Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

5e partie : Geoffroi de Montbray

La carrière de Geoffroi de Montbray

Marjorie Chibnall

Texte intégral

  • 1 Pour la vie de Geoffroi de Montbray, voir la biographie admirable de J. Le Patourel, « Geoffrey of (...)
  • 2 D.C. Douglas, « Les évêques de Normandie (1035-1066) », Annales de Normandie, 8, 1958, p. 87-102 ; (...)
  • 3 Hefele-Leclercq, Histoire des Conciles, IV2, p. 1040 ; A.F. Lecanu, Histoire des évêques de Coutanc (...)

1Quand Geoffroi de Montbray devint évêque de Coutances en 1049, la réforme de l’Église normande, commencée sous les ducs Richard Ier et Richard II, avait presque échoué dans le Cotentin1. Geoffroi constata dans son diocèse les plus grands désordres. Vers la fin du Xe siècle, Richard Ier avait institué des chanoines dans l’église de Coutances et leur avait donné des terres et des revenus pour leur subsistance. Mais l’autorité ducale était à peine établie dans le Cotentin. Les évêques semblaient avoir perdu toutes relations avec un diocèse qui glissait vers le paganisme et pas moins de cinq évêques de Coutances s’étaient réfugiés à Rouen. Tous les chanoines, sauf cinq, furent établis dans l’église de Saint-Lô à Rouen. Vers 1026, l’évêque Robert entreprit de relever son église de ses ruines ; la duchesse Gonnor, mère de Richard II, donna une propriété aux chanoines lors de la pose de la première pierre de la cathédrale à Coutances2. Mais la construction avança lentement et, au cours des désordres qui suivirent la mort du duc Robert et la minorité de son fils Guillaume, les propriétés de l’Église furent dissipées. Geoffroi trouva la plupart de ces biens inféodés aux parents et aux amis des chanoines. Quant à ces derniers, ils n’assuraient pas leur service canonique puisqu’ils résidaient toujours à Rouen. Pour comble de misère, Geoffroi lui-même fut accusé d’avoir obtenu sa charge par simonie. Quand le nouveau pape, Léon IX, arriva à Reims pour tenir le premier de ses grands conciles réformateurs et qu’il invita les évêques à faire savoir si l’un d’entre eux avait obtenu sa charge par simonie, Geoffroi fut l’un des quatre qui ne put affirmer que, sur ce point, sa conscience ne lui reprochait rien. Heureusement, il put déclarer « qu’à son insu, son frère lui avait acheté un évêché, qu’il avait voulu s’enfuir en apprenant ce contrat, mais qu’on l’avait contraint d’accepter la charge épiscopale ». Il confirma par serment cette déposition et le concile le déclara « indemne de simonie »3. Sa consécration dans la cathédrale de Rouen a probablement eu lieu le 12 mars 1049.

  • 4 Voir D.C. Douglas, op. cit., passim ; D.R. Bates, « The character and career of Odo, Bishop of Baye (...)
  • 5 M. de Boüard, « Notes et hypothèses sur Maurille, moine de Fécamp, et son élection au siège métropo (...)

2Quand Geoffroi entreprit de restaurer le temporel de son évêché, il put compter sur l’appui de son duc, Guillaume, qui venait de rétablir la paix dans le duché après sa victoire, deux ans plus tôt, à Val-ès-Dunes. Car, si le frère de Geoffroi avait versé de l’argent pour assurer son élection, on ne peut pas douter que la voix déterminante dans ce choix ait été celle du duc. Et celui-ci reconnut de très bonne heure qu’il avait besoin de l’appui de l’Église dans son œuvre de pacification. Dès qu’il s’aperçut que la simonie était interdite, il accepta de respecter la lettre (sinon toujours l’esprit) des nouvelles lois ecclésiastiques. Les évêques qu’il choisit étaient tous de famille noble, souvent apparentés à la famille ducale, « hommes d’affaires » très capables de surveiller les temporels de leur évêché, de faire construire des églises, de mettre de l’ordre dans leur chapitre cathédral4. Ils pouvaient mener à bien les premières phases de la réforme ; on ne leur en demandait pas plus. Après le milieu du XIe siècle, un changement commença à se manifester. Maurille, devenu archevêque de Rouen en 1055, fut le premier des prélats distingué par la rectitude de ses mœurs5. La carrière de Geoffroi de Montbray, comme celle d’Odon de Bayeux, démontre qu’il fut apte à remplir les devoirs d’un évêque tel qu’on les envisageait en Normandie au premier temps de la réforme.

***

  • 6 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, éd. M. Chibnall, Oxford, 1974, 4, p. 216 (cité désormais Ord (...)
  • 7 Montbray, canton de Percy, département de la Manche.
  • 8 Gallia Christiana, XI, instr., col. 217-218 ; M. Fauroux, op. cit., n° 214 : Blainville-sur-mer, ca (...)
  • 9 Pour la famille de Néel le Vicomte, voir L. Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauv (...)
  • 10 M. Fauroux, op. cit. p. 25, note 28 ; D. C. Douglas, « The earliest Norman counts », English Histor (...)
  • 11 Ibid., p. 132-133 ; D. C. Douglas, William the Conqueror, Londres, 1964, p. 418.

3De sa famille et de sa jeunesse on connaît très peu de choses. Les historiens l’appellent « de Montbray » parce que Robert de Montbray, présenté comme son neveu par Orderic Vital et par Guillaume de Malmesbury, fut l’héritier de ses honneurs en Angleterre6. Il est très vraisemblable qu’il était apparenté à la famille possédant le château de Montbray, dans les environs de Coutances7. Ses contemporains sont d’accord pour dire qu’il était né d’une famille noble. Il avait plusieurs frères, dont l’un nommé Mauger, et une sœur, qui possédaient des terres dans le Cotentin et dans le Bessin. Parmi les propriétés octroyées ou vendues par eux à l’Église on trouve Blainville (dont Geoffroi amortit la rente), Crapault, donnée par sa sœur, et une terre à Unceyo (peut-être Fresnay-le-Puceux)8. La famille avait des ressources suffisantes pour acheter un évêché en faveur du fils cadet. Robert de Montbray, qui passa en Angleterre avec Guillaume le Conquérant, fut probablement le frère de Geoffroi, quoiqu’il ne soit jamais nommé parmi ses parents qui firent des donations à l’Église de Coutances. Geoffroi aurait pu être un demi-frère de Robert, ou même un frère bâtard. Il me semble impossible de le placer avec précision dans la table généalogique de la famille de Montbray, surtout parce que nous n’avons aucun renseignement sur la famille de sa mère. On dit qu’il fut apparenté à Néel de Saint-Sauveur9. Mais le nom de son frère Mauger incite à faire une autre hypothèse. C’est un nom qu’on trouve assez rarement en Normandie à cette époque, mais c’est le nom de deux membres de la famille ducale : Mauger, comte de Corbeil, fils du duc Richard I10, et Mauger, archevêque de Rouen, fils de Richard II et oncle de Guillaume le Conquérant11. Geoffroi et Mauger ne seraient-ils pas apparentés à la famille ducale ? Mais rien n’est certain à ce sujet, sauf que Geoffroi était de souche noble.

  • 12 Guillaume de Poitiers, Gesta Guillelmi, éd. R. Foreville, Paris, 1952, p. VIII-IX (cité désormais G (...)
  • 13 Orderic Vital, 2, p. 228.
  • 14 M. Fauroux, op. cit., n° 214.
  • 15 Ibid. : terra Haye cum ecclesia Sancti Andree et molendino quam Richardus Morituniensis comes Sanct (...)

4Nous ignorons à quelle date il est né et comment il a passé sa jeunesse. Peut-être, comme d’autres fils de famille noble (tels Guillaume de Poitiers et Raoul fils Giroie12), a-t-il appris l’art militaire et a-t-il combattu avec des armes de chevalier avant d’entrer dans les ordres13. Plus tard, il se montra capable de prendre part personnellement aux combats. C’était un talent apprécié par le duc-roi quand il entreprit la pacification de l’Angleterre après la conquête. Peut-être l’appréciait-t-il déjà quand il approuva l’élection de Geoffroi comme évêque de Coutances. La restauration de l’évêché joua, en effet, un rôle capital dans le rétablissement du pouvoir ducal dans l’ouest de la Normandie. Les premières chartes de l’Église de Coutances montrent que la majeure partie des donations octroyées à la cathédrale provenaient du duc Guillaume et de ses prédécesseurs14. Parmi les autres membres de la famille ducale qui donnèrent terres ou dîmes on trouve la duchesse Gonnor et Richard, Morituniensis comes15.

  • 16 Cf. supra, note 1 ; L. Musset, op. cit., p. 3.
  • 17 M. Fauroux, op. cit., n° 214

5La source la plus importante pour les actes accomplis par Geoffroi dans son diocèse est le traité De statu huius (Constantiensis) ecclesie, qui a été baptisé par les modernes Gesta Gaufridi16. Il est impossible de savoir si, pour le Xe siècle, le traité est digne de foi, mais, à partir du règne de Richard II, le récit est corroboré par la grande charte de confirmation octroyée à l’Église en 1056 par Guillaume le Conquérant17. Le style se rapproche un peu de l’hagiographie, mais, en général, on peut accepter le témoignage du De statu pour l’épiscopat de Geoffroi. L’auteur fut un certain Jean, chanoine de la cathédrale, fils de Pierre le Chambellan, qui fut le doyen de Coutances : homme bien placé, alors, pour obtenir de vrais renseignements. C’est là qu’on peut trouver les détails des mesures prises par Geoffroi pour obtenir l’argent nécessaire à la restauration de son église.

***

  • 18 Hauteville-la-Guichard, canton de Saint-Sauveur-Lendelin, département de la Manche.
  • 19 Cf. Les Normands en Méditerranée dans le sillage des Tancrède, Colloque de Cerisy 1992, éd. P. Boue (...)
  • 20 Hefele-Leclercq, op. cit., IV2, p. 1040.
  • 21 Ibid.

6Parmi ses « paroissiens » (les habitants de son diocèse) il y avait la famille de Hauteville. Le château de Hauteville-la-Guichard était situé à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Coutances et ses seigneurs appartenaient à la même classe sociale que l’évêque lui-même18. Presque tous les douze fils de Tancrède de Hauteville partirent chercher fortune en Italie du sud19. Dreux, Onfroi et Robert Guiscard s’établirent en Pouille et en Calabre. Les nouvelles de leurs conquêtes parvinrent jusqu’en Normandie. Geoffroi de Montbray crut, non sans raison, qu’il pouvait compter sur eux pour obtenir des subsides et des trésors. Après sa consécration, il partit pour l’Italie. En avril 1050, il assista au concile de Rome tenu par le pape Léon IX20. Ce dernier voulait persuader les Normands de renoncer au pillage des églises et il quitta Rome pour tenir des synodes à Salerne et à Siponto21. Guiscard menait une vie de brigand en Pouille et il fit la sourde oreille aux injonctions du pape. En effet, les trésors qu’il donna à Geoffroi représentaient certainement les dépouilles des églises grecques : peut-être croyait-il faire réparation en les octroyant à une autre église. A cette époque, la restitution prenait quelquefois cette forme.

  • 22 Orderic Vital, 2, p. 60-63.
  • 23 Gallia Christiana, XI, Instr., col. 219-220.
  • 24 Toustain de Billy, op. cit., p. 309 ; M. Fauroux, op. cit., n° 214.
  • 25 J. Le Patourel, op. cit., p. 138 ; L. Musset, « La vie économique de l’abbaye de Fécamp sous l’abba (...)

7Geoffroi réussit mieux que son compatriote, le vieux Guillaume fils Giroie, dont l’essentiel du trésor qu’il avait obtenu en Italie pour Saint-Évroult fut volé sur le chemin du retour22. Il échappa aux dangers du voyage et revint à Coutances avec un trésor immense, comprenant de l’or, de l’argent, des ornements et des vêtements ecclésiastiques : calices, châsses, chandeliers, chasubles, tuniques, étoles, chapes, missels, homéliaires et bien d’autres objets de grande valeur23. Il lui fut possible de racheter des propriétés aliénées à des laïcs, de faire bâtir une église cathédrale et un logis épiscopal et de faire revenir ses chanoines de Rouen. Il avait trouvé sa ville épiscopale en ruines, sans aucun logement pour l’évêque ni même une écurie pour ses chevaux. Il fît bâtir une vraie résidence princière et aménagea un parc cerné d’une double enceinte. Pour environ 300 livres il acheta au duc Guillaume la moitié de la ville et des faubourgs de Coutances, avec des moulins et des tonlieux. Avec l’aide du duc, il récupéra pour son Église presque tous les biens perdus et recommença les travaux de la cathédrale. Le projet réussit si bien que, le 8 décembre 1056, l’église put être consacrée24. Le duc, qui assista avec toute sa cour à la cérémonie, confirma toutes les donations et les acquisitions faites par l’évêque et en fît d’autres lui-même. Entre autres choses, il donna des églises à Cherbourg et dans chacune des quatre principales îles de la Manche. Ainsi l’Église de Coutances se trouva en possession de nombreuses églises, terres, dîmes et moulins dans le Cotentin et dans le Bessin, la partie la plus consistante étant concentrée autour de Coutances et de Saint-Lô. Geoffroi savait apprécier l’importance des revenus en espèces : il multiplia le produit du tonlieu de la ville de Saint-Lô qui passa de 15 à 220 livres. L’amélioration des routes, après qu’il eut fait construire un pont en pierre sur la Vire à Saint-Lô, et les progrès du commerce dans la région contribuèrent sans doute aux profits retirés du péage25.

  • 26 Cf. M. Baylé, « Les évêques et l’architecture normande au XIe siècle », supra, p. 151.
  • 27 J. Le Patourel, op. cit., p. 141-142.
  • 28 Ibid., p. 142, note 1 ; cf. D. Spear, « L’administration épiscopale normande au XIe siècle », supra(...)
  • 29 Odon avait l’habitude d’envoyer à ses frais les jeunes clercs de son diocèse étudier dans diverses (...)
  • 30 D. Hiley, « Changes in English chant repertories in the eleventh century as reflected in the Winche (...)

8Il n’est pas nécessaire de décrire ici la cathédrale bâtie par Geoffroi, ni les vestiges que l’on y trouve encore26. Le nouvel évêque s’occupa non seulement des bâtiments, mais aussi de la réorganisation de son chapitre. Après avoir rappelé à Coutances les sept chanoines installés à Rouen, il leur assigna des prébendes et créa deux nouveaux chanoines, ce qui, avec les cinq qui étaient restés à Coutances, porta leur nombre à quatorze. Il institua de nouveaux dignitaires : chantre, sous-chantre, maître d’écoles (rector scholarum) et doyen27. Le premier doyen, Pierre le Chambellan, agissait souvent comme son vicaire pour diriger l’Église pendant les nombreuses absences de l’évêque. Les écoles de la cathédrale furent destinées à jouer un rôle capital dans la réorganisation du diocèse. Car Geoffroi avait à restaurer, ou à créer de nouveau, non seulement les bâtiments, mais aussi toute l’organisation diocésaine. Sous son épiscopat, pour la première fois, on entend parler d’un archidiacre28. Dans les îles de la Manche, les églises paroissiales commencent à apparaître. Son biographe insiste sur le fait qu’il choisit d’accorder ses prébendes à ses propres clercs et qu’il refusa d’accepter les protégés des seigneurs du voisinage. Sans doute de nombreux chanoines et prêtres de paroisses avaient-ils été formés dans l’école cathédrale. Mais il semble que Geoffroi n’aspira pas, comme Odon, évêque de Bayeux, à faire de son école une pépinière de futurs évêques29. L’état du Cotentin et des îles de la Manche réclamait plutôt un clergé capable de diriger des paroisses. Geoffroi voulut aussi faire de sa cathédrale un foyer de vie liturgique : avant comme après la conquête de l’Angleterre, il rechercha des livres, des vêtements et d’autres trésors à remettre aux chanoines. Son biographe le félicite d’avoir trouvé des psautiers non seulement en Normandie, mais aussi en Pouille et en Angleterre. Nous devons à David Hiley des études sur l’influence mutuelle de ces trois régions sur les coutumes liturgiques30. Il importe de reconnaître que, bien que certains abbés, comme Turstin de Glastonbury, se soient obstinés à imposer les coutumes des églises normandes en Angleterre, la Normandie fut prête à recevoir aussi des influences anglaises. Cet éclectisme contribua beaucoup à la richesse et à la beauté de la liturgie anglo-normande à cette époque.

***

  • 31 M. Fauroux, op. cit., n° 141, 163, 163 bis, 181, 227.
  • 32 R. Toustain de Billy, op. cit., p. 131 (1061, Caen), 132 (1063, Rouen).
  • 33 Gallia Christiana, XI, Instr., col. 219 : prudentia consilioque prouidus, quamquam saepissime curia (...)

9Les premières décennies de l’épiscopat de Geoffroi furent consacrées aux besoins de son diocèse. Mais les évêques normands figuraient aussi parmi les conseillers les plus importants du duc ; et bien que les sources nous renseignent très peu sur ses activités à la cour ducale, on ne peut pas douter que ses qualités y furent fort appréciées. D’abord on trouve assez rarement son nom dans les souscriptions des actes ducaux31. Son voyage italien en 1050 explique quelques-unes de ses absences. Il participa pourtant à deux synodes de la province de Rouen32. Selon son biographe, il était « prudent et de bon conseil, quoiqu’il dût souvent s’occuper des affaires de la cour et des missions royales »33. Cela est propre à décrire spécialement ses activités dans le royaume d’Angleterre.

  • 34 Orderic vital, 2, p. 172 : duo pontifices Odo Baiocensis et Goisfredus Constantinus aderant cum mon (...)
  • 35 Voir E.M.C. Van Houts, « The ship list of William the Conqueror », Anglo-Norman Studies, X, 1988, é (...)
  • 36 Georges Duby, « Au XIIe siècle les “jeunes” dans la société aristocratique dans la France du nord-o (...)

10En 1066, quand le duc Guillaume entreprit la conquête de l’Angleterre, avec l’approbation de ses grands vassaux séculiers et de ses évêques, les prélats choisis pour l’accompagner furent Odon de Bayeux et Geoffroi de Coutances34. Tous les deux conduisirent avec eux une troupe de chevaliers qui formaient leur familia militaire. D’où venaient les chevaliers de Geoffroi ? La Tapisserie de Bayeux nous montre quelques-uns des vassaux d’Odon et en nomme trois : Vital, Turold et Wadard. Mais nous n’avons pas, hélas, une Tapisserie de Coutances. Geoffroi ne possédait probablement pas de terres en Normandie : il fut obligé d’acheter toutes les propriétés qu’il voulut donner à son Église. Il n’avait pas non plus les ressources nécessaires pour financer un seul navire destiné à la flotte d’invasion35. Il n’existait pas encore une mense épiscopale. Mais Geoffroi pouvait disposer des biens de l’Église pour les besoins de sa fonction. Et on ne peut pas douter qu’un entourage militaire ait été jugé nécessaire pour un personnage de ce rang. Sans un tel entourage, il n’aurait pu ni rapporter en Normandie les trésors d’Italie, ni même voyager sans danger dans son diocèse. De plus, la dignité de son office le réclamait. Ses vassaux épiscopaux et les vassaux des seigneurs voisins pouvaient lui fournir tous les chevaliers nécessaires. La famille des Hauteville peut nous servir de modèle. C’était une famille de seigneurs avec de nombreux fils qui n’avaient aucun espoir d’hériter d’un quelconque patrimoine. Avant 1050, le manque d’écoles et de monastères dans la région rendait difficile toute carrière ecclésiastique. Pour les jeunes gens la carrière militaire était la seule possible. Si leur père possédait les moyens de leur procurer un cheval, un haubert et des armes, ils pouvaient s’attacher à l’entourage militaire d’un grand seigneur ou bien d’un évêque et combattre pour lui dans l’espoir de gagner des terres et de fonder une famille36.

  • 37 L.C. Loyd, The Origins of some Anglo-Norman Families, Leeds, 1951, p. 67-68 ; Monceaux-en-Bessin, c (...)
  • 38 Ibid., p. 106. Geoffroi de Clinton, chambellan du roi Henri Ier, fut probablement le neveu de Guill (...)
  • 39 Pour la famille de Clinton, voir Victoria History of the County of Oxford, XI, p. 123 ; Cartulaire (...)
  • 40 J.H. Round, Ancestor, XI, p. 156 ; L. C. Loyd, op. cit., p. 30. Saint-Pierre-de-Sémilly, canton de (...)
  • 41 L.C. Loyd, op. cit., p. 68.

11Après la conquête, Geoffroi reçut de nombreux fiefs en Angleterre et il y établit ses chevaliers comme vassaux. Deux ou trois seulement ont des noms qui nous permettent d’établir leur lieu d’origine en Normandie. Guillaume de Muncellis vint probablement de Monceaux, près de Bayeux37, et Geoffroi de Tralgi, de Trelly, à dix kilomètres de Coutances38. Guillaume de Clinton prit le nom de son fief anglais de Glinton39. Mais J. H. Round a établi que son lieu d’origine fut Saint-Pierre-de-Semilly, près de Saint-Lô40. Comme Trelly, c’était un village où l’Église de Coutances possédait des propriétés. Même si Monceaux n’était pas un fief de la famille de Montbray, comme le proposa Lewis Loyd41, on ne peut pas douter que d’autres familles aient donné des fils à l’entourage de Geoffroi en 1066 dans l’espoir de gagner des terres en Angleterre.

  • 42 Voir supra, note 34 ; cf. Guillaume de Poitiers, p. 182-183.
  • 43 L. Musset, La Tapisserie de Bayeux : œuvre d’art et document historique, coll. « Zodiaque », La Pie (...)
  • 44 J. Le Patourel, op. cit., p. 151-153.
  • 45 Ibid. ; voir J. Beauroi, « La conquête cléricale de l’Angleterre », Cahiers de Civilisation Médiéva (...)
  • 46 Orderic Vital, 2, p. 266 : in aliis conflictibus qui postmodum aduenas et indigenas utrinque contri (...)
  • 47 Eo die quo Gaufridus Constanciensis episcopus crucifixum ecclesie sancte Marie [bene] dixit, mansum (...)

12Est-ce que Geoffroi combattait lui-même avec ses troupes ? En 1066, d’après Guillaume de Poitiers, suivi par Orderic Vital, le rôle de Geoffroi, comme celui d’Odon de Bayeux, fut de seconder les chevaliers par ses prières42. Sur la Tapisserie de Bayeux, on voit Odon sur le champ de bataille, tenant un bâton ou une masse d’armes et portant probablement un costume rembourré, et non un haubert43. Odon semble encourager les combattants ; et Geoffroi avait probablement le même devoir. On doit, cependant, se souvenir que tous les chroniqueurs normands présentent Guillaume comme un bon fils de l’Église, dévoué à la réforme. Puisque Léon IX et ses successeurs avaient interdit aux prêtres de porter des armes, les chroniqueurs avaient intérêt à présenter les évêques en chapelains plutôt qu’en combattants. Après la conquête, Geoffroi reçut un honneur assez important pour l’élever au rang des plus grands seigneurs laïcs : c’était un honneur personnel44. Il devint alors baron aussi bien qu’évêque et se conduisit souvent comme tel. Il reçut, dit Orderic Vital (qui écrivait vers 1123), 280 manoirs en Angleterre. Le chiffre est presque exact : John Le Patourel en compta 265 dans le Domesday Book, et Jacques Beauroi 26945. Orderic ajoute que, après 1066, « dans les conflits engagés contre des rebelles et des envahisseurs, il agissait en chef des chevaliers (magister militum) »46. Cependant, son diocèse, qui était bien régi par ses représentants, ne souffrait pas de son absence et profitait même de sa richesse. Il continua d’envoyer à Coutances des dons magnifiques pour la cathédrale et, le jour de la bénédiction du crucifix, il lui octroya même le manoir de Winterbourne dans le Dorset47. Apprécié du roi Guillaume pour ses qualités d’administrateur déjà éprouvées dans la restauration de son diocèse normand, il commença en Angleterre une nouvelle carrière, politique et militaire plutôt qu’ecclésiastique. Guillaume savait choisir des hommes aptes à le servir ; il trouva en Geoffroi un collaborateur très habile et digne de confiance.

***

  • 48 Guillaume de Poitiers, p. 220-221.
  • 49 Regesta regum Anglo-Normannorum, vol. 1, éd. H. W. C. Davis, Oxford, 1913, passim ; C. W. Hollister (...)

13Geoffroi de Montbray fut distingué parmi les fidèles du nouveau roi dès le jour du couronnement de Guillaume dans l’église de Westminster. Après que l’évêque d’York eut demandé aux Anglais s’ils consentaient à ce que Guillaume reçut la couronne, ce fut Geoffroi (et non Odon de Bayeux) qui adressa la même question aux Normands48. Et, pendant plus de vingt ans, il assista très régulièrement aux conseils du roi49 et lui apporta une aide considérable aussi bien dans la guerre que dans l’administration de la justice.

  • 50 M. Chibnall, Anglo-Norman England (1066-1166), Oxford, 1986, p. 23-32.
  • 51 Guillaume de Poitiers, p. 238-239.
  • 52 Orderic Vital, 2, p. 228.
  • 53 J. Le Patourel, op. cit., p. 152-153.
  • 54 Pour l’honneur de Barnstable, voir J. B. Williams, « Judhael of Totnes : the Life and Times of a Po (...)
  • 55 J. Le Patourel, op. cit., p. 152-153 ; J. Beauroi, op. cit., p. 47.

14Quand Guillaume distribua à ses barons les terres qu’il avait acquises en Angleterre, il porta attention aux nécessités de la défense. La conquête de l’Angleterre ne fut pas achevée avec la victoire de Hastings. Le nouveau roi avait à dompter des rébellions et à repousser des invasions ; il prit des dispositions conformes à son intérêt et à la défense de son royaume50. Guillaume de Poitiers écrit qu’il « proposa à la garde des châteaux des hommes éprouvés qu’il avait amenés de Gaule, et en la fidélité et en la bravoure desquels il avait confiance. Il leur distribua des fiefs opulents, et, en reconnaissance ils furent prêts à supporter vaillamment travaux et périls »51. Le grand honneur octroyé à Geoffroi de Montbray est la preuve de sa valeur au service du roi. La distribution de ses fiefs indique aussi son rôle particulier dans la défense du royaume. En 1069, il commanda des troupes envoyées vers les comtés du Somerset et du Devon pour dompter une insurrection52. Tout porte à croire qu’il reçut comme fiefs dans ces comtés des terres qui avaient été confisquées aux rebelles53. A Barnstaple, le caput honoris, il fit bâtir un château54, autour duquel il établit un nombre considérable de chevaliers comme vassaux, prêts à courir à la défense de la région en cas de besoin. Il reçut aussi, peut-être en même temps, de grands fiefs au centre du royaume55.

  • 56 J. Beauroi, op. cit., p. 152-153. On trouve les détails dans Domesday Book, vol. 1, éd. A. Farley, (...)
  • 57 Voir, par exemple, pour le Devonshire, J. B. Williams, op. cit., p. 273, carte 3 (cf. note 54).
  • 58 Victoria History of the County of Somerset, I, p. 405 ; Victoria History of the County of Buckingha (...)
  • 59 Geoffroi tenait à peu près 29 % de ses terres directement et ses vassaux reçurent environ 67 %. Le (...)
  • 60 Domesday Book, I, p. 210 : De ipso episcopo tenet Willelmus dapifer eius Eseltone. In Neuuentone te (...)

15En 1086, d’après le Domesday Book, ses terres s’étendaient sur treize comtés et la valeur de ses honneurs s’élevait à environ 788 livres sterling. Plus de 60 % étaient situés dans les deux comtés du Somerset et du Devon. L’autre centre de gravité se trouvait au cœur du royaume56. Parmi les antecessores qu’il remplaça, il y eut de nombreux petits seigneurs laïcs. A la différence d’Odon de Bayeux, dont la possession d’importantes terres dans le Kent fut contestée par l’archevêque de Cantorbéry, il n’eut à défendre ses droits contre aucune grande église anglaise, bien que Glastonbury revendiquât en vain quelques manoirs57. La plupart des manoirs qu’il tenait directement se trouvaient dans le Somerset et dans le Buckinghamshire58. Les revenus des manoirs enregistrés dans le Domesday Book démontrent qu’en Angleterre, comme en Normandie, il avait su accroître la valeur de ses propriétés, surtout des terres qu’il tenait en domaine direct59. Mais les détails sur son administration nous manquent : nous savons seulement qu’il avait un sénéchal nommé Guillaume60.

  • 61 D. Bates, « The origins of the justiciarship », Anglo-Norman Studies, IV, 1982, p. 5.
  • 62 The Letters of Lanfranc Archbishop of Canterbury, n° 35.

16Après la mort de Guillaume fils Osbern en février 1071, le devoir d’agir en représentant du roi en Angleterre pendant ses absences en Normandie incomba souvent à Geoffroi. Il ne remplit jamais le rôle de régent61, mais il fut chargé de plusieurs grandes enquêtes judiciaires et porta secours à Lanfranc, archevêque de Cantorbéry, à l’occasion de la révolte des comtes de Hereford et de Norfolk. Ce fut lui qui, avec Guillaume de Warenne et Robert Malet, conduisit des troupes pour combattre les rebelles en East Anglia et qui assiégea le château de Norwich. Après la reddition du château, les trois chefs y restèrent avec trois cents chevaliers et de nombreux fantassins pour assurer la paix dans la région62.

Comtés où Geoffroi de Montbray avait des possessions en 1086

  • 63 R. Fleming, Kings and Lords in Conquest England, Cambridge, 1991, p. 79-83.
  • 64 Ibid., p. 81, note 111.
  • 65 Voir Liber Eliensis, éd. Ε. Ο. Blake (Camden Third Series 92), Londres, 1962, n° 120, 121, 122, 123 (...)
  • 66 E. Mason, St Wulfstan of Worcester c. 1008-1095, Oxford, 1990, p. 135-139.
  • 67 C.W. Hollister, « Magnates and “Curiales” in Early Norman England », dans C. W. Hollister, Monarchy (...)
  • 68 Councils and Synods with other Documents relating to the English Church, I, partie 2, Oxford, 1981, (...)

17Comme juge, il joua un rôle de premier plan. En principe, les grandes abbayes et les évêchés anglais, après avoir fait leur soumission au conquérant, gardèrent l’essentiel de leur temporel. Mais l’église de Cantorbéry avait souffert, avant même la conquête, des confiscations perpétrées par le comte Godwin et par ses fils63 ; plusieurs seigneurs normands s’étaient appropriés brutalement des terres de l’Église après 1066. Dans le désordre général, il y avait aussi des différends à trancher entre évêques et abbayes. Geoffroi présida aux assises de Penenden Heath pour régler les conflits entre l’archevêque Lanfranc et Odon de Bayeux64. Il fut un des juges choisis pour présider à plusieurs assises, dont celle de Kentford, afin de déterminer les droits de l’abbaye d’Ely. Il fut aussi chargé de conduire une enquête plus générale sur les possessions de cette église vers 108665. Il fut peut-être l’un des commissaires pour l’enquête du Domesday dans cette région. A Worcester, il fut chargé de déterminer les droits du prieuré cathédral, contestés par l’abbé d’Evesham66. Pendant ces années en Angleterre, il reçut plus de mandats qu’aucun autre seigneur normand : seul Robert de Montgommery y attesta plus de chartes royales que lui67. Il assista à deux conciles, non pas en tant qu’évêque mais en tant que baron68.

  • 69 J. Le Patourel, op. cit., p. 145.
  • 70 Ibid., p. 143 ; Regesta I, n° 123, 125.
  • 71 Regesta I, n° 92 (la date est erronée).
  • 72 Regesta I, n° 132.
  • 73 Orderic Vital, 4, p. 104.

18Naturellement, avec tant de devoirs en Angleterre, Geoffroi passa très peu de temps dans son diocèse normand. On le trouve en 1078 avec le roi dans le Maine et, en 1080, en Normandie69. Il est probable qu’il assista au concile tenu à Lillebonne en cette même année70. Mais dans son diocèse également, il exerça les fonctions judiciaires. Avec plusieurs juges séculiers il trancha un différend entre l’abbaye du Mont-Saint-Michel et Jean fils Richard71. Vers 1080, il fut envoyé par le roi, avec les évêques de Lisieux et d’Avranches et le vicomte Eude, pour tenir un plaid à Cherbourg72. A partir de 1081, il fut très occupé en Angleterre ; il ne revint probablement pas en Normandie avant septembre 1087 : il assista, en effet, aux obsèques de Guillaume le Conquérant à Caen73.

  • 74 J. Le Patourel, op. cit., p. 153-154.
  • 75 De iniusta uexatione Willelmi episcopi, dans Symeonis monachi opera omnia, éd. T. Arnold, 2 vol., L (...)
  • 76 De iniusta uexatione I, p. 182 : G. Constantiensis episcopus ait : « nos non oporteret diutius haec (...)
  • 77 J. Le Patourel, op. cit., p. 153-154 : C.W. David, Robert Curthose, Duke of Normandy, Cambridge (Ma (...)
  • 78 Ibid., col. 222.
  • 79 J. Le Patourel, op. cit., p. 157.
  • 80 Ibid., p. 158 ; De statu, col. 224, episcopi et abbates... sepelierunt eum honorifice in stillicidi (...)

19Les troubles de la succession, après la mort du Conquérant, enfermèrent Geoffroi dans un dilemme. Comme évêque normand, il avait juré fidélité à Robert Courteheuse. Au début, il ne voulut pas accepter que Guillaume le Roux héritât du royaume d’Angleterre. Ainsi, quand Robert de Bellême, Robert de Montgommery et d’autres grands barons se révoltèrent contre le nouveau roi, il participa à la rébellion et fortifia son château de Bristol, secondé par son neveu, Robert de Montbray74. Mais, après l’échec du soulèvement, il réussit à faire la paix avec Guillaume le Roux. Nous le retrouvons en Angleterre parmi les barons qui prirent part au procès d’un autre rebelle, Guillaume de Saint-Calais, évêque de Durham75. Ce procès fut intenté par Lanfranc et Geoffroi y joua un rôle mineur : son intervention indique qu’il avait de la sympathie pour l’évêque76. Mais il ne résista plus au nouveau roi ; il semble l’avoir secondé dans ses efforts pour chasser le jeune Henri Beauclerc de ses terres du Cotentin, afin d’éviter que son diocèse soit séparé de l’Église de Rouen, toujours fidèle à Robert Courteheuse77. C’est dans son diocèse qu’il passa les dernières années de sa vie. En 1091, un tremblement de terre et la foudre causèrent de grands dommages à l’église cathédrale : il se consacra à la restauration du bâtiment. Il envoya chercher en Angleterre un plombier, nommé Brismet, pour refaire le coq doré du sommet de la tour centrale et il réussit à mener à bien les diverses réparations avant sa mort78. Vers le mois d’août 1092, il officia aux obsèques de Néel, le vicomte de Saint-Sauveur (auquel il était apparenté79). Il mourut à Coutances le 2 février 1093 et fut enterré in stillicidio de la cathédrale. Odon, évêque de Bayeux, Michel, évêque d’Avranches, Guillaume, évêque de Durham, ainsi que les abbés de Caen, de Lessay et de Montebourg l’assistèrent sur son lit de mort80.

***

  • 81 D.C. Douglas, « Les évêques de Normandie », p. 87-102.
  • 82 Cf. J.F. Lemarignier, « Une Église du premier âge féodal », Histoire des institutions françaises au (...)
  • 83 Orderic Vital, 4, p. 278.

20En l’espace d’une quarantaine d’années, entre 1049 et 1093, l’épiscopat normand avait connu un changement profond81. Les nouveaux évêques avaient toujours besoin d’être des hommes pratiques et de bons administrateurs, mais ils étaient souvent plus érudits que leurs prédécesseurs, plus versés dans le droit canonique et moins dans les arts militaires. Il reste que les contemporains ne reprochèrent pas à Geoffroi de Montbray de s’être trop occupé des affaires séculières. Au contraire, on voulut l’en excuser. On comprit que, lors de son élection, les désordres du diocèse de Coutances exigeaient un évêque capable d’entreprendre la réorganisation de l’Église de fond en comble. En effet, bien que le monachisme fût très important pour la restauration de la vie religieuse en Normandie, il ne joua aucun rôle dans le diocèse de Coutances avant le milieu du XIe siècle. La restauration ecclésiastique fut l’œuvre de l’évêque et commença par l’Église séculière82. Cette œuvre fut reconnue par le chanoine qui chanta les louanges de Geoffroi après sa mort et même, trente ans plus tard, par le moine Orderic Vital. Car, quand Orderic écrivit que Geoffroi « savait mieux apprendre aux chevaliers à combattre qu’aux clercs à chanter »83, il constatait un fait et ne voulait pas critiquer sa conduite.

  • 84 Cf. supra, p. 280.
  • 85 D.C. Douglas, « Les évêques de Normandie », p. 91.
  • 86 The Vita Wulfstani of William of Malmesbury, éd. R. R. Darlington (Camdem third series), Londres, 1 (...)

21Geoffroi avait accepté l’essentiel de la réforme, telle qu’on la concevait vers le milieu du XIe siècle. Il renonça à la simonie et réussit à obtenir la confirmation de son élection par le pape Léon IX au concile de Reims84. Autant que nous le sachions, il n’y a rien à lui reprocher dans sa vie personnelle85. Il tint toujours à occuper dignement son office d’évêque, comme en témoigne un petit récit piquant dans la Vita Wulfstan de Guillaume de Malmesbury. Quand, après un plaid, il dîna avec Wulfstant de Worcester, il bavarda avec l’austère évêque et lui reprocha de porter seulement des peaux d’agneaux, au lieu de fourrures plus somptueuses comme celles des chats. Wulfstan répondit en souriant : « Croyez-moi, nous parlons de l’agneau de Dieu, jamais du chat de Dieu86. » Mais Geoffroi semble avoir agi toujours en évêque, et non par intérêt personnel.

  • 87 The Letters of Lanfranc, n° 53 ; les éditeurs se trompèrent en croyant que cette lettre était adres (...)
  • 88 The Letters of Lanfranc, n° 7, 47 ; Orderic Vital, 4, p. XXVII-XXX, p. 42-43 ; M. Gibson, Lanfranc (...)
  • 89 Voir M. Chibnall, Anglo-Norman England, p. 193 ; supra, note 79.
  • 90 Orderic Vital, 2, p. 266.
  • 91 Cf. supra, p. 283 ; D. C. Douglas, « Les évêques de Normandie », p. 102.

22Fut-il lettré ? Il sut apprécier l’importance des écoles et il encouragea l’éducation des clercs. Essentiellement pratique, il apprit vite l’application des lois et des coutumes dans les cours qu’il présida. En cas de doute, il eut recours à un expert, comme Lanfranc. Dans une lettre bien connue, Lanfranc le conseilla sur le problème des femmes qui, après s’être réfugiées dans les cloîtres par peur des Français, voulaient rentrer dans le monde87. Lanfranc proposa que, si elles n’avaient jamais fait profession et si elles n’avaient jamais été présentées à l’autel, on ne les contraigne pas à l’observance de la règle monastique. Geoffroi connaissait aussi quelques préceptes du droit canon. Tandis que Lanfranc défendait le droit du roi à juger dans une cour séculière un évêque-baron, comme Guillaume de Saint-Calais88, Geoffroi insista sur le droit de l’évêque de ne pas répondre à la convocation royale avant la restitution de ses terres épiscopales89. C’est un droit qu’il avait probablement appris de Lanfranc, mais qu’il appliqua avec plus d’impartialité que lui. Cette qualité de modération et d’impartialité lui valait sans doute le respect de ses contemporains. Moins riche qu’Odon de Bayeux, il fut moins dangereux et, me semble-t-il, aussi moins ambitieux. Même après sa participation à la révolte contre Guillaume le Roux, il ne fut jamais accusé de trahison. Il mourut paisiblement dans son lit et laissa ses honneurs à son neveu, Robert de Montbray. Il ne pouvait savoir que Robert se révolterait aussitôt contre le roi et perdrait tout90. Mais, en Normandie, Geoffroi fut reconnu comme l’un des constructeurs de l’Église normande91. Après la remise en ordre de son diocèse, la réforme ne connut plus d’échecs sérieux. Peut-être est-il nécessaire de rechercher soigneusement dans les sources les traces de ses réussites comme évêque et comme baron. Mais on est sûr de les trouver dans l’histoire, comme nous trouvons encore, insérés dans la belle cathédrale qui existe aujourd’hui, certains fragments de l’église qu’il fit bâtir.

Notes

1 Pour la vie de Geoffroi de Montbray, voir la biographie admirable de J. Le Patourel, « Geoffrey of Montbray, Bishop of Coutances, 1049-1093 », English Historical Review, LIX, 1944, p. 129-161 ; L. Musset, Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances (1049-1093), Coutances, 1993 ; Mgr B. Jacqueline, « Institutions et état économico-social du diocèse de Coutances de 836 à 1093 d’après les Gesta Gaufridi », Revue Historique de Droit français et étranger, 58, 1980, p. 227-239 ; R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances, éd. F. Dolbet et A. Héron (Société de l’Histoire de Normandie), 3 vol., Rouen, 1874-1886, t. 1, chap. 4. La source la plus importante pour sa vie est le récit, écrit vers 1120 et tiré du Livre Noir (aujourd’hui perdu) de la cathédrale de Coutances, publié dans Gallia Christiana, XI, instr., col. 217-224 : De statu Constantiensis ecclesiae ab anno 836 ad 1093.

2 D.C. Douglas, « Les évêques de Normandie (1035-1066) », Annales de Normandie, 8, 1958, p. 87-102 ; M. Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, 1961, n° 214. L’auteur du De statu dit de l’œuvre de Robert : Huius tarnen temporibus incoepta et ex parte constructa est Constantiensis ecclesia, fundante et coadiuvante Gonorra comitissa (De statu, col. 218). Maylis Baylé a discuté la contribution de Robert à la construction de l’église cathédrale, qui est peut-être plus considérable que n’a voulu le dire le panégyriste contemporain : voir « Les évêques et l’architecture normande au XIe siècle », supra p. 151.

3 Hefele-Leclercq, Histoire des Conciles, IV2, p. 1040 ; A.F. Lecanu, Histoire des évêques de Coutances, Coutances, 1839, p. 119.

4 Voir D.C. Douglas, op. cit., passim ; D.R. Bates, « The character and career of Odo, Bishop of Bayeux (1049/50-1097) », Speculum, L, 1975, p. 1-20.

5 M. de Boüard, « Notes et hypothèses sur Maurille, moine de Fécamp, et son élection au siège métropolitain de Rouen », L’abbaye bénédictine de Fécamp. Ouvrage scientifique du XIIIe centenaire 658-1958, Fécamp, 1959-1960, t. 1, p. 81-92.

6 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, éd. M. Chibnall, Oxford, 1974, 4, p. 216 (cité désormais Orderic Vital ; William of Malmesbury, Gesta regum, éd. W. Stubbs, Londres, 1887, t. 2, p. 360 ; Oxford, 1974, p. 361.

7 Montbray, canton de Percy, département de la Manche.

8 Gallia Christiana, XI, instr., col. 217-218 ; M. Fauroux, op. cit., n° 214 : Blainville-sur-mer, canton de Saint-Malo-de-la-Lande ; Crapault, commune de Carolles, canton de Sartilly, département de la Manche ; Fresnay-le-Puceux, canton de Bretteville-sur-Laize, département du Calvados.

9 Pour la famille de Néel le Vicomte, voir L. Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte, Valognes, 1867.

10 M. Fauroux, op. cit. p. 25, note 28 ; D. C. Douglas, « The earliest Norman counts », English Historical Review, LXI, 1946, p. 141-144.

11 Ibid., p. 132-133 ; D. C. Douglas, William the Conqueror, Londres, 1964, p. 418.

12 Guillaume de Poitiers, Gesta Guillelmi, éd. R. Foreville, Paris, 1952, p. VIII-IX (cité désormais Guillaume de Poitiers) ; Orderic Vital, 2, p. 258-260.

13 Orderic Vital, 2, p. 228.

14 M. Fauroux, op. cit., n° 214.

15 Ibid. : terra Haye cum ecclesia Sancti Andree et molendino quam Richardus Morituniensis comes Sancte Marie pro anima sua contulit... ; decime tocius venacionis omnium siluarum comitis Morituniensium excepta silua Sancti Saluatoris. L’identité de ce Richardus comes est un sujet de controverse ; voir l’étude importante de Cassandra Potts sur les seigneurs de Mortain, « The earliest Norman counts revisited : the Lords of Mortain », The Haskins Society Journal, IV, 1992, p. 23-35. Elle démontre que Richard est probablement le fils de Robert « comte d’Avranches », fils naturel du duc Richard Ier.

16 Cf. supra, note 1 ; L. Musset, op. cit., p. 3.

17 M. Fauroux, op. cit., n° 214

18 Hauteville-la-Guichard, canton de Saint-Sauveur-Lendelin, département de la Manche.

19 Cf. Les Normands en Méditerranée dans le sillage des Tancrède, Colloque de Cerisy 1992, éd. P. Bouet et F. Neveux, Caen, Presses Universitaires de Caen, 1994 ; D. C. Douglas, The Norman Achievement, Londres, 1972, p. 44-45.

20 Hefele-Leclercq, op. cit., IV2, p. 1040.

21 Ibid.

22 Orderic Vital, 2, p. 60-63.

23 Gallia Christiana, XI, Instr., col. 219-220.

24 Toustain de Billy, op. cit., p. 309 ; M. Fauroux, op. cit., n° 214.

25 J. Le Patourel, op. cit., p. 138 ; L. Musset, « La vie économique de l’abbaye de Fécamp sous l’abbatiat de Jean de Ravenne (1028-1078) », L’abbaye bénédictine de Fécamp, p. 73.

26 Cf. M. Baylé, « Les évêques et l’architecture normande au XIe siècle », supra, p. 151.

27 J. Le Patourel, op. cit., p. 141-142.

28 Ibid., p. 142, note 1 ; cf. D. Spear, « L’administration épiscopale normande au XIe siècle », supra, p. 79-100.

29 Odon avait l’habitude d’envoyer à ses frais les jeunes clercs de son diocèse étudier dans diverses écoles d’Europe ; cf. D. R. Bates, « The character and career of Odo, Bishop of Bayeux », p. 13.

30 D. Hiley, « Changes in English chant repertories in the eleventh century as reflected in the Winchester sequences », Anglo-Norman Studies, XVI, 1994, éd. M. Chibnall, p. 137-151.

31 M. Fauroux, op. cit., n° 141, 163, 163 bis, 181, 227.

32 R. Toustain de Billy, op. cit., p. 131 (1061, Caen), 132 (1063, Rouen).

33 Gallia Christiana, XI, Instr., col. 219 : prudentia consilioque prouidus, quamquam saepissime curialibus negotiis regiisque obsecundationibus irretitus.

34 Orderic vital, 2, p. 172 : duo pontifices Odo Baiocensis et Goisfredus Constantinus aderant cum monachis et clericis multis, quorum officium erat pugnare precïbus et consiliis.

35 Voir E.M.C. Van Houts, « The ship list of William the Conqueror », Anglo-Norman Studies, X, 1988, éd. R. Allen Brown, p. 159-183.

36 Georges Duby, « Au XIIe siècle les “jeunes” dans la société aristocratique dans la France du nord-ouest », Annales, ESC, 5, 1964, p. 835-846 ; M. Chibnall, The World of Orderic Vitalis, Oxford, 1984, 123-125, p. 556.

37 L.C. Loyd, The Origins of some Anglo-Norman Families, Leeds, 1951, p. 67-68 ; Monceaux-en-Bessin, canton de Bayeux, département du Calvados.

38 Ibid., p. 106. Geoffroi de Clinton, chambellan du roi Henri Ier, fut probablement le neveu de Guillaume de Clinton ; Trelly, canton de Montmartin-sur-mer, département de la Manche.

39 Pour la famille de Clinton, voir Victoria History of the County of Oxford, XI, p. 123 ; Cartulaire de Kenilworth, Oxford, Bodleian Library, ms. Dugdale 12, p. 275-276.

40 J.H. Round, Ancestor, XI, p. 156 ; L. C. Loyd, op. cit., p. 30. Saint-Pierre-de-Sémilly, canton de Saint-Clair-sur-Elle, département de la Manche.

41 L.C. Loyd, op. cit., p. 68.

42 Voir supra, note 34 ; cf. Guillaume de Poitiers, p. 182-183.

43 L. Musset, La Tapisserie de Bayeux : œuvre d’art et document historique, coll. « Zodiaque », La Pierre-Qui-Vire, 1989, p. 294-295.

44 J. Le Patourel, op. cit., p. 151-153.

45 Ibid. ; voir J. Beauroi, « La conquête cléricale de l’Angleterre », Cahiers de Civilisation Médiévale, XXVII, 1984, p. 43-48.

46 Orderic Vital, 2, p. 266 : in aliis conflictibus qui postmodum aduenas et indigenas utrinque contriuerant magister militum fuit.

47 Eo die quo Gaufridus Constanciensis episcopus crucifixum ecclesie sancte Marie [bene] dixit, mansum quod[d]am in Anglia in Dorsetascire constitutum, quod ab incolis illius terre Winterborna vocitatur, sicut in dominio suo [habebat], prefate ecclesie s[ancte] Marie donauit, ac in perpetuum communi canonicorum victui qui in [eadem ecclesia] Deo seruiunt habere concessit : Caen, Musée des Beaux Arts, Coll. Mancel, vol. 300, f° 73v° ; Paris, Bibliothèque nationale, ms nouv. acq. lat., 1018, f° 9r° (je remercie David Bates pour cette information). Une lettre de Lanfranc indique que Geoffroi continua de s’occuper des affaires de son diocèse : cf. The Letters of Lanfranc, Archbishop of Canterbury, éd. H. Clover et M. Gibson, Oxford, 1979, n° 51.

48 Guillaume de Poitiers, p. 220-221.

49 Regesta regum Anglo-Normannorum, vol. 1, éd. H. W. C. Davis, Oxford, 1913, passim ; C. W. Hollister, « The Greater Domesday Tenants-in Chief », Domesday Studies, éd. J.C. Holt, Woodbridge et Wolfeboro, 1987, p. 220, 228, 229 (témoin de 34 chartes).

50 M. Chibnall, Anglo-Norman England (1066-1166), Oxford, 1986, p. 23-32.

51 Guillaume de Poitiers, p. 238-239.

52 Orderic Vital, 2, p. 228.

53 J. Le Patourel, op. cit., p. 152-153.

54 Pour l’honneur de Barnstable, voir J. B. Williams, « Judhael of Totnes : the Life and Times of a Post-Conquest Baron », Anglo-Norman Studies, XVI, 1994, éd. M. Chibnall, p. 271-289.

55 J. Le Patourel, op. cit., p. 152-153 ; J. Beauroi, op. cit., p. 47.

56 J. Beauroi, op. cit., p. 152-153. On trouve les détails dans Domesday Book, vol. 1, éd. A. Farley, Londres, 1783 : Devonshire, p. 102-103b ; Somersetshire, p. 87b-88 ; Dorset, p. 77 ; Wiltshire, p. 66 ; Gloucestershire, p. 163 ; Oxfordshire, p. 163, et aussi p. 221 (sous Northamptonshire) ; Berkshire, p. 58b ; Bedfordshire, p. 209b-210 ; Warwickshire, p. 238b ; Buckinghamshire, p. 145-145v ; Northamptonshire, p. 220b-221 ; Leicestershire, p. 231 ; Huntingdonshire, p. 204 ; Lincolnshire, p. 343.

57 Voir, par exemple, pour le Devonshire, J. B. Williams, op. cit., p. 273, carte 3 (cf. note 54).

58 Victoria History of the County of Somerset, I, p. 405 ; Victoria History of the County of Buckingham, I, p. 239-241.

59 Geoffroi tenait à peu près 29 % de ses terres directement et ses vassaux reçurent environ 67 %. Le reste est incertain (C. W. Hollister, « The Greater Domesday Tenants-in-Chief », Domesday Studies, éd. J. C. Holt, p. 242). On doit remarquer qu’il possédait de nombreux moulins et qu’il avait des maisons et des droits dans les villes de Bristol, Exeter, Barnstaple, Bath et Oxford. Dans le Devonshire, par exemple, il accrut la valeur de ses propriétés de plus de 39 %. Dreux, le plus important de ses vassaux, avec de nombreuses petites propriétés, accrut la valeur des siennes de 8 %.

60 Domesday Book, I, p. 210 : De ipso episcopo tenet Willelmus dapifer eius Eseltone. In Neuuentone tenet de episcopo Willelmus dapifer eius unam virgatam.

61 D. Bates, « The origins of the justiciarship », Anglo-Norman Studies, IV, 1982, p. 5.

62 The Letters of Lanfranc Archbishop of Canterbury, n° 35.

63 R. Fleming, Kings and Lords in Conquest England, Cambridge, 1991, p. 79-83.

64 Ibid., p. 81, note 111.

65 Voir Liber Eliensis, éd. Ε. Ο. Blake (Camden Third Series 92), Londres, 1962, n° 120, 121, 122, 123, 124, 126, 127, et p. 426-427 pour la plus récente discussion des dates des plaids d’Ely.

66 E. Mason, St Wulfstan of Worcester c. 1008-1095, Oxford, 1990, p. 135-139.

67 C.W. Hollister, « Magnates and “Curiales” in Early Norman England », dans C. W. Hollister, Monarchy, Magnates and Institutions in the Anglo-Norman World, Londres et Ronceverte, 1986, p. 99 et 109. Geoffroi attestait 34 chartes et recevait 13 brefs.

68 Councils and Synods with other Documents relating to the English Church, I, partie 2, Oxford, 1981, éd. D. Whitelock, M. Brett et C.N.L. Brooke, p. 603 (1072, Winchester) : Ego Goisfridus Constantiensis episcopus et unus de primatibus Anglorum consensi ; p. 612 (1075, Londres) : iubente atque eidem concilio presidente Lanfranco... considentibus secum uiris uenerabilibus... Goisfredo Constantiensi, qui cum transmarinus esset episcopus in Anglia multas possessiones habens cum ceteris in concilio residebat. Geoffroi souscrit ainsi : Ego Gaudfridus Constantiniensis episcopus et unus de Anglice terre primatibus subscripsi.

69 J. Le Patourel, op. cit., p. 145.

70 Ibid., p. 143 ; Regesta I, n° 123, 125.

71 Regesta I, n° 92 (la date est erronée).

72 Regesta I, n° 132.

73 Orderic Vital, 4, p. 104.

74 J. Le Patourel, op. cit., p. 153-154.

75 De iniusta uexatione Willelmi episcopi, dans Symeonis monachi opera omnia, éd. T. Arnold, 2 vol., Londres, 1882-1885, I, p. 182 et 190-191.

76 De iniusta uexatione I, p. 182 : G. Constantiensis episcopus ait : « nos non oporteret diutius haec ita considerate, sed deceret nos surgere, et episcopos et abbates conuocare, quosdam etiam baronum et comitum istorum nobiscum habere ; et cum eis iuste decernari, si episcopus debeat prius inuestiri, vel ante inuestituram de querelis regis intrare in placitum. »

77 J. Le Patourel, op. cit., p. 153-154 : C.W. David, Robert Curthose, Duke of Normandy, Cambridge (Mass.), 1920, p. 49 et 62-65 ; Gallia Christiana, XI, Instr., col. 221.

78 Ibid., col. 222.

79 J. Le Patourel, op. cit., p. 157.

80 Ibid., p. 158 ; De statu, col. 224, episcopi et abbates... sepelierunt eum honorifice in stillicidio sicut ipse praeceperat uiuens, c’est-à-dire, probablement, dans l’atrium, à côté du mur de l’église. Sur l’emplacement de son tombeau, voir infra, p. 295, l’article de l’Abbé Lelégard, « La cathédrale romane de Geoffroi et sa sépulture », qui propose une autre hypothèse.

81 D.C. Douglas, « Les évêques de Normandie », p. 87-102.

82 Cf. J.F. Lemarignier, « Une Église du premier âge féodal », Histoire des institutions françaises au Moyen Age, éd. F. Lot et R. Fawtier, t. III, Institutions ecclésiastiques, Paris, 1962, p. 70-74.

83 Orderic Vital, 4, p. 278.

84 Cf. supra, p. 280.

85 D.C. Douglas, « Les évêques de Normandie », p. 91.

86 The Vita Wulfstani of William of Malmesbury, éd. R. R. Darlington (Camdem third series), Londres, 1928, p. 66 ; E. Mason, op. cit., p. 121.

87 The Letters of Lanfranc, n° 53 ; les éditeurs se trompèrent en croyant que cette lettre était adressée à Gondulf, évêque de Rochester (Cf. R. Toustain de Billy, op. cit., p. 138-139).

88 The Letters of Lanfranc, n° 7, 47 ; Orderic Vital, 4, p. XXVII-XXX, p. 42-43 ; M. Gibson, Lanfranc of Bec, Oxford, 1978, p. 160-161.

89 Voir M. Chibnall, Anglo-Norman England, p. 193 ; supra, note 79.

90 Orderic Vital, 2, p. 266.

91 Cf. supra, p. 283 ; D. C. Douglas, « Les évêques de Normandie », p. 102.

Table des illustrations

Légende Comtés où Geoffroi de Montbray avait des possessions en 1086
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k

Auteur

Université de Cambridge

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540