Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Présence de Philippe Soupault

 | 
Myriam Boucharenc
, 
Claude Leroy

Rencontres

Quand les surréalistes décidèrent de faire adhérer Soupault au parti fasciste…

Clara Moressa

Texto completo

1Au mois d’octobre de 1926, une nouvelle revue littéraire, 900 (Novecento), fait son apparition sur la scène culturelle européenne. Au sommaire du premier cahier, parmi de nombreux autres collaborateurs, figure Philippe Soupault qui donne pour cette première livraison un texte inédit, Mort de Nick Carter, qui paraîtra la même année dans une Anthologie de la prose française contemporaine. Pourquoi Soupault fait-il partie de ce groupe de collaborateurs de tendances littéraires très hétérogènes ? Comment est-il entré en contact avec le comité de rédaction de cette revue ?

2L’ambition de notre intervention est de tenter de répondre à ces questions qui sont d’autant plus intéressantes que la parution du texte de Soupault dans les pages de 900 eut un grand retentissement tant dans la presse française qu’italienne, et qu’elle souleva des réactions très vives, surtout à l’intérieur du groupe surréaliste. Elle devint même l’occasion pour quelques surréalistes de contraindre Soupault à quitter le groupe. Grâce à l’examen des différentes étapes de cette exclusion nous verrons que le scandale suscité par la participation de Soupault à la rédaction de la revue ne fut finalement provoqué que par quelques malentendus. Sans nous attarder trop longuement sur une analyse détaillée de la revue, nous montrerons que la présence de Mort de Nick Carter au sommaire de 900 est moins fortuite qu’on ne pourrait le croire au premier abord.

3L’adjectif « européen » que nous avons utilisé pour présenter le contexte où la revue 900 voit le jour n’est pas employé au hasard ; tout en étant publiée par une maison d’édition italienne, elle est distribuée en même temps à Rome et à Paris, est rédigée en français et compte, parmi son comité de rédaction, quelques-uns des noms les plus célèbres et réputés de l’univers littéraire international des années vingt. L’« inventeur » de la revue est l’Italien Massimo Bontempelli qui, dès les premiers mois de 1926, fait part de son nouveau projet éditorial à son ami Curzio Malaparte, responsable de la maison d’édition La Voce. Malaparte, intéressé par l’idée de Bontempelli, souhaite être associé à la direction de la future publication mais, suite à un refus de ce dernier, accepte, faute de mieux, d’assurer l’impression et la distribution de la revue : 900 sera publiée par La Voce. C’est ainsi que les noms de Bontempelli et de Malaparte seront associés sur la couverture de 900, même si le destin de la revue ne tiendra vraiment à cœur qu’à Bontempelli. C’est en effet lui qui fera toutes les démarches nécessaires pour qu’elle voit le jour et ce sera lui, encore, qui luttera de façon acharnée pour la sauver dans les moments difficiles. Le but que Bontempelli se propose d’atteindre avec 900 est d’approfondir le débat sur la théorisation de l’art du XXe siècle et ses réalisations narratives. Voilà tout le sens qu’acquiert à ses yeux le titre qu’il a choisi pour sa publication : 900, « vingtième siècle », dit à l’italienne. Bontempelli souhaite en effet que sa revue se libère sans regrets d’un XIXe siècle (800) qui pèse encore trop lourdement sur les esprits italiens et qu’elle s’ouvre complètement au XXe siècle (900). Elle deviendra le porte-parole d’une poétique nouvelle, poétique dont Bontempelli lui-même est en train de tracer les contours et qui prendra le nom de « réalisme magique ».

Pages de titre de la revue 900, automne 1926

  • 1 La correspondance complète entre Bontempelli et Frank, ainsi que les lettres envoyées par Alvaro à (...)
  • 2 Frank était en contact notamment avec Maurice Martin du Gard, directeur des Nouvelles littéraires, (...)

4Pour faire preuve de sa confiance à l’égard du futur et des nouvelles générations, Bontempelli décide dès le début d’appeler à ses côtés, comme secrétaires de rédaction, deux jeunes écrivains et journalistes, le calabrais Corrado Alvaro et le suisse alémanique Nino Frank1. Alvaro, qu’il connaît depuis l’époque où ils écrivaient tous les deux pour le journal Il Mondo de Giovanni Amendola, s’occupera de la rédaction romaine de 900. Frank en sera le responsable à l’étranger et notamment à Paris. Ce jeune Suisse – à l’époque il n’a pas encore vingt-deux ans – présente en effet le profil idéal pour devenir l’« envoyé » de Bontempelli et de sa revue dans la capitale française. Né en Italie mais résidant pour de longues périodes de l’année à Paris, Frank maîtrise aussi bien l’italien que le français et l’allemand ; de plus, il a su très vite s’insérer dans les milieux culturels parisiens où il compte quelques bons amis2. Ainsi Frank ne se bornera-t-il pas à une simple fonction de liaison entre Rome et Paris ; il conseillera souvent Bontempelli, lui proposera les noms d’écrivains à contacter un peu partout en Europe et lui suggérera de donner un certain style à la revue. Surtout, il poussera toujours Bontempelli à entreprendre des voies courageuses et des chemins peu battus. Pour que 900 trouve sa place dans l’horizon culturel européen, il faut que la revue accueille dans ses pages les écrivains les plus novateurs ; à l’étranger il existe de nombreux auteurs dont les idéaux littéraires peuvent « activer » la littérature italienne et lui suggérer de nouveaux modèles d’écriture.

  • 3 Lettre du 7 mai, Lettere a « 900 », p. 195.

5Grâce aux conseils de Frank, ainsi qu’à ses propres intuitions, Bontempelli commence à songer d’une façon précise à une collaboration étroite avec quelques figures de proue du monde littéraire parisien ; par leur prestige et leur réputation, ils pourraient représenter un parrainage efficace pour le lancement de la revue en France. Au premier abord, Bontempelli pense à Morand et à Aragon. Frank lui conseille pourtant de ne pas retenir ce deuxième nom car, comme il le dit clairement3, Aragon lui semble trop intolérant pour s’occuper de 900 à Paris. Mac Orlan lui semble préférable pour diverses raisons : tout d’abord pour sa renommée, ensuite pour ses nombreuses amitiés avec des éditeurs parisiens, et, chose non négligeable, pour son caractère pondéré. Mac Orlan fait donc son entrée dans 900 ; à son tour, il suggère quelques autres noms pour la divulgation de la revue dans d’autres pays : Ramon Gomez de la Sema pour l’Espagne et Sternheim et Ivan Goll pour l’Allemagne. Partant de cette idée de publier une revue italienne profondément ouverte à l’Europe, tout un réseau commence ainsi à s’étendre. 900 devra trouver un public tout aussi bien en Allemagne qu’en Espagne et qu’aux États-Unis. Pourtant, bien que la revue se veuille résolument cosmopolite, elle gardera toujours un rapport privilégié avec la France. C’est ainsi qu’elle présentera ses réflexions, ses propositions et ses débats en langue française ; Paris et la France sont encore, aux yeux de Bontempelli et de nombreux intellectuels italiens, le centre culturel européen. Seul l’emploi de la langue française permettra à 900 de franchir les frontières nationales et d’aspirer à un public vraiment large et disposé à se plonger dans le XXe siècle.

6Que ce soit en France ou ailleurs, 900 aura besoin d’un grand nombre de collaborateurs. La seule participation de quelques écrivains célèbres soutenant l’initiative ne suffira pas pour faire de la revue le symbole de la richesse du nouveau siècle littéraire. L’intérêt et la curiosité qu’elle cherche à susciter ne naîtront vraiment que grâce à la publication de jeunes écrivains encore peu ou trop peu connus.

  • 4 Lettre du 20 juillet, ibid., p. 205.
  • 5 La Revue européenne, n° 39, 1er mai 1926. La nouvelle de Bontempelli était traduite par Nino Frank (...)
  • 6 Soupault lit Eva au cours de l’été et, selon le témoignage de Frank, il se déclare disposé à le fai (...)
  • 7 En 1938, Bontempelli traduit sous ce titre, les regroupant par matière, tous ses écrits théoriques (...)

7Soupault est l’un des premiers noms d’auteurs que Frank propose à Bontempelli. Si, au début, il fait partie d’une liste assez nourrie allant de Breton à Tzara, de Supervielle à Giraudoux, il obtient bientôt la préférence. Frank connaît Soupault depuis quelques temps ; il l’a sans doute rencontré dans les cafés de Montparnasse, dans les bureaux de la maison d’édition Kra ou, encore, il peut l’avoir croisé à la librairie d’Adrienne Monnier. Les intellectuels parisiens ne manquent pas de lieux de rencontre. Dans la riche correspondance que s’échangent Bontempelli et Frank entre le printemps et l’été 1926, le nom de Soupault revient à maintes reprises. Frank semble avoir lu une partie des écrits de Soupault en vers et en prose, et semble l’apprécier aussi comme codirecteur de La Revue européenne. Très vite, il parlera de l’écrivain français en termes tout à fait amicaux : « Soupault est devenu un excellent ami », écrit-il à Bontempelli4. Par ailleurs, Bontempelli connaît lui aussi Soupault à qui il vient de remettre, afin de la publier dans La Revue européenne, l’une de ses dernières nouvelles, Cataclysme5. Sachant, d’autre part, le rôle important que Soupault joue au sein des éditions Kra, Bontempelli voudrait lui confier la publication en France de son dernier roman Eva ultima6. Bref, un climat d’estime et de confiance réciproque semble rapidement naître entre Soupault et la rédaction de 900. Le 10 septembre, Frank informe Bontempelli que Soupault vient de lire l’introduction du premier cahier de 900 et qu’il en a été enthousiaste. En compagnie d’un grand nombre d’auteurs européens, provenant d’expériences littéraires et d’horizons culturels très différents, l’écrivain français semble donc pleinement participer à celle que Bontempelli appellera plus tard l’Avventura novecentista7.

  • 8 Frank avait contacté également les maisons d’édition Grasset, Monnier et Kra mais il n’était pas pa (...)
  • 9 Voici la liste des collaborateurs au premier numéro de 900, dans l’ordre où ils figurent dans le so (...)

8Imprimé dès le 21 septembre en Italie, le premier numéro de 900 arrive en France au cours de la deuxième moitié du mois d’octobre. La revue est distribuée par les éditions Crès, les seules qui aient accepté les conditions financières, très peu avantageuses, imposées par Malaparte et sa maison d’édition8. Le cahier, qui comporte quelques illustrations, compte plus de deux cents pages et s’organise en trois parties. À une première section théorique où Bontempelli explique le programme de sa revue et les objectifs qu’elle se fixe, succèdent les textes proposés par les divers collaborateurs9. La partie finale du cahier est occupée par une série de textes courts – réflexions, chroniques, faits divers, présentations d’auteurs – réunis sous le titre de « Caravane Immobile ». Dans le premier numéro, cette troisième section de la revue est rédigée principalement par Bontempelli lui-même et par Frank, ce dernier s’occupant de tracer un bref profil de chacun des écrivains qui ont participé au cahier. Soupault, dont le texte la Mort de Nick Carter figure à la page 53, fait lui aussi l’objet d’un portrait ; celui-ci mérite d’être cité en entier, tous les lecteurs de Soupault ne le connaissant peut-être pas :

Soupault et son sourire, ses épaules carrées, le parfum de son tabac anglais, sa vigueur contre l’été, contre la poésie, contre les hommes. Il est bien caché dans ses costumes, sous son chapeau. Il a le sourire de César Borgia. On le voit en rêve très facilement. Il ne parle jamais. Son sourire est toujours effrayant.
Pour ceux qui l’observent, il feint d’être écrivain, homme de lettres, directeur de revue. Il est autre chose. Il a trouvé le secret de créer la vingt-cinquième heure de la journée. Alors on ne le voit plus.
Un jour ou l’autre, il se passera quelque chose d’effrayant, et c’en sera lui le responsable, lui et son sourire.
À moins qu’il ne devienne le prisonnier de ses livres, de sa plume : on s’apercevrait alors qu’il est le fils de Rimbaud. Pour le moment c’est un poète et une conspiration.

9Présentation affectueuse et en même temps ironique et quelque peu troublante, que celle que Frank fait de l’auteur de la Mort de Nick Carter. Les rapports qu’il entretient avec Soupault dépassent sûrement les simples liens de travail ; la sympathie, l’admiration qu’il éprouve à son égard apparaissent évidentes à la lecture de ces quelques lignes. Ce profil était nécessaire pour esquisser la personnalité de Soupault et le faire mieux connaître surtout au public italien ; mais il l’était également pour aider tous les lecteurs, Italiens et Français, à pénétrer plus aisément dans l’atmosphère singulière dont s’enveloppe Mort de Nick Carter. Cette sorte de récit policier s’organisant en quatre parties devait en effet paraître bien étrange. Un récit policier, certes, mais où tout se trouve renversé. D’abord, le détective Carter, qui est censé mener une enquête, délègue ses recherches à ses aides et se borne, lui, à attendre leurs comptes rendus téléphoniques. Ensuite, la recherche du « criminel » commence avant que le crime ne soit accompli et se termine par le crime lui-même. Enfin, le dénouement de l’histoire – si on peut parler de dénouement – ne respecte aucune des conventions de la littérature policière. Carter et ses collègues sont tués par celui qu’ils recherchaient. Leur assassin pourra tranquillement aller se promener sur les boulevards, et gardera le silence, car il est l’incarnation même du mystère. C’est un nègre, qui, du nom d’Albert Martel, à la blouse d’infirmier modèle qu’il porte, aurait tout eu pour être un blanc ; tout, sauf deux yeux brillants comme des poissons et une bouche qui semble être leur cœur battant. Enfin, Mort de Nick Carter propose aux lecteurs des énigmes, sans leur donner de clé pour les résoudre. Tout comme Soupault caché sous son chapeau, le texte garde ses secrets pour lui seul. Mais ce récit qui se présente presque comme un anti-récit, comme la négation de tout récit ayant un début, un développement et une fin, ne se réduit pas à un simple renversement mécanique et destructeur de tous les lieux typiques de la rhétorique narrative classique. Ce serait, somme toute, trop simple et trop banal. Il se dégage du texte une atmosphère très particulière qui accompagne tous les mots et les gestes de ses protagonistes et qui enveloppe tous les lieux qu’ils hantent. De la description détaillée que l’aide de Carter fait des quatorze tables qu’il a observées, à la présentation de la vision de la Clinique, jusqu’à la partie de football des fous, c’est toujours une sensation de rêve – ou de cauchemar – qui domine ; un rêve dont aucun personnage, sauf peut-être le nègre, n’arrive à se libérer.

  • 10 Lettere a « 900 », p. 250.
  • 11 Le « départ » de Ribemont-Dessaignes du mouvement surréaliste n’eut en fait lieu – comme on le sait (...)

10Mort de Nick Carter était l’exemple parfait de l’indépendance de Soupault par rapport à toute forme préétablie d’écriture – et notamment du récit policier, genre littéraire rigidement structuré – et son acceptation totale de tout ce qui, dans la vie, n’est pas explicable, mais qui possède des significations profondes et cachées. Pourtant, malgré l’intérêt que ce texte de Soupault pouvait présenter pour les lecteurs de 900, Mort de Nick Carter passe totalement inaperçue à l’intérieur de ce premier cahier. Ou, mieux, si le récit lui-même ne suscite aucun commentaire, la présence du nom de Soupault dans le sommaire de la revue provoque, elle, des réactions très vives. Le 10 décembre, Frank écrit à Bontempelli pour lui communiquer une nouvelle inattendue qui le laisse stupéfait : à la suite de sa collaboration à 900, Soupault vient d’être expulsé du mouvement surréaliste10. Frank ajoute que les surréalistes ont donné son congé aussi à un autre des leurs, à savoir Ribemont-Dessaignes qui s’est taché d’une faute non moins grave : il avait annoncé sa participation prochaine à la revue italienne11.

11Que s’est-il passé au juste ? L’affaire est connue. À l’occasion des longs débats de l’automne 1926 sur l’opportunité de s’inscrire au parti communiste français, les surréalistes ont voulu vérifier la position de chacun d’entre eux non seulement quant à un possible engagement politique mais aussi quant aux objectifs que se propose le groupe surréaliste lui-même. La situation de Soupault est apparue aux yeux de ses amis pour le moins douteuse, ses idées et son comportement apparaissant comme incompatibles avec les activités révolutionnaires que les surréalistes se proposent de mener à l’intérieur du parti. De là, la décision officielle d’expulser Soupault du mouvement surréaliste et, de la part de celui-ci, le renoncement définitif à adhérer, même à titre personnel, au communisme. Pourtant, la question du détachement de Soupault vis-à-vis de ses amis, et notamment de Breton et d’Aragon, est bien plus complexe que ces quelques données ici résumées ne pourraient le faire croire. Les causes de cette rupture méritent d’être analysées de près car cet abandon du groupe surréaliste de la part d’un de ses fondateurs se situe à un moment particulièrement crucial, non seulement de l’histoire du mouvement lui-même, mais aussi de la vie de Soupault. Le problème n’est pas facile à traiter ; les documents concernant cette « affaire » ne se bousculent pas et aucun des protagonistes n’est jamais revenu d’une façon précise sur les événements de cet automne 1926 pour les élucider complètement.

12Le débat du groupe surréaliste autour de son éventuelle adhésion collective au parti communiste s’était ouvert l’été précédent, à l’époque de la renaissance de Clarté sous la direction de Marcel Fourrier – à qui s’était bientôt ajouté Pierre Naville – et au moment où deux courts textes, La Révolution et les Intellectuels de Naville lui-même et Légitime défense de Breton, faisaient successivement leur apparition. Le mariage entre surréalistes et communistes était donc sérieusement envisagé de la part de Naville, qui s’était déjà inscrit au parti et qui connaissait mieux que les autres le marxisme et le trotskisme, ainsi que de la part de Breton qui, tout en hésitant encore à acquiescer à l’orthodoxie marxiste, essayait de trouver un compromis entre l’idée de révolte que le surréalisme avait prônée jusque-là et une révolution organisée au nom du prolétariat. Pourtant, en l’espace de quelques semaines, les discussions sur ce sujet au sein du groupe surréaliste se transforment en attaques des uns contre les autres et le climat de tolérance réciproque laisse place à de véritables actes d’accusation. Les intentions, les comportements et les écrits de tout surréaliste seront analysés et jugés. Les réunions amicales entre les membres du groupe se transforment en sessions de travail avec un ordre du jour très précis et la rédaction d’un procès-verbal.

  • 12 Adhérer au Parti communiste ? septembre-décembre 1926, présenté et annoté par Marguerite Bonnet, Ar (...)
  • 13 C’est ce qu’affirme Paul Éluard dans Adhérer au Parti communiste ?, p. 61.
  • 14 Ibid., p. 70.

13Le 23 et 27 novembre c’est au tour de Soupault d’être « ausculté ». Les comptes rendus, malheureusement incomplets, de ces deux séances qui eurent sans doute lieu dans une maison de la rue du Château12, révèlent que Soupault subit un véritable procès d’intention, surtout de la part d’Aragon sous les yeux vigilants de Breton, Naville et Éluard. Ses amis, soudain devenus ses détracteurs, l’accusent « de collaborer à des revues bourgeoises et de publier des romans »13. L’accusation se précise au cours de la deuxième séance, lorsque Breton évoque explicitement la récente participation de Soupault « à la revue fasciste 900 »14 et qu’Aragon affirme que le séjour en Italie effectué par Soupault l’été précédent a été financé par Mussolini en personne (sic).

14Les chefs d’accusation à l’encontre de Soupault sont multiples. Dans ses pratiques d’écrivain et de journaliste il déserterait le programme révolutionnaire surréaliste pour obtenir une sécurité économique bourgeoise et trahirait les idéaux communistes pour bénéficier d’avantages que pourrait lui procurer le gouvernement fasciste italien. Si la première accusation n’est pas dénuée de fondement car, en effet, à cette époque-là, Soupault collabore à de nombreuses revues françaises ou étrangères et publie des romans – comme d’ailleurs d’autres surréalistes – la deuxième, elle, est complètement infondée. Le voyage de Soupault était de caractère tout à fait privé car, après quelques semaines passées en maison de repos à Saint-Mandé au début de l’été, il était parti en Italie pour un séjour de convalescence. Il y avait surtout visité quelques petites villes de la Toscane et des Marches et n’avait eu aucune rencontre avec les autorités politiques du pays.

  • 15 Ibid., p. 82.
  • 16 Jean Bernier, qui n’avait pas participé à la séance du 23, écrivit le soir même une longue lettre à (...)

15D’après la lecture des comptes rendus, et notamment de celui de la séance du 27 novembre, il ressort que Soupault répond seulement par quelques mots aux réprimandes qu’on lui a faites. Mis sur la sellette, il se borne à affirmer que sa participation à 900 avait été purement fortuite et qu’il n’avait pas autorisé la publication de son texte. En fait, il ne tente même pas de se défendre ni d’expliquer ses raisons. Il marque tout son mépris à l’égard de ces accusations et son refus d’être jugé par ses amis par une boutade : « vous connaissez comme moi l’Italie et vous savez qu’il n’y a rien à faire »15. Ses dénonciateurs, qui nourrissaient déjà beaucoup de méfiance à son égard, sont à présent tout à fait outrés par l’insouciance de Soupault face à leurs remontrances. Mais si Soupault a répondu sur ce ton ironique, c’est que cette cérémonie que lui imposent ses amis lui paraît dérisoire et grotesque. Il quitte la séance et, décidant de tourner une page de sa vie, considère que son expérience à l’intérieur du mouvement surréaliste vient de se conclure. Quant à ceux qui sont restés dans la salle, ils votent diligemment la motion d’exclusion de Soupault et jugent que son affaire est classée16.

  • 17 Voir Philippe Soupault, Vingt mille et un jours, entretiens avec Serge Fauchereau, Paris, Belfond, (...)
  • 18 Ibid., p. 69.

16Enfin, ces documents semblent montrer que l’activité de Soupault en tant qu’écrivain et journaliste, et sa collaboration en particulier à 900, n’ont été que des prétextes tombés à point pour accélérer une rupture qui s’annonçait déjà. La lecture des phrases prononcées par chacun des participants à ces deux séances ou, quand il existe des lacunes dans les manuscrits originaux, des passages résumés, révèle qu’aucun effort n’est fait pour entamer un véritable dialogue et arriver à une explication réciproque, ni de la part d’Aragon et de Breton ni de la part de Soupault. L’impression que l’on tire de ces dossiers est qu’au mois de novembre les jeux sont déjà faits, qu’une entente n’est plus possible et que, donc, Soupault n’a plus sa place à l’intérieur du groupe surréaliste. Que ce soit suite à des rancœurs diverses ou tout simplement au sentiment que Soupault était un esprit trop libre pour supporter des recettes littéraires ou des dogmes politiques, Aragon, Breton et leurs amis ne peuvent plus tolérer qu’il poursuive son activité littéraire sous le drapeau du surréalisme. Soupault lui-même, par ailleurs, savait qu’il était en train de s’éloigner de plus en plus de ces amis desquels il avait été si proche quelques années auparavant. Sa grande amitié avec Breton, surtout, s’était lentement fanée17. De plus, depuis les premiers contacts entre surréalistes et communistes, il n’avait pas manqué de manifester ses réserves quant à son affiliation éventuelle à un parti politique ; il craignait trop de perdre « sa liberté d’esprit et l’impartialité de son coup d’œil »18.

17Ainsi, l’éloignement de Soupault du mouvement surréaliste s’était-il amorcé depuis plusieurs mois et l’affront du « procès » qu’on lui impose ne fait que transformer son désir de se mettre quelque peu à l’écart en un départ brusque et définitif. De longues années plus tard, il reviendra sur cette rupture.

  • 19 Ibid., p. 75.

Je n’ai jamais accepté d’être « exclu ». Exclu de quoi ? par qui ? Le surréalisme n’était pas une église, une loge maçonnique, une association de malfaiteurs, une police19.

18Le temps qui s’était écoulé n’avait pas estompé l’amertume pour les événements de cet automne lointain.

  • 20 Il s’agit de l’article « 900 : revue fasciste », signé « L. A. » et paru dans Clarté, n° 4, p. 127, (...)
  • 21 Soulignons qu’Aragon montre ainsi qu’il ne connaît pas la tradition des revues italiennes de la pre (...)
  • 22 Antonio Aniante figurera dans le Panorama de la littérature italienne contemporaine, présenté par B (...)
  • 23 Soupault se souviendra de son séjour en Italie de 1926, Vingt mille et un jours, p.  208-209 : « J’ (...)

19Une question demeure cependant après l’analyse de toute l’« affaire », c’est celle de savoir pourquoi Breton et Aragon ont si violemment attaqué Soupault sur sa participation à 900. Quelques articles publiés par la revue Clarté entre la fin de 1926 et le début de l’année suivante20, aident à mieux comprendre cette question et à éclairer notamment le point de vue d’Aragon. Présentant le premier numéro de la revue 900 aux lecteurs de Clarté, Aragon analyse le contenu des réclames situées à la fin du cahier ; il y trouve quelques noms de banques régionales et des encarts annonçant plusieurs revues dont certaines d’orientation fasciste. Les conclusions qu’il en déduit sont immédiates et tranchantes : cette revue est alimentée par les fonds de l’État italien et elle est soutenue par les banques fascistes. Aragon ajoute aussi que la rédaction de 900 avait sollicité sa collaboration comme celle de Breton et Desnos, offrant quatre cents francs pour chaque texte publié ; eux, ont bien sûr refusé, mais qu’en est-il de ceux qui ont accepté ? se demande Aragon. Et sa réponse est immédiate : « malgré le tarif de la collaboration, ils sont achetés à bien bon marché. » Soupault et les autres collaborateurs de 900 sont des « vendus », des « intrigants cupides », écrit encore Aragon. Ils se sont fait acheter par une revue politique qui se cache derrière une façade d’honnêteté littéraire21. La condamnation de la revue et de ses collaborateurs est définitive. Mais ces conclusions frappent par leur caractère partial. Aragon ne semble même pas avoir feuilleté ce premier cahier de 900. Il n’a en effet pas remarqué que figurent au sommaire quelques noms d’écrivains italiens ne pouvant en aucun cas être suspectés de complaisance à l’égard du régime. Corrado Alvaro et Emilio Cecchi, par exemple, avaient signé le manifeste des intellectuels antifascistes rédigé par Benedetto Croce l’année précédente et que la presse française avait rendu public. À leurs noms, qui auraient déjà pu constituer une garantie suffisante pour Aragon, s’ajoutaient ceux d’autres auteurs, tels ceux d’Antonio Aniante22 et d’Alberto Cecchi, qui participaient à la même époque aux débats littéraires et politiques organisés dans certains cercles culturels parisiens. D’autre part, Aragon oublie également la présence dans 900 d’auteurs étrangers d’une bien plus grande réputation – que l’on songe à Joyce, Gomez de la Serna, Kaiser ou Mac Orlan lui-même – tous réservés à l’égard du fascisme. Enfin, pourquoi n’a-t-il pas tenu compte de ce que Soupault lui-même lui avait sans doute raconté au retour de son voyage en Italie, à savoir qu’il avait été suivi et contrôlé par la police fasciste pendant ses haltes à Milan et à Urbin, justement parce que ce Français se promenant en Italie avait paru suspect aux autorités du pays23 ?

20Ces articles parus dans Clarté permettent de comprendre que, non seulement Aragon veut adresser de sévères critiques à Soupault – qu’il cite explicitement –, mais que son attitude à l’égard de 900 est loin d’être neutre. Il est prévenu contre cette revue avant même de la lire. Quelles peuvent être les raisons pour lesquelles Aragon, et Breton avec lui, nourrissent une telle méfiance à l’égard de cette revue italienne ? Pourquoi, en critiquant Soupault, s’acharnent-ils particulièrement contre cette collaboration ? Pour répondre à ces questions examinons les réactions des intellectuels italiens et français suite au projet lancé par Bontempelli de publier une nouvelle revue de littérature profondément « européenne ». Nous verrons ainsi que 900 a connu une situation paradoxale car, si elle a été considérée en France comme une publication fasciste voulant exporter l’idéologie du régime mussolinien, en Italie elle a été critiquée en tant que publication d’esprit communiste, trop sensible aux sollicitations provenant de l’étranger.

21En Italie, les revues littéraires jouent un rôle particulièrement important parce qu’elles soulèvent des débats et permettent des confrontations d’idées dans un pays géographiquement et culturellement très fractionné, où l’image de l’écrivain solitaire l’emporte encore sur celle d’un cercle d’intellectuels réunis autour d’une table de café. Depuis les années dix, de nombreuses publications sont nées avec le choix bien arrêté de participer aux expériences menées par les avant-gardes européennes, d’entrer en contact avec les intellectuels étrangers et de ne plus se reposer sur les gloires littéraires italiennes du passé. La revue toscane Lacerba, pour ne citer qu’un nom, incarne ce désir de modernité dans les années précédant immédiatement la Grande Guerre. Voulant sortir des horizons assez provinciaux dans lesquels est encore plongée Florence, elle s’efforce d’accueillir les nouveautés littéraires étrangères et de se faire l’écho des débats les plus intéressants en provenance surtout de la France. Mais Lacerba n’a pas été une tentative isolée et ses rédacteurs, Giovanni Papini et Ardengo Soffici, essaient de renouveler la même expérience quelques années plus tard ; entre 1919 et 1920 ils publient une autre revue au titre particulièrement significatif : La Vraie Italie, organe de liaison intellectuelle entre l’Italie et les autres pays. Cette deuxième publication était rédigée exclusivement en français.

  • 24 Les représentants de ce courant d’idées s’étaient regroupés autour de Mino Maccari et de sa revue I (...)
  • 25 Rentré définitivement à Florence après une longue parenthèse française, Soffici avait commencé à co (...)
  • 26 L’Italiano, n° 10-11,15-30 juillet 1926.
  • 27 Ce qui est néanmoins curieux, c’est que, parmi tous les noms des collaborateurs, Ungaretti ne cite (...)
  • 28 Avec la rapidité digne d’un vaudeville, les deux factions – l’une du côté de Bontempelli, l’autre d (...)

22Lorsque Bontempelli communique la prochaine création de 900, il ne fait donc pas œuvre de novateur ; bien au contraire, il semble vouloir développer un projet qui s’enracine sur une tradition d’ouverture à l’Europe et qui a vu la participation de quelques-uns parmi les intellectuels italiens les plus intéressants de ce début du siècle. Pourtant, son annonce suscite d’emblée des réactions très vives, et parfois indignées, de la part de ce tout petit monde qu’est celui des lettres. En 1926, l’Europe, et la France en particulier, ne sont plus à la mode aux yeux d’un grand nombre de ses confrères italiens. Les temps ont changé. L’Italie du succès du fascisme se sent obligée d’accompagner sa politique nationaliste d’une défense acharnée de ses traditions culturelles contre toute influence étrangère susceptible de corrompre « l’âme nationale ». Selon les tenants de cette « italianité » culturelle, l’intellectuel doit acquérir conscience de sa valeur en puisant dans le passé littéraire de son propre pays et en donnant une grande importance y compris aux manifestations apparemment les plus simples du folklore national. L’époque des échanges culturels entre différents pays est terminée24. Ce changement de perspective politique, littéraire et plus généralement idéologique – car ces instances sont souvent difficilement séparables – procure ainsi à Bontempelli d’âpres critiques de la part de nombreux écrivains. Certains, comme Soffici, se borneront à désapprouver le choix de rédiger 900 en français25, d’autres blâmeront l’idée même d’ouvrir une revue à des écrivains étrangers. C’est le cas d’Ungaretti qui, à partir du mois de juillet, après avoir appris quels seront le contenu et les collaborateurs du premier cahier de 900, attaque publiquement Bontempelli, pour lequel il nourrit une profonde et sincère antipathie. Dans les pages de la revue L’Italiano, se cachant derrière un pseudonyme éloquent tel que Torcibudella – « Tord-boyaux » – il décide de le dénigrer ne ménageant pas ses coups26. Titrant son intervention « Les malheurs de Bontempelli », Ungaretti accuse Bontempelli-Bontempone – Bon Vivant – comme il l’appelle, de vouloir livrer 900 qui sera « le compte rendu de l’impérialisme fasciste », à un « communiste » reconnu tel que Soupault. Voilà donc, parfaitement résumé par la plume d’Ungaretti, le scandale que représente 900 à l’intérieur de l’Italie. Comment concevoir une revue qui se permet d’ouvrir ses portes à des intellectuels non seulement étrangers au régime mussolinien mais qui lui sont même franchement opposés ? Décidément, aux yeux d’Ungaretti et d’une grande partie de l’opinion publique, le sacrilège que veut commettre Bontempelli est grave et digne de punition27. Dans le climat idéologique que connaît à présent l’Italie, le projet éditorial de 900 ne peut que susciter les protestations les plus vivaces car elle représente une vraie trahison politique de la part d’un redoutable ami du communisme. Le débat ne se situe déjà plus sur le plan culturel, mais s’est transformé en lutte politique28.

  • 29 Bontempelli obtient un rendez-vous officiel de la part de Mussolini le 7 septembre. L’entretien, dû (...)

23Bontempelli se trouve dès lors dans une situation extrêmement délicate. D’un côté, pour défendre son projet éditorial des attaques qu’il reçoit en Italie, il sera amené à prononcer des propos complaisants à l’égard du gouvernement italien et, une fois les attaques devenues trop agressives, il arrivera même à demander à être reçu personnellement par Mussolini pour recevoir sa protection29 ; de l’autre, il est obligé de rassurer ses collaborateurs étrangers, français notamment, qui se sont inquiétés au bruit de ces querelles et surtout de sa rencontre avec le Duce. L’été 1926 est donc particulièrement chaud : pris entre ces deux feux, Bontempelli, aidé par Frank, multiplie les tentatives pour sauver son projet de toute attaque qui pourrait faire sombrer la revue avant même la sortie du premier cahier. Les mois de juillet et d’août sont ponctués par de nombreux rectificatifs que le directeur de 900 et son « envoyé » font publier dans la presse italienne et française en réponse aux critiques qu’on leur adresse ou des présentations inexactes que l’on fait de leur revue.

  • 30 La Fiera Letteraria, 1er août 1926.

24Bontempelli et Frank ne doivent pourtant pas se défendre seulement de leurs détracteurs, qu’ils soient Italiens ou étrangers. Un entretien accordé par Curzio Malaparte à la revue La Fiera Letteraria30 complique en effet la position de 900 auprès du public étranger, faisant augmenter le sentiment de méfiance qu’elle a déjà suscité. Répondant à quelques questions qu’un rédacteur de La Fiera Letteraria lui a posées, Malaparte explique en effet à sa façon le programme éditorial de 900. Le choix de rédiger la revue en français n’est, à son avis, qu’un simple moyen de répandre plus facilement « le génie novateur italien ». Les jeunes écrivains italiens, poursuit-il, dépassent aisément leurs collègues français.

L’originalité et le classicisme très italiens n’ont rien à envier aux petites chapelles nationales et aux salons des hommes de lettres parisiens.

  • 31 Après de nombreux autres malentendus entre Malaparte et Bontempelli, le premier désavoua définitive (...)

25Bientôt, conclut Malaparte, l’italien se substituera au français et à l’anglais, devenant la nouvelle « langue impériale ». Enfin, au dire de celui qui doit publier 900, le désir de Bontempelli de s’ouvrir à la richesse littéraire de l’Europe s’est transformé en volonté tenace de faire de la propagande culturelle et peut-être politique31. La confusion autour de cette revue qui n’a pas encore vu le jour ne peut qu’augmenter. D’une façon absurde, Bontempelli se trouve obligé de lutter contre les propos de son propre éditeur qui, après s’être, pendant plusieurs mois, désintéressé du nom des collaborateurs et du contenu de 900, désavoue à présent les objectifs mêmes que s’est fixés le directeur de la revue.

  • 32 Les Nouvelles littéraires, 21 août 1926, p. 5.
  • 33 Paris-Soir, 27 août 1926, p. 2.

26Dépassant les frontières nationales, la querelle éclate aussi en France. La presse française réagit aux propos de Malaparte se déclarant indignée et attaquant à son tour. D’abord, ce sont Les Nouvelles littéraires32 qui reprennent l’interview de Malaparte, ensuite c’est le journal Paris-Soir33 qui affronte l’affaire 900 dans sa rubrique « Petit mémorial des Lettres ». L’auteur du texte ne ménage pas ses critiques ;

les petites inventions de ces messieurs [Bontempelli et Malaparte], du moins celles qu’ils annoncent, ne sont pas neuves. Ils fondent une revue qui s’appellera 900. Il y a fort longtemps que Picabia a cessé de faire paraître sa revue 391, précédée elle-même par la revue 191.

  • 34 Lettere a « 900 », p. 215.

27Voilà que les accents polémiques l’emportent et qu’une simple présentation d’une revue étrangère devient l’occasion d’un vrai dénigrement. Mais ce qui est plus grave, c’est que 900 est clairement étiquetée, pour la première fois, comme fasciste. L’accusation, par ailleurs compréhensible, est grave. Frank intervient immédiatement. Gardant son sang froid, il adresse à Eugène Merle, le directeur de Paris-Soir, un courrier qui est un chef-d’œuvre de diplomatie34 ; d’un côté, il se déclare « vraiment charmé de venir après les deux revues de Picabia », et rend ainsi hommage au rôle essentiel qu’avaient joué les divers mouvements de l’avant-garde parisienne ; de l’autre, il ne se prive pas de répondre aux accusations de fascisme que le journal a formulées à l’égard de 900. La revue de Bontempelli ne peut être considérée comme une publication fasciste car, comme ses lecteurs pourront le vérifier dans le premier cahier, elle compte parmi ses collaborateurs « Philippe Soupault et Ivan Goll qui, écrit Frank, ne sont pas fascistes », ponctuant sa lettre par un « que je sache ». Explication certes insuffisante et partiale que celle qu’il donne ici, mais qui vise à apaiser le public français. Et Frank annonce également que

900 compte bien avoir la collaboration des surréalistes et, en particulier, de Breton, d’Aragon, de Desnos, d’Éluard.

28Un simple rectificatif devient donc une bonne occasion pour une publicité gratuite ; peu importe que les collaborations annoncées par Frank soient probables ou non. Pour le moment, ce qui compte le plus à ses yeux et à ceux de Bontempelli, c’est en effet de conquérir les faveurs de la presse parisienne, du plus grand nombre possible d’écrivains français, et tout particulièrement du plus « puissant » groupe d’écrivains du moment, à savoir le surréalisme. Le mot d’ordre est : « rassurer les lecteurs. »

29Ce qui frappe, pourtant, c’est que, encore une fois, le débat autour de 900 ne se fait pas tellement autour de son programme littéraire et des convictions idéologiques de son directeur, mais autour des écrivains qui vont confier leurs textes à Bontempelli. Ce sont eux qui se trouvent toujours au cœur de la discussion. De la même façon que, dans la presse italienne, Ungaretti avait accusé Bontempelli d’avoir fait appel à un écrivain communiste tel que Soupault, Frank, lui, promet aux intellectuels étrangers que 900 ouvrira tout grand ses portes aux écrivains antifascistes. Dans les deux cas, le nom de Soupault ne cesse d’être évoqué.

  • 35 Lettres du 28 août et du 10 septembre, Lettere a « 900 », p. 212 et 222.

30Les assurances faites par Frank dans la presse française ne parviennent pas à convaincre complètement ses amis parisiens. Les propos panitaliens de Malaparte les ont véritablement choqués. Frank revient à maintes reprises sur cette question dans les nombreuses lettres qu’il adresse à Bontempelli. Mac Orlan et Goll, écrit-il, lui ont fait part de leur inquiétude sur les conséquences possibles de cette sorte de manifeste littéraire et politique qu’a prononcé l’éditeur de 900 et s’interrogent sur l’opportunité même de leur participation à la revue. Adrienne Monnier, responsable en France des droits littéraires de Joyce, lui a envoyé une lettre où elle déclare lier la collaboration de son auteur à la revue 900 à une rectification formelle de la part de Bontempelli lui-même dans la presse française. Mais le plus inquiet, écrit encore Frank, est certainement Soupault qui, déjà blessé par les propos d’Ungaretti, se demande si sa présence dans 900 est encore opportune ; si sa collaboration à la revue italienne n’est pas devenue un peu trop encombrante, et s’il ne vaut pas mieux qu’il renonce à y faire publier son texte, lui a-t-il affirmé. Avant même que Bontempelli ne garantisse que 900 compte toujours sur la participation de Soupault, Frank rassure son ami dont il n’imagine pas l’abandon35.

31Ainsi, utilisant son savoir-faire et sa bonne volonté, Frank arrive-t-il à apaiser les craintes de Soupault et de tous les autres. Vers la fin de l’été, chacun de « ses » écrivains remet son texte comme prévu. Aucun d’eux ne s’est désisté, car tous se sont persuadés que 900 s’engagera dans les débats culturels et non pas dans les discussions politiques. Même Adrienne Monnier, qui semblait être la plus difficile à convaincre, finit par accepter les assurances de Frank et elle lui livre, début septembre, un long extrait du deuxième chapitre de l’Ulysse de Joyce. Quant à Soupault, il a déjà donné sa nouvelle à la mi-août.

  • 36 Les relations cordiales entre Soupault et Frank ne s’interrompirent pas. Quelques années plus tard, (...)

32Après plusieurs mois d’attente, Mort de Nick Carter est donc publiée dans la revue italienne. Le désir de Soupault de gagner facilement de l’argent et d’être publié en Italie l’a-t-il emporté, l’empêchant de juger objectivement la revue de Bontempelli ? Ou bien, s’est-il laissé abuser par les déclarations rassurantes de Frank ? Sa participation à 900 ne serait-elle que le résultat d’un concours de circonstances malheureuses ? Aucune de ces hypothèses ne semble sérieusement envisageable. Surtout, ce n’est certainement pas un fait du hasard si Soupault confie Mort de Nick Carter à Frank. Ils se connaissent, nous l’avons dit, depuis les premiers mois de cette année 1926, et sont en relation plus ou moins étroite avec les mêmes personnes, Adrienne Monnier par exemple, et admirent les mêmes écrivains, Joyce en particulier. Soupault naturellement n’ignore pas l’hostilité de Frank à l’égard du fascisme. L’estime est réciproque, tellement même que Soupault a proposé à Frank de collaborer à la préparation de l’Anthologie de la nouvelle prose française à laquelle il travaille alors avec Léon Pierre-Quint36. Or, dans ce volume, dont le dépôt légal date du mois de novembre 1926, Soupault décide de présenter comme exemple de sa propre écriture en prose Mort de Nick Carter. Ce texte est donc à ses yeux digne d’intérêt et représentatif du type d’écriture qu’il compte pratiquer. Rien de plus naturel, dès lors, de la part de Soupault, que de vouloir faire connaître son texte également au public international de 900.

33Soupault a certainement apprécié la volonté de Bontempelli et de Frank de créer une revue susceptible d’aider les écrivains italiens à sortir de leur confinement, à abandonner les romantismes, psychologismes et idéalismes, à s’approprier la richesse de la nouvelle littérature européenne. Lui-même croit profondément aux échanges et aux confrontations entre différentes cultures et expériences d’écriture. Depuis déjà quelques années, La Revue européenne, qu’il dirige aux côtés d’Edmond Jaloux et de Valéry Larbaud – deux grands assoiffés d’horizons nouveaux – offre aux lecteurs français la possibilité de connaître des auteurs étrangers dont beaucoup n’avaient jamais été édités en France ; elle est ainsi devenue un efficace intermédiaire entre Paris et les milieux littéraires européens, sans jamais s’enfermer dans aucune chapelle. Quoi de plus normal, dès lors, que de participer au projet de Bontempelli et de Frank, et de les aider à créer, en Italie, une revue ayant les mêmes aspirations d’ouverture et d’échange, une revue qui soit également insouciante de tout dogme littéraire ? La Revue européenne trouvera en 900 un interlocuteur idéal, tout aussi ouvert à un véritable débat culturel libre d’a priori.

  • 37 Il est peut-être utile de parcourir les étapes essentielles du parcours public de Bontempelli ; col (...)
  • 38 À partir du n° 5 de l’automne 1927, 900 fut publiée par les éditions La Sapienza de Rome, dans une (...)

34Au-delà d’un simple échange de bons procédés entre directeurs de revues, il est probable qu’il y ait eu une certaine affinité entre Bontempelli et Soupault. Une affinité uniquement culturelle dans la mesure où leur principale préoccupation, à l’un comme à l’autre, était leur activité d’écrivain et de directeur de revue. S’il est indéniable que Soupault est tout à fait étranger au fascisme, qu’à l’époque il connaît encore assez peu, Bontempelli ne se sent pas plus proche du parti qui vient d’arriver au pouvoir dans son pays. Il se sert du régime à travers ses « amitiés » haut placées pour résoudre les problèmes concrets de sa revue, sans jamais pour autant changer la ligne éditoriale qu’il s’était fixée37. Si Bontempelli a commis une erreur, c’est celle de faire publier 900 par la maison d’édition de Malaparte, qui était à l’époque un affidé du régime fasciste. Le choix se révéla désastreux pour le destin de sa revue, car Malaparte abandonnera 900 en cours de route dans des conditions financières très difficiles qui s’avéreront insurmontables38. Il sera de surcroît, nous l’avons montré, à l’origine de la polémique qui arrive en France dès l’été 1926 et qui influencera si profondément la lecture que feront les surréalistes de la revue. La suspicion d’Aragon et de Breton à l’égard de 900 et de Soupault est en effet en grande partie due aux déclarations que Malaparte livra à la presse sur la France et ses intellectuels.

35De 900, Soupault n’avait voulu retenir que le programme européen défendu par Bontempelli et Frank et l’idée que tous deux se faisaient de la littérature, tenant pour quantité négligeable que la revue était née dans l’Italie fasciste, ce qui à ses yeux ne présumait pas de son contenu. Les surréalistes ne lui pardonnèrent pas sa liberté d’appréciation.

Notas

1 La correspondance complète entre Bontempelli et Frank, ainsi que les lettres envoyées par Alvaro à Frank, est publiée par Marinella Mascia Galateria, Lettere a « 900 », Rome, Bulzoni editore, 1985.

2 Frank était en contact notamment avec Maurice Martin du Gard, directeur des Nouvelles littéraires, et aussi avec les rédactions de L’Intransigeant de L’art vivant ; mais « le plus entraînant de [ses] correspondants », celui avec qui Frank noua une véritable amitié pendant ses premières années à Paris fut sans doute Max Jacob. Frank évoquera cette époque de sa vie et le rôle qu’il joua dans 900 dans Mémoire brisée, Paris, Calmann-Lévy, 1967, p. 30-34. Dans le même ouvrage, Frank explique aussi les raisons pour lesquelles, en 1928, il fut contraint de quitter définitivement l’Italie, p. 265 : « dénoncé comme antifasciste par Curzio Malaparte, je m’étais vu expulsé de la communauté littéraire et journalistique italienne, où j’officiais à ma manière depuis cinq ou six ans. Jeté comme on dit sur le pavé, et à Paris (où je me trouvais pour ma chance), j’eus à me transformer du jour au lendemain en écrivailleur français. »

3 Lettre du 7 mai, Lettere a « 900 », p. 195.

4 Lettre du 20 juillet, ibid., p. 205.

5 La Revue européenne, n° 39, 1er mai 1926. La nouvelle de Bontempelli était traduite par Nino Frank et Philippe Datz.

6 Soupault lit Eva au cours de l’été et, selon le témoignage de Frank, il se déclare disposé à le faire traduire et publier. Plusieurs difficultés le détourneront pourtant de ce projet. Le roman de Bontempelli n’a été traduit en français qu’en 1992 par François Bouchard, aux éditions Christian Bourgeois.

7 En 1938, Bontempelli traduit sous ce titre, les regroupant par matière, tous ses écrits théoriques et polémiques. Le noyau central était formé par les réflexions qu’il avait publiées dans 900. Massimo Bontempelli, L’avventura novecentista, Florence, Vallecchi, 1938 ; nouv. éd., présentée par Ruggero Jacobbi, 1974.

8 Frank avait contacté également les maisons d’édition Grasset, Monnier et Kra mais il n’était pas parvenu à un accord financier satisfaisant avec leurs responsables. Crès s’occupa de la distribution des deux premiers numéros de 900 cédant ensuite la place aux éditions Hachette.

9 Voici la liste des collaborateurs au premier numéro de 900, dans l’ordre où ils figurent dans le sommaire de la revue : Pierre Mac Orlan, Bruno Barilli, Ramon Gomez de la Serna, Philippe Soupault, Georg Kaiser, Emilio Cecchi, Antonio Aniante, Gioele Solari, James Joyce, Ivan Goll, Achille Campanile, Alberto Spaini, Paul Mouratoff, Alberto Cecchi ; à tous ces noms il faut bien sûr ajouter ceux de Bontempelli et de ses deux secrétaires Frank et Alvaro.

10 Lettere a « 900 », p. 250.

11 Le « départ » de Ribemont-Dessaignes du mouvement surréaliste n’eut en fait lieu – comme on le sait-que quelques temps plus tard, en 1929, à l’issue d’un autre procès, celui du Grand Jeu qui avait été célébré, lui aussi, dans la rue du Château. L’éloignement progressif de Ribemont-Dessaignes du groupe surréaliste avait pourtant déjà commencé.

12 Adhérer au Parti communiste ? septembre-décembre 1926, présenté et annoté par Marguerite Bonnet, Archives du Surréalisme, Paris, Gallimard, 1992. Comme le dit Marguerite Bonnet dans son introduction, les comptes rendus de ces réunions sont établis sur la base d’un procès-verbal dactylographié (pour la séance du 23 novembre) et de notes manuscrites rédigées par plusieurs participants (pour la séance du 27 novembre). Il est regrettable que l’on ne connaisse pas les auteurs de ces textes.

13 C’est ce qu’affirme Paul Éluard dans Adhérer au Parti communiste ?, p. 61.

14 Ibid., p. 70.

15 Ibid., p. 82.

16 Jean Bernier, qui n’avait pas participé à la séance du 23, écrivit le soir même une longue lettre à Breton. Il lui fit savoir que de telles réunions menées au sein du groupe surréaliste le laissaient perplexe. Bernier se déclarait hostile à « l’examen des situations individuelles » qui était selon lui prématuré pour l’instant : « ledit examen, aussitôt que nous disposerons d’une base idéologique plus sérieuse et plus précise […] se fera à mon sens beaucoup plus sûrement et valablement que dans une assemblée susceptible […] d’être influencée de la façon la plus détestable par les circonstances les plus fortuites sans parler du reste (atmosphère parlementaire, effets de tribune et manœuvres même involontaires), au gré de chaque conscience. » Malgré son absence, Bernier avait parfaitement compris que le groupe surréaliste, avec ce genre de réunions, courait le risque d’instruire de dérisoires procès d’intention. Par souci d’honnêteté, il s’abstiendra donc d’entériner la motion d’exclusion contre Soupault à l’occasion de la séance du 2  novembre, prétextant son absence lors de la semaine précédente. Cf. Adhérer au Parti communiste ?, p. 61-67 et p. 71.

17 Voir Philippe Soupault, Vingt mille et un jours, entretiens avec Serge Fauchereau, Paris, Belfond, 1980, p. 76-78.

18 Ibid., p. 69.

19 Ibid., p. 75.

20 Il s’agit de l’article « 900 : revue fasciste », signé « L. A. » et paru dans Clarté, n° 4, p. 127, d’une lettre de protestation de Nino Frank publiée dans la « Correspondance » du n° 7 de la même revue et d’un bref commentaire à la fin de cette lettre, toujours signé « L. A. ».

21 Soulignons qu’Aragon montre ainsi qu’il ne connaît pas la tradition des revues italiennes de la première moitié du siècle qui avaient presque toujours recours à des « sponsors » – surtout des banques mais parfois même des entrepreneurs locaux (ce fut le cas notamment de La Riviera Ligure qui fut créée par les deux producteurs de l’huile d’olive Sasso) désireux de commercialiser leurs produits auprès d’un large public. Bien que subventionnant l’initiative éditoriale, ces « sponsors » ne se mêlaient nullement des contenus de « leur » revue. Aucun lecteur italien de l’époque ne se serait étonné du choix de ces soutiens financiers pour la publication de Massimo Bontempelli. D’autre part, la tradition d’insérer en quatrième de couverture des encarts publicitaires annonçant telle ou telle publication, n’était souvent qu’un simple échange de bons procédés, aussi répandu en Italie qu’en France.

22 Antonio Aniante figurera dans le Panorama de la littérature italienne contemporaine, présenté par Benjamin Crémieux en 1928 aux éditions Kra.

23 Soupault se souviendra de son séjour en Italie de 1926, Vingt mille et un jours, p.  208-209 : « J’aurais aimé rencontrer les écrivains italiens, mais j’ai essayé de les éviter. Je ne pouvais pas oublier que le fascisme était un régime policier. Français, j’étais suspect, non sans raison […] Me sachant “surveillé”, je ne voulais pas risquer de compromettre les poètes et les écrivains dont j’ignorais d’ailleurs quelle était leur attitude à l’égard du fascisme. » Si l’on doutait de la véridicité et l’exactitude de ce témoignage assez tardif de Soupault, on peut néanmoins lui faire confiance quant à son « antipathie » à l’égard de tout fascisme : sa détention pendant six mois dans la prison de Tunis en 1942 pour « haute trahison » à l’égard du gouvernement de Vichy, constitue une preuve suffisante. Soupault reviendra encore brièvement sur les événements de l’automne 1926 dans Mémoires de l’oubli 1923-1926, Paris, Lachenal & Ritter, 1986, p. 164.

24 Les représentants de ce courant d’idées s’étaient regroupés autour de Mino Maccari et de sa revue Il Selvaggio (1924-1943). Le but principal que se fixaient II Selvaggio et les écrivains qui y collaboraient, était de défendre le paese – le village – italien contre toute influence étrangère. La revue 900 de Bontempelli représenta la réaction la plus cohérente à l’esprit de Il Selvaggio. On parla alors de Bontempelli comme du champion de la città, c’est-à-dire de la ville. Malgré la profonde divergence de vues entre Maccari et Bontempelli, ce dernier inséra dans sa publication quelques annonces publicitaires en faveur de Il Selvaggio.

25 Rentré définitivement à Florence après une longue parenthèse française, Soffici avait commencé à collaborer à Il Selvaggio.

26 L’Italiano, n° 10-11,15-30 juillet 1926.

27 Ce qui est néanmoins curieux, c’est que, parmi tous les noms des collaborateurs, Ungaretti ne cite explicitement que celui de Soupault, mais cette présence est sans doute accidentelle. À sa place, les lecteurs de L’Italiano auraient tout aussi bien pu trouver un autre nom.

28 Avec la rapidité digne d’un vaudeville, les deux factions – l’une du côté de Bontempelli, l’autre de celui d’Ungaretti – s’échangent des coups violents et la bataille, faite d’abord de rectificatifs envoyés à la presse par Frank et Bontempelli, de lettres venimeuses et de discussions animées, aboutit – et le vaudeville se transforme ici en une caricature d’opéra romantique – à un véritable duel entre les deux principaux rivaux : le 8 août, Ungaretti et Bontempelli s’affrontent sur le terrain. Inutile de dire la place que la presse désœuvrée de l’Italie estivale donne à cet événement si peu édifiant. Paris-Soir reprit également cette nouvelle le 14 août, en précisant que le duel avait été interrompu à la troisième reprise à cause de la nette supériorité de Bontempelli.

29 Bontempelli obtient un rendez-vous officiel de la part de Mussolini le 7 septembre. L’entretien, dûment annoncé à toute la presse italienne, entre l’écrivain qui se veut proche du régime fasciste, mais qui est surtout soucieux de l’avenir de sa revue, et le Duce qui nourrit des ambitions de protecteur des lettres, se révèle une manœuvre stratégique heureuse pour le destin de 900 en Italie. Le Duce écoute en effet attentivement le compte rendu que lui fait Bontempelli de diverses attaques dont il a été la victime et demande des explications sur le contenu théorique du premier numéro de la revue. Rassuré par l’écrivain, il déclare qu’il approuve le programme, les buts que la revue se propose d’atteindre et les noms des collaborateurs choisis par la rédaction. Grâce au placet de l’État, Bontempelli se libère des critiques malveillants l’ayant accusé de communisme et croit pouvoir envisager plus sereinement l’avenir de sa revue en Italie. Voir La Fiera Letteraria, 12 septembre 1926.

30 La Fiera Letteraria, 1er août 1926.

31 Après de nombreux autres malentendus entre Malaparte et Bontempelli, le premier désavoua définitivement la ligne éditoriale de 900 dans une note qu’il fit publier par la revue Il Selvaggio en novembre 1927. Ici, il définissait la revue de son ancien ami comme un « produit de l’esprit bourgeois et parisien ».

32 Les Nouvelles littéraires, 21 août 1926, p. 5.

33 Paris-Soir, 27 août 1926, p. 2.

34 Lettere a « 900 », p. 215.

35 Lettres du 28 août et du 10 septembre, Lettere a « 900 », p. 212 et 222.

36 Les relations cordiales entre Soupault et Frank ne s’interrompirent pas. Quelques années plus tard, en 1929, Frank présentera l’œuvre de l’auteur français dans sa Letteratura francese di ieri e di oggi en termes très élogieux. Évoquant l’évolution de Soupault depuis ses premières expériences dada jusqu’à son dernier texte Les Dernières Nuits de Paris, Frank citera aussi, à côté de Rose des vents, le texte Wang-Wang. Soupault lui avait certainement annoncé la parution de ce texte, qui en fait ne verra jamais le jour. À la même époque, en 1929 donc, Frank appartenait au comité de rédaction de Bifur. De même qu’il l’avait fait lors de la publication de 900, il pria Soupault de participer au premier numéro de cette nouvelle revue ; ce dernier accepta et lui confia son texte Sports & Cie, qui parut dans la livraison de Bifur du 25 mai 1929.

37 Il est peut-être utile de parcourir les étapes essentielles du parcours public de Bontempelli ; collaborateur en 1922 de Il Mondo de Giovanni Amendola, il devient secrétaire du Syndicat des auteurs et des écrivains, avant d’en être chassé l’année suivante à la suite d’une dénonciation émanant de plusieurs collaborateurs de Il Selvaggio de Mino Maccari. Élu académicien en 1930 en dépit du fait qu’il ne possédât pas à l’époque la tessera (la carte) du Parti Fasciste (il ne fut contraint de l’accepter qu’en 1935), il en fut radié en 1938 pour avoir refusé de remplacer Attilio Momigliano – victime des lois raciales – à l’université de Florence et s’être opposé, dans un violent pamphlet, à la proposition de loi voulant instituer un tableau national des critiques agréés par le pouvoir. Contraint de quitter Rome, Bontempelli choisit Venise comme lieu de relégation. Les jugements concernant les rapports que Bontempelli entretint avec le régime fasciste restent très partagés. Sur cette question nous avons consulté : R. Jacobbi, « Introduzione » dans M. Bontempelli, L’Avventura novecentista, p. I-XXII ; F. Airoldi Namer, « Gli scritti teorici di Massimo Bontempelli nei Cahiers 900 », Studi novecenteschi, n° 12, novembre 1975, Venise, Marsilio Editori, p. 249-269 ; E. Urgnani, Sogni eVisioni, Massimo Bontempelli fra surrealismo efuturismo, Ravenne, Longo Editore, 1991, p. 11-45.

38 À partir du n° 5 de l’automne 1927, 900 fut publiée par les éditions La Sapienza de Rome, dans une version où l’italien accompagnait désormais le français. Cette version de la revue ne dura que pour deux livraisons, car la publication dut s’interrompre au n° 6 (hiver 1928). Au mois de juin de la même année, 900 réapparut : entièrement rédigée en italien, elle s’était transformée en revue mensuelle. Malgré ces multiples tentatives de relancer 900, Bontempelli fut obligé d’interrompre définitivement sa publication à la fin de 1927.

Índice de ilustraciones

Leyenda Pages de titre de la revue 900, automne 1926
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10117/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 552k

Autor

Université de Venise

© Presses universitaires de Caen, 1999

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540