Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

G. B. Shaw : un dramaturge engagé

 | 
Paul Brennan
, 
Thierry Dubost

Le destin français des œuvres shaviennes

Traddutore, Traditore ? Candida sur les scènes françaises

Patrick Galliou

Texte intégral

1Alors même que, dans les premières décennies de notre siècle, les comédies de Shaw se taillaient un vif succès sur les scènes anglaises, allemandes ou américaines, elles ne rencontraient en France qu’indifférence polie, suspicion ou souverain mépris. On a généralement rapporté cet insuccès, dont témoigne le très petit nombre de pièces de Shaw jouées sur les scènes françaises avant la Seconde Guerre mondiale, à des traductions jugées médiocres, sinon franchement injouables, qu’auraient tour à tour refusées tous les directeurs de théâtres dignes de ce nom. L’heure n’est certes pas encore à un jugement d’ensemble sur cette tâche considérable qu’Augustin et Henriette Hamon menèrent à terme de 1904 à 1939, en dépit de vicissitudes diverses, ni d’ailleurs à une réhabilitation prématurée de ces derniers. La dispersion de leurs manuscrits, revus et corrigés par Shaw, rend en effet ce travail long et difficile.

2Le don de la correspondance échangée par le dramaturge et ses traducteurs français au Centre de recherche bretonne et celtique (UPRESA 6038 du CNRS) de l’Université de Bretagne occidentale, effectué voici quelques années par les demoiselles Hamon, ouvre, en revanche, une autre fenêtre sur ces relations complexes qu’entretenaient, comme il se doit, auteur et traducteurs, et son étude jette une intéressante lumière sur les tentatives répétées – et généralement infructueuses – des Hamon d’imposer le théâtre de Shaw sur les scènes françaises. On ne saurait en effet, si l’on veut comprendre les difficultés que connurent ceux-ci à faire produire leur traduction de Candida – la première pièce de Shaw jamais jouée en français – dissocier celles-ci de l’itinéraire personnel des traducteurs et des préjugés que nourrissaient à leur égard les metteurs en scène et les cercles littéraires de la capitale.

Augustin et Henriette Hamon, traducteurs de Shaw

  • 1 Il souligna d’ailleurs plus tard que « sa passion dominante à cette époque était la Science : la P (...)
  • 2 Il est l’auteur de nombreux articles sur l’hygiène publique et d’une Étude sur les eaux potables e (...)
  • 3 Cf. J. Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, Paris, Maspéro, 1975.
  • 4 Sur les liens entre les mouvements littéraire et anarchiste, on consultera avec profit, T. Maricou (...)
  • 5 Ce journal fut fondé en 1879 à Genève par le prince Pierre Kropotkine sous le nom de Le Révolté. E (...)
  • 6 Fondée à Bruxelles en 1884 par Fernand Brouez et alors dirigée par le colinsien Jules Noël. Tous l (...)
  • 7 La revue continuait La Révolte, cf. supra, note 5.
  • 8 Revue mensuelle qui parut de novembre 1891 à février 1894, puis de juillet à novembre 1896. Y coll (...)
  • 9 Cf. M. Dommanget, La Chevalerie du travail française, 1893-1911, Lausanne, éditions Rencontre, 196 (...)

3Né le 20 janvier 1862 à Nantes, Augustin Hamon avait très tôt suivi à Paris son père, ferblantier-plombier connu sur la place pour ses talents d’artisan et son génie inventif – qui lui avait fait par exemple perfectionner le procédé de fabrication des conduites d’eau doublées d’étain – plutôt que pour ses capacités gestionnaires. Les échecs répétés qu’il rencontra dans la commercialisation de son invention et le conflit qui l’opposa aux Rotschild en 1891 constituèrent, à n’en pas douter, un terrain favorable à l’éclosion, chez le jeune Augustin, d’un sentiment de révolte contre un système politique et économique ne servant qu’à écraser les humbles. Il n’est donc pas étonnant qu’après un baccalauréat ès sciences, Augustin Hamon se soit tourné vers un journalisme ouvert à la vulgarisation des découvertes technologiques du temps1 ainsi qu’à la promotion des lois et des nécessités de l’hygiène2, tout en orientant progressivement ses écrits vers une critique radicale d’un système social arc-bouté sur la défense des privilèges des riches et des puissants. S’éloignant petit à petit d’une foi naïve dans les vertus d’un progrès scientifique, il en vint ainsi à se rapprocher des guesdistes d’abord, puis d’un mouvement anarchiste alors en pleine expansion3, où se rencontraient intellectuels en rupture de ban, prolétaires exaspérés par la répression écrasant le mouvement ouvrier, poètes symbolistes refusant les rigidités de l’art « officiel »4 et provocateurs en tous genres. En 1889, son premier ouvrage, L’Agonie d’une société. Histoire d’aujourd’hui, publié chez Albert Savine, éditeur patenté des grandes figures de l’antiparlementarisme (Edouard Drumont, Auguste Chirac, etc.), dénonçait de la sorte les scandales politico-financiers qui agitaient le pays, les ravages physiologiques que faisaient subir au prolétariat l’exploitation effrénée des ressources naturelles et la falsification des denrées alimentaires, la corruption systématique du monde parlementaire enfin. Ses travaux suivants, La France sociale et politique (1890 et 1891), Ministère et Mélinite (1891), dénonçaient les mêmes maux et les mêmes travers, thèmes qui étaient aussi mis en avant dans les chroniques données à l’hebdomadaire guesdiste L’Égalité puis, à partir de la fin de 1891, dans La Révolte, publication dirigée par l’anarchiste Jean Grave5. Au cours des années suivantes, on le vit collaborer à toutes les grandes revues libertaires, telles La Société nouvelle6 de Jules Noël, Les Temps nouveaux de Jean Grave7, ou L’Art social du Nantais Gabriel de La Salle8 et fréquenter les principaux anarchistes d’Europe, comme Emile Pouget, Errico Malatesta, les frères Reclus et surtout son compatriote Fernand Pelloutier. Ses activités, à l’intérieur de cette nébuleuse, ne se limitaient cependant pas à la seule publication de vitupérations libertaires. Augustin Hamon avait en effet entrepris de noyauter la franc-maçonnerie française en y pratiquant un entrisme militant et de donner un nouvel essor à un syndicalisme peu actif en impulsant, avec l’aide de Pelloutier, la Chevalerie du travail française, organisation néomaçonnique calquée sur les Knights of Labour d’Amérique du Nord9.

  • 10 Plusieurs articles d’Hamon, publiés dans les années 1890 et au début du siècle suivant insistent a (...)
  • 11 Cette position est déjà clairement annoncée dans l’introduction de l’ouvrage de A. Hamon et G. Bac (...)

4Il serait cependant erroné de croire, sur la foi de ce militantisme actif au sein de l’anarchisme français, qu’Augustin Hamon en ait adopté tous les excès, épousé tous les errements. Son anarchisme personnel s’apparente bien plus à un individualisme humaniste, s’appuyant sur l’exaltation d’une dignité humaine sans cesse menacée par les forces biologiques, mésologiques ou sociales qui la fondent ou la cernent, qu’à la mise en exergue d’un ego enfin libéré des conventions bourgeoises. De même son engagement politique est-il conduit au nom de l’aspiration à un monde plus juste et plus solidaire, bâti sur un socialisme quasi évangélique10, et non sur une dictature du prolétariat qu’il n’appelle jamais de ses vœux. S’il condamne enfin sans retenue la société bourgeoise, il souhaite la réformer de l’intérieur plutôt que d’en faire table rase afin de rebâtir un monde meilleur11.

  • 12 Cf. par exemple, E. Apfelbaum, I. Lubek, Augustin Hamon, « Aux origines de la psychologie sociale (...)

5De l’analyse critique du fonctionnement des sociétés bourgeoises à celle du fonctionnement interne des individus qui les composent, il n’y avait qu’un pas, qu’Hamon franchit en infléchissant le cours de ses travaux de la sociologie proprement dite vers la réflexion psychosociale, science dont il fut d’ailleurs l’un des précurseurs en France12. Ainsi, dès le 28 décembre 1890, annonçait-il dans une chronique de L’Égalité, intitulée « L’irresponsabilité », l’un des thèmes qui lui furent chers au cours des années suivantes, celui de la totale irresponsabilité personnelle de malfaiteurs, dont le comportement, totalement déterminé par l’hérédité, ne saurait être condamné par une cour de justice.

  • 13 A. Hamon, De la définition du crime, Lyon, A. Storck, 1893. Ce travail fut traduit en anglais (On (...)
  • 14 Le 3 février 1894, le magistrat-sociologue Gabriel Tarde écrivait ainsi à Hamon : « Je ne veux pas (...)

6Ces diverses théories, qui furent développées dans un ouvrage paru en 189313, de même que les critiques virulentes qu’adressait Hamon aux travaux des membres de l’équipe des Archives d’anthropologie criminelle, ne lui valurent pas que des amis chez les sociologues français, alors très souvent proches du pouvoir judiciaire et politique. Les déclarations blasphématoires d’Hamon ne pouvaient éveiller chez la majorité des notables qu’une franche haine envers ceux qui, par leur apparente irresponsabilité, donnaient libre champ à la violence des « bombistes »14. Dans cette France de la IIIe République, si l’on pouvait encore badiner avec l’amour, il valait mieux ne pas badiner avec l’armée, futur instrument de la revanche contre l’Allemagne, comme beaucoup allaient s’en rendre compte lors de l’éclatement de l’affaire Dreyfus (29 octobre 1894).

  • 15 Le public était, depuis 1893, au fait de la teneur du futur ouvrage d’Hamon, assis sur un question (...)
  • 16 En étudiant la psychologie des anarchistes, selon une technique proche de celle utilisée dans sa P (...)

7Dans une telle atmosphère, le nouvel ouvrage d’Hamon, La Psychologie du militaire professionnel, paru en novembre 1893, ne pouvait que faire scandale. L’auteur, voulant faire œuvre scientifique et objective en se fondant sur des faits établis, s’attachait à mettre en évidence la double détermination du comportement des individus, l’articulation entre des prédispositions héréditaires et congénitales d’une part, et les facteurs sociaux ou mésologiques d’autre part. Se faisant le chantre d’une « mentalité professionnelle » spécifique à chaque profession, il s’efforçait ainsi de montrer, par le biais de l’étude de l’institution militaire, que les méthodes de celle-ci ne pouvaient que transformer ses membres en une « armée d’esclaves » et que, la guerre étant son unique raison d’être, elle constituait une véritable « école du crime ». En dépit d’une réception favorable dans les milieux anarchistes et d’un certain succès de scandale, il était bien évident que ce nouvel ouvrage d’Hamon ne pouvait guère lui valoir que des inimitiés dans ces milieux politiques et intellectuels qui tenaient alors les rênes du pouvoir. De même la Psychologie de l’anarchiste-socialiste, publiée en 189515 fut-il accueilli dans un silence glacé, les attentats bombistes, nombreux dans les six premiers mois de 1894 et l’assassinat du président Sadi Carnot par l’anarchiste italien Caserio, le 24 juin de la même année, ne prédisposant pas la population à une tendresse particulière envers les apologistes de la violence ou ceux qui pouvaient sembler leur être intellectuellement liés. Désormais à jamais marqué de la lettre écarlate de l’anarchie, Augustin Hamon aurait à affronter, toute sa vie durant, l’hostilité de ceux qui le considéraient, d’ailleurs à tort16, comme l’un des principaux boutefeux du mouvement socialiste révolutionnaire.

  • 17 Les lois d’exception, dites « lois scélérates », votées par la Chambre les 11 et 15 décembre 1893 (...)
  • 18 Ils avaient déjà correspondu en 1893.

8Ainsi, inquiété par la police, menacé d’être jeté en prison pour propagande anarchiste17, Augustin Hamon jugea plus prudent de s’enfuir à Londres au mois de juillet 1894. De cet exil britannique, il tira, quelques années plus tard, une série d’articles qui, s’ils ne nous renseignent guère sur son existence quotidienne, nous font rencontrer le prince Kropotkine, Errico Malatesta, William Morris et Bernard Shaw, dont Hamon fit ainsi la connaissance directe 18.

  • 19 Ce jugement figure sur une coupure de presse non référencée, conservée dans les archives Hamon.
  • 20 Ils avaient été exclus de l’Internationale au Congrès de La Haye en 1872.
  • 21 On trouvera un récit des débats du congrès dans A. Hamon, Le Socialisme et le Congrès de Londres, (...)

9La violence anarchiste s’étant éteinte à la fin de 1894, Hamon se sentit désormais libre de rentrer en France pour y poursuivre son combat. Patrie et Internationalisme ( 1896) fut pourtant froidement accueilli, l’auteur étant, selon la presse parisienne, « bien connu pour ses opinions outrancières en matière de philosophie politique et sociale »19. La même année, la tentative de réintégrer les anarchistes dans la mouvance socialiste20 se solda par un échec, malgré la participation active d’Hamon au Congrès international socialiste qui se tint à Londres à la fin du mois de juillet21. Si ce fut pour lui l’occasion de revoir Bernard Shaw, ce congrès fut aussi un nouvel échec personnel, l’incitant à se détourner du militantisme et à revenir à ses études « scientifiques » :

  • 22 A. Hamon, Mémoires, 13 septembre 1896.

Je suis dégoûté de la militance où j’ai fait une visite d’un an ou dix-huit mois. J’en ai assez et je serai plus utile à moi-même et à l’humanité en retournant à mes études de criminologie... Je perds mon temps, ou plutôt je l’utilise mal en continuant à militer étroitement22.

  • 23 A. Hamon, Mémoires, 13 janvier 1897 : « Tous ces temps, dèche terrible ; plus de charbon pour chau (...)
  • 24 Hamon y niait le libre arbitre et la responsabilité qui en découle, comme le montre bien sa conclu (...)
  • 25 A. Binet, L’Année psychologique, t. 5, 1898, p. 721-728, par exemple.

10Mais le métier de « publiciste », qu’Hamon exerçait depuis bientôt quinze ans, ne nourrissait pas son homme, d’autant que sa réputation d’anarchiste le précédait partout et lui fermait la porte des journaux « bourgeois » qui, seuls, eussent pu lui permettre d’échapper à cette « misère en habit noir » qu’il connaissait si bien23. L’enseignement qu’il assura en 1897 à l’Université nouvelle de Bruxelles puis au Collège libre des sciences sociales à Paris lui parut l’occasion de redorer un blason quelque peu terni et de raffermir une bourse plutôt plate : il dut vite déchanter, car les deux institutions ne payaient pas – ou peu – leurs professeurs. Ses enseignements, quant à eux, réunis dans le volume Déterminisme et Responsabilité (1898)24 se firent éreinter par la critique25 qui classa définitivement Hamon au rang des auteurs peu sérieux ou carrément irresponsables.

  • 26 A. Hamon, Mémoires, 26 mars 1903.

11Malgré ces vents contraires, Augustin Hamon avait, au printemps 1897, lancé avec l’aide de plusieurs amis belges et français L’Humanité nouvelle, revue mensuelle conçue sur le modèle de La Société nouvelle, revue que le socialiste belge Fernand Brouez avait fondée à Bruxelles en novembre 1884. Hamon avait, une fois encore, mis tous ses espoirs dans ce projet ambitieux qui devait associer scientifiques, littérateurs, sociologues et philosophes dans une défense et illustration des progrès de la pensée. Mais, là encore, Hamon joua de malchance, une crise grave éclatant, au début de 1901, entre la direction de la revue et les éditeurs de celle-ci, les frères Schleicher. Le procès qui s’engagea entre les deux partis mettait Hamon dans une situation d’autant plus difficile qu’il avait épousé, le 19 mars 1901, une jeune collaboratrice de la revue, Henriette Rynenbroeck, et que de leur union naquit l’année suivante un premier enfant. Comme en témoignent abondamment ses Mémoires, les deux années suivantes furent occupées par Hamon à tenter de relancer L’Humanité nouvelle, qui avait cessé de paraître en février 1902. Ce fut un nouvel échec et la nouvelle série ne dépassa pas le deuxième numéro (décembre 1903). La disparition de sa revue plaçait Hamon dans une situation financière particulièrement délicate. Une deuxième fille était née en juin 1903 et il n’avait, pour nourrir sa famille, que quelques piges et surtout la rente versée par le père d’Henriette. Leur misère était telle qu’elle contraignit Hamon à mettre au Mont de Piété l’alliance de sa femme et à vendre à réméré la reconnaissance qu’il en reçut26.

12On comprendra mieux ainsi la décision, prise à la fin de 1903, de quitter Paris pour aller s’installer dans une Bretagne qu’ils appréciaient tous deux et où ils espéraient continuer leur œuvre militante. Aussi, au printemps de 1904, les Hamon s’installèrent-ils d’abord en location à Kerhuel en Camlez (Côtes-du-Nord), puis, à partir de la fin de 1906, à Ty an diaoul (« la maison du diable ») qu’ils avaient fait bâtir à quelques kilomètres de là, à Port-Blanc en Penvénan. C’est là que se forgèrent, pendant près de quarante ans, les traductions du théâtre de George Bernard Shaw.

Candida au Théâtre Royal du Parc

  • 27 Les biographes de Shaw, induits en erreur par le dramaturge lui-même, ont décrit de manière erroné (...)
  • 28 Lettres d’Hamon à Shaw des 1er mars, 23 avril, 27 mai et 9 juin 1905.
  • 29 Lettre d’Hamon à Shaw du 27 octobre 1905.

13La correspondance échangée entre Shaw et les Hamon montre que c’est au printemps de 1904 que se noua le pacte qui devait assurer aux Hamon l’exclusivité des traductions de Shaw et des représentations de celles-ci sur les scènes françaises27. Ainsi, le 24 mars 1904, Augustin Hamon annonçait-il à Shaw sa future installation en Bretagne et son intention d’entamer la traduction de La Profession de madame Warren et de Candida, « qui nous paraissent aptes à exciter la curiosité du public français ». La traduction de cette dernière pièce ne fut cependant achevée qu’au début de l’été de l’année suivante28, après qu’ait été menée à bien la traduction de L’Homme aimé des femmes et de La Profession de madame Warren. Si Hamon considérait en effet Candida « bien plus dramatique »29 que les deux œuvres précédentes, il ne cachait pas son désir de voir représenter La Profession de madame Warren chez Antoine ou chez Lugné-Poe :

  • 30 Lettre d’Hamon à Shaw du 30 décembre 1905.

J’ai hâte de la voir jouer. C’est la première pièce que nous traduisîmes ; son âpreté avait attiré le socialiste et moraliste qui est en moi30.

  • 31 Lettre d’Hamon à Shaw du 16 juin 1906 : « Vous devriez bien revoir Candida, car je voudrais en fai (...)
  • 32 Lettre d’Hamon à Shaw du 13 août 1906.
  • 33 Lettres d’Hamon à Shaw des 16 juin, 12, 23, 24 juillet, 3 août 1906, etc. L’accord entre Shaw et H (...)

14L’occasion de représenter une œuvre de Shaw dans la traduction de Hamon ne se fit cependant jour qu’en 1906. La proposition ne vint pas des deux metteurs en scène français, qui renoncèrent d’ailleurs à monter des œuvres de Shaw, mais de M. Redinger, directeur du Théâtre du Parc à Bruxelles. Sans doute convaincu par l’un des nombreux amis qu’Hamon comptait parmi les intellectuels du pays31, il demanda à ce dernier, au début du mois d’août, de lui donner l’une des pièces qu’il venait de traduire32. Mais, malgré ses rappels réitérés33, Hamon n’avait pu obtenir de Shaw, occupé à la révision de On ne peut jamais dire et de la traduction allemande de L’Homme et le Surhomme, qu’il lui retourne le texte corrigé de Candida et, après avoir tenté, une fois encore, de convaincre Redinger déjouer La Profession de madame Warren,

  • 34 Lettre d’Hamon à Shaw du 25 octobre 1906.

car j’estime qu’elle vous caractérise mieux que Candida, et pour ça je voudrais qu’il la représente34,

  • 35 L’accord avec Redinger prévoyait quatre représentations, deux en matinée et deux en soirée.

15il se résigna, sur la demande instante de ce dernier, à attendre les corrections de l’auteur. Les dernières révisions lui étant enfin parvenues à l’automne, les dates des représentations purent être fixées aux 7 et 17 février 190735 et les répétitions commencer dans les premières semaines de la nouvelle année.

  • 36 Ils s’étaient installés à Uccle, dans la famille d’Henriette, pour la durée des répétitions. Augus (...)
  • 37 C’est ainsi l’avis de Maurice Muret qui, dans « De Nora à Candida », article paru dans le Journal (...)

16Les Mémoires inédits d’Augustin Hamon, déposés au Centre de recherche bretonne et celtique, nous permettent de suivre au jour le jour les angoisses d’Augustin et d’Henriette Hamon qui, confrontés à un monde qu’ils ne connaissaient guère36, s’effrayaient, quelques jours seulement avant la générale, de la méconnaissance de leur texte par des comédiens qui, leur semblait-il, n’avaient pas non plus parfaitement compris les intentions de l’auteur et même le sens général de l’œuvre. Il est vrai qu’il était tentant, pour des acteurs habitués au boulevard, de voir en Candida une comédie romantique des plus ordinaires où, selon les lectures des critiques du temps, le devoir ou l’amour triomphaient in fine du danger extrême que représentait pour le couple Candida-Morell le jeune poète Eugène Marchbanks37. Hamon lui-même n’était à vrai dire par exempt de ce travers, comme le montrent ses questions à Shaw du 6 janvier 1907 :

Je ne vois pas en Candida le triomphe du devoir, mais le triomphe de l’amour, indépendant de toutes conventions, mondaines et sociales. Vous n’opposez pas, selon moi, Candida à Nora. Toutes deux obéissent à leur nature, mais Candida est plus sentimentale et Nora plus intellectuelle. Est-ce exact ?

  • 38 La correspondance entre Shaw et Hamon abonde en discussions sur la place à donner au déterminisme (...)
  • 39 A. Hamon, Mémoires, 7 février 1907.
  • 40 Dan Laurence (éd.), Bernard Shaw. Collected Letters, 1898-1910, Londres, Max Reinhardt, 1972, p. 9 (...)

17Y transparaissent de manière particulièrement claire les soubassements de ses options philosophiques et le rôle qu’elles jouèrent dans son analyse de l’œuvre de Shaw38, ou encore sa stupéfaction lorsqu’à la fin du premier acte le public éclata de rire39. Il eut d’ailleurs la naïveté de s’en ouvrir à Shaw, qui ne se priva pas de se gausser de son esprit de sérieux dans une lettre adressée quelques années plus tard à Arnold Bennett40.

  • 41 J.-C. Amalric, Bernard Shaw, du réformateur victorien au prophète édouardien, Paris, Didier, 1977, (...)
  • 42 The difficulty about Candida is that it is of no use whatever unless two quite exceptional players (...)
  • 43 You must, however, be careful not to go thesis hunting. All this stuff about Candida meaning the t (...)

18Il nous est bien entendu impossible aujourd’hui d’estimer la fidélité du jeu des acteurs du Théâtre du Parc au sens profond que Shaw avait voulu donner à Candida. Tout au plus pouvons-nous noter qu’il s’était efforcé, dans ses lettres à Hamon, de mettre celui-ci en garde contre une interprétation trop « romantique » de la pièce et de lui faire toucher du doigt le « secret du poète », cette incapacité de l’artiste et du génie à se laisser prendre dans les rets et conventions du mariage41. Ainsi, dans une lettre à Hamon, en date du 27 août 1906, il revenait sur la nécessité que les rôles de Candida et d’Eugène Marchbanks soient tenus par des acteurs de qualité exceptionnelle42, puis, le 9 janvier suivant répondait à son traducteur sur le sens général à donner à la pièce43 :

Il vous faudra, cependant, vous garder d’aller chercher dans mes pièces les thèses qui n’y sont pas. Toutes ces publications qui veulent faire de Candida le triomphe du devoir ou le triomphe de l’amour ne sont que spéculations d’intellectuels. Mes pièces sont des études consacrées à l’histoire naturelle de l’humanité. Je ne suis pour le théâtre qu’un Buffon ou un Saint-Hilaire. Quand on lit la description que donne Buffon du cheval, on ne commence pas par se demander si Buffon considérait le cheval comme un triomphe de la vitesse, ou un triomphe de la traction animale, ou bien encore un triomphe de la fidélité ; on comprend, en fait, qu’il se contente de vous montrer le type d’animal qu’est le cheval. Eh bien, dans Candida, je m’efforce seulement de vous montrer quelles sortes d’animaux sont les personnages de la pièce. Je suis vivement intéressé par les animaux de ce genre, comme Buffon l’était par les animaux en général, et j’écris pour satisfaire les gens qui partagent mon intérêt. Si vous avez écrit quoi que ce soit sur le triomphe de l’amour, vous pouvez le jeter immédiatement au feu.

19Il le mettait en garde, quelques jours plus tard, contre l’interprétation trop rationaliste, trop déterministe qu’Hamon se préparait à donner de Candida dans les conférences qui allaient précéder les représentations :

  • 44 Lettre de G. B. Shaw à Hamon du 24 janvier 1907 : Therefore, O St. Augustin, put your manuscript i (...)

Par conséquent, ô saint Augustin, jetez votre manuscrit au feu et prêchez à Bruxelles le véritable évangile de saint Shavius. Nul misérable rationaliste-déterministe n’aurait été capable d’écrire Candida. Si vous ne me croyez pas, demandez-le à votre femme. Elle comprendra et elle verra pourquoi Candida est tout à la fois une petite bourgeoise de banlieue et la Mère de Dieu, dont le portrait par Titien trône sur le chevalet. Enseignez ceci à votre public du Parc et vous réussirez à le surprendre et à l’émouvoir tout à la fois. Parlez-lui d’hérédité et d’environnement, et il se mettra à tousser comme tout un sanatorium. Et souvenez-vous qu’à la fin de Candida le poète détient un secret – souvenez-vous aussi, à propos, que c’est un poète et non un raisonneur. Ce secret, Candida l’a deviné en partie, ce qui n’est pas le cas de Morell et de ceux des spectateurs qui se laissent facilement attendrir. Pour ces derniers, lorsque Eugène s’exclame : « Eh bien, la nuit m’attend désormais », il veut dire par là qu’il va s’enfoncer dans les ténèbres et le désespoir, peut-être pour aller se suicider. Mais c’est à l’opposé que réside la vérité. Lorsque Eugène entend Candida décrire son existence avec Morell, il se rend compte que sa destinée est bien plus élevée que ce petit bonheur domestique. Il découvre soudain qu’il est d’une autre stature et que la tâche qui l’attend n’est pas de poursuivre le bonheur et de courtiser d’accortes matrones, mais de s’efforcer de clarifier le sens qui anime le monde et d’apprendre aux hommes à penser et à ressentir noblement. « Je n’aspire plus au bonheur, déclare-t-il, je vous donne mon bonheur des deux mains. » La nuit dans laquelle il disparaît est la nuit enchantée du poète, cette nuit qui cèle les accidents sordides et prosaïques de la ville et transforme celle-ci en un immense firmament d’ombres gigantesques et d’espaces mystérieux et insondables. C’est avec une immense fierté et un intense sentiment de libération spirituelle qu’il s’enfonce dans l’élément qui est le sien. Candida est devenue « La femme que j’aimais » et n’est plus « La femme que j’aime ». L’acteur qui tiendra le rôle d’Eugène devra le comprendre, ou bien il jouera la pièce de travers, forçant sur le pathos au lieu de laisser voir la force morale de l’homme qui a laissé derrière lui la friche du sentimentalisme et commence à gravir les sommets... Je n’ai pas le temps de vous donner d’autres renseignements qui pourraient servir à votre conférence. Mais si vous réussissez à saisir mon propos principal, cette foi essentielle que j’ai en la Vie et en la Volonté, le fait que pour moi l’homme est d’essence divine parce qu’il constitue l’effort le plus récent de la Volonté de s’affirmer en tant que divinité, vous n’aurez aucun mal à intéresser votre public. Basez-vous sur ces idées, et vous pourrez proférer tous les blasphèmes qu’il vous plaira sans le choquer. Vous êtes passé par tous les préliminaires de l’athéisme, du rationalisme et du déterminisme et vous êtes fin prêt à entrer en jeu et à devenir ce mystique sans illusions qui balaiera toutes ces âneries qui ont étouffé la religion en France et partout ailleurs44.

  • 45 Elle fut publiée sous le titre « George Bernard Shaw et le théâtre » par la Revue socialiste d’aoû (...)
  • 46 Lettre de Shaw à Hamon du 4 décembre 1906 : The translation of Candida seems to me on the whole ve (...)
  • 47 Le rôle de Candida était joué par Alice Archaimbaud. Née à Bordeaux le 21 juillet 1869, élève de D (...)

20La conférence sur le théâtre de Shaw que donna Hamon le 14 février 1907 à l’Institut des Hautes Études de l’Université nouvelle de Bruxelles45 montre qu’il avait bien reçu ce message et su en communiquer la teneur essentielle aux acteurs du Parc. Servie par une traduction que Shaw lui-même jugeait excellente46 et par une troupe de bonne tenue47, la pièce fut fort appréciée par le public bruxellois. Après des années d’avanies et de découragement, le chemin du succès semblait enfin s’ouvrir aux Hamon, d’autant que plusieurs directeurs de théâtre, alléchés par cette réussite, se proposaient de monter Candida sur les scènes parisiennes.

Du succès à la déconvenue : Candida à Paris

  • 48 Emile Chautard, metteur en scène, époux d’Alice Archaimbaud.
  • 49 Lettre de Shaw à Hamon du 6 avril 1907.
  • 50 Gabrielle Réju, dite Réjane (1856-1920).
  • 51 Lettre d’Hamon à Réjane du 2 avril 1907.
  • 52 Lettre d’Hamon à Shaw du 13 avril 1907.
  • 53 Le mari d’Yvette Guilbert.
  • 54 Télégramme de Lugné-Poe à A. Hamon, daté du 8 avril 1907, conservé dans les archives de la British (...)
  • 55 Les termes sont de Schiller lui-même dans une lettre à A. Hamon du 3 avril 1907. La réponse de Sha (...)
  • 56 On trouvera dans la correspondance échangée par Shaw et Hamon entre avril 1907 et février 1908 le (...)

21Dès le 8 mars, en effet, Émile Chautard48 proposait à Hamon de faire jouer Candida à Paris, au Théâtre de l’Œuvre, par la troupe du Parc. Bien qu’intéressante pour la promotion de l’œuvre de Shaw en France, la proposition avait l’inconvénient de ne permettre qu’un très petit nombre de représentations – la saison théâtrale parisienne s’achevant au début du mois de juin – dans une salle qui n’appartenait pas à la troupe du Parc. Dès l’abord peu enthousiaste pour un projet certes peu convaincant et qui paraissait surtout destiné à donner un « beau » rôle à madame Chautard-Archaimbaud, Shaw sut convaincre Hamon d’y renoncer49, alors que celui-ci tentait de convaincre la grande comédienne Réjane50 d’accepter le rôle de Candida51. De même, au grand dépit d’Hamon52, les négociations engagées avec Schiller53, qui se proposait de monter L’Homme du destin, puis L’Homme et le Surhomme, et avec Lugné-Poe, qui voulait donner Candida au Théâtre de l’Œuvre avant la fin du mois de mai 1907 et ouvrir sa saison théâtrale avec La Profession de madame Warren54, achoppèrent-elles sur le refus obstiné de Shaw d’autoriser Schiller à « concentrer, préciser, condenser »55 son texte et sur des propositions juridiques et financières qui furent jugées léonines56.

  • 57 Aujourd’hui le Théâtre Hébertot.
  • 58 Jacques Rouché (1862-1957) avait fondé le Théâtre des Arts en 1903. Epoux d’une des héritières des (...)
  • 59 Lettre d’Hamon à Shaw du 18 février 1908. Shaw en avait été informé par une lettre de F. Maurice.
  • 60 Lettre d’Hamon à Shaw du 13 mars 1908.

22Au mois de janvier 1908, comprenant l’inanité de ces tractations prolongées qui, en raison de l’abîme conceptuel séparant les parties, n’avaient aucune chance d’aboutir un jour, Hamon se tourna vers le petit Théâtre des Arts, situé boulevard des Batignolles57, et que dirigeait alors Jacques Rouché58. Des contacts furent pris avec des acteurs dudit théâtre et avec Rouché lui-même. Le 11 février, une indiscrétion permit à Hamon de découvrir que le directeur de la scène du Théâtre des Arts, le vicomte Robert d’Humières, avait l’intention de donner une pièce de Shaw59 ; la demande officielle de représentation de Candida et de L’Homme et le Surhomme lui parvint le 11 mars60. Il proposa la première, jugeant que L’Homme et le Surhomme serait mal acceptée par le public français.

  • 61 Robert d’Humières, né près d’Aurillac en 1868, fut tué au combat en 1915.
  • 62 D’Humières était homosexuel et l’on connaît sur lui ce distique fielleux de Montesquiou : « Ne lai (...)
  • 63 Il traduisit ainsi l’œuvre de Kipling, plusieurs romans de Conrad et le Ben Hur de Wallace.
  • 64 Dans une lettre à son futur gendre F. Maurice et qu’Hamon avait réussi à se procurer, d’Humières é (...)
  • 65 Lettre d’Hamon à Shaw du 15 mars 1908.
  • 66 Lettre de Shaw à Hamon du 27 mars 1908.

23Il n’était pas possible d’imaginer deux personnages plus dissemblables qu’Augustin Hamon et Robert d’Humières61. Qu’y avait-il en effet de commun entre l’anarchiste collectiviste, pourfendeur de bourgeois et de militaires, alors installé au fond des campagnes bretonnes, et l’ancien officier de cavalerie, habitué des salons parisiens62 et passionné d’une littérature de langue anglaise qu’il traduisait fort bien63 ? De la sorte, dès avant que ne se prépare la pièce au Théâtre des Arts, les armes étaient fourbies, d’Humières jugeant fort mauvaise la traduction d’Hamon64 et ce dernier ne voyant en d’Humières qu’un littérateur conventionnel, bien incapable de faire passer à la scène toute la puissance du théâtre de Shaw65. Augustin Hamon, acculé au compromis par de pressants besoins d’argent, sut néanmoins convaincre Shaw, qui aurait souhaité faire patienter d’Humières et donner Candida à un autre théâtre parisien66 d’autoriser le Théâtre des Arts à représenter la pièce, dont les répétitions commencèrent au début du mois d’avril.

  • 67 Lettres de Shaw à Hamon du 24 avril 1908 et du 1er mai 1908.
  • 68 Qui était probablement la traduction que d’Humières avait lui-même effectuée.

24Comme le craignait Hamon, les choses s’engagèrent fort mal. Installé à Paris pour le temps des répétitions, il découvrit en effet que d’Humières faisait jouer à ses acteurs une traduction différente de la sienne et où les quelques corrections suggérées ou acceptées par Shaw lui-même67 disparaissaient dans un texte profondément remanié68.

  • 69 En le menaçant à plusieurs reprises de retirer la pièce... Cf. ses lettres à Shaw des 2 et 4 mai 1 (...)
  • 70 Il faut admettre que Shaw, ayant correspondu directement avec d’Humières à propos des corrections (...)

25Malgré sa timidité naturelle, il se rebiffa contre cette manœuvre peu courtoise et, faisant appel à Shaw69, obtint de ce dernier qu’il décide en sa faveur, comme l’y contraignait d’ailleurs leur traité mutuel70. En traînant les pieds, d’Humières obtempéra, mais le mal était fait, les acteurs ayant retenu le texte qu’il leur avait fait apprendre. Malgré les recommandations de Shaw sur le ton qu’il convenait de donner à la pièce, la première, le 8 mai 1908, ne fut pas un succès et les critiques furent en général mauvaises. La pièce, après une vingtaine de représentations, fut donc retirée de l’affiche au début du mois de juin.

Candida en France, l’autopsie d’un échec

  • 71 Ainsi, en particulier, A. Hamon, « Sur quelques pièces de Bernard Shaw », La Phalange, 20 décembre (...)
  • 72 Lettre d’Hamon à Shaw du 3 mai 1908.

26Il est difficile de juger aujourd’hui des raisons qui décidèrent de l’échec de Candida au Théâtre des Arts, les parties en présence ayant, par la suite, présenté chacune leur inévitable plaidoyer pro domo. Ainsi, tout en reprochant à Shaw la maladresse dont il fit indubitablement preuve dans cette affaire et en reconnaissant que les corrections apportées par d’Humières et Shaw avaient amélioré sa traduction en certains points, Hamon insistait-il sur l’erreur d’interprétation commise par les acteurs, et donc par d’Humières lui-même qui, se méprenant sur le sens à donner à la sortie de Marchbanks, à la fin de l’acte III, avaient tiré l’œuvre vers le tragique71 tout en l’affadissant72. La réaction de Robert d’Humières aux propos d’Hamon, que lui rapporta Shaw dans une lettre qui n’a pas été conservée, est d’une toute autre nature et, par sa violence même, dénote tout le mépris dans lequel pouvait être tenu quiconque qui, n’appartenant pas aux cénacles de la capitale, prétendait être capable d’offrir une traduction correcte d’une grande œuvre littéraire et affirmait, de surcroît, être le dépositaire d’un sens parfaitement contraire aux lois et traditions établies du théâtre national :

  • 73 Lettre de Robert d’Humières à Shaw, non datée (fin mai 1908, sans doute), conservée dans les archi (...)

Monsieur,
Votre lettre ne comporte de réponse sérieuse que sur des points de fait. Voici :
J’ai dû retoucher la traduction Hamon parce qu’elle était inconcevablement imbécile et plate. Telle quelle je refuserais encore de la signer. Votre ignorance du français n’a d’égale que votre absence de sens commun. J’ai dû ruser avec l’une et l’autre de ces faiblesses pour arriver à jouer une œuvre que je désirais produire. J’y suis parvenu. Vous dites que j’ai fait du Lamartine parce que j’ai supprimé des phrases comme : Viens me causer. Cette affirmation est purement stupide et absolument négligeable. Demandez au premier français venu... Peut-on prendre au sérieux un homme qui a choisi M. Hamon pour le révéler à la France attentive et qui s’imagine être traduit par ce primaire grotesque et infatué ? Son bas-breton vous fermera toutes les scènes françaises73.

  • 74 A. Henderson, George Bernard Shaw, Man of the Century, New York, Appleton Century, 1956, p. 497, e (...)

27Sans doute un examen attentif de la traduction des Hamon révélerait-il des contresens, des maladresses de tous ordres74 et un certain manque de vivacité dans le rendu de ce style pétillant qui caractérise si bien la prose de Shaw, mais il paraît peu probable que ces fautes de détail aient suffi à perdre à Paris une pièce qui, comme nous l’avons souligné, avait été représentée avec succès à Bruxelles. La vindicte de d’Humières, si elle s’exprime souvent avec talent en des phrases percutantes qu’ont naturellement retenues les exégètes du théâtre shavien,

  • 75 Robert d’Humières, « Le cas Bernard Shaw », Mercure de France, n° 355, t. XCVI, 1er avril 1912, p. (...)

M. Bernard Shaw n’a de breton que son traducteur. Il l’a choisi, il y tient – comme le pendu à sa corde. Et c’est bien un suicide – au seuil de notre admiration75,

  • 76 On notera cependant que le critique de L’Éventail, rendant compte le 10 février 1907 de la premièr (...)

28ne relève manifestement pas d’une analyse froide et raisonnée d’une traduction qui eût certes pu être meilleure76, mais plutôt d’une morgue de caste, d’une haine pour un intrus sur lequel pesait encore le poids de ses origines personnelles et idéologiques. S’il pensait, en se détournant du combat politique national, se refaire une virginité intellectuelle, Augustin Hamon s’était, de toute évidence, lourdement trompé. On ne lui pardonnerait jamais ses erreurs de jeunesse.

  • 77 On en trouvera une autre preuve dans la lettre que le journaliste fabien Robert Dell (1865-1940) a (...)
  • 78 Seul Archibald Henderson, dans un article intitulé « Bernard Shaw in France : Gaelic Triumph or Ga (...)

29Ainsi transmise de bouche à oreille dans les milieux littéraires et théâtraux parisiens77, l’exécrable réputation de traducteur indigne, qui s’était attachée à Augustin Hamon après l’insuccès de Candida à Paris, s’ossifia-t-elle chez les biographes et critiques de Shaw qui, sans trop s’attarder à un examen critique des différents états de la traduction, s’empressèrent d’attribuer à l’incompétence supposée d’Hamon l’échec du théâtre de Shaw en France78. Peut-être faudrait-il aujourd’hui, alors que les protagonistes ont depuis longtemps disparu et que les passions se sont éteintes, méditer ces lignes de Shaw à propos de traducteurs auxquels il demeura fidèle jusqu’au dernier souffle :

Si un Français m’affirme que les traductions d’Hamon sont infâmes, il est évident que je ne puis guère le contredire. Je lis sans peine le français et j’arrive à le parler d’une façon barbare, à condition qu’on ne me demande pas d’aller plus loin dans la grammaire que le présent de l’indicatif. Je le comprends quand on le parle aussi mal que moi, c’est-à-dire quand ce n’est pas un Français qui s’exprime. Comment donc pourrais-je oser soulever des objections si c’est un Français, un homme

  • 79 Cité par A. Henderson, op. cit., p. 496 : If a Frenchman says to me that the translations of Hamon (...)

30de lettres, qui m’affirme qu’Hamon est totalement illettré ? Mais si, comme c’est généralement le cas, le quidam qui dénonce Hamon fait preuve d’une incompréhension absolue et parfaitement désastreuse de mon œuvre et qu’il manifeste parfois envers celle-ci une hostilité non déguisée, je commence à me demander si Hamon ne s’est pas fait des ennemis en tentant de m’être trop fidèle au lieu de se contenter de transformer mes pièces en articles bien parisiens, comme les autres estiment pouvoir le faire avec tant de talent79.

Notes

1 Il souligna d’ailleurs plus tard que « sa passion dominante à cette époque était la Science : la Physique et la Chimie tout particulièrement », article « Hamon », in H. Carnoy, Dictionnaire bibliographique [sic] international des écrivains, des artistes..., Paris, s.d., t. III, vol. xiv, p. 155.

2 Il est l’auteur de nombreux articles sur l’hygiène publique et d’une Étude sur les eaux potables et le plomb, Paris, Lecrosnier et Delahaye, 1884, qui, largement diffusée en Europe, lui vaudra l’estime de nombreux hygiénistes et « aménageurs », dont celle de Shaw...

3 Cf. J. Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, Paris, Maspéro, 1975.

4 Sur les liens entre les mouvements littéraire et anarchiste, on consultera avec profit, T. Maricourt, Histoire de la littérature libertaire en France, Paris, Albin Michel, Michel, 1990, ainsi que Joan Ungersma Halperin, Félix Fénéon : art et anarchie dans le Paris fin de siècle, Paris, Gallimard, 1991.

5 Ce journal fut fondé en 1879 à Genève par le prince Pierre Kropotkine sous le nom de Le Révolté. En 1883, Elisée Reclus l’offrit à Jean Grave qui en changea le titre.

6 Fondée à Bruxelles en 1884 par Fernand Brouez et alors dirigée par le colinsien Jules Noël. Tous les grands noms de l’anarchisme (Kropotkine, Charles Malato, Jean Grave, Elisée Reclus, etc.) s’y retrouvent : elle attira aussi des écrivains et philosophes comme Paul Fort, Joris-Karl Huysmans, Nietszche, Emile Verhaeren, etc.

7 La revue continuait La Révolte, cf. supra, note 5.

8 Revue mensuelle qui parut de novembre 1891 à février 1894, puis de juillet à novembre 1896. Y collaboraient Charles Malato, Léon Frapié, Rémy de Gourmont, Charles-Louis Philippe, Bernard Lazare.

9 Cf. M. Dommanget, La Chevalerie du travail française, 1893-1911, Lausanne, éditions Rencontre, 1967, et L. Campion, Les Anarchistes dans la F. M., ou les maillons libertaires de la chaîne d’union, Marseille, Editions Culture et Liberté, 1969.

10 Plusieurs articles d’Hamon, publiés dans les années 1890 et au début du siècle suivant insistent ainsi sur ce « communisme » de l’Eglise primitive : « L’Évangile et l’anarchie », Le Magazine international, juillet 1895, n° 3, p. 167-170 ; Het Evangelie en het Kommunistisch Anarchisme, Amsterdam, J. Sterringa, 1899 ; « Le christianisme », Le Réveil social, Nantes, 20 août 1899 (« nul doute n’est possible, le Christ est communiste »), etc.

11 Cette position est déjà clairement annoncée dans l’introduction de l’ouvrage de A. Hamon et G. Bachot, L’Agonie d’une société. Histoire d’aujourd’hui, Paris, Albert Savine, 1889, p. V.

12 Cf. par exemple, E. Apfelbaum, I. Lubek, Augustin Hamon, « Aux origines de la psychologie sociale française », Revue française de sociologie, 1982, p. 35-48.

13 A. Hamon, De la définition du crime, Lyon, A. Storck, 1893. Ce travail fut traduit en anglais (On the Définition of Crime, Londres, Liberty Pamphlets, Printed and Published by James Tochatti, Liberty Press, 1895) et en espagnol (De la Définition del Crimen, Madrid, Centro Editorial de Gongora, 1894).

14 Le 3 février 1894, le magistrat-sociologue Gabriel Tarde écrivait ainsi à Hamon : « Je ne veux pas offenser vos croyances... mais de l’anarchisme platonique à l’anarchisme activiste, il n’y a qu’un pas et ce dernier est parfaitement monstrueux. »

15 Le public était, depuis 1893, au fait de la teneur du futur ouvrage d’Hamon, assis sur un questionnaire diffusé par les publications anarchistes de plusieurs pays d’Europe.

16 En étudiant la psychologie des anarchistes, selon une technique proche de celle utilisée dans sa Psychologie du militaire professionnel, Augustin Hamon se refusait à faire « acte de propagande anarchiste » dans ce qui n’était pour lui qu’un ouvrage scientifique, purement objectif et se parait de la « sérénité du scientiste » occupé à rechercher la vérité « sans se soucier des inconvénients ou des avantages qui en peuvent résulter pour soi, pour les siens, son pays, la société ».

17 Les lois d’exception, dites « lois scélérates », votées par la Chambre les 11 et 15 décembre 1893 et le 26 juillet 1894, avaient déclenché un vaste mouvement de répression contre le mouvement anarchiste.

18 Ils avaient déjà correspondu en 1893.

19 Ce jugement figure sur une coupure de presse non référencée, conservée dans les archives Hamon.

20 Ils avaient été exclus de l’Internationale au Congrès de La Haye en 1872.

21 On trouvera un récit des débats du congrès dans A. Hamon, Le Socialisme et le Congrès de Londres, Paris, P. V. Stock, 1896.

22 A. Hamon, Mémoires, 13 septembre 1896.

23 A. Hamon, Mémoires, 13 janvier 1897 : « Tous ces temps, dèche terrible ; plus de charbon pour chauffer mon appartement... On mange surtout des œufs, plus économique, et beaucoup de pain, de pommes de terre. »

24 Hamon y niait le libre arbitre et la responsabilité qui en découle, comme le montre bien sa conclusion : « Nous avons montré que la responsabilité morale n’existe pas et que tous les hommes sont irresponsables. »

25 A. Binet, L’Année psychologique, t. 5, 1898, p. 721-728, par exemple.

26 A. Hamon, Mémoires, 26 mars 1903.

27 Les biographes de Shaw, induits en erreur par le dramaturge lui-même, ont décrit de manière erronée la mise en place de cette association : par exemple, A. Henderson, Bernard Shaw, Man of the Century, New York, Appleton Century, 1956, p. 495 ; M. Holroyd, Bernard Shaw, vol. 2, 1898-1918, The Pursuit of Power, Harmondsworth, Penguin Books, 1991, p. 55.

28 Lettres d’Hamon à Shaw des 1er mars, 23 avril, 27 mai et 9 juin 1905.

29 Lettre d’Hamon à Shaw du 27 octobre 1905.

30 Lettre d’Hamon à Shaw du 30 décembre 1905.

31 Lettre d’Hamon à Shaw du 16 juin 1906 : « Vous devriez bien revoir Candida, car je voudrais en faire le texte définitif pour être à même de l’envoyer à un théâtre si on me demandait quelque chose ; et j’espère avoir une demande du Théâtre du Parc à Bruxelles, car des anciens amis collabos de L’Humanité nouvelle, se rendant à Bruxelles, m’en ont écrit et doivent en causer là-bas. »

32 Lettre d’Hamon à Shaw du 13 août 1906.

33 Lettres d’Hamon à Shaw des 16 juin, 12, 23, 24 juillet, 3 août 1906, etc. L’accord entre Shaw et Hamon prévoyait que les traductions d’Hamon seraient revues et corrigées par l’auteur.

34 Lettre d’Hamon à Shaw du 25 octobre 1906.

35 L’accord avec Redinger prévoyait quatre représentations, deux en matinée et deux en soirée.

36 Ils s’étaient installés à Uccle, dans la famille d’Henriette, pour la durée des répétitions. Augustin Hamon avait certes fréquenté les théâtres parisiens, mais n’en connaissait pas les coulisses.

37 C’est ainsi l’avis de Maurice Muret qui, dans « De Nora à Candida », article paru dans le Journal des débats du 21 juin 1904 et souvent cité par la suite, opposait la Nora de La Maison de poupée d’Ibsen à la Candida de Shaw, où il voyait « une revanche tardive, mais éclatante, de l’idéal traditionnel sur l’idéal nouveau... une victoire de la femme selon Titien sur la virago Scandinave ».

38 La correspondance entre Shaw et Hamon abonde en discussions sur la place à donner au déterminisme biologique et social dans l’analyse du comportement humain.

39 A. Hamon, Mémoires, 7 février 1907.

40 Dan Laurence (éd.), Bernard Shaw. Collected Letters, 1898-1910, Londres, Max Reinhardt, 1972, p. 933.

41 J.-C. Amalric, Bernard Shaw, du réformateur victorien au prophète édouardien, Paris, Didier, 1977, p. 83-84.

42 The difficulty about Candida is that it is of no use whatever unless two quite exceptional players are available for it. Further, whenever people tell me they like Candida, it always means that they dont like my other plays, and would not like Candida if they understood it.

43 You must, however, be careful not to go thesis hunting. All this stuff about Candida meaning the triumph of duty or the triumph of love is mere intellectual chess playing. My plays are studies in the natural history of mankind: I am simply a dramatic Buffon or St Hilaire. When you read Buffon’s description of the Horse, you do not begin to ask whether Buffon regarded the Horse as a triumph of speed, or a triumph of traction power, or a triumph of fidelity ; you understand that he is simply trying to show you what sort of animal a horse is. Well, in Candida, I am simply trying to show you the sort of animais the people in Candida are. I take a great interest in animais of that sort, just as Buffon did in animais in gêneral; and I write for the gratification of people who share my interest... If you have written anything about the triumph of Love, you can put it ail into the fire.

44 Lettre de G. B. Shaw à Hamon du 24 janvier 1907 : Therefore, O St. Augustin, put your manuscript into the fire and teach Brussels the true gospel of St. Shavius. No wretched rationalist-determinist could have written Candida Asie your wife if you doubt it. She will understand, and see why Candida is at once a little bourgeoise of the suburbs and the Mother of God with her portrait by Titian on the easel. Tell your audience at the Parc about that and you will startle and move them : talk to them about heredity and environment and they will cough like a consumption hospital. And remember that at the end of Candida, the poet has a secret – please remember, by the way, that is a poet and not a raisonneur. That secret is guessed partly by Candida, and not at all by Morell, nor by the sentimentalists in the audience. The sentimentalists think that when Eugene says “Out, then, into the night with me ”, he means that he is going out into darkness and despair - perhaps to commit suicide. The truth is just the contrary. When Eugene hears Candida describe her life with Morell, he sees that his destiny isfar higher than this little spot of domestic happiness. He suddenly discovers his own full stature and his own work in life - not hunting happiness and courting comely matrons but struggling to make clear the purpose of the world and teaching men to think and feel nobly. “I no longer désire happiness ”, he says : “I give you my happiness with both hands”. The night into which he flies is the enchanted night of the poet, the night which veils the prosaic and sordid accidents of the city, and makes it a vast firmament of giant shadows and mysterious unfathomable régions of space. It is with an intense pride and libération of soul that he goes out into his own élément. Candida is now “the woman I loved”, not “the woman I love ”. The actor must understand this, or he will play the scène wrongly - with pathos instead of with the strength of a man who has left the world of sentimentality behind him, and is beginning to climb the heights. I have no time to tell you more for your conférence. But if you once grasp my main gospel, my fundamental belief in Life and Will, my récognition of man as divine because he is the latest effort of the Will to realize itself as God, you will have no difficulty in interesting the audience. Take that ground : and you may utter any blasphemy you like without shocking them. You have been through ail the preliminaries of atheism and rationalism and determinism, and are equipped to take the field as a disillusioned mystic sweeping away the rubbish that has choked up religion in France and everywhere else.

45 Elle fut publiée sous le titre « George Bernard Shaw et le théâtre » par la Revue socialiste d’août-septembre 1907.

46 Lettre de Shaw à Hamon du 4 décembre 1906 : The translation of Candida seems to me on the whole very good. You still have a habit of prosaïc statement which belongs to your habit as a journalist and publicist, and also to your correctness as a Frenchman, which makes you some times miss the living passion and music ofhuman speech ; but you will soon get over that. « La traduction de Candida paraît très bonne dans l’ensemble. Vous ne vous êtes pas encore débarrassé de cette habitude des déclarations prosaïques que vous avez héritée du temps où vous étiez journaliste et publiciste, et de cette propension bien française à rechercher un langage correct, qui vous fait parfois passer à côté de la musique et de la passion intense du langage ; mais vous en triompherez bientôt. »

47 Le rôle de Candida était joué par Alice Archaimbaud. Née à Bordeaux le 21 juillet 1869, élève de Delaunay au Conservatoire, elle obtint le 2e prix de comédie en 1889. Elle débuta au Parc dans La Princesse Georges en 1892, puis joua au Vaudeville, à la Renaissance, à l’Ambigu, au Châtelet et à l’Odéon.

48 Emile Chautard, metteur en scène, époux d’Alice Archaimbaud.

49 Lettre de Shaw à Hamon du 6 avril 1907.

50 Gabrielle Réju, dite Réjane (1856-1920).

51 Lettre d’Hamon à Réjane du 2 avril 1907.

52 Lettre d’Hamon à Shaw du 13 avril 1907.

53 Le mari d’Yvette Guilbert.

54 Télégramme de Lugné-Poe à A. Hamon, daté du 8 avril 1907, conservé dans les archives de la British Library for Political and Economie Science (fonds Shaw).

55 Les termes sont de Schiller lui-même dans une lettre à A. Hamon du 3 avril 1907. La réponse de Shaw figure dans sa lettre à Hamon du 6 avril 1907.

56 On trouvera dans la correspondance échangée par Shaw et Hamon entre avril 1907 et février 1908 le détail de ces longues négociations.

57 Aujourd’hui le Théâtre Hébertot.

58 Jacques Rouché (1862-1957) avait fondé le Théâtre des Arts en 1903. Epoux d’une des héritières des parfums Piver, il dirigeait aussi La Grande Revue. Il fut nommé directeur de l’Opéra en 1913.

59 Lettre d’Hamon à Shaw du 18 février 1908. Shaw en avait été informé par une lettre de F. Maurice.

60 Lettre d’Hamon à Shaw du 13 mars 1908.

61 Robert d’Humières, né près d’Aurillac en 1868, fut tué au combat en 1915.

62 D’Humières était homosexuel et l’on connaît sur lui ce distique fielleux de Montesquiou : « Ne laissez jamais sans lumière/Votre fils à Robert d’Humières. »

63 Il traduisit ainsi l’œuvre de Kipling, plusieurs romans de Conrad et le Ben Hur de Wallace.

64 Dans une lettre à son futur gendre F. Maurice et qu’Hamon avait réussi à se procurer, d’Humières écrivait ainsi : « Dites [à M. Bernard Shaw] que je serais heureux de produire ses pièces si elles étaient décemment traduites. »

65 Lettre d’Hamon à Shaw du 15 mars 1908.

66 Lettre de Shaw à Hamon du 27 mars 1908.

67 Lettres de Shaw à Hamon du 24 avril 1908 et du 1er mai 1908.

68 Qui était probablement la traduction que d’Humières avait lui-même effectuée.

69 En le menaçant à plusieurs reprises de retirer la pièce... Cf. ses lettres à Shaw des 2 et 4 mai 1908, en particulier.

70 Il faut admettre que Shaw, ayant correspondu directement avec d’Humières à propos des corrections à apporter au texte d’Hamon sans en référer à celui-ci, avait agi avec quelque maladresse. Leur traité de 1907 prévoyait en effet que seules les traductions d’Hamon pourraient être jouées dans les pays de langue française et qu’Hamon agirait en lieu et place de Shaw pour les répétitions, les négociations avec les directeurs de théâtres, etc.

71 Ainsi, en particulier, A. Hamon, « Sur quelques pièces de Bernard Shaw », La Phalange, 20 décembre 1909, p. 173-175 ; A. Hamon, « Le théâtre de Bernard Shaw ou le Molière de nos jours », Le Mouvement socialiste, nov.-déc. 1911, p. 260.

72 Lettre d’Hamon à Shaw du 3 mai 1908.

73 Lettre de Robert d’Humières à Shaw, non datée (fin mai 1908, sans doute), conservée dans les archives de la British Library for Political and Economie Science.

74 A. Henderson, George Bernard Shaw, Man of the Century, New York, Appleton Century, 1956, p. 497, en relève un certain nombre... tout en commettant lui-même plusieurs fautes de français.

75 Robert d’Humières, « Le cas Bernard Shaw », Mercure de France, n° 355, t. XCVI, 1er avril 1912, p. 455. On lira aussi avec profit la lettre que d’Humières adressa à Comœdia et qui fut publiée dans la livraison du 6 février 1912.

76 On notera cependant que le critique de L’Éventail, rendant compte le 10 février 1907 de la première représentation de Candida à Bruxelles, la qualifiait d’élégante et de vibrante. C’est un avis semblable qu’exprimèrent les poètes René Ghil et Victor-Emile Michelet.

77 On en trouvera une autre preuve dans la lettre que le journaliste fabien Robert Dell (1865-1940) adressa à Shaw le 11 janvier 1912 (Archives de la British Library for Political and Economie Science, fonds Shaw) : Rouché and Hermann-Paul both say that the translations are extremely bad and calculated seriously to injure you in France, where your plays ought to be a great success if they are well translated.

78 Seul Archibald Henderson, dans un article intitulé « Bernard Shaw in France : Gaelic Triumph or Gallic Repuise ? », donné au Carolina Quarterly en 1951 (Winter issue) eut l’intelligence de remettre en cause cette idée reçue et de rapporter cet échec à la forme même du théâtre de Shaw, où le mélange des genres et une structure souvent peu orthodoxe ne pouvaient, selon lui, que décontenancer un public habitué aux formes figées du théâtre « classique ».

79 Cité par A. Henderson, op. cit., p. 496 : If a Frenchman says to me that the translations of Hamon are infamous, I can evidently not contradict him. I can read French easily. I can speak it after a barbarous fashion provided I am not asked to go more deeply into grammar than the présent of the indicative ; I can under-stand it when it is spoken as badly as I speak it, that is to say, by everybody but the French. How, then, could I venture to object if a Frenchman, a man of letters, says to me that Hamon is totally illiterate ? But when, as generally happens, the gentleman who denounces Hamon shows the most disastmus and complete incompréhension of my works and sometimes undisguised hostility towards them, I begin to ask myself whether Hamon has not mode enemies for himself by attempting to be too faithful to me instead of turning my works into Parisian articles, like the others think they can do so adroitly.

Auteur

Patrick Galliou est maître de conférences à l’université de Bretagne occidentale de Brest. Secrétaire du Centre de recherche bretonne et celtique (UPRESA), il est également membre du comité de rédaction d’Études celtiques. Auteur d’une thèse sur la correspondance de Shaw et A. Hamon, il a publié de nombreux articles sur des romanciers de langue anglaise.

© Presses universitaires de Caen, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable