Atti delle seste Giornate Normanno-Sveve, 198 (...)
  • 38 Ont déjà été publiés : Federico II, P. Toubert et A. Paravicini Bagliani (dir.), Palerme, 1994, vol (...)

37C’est sans doute à cause à la fois de la multiplicité et de l’hétérogénéité des États qu’il gouverne ou veut gouverner, et aussi parce que ses constructions théoriques furent plus brillantes que la réalité, que beaucoup ont préféré (et parfois préfèrent encore) dédier à l’empereur des biographies. Mais, quelle que soit leur valeur, celles-ci passent obligatoirement sous silence la plus grande partie de la scène sur laquelle joue le personnage. On a heureusement commencé à abandonner la biographie pour en arriver à l’étude des pays, et notamment des États dont Frédéric était le souverain, de leurs institutions, de leurs composantes sociales, de leur économie, d’autant que les sources, certes inégales, sont au total abondantes : les actes impériaux occupent l’essentiel des douze volumes de Huillard-Bréholles et du premier volume de Winkelmann, sans parler de ceux qui ont été publiés depuis ; quant aux actes privés, ils sont pratiquement innombrables. C’est logiquement le royaume de Sicile qui tient, de loin, la première place dans les actes impériaux édités. Ils ont déjà permis quelques travaux remarquables, au premier rang desquels on citera ceux de Norbert Kamp, auteur notamment d’une monumentale prosopographie des évêques du royaume à l’époque souabe (de Henri VI à Manfred) et d’une remarquable étude sur les agents financiers de la monarchie36. Après un certain nombre de réunions scientifiques (en 1950 à l’occasion du septième centenaire de la mort de l’empereur, en 1985 où les Giornate Normanno-Sveve de Bari ont été consacrées à l’époque souabe37), une remarquable série de congrès « frédériciens » a commencé en 1989 et culminé en 199438 ; le comité d’organisation de ces colloques était présidé par le sénateur Ortensio Zecchino, historien du droit et spécialiste de la législation normande dans le royaume, et comprenait plusieurs personnes ici présentes. La plupart des rencontres se sont tenues dans le Sud, mais pas toutes, et les problèmes de l’Italie communale y ont été traités. La dernière en date, qui s’est tenue à Cosenza en mai 1996, avait pour thème « Frédéric II et les cinq couronnes » ; elle a permis d’aborder l’action de l’empereur en Germanie et en Terre sainte.

  • 39 A. Haseloff, Die Bauten der Hohenstaufen in Unteritalien, trad. ital. M. S. Calò Mariani, Leipzig, (...)
  • 40 Die Zeit der Staufer. Geschichte, Kunst, Kultur, Stuttgart, 1977, 5 vol.
  • 41 C. A. Willemsen, Bibliografia federiciana. Fonti e letteratura storica su Federico II e gli ultimi (...)

38Les historiens allemands ont depuis longtemps étudié l’action de l’empereur non seulement en Germanie, mais aussi – peut-être surtout – en Italie. C’est notamment à l’occasion de la visite officielle en Italie de l’empereur allemand Guillaume II, en 1905, qu’était créé, à l’Institut historique prussien de Rome, un secrétariat pour l’histoire de l’art (ancêtre de l’actuelle Biblioteca Hertziana), confié à Arthur Haseloff qui, avec le concours d’Eduard Sthamer (chargé de la partie archivistique), entreprenait son étude sur les « Bauten der Hohenstaufen in Unteritalien »39. Plus récemment, encore dans le domaine de l’histoire de l’art, l’exposition organisée au Württembergisches Landesmuseum de Stuttgart a donné l’occasion de publier un remarquable catalogue sur l’époque des Staufer40. C’est à l’Italie du Sud qu’est consacré l’essentiel des volumes de la série Studien und Quellen zur Welt Kaiser Friedrichs II., publiés depuis 1972 qui ont notamment donné une nouvelle édition du Liber augustalis. Enfin, Carl Arnold Willemsen a publié, en 1982, une très utile bibliographie sur Frédéric II et les derniers Staufer41. Ajoutons que le rôle de Frédéric II en Terre sainte est, évidemment, surtout traité dans le cadre de l’histoire des croisades et des États francs d’Orient.

Une lacune : Frédéric II, le royaume d’Arles et la France

39Un point important semble avoir été largement laissé de côté ; il s’agit, à vrai dire, de plusieurs sujets qui étaient déjà liés à l’époque et que nous rassemblons sous la formule : « Frédéric II et la France. » Au XIIIe siècle, le tiers oriental de la France actuelle obéissait non pas au roi de France, mais – en théorie du moins – à l’empereur. En outre, le roi de France était évidemment, pour l’empereur, le partenaire le plus important parmi les souverains de l’Occident.

40À notre connaissance, il reste dans la littérature concernant l’histoire politique des États de Frédéric II un perpétuel absent : le royaume d’Arles, alors, il est vrai, en pleine décomposition, et de plus en plus attiré dans l’orbite du royaume de France (ou, pour la Savoie, de l’Italie). C’est une des raisons pour lesquelles il serait utile que les Français s’intéressent aussi à Frédéric II. À vrai dire, une bonne partie de la France actuelle, de Cambrai à Metz, Toul, Verdun, Strasbourg, Lyon, Vienne, Grenoble, Die, Viviers, Orange, Avignon, Arles, Marseille reconnaissait encore au XIIIe siècle l’autorité, parfois lointaine, de l’empereur, même si le roi de France, ses frères et quelques grands féodaux du royaume s’intéressaient de près à certaines de ces régions. Il serait bon, sans en nier la valeur formatrice, de sortir de l’histoire des Capétiens « qui ont fait la France » pour s’intéresser aussi aux nombreuses régions qui alors n’étaient pas dans le royaume.

  • 42 J. Richard, Saint Louis, p. 135 ; J. Le Goff, Saint Louis, p. 721.

41Passons très rapidement sur l’Alsace et même la Lorraine, comprises dans le royaume de Germanie ; bornons-nous à rappeler que l’une des résidences préférées de l’empereur (et aussi de son fils Henri VII) était Haguenau, dans l’actuel département du Bas-Rhin : Frédéric II y séjourna tous les ans de 1212 à 1220 et y revint en 1235 et en 1236. Des actes impériaux concernent notamment les villes épiscopales de Strasbourg, Metz, Toul et Verdun ; Conrad, évêque de Metz et de Spire, a été chancelier d’empire et légat impérial en Italie. Dans le Nord de la France actuelle, l’empereur s’intéresse également à Cambrai. Mais, dans ces régions, le mariage d’un frère de Saint Louis, Robert d’Artois, avec Mathilde de Brabant (1237) établissait des liens entre régions françaises et impériales42 ; de même la comtesse de Flandre (alors dans le royaume de France) était aussi feudataire de l’Empire : ainsi commençaient à se composer des principautés intermédiaires, sur le territoire de l’actuelle Belgique. En 1241, Saint Louis refusa pour le comte d’Artois la couronne de roi des Romains proposée par le pape.

  • 43 R. Poupardin, Le Royaume de Bourgogne…, p. 298-340.

42Quant au royaume d’Arles, la plus petite des composantes de l’Empire, il était en fait formé de principautés presque indépendantes et parfois dynamiques. Dès avant l’intégration à l’Empire, certains évêques avaient – comme en Italie du Nord – reçu des droits comtaux : ainsi les archevêques de Vienne (Isère) et de Tarentaise, l’évêque de Lausanne ; celui de Grenoble gouvernait en fait le comté, l’archevêque de Besançon se contentant de battre monnaie43.

  • 44 Histoire de la Franche-Comté, R. Fiétier (dir.), Toulouse, 1977, p. 140-146.
  • 45 Histoire de la Savoie, P. Guichonnet (dir.), Toulouse, 1973, p. 163-165.
  • 46 Histoire du Dauphiné, B. Bligny (dir.), Toulouse, 1973, p. 118-124.

43À l’époque considérée, le comté de Bourgogne (la Franche-Comté) passe avec l’aide du duc (français) de Bourgogne sous une nouvelle dynastie locale44. En Savoie, au contraire, le comte Thomas (1189-1233) étend son domaine notamment dans le Piémont ; il devient vicaire impérial en Lombardie et reçoit de l’empereur la ville de Turin45. L’histoire du comté de Vienne, devenu Dauphiné, est plus calme ; il se rattachera au royaume de France en 135546.

  • 47 Histoire de la Provence, É. Baratier (dir.), Toulouse, 1969, p. 131-158.
  • 48 J. Richard, Saint Louis, p. 102 sqq.

44Dans le Sud, enfin, la Provence est partagée entre un marquisat de Provence, un comté de Provence et un comté de Forcalquier. Le marquisat (Comtat Venaissin), terre d’empire, était tenu par le comte français Raymond VII de Toulouse, qui fut inquiété à cause de son attitude envers les Albigeois. Au Sud, le comté de Provence, désormais uni à celui de Forcalquier, dépendait de la famille des comtes de Barcelone47. Enfin les villes – au premier rang desquelles Marseille, qui reconnut un temps le comte de Toulouse au lieu de celui de Provence – se dotent de consulats ; Frédéric II cherche même, avec l’aide de vicaires impériaux, à faire d’Arles et d’Avignon des villes d’empire dépendant directement du souverain, mais en vain. L’empereur favorise d’autre part le comte de Toulouse, le rétablissant dans le marquisat en 1234 avant de lui confier, l’année suivante, de nouvelles terres et de lui concéder en 1239 le comté de Forcalquier48.

45En 1241, un accord est conclu entre les deux comtes qui se partagent la Provence, où le roi de France commence à exercer une influence prépondérante. Saint Louis avait épousé Marguerite de Provence, fille du comte barcelonais Raymond-Bérenger V qui avait développé l’administration de son comté. Surtout, en 1246, Charles d’Anjou, frère du roi de France, épouse Béatrice, sœur de Marguerite, et devient l’héritier du comté. Un autre frère de Saint Louis, Alphonse de Poitiers, était pour de semblables raisons le successeur désigné de Raymond VII de Toulouse (qui meurt en 1249) : l’ensemble de la Provence passait à la famille capétienne. Alors qu’Alphonse de Poitiers devait abandonner au pape le Comtat Venaissin en 1274, Charles implantait durablement en Provence la dynastie angevine ; mais comme en 1263 Saint Louis acceptait pour lui le royaume de Sicile dont le pape lui offrait la conquête contre Manfred, fils de Frédéric II, c’est à l’Italie méridionale que la Provence fut principalement liée du XIIIe au XVe siècle.

46Il existe des monographies concernant des villes, des régions, des dynasties ; mais, à notre connaissance, sur l’époque impériale du royaume d’Arles, du XIe au XIIIe siècle, on ne possède aucune vue d’ensemble ; après Frédéric II, avec l’interrègne impérial, la pénétration française et l’installation du pape à Avignon, on peut considérer que ce royaume a cessé d’exister. Mais il n’était pas encore mort quand Frédéric II cherchait tant bien que mal à restaurer son autorité en favorisant certains comtes et certaines villes dans les régions qui constituent aujourd’hui le quart sud-est de la France et la Suisse romande. Enfin, c’est un Capétien devenu comte de Provence (et donc en droit vassal de l’empereur), Charles d’Anjou, qui s’empara en 1266 du royaume de Sicile, tuant Manfred à Bénévent.

47Le fait d’avoir régné sur toute la partie orientale de la France actuelle, alors rattachée aux royaumes de Germanie et d’Arles, le fait aussi d’être l’héritier direct des Normands de Sicile, ne sont pas les seuls points qui puissent susciter l’intérêt des Français pour Frédéric II. En dépit des profondes différences séparant tant la personnalité des souverains que la nature même de leurs États, l’empereur Frédéric II et le roi de France Louis IX, qui ont régné ensemble un quart de siècle, de 1226 à 1250, ont entretenu des rapports généralement bons, alors même que, si les actions belliqueuses de Frédéric ne s’exerçaient qu’en Italie, la politique capétienne avait des visées sur certaines régions sises à l’Est du royaume. Les ressemblances, au demeurant, ne manquent pas entre ces deux souverains chrétiens qui ont tous deux participé à la croisade et qui partageaient certainement quelques idées sur le renforcement de l’État.

48Les rapports entre la France et Frédéric II avaient d’ailleurs commencé de façon positive et brillante avant que Saint Louis ne montât sur le trône. Le 18 novembre 1212, le jeune Frédéric, à peine arrivé en Germanie, avait rencontré à Vaucouleurs Philippe Auguste ; les deux souverains avaient conclu un accord contre l’empereur Otton IV, compétiteur de Frédéric, et son allié le roi d’Angleterre ; d’où la célèbre bataille de Bouvines (27 juillet 1214), qui eut plus d’importance pour l’Empire, où elle signa la défaite d’Otton, que pour la France qui n’en retira guère qu’une gloire dont les manuels scolaires se font encore l’écho et que Georges Duby a bien mise en lumière.

  • 49 J. Le Goff, Saint Louis, p. 116-118.
  • 50 Ibid., p. 163-168.

49Quant à Saint Louis, s’il ne reconnaissait évidemment pas à l’Empire le rôle universel dont rêvait parfois Frédéric, il respectait l’éminente dignité impériale, à condition qu’elle ne porte pas ombrage à l’indépendance de son royaume, ce qui était le cas. Mais, symétriquement, il n’admettait pas plus que Frédéric II les ingérences du pape dans ses États, ce qui le conduisait à comprendre l’empereur49 : sa sainteté ne l’empêchait pas de distinguer, comme on le faisait de mieux en mieux en Occident, les deux sphères politique et ecclésiastique. D’où sa politique très équilibrée, qu’on appellerait aujourd’hui de neutralité active, dans le grand conflit entre le pape et l’empereur. En 1232, avant la grande lutte, un accord avait été conclu entre les deux souverains pour interdire toute guerre privée entre leurs vassaux respectifs. Ensuite, Saint Louis laissa des chevaliers français se battre en Italie dans les troupes impériales ; mais il protesta vigoureusement lorsque, le 3 mai 1241, les Pisans, favorables à l’empereur, firent prisonniers des prélats français transportés par des bateaux génois. En 1244, il refusa l’asile en France à Innocent IV, qui s’installa à Lyon, en terre d’empire, mais à la porte du royaume de France ; bien qu’il y ait été invité, le roi ne prit pas part au concile de Lyon au cours duquel l’empereur fut déposé en juillet 1245. Le roi rencontra le pape à Cluny, puis tenta en vain une médiation entre le pape et l’empereur en 1246 ; à l’inverse, il envoya en 1247 des troupes vers Lyon pour protéger le pape50 ; on voit en tout cas que l’attitude d’un futur saint à l’égard d’un empereur excommunié et déposé fut extrêmement nuancée : après tout, Saint Louis et Frédéric II étaient les héritiers d’une même conscience politique, façonnée depuis l’époque carolingienne.

50On peut ainsi constater que Frédéric II, personnage central de l’histoire sicilienne, figure controversée mais puissante de l’histoire italienne, dernier véritable empereur de l’histoire germanique, n’a aucune raison de laisser indifférents les Français.

Le duc de Luynes et Huillard-Bréholles

  • 51 J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Notice sur M. le duc de Luynes, membre de l’Institut, Paris, 1868.

51Il n’en a pas toujours été ainsi. Et, pour terminer cette introduction au premier colloque frédéricien tenu en France depuis longtemps, je voudrais évoquer la figure de deux savants du XIXe siècle qui ont beaucoup fait pour l’histoire de l’empereur : le duc de Luynes et Huillard-Bréholles. Le second a écrit une biographie du premier51, mais nous n’avons pu trouver de biographie du second. Les rapports entre les deux hommes relèvent d’un monde aujourd’hui révolu : le duc était à la fois un savant et un mécène ; Huillard-Bréholles, devenu haut fonctionnaire des Archives nationales et membre de l’Institut, a passé une bonne partie de sa vie à écrire sur commande du duc de Luynes, qui publiait à ses propres frais ses œuvres scientifiques. Aussi, au début de son éloge, Huillard-Bréholles évoque-t-il « l’homme éminent qui fut pour moi un bienfaiteur et, si j’ose le dire, un ami ».

52Honoré Théodore Paul Joseph d’Albert, duc de Luynes, né à Paris le 15 décembre 1802 et mort lors d’un voyage à Rome le 15 décembre 1867, appartenait à une famille de la haute aristocratie qui, apparemment, n’avait pas perdu ses biens pendant la Révolution, ou qui avait pu les récupérer ; le duc habitait d’ordinaire le château de Dampierre. Au dire de son biographe, c’était un homme réservé, peu porté sur la religion, légitimiste par tradition, qui se fit toutefois élire député aux Assemblées constituante et législative de 1848, mais participa place Maubert, à Paris, à la répression des journées de juin. Le coup d’État du 2 décembre 1851 mit un terme à une carrière politique qui l’avait déjà conduit, à partir de 1836, au conseil général de Seine-et-Oise, où il s’était particulièrement intéressé aux routes et aux écoles. Il fut également membre du conseil de surveillance de l’Assistance publique à Paris et s’adonnait à la bienfaisance privée.

53Il mena sa carrière de savant et de mécène en respectant les institutions : il fut un temps directeur adjoint du musée Charles X au Louvre, devint en 1830, à vingt-huit ans, membre libre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres ; il était membre honoraire de l’Académie des sciences de Berlin et reçut en 1852 du roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV le titre de chevalier de l’Ordre du Mérite de Prusse ; membre associé de l’Institut de correspondance archéologique de Rome (qui publia en 1829 le premier numéro de ses Annales), il devint encore membre du conseil de la Société de l’histoire de France. Mais son nom et sa fortune lui donnaient une grande autonomie vis-à-vis de ces prestigieuses assemblées.

  • 52 Duc de Luynes et M. Debacq, Métaponte, Paris, 1853.
  • 53 Duc de Luynes, « Des ruines de Velia », Annales de l’Institut de correspondance archéologique, 1, 1 (...)

54Il s’intéressa à tout, ou presque : minéralogie, chimie, photographie (dont il avait saisi l’utilité scientifique), archéologie (comme on la comprenait alors) et numismatique antiques, Orient ancien et moderne (au cours d’une expédition, en 1864, il fit cartographier la mer Morte). Très tôt, il fut attiré par l’Italie, où il fit plusieurs voyages (lors du dernier, en 1867, il accorda un soutien financier aux troupes pontificales) – et notamment par l’Italie méridionale. Dès 1828 il entreprend, avec l’architecte Debacq, de fouiller le site de Métaponte52 ; il publie des articles sur les ruines de Velia et de Locres, sur des médailles de Tarente53.

  • 54 Matthieu Paris, Grande Chronique, Paris, 1840-1842, 9 vol.
  • 55 J.-L.-A. Huillard-Bréholles et V. Baltard (ill.), Recherches sur les monuments et l’histoire des No (...)
  • 56 J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Chronicon Placentinum et Chronicon de rebus in Italia gestis historiae (...)

55C’est à propos de l’Italie méridionale qu’il se met à l’histoire du Moyen Âge, publiant en 1839 à Paris un Commentaire historique et chronologique sur les éphémérides intitulées « Diurnali di Messer Matteo de Giovinazzo ». En 1840, il fait traduire par Huillard-Bréholles la Grande Chronique de Matthieu Paris54, à laquelle il donne une introduction. Il s’oriente alors vers l’histoire du « grand drame » qui a pour sujet la splendeur et la chute des Staufer, point culminant de la lutte entre l’empire et la papauté, qui allait permettre la naissance et l’indépendance des États modernes. Le premier livre qu’il patronne dans ce domaine est un important ouvrage dont les illustrations sont confiées à Victor Baltard et le texte à Huillard-Bréholles55 ; les trente-cinq planches sont encore d’une grande utilité. En 1853, il faisait relever par Charles Garnier (le futur architecte de l’Opéra de Paris) les tombeaux angevins de Naples, mais ne rédigea pas le texte qui devait en accompagner la publication. En 1856, auspiciis et sumptibus du duc de Luynes, Huillard-Bréholles publia encore des chroniques italiennes de l’époque souabe56. En 1859, A.-H. Dufour et M. Amari (alors en exil à Paris, où il apprenait l’arabe) publiaient, également sous les auspices du duc, une Carte comparée de la Sicile moderne avec la Sicile au XIIe siècle, d’après Édrisi et d’autres géographes arabes.

  • 57 J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Historica diplomatica
  • 58 E. Winkelmann, Acta imperii inedita seculi XIII.

56Mais l’œuvre principale commandée et financée par le duc de Luynes, et réalisée par Huillard-Bréholles, est l’Historia diplomatica Friderici secundi, édition systématique de l’ensemble des actes de l’empereur et de ses fils du vivant de celui-ci, avec quelques compléments57. Certes, cette publication ne correspond plus aux critères actuels de la recherche : l’édition n’est pas franchement diplomatique ; il semble que Huillard-Bréholles se soit contenté, quand elles existaient, de reproduire les éditions antérieures, auxquelles il renvoie. Enfin, on a depuis retrouvé un nombre important d’actes : à la fin du XIXe siècle, Eduard Winkelmann publiait plusieurs centaines d’inédits58, et d’autres ont suivi depuis. Il n’empêche que « le Huillard-Bréholles », réimprimé à Turin en 1963, reste à ce jour le principal recueil d’actes de Frédéric II ; il donne notamment l’ensemble des mandements contenus dans le seul registre de la chancellerie sicilienne préangevine qui ait été conservé en original, celui de l’année 1239-1240, avant de disparaître en 1943 dans l’incendie des archives de Naples (mais il avait heureusement été photographié, et doit être réédité par Errico Cuozzo).

  • 59 Voir le texte de l’oraison funèbre prononcée par L. Delisle, président de l’Académie des inscriptio (...)

57De l’auteur de l’Historia diplomatica, Jean-Louis-Alphonse Huillard-Bréholles, né à Paris le 8 février 1817 et mort le 23 mars 1871, je sais peu de choses59. Élève du lycée Charlemagne, à Paris, il y donna ensuite quelques cours de 1838 à 1842. Il entra en 1839 à la Commission des monuments historiques et fut, avec Haureau, chargé de la direction du Bulletin des comités historiques ; il entra aux Archives nationales en 1856, devint en 1862 sous-chef de la section administrative, en 1866 chef de la section législative et judiciaire, en 1868 chef de la section du secrétariat. Membre de la Société des antiquaires de France, il fut élu en 1869 à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

58À l’époque où les Allemands, qui unifiaient leur pays, s’intéressaient pour cette raison à l’histoire de l’Allemagne et de l’Empire, c’est, semble-t-il, l’esprit cosmopolite de l’aristocratie éclairée du XVIIIe siècle qui poussa le duc de Luynes et, indirectement au moins, Huillard-Bréholles à s’intéresser à un empereur dont ils considéraient le règne – et on ne peut leur donner tort – comme une clef de l’histoire politique de l’Occident. Ils ont en tout cas utilisé, pour aborder ce sujet, la seule méthode valable : la réunion et la publication de documents.

59C’est à un savant allemand de la fin du XIXe siècle, Eduard Winkelmann, que nous avons déjà mentionné, que l’on doit la découverte, aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône, de deux manuscrits angevins du début du XIVe siècle importants pour l’histoire du royaume de Sicile sous le règne de Frédéric II. La cote B 175 contient les Excerpta Massiliensia, résumés d’extraits de registres frédériciens compilés pour le roi angevin ; la cote B 269 renferme des copies angevines de divers textes d’époque frédéricienne concernant les officiers royaux, l’entretien des châteaux, les massarie (fermes royales), etc.

Conclusion

60On voit que les liens de l’empereur et de son histoire avec la France sont multiples. Mais on n’oublie pas pour autant les liens spécifiques qui unissaient Frédéric à la Normandie, et qui sont à l’origine du présent colloque : l’arrière-grand-père de Frédéric II, le grand comte de Sicile Roger Ier, était l’un des Normands partis de sa région pour l’Italie méridionale au XIe siècle. À vrai dire, l’élément normand s’est mêlé, notamment au XIIe siècle, à de nombreux éléments locaux, souvent d’origine orientale, pour donner au royaume « normand » de Sicile une allure très originale. Notons toutefois que l’une des institutions importées de la Normandie, l’aide féodale (appelée au XIIIe siècle en Sicile collecta ou subventio) est à l’origine du plus ancien impôt direct qu’ait connu l’Occident médiéval ; nous y reviendrons.

61C’est le pouvoir qu’il tirait de sa souveraineté sur l’ancien royaume normand qui a permis à Frédéric II de soutenir des prétentions européennes : c’est là qu’il a parachevé la constitution d’un État centralisé, mais qui ne reposait pas sur une base nationale et dont il a sans doute rêvé d’étendre les institutions à toute l’Italie pour constituer un empire vraiment romain, mais moderne. Car finalement, son action politique a deux faces. L’une est réaliste : l’idée qu’il se faisait de l’Empire ne l’a jamais conduit à chercher à placer sous sa coupe les rois des États nationaux de l’Occident (France, Angleterre, royaumes hispaniques), avec qui il entretenait des rapports d’égalité ; il cherchait simplement à gouverner, comme eux, un grand État. Mais, en remplaçant l’idée de nation, alors en plein progrès, par celle d’empire, il donnait à cet État rêvé une base d’autant moins réaliste qu’elle risquait toujours les dérapages idéologiques et, surtout, le mettait dans une position de concurrence, désormais inégale, avec le pape.

62On ne saurait nier ni même amoindrir les mérites personnels de Saint Louis, l’un des premiers personnages politiques dont on puisse comprendre, dans une certaine mesure, la mentalité. Il n’en est pas moins vrai que, en tant que souverains, Frédéric II et Louis IX partageaient – entre eux et avec quelques autres – le même idéal politique ; ce qui les séparait était le terrain d’application.

Notes

1 Salimbene de Adam, Cronica, F. Bernini (éd.), Bari, 1942, 2 vol., I, p. 255, 269-277, 291.

2 Ibid., p. 345-346.

3 Ibid., p. 316-322.

4 Dante Alighieri, Convivio, IV, I, 6 : « Federigo di Soave, ultimo imperadore de li Romani – ultimo dico per rispetto al tempo presente, non ostante che Ridolfo e Andolfo e Alberto poi eletti siano, appresso la sua morte e de li suoi discendenti ».

5 Dante Alighieri, Divina Commedia, Inferno, XIII, 55-78.

6 Dante Alighieri, De vulgari Eloquentia, I, XII, 4 : « illustres heroes Federicus Cesar et benegenitus eius Manfredus. »

7 Dante Alighieri, Divina Commedia, Inferno, X, 118-120.

8 Ibid., Purgatorio, XVI, 115-117 ; il rappelle la victoire des Parmesans sur l’empereur (Ep. VI, 19).

9 Voir E. Pispisa, « Prospettive critiche per un nuovo Federico », Medioevo meridionale. Studi e ricerche, Messine, 1994, p. 41-54.

10 J. Burckhardt, Die Kultur der Renaissance in Italien, Bâle, 1860 ; trad. fr. La Civilisation de la Renaissance en Italie, Paris, 1958, 2 vol., t. I, p. 6-7.

11 E. Kantorowicz, L’Empereur Frédéric II, Paris, 1987.

12 E. Winkelmann, Kaiser Friedrich II., Leipzig, 1889-1897, 2 vol.

13 G. Masson, Frédéric II de Hohenstaufen, Paris, 1963 ; T. C. Van Cleve, The Emperor Frederick II of Hohenstaufen.Immutator Mundi”, Oxford, 1972.

14 D. Abulafia, Frederick II. A Medieval Emperor, Londres, 1988.

15 A. Lecoy de La Marche, Saint Louis, son Gouvernement et sa Politique, Paris, 1889 ; C.-V. Langlois, Saint Louis, Philippe le Bel : les derniers Capétiens directs (1226-1328), in Histoire de France depuis les origines jusqu’à la Révolution, E. Lavisse (dir.), Paris, 1901, t. III, 2e partie ; rééd. Paris, 1978.

16 W. Ch. Jordan, Louis IX and the Challenge of the Crusade. A Study in Rulership, Princeton, 1979 ; J. Richard, Saint Louis, Paris, 1983 ; J. Le Goff, Saint Louis, Paris, 1996.

17 E. Kantorowicz, L’Empereur Frédéric II, p. 382-383. Voir A. Vauchez, La Sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge d’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, 2e éd., Rome, 1988, sub verbo ; R. Folz, Les Saintes Reines du Moyen Âge en Occident (VIe-XIIIe siècles), Bruxelles, 1992, p. 105-129.

18 E. Kantorowicz, L’Empereur Frédéric II, p. 554 ; il s’agit de la radicalisation polémique d’un thème cher aux réformateurs romains.

19 J.-M. Martin, « La colonie sarrasine de Lucera et son environnement. Quelques réflexions », in Mediterraneo medievale. Scritti in onore di Francesco Giunta, Soveria Mannelli, 1989, 3 vol., t. II, p. 795-811.

20 G. Baaken, Ius imperii ad regnum. Königreich Sizilien, Imperium Romanum und Römisches Papsttum vom Tode Kaiser Heinrichs VI. bis zu den Verzichterklärungen Rudolfs von Habsburg, Cologne-Weimar-Vienne, 1993.

21 J. Deér, Papsttum und Normannen. Untersuchungen zu ihren lehnsrechtlichen und kirchenpolitischen Beziehungen, Cologne-Vienne, 1972.

22 R. Poupardin, Le Royaume de Bourgogne (888-1038). Étude sur les origines du royaume d’Arles, Paris, 1907.

23 E. Kantorowicz, L’Empereur Frédéric II, p. 343-344.

24 Ibid., p. 347-355.

25 Ibid., p. 442-446.

26 E. Kantorowicz, L’Empereur Frédéric II, p. 467 sqq.

27 E. Winkelmann, Acta imperii inedita seculi XIII, Innsbruck, 1880-1885, 2 vol., t. I, no 444.

28 E. Kantorowicz, L’Empereur Frédéric II, p. 355 et 358.

29 Ibid., p. 92-96.

30 Ibid., p. 351-352.

31 Voir C. Brühl, Fodrum, gistum, servitium regis, Graz, 1968, 2 vol., t. I, p. 578-761 ; A. Haverkamp, Herrschaftsformen der Frühstaufer in Reichsitalien, Stuttgart, 1970-1971, 2 vol. ; J.-P. Delumeau, Arezzo. Espace et sociétés. 715-1230. Recherches sur Arezzo et son contado du VIIIe au début du XIIIe siècle, Rome, 1996, 2 vol., t. II, p. 1011-1108.

32 J.-M. Martin, Italies normandes. XIe-XIIe siècles, Paris, 1994, p. 262-269.

33 J.-M. Martin, « L’administration du Royaume entre Normands et Souabes », in Die Staufer im Süden. Sizilien und das Reich, Th. Kölzer (dir.), Sigmaringen, 1996, p. 113-140.

34 J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici secundi, Paris, 1852-1961, 12 vol. ; réimpr. Turin, 1963, vol. V, 2, p. 796 sqq.

35 H. M. Schaller, « Die Kaiseridee Friedrichs II. », in Probleme um Friedrich II., J. Fleckenstein (dir.), Sigmaringen, 1974, p. 109-134.

36 N. Kamp, Kirche und Monarchie im staufischen Königreich Sizilien. I. Prosopographische Grundlegung. Bistümer und Bischöfe des Königreichs 1194-1266, Munich, 1973-1982, 4 vol. ; Id., « Vom Kämmerer zum Sekreten. Wirtschaftsreformen und Finanzverwaltung im staufischen Königreich Sizilien », in Probleme um Friedrich II., p. 43-92.

37 Potere, società e popolo nell’età sveva (1210-1266), (Atti delle seste Giornate Normanno-Sveve, 1983), Bari, 1985.

38 Ont déjà été publiés : Federico II, P. Toubert et A. Paravicini Bagliani (dir.), Palerme, 1994, vol. 1. Federico II e il mondo mediterraneo, vol. 2 Federico II e le scienze, vol. 3 (Federico II e le città italiane). Die Staufer im Süden. Sizilien und das Reich, Th. Kölzer (dir.), Sigmaringen, 1996. Friedrich II. Tagung des Deutschen Historischen Instituts in Rom im Gedenkjahr 1994, A. Esch et N. Kamp (dir.), Tübingen, 1996. Federico II legislatore del Regno di Sicilia nell’Europa del Duecento, A. Romano (dir.), Rome, 1997.

39 A. Haseloff, Die Bauten der Hohenstaufen in Unteritalien, trad. ital. M. S. Calò Mariani, Leipzig, 1920, 2 vol. ; Architettura sveva nell’Italia meridionale, Bari, 1992, 2 vol. E. Sthamer, Die Bauten der Hohenstaufen in Unteritalien, t. I, Die Verwaltung der Kastelle im Königreich Sizilien unter Kaiser Friedrich II. und Karl I. von Anjou, Leipzig, 1914 ; réimpr. Tübingen, 1997 ; trad. ital. F. Panarelli, C. D. Fonseca et H. Houben, L’amministrazione dei castelli nel Regno di Sicilia sotto Federico II e Carlo I d’Angiò, Bari, 1995 ; E. Sthamer, Die Bauten der Hohenstaufen in Unteritalien, t. II, Dokumente zur Geschichte der Kastellbauten Kaiser Friedrichs II. und Karls I. von Anjou, Leipzig, 1912-1914, 2 vol. ; réimpr. Tübingen, 1997.

40 Die Zeit der Staufer. Geschichte, Kunst, Kultur, Stuttgart, 1977, 5 vol.

41 C. A. Willemsen, Bibliografia federiciana. Fonti e letteratura storica su Federico II e gli ultimi Svevi, Bari, 1982 ; Id., Bibliographie zur Geschichte Kaiser Friedrichs II. und der letzten Staufer, Munich, 1986.

42 J. Richard, Saint Louis, p. 135 ; J. Le Goff, Saint Louis, p. 721.

43 R. Poupardin, Le Royaume de Bourgogne…, p. 298-340.

44 Histoire de la Franche-Comté, R. Fiétier (dir.), Toulouse, 1977, p. 140-146.

45 Histoire de la Savoie, P. Guichonnet (dir.), Toulouse, 1973, p. 163-165.

46 Histoire du Dauphiné, B. Bligny (dir.), Toulouse, 1973, p. 118-124.

47 Histoire de la Provence, É. Baratier (dir.), Toulouse, 1969, p. 131-158.

48 J. Richard, Saint Louis, p. 102 sqq.

49 J. Le Goff, Saint Louis, p. 116-118.

50 Ibid., p. 163-168.

51 J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Notice sur M. le duc de Luynes, membre de l’Institut, Paris, 1868.

52 Duc de Luynes et M. Debacq, Métaponte, Paris, 1853.

53 Duc de Luynes, « Des ruines de Velia », Annales de l’Institut de correspondance archéologique, 1, 1829, p. 381-386 ; Id., « Ruines de Locres », ibid., 2, 1830, p. 3-12 ; Id., « Médailles de Tarente relatives à l’Apollon Hyacinthien », ibid., p. 337-342.

54 Matthieu Paris, Grande Chronique, Paris, 1840-1842, 9 vol.

55 J.-L.-A. Huillard-Bréholles et V. Baltard (ill.), Recherches sur les monuments et l’histoire des Normands et de la Maison de Souabe dans l’Italie méridionale, Paris, 1844.

56 J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Chronicon Placentinum et Chronicon de rebus in Italia gestis historiae stirpis imperatoriae Suevorum illutrandae aptissima, Paris, 1856.

57 J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Historica diplomatica

58 E. Winkelmann, Acta imperii inedita seculi XIII.

59 Voir le texte de l’oraison funèbre prononcée par L. Delisle, président de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, reproduit dans la Bibliothèque de l’École des Chartes, 31, 1870, p. 582-584 et la notice que lui consacre le Dictionnaire de biographie française, t. 17, Paris, 1989.

Auteur

CNRS, École française de Rome

© Presses universitaires de Caen, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540