Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Présence de Philippe Soupault

 | 
Myriam Boucharenc
, 
Claude Leroy

Seulement un coup d’épaule

Myriam Boucharenc et Claude Leroy

Texte intégral

1Le 20 décembre 1996 la Bibliothèque nationale de France ouvre ses portes au public. Quel ouvrage le premier usager est-il venu consulter à Tolbiac ? un volume des poésies de Philippe Soupault. Cet hommage anonyme pourrait passer pour le gage le plus authentique de la présence du poète parmi nous, en cette année du centenaire de sa naissance, sept ans, seulement, après sa mort. Une présence qui serait comme une chanson rassemblant autour de la voix de Philippe Soupault, poètes amis, lecteurs bénévoles ou enfants des écoles, tous les destinataires privilégiés d’un poète qui voulait s’adresser

à tous les amis d’un jour, d’une année, d’enfance, ou de toujours qui, dit-il, m’ont accueilli, conseillé, guidé, écouté, sans chercher à comprendre celui qu’une fois de plus on appelle Philippe Soupault.

2Cette dédicace par laquelle s’achève l’avertissement au recueil des Chansons (1949) a de quoi surprendre. Être aimé, mais sans commentaires, reconnu sans être connu, présent aux autres mais absent à soi-même, ainsi qu’en témoigne cet usage, si déroutant - et si fréquent chez Soupault - de la troisième personne pour parler de soi : voilà qui signale une présence mais comme en retrait. Qui pourtant n’a un jour, une heure, entendu Soupault dans les émissions radiophoniques qu’il anime de 1954 à 1977, Poètes à vos luths et Prenez garde à la poésie, ou encore dans ses entretiens avec Luc Bérimont, Bernard Delvaille ou Bertrand Tavernier ? Qui n’a en mémoire l’une de ses chansons mises en musique par Hélène Martin ?

Monsieur Miroir marchand d’habits
est mort hier soir à Paris
Il fait nuit
Il fait noir
Il fait nuit noire à Paris.

3Que de fois, enfin, n’a-t-on pas rencontré ce nom si célèbre d’avoir été associé aux grandes heures du surréalisme, à la plupart des revues de ce siècle, aux plus grands artistes : Delaunay, Apollinaire, Cendrars, Valéry Larbaud, Papazoff, William Carlos Williams, Nezval, Joyce…, pour ne citer que quelques-unes de ces amitiés ardentes qui traversèrent sa vie ? Et nombreux sont ceux qui se souviennent de l’avoir rencontré, tant il se voulait accessible et disponible, acceptant les invitations des facultés ou des lycées, répondant aux sollicitations des jeunes auteurs.

4Ce regain de présence, surtout sensible dans les dernières années du poète, n’allait pourtant pas sans contreparties : le témoin semblait décidément avoir pris le pas sur l’écrivain, et l’homme sur l’œuvre. Les vues partielles ou partiales qui prévalaient avaient de quoi fausser son image, comme ce « Poète. Vagabond. Voyageur. Contestataire. » dont Soupault, pour couper court, s’était fait lui-même un viatique commode et narquois. Autant de clichés transmis sans contrôle qu’il revenait à l’approche critique de réviser à la lumière d’une œuvre trop longtemps méconnue, et même occultée par cette célébrité en porte-à-faux aussi bien que par l’attitude équivoque de Soupault à l’égard de la postérité. À cette renommée ambiguë, à la fois tenace et ténue, il est bien clair que le poète n’est pas étranger. Très tôt fasciné par les destinées jugées exemplaires et indépassables de Rimbaud et de Lautréamont, il n’a jamais cessé de cultiver pour son compte le goût de la perte, de la rupture ou de la disparition, jusqu’au vertige.

5« Savez-vous où habite Philippe Soupault ? », demande le jeune Philippe Soupault aux passants, prétendant ainsi « convertir la poésie en acte ». Ce « poème vécu » qui s’apparente de près à un lapsus, bien malin qui saurait dire s’il révèle le désir ou l’horreur de la gloire. Dès ses débuts littéraires, ces postulations contradictoires se partagent l’écrivain, au risque d’égarer ses lecteurs. Le moindre des paradoxes qui traversent l’œuvre n’est assurément pas cet éloge de l’échec qui, bien avant Cioran mais avec la même constance, le renverse en valeur et fait de lui la forme la plus haute de réussite. La réception d’un écrivain passé maître dans l’art subtil de l’esquive s’est vue de la sorte compliquée, brouillée par de multiples figures de contradiction. Que ce parti pris du contrepied ait pu durablement oblitérer la présence de Philippe Soupault, au sein, comme en marge du surréalisme, comment s’en étonner ?

  • 1 André Breton, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Pléiade », t. 1, 1988, p. 1129.

6Exclu, en 1926, d’un mouvement dont il fut le fondateur, écrivant aux côtés d’André Breton le premier texte d’écriture automatique, Les Champs magnétiques, Soupault ne saurait être tenu pour un surréaliste mineur. Par-delà les dissensions et les ruptures, lui-même se considérait comme un surréaliste définitif, à l’instar du rêveur qu’exalte Breton dans le premier Manifeste du surréalisme. De là cet autre paradoxe : du mouvement qu’il a contribué à fonder, l’œuvre de ce surréaliste peu porté à l’action collective ne relève que partiellement, ou singulièrement, ou hypothétiquement. Au début des années vingt, le poète qui, de l’aveu de Breton, fit surgir dans Les Champs magnétiques « plus d’êtres menaçants et de conjonctures troublantes qu’[il n’a] su, sans doute, le faire [lui]-même »1, était déjà devenu romancier. Certes, il n’est pas le seul à avoir succombé à la tentation du roman, mais, parmi les surréalistes de la haute époque, il est l’un des rares à ne pas vouer le récit à la quête de la surréalité : point d’Amour fou chez lui, ni de mystique de la merveille. Le « goût passionné pour la révélation » que célèbre Aragon dans Le Paysan de Paris n’est pas exactement le sien. S’il investit la forme romanesque, c’est, ici, avec la nostalgie d’un surréaliste de la première heure resté fidèle, mais sans rien qui pèse ou qui pose, à la liberté que lui révéla l’automatisme, et là, dans Les Dernières Nuits de Paris, par exemple, c’est avec l’ironie d’un satiriste transposant sur le mode de la désillusion les grands mythes du mouvement. Porté par le sentiment de l’inéluctable plutôt que par le sens de l’éventuel, il s’engage dans la voie de la mélancolie en romancier de ce « nouveau mal du siècle » mis au goût du jour par Marcel Arland et ausculté par Jacques Rivière dans un numéro resté fameux de La Nouvelle Revue française en février 1924.

7Écrivain en quête ou en mal de rupture, lancé « à la poursuite de lui-même », Soupault s’est parfois détaché de l’écriture. Il abandonne le roman au début des années trente, ou se tourne vers d’autres activités : il dirige La Revue européenne à partir de 1923, devient éditeur, puis journaliste au début des années trente. Ses reportages le conduisent en Allemagne, en Angleterre, en Russie et aux États-Unis. Vingt ans plus tard, on le retrouve animateur d’émissions culturelles à la radio, toujours voyageant, toujours écrivant, mais d’une plume sans emphase, habile à expérimenter les pratiques les plus diverses : essais, théâtre, livrets d’opéra, journal, chronique… La mobilité de son écriture ne se mesure pas seulement à la diversité des genres qu’il s’approprie, mais elle caractérise l’œuvre en profondeur, dans sa construction qui fait apparaître de nombreux montages, réemplois, migrations de textes, aussi bien que dans la tonalité changeante des registres : le lyrisme alterne avec une narration sèche, le réalisme avec sa parodie, le fictif avec l’autobiographique, la poésie légère avec la poésie grinçante, l’ironie avec la mélancolie.

8La pente habituelle des centenaires, bien entendu, est de faire souscrire l’opinion publique à un imaginaire du changement, du renouveau, de la renaissance… Qui ne se prendrait à rêver d’une célébration qui répare les oublis, restaure les renommées, établisse enfin la juste postérité de l’œuvre ? D’autant plus forte et pernicieuse est cette tentation activiste lorsqu’il s’agit d’un écrivain à la présence fragile, comme Philippe Soupault. Mais, aussi légitime qu’elle apparaisse, la reconnaissance d’une œuvre ne se décide pas : elle n’est pas l’affaire d’une génération - ou d’une régénération - spontanée. Si la rencontre de Cerisy, ainsi que les manifestations qui l’ont suivie, est venue à son heure critique, c’est que les temps avaient commencé à changer ces dernières années. À cet égard, le premier colloque international consacré à Philippe Soupault apparaît à la fois comme un point de convergence et le moment d’une cristallisation.

  • 2 Jean-Charles Gateau, « Le corne back de Philippe Soupault », Melusine, Cahiers du centre de recherc (...)

9Le come back de Philippe Soupault avait déjà été pressenti par Jean-Charles Gateau au début des années quatre-vingts2. À cette époque-ci, Soupault est toujours vivant mais, depuis toujours, il tient à passer et passe en effet, de plus en plus, pour un fantôme, sans que l’on sache très bien ce qu’il goûte le plus, dans cette imagerie, de l’éternel retour du méconnu ou de l’apparition spectrale. Dans l’immédiat après-guerre, la publication du Journal d’un fantôme (1946) lui avait permis de se peindre, une fois de plus, en revenant, et le patronage d’une Collection Fantôme, à la Galerie de Seine, en 1973, avait parachevé l’autoportrait. Voilà donc Soupault qui revient, une fois de plus, et cette fois en homme de parole et de mémoire. Cette attitude de grand témoin du siècle, que consacrera la télévision, se diffuse grâce à ses entretiens avec Serge Fauchereau, qui paraissent en 1980 sous le titre Vingt mille et un jours, et surtout à la publication échelonnée des trois premiers volumes des Mémoires de l’oubli chez Lachenal & Ritter, qui devient le principal éditeur de Soupault à partir des années soixante-dix, sauvant d’un oubli plus radical une importante partie de son œuvre.

10Les études sur Soupault restaient alors à peu près en friche, ce qui favorisait les dérives de la légende et facilitait les exploits d’huissier. Les vues, parfois sommaires hélas, des historiens du surréalisme le disputaient aux autoportraits sur mesure du poète. Tout tournait encore et toujours autour de l’exclusion de 1926 et de l’indifférence inlassablement réaffirmée d’un homme en fuite perpétuelle. Quant aux livres, hormis celui par quoi tout commence, Les Champs magnétiques, il n’en était guère question. Puisque l’auteur laissait son œuvre en déshérence et se montrait si peu soucieux de veiller à sa réédition, ne la condamnait-il, ne se condamnait-il pas lui-même ? Il faudra attendre les années quatre-vingt-dix pour que Soupault entre enfin, de plain-pied, dans le champ critique avec l’engagement de plusieurs thèses et la parution, en 1992, de deux volumes collectifs, Philippe Soupault, le poète, chez Klincksieck, sous la direction de Jacqueline Chénieux-Gendron et un numéro d’Europe dirigé par Claude Leroy. Tout récemment, sont parus les deux premiers essais consacrés à son œuvre : dans Poétique de l’espace et Imaginaire dans l’œuvre de Philippe Soupault, Sylvie Cassayre a choisi d’éclairer, dans ses figures et ses enjeux, la trajectoire du poète, tandis que Myriam Boucharenc, avec L’Échec et son double. Philippe Soupault romancier, aborde le parcours du créateur en interrogeant l’œuvre en prose. Ces dix dernières années, fécondes en contributions, ont très sensiblement enrichi la connaissance de l’œuvre et donné congé à un certain nombre d’images de catalogue, d’idées reçues sans débat ou de polémiques oiseuses. Surtout, elles ont dégagé Soupault d’un certain nombre d’annexions - au surréalisme de Breton et d’Aragon notamment - préjudiciables à une approche positive de son univers spécifique.

11Pour autant Soupault n’est pas de ces écrivains qui se resaisissent d’un seul trait : les différentes facettes de l’homme et de l’œuvre nécessitent de patientes enquêtes. Et beaucoup reste à faire, ne serait-ce que dans l’établissement des faits. Apportant une pierre d’importance à l’édifice, la bibliographie établie par Lydie Lachenal fournit un précieux instrument de travail en même temps qu’elle permet de mesurer les lacunes éditoriales : des textes restent éparpillés en un nombre considérable de revues, et des pans entiers de l’œuvre - comme les abondants écrits journalistiques - sont à peu près délaissés. Dans l’attente d’une publication des œuvres complètes, s’il est permis de déplorer l’absence de recueils plus systématiques, on se réjouira de voir la richesse de l’œuvre s’affirmer au fil des explorations. Au rang des résurrections capitales, on comptera la réédition dans la collection « L’imaginaire » de Gallimard, en décembre 1997, de deux des grands romans de Soupault, Le Nègre et Les Dernières Nuits de Paris qui retrouvent enfin la place qu’elles n’auraient jamais dû quitter en librairie aux côtés de Nadja et du Paysan de Paris.

12La seule ambition du colloque de Cerisy-la-Salle aura été de favoriser une meilleure connaissance de l’œuvre de Philippe Soupault. Au lecteur de juger dans quelle mesure ce contrat aura été rempli. Toujours est-il que des domaines négligés jusqu’ici ont été explorés, ouvrant des perspectives fécondes, par exemple, sur un théâtre presque inconnu (M. Autrand), sur les relations restées dans l’ombre de Soupault avec Gide (A. Goulet), ou permettant de découvrir les « années-opéras », entre 1956 et 1963, au cours desquelles Soupault rédige des livrets - encore inédits -, adaptés pour la plupart, comme Le Cœur révélateur mis en musique par Claude Prey (Cl. Coste). La lumière faite sur l’affaire de la participation de Soupault à la revue 900, permet de préciser en plusieurs points l’histoire des avant-gardes et leurs relations avec le pouvoir et les idéologies (Cl. Moressa). Mis à l’épreuve de la lecture multiple, des textes-clefs comme Westwego (R. Cordana) ou Les Dernières Nuits de Paris (A. Meyer), ont vu confirmer leur statut de grandes œuvres. Dans des domaines mieux balisés, un point nouveau a permis de réévaluer, ici, les débuts de Soupault (M. Décaudin), là, les lignes de force de sa poétique (S. Cassayre, L. Flieder) ou encore sa contribution au surréalisme (J. Chénieux, J. Chartier), ses liens avec l’Allemagne (M. Collomb) aussi bien que la place que tiennent dans son œuvre les essais sur la littérature (M. Boucharenc) ou le cinéma (Fr. Vanoye).

13Visant à manifester la présence de Philippe Soupault aujourd’hui, le colloque de Cerisy a vu le singulier du titre céder la place, peu à peu, aux figures du pluriel. C’est souvent le double, en effet, qui préside aux « départs » comme aux « rencontres », aux « passages » comme aux « dialogues » qui ponctuent le parcours critique qu’on va lire. Sans doute n’est-ce pas pur hasard si Soupault trouve une place élective dans les figures de l’entre-deux ou de l’échange, du partage ou de la dualité. Il y a là comme une constante de sa vie (A. Lance) et de ses écrits, un point de saisie toujours à ressaisir entre le même et l’autre, entre le désir et la hantise, qu’il s’agisse de la passante (Cl. Leroy) ou de la dissidence (M.-P. Berranger), du silence (V. Duchemin) ou de la mémoire (A. Chevalier, A. Clancier).

14À l’issue des travaux de ce colloque, on aimerait que les présences de Philippe Soupault se laissent désormais mieux décliner au présent, au futur ou à l’irréel du passé, et surtout que la grammaire de la critique s’accroisse du temps intempestif et plein de promesses qu’aimait Aragon par-dessus tout : le participe naissant.

15Au nom de tous les participants à cette manifestation, il nous est particulièrement agréable de remercier Mme Christine Chemetov-Soupault pour l’attention de tous les instants et pour la présence amicale dont elle a honoré une entreprise qui s’était placée sous le patronage de l’Association Philippe Soupault qu’elle a fondée et dirige avec Mme Sophie Bloch. Mme Miriam Cendrars, fille d’un autre grand poète qui fut l’ami de Soupault, a également éclairé de sa participation souriante l’ensemble de ces travaux.

16L’organisation de ce colloque et la publication des actes n’auraient pas été possibles sans le concours décisif qu’y ont apporté la Délégation aux célébrations nationales que dirige Mme Pauly et l’université Paris X-Nanterre. La ville de Caen et l’université de Caen, ainsi que le CNL, ont également apporté leur soutien.

17Enfin, nous ne saurions oublier de dire ici notre gratitude à tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, ont pris part à ces travaux et ont contribué à l’exceptionnelle qualité d’une rencontre où, loin des controverses d’un autre âge, a constamment régné un climat d’échange exigeant, fécond et serein.

Notes

1 André Breton, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Pléiade », t. 1, 1988, p. 1129.

2 Jean-Charles Gateau, « Le corne back de Philippe Soupault », Melusine, Cahiers du centre de recherches sur le surréalisme, n° III, 1982.

© Presses universitaires de Caen, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540